La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Iris 005] Rencontre au sommet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: [Iris 005] Rencontre au sommet   Dim 6 Fév - 20:04

Des équipiers parmi les plus anciens, les plus expérimentés, les plus compétents et surtout les plus présentables avaient été convoqués par le nouveau général pour une mission très particulière à laquelle aucun d'eux n'était préparé.Ils devaient prouver la rentabilité du projet Porte des Etoiles auprès du Président, de ses conseillers et des hauts fonctionnaires qui étaient dans le secret.
Selon ce qu'avait laissé entendre le général cela n'allait pas être facile et si le SGC envoyait une brochette d'équipiers prêcher pour leur chapelle c'était parce qu'il ne restait plus d'autre cartouche à brûler.Le projet avait connu des hauts et des bas mais ces derniers temps avaient été pires que tout.Le général en profita également pour leur rappeler ce que cela coûtait de faire fonctionner le SGC.Cela s'élevait à pas moins de 7 milliards par an dont un milliard rien que pour l'apport en énergie électrique.Pas étonnant qu'au final certaines personnes voulussent un retour sur investissement dans cet air ou le capitalisme régnait en maitre sur l'occident.


Les équipiers avait été choisis avec un soin tout particulier par le général De la Couperay.Le Docteur Rigel en tant qu'experte en épidémiologie était la plus à même rembarrer les détracteurs du SGC sur les contaminations subies, en plus d'extrapoler les progrès faits dans le domaine de la médecine grâce aux découvertes du SGC.Le Docteur De l'Argentière était une brillante scientifique qui avait créé un nouveau matériau composite pour les protections individuelles des soldats.Mais elle était aussi une jeune femme de bonne famille un peu de bonnes manières, de sang bleu et d'exotisme dans la délégation ne pourrait faire que du bien.Venait ensuite le Docteur Andrews, une archéologue qui en connaissait long sur les cultures extraterrestres et entre autre la tok'ra qui était l'allié extra-planétaire le plus proche et le plus avancé technologiquement que le SGC posséda.Son collègue le Docteur Deschains était tout aussi compétent et avait vécu un tas d'expérience bizarre au SGC, son expertise du sujet devait rassurer les inquiets à défaut de convaincre.Pas de doute Gwarius se sentirait bien entouré par toute ces jolies femmes et cela faisait parti de l'idée du général d'envoyer de très jolies femmes compétentes pour tourner la tête aux indécis et adoucir les plus vindicatifs.Pour les militaires le choix avait été quelque peu plus compliqué.Trois d'entre eux avait été retenus, entre autre pour leurs états de service au SGC mais aussi parce qu'ils disposaient d'un placard conséquent.Même les hauts fonctionnaires avaient tendance à respecter les soldats quand il y avait pleins de breloques accrochées à leur veste.Les trois heureux veinards étaient le caporal Naughart, le caporal-chef Kawalsky et l'Adjudant-chef Strucker.Bien entendu tout le monde devait se mettre sur son 31, classe professionnel, et surtout pas aguicheur.Pour les militaires il n'y avait pas à se prendre la tête juste à envoyer l'uniforme au pressing et nettoyer les breloques.Les équipiers avaient quatre jours pour potasser les rapports de missions et se préparer aux questions qu'on pourrait leur poser et à encaisser les reproches qu'on pourrait leur faire.

Le jour J les 7 équipiers dans leur plus beaux atours rejoignaient un PUMA.Ce dernier n'était pas l'hélicoptère standard en dotation dans l'armée mais une version VIP avec des fauteuils en cuir on ne peut plus confortable et avec autant d'option que sur une voiture.A travers les hublots ils purent voire le soleil pointait le ciel s'éclaircir annonçant que bientôt le soleil se lèverait.Le spectacle était captivant et même pour ceux qui avait déjà vécu de tels moments c'était apaisant.Le temps avait filé plus vite qu'ils ne l'auraient cru et les premiers rayons du soleil commençaient à darder l'horizon qu'ils arrivaient sur la région parisienne.Quelques minutes plus tard l'aéronef se posait sur le tarmac de l'aéroport du Bourget.A leur descente cinq 607 et quatre motards de la police les attendaient pour les emmener jusqu'à l'Élysée.Dans l'aube naissante la présence des motards pour ouvrir le chemin au convoi n'était pas du luxe bien au contraire et à plusieurs reprises les motards manquèrent de se faire percuter par des véhicules qui n'avaient pas obtempéré.Et par dessus le marché les contrevenants s'en prenaient verbalement aux forces de l'ordre tout en disparaissant dans le trafic.Cela avait plus des allures de zone de guerre qu'à la capitale de lumière.

Les véhicules s'engouffrèrent par une petite porte qui donnaient sur les jardins.Au pas, les voitures contournaient les carrés de gazon et faisait crisser l'épais sable blanc qui formait les allées.Les voitures s'immobilisèrent en face d'une porte qui donnait à l'intérieur du palais présidentiel.Les hommes du SPHP qui composait leur escorte leur demandèrent de ne pas descendre des véhicules pour le moment.Derrière les vitres teintés et blindés des 607 ils purent voire les hommes s'assuraient que les alentours étaient cleans et qu'aucun journaliste matinal prendrait une photo assez embarrassante à expliquer.Quelques secondes plus tard ils purent descendre des véhicules pour être introduits dans l'Élysée.Un groom les prit à son tour en charge et les mena jusqu'à un salon privé suffisamment grand pour le transformer en terrain de basket.Le Groom les planta là en précisant que deux gardes républicains étaient devant la porte pour assurer leur sécurité.Et effectivement quelques secondes plus tard deux gardes républicains en tenue vinrent monter la garde à l'extérieur de la pièce.Ce qui en soit ne servait pas à grand chose surtout dans cet endroit sauf si on tenait à ce que les visiteurs n'aillent pas fouiner ailleurs.Des fenêtres ils pouvaient voir le jardin et les plus érudits d'entre eux savaient qu'ils se trouvaient dans le salon vert.Un salon ou les présidents avaient l'habitude se réunir avec leurs conseillers pour discuter d'affaires importantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Dim 6 Fév - 22:47

MickaËlla était d'un sérieux et d'un calme à toute épreuve dans son uniforme d'apparât.D'ailleurs beaucoup des breloques qu'elle portait était les même que Kawalsky qui comme elle sortait du 1er RPIMA.Les deux fourragères et les deux signes indiquaient les faits d'armes du régiment et le prestige qu'il avait gagné durant les conflits.Et ça n'était pas peu.L'insigne de la brigade des forces spéciale de Terre, l'insigne du régiment, celui de la première compagnie, brevet de tireur d'élite, de chuteur opérationel, le brevet commando, l'insigne sas d'argent.Des morceaux de ferrailles informant les initiés à qui ils étaient entrain de s'adresser.Venait ensuite le placard qui était peu garni chez MickaËlla et fort heureusement parce qu'elle se trimballait déjà suffisament de ferraille comme ça.Kawalsky en portait tout autant il n'était pas devenu Rapas par hasard.Le béret amarante portant l'insigne des parachutistes d'infanterie de marine une encre de marine or sur lequel était posé l'insigne des parachutistes.MickaËlla n'était pas peu fier de ce dernier et de sa condition.

D'un pas réglé comme un métronome MickaËlla gagna le tarmac du SGC sans un mot pour s'installer dans l'hélicoptère.Durant tout le trajet elle ne décrocha pas un seul mot, ne répondant que par hochement d'épaule ou mimiques aux éventuels questions.Son regard se portait sur l'horizon comme si elle pouvait discerner des choses dans l'obscurité agonisante de ce matin d'hiver.Quand l'hélicoptère se posa sur le tarmac du bourget elle descendit du puma toujours en observant le silence comme si sa vie en dépendait.Elle gagna la voiture la plus proche et toujours aussi indifférente aux paroles éventuelles paroles et discours de ses compagnons elle se laissa transporter jusqu'au palais présidentiel.Son indifférence ne changea pendant leur transfert de la voiture au salon à croire qu'on l'avait lobotomisé.

Une fois dans le salon par contre elle sembla reprendre un peu vie.Ses yeux examinèrent la pièce avec attention, puis elle se dirigea vers la fenêtre pour observer sur quoi cette dernière donnait.Son regard se porta loin dans les jardins comme si elles étaient capable de trouver un intrus dissimulé dans ces derniers.De ce qu'elle en savait il avait des gardes républicains dans ces derniers qui attrapaient surtout des journalistes et des inconscients.Mais personne n'y revenait à deux fois, on ne rigolait pas beaucoup avec la sécurité d'un président.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Kawalsky
Militaire
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 21

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Caporal-chef / 93
Age du personnage: 37 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 7 Fév - 0:15

Il était temps que l’on appel le bon vieux Kawalsky pour partir en mission car rester trop longtemps à rien faire n’était pas bon pour son moral. Jason était prêt à dire oui à n’importe qu’elle mission, il se pensait prêt à tout et pourtant, quand il prit connaissance de sa mission il fut déçu. Jamais l’ex-RAPAS n’aurait cru qu’on lui demanderait un jour de prouver que le projet le plus secret de France, voir même du monde, était rentable. Dans des jours meilleurs, il aurait probablement refusé, mais à cause du manque de mission d’exploration ces temps-ci, il accepta sur le champs.

Le jour J, le caporal-chef, dans son uniforme d’apparat, semblable à celui de MickaËlla, qu’il détestait tant, se présenta en dehors du SGC souriant et décontracter, pour changer. Il savait sur qui il allait tomber et qui il allait retrouver, mais Jason s’en moquait. Kawalsky fut plus qu’étonné par l’intérieur du PUMA, lui qui avait toujours vu ces hélicoptères dans sa version militaire, il avait du mal à croire qu’un tel confort pouvait être intégrer à ce coucou.

Dans l’hélicoptère, le militaire reconnu que deux personnes sur les six, l’une étant Jenny Andrews, l’archéologue de l’équipe de Kawalsky ainsi que la personne que Jason tenait le plus en respect dans tout le personnel du SGC, sa collègue RAPAS, MickaËlla Strucker. Même s’il aurait préféré la retrouver pour une mission qui aurait consisté à tuer du parasite, Kawalsky était bien content de la revoir et c’est d’un signe de la tête qui lui dit bonjour avant de s’asseoir.

Le trajet en PUMA fut ennuyeux et malgré sa volonté à vouloir rester éveillé, l’ex-RAPAS finit par s’endormir comme chaque trajet aérien qu’il avait eu l’occasion de faire, à force, il prit l’habitude des petites secousses et autres effets que certains auraient traduit par des vomissements. Ce n’est pas pour autant qu’il eu un sommeil tranquille. Depuis sa dernière mission, Jason faisait toujours le même cauchemar, chaque fois la même scène où il vit Neville partir avec cette gamine que Jason aurait pu descendre, cette même gamine qui avait prit le contrôle du SGC quelques mois auparavant.

Quand Kawalsky se réveilla en sursaut, l’hélicoptère venait de se poser, il se frotta les yeux avant de descendre de l’engin pour monter dans une voiture. Une fois dans le véhicule, Jason s’intéressa un peu plus aux discussions de ses collègues sans non plus y prendre parti, mais c’était toujours plus intéressant que le paysage urbain qui se trouvait à l’extérieur de la voiture.

Une fois au salon, le militaire restait toujours aussi énergétique, il ne montrait pas beaucoup d’intérêt aux discussions. Ce qu’il voulait, c’était tout simplement aller dans le vif du sujet, s’en prendre plein la tête et défendre le projet Porte des Étoiles comme il le pourrait. En attendant, il n’avait pas trouvé mieux que de surveiller ses chères collègues, en particulier Jenny, se sentant toujours coupable de ce qui lui était arrivé, Jason ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose encore une fois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwarius Deschains
Archéologue
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 22/01/2011

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: Caporal-chef / 91
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 7 Fév - 2:49

Quand il appris qu'il était convoqué pour une mission, Gwarius savait que ce n'était pas une mission comme les autres. Déjà parce qu'il n'était pas censé partir de suite en mission avec sa nouvelle équipe, et surtout parce qu'il ne devait pas passer à l'armurerie avant. En effet il n'avait aucunement besoin d'arme puisqu'il était convoqué à Paris, pour vanter les mérites du projet porte des étoiles au président et autres dirigeants. Même s'il n'était pas très à l'aise à l'idée de rencontrer pour la première fois des personnes aussi importantes, le jeune archéologue était plutôt détendu, car même si cette journée ne serait pas aussi intéressante que n'importe quelle mission, au moins il ne risquerait pas sa vie aujourd'hui, et cela lui ferait prendre un bon bol d'air. De plus il était sur d'avoir le niveau pour ce type de mission, il avait tellement bossé d'arrachepied ces derniers mois qu'il se sentait capable de répondre à n'importe quelle question d'ordre professionnelle. Seule la façon dont ils allaient s'y prendre pour réussir à convaincre tout ce petit monde malgré leur réticence à renouveler ce budget rocambolesque l'inquiétait.

Gwarius passa une bonne heure à se préparer pour être nickel comme le chrome, chose qu'il n'avait pas faite depuis son dernier rencart, qui remontait déjà très loin. Il avait troqué son habituel vieux pull en laine à la mode des années 60 contre une chemise marron très classe, qui a elle seule devait le rajeunir de 10 ans, et il avait même acheté une paire de chaussures neuves pour l'occasion. Il faut dire que ce n'était pas tous les jours qu'on avait l'occasion de rencontrer le président de la république.

Le jeune archéologue était un peu surpris d'avoir été choisi pour ce type de mission, surtout qu'il n'y avait pas n'importe qui avec lui ; sa collègue Jenny Andrews qui devait être une des meilleures archéologue que Gwarius connaissait et avec laquelle il avait beaucoup appris, la très classe Mathilde de l'Argentière qu'il ne connaissait pas mais dont il n'avait entendu que du bien, Suzanne Rigel avec qui il avait déjà fait quelques missions et dont la gaieté et l'humour communicatif pourrait rendre sympathique le diable en personne.

Chez les militaires il y avait Kawalsky dont le visage avait la vertu de rassurer même dans les pires moments, Strucker, dont rien ne semblait pouvoir ébranler son sérieux et son professionnalisme, et Naughart qui semblait être un type réglo mais peu-être un peu trop grande gueule pour ce type de mission.

Gwarius apprécia beaucoup le voyage en hélicoptère, qui malgré le boucan et l'aspect peu confortable était en fait une vraie limousine volante avec toutes les options, venait s'ajouter en plus à cela le lever de soleil très apaisant dans l'air frais du matin. Puis ils traversèrent Paris, une ville des plus magnifique mais dont les indigènes semblaient très agressifs pour pas grand-chose, à voir comment ils râlaient après les ralentissements que provoquait l'escorte. D'un côté Gwarius comprenait leurs frustrations, car lui qui habitait dans des conditions un peu similaires savait que même le fait de vivre dans un endroit prestigieux n'effaçait pas le sentiment oppressant de se sentir enfermé entre quatre murs.

Puis ils arrivèrent dans l'enceinte du palais présidentiel, dont ils pénétraient directement dans le jardin avec les voitures pour être déposés devant une grande porte. En sortant de la voiture, Gwarius admira les nombreux carrés de verdures, se demandant comment cette végétation arrivait à survivre dans cet air étouffant. Ils arrivèrent vite dans une grande salle, et à voir là aussi les dispositions de sécurité qu'on leur avait réservée, le jeune archéologue ne pût s'empêcher de trouver tout cela vraiment trop exagéré, il ne voyait rien qui nécessitait un tel déploiement de force dans un endroit pareil, de plus cela n'avait pas vraiment le don de le détendre. Gwarius pencha sa tête discrètement vers Jenny Andrews et lui chuchotât :


-"J'ai l'impression d'être un visiteur venant d'une autre planète, avec tout ce chichi qu'ils nous sortent ! "


En effet il se sentait surveillé de partout dans cette grande pièce, comme s'ils étaient là pour nuire à quelqu'un, alors qu'en fait ils étaient de la même planète, de la même nationalité... en fin de compte jusqu'ici cette mission n'était pas vraiment différente des autres, mis à part le fait qu'ils n'avaient pas eu à traverser la porte des étoiles, il ne manquait plus que le truc qui allait tout faire chambouler, et comme d'habitude changer cette mission d'aspect tranquille en un véritable bordel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 7 Fév - 7:40

Quand on l'avait convoqué dans le bureau du général, Mathilde avait eu un mauvais pressentiment. elle pensa qu'il s'agirait sans doute d'une petite discussion entre quat'zyeux suite à son comportement avec Dante et le fait que ce dernier lui avait logé deux balles dans le buffet, mais en fait non, c'était en quelque sorte bien pire... Elle allait, avec d'autres innocents agneaux, être envoyée à l'abattoir pour défendre le projet Porte des Etoiles face au PR en personne et ses conseillers personnels. Malgré le fait que le ciel lui tombait sur la tête, la jeune femme resta imperturbable et se permit même un sourire avenant alors qu'intérieurement elle aurait bien étranglé le vieux grigou qui était en face d'elle pour le traquenard dans lequel il la fourrait.
Après avoir pris congé pour préparer son dossier, elle passa une bonne heure à vider des chargeurs au stand de tir et manqua de descendre un sergent qui l'avait surprise. Décidément, le stand de tir ne lui réussissait toujours pas! cap donc au laboratoire où elle compulsa et ordonna ses données durant les quatre jours suivants, préparant des dossiers synthétiques et concis sur ce qu'elle pensait être des éléments clefs, des diapositives, des simulations informatiques ainsi que trois points de suture à la base du front suite à une rencontre inopinée entre sa tête et le rétroprojecteur qu'elle tentait de fixer sur la table.
Le jour J et après une bonne nuit de sommeil, elle arriva en tenue de baronne, maquillage discret et classique dans un tailleur strict et classieux de couleur noire... et les bras chargés comme un sherpa lors de la conquête de l'Everest. Une sacoche couleur ébène en cuir de luxe pour ordinateur portable, son propre sac à main également cuir sombre et agrément de quelques pierres brillantes qui n'aurait pas dépareillé dans les mains d'une VIP le genre à valoir plus que le salaire mensuel de plusieurs personnes présentes et tranchant avec tout ce luxe, une valise antichoc de type militaire d'un jaune bien flashy avec toutes les mises en gardes possibles, du chimique au biologique en passant par un mauvais sort et un séjour sur la case prison sans toucher les vingt mille euros. Le genre de container à roulette servant à transporter des matériaux sensibles et/ou dangereux. Et vu la taille de la jeune femme, le conteneur n'en semblait que plus énorme.
Gratifiant l'assistance d'un grand sourire enjoué qui était à l'opposé de son humeur réelle, elle serra la main à tout le monde en se présentant quand bien même elle avait pu croiser quelques unes des personnes qui comme elles étaient affectées au SGC depuis un moment déjà. Ton aimable et voix posée, une vraie baronne quoi.


"Bonjour,bonjour! Docteur Mathilde de l'Argentière, SG6. Physique des matériaux et intégration software. Enchantée!"

Puis vint le temps de voyager et si certains en profitèrent pour flâner ou dormir, la physicienne avait bien d'autres choses à faire. Ouvrant sa valise digne d'accueillir une charge nuke, elle en sortit tout un lot de documents qu'elle passa en revue durant le vol, la mine concentrée voire parfois soucieux, son petit se fronçant ce qui lui donnait un moue craquante. Quand on leur annonça qu'ils allaient arriver, elle rangea tout à la hâte et dut s'y reprendre à trois fois, ses papiers ayant la fâcheuse tendance à s'échapper de ses doigts avec pour conséquence de déclencher une avalanche d'invectives en japonais dont le ton exaspéré avait de quoi faire sourire. Descendant de l'hélicoptère, la hanse de la mallette céda et atterrit sur le pied droit d'un des hommes du service de protection présidentiel qui avait eu la terrible idée de vouloir l'aider. On put porter à son crédit le stoïcisme dont il fit preuve malgré les vingt kilos qui lui avaient probablement fait gagner une pointure et plus probablement une visite chez le toubib. Elle le remercia pour son aide, lui adressa un discret sourire d'excuse, mais ne s'étala pas sur l'incident, remboîtant juste la poignée télescopique. Une baronne ne s'excuse jamais, ça c'était une des premières leçons qu'on lui avait enseigné à la dure.

Tout ce beau monde fut finalement conduit dans une des salles du palais de l'Elysée. La famille de l'Argentière connaissait ce palais pour avoir toujours été invitée lors des galas de la présidence par contre la jeune physicienne n'avait jamais été dans cette salle, du moins dans ses souvenirs. elle ne semblait en tout cas pas du tout déstabilisée ou dépaysée, plutôt préoccupée par la place qui lui serait attribuée à la table et à déballer ses affaires et des affaires, elle en avait, la Mathilde! Documents, échantillons et quelques petites boîtes antichocs dont le les étiquettes indiquaient qu'il y avait des reproductions de matériel dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 7 Fév - 12:08

Première mission depuis le départ de Neville et première mission depuis l'arrivée du nouveau général. C'était aussi la première fois que Jenny allait se rendre à l'Élysée. Bref, cette mission était en quelque sorte un baptême. Le général avait sélectionné un petit groupe de personnes pour se rendre auprès du président pour plaider la cause du SGC. En effet, depuis quelque temps, tout partait en cacahuète et il était normal pour le président de savoir où en était ce projet étant donné que pas mal d'argent passait là dedans. Jenny avait été choisi pour ses connaissances sur les cultures extra-terrestres en particuliers la tok'ra. Elle n'était pas la seule archéo qui avait été choisie, il y avait aussi Gwarius. Jenny ne connaissait pas grand monde parmi ces personnes choisies. La seule qu'elle connaissait le mieux, c'était Jason. Après elle avait entendu parler de quelques unes mais sans plus.

Une fois le briefing terminé, Jenny était partie se réfugier dans ses quartiers pour potasser et se créer un dossier sur ce qu'elle allait devoir dire là-bas. La jeune femme n'était pas particulièrement à l'aise à l'oral et là, le fait de savoir qu'elle allait devoir parler devant le président ça lui collait des nausées rien que d'y penser. C'était pour ça que la jeune archéologue avait l'intention de se créer un dossier en béton pour compenser son manque de facilité à parler en public.

Le jour J, la jeune femme qui avait essayé de dormir le plus possible, se présenta vêtue d'un tailleur jupe de couleur grise pour essayer de ne pas faire trop sévère. Cheveux attachés et lunettes sur le nez, Jenny se dirigea au point de rendez vous, les bras portant son dossier dans un attaché case et son ordinateur portable dans une sacoche. Il n'y avait que le bruit de ses escarpins qui résonnait dans les couloirs ce qui changeait de d'habitude. Jenny salua tout le monde d'un signe de tête et d'un sourire accompagnés d'un bonjour discret.

Une fois installée le plus confortablement possible dans le puma, Jenny s'enfonça dans son fauteuil et ferma les yeux pour tenter de récupérer un peu de sommeil. Elle persista mais quand elle se rendit compte qu'elle n'allait pas réussir à fermer ne serait ce qu'un oeil, elle baissa les bras et se plongea dans son dossier en attendant la fin du voyage. Jenny ne vit pas le temps passer et fut surprise d'entendre dire qu'ils étaient arrivés. Lorsqu'elle descendit de l'appareil, la jeune archéologue ne quitta pas Jason d'une semelle. Le fait de le voir, la rassurait et elle se sentait un peu moins perdue. Jenny regarda, les yeux écarquillés toute cette escorte qui les attendait. Impressionnée, elle grimpa dans une voiture qui l'amena tout droit vers le palais de l'Élysée, là où tout allait se jouer.

Le petit groupe fut conduit dans une grande pièce gardée par deux gardes républicains. Là, Jenny sentit la pression monter, elle retira la veste de son tailleur et alla se placer près d'une fenêtre pour voir l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Suzanne Rigel
Scientifique
avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG4
Grade / Niveau: Sergent-chef / 181
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 7 Fév - 19:21

Première mission de l'année et pas des moindres. Enfin Suzanne ne savait pas si on pouvait appeler ça une mission, mais allons bon elle le considérait comme tel. La veille encore, elle doutait être la mieux placée pour défendre la base ces temps ci, ne voyant que les mauvais côtés depuis le décès d'Ingrid. Elle avait douté d'en avoir vraiment envie à vrai dire, mais la discussion qu'elle avait eu avec Mickaëlla avait changé la donne. Elle y avait songé une bonne partie de la nuit, et elle en avait conclu que cette « mission » était un bon moyen de retrouver ce qui l'avait poussé à accepter ce poste au tout début. Un peu contradictoire quand on y réfléchissait, c'étaient les politiciens qu'elle devait convaincre, pas elle. Elle ça devait déjà être fait depuis longtemps.

C'est quand elle rejoignit l'équipe constituée pour l'occasion, qu'elle constata que les demoiselles avaient compris la même chose par « classe professionnel non aguicheur », puisqu'elle était vêtue elle aussi d'un tailleur de couleur grise. Elle s'était munie aussi de son ordinateur portable qui contenait les documents dont elle pouvait avoir besoin. Parfois des images et vidéos parlaient plus qu'un long monologue, barbant pour ceux qui comprenaient qu'un mot sur trois.
En voyant la cargaison de Mathilde, un sourire discret se dessina sur ses lèvres, la baronne restait fidèle à elle même et sa présence était un atout conséquent, pensait Suzanne, tant pour ses connaissances scientifiques que pour son extravagante personnalité. Quand elle se présenta, Suzanne fit de même envers sa collègue, même si pour la scientifique ça avait été inutile de lui rappeler qui était Mathilde de l'Argentière.
Elle était aussi ravie de retrouver Gwarius, avec qui elle avait effectué plusieurs missions. Elle en gardait un très bon souvenir, un jeune home compétent, dévoué et avec beaucoup d'humour, ce qui là aussi pouvait être fortement utile. Quant aux autres, elle ne les connaissait que de vue ou de réputation, mais elle était certaine qu'ils étaient tout aussi compétents que leurs collègues.

Et cette journée commençait par une petite ballade en hélicoptère. Suzanne ne pouvait rêver mieux … Mais il était encore tôt, elle pouvait donc fermer les yeux et prétendre piquer un somme et ainsi éviter innocemment de constater la hauteur à laquelle ils étaient. Finalement le trajet dura peu de temps, au plus grand bonheur de la jeune femme. À leur arrivée, une belle escorte les attendait. N'était est ce pas légèrement exagéré ? Bon, après tout elle ne réalisait peut-être pas bien encore qui elle allait rencontrer d'ici quelques instants. Toujours muette, comme la plupart de ses coéquipiers, Suzanne profitait que le véhicule touche le sol pour regarder par la fenêtre. Et il y avait de quoi s'occuper, l'escorte ne passait pas inaperçue, à moins que ce soit courant à la capitale de créer des esclandres pareilles dès qu'on prenait la voiture … Toujours étant qu'en se déplaçant plus discrètement, elle était prête à parier qu'ils auraient pu éviter ce remue-ménage.

Ils arrivèrent enfin à l'Élysée. Les mesures de sécurité ne surprirent guère la biologiste, habituée à celles du SGC finalement. Elle suivit tranquillement le mouvement, demandant au passage à la Baronne si elle avait besoin d'un coup de main pour déballer ses affaires. Suzanne était encore plutôt sereine pour le moment, bien que tout ce qui l'entourait avait plutôt tendance à l'angoisser. Tout était grand et chic, … Un autre monde quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 7 Fév - 23:13

Une mission ? Ah oui c'est sûr, en arrivant au briefing il s'attendait à tout sauf à tout ça ! Non mais l'envoyer devant le chef de l'état pour défendre le projet alors que toutes ses missions avaient terminées en fiasco des plus complets ? Et surtout le fait qu'il était plutôt grandes gueule et pas beaucoup diplomate... C'était vraiment le grand n'importe quoi. Mais bon, avec un peu de chance il n'aurait pas à l'ouvrir et on ne demanderait rien à un pauvre caporal, à condition que bien entendu quelque chose ne vienne le perturber et qu'il ouvre sa grande gueule pour balancer aussi sec ce qui lui passerait par la tête, bien que sa raison lui ferait mettre un peu plus de forme qu'à l'accoutumée.

La tenue ? Ressortir l'uniforme de défilé de son placard et le faire nettoyer.
Les breloques ? Il les avait esquivé à chaque fois et n'aurait pas à en transporter. Et oui, avec parfois un comportement qui ne plait pas toujours aux supérieurs et surtout faire des missions qui n'existent officiellement pas n'aident pas à être décoré, surtout quand on ne veut pas l'être !
Et le reste ? Apprendre les rapports des missions des autres équipes pour pouvoir répondre aux questions qui pourraient lui être posées... Ah... La corde et le tabouret n'étaient pas fournis avec pour mettre fin à ce véritable calvaire ! Il était soldat lui, pas tube à essai ! Il n'avait pas la capacité de retenir tout ça. Mais une chose était sûre, il essayerait d'esquiver le plus possible les ennuis pour cette fois.

Et puis quelle équipe... Des tubes à essais, des tubes à essais partout ! Bon en même temps ça serait eux qui pourraient convaincre pour les bénéfices financiers en parlant dans un langage digne de celui d'une bande d'extra terrestres dégénérés, puis les soldats pour les activités défensives. Bon un inconnu Caporal Chef, et l'autre folle paranoïaque qui voit les méchants de l'opération Talion partout, en même temps, rien de mieux que ça pour défendre les besoins militaires du projet et même en faire grossir les effectifs. Et à part celle-ci, aucun visage connu. Il n'était pas dans la merde !

Le voyage ? En silence, la plupart avaient préféré dormir dans le PUMA limousine tout confort. Lui par contre... Tout ce qui vole, finit par tomber ! Il se contenta de garder les yeux fermés, attentif aux fameuses secousses. Bien évidemment tout se passa sans encombre, et le plus folklorique fut par contre le voyage de l'aéroport à l'Élysée avec la circulation bordélique de cette ville infernale. Ils finirent par être emmenés dans ce petit salon gardé par deux soldats de la garde républicaine. Sûrement pour les empêcher de se balader partout et de mettre leur nez dans des affaires qui ne les regarderait absolument pas.

Le reste de l'équipe quant à elle se dispersa un peu dans la salle, regarder par la fenêtre, ou tout simplement attendre la personne tant attendue en préparant leurs affaires, avec parfois quelques commentaires. Et lui dans tout ça ? Il cherchait déjà la meilleure place pour avoir une certaine tranquillité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Mar 8 Fév - 20:41

Le voyage s'était fait dans un silence et si il n'y avait pas eu les gaffes continuelles de Mathilde pour dérider légèrement l'atmosphère on se serait cru à une procession funèbre.Et maintenant qu'ils étaient tous réunis dans le salon vert personne n'avait osé prononcer un mot à part Gwarius qui avait vainement tenté de rendre l'atmosphère ambiante moins pesante pour les équipiers SG.
C'est donc dans un silence pesant que les équipiers laissaient le temps s'égrener gérant chacun à leur manière le stress.La porte par laquelle ils étaient rentrés s'ouvrit à la volée, un homme rentra dans la pièce un smartphone à l'oreille.La conversation qu'il tenait était des plus concises et énigmatiques.Il lançait des oui des non tout en marchant ne donnant pas plus de détails à son interlocuteur pour au final terminer par un


"Faites au mieux."

L'homme avait raccroché sans prévenir et se tourna enfin vers les équipiers SG, un homme au début de la cinquantaine, brun avec quelques cheveux blancs, le front dégarni des lunettes rondes.Une tête de comptable en somme.Mais Mathilde savait que cet homme était le conseiller le plus écouté du président un homme qu'il valait mieux se mettre dans la poche si on voulait le président de son côté.Le visage de ce dernier s'éclaira quand il regarda les équipiers SG qui se tenaient devant lui.

"Bonjour à tous.C'est un immense honneur que de vous rencontrez enfin en chair et en os.Chaque semaine j'attends avec impatience vos rapports.Vous avez toute ma gratitude pour ce que vous avez accompli."

Cela faisait chaud au cœur de voir que finalement le travail fourni était au moins reconnu par quelques uns.Cela leur faisait au moins une personne à ne pas convaincre mais si cette dernière était dans leur camps cela présageait que dans celui d'en face il y avait de redoutables adversaires.

Quelques secondes plus tard une femme et un homme rentrèrent à leur tour dans le salon.La femme était connue de toutes les personnes présentes, il s'agissait de Michèle Alliot-Marie la ministre d'état aux Affaires Etrangères.Derrière, dans un uniforme bleu-nuit se trouvait un homme que les trois militaires reconnurent instantanément.Il s'agissait du Chef d'Etat Major des Armées, l'amiral Edouard Guillaud.Les trois soldats mûs par un réflexe et comme un seul homme saluèrent l'amiral dans un claquement sec de chaussures.L'amiral les salua avant de leur signifier qu'ils pouvaient se mettre au repos.La ministre d'état prit enfin la parole pour commencer à éclaircir quelque peu la lanterne des membres du SGC.


"Bonjour à vous tous.Je suis heureuse de pouvoir enfin faire votre connaissance, j'aurai souhaité que cela se fasse dans de meilleures conditions.Veuillez prendre place."

La ministre d'état montrait l'immense table ovale qui allait leur servir de table de réunion et sur laquelle les équipiers pourraient déposer leur matériel et leur dossiers.Il y avait même un rétroprojecteur pour ceux qui souhaitaient montrer sur un grand écran les fichiers qu'ils avaient sur leurs ordinateurs.Une fois tout le monde installé la ministre d'état reprit la parole.

"Pour assurer le bon fonctionnement du projet Porte des Etoiles nous nous sommes vus dans l'obligation de faire part de ce secret à certains hauts fonctionnaires.Ce qui nous a permis et devrait nous permettre de débloquer plus de fonds pour vos collègues et vous mêmes.Mais depuis bientôt un an les résultats obtenus par le SGC sont très éloignés de nos prévisions.Etant donné que nous divergeons sur les mesures à prendre pour l'avenir du programme nous vous avons convoqué pour que vous puissiez défendre votre point de vue et nous éclairer sur la situation."

La ministre d'état s'était montrée une habile oratrice, reprenant plus ou moins ce que leur avait dit le général mais tout en sous entendu.Il semblait que dans la pièce ils n'avaient que des amis ce qui voulait dire que leurs adversaires ne tarderaient pas à arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Mer 9 Fév - 9:41

Tout le monde était prêt, ou du moins espérait l'être. Finalement les festivités commençaient avec l'arrivée du conseiller le plus proche du président, de MAM et de son CEMA. A voir la façon dont ils accueillaient les sept membres du programme, tout laissait à penser qu'ils avaient leur soutien, bien qu'en politique le soutien soit d'abord moral tant que les choses n'étaient pas réglées et effectif une fois que les risques étaient écartés, la physicienne au sang bleu était parfaitement au courant de ce genre de choses des plus coutumières dans son milieu d'origine. Les saluant dans le plus pur respect du protocole, elle finit de répartir ses différents dossiers qu'elle avait prévu pour tous les membres de cette petite commission. La scientifique arborait sa mine la plus avenante. L'habituel parade de séduction pour glaner des euros...
En tant que directrice de projet chez Thalès elle avait eut droit à ce genre ballet à plusieurs reprises, elle se doutait que ses collègues archéologues et scientifiques avaient eu aussi à "faire la danse du ventre" pour "quelques dollars de plus". En face cependant, ils avaient des interlocuteurs d'un niveau sensiblement supérieur à ceux auxquels ils étaient habitués et quand bien même ils paraissaient acquis à leur cause, c'était loin d'être gagné car s'ils étaient là c'est que d'autres avaient envie de mettre le programme à la corbeille et s'ils arrivaient à contrer l'influence de personnes telles que celles qu'ils avaient en face, il faudrait affûter ses arguments, bien ajuster son armure et se préparer à encaisser des coups bas.


"Monsieur le conseiller, madame la ministre, amiral, c'est également un privilège et un plaisir que de vous rencontrer fusse dans des circonstances particulières. Croyez bien que cela fait chaud au cœur de savoir que ce que nous faisons intéresse au delà des murs de notre base. Il est parfois assez difficile de se rappeler qu'il y a quelque chose en dehors de notre bunker souterrain et la Porte des Etoiles, encore plus qu'il y a des soutiens à l'extérieur. Bénéficier de votre soutien signifie beaucoup pour chacun de nous. Vous êtes bien évidemment au fait que depuis une année au moins des gens travaillaient en notre sein à court-circuiter nos opérations, nous espionner et parfois nous assassiner.
Dans ces conditions, simplement survivre s'est avéré être une petite victoire et je pense que mes collègues ayant été directement confrontés à ces adversaires.
Nous avons pu constater que nos adversaires terriens, disposaient de moyens au moins équivalents aux nôtres. En survolant rapidement ces moyens, on peut parler de recherche et développement suffisamment évoluée sans doute bien supérieure à ce dont nous disposons. Leurs installations ont montré une fusion efficace de technologie extraterrestre et terrienne. Mais pour cela, il faut du matériel, tant les échantillons de technologie extraterrestre que le matériel pour réaliser cette hybridation. La politique du SGC quand au contact avec les autres civilisations est soumise à des contraintes déontologiques auxquelles nos adversaires qu'ils soient terriens ou non ne répondent pas. Un grand maître goa'uld ou Hégémonie ne vont pas demander poliment à un peuple s'ils peuvent extraire le minerai précieux dans les sous sols de leur territoire. Ils viennent, ils massacrent et/ou réduisent en esclavage la plupart des autochtones et pillent sans scrupule.
Forcément la capacité à récolter des minerais comme le naqwadah ou le trinium sont beaucoup plus difficiles pour nous. Ensuite, il faut bien voir que nous devons adapter les matériels de recherche à ce que nous trouvons et là encore, cela est rendu difficile car nos outils sont généralement de seconde mains pour les plus modernes. Partager un supercaculateur vieux de quinze ans avec mes collègues biologistes qui ont besoin de séquencer l'ADN d'une plante prometteuse va induire un délai supplémentaire dans l'avancée de nos recherches quand eux disposent d'ordinateurs dont nous n'osons même pas rêver au SGC. Parfois les choses sont un peu plus désagréable et une centrifugeuse explose car elle n'est pas l'outil adéquat et qu'il aura fallu bricoler et seule la chance épargne le personnel qui se trouvait à proximité."


La physicienne s'exprimait d'un ton très calme et posé, mais grave, laissant bien comprendre que leur camp, en théorie celui des gentils, était quand même bien handicapé par des considérations matérielles.

"Ce qui fait la différence entre eux et nous, au delà de nos règles d'engagement et notre code de déontologie c'est la dévotion à notre travail car nous avons la chance d'explorer des domaines jusqu'alors inconnus, cet attrait de l'aventure, mais aussi la fidélité aux engagements pris sous le drapeau font la différence. C'est une chance inestimable d'avoir la possibilité de passer la Porte des Etoiles et d'explorer de nouveaux mondes, tous les membres du programme en sont conscients sinon ils ne seraient pas là. Des retombées technologiques, nous allons pouvoir vous en présenter, mais sachez que nous en sommes actuellement réduits au système D et au bricolage, je vous laisserai donc imaginer ce que nous pourrions accomplir avec une augmentation de seulement 18.42% du budget annuel quand vous aurez sous les yeux ce qui a déjà été découvert."

Un peu plus de passion dans la voix, la gestuelle plus libérée pour témoin de son implication et de son engagement personnel dans ce qu'elle évoquait, Mathilde se faisait l'avocate du programme avec cette entrée en matière enthousiaste sans être pressante. Le chiffre avancé était annoncé de façon indicative en contradiction totale avec la précision de ce dernier. De toute évidence la petite jeune femme avait creusé la question et par ce petit détail indiquait qu'elle avait révisé sa leçon. Les adversaires du programme allaient devoir compter avec sa pugnacité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Kawalsky
Militaire
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 21

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Caporal-chef / 93
Age du personnage: 37 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Jeu 10 Fév - 23:52

Un silence de mort régnait dans le salon et ce jusqu’à l’arrivée d’un conseiller du président, celui-ci semblait satisfait du travail fournit au SGC mais Kawalsky se méfiait des personnes qui commençaient par des compliments, il s’était prit assez de couteau de la dos pour savoir que beaucoup jouait un double jeu. Le militaire resta indifférent jusqu’au prochain arrivage qui comprenait une personne que tous les militaires de France connaissaient, Edouard Guillaud. Dés qu’il vu l’officier pointer le bout de son nez, le premier réflexe de l’ex-RAPAS fut de se mettre au garde à vous. Jason ne bougea plus d’un cil jusqu’à qu’il est reçu l’ordre de se mettre au repos.
Après cette brève rencontre, tout le monde prirent place à une table se trouvant dans le salon et sans perdre un instant, la discussion débuta. Le sujet n’intéressait guère Jason, le budget du SGC n’était pas un point qu’il connaissait vraiment, sans oublier les besoins en matériels scientifique, mais malgré cela, il faisait semblant d’écouter et ce juste pour faire bonne impression à l’égard de l’amiral.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne Rigel
Scientifique
avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG4
Grade / Niveau: Sergent-chef / 181
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 11 Fév - 1:46

La pression monta d'un cran à l'approche des premières figures de l'Élysée. Bon, même si Suzanne était incapable de mettre un nom sur le visage des deux hommes, elle se doutait bien qu'ils étaient tout aussi importants que leur consœur Alliot-Marie, ce qui finalement ne mettait pas à l'aise. Voir cette dernière en chair et en os et non derrière un écran était particulier, mais n'enlevait rien à son charisme. À force d'observer silencieusement tout ce beau monde, Suzanne en arrivait à se demander ce qu'elle faisait là, et comment ils avaient pu la laisser entrer surtout. Elle avait beau être biologiste et avoir un but précis aujourd'hui avec ses collègues, elle ne se sentait pas du tout à sa place, surtout coincée dans ce foutu tailleur.
Bref, les membres du SGC furent invités à prendre place autour d'une grande table. C'était en effet le meilleur moyen de commencer. Et le message délivré par la Ministre était clair. Les résultats n'étaient pas concluants, pourquoi continuer à financer le programme en clair ? Dans cette affaire, Suzanne avait en effet beaucoup entendu parler de chiffres. Et que ce soient les bons ou de simples rumeurs, la scientifique avait quand même du mal à prendre conscience de cette somme. Qu'il y ait 7, 8 ou même 9 zéros, dépassé un certain stade les chiffres n'avaient plus vraiment de sens. Oui c'étaient des sommes astronomiques, mais rares étaient les personnes à avoir conscience de ce que ça représentait réellement.

Suzanne ne fut pas surprise de voir Mathilde répondre la première. C'était sûrement celle qui se sentait le plus à l'aise ici, et qui en savait le plus aussi par la même occasion. La jeune femme écouta attentivement son discours, elle trouvait la baronne captivante et très charismatique. Une passionnée en somme, ce qui en faisait un atout conséquent. Au passage, elle approuva, d'un discret signe de la tête, ses dires quand elle aborda le sujet du matériel mis à disposition actuellement au SGC.

Une fois qu'elle eut terminé, Suzanne ne put s'empêcher d'expirer profondément comme si c'était elle qui venait de parler tout ce temps. Mathilde avait annoncé la couleur dès le début, tout en laissant l'idée qu'ils allaient leur montrer ce qu'ils avaient justement découvert depuis l'ouverte du programme. Il n'y avait plus qu'à attendre une réponse ou du moins une réaction de la part de la Ministre, parce qu'après une entrée en matière de ce genre il n'y avait plus grand chose à ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 11 Fév - 2:19

Les personnalités les plus importantes du gouvernement venaient de rentrer dans la salle, certaines dont Ivan ignorait totalement le nom, ne s'occupant pas réellement de tout ce qui avait attrait à la politique. Lui il allait là on lui disait d'y aller, en râlant et parfois en contestant si l'ordre était débile, mais il le faisait ! Comme les autres soldats il réagit par un garde à vous à l'entrée du chef d'état majeur puis pris enfin place à l'invitation de s'installer autour de la fameuse table.

Le thème fut enfin abordé : Les résultats peu reluisants du projet au niveau bénéfices financiers, ce que l'une des tubes à essai sembla défendre assez bien dans un langage complètement inconnu au soldat. Elle aurait parlé dans une autre langue ça aurait été la même chose, sauf sur un point qu'il comprit, leurs adversaires étaient mieux équipés et n'avaient pas les mêmes notions de savoir vivre et de savoir faire en employant la force qui est au final beaucoup plus payant pour eux, mais loin des valeurs défendues par le gouvernement.

Et les chiffres approchaient... Non ca allait commencer par lui faire mal à la tête à ce rythme là. Mais bon au moins une chose était sûre ! Il n'était pas le seul à ne rien comprendre ! Qu'on lui parle de flingue, de stratégies de combats ça, c'était plus facile, et même s'il n'avait encore pas "réellement" rencontré les goa'uld hormis dans une sorte de rêve les rapports étaient suffisants pour savoir ce qu'en théorie ca donnerait. Le tout c'est qu'on ne lui demande pas de répéter ce qu'il avait entendu avant... Mais le rôle des soldats allait venir bientôt, et certainement au sujet des pertes humaines sans compter les couts de l'armement mobilisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwarius Deschains
Archéologue
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 22/01/2011

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: Caporal-chef / 91
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 11 Fév - 8:03

La crème ne se fit pas attendre plus longtemps puisque qu'arriva enfin une personne qui semblait importante ici, à l'entendre parler au téléphone. Quoique que peut-être pas si importante que ça, puisque'elle ne pris pas la peine de se présenter et leurs parla directement en expliquant avec quelle impatience il attendait les rapports et fessait savoir sa gratitude. Au moins peu-être y-aurait t'il une personne avec qui s'entendre ici, ce qui ne serais pas de trop vu la tâche ardue qui les attendaient. La ministre et un général arrivèrent à leurs tours et ils s'installèrent à une table.

La ministre commença à parler pour leur dire ce que tout le monde savait déjà, mais qui était bon de redire juste pour faire une intro des lus correcte sans doute. Mathilde pris la parole et répondit, ce qui rassura Gwarius qui lui ne savait pas trop quel rôle il devait jouer ici, il ne savait pas trop quoi penser non plus. Il était prêt à répondre à n'importe quelle question sur son boulot ou sur son vécu, mais pour tout ce qui était du budget ou de la politique il laisserait ça aux autres.

L'archéologue ne put qu'approuver le discourt de sa collègue, qui d'entrée mit en avant les problèmes liés à Hégémonie et le fait qu'ils aient du meilleur matos qu'au SGC. De quoi se demander où ils avaient trouvés tout se financement, eux. Le code de déontologie était un point fort aussi, le personnel du SGC était de loin la minorité la plus respectable sur terre, et parmi le reste du monde elle ne fessait pas mauvaise figure non plus. Malgré l'importance de la situation Gwarius ne pouvait s'empêcher de penser à autre chose, en effet il se demandait ou pouvait bien être le président, on lui avait pourtant dit qu'il le verrait, mais toujours rien. Même s'il n'était pas spécialement fan de lui et qu'il redoutait ses réticences éventuelles, il avait bien envie de le voir, juste histoire de dire à ses proches que lui au moins l'aura vu en chair et en os dans sa vie, la classe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 11 Fév - 12:39

Alors que Jenny était perdu dans ses pensées, le regard au loin, des personnes entrèrent dans la pièce. La jeune femme ne les vit pas immédiatement et se fut seulement lorsqu'elle entendit quelqu'un parler au téléphone. Elle se retourna et vit des personnes rentrer dans la pièce. Jenny ne savait pas du tout de qui il s'agissait mais à l'évidence, elles devaient être très importantes. Toujours dans son coin, Jenny les regarda prendre place et écouta avec attention ce que la femme avait à leur dire.

Lorsqu'elle eut terminé, Jenny regarda rapidement ses collègues car elle ne savait pas du tout qui devait dire quoi, comment faire. Heureusement, pour les sauver, Mathilde prit la parole et exposa tout ce qu'elle savait. Jenny l'écouta avec attention et ne pu s'empêcher de hocher la tête pour montrer qu'elle était d'accord avec ce que racontait la scientifique..

Jenny remarqua qu'elle n'était pas la seule à être légèrement perdue ce qui la rassura un peu. Mais elle se sentirait beaucoup mieux lorsqu'elle aurait raconté ce qu'elle avait à dire...
Revenir en haut Aller en bas
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 11 Fév - 16:43

Mathilde parlait avec passion mais avec savoir faire et il semblait que ses collègues lui concédaient le rôle tacite de représentante en chef du SGC pour cette réunion.Pourtant les archéologues avaient également eu leur lot de contrition auprès des particuliers et différentes administrations qui subventionnaient les fouilles et recherches.Et oui le métier d'archéologue n'était pas aussi exaltant en dehors du SGC.Suzanne elle n'avait eu jamais eu besoin de quémander, son domaine d'expertise était suffisamment bien pourvu en mécènes pour ne pas avoir besoin de déranger les scientifiques pour le négoce.Parfois on les faisait venir pour retourner le cerveau des actionnaires et puis on les relâchait dans leur laboratoire.Les militaires quand à eux pouvaient approuver ce que Mathilde disait mais il fallait bien avouer qu'ils n'étaient pas très au faites des problèmes rencontrés par ces derniers.En y réfléchissant un peu la maigre augmentation que demandait Mathilde ne ne paraissait pas énorme pour le commun des mortels.Pour un comptable elle était énorme et si on la ramenait en euro, elle était scandalisante et dépassait facilement le milliard! Il allait en falloir des kermesses et des galas de charité!

Le discours de Mathilde semblait faire l'unanimité à part sur la fin ou le conseiller et l'amiral grimacèrent un peu à l'énoncé du chiffre lancé comme une poignée de riz par Mathilde.Madame la ministre si elle était surprise ne laissa rien paraitre de ses sentiments et resta digne.La sortie de Mathilde était osée, et peut être pas si mal calculée que ça.Alors que la survie du programme était en jeu elle demandait une rallonge comme si la reconduction de ce dernier allait de soi.Mais elle n'eut pas le temps de savourer sa maigre victoire, autant que les trois personnes qui se trouvaient en face d'elles n'eurent pas le temps de réagir qu'une nouvelle voix se fit entendre.Un homme d'une soixantaine d'années et aux cheveux blancs, suivi d'un autre homme d'une quarantaine d'années avec une tête de comptable, venaient d'entrer dans la pièce comme si ils étaient les propriétaires des lieux.


"Vous avez la verve vive Baronne.Mais la maigre augmentation que vous quémandez représente plus d'un milliard d'euros.Demande plutôt osée vu que le projet Porte des Etoiles est sur la scellette."

L'homme alla s'asseoir à la table se mettant à l'écart des deux groupes.Il regardait d'un air satisfait l'assemblée réunie autour la table.Madame la ministre d'un geste de la main désigna les deux nouveaux arrivants.

"Le sénateur Duprey, membre du Conseil Constitutionnel, et l'agent Many de la Commission des Finances.Ils font partie des personnes que vous devrez convaincre."


Le sénateur ne perdit pas une seule seconde pour repartir à la charge.Il était du genre à aimer s'entendre parler, il semblait particulièrement fier de ses interventions et ce en toutes circonstances.


"Et ça ne sera pas chose aisée parce aux vues de l'incompétence de certains et de l'insouciance des autres.Le personnel du projet Portes des Etoiles a failli causer des catastrophes à l'échelle planétaire.Dans vos rapports de mission vous ne cessez de nous rabattre les oreilles avec les possibilités probables sur le plan scientifique et des ennemis tels que les goa'ulds.Ennemis que vous avez provoqué, et que vous avez monté contre nous.Quand aux progrès sur le plan technologique qu'avons nous?Rien.Et vous voudriez un augmentation de votre budget?Pourquoi faire?Pour mettre un peu plus la Terre en danger?Pour causer plus de catastrophes?Non vous n'aurez pas un centime j'y veillerai!"


Le nouvel arrivant était des plus désagréables et était carrément hostile envers le programme et ses membres.A une autre époque ils auraient fini au bûcher ou dans le meilleur des cas à la guillotine.L'agent Many qui se trouvait à ses cotés avait les mains croisées posées sur la table et regardait l'assistance d'un regard sans vie derrière ses lunettes rondes, il donnait l'impression d'avoir autant de cœur qu'une calculatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Sam 12 Fév - 22:32

Les rats montraient donc leur vilaine face au grand jour et par les dieux de tous les panthéons qu'ils étaient laids! Mathilde rajouta vite méprisable à la liste. Tout en lui inspirait le dégoût et le mépris le plus total au regard de la scientifique. L'archétype même de l'individu qu'elle abhorrait par dessus tout. Son regard brilla d'une étincelle d'hostilité cristallisée et en d'autres circonstances elle l'aurait verbalement crucifié e la façon la plus humiliante possible, mais il y avait beaucoup trop en jeu pour laisser libre cours à son animosité... Pour le moment.
La scientifique sourit face à la volée de bois de vert et fit simplement distribuer un petit dossier contenant des informations sur les technologies découvertes par les équipes SG et avec un potentiel important.


"Nous sommes touchés par votre attention, monsieur le député. Il est tellement important d'avoir des personnes pour rejouer le match une fois la poussière retombée. Vous évoquez l'hostilité des Grands Maîtres Goa'ulds à l'égard de ce qu'ils appellent la Tau'ri, à savoir notre planète. Sachez, monsieur le député que les goa'ulds n'ont pas besoin de prétexte pour être hostiles. Ils ont une vision très simple des choses, d'un côté les serviteurs, qu'ils soient goa'ulds, jaffas ou humains et de l'autre côté, les ennemis. Et ils ne règlent pas leurs problèmes par médias interposés ou dans un hémicycle, ils se livrent à leur jeu favori, la guerre.
Nous avons besoin d'infrastructures et de technologies nous permettant de lutter à armes égales contre eux. Et nous partons avec un handicap tant qualitatif que quantitatif! Un simple croiseur ennemi appelé Ha'Tak pourrait rayer les grandes agglomérations de la planète en quelques jours de bombardement orbital sans que nous puissions lui opposer la moindre résistance efficace. Ses boucliers énergétiques sont suffisamment puissants pour encaisser la déflagration d'une ogive TN 75 de 110kt sans que cela entraîne la moindre surchauffe de leurs systèmes. cela bien entendu si nous avions la possibilité de lancer un missile qui ne serait pas intercepté par les canons à plasma du vaisseau et cela n'arriverait pas, avec leur faible vitesse, les missiles seraient anéantis avant même d'avoir quitté l'atmosphère. UN vaisseau! Un grand maître de premier ordre tel que Heru Ur ou Apophis en dispose de dizaines sinon de centaines.
Si vous croyez qu'enterrer la Porte des Etoiles et faire la politique de l'autruche va nous éviter de les affronter, permettez moi de vous dire que vous faites fausse route, du tout au tout. Nous avons deux possibilités. La première consiste à se préparer à des millénaires d'esclavage et un anéantissement de la société que nous connaissons. Rayez le triptyque républicain de votre mémoire car sous le joug des goa'ulds, il n'y a pas d'égalité, de fraternité et encore moins de liberté. La noire période de l'Occupation ressemblera à une époque bénie en comparaison! La seconde option est de se donner les moyens de se défendre. Se défendre grâce à nos stratégies, à nos alliances avec des civilisations extraterrestres et grâce aux technologies que nous aurons pu adapter grâce à rétro-ingéniérie et aux ressources introuvables sur Terre. Et cela, monsieur le député, cela demande, des connaissances et des savoir faire que nous avons dans nos diverses domaines d'expertise."


D'un geste ample elle engloba ses confrères du SGC.

"Et cela, quoique vous puissiez dire ou penser, nous en avons, le simple fait que nous soyons ici à en parler le justifie, je crois que mes collègues militaires pourront vous parler de façon plus précise de la dernière confrontation avec les forces du grand maître goa'uld Amon t de la façon dont ils se sont occupé de l'affaire. Cela demande également du temps, denrée dont nous allons finir par manquer car rien ne nous garantit que le statu quo dont nous jouissons durera et aux vues de la dernière opération du SGC, je doute que nous ayons guère plus de sursis, autrement dit nous devons mettre les bouchées doubles. Et pour cela, il nous faut des moyens financiers adéquats qui nous permettront de financer nos recherches et développements. Evidemment si vous pouvez nous offrir gracieusement ce qui nous fait défaut, j'ai ici toute une liste de matériels dont nos laboratoires se verraient bien dotés.
La guerre que nous menons contre les goa'ulds ne va pas se mener comme celle que nous avons en Afghanistan, s'il y a de la casse un achat sur étagère de quelques fusils derniers modèles et de nouveaux gilets pare balle n'y changeront rien, nous serons écrasés sans l'ombre d'un doute. Ce qu'il nous faut ce sont des nouvelles technologies et nous ne pouvons les développer rapidement avec les moyens que vous mettez à notre disposition, c'est aussi simple et implacable que cela.
Oui, je demande une augmentation de budget de 1,289,485,711 euros et je vous fais grâce des centimes. Mais ce n'est pas pour installer un jacuzzi en marbre noir de Gêne avec robinetterie en or dans nos installations - quoique l'attention serait fort touchante - ou d'une installation HiFi de dernière génération pour meubler nos si longues journées de travail. J'ai parfaitement conscience de la dimension du nombre et si l'on pourrait avec cela financer un demi porte avion, acheter deux ans de production de Rafale et bâtir des milliers de rond points et autres ponts en rase campagne ou tripler le bouclier fiscal si cher à vos amis, ce milliard vous permettra seulement de pouvoir vous présenter à votre succession lors des prochaines élections voire viser plus haut si le cœur vous en dit. De pouvoir continuer à vivre comme vous le faites aujourd'hui et d'assurer à nos concitoyens un avenir, et je ne parle pas seulement des français, mais des habitants de la Terre entière. Je suis certaine que vous savez où se trouve votre intérêt, monsieur le député et puisque vous semblez douter de nos avancées, voilà quelques éléments pour vous faire voir que nous ne sommes ni insouciants, ni incompétents. Ce genre de défauts se traduit lors de missions par une maladie foudroyante sans remède connu sur Terre, la mort."


Au gré de quelques remarques à l'acidité suffisante pour dissoudre le trinium, la scientifique avait parlé d'un ton grave bien que toujours aussi passionné. Oh oui, ça la verve, elle l'avait et depuis sa prime jeunesse. Et si les mots avaient des armes létales, on pourrait la classer dans la catégorie des tueurs en séries les plus redoutables.
Ouvrant sa valise sécurisée, elle en retira un jeu de plaques noir mat d'une épaisseur inférieure à un centimètre et d'aspect souple. Elle fit distribuer les échantillons de taille modeste à tout le monde.


"Ceci est le projet sur lequel je travaille depuis maintenant plusieurs années. Un composé à action binaire capable de convertir l'énergie cinétique de façon totale et immédiate en énergie calorifique et vice versa. Les protections balistiques actuelles fonctionnent sur le principe de la dispersion de l'énergie cinétique au travers de la plaque de façon à ralentir le projectile le plus vite possible. La balle est ralentie de façon à ne causer que des dommages superficiels ou du moins, bien moins grave que ceux causés si la protection n'était pas en place. ce composé fonctionne de façon totalement différente, il joue non pas sur la dispersion de l'énergie cinétique, mais sur sa conversion en énergie calorifique, autrement dit, en chaleur. Toute la subtilité est alors de générer le pire ratio de conversion possible de façon à ce que le maximum d'énergie cinétique soit transformée en un minimum d'énergie calorifique, il ne servirait à rien de sauver un soldat d'une blessure par balle si cela avait pour conséquence de le faire brûler vif dans son gilet! Croyez moi, c'est une expérience déplaisante!" La scientifique sortit une autre plaque, qui apparemment avait connu des jours meilleurs. On pouvait y voir un impact de balle de petit calibre et une déformation sur un bord, sans doute due à un projectile ayant frappé à la limite de la protection. "La plaque que vous tenez en main est le modèle 4.1.9, celle que je vous montre est le modèle 3.8.4. Pour être efficace, il faut que le polymère complexe repose sur un substrat aux propriétés physiques particulières. Ce doit être un composé aux capacités de déformation limitées mais élastique, capable de véhiculer de la chaleur mais avec un point de fusion très élevé, léger... en quelque sorte, mon Saint Graal si vous permettez l'expression. Le modèle 3.8.4 est à base d'un alliage Titane-Tungstène et le ratio de polymère en faveur d'une absorption cinétique. Vous pouvez remarquer que cette plaque a absorbé un projectile sans déformation aucune." Elle retourna la plaque pour que l'on voit bien l'absence de déformation sur l'autre face. "Le second projectile du fait de la taille réduite de la protection a seulement été ralenti, mais suffisamment pour éviter tout blessure mortelle. Il s'agissait de deux balles perce blindage de type SS190 tirées par un pistolet de la Fabrique Nationale Herstal Five Seven à bout touchant. Le problème a résidé dans le substrat dont les propriétés étaient insuffisantes ce qui a entraîné un accroissement de la température et un embrasement du gilet qui l'abritait.
Récemment un métal ramené d'une mission de prospection m'a permis de réaliser les plaques que vous avez en main et les essais préliminaires me permettent d'ores et déjà de vous dire que contrairement aux chevaliers de la Table Ronde, j'ai trouvé le Saint Graal. Des essais balistiques réalisés entre de zéro à cent mètres indiquent une capacité d'arrêt des projectiles quinze fois supérieure à celle d'un gilet de classe IV indice NIJ. La plaque que vous avez en main, messieurs dames, a rompu quand nous l'avons testé face à un projectile perce blindage de 20x139mm à cent mètres ce qui est honorable pour une protection destinée à équiper des fantassins! Ceci est un des éléments que nous devons à la Porte des Etoiles et qui pourrait sauver la vie de beaucoup de nos soldats. Je crois que je ne vous ai pas parlé de son poids six fois moindre que celui d'une plaque de blindage conventionnelle de niveau IV de sa flexibilité qui permettrait d'en équiper les véhicules légers sans faire que l'augmentation de poids ne soit rédhibitoire, elle ne rouille pas, est imputrescible est les plaques usagées peuvent renvoyée pour une nouvelle fonte et une nouvelle presse.
Quand au prix, puisque c'est une chose qui semble vous tenir à cœur, à part le brevet sur le polymère complexe qui est ma propriété, la matière première nécessitera pour cinquante cinq pour cent une exploitation extraplanétaire auprès d'une civilisation amicale. Restera alors le matériel de fonte et de presse qui sera bien moins cher que d'acheter des gilets peu efficace et de former de nouveaux soldats en remplacement de ceux tués ou rendus incapables d'exercer leur mission à cause d'un gilet inefficace! J'ai moi même financé la réalisation de ces échantillons que vous avez sous la main et il m'en aura coûté cent douze mille trois cent euros pour assembler un four à arc miniature et une presse de ma conception et pour le double j'aurai pu mouler des plaques complètes pour faire une démonstration . Deux cent cinquante mille euros pour des prototypes fonctionnels soit un coût quatre fois moindre que celui du déploiement d'un soldat en Opération Extérieure pour une année, salaire compris. Le budget n'est pas gaspillé en consoles de jeu comme vous pouvez le constater!"

Elle affichait son petit sourire aimable, mais son regard distillait toujours cette lueur aux teintes écarlates.

"Vous allez me dire que cela ne servirait à rien contre des armes des goa'ulds et je vous répondrai que vous vous trompez. Le polymère complexe peut être ordonné de façon à convertir l'énergie calorifique en énergie cinétique, une simple question de ratio. En agençant les couches de polymères de façon adéquate, l'énergie cinétique est distribuée dans toutes les directions et rien ne se produit de visible, mais on peut très bien faire en sorte de générer une énergie antagoniste à celle générée par l'explosion de la décharge de plasma sur le gilet ce que je déconseille car dans ce cas le sujet s'exposerait à d'autres tirs et si la plaque est suffisamment résistante pour subir les assauts de deux ou trois décharges successives, le gilet qui la contient quand à lui aura tendance à fondre et brûler. Nous pouvons créer des protections efficaces pour nos soldats sur Terre et ceux du programme Porte des Etoiles."

Elle posa la plaque endommagée et tirant de la valise un petit caisson antichoc, elle en retira un zat sur lequel on voyait une étiquette blanche avec en rouge marqué "fac similé"

"Dans le domaine de la rétro ingénierie, nous travaillons sur des éléments divers, notamment l'armement des forces jaffa. Ce que vous voyez dans ma main est une réplique fidèle d'une arme appelée zat'nik'tel. Le dossier que je vous ai fourni contient des détails sur son mode de fonctionnement et sur son efficacité. Le principe est simple, l'arme envoie une ode rampante qui va remonter le long du système nerveux et paralyser la circulation du signal nerveux entrainant une paralysie physique voire l'inconscience de la cible selon sa constitution et sa physiologie. Un deuxième tir alors que la cible est toujours neutralisée aura pour conséquence, une surcharge fatale de son système nerveux se manifestant par un arrêt cardiaque. Le troisième tir rompt la cohésion moléculaire et vaporise la cible. Il a été mis en évidence que ces modes de tir sont dus à des variations de la fréquence de l'onde rampante, nous pourrions donc à terme produire des armes n'induisant que l'un des trois effets. Comme l'onde est rampante, elle se glisse littéralement autour des protections et les rend inutiles à moins d'installer un dispositif sur lequel une autre équipe travaille également. Le zat comme nous l'appelons couramment ne risque pas de tuer une personne accidentellement, même si l'onde semble être un arc électrique, elle n'en a que quelques propriétés comme celle d'être conduite facilement par les éléments conducteurs ce que je pourrai vous expliquer, mais qui n'a finalement que peu d'intérêt."

La chose était presque historique, Mathilde n'avait pas perdu le fil de la discussion pour se lancer dans une de ses digressions dont elle avait le secret, enfin, elle avait tout du moins su abréger très rapidement alors qu'en temps normal, elle aurait pu leur parler de l'interaction entre l'onde rampante et les électron libres pendant une demie journée... si elle n'avait pas changé de sujet avant cela.

"Le mécanisme du zat'nik'tel étant assimilé, nous sommes en mesure de pouvoir élaborer un prototype d'arme plus fonctionnelle et efficace que l'original car s'il est un point où nous sommes en mesure de marquer des points face aux goa'ulds c'est en terme d'optimisation de leur propre technologie. Comme vous pouvez le constater, l'arme est esthétiquement bien réalisée, on pourrait la faire trôner dans son salon à côté de quelques statuettes égyptiennes avec un succès certain, elle est relativement légère grâce aux matériaux employés et dispose d'une énergie propre suffisante pour plusieurs vies humaines d'utilisation! Mais vous noterez également que d'un point de vu fonctionnel, l'arme est mal conçue. Et il en est de même de toute leur technologie."

Elle sortit une lance jaffa en pièce détachée de son "chapeau magique"et la remonta en un tour de cuillère à pot.

"Ceci est l'arme principale des guerriers jaffas et comme j'ai pu le voir en restant trois ans dans la galaxie avec mon équipe, une arme relativement courante. Là encore, une réalisation esthétique impeccable et un aspect redoutable. Le côté pagaie comme je l'appelle est suffisamment robuste pour fracasser une boîte crânienne quand on a la force pour manipuler cette arme comme un bâton de combat. La gemme mauve que vous voyez en son centre est le générateur d'énergie avec en son centre une quantité limité d'élément hautement énergétique donnant à l'arme la capacité d'être employée durant des décennies, elle a même une durée de vie supérieure à son utilisateur!
Mais là encore, elle est mal étudiée et c'est pour cela que nous ne l'employons pas. L'arme est lourde, encombrante et comme le zat'nik'tel ne dispose pas d'organes de visée ce qui lui confère une précision déplorable à peine compensée par l'entraînement jaffa. Seuls les plus aguerris de leurs guerriers peuvent toucher une cible au delà de cinquante mètres. Par contre si une décharge de plasma vous touche, il y a peu de chance que vous ayez à vous soucier de l'endroit où vous avez pu égarer vos clefs de maison... Une décharge à puissance maximale peut traverser vingt millimètres de titane et garder suffisamment d'énergie pour creuser dans le corps d'un humain un trou de la taille d'une balle de handball. Cela correspond à la protection maximale dont dispose un soldat terrien. L'énergie dégagée à l'impact est à peine inférieure à celle d'un obus de vingt millimètres. en désassemblant des lances nous sommes arrivés à la conclusion que nous pourrions assembler par rétro ingénierie une nouvelle disposant de la puissance de feu et de l'endurance d'une lance serpent avec une précision et une efficacité terrienne.
Dans les deux cas présentés, ce qui nous ralentit est le manque de puissance de calcul dans la phase de simulation des pistes de travail. Nos calculateurs sont non seulement trop anciens, mais nous devons les partager avec nos collègues scientifiques et archéologues. Et leurs recherches sont tout aussi importantes que les nôtres. Je sais également que la mise en œuvre de prototypes demandera une infrastructure dont nous ne disposons pas actuellement. Pour reprendre l'expression, nous sommes en train de bricoler au fond du garage, nous ne pouvons pas dans délais inférieurs à une année découvrir une technologie, la comprendre et l'adapter à celle dont nous disposons le tout avec un budget aussi serré et des équipements de seconde main."


au ton qu'elle employait à ce moment là il semblait évident que cette idée était tout simplement grotesque et qu'il fallait être un simple gratte papier bien à l'abri derrière son bureau pour y penser.

"Nous touchons à une technologie qui dépasse de très, très loin ce qui est produit sur Terre. Pour vous donner une idée de la différence entre la technologie que nous avons à portée de main et son avancée sur la nôtre, sachez qu'il faut pour faire fonctionner la Porte des Etoiles un générateur atomique de quatre tonnes dans son infrastructure qui en pèse des dizaines, quatre supercalculateurs et environs deux tonnes de matériel informatique tenant dans deux pièces distinctes et les encombrant totalement ainsi qu'une vingtaine de techniciens. Et nous ne faisons qu'émuler imparfaitement le système originel qui lui mesure un mètre dix de diamètre pour une mètre quarante de haut et pèse moins de cinq cent kilogrammes... TOUT compris!
L'énergie que consomme un croiseur Ha'Tak pour entrer en hyperespace suffirait à alimenter Paris pendant un an en allumant les éclairages publics vingt quatre heures sur vingt quatre et il met moins de temps pour rallier le Soleil depuis Pluton que vous n'en mettez pour regagner votre demeure en partant d'ici toujours en employant cet hyperespace. Hyperespace que nous ne connaissons que dans nos séries de science fiction et que eux emploient tous les jours soit dit en passant... Vous trouvez que notre ISS est un bijou de technologie? Je suis montée dans des vaisseaux spatiaux qui la font passer pour un agrégat de tôle risible et ces vaisseaux n'étaient que pour la plupart des engins de transport aussi communs pour les goa'ulds qu'une voiture pour nous."


Quelques exemples suffisamment révélateurs du fossé entre la Terre et la plupart des mondes de la Voie Lactée.

"Des débouchés pour la Terre? Mais ce ne sont pas les possibilités qui manquent, monsieur le député, ce sont les espèces sonnantes et trébuchantes qui font que nos idées deviennent votre réalité. Vous voulez des nouveautés, vous voulez des avancées? Il faudra y mettre le prix, et je ne vous conseille pas de mégoter parce que Hégémonie ne mégote pas elle, et les goa'ulds eux non plus dans leurs efforts pour anéantir un adversaire gênant et ne considèrent que la force comme argument valable. Actuellement, c'est l'ingéniosité de mes collègues qui a pu faire barrage aux catastrophes dont vous parlez et aux manœuvres de ce groupe terroriste ainsi qu'aux tentatives de domination de la planète par des entités extraterrestres.
Si l'expérimentation de matériel sensible vous effraie, très bien, financez un site extraterrestre, cela vous évitera de vous faire voler une Porte des Etoiles ou autre par des agents corrompus ou des puissances étrangères. Cela nous évitera aussi d'avoir à nous justifier d'erreur qui ne sont pas les nôtres mais le résultat d'une infiltration par une organisation contre laquelle vous manifestez moins d'hostilité que pour ceux qui défendent leur pays de façon honorable et au péril de leur vie. Ceux des nôtres qui ont perdu des amis sauront apprécier cette différence de traitement à sa juste valeur. Et le résultat d'un manque de moyens chronique
Sachez également que si vous nous accordiez un budget de R&D décent nous aurions depuis au moins un an et demi un générateur de conception hybride et totalement autonome ce qui résoudrait tous les problèmes d'alimentation et les frais attenants."


Hop, un dernier clou enfoncé avec une absence de sourire et une voix d'une froideur polaire. elle avait elle même failli risquer la mort à cause de ces affaires d'espionnage et si cela ne figurait pas dans les rapports de mission elle gardait un souvenir très vif de cet instant où elle s'était pris deux balles dans le dos. Ils avaient perdus deux équipes au complet en quelques semaines et ce gougnafier venait parader en parlant d'insouciance et d'incompétence. Elle avait bien envie de remonter la cellule à naqwadah dans le zat et lui faire danser la tektonik du cafard agonisant. Tous les projets de recherche du SGC étaient quasiment au point mort parce qu'ils n'avaient plus un kopek et c'était à cause des deux énergumènes qu'elle avait en face d'elle. Les idées de sévices corporels humiliants défilaient dans ses pensées.
En tout cas, une chose était sûre on aurait du mal à la prendre en défaut car elle avait travaillé la question et pas qu'un peu.
Elle lança un regard aux autres pour qu'ils embrayent sur son argumentaire car si elle avait pilonné sans laisser le temps à personne d'en placer une c'était avant tout pour laisser ses compères d'infortune préparer leur intervention. Pas besoin de sortir de Saint Cyr pour s'apercevoir qu'ils n'étaient pas à l'aise avec l'idée de passer devant une Commission Budgétaire et le seraient encore moins maintenant qu'il y avait en face une personne farouchement opposée. D4ailleurs à voir ce comportement on pouvait se poser des questions sur les motivations de l'individu et elles étaient sans aucun doute peu recommandables.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jason Kawalsky
Militaire
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 21

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Caporal-chef / 93
Age du personnage: 37 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Dim 13 Fév - 20:49

La discussion continuait et personne, hormis Mathilde, venant du SGC, ne parlait. Le sujet n’était pas spécialement passionnant, les problèmes d’argent ne concernaient pas directement Kawalsky et le matériel militaire lui suffisait largement. Jason crut qu’il allait piquer du nez quand Mathilde commença son long et interminable discours sur ses recherches, ça n’intéressait pas le caporal-chef mais vu qu’il n’y avait rien d’autre à faire, il écoutait calmement cette scientifique pas sans avoir un début de mal de tête. A la fin, Jason en eu un peu marre d’écouter que du sérieux et il résuma tout ce que la scientifique venait de dire en quelques mots.

Pour faire simple, si il n’y a pas quelques milliards en plus, il n’y aura pas d’innovation technologique.

Kawalsky se doutait que cette phrase allait avoir des répercutions sur lui, à commencer par des yeux noirs provenant de quelques personnes dont très probablement MickaËlla mais surtout Mathilde. Cela n’avait pas d’importance pour l’ex-RAPAS qui venait probablement de mettre le feu au poudre car il ne fallait pas se d’illusion, le calme n’allait pas s’éterniser sans quoi Kawalsky se serait sans doute déjà endormit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne Rigel
Scientifique
avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG4
Grade / Niveau: Sergent-chef / 181
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Dim 13 Fév - 23:42

Les choses s'envenimèrent quand deux autres hommes se joignirent à la table. Rien qu'à leur tête, Suzanne fit la grimace, sentant que ces derniers allaient être … moins coopératifs. Et ils annoncèrent vite la couleur d'ailleurs, en contrant Mathilde sans avoir pris même le temps de se présenter. Ils n'étaient pas sortis de l'auberge.
Mais la baronne ne se dégonfla pas et enchaîna sur un monologue des plus complets. Si Suzanne avait l'habitude d'écouter parler des gens des heures entières sans décrocher -ou presque- elle fut tout de même impressionnée par l'assurance de la physicienne devant un public … détestable. Finalement, il y avait autour de cette table seulement deux personnes semblant vouloir faire couler le SGC, mais cela suffisait à rendre l'ambiance froide, et cela se reflétait dans le discours de la baronne qui malgré ça réussissait merveilleusement bien à contre-attaquer. Bien que la biologiste ne comprenne pas tout au charabia de la physicienne, elle fit son intéressée jusqu'au bout, d'une part parce qu'entre collègues il fallait s'encourager, et d'autre part parce qu'au final elle apprit quelques trucs qu'elle ignorait et il était toujours bon de s'instruire.

Contre toute attente, un des militaires prit la parole suite à ça, pour résumer en une brève phrase ce que Mathilde venait de se tuer à expliquer de long en large et en travers. Pas sûre que cela fasse bonne impression, … Pas sûre du tout. Suzanne enchaîna en toute hâte, ne réalisant peut-être pas bien ce qu'elle faisait. Si sa voix était un peu bancale au début, elle prit au fur et à mesure plus d'assurance.

« Il ne s'agit pas seulement d'innovations technologiques. Nous avons encore beaucoup à apprendre dans divers domaines. Sur chaque planète sur laquelle nous mettons un pied, il s'agit de la découverte d'une nouvelle flore, d'une nouvelle faune et puis avant tout dans la plupart des cas, de la rencontre avec un nouveau peuple, avec sa culture, son histoire, sa médecine … Si les archéologues autour de cette table seront bien plus à même de vous parler de l'impact de ces rencontres du point de vue culturel, je me dois en tant qu'immunologiste vous parler de ce que nous avons pu apprendre de ces missions sur le plan médical. Laissez moi vous montrer un exemple. »

Elle expira profondément tout en s'occupant de son ordinateur, afin d'afficher à l'écran ce dont elle avait besoin pour la suite de son discours.

« Cette plante a été découverte sur une des planètes visitées par l'une de nos équipes SG. « Cimille » est le nom que lui a donné le peuple la cultivant. Les habitants passent leur journée à entretenir leurs champs et à en faire une pommade qui une fois appliquée sur une plaie, permet une cicatrisation très rapide. »

Après avoir montré un ensemble de photos prises sur la planète même, elle lança une vidéo représentant au niveau moléculaire, le déroulement d'une cicatrisation après l'application de cette pommade. En gros, des petites balles de toutes les couleurs qui grouillaient dans tous les sens, certaines en mangeaient d'autres, certaines permettaient la restructuration d'autres ...

« Ceci est une reconstitution 3D des effets de cette plante observés, au niveau moléculaire. La cicatrisation de toute plaie se divise en plusieurs phases. Et les différentes molécules de la plante interviennent dans ses phases, de façon rapide et efficace. Comme dans l'élimination des corps étrangers, ici favorisée par la présence de ces agents là, dit elle en pointant du doigt une sorte de petite boule verte qui se faisait à priori un plaisir de détruire les petites boules noires, désignées comme les corps étrangers. Et aussi dans la création, la profusion et la destruction des vaisseaux sanguins, l'élément principal d'une cicatrisation. »

Suzanne faisait un effort considérable pour ne pas employer des mots tirés de son vocabulaire scientifique. Il était difficile d'expliquer dans les grosses lignes ce que faisait concrètement cette plante, tant ses actions étaient complexes et étonnantes. La jeune femme admira d'ailleurs quelques secondes la vidéo, une énième fois certes.

« Ce ne sont encore malheureusement que des images de synthèse. Il nous reste beaucoup à apprendre. Nous n'avons qu'un mince échantillon de cette pommade cicatrisante, nous ne pouvons pas faire toutes les expériences et observations souhaitées pour le moment.
Mais imaginez une seconde l'impact qu'aurait cette plante, cette pommade sur Terre. Imaginez maintenant l'impact de toutes les découvertes à venir au point de vue médical. La Porte des Étoiles est le moyen d'accès à une ressource d'informations infinie, on ne peut pas s'arrêter là. »


Elle avait dit ça en fixant le sénateur droit dans les yeux. Le financement de ce projet était primordial. Elle espérait que son intervention soit utile, tout comme celle de Mathilde et de ceux qui passeraient peut-être derrière elle. Au moins, elle qui était venue sans vraiment savoir ce qu'elle pensait au sujet du SGC ces derniers temps, elle était convaincue à présent. Le SGC promettait de belles découvertes et il fallait à tout prix qu'ils obtiennent l'appui des hauts placés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwarius Deschains
Archéologue
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 22/01/2011

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: Caporal-chef / 91
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 14 Fév - 2:22

C'est avec une vraie sensation d'amertume que Gwarius accueillît les nouveaux arrivants. Déjà parce qu'il était toujours aussi déçu de ne pas voir le président en personne, mais aussi parce qu'il y avait le mot "finances" dans la dénomination de l'un d'eux, ce qui n'allait sans doute pas rendre la discussion très ragoutante. Et en effet à entendre le vieux liégeois, le projet était plutôt mal barré. Mais Mathilde contre-attaqua directement, tout en restant parfaitement polie et respectable, et enchaîna directement sur des démonstrations histoire d' épater la galerie.

C'est là que Gwarius compris la raison qu'elle avait de s'encombrer d'une valise aussi lourde, en effet la baronne avait apportée beaucoup d'échantillons de ses recherches, histoire d'illustrer au mieux ses explications. L'archéologue ne comprît pas grand-chose à son jargon de scientifique, mais du peu qu'il comprit, il ne pût s'empêcher de se dire qu'il devait halluciner. Surtout en l'entendant parler du projet de son gilet pare-balle fait maison, capable de stopper à la fois les balles et les tirs de lances-serpents. Gwarius était impressionné, il ne savait pas que les scientifiques avaient fait autant de progrès, mais il n'en laissa rien paraitre et s'efforça de rester sobre voir de marbre devant les démonstrations, ce qui était toujours plus classe que d'ouvrir grand la bouche et les yeux et passer pour un arriéré.

Mathilde laissa comprendre à ses collègues qu'elle les encourageait à parler à sa suite, Gwarius n'était pas vraiment à l'aise à cette idée, lui n'espérait n'avoir qu'à répondre à des questions. Kawalsky parla alors, une simple phrase qui allait droit au but, et qui sonnait un peu dur. Même si ce n'était pas sans doute le truc approprié à dire vu les circonstances, ça avait au moins le mérite d'être clair et franc. Puis Suzanne enchaîna alors immédiatement, et parla de sa pommade avec une démonstration en images de synthèse. Là encore il y avait de quoi rester rêveur, à en croire les images si cette pommade aboutissait, elle aurait de quoi réduire le mercurochrome en vulgaire produit de maquillage. Quand elle eut fini, Gwarius se dit qu'il allait prendre la parole, c'était plus facile maintenant que d'autres personnes l'avait précédé, il n'était pas très à l'aise à cette idée mais il ne voulait pas laisser ses collègues seuls sur le coup.

Il n'était pas très rassuré mais réussi à n'en rien laisser paraitre dans sa voix. Il s'éclaircît d'abord la gorge, plus pour capter l'attention sur lui que par besoin et dit :


-"Hem... Il y à aussi un fait étonnant qui est souvent retrouvé lors de nos explorations, à savoir qu'une grande majorité de peuples rencontrés de race humaine parlent le français, tout comme nous. C'est incroyable de voir qu'à des années lumières d'ici des peuples parlent notre langue, alors que rien que sur notre planète le français n'est que la quatrième langue la plus parlée. En ajoutant à cela le fait que la porte des étoiles aie été trouvée par la France, ainsi que nombre de nos recherches, on peut sérieusement avoir de gros doutes sur les bases connues de notre civilisation, on peut se demander quel était vraiment l'avancée technologique de nos ancêtres, ou bien si notre langue tire véritablement ses origines du latin, ou encore d'où est-ce que nous venons, de qui, de quoi descendons-nous vraiment. "



Gwarius s'arrêta là, ne préférant pas rentrer plus dans les détails pour leur expliquer. Pour ce genre de choses, il fallait savoir ne pas tout dévoiler, déjà parce que rien n'était jamais sûr, et surtout qu'au vu de la situation il était bon de garder une bonne part de mystère, histoire que leurs interlocuteurs se laissent aller au gré de leur imaginaire. Pour ce type de personnes cela n'était peu-être pas aussi important ni rentable que les découvertes scientifiques, mais peut-être qu'en dessous ses masques de pantins l'un d'eux savait faire passer le pognon et le soucis de son image au second plan, pour laisser place à sa curiosité.

L'archéologue aurait pu leur parler aussi des similarités entre l'Égypte ancienne et les Goa'ulds, mais il préféra laisser Jenny le faire, si elle le désirait. Après tout dans ce domaine c'était elle la spécialiste. Elle pourrait aussi parler des Tok'ras, leurs alliés histoire de faire comprendre que tout n'était pas forcément noir dans les rapports avec ses parasites.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 14 Fév - 13:04

Toujours dans son coin, Jenny écoutait ce qu'il se disait avec attention. Elle essayait de ne pas montrer à quel point elle était mal à l'aise mais elle savait très bien que ça se voyait certainement. Déjà à l'école, elle n'était pas douée pour tout ce qui était exposé, alors là, parler devant des individus très importants et hauts placés n'allait certainement pas l'aider à se sentir à l'aise.

Pour la seconde fois, Mathilde prit la parole et fut étonnée de voir tout ce qu'elle avait préparé. La scientifique avait même amener des échantillons de ses découvertes pour en faire part aux dignitaires. Ce fut ensuite au tour de Suzanne qui parla d'une plante découverte sur une planète ayant la capacité de guérir les plaies à vitesse grand V. Jenny regardait avec attention les réactions de leur auditoire mais malheureusement pour eux, ils n'avaient pas l'air d'être très expressifs. Lorsqu'elle eut terminé, ce fut Gwarius qui prit la parole. L'archéologue parla des possibles origines du peuple terrien et Jenny ne put qu'acquiescer à ce qu'il disait. La jeune femme n'était pas une spécialiste des langues mais elle avait elle aussi fait le même rapprochement que son collègue. Lorsqu'il termina son récit, Jenny comprit immédiatement que c'était à elle d'enchaîner. Elle s'approcha donc et essaya de paraître la plus enthousiaste possible en essayant d'oublier son stress. Stress qui ne mit pas longtemps à disparaître tellement elle était convaincue par ce qu'elle racontait.


"Les avancées archéologiques ne sont peut être pas aussi importantes que celles faites sur le point scientifique mais sachez messieurs, dame que la porte des étoiles à un intérêt tout aussi intéressant pour nous, les archéologues. Depuis mon arrivée au SGC, mes connaissances sur la culture de l'Egypte Antique n'ont cessés d'évoluer. On a put constater que les goa'ulds se font passer pour des dieux et que ces dieux sont des représentations des dieux de l'ancienne égypte. Si vous avez un tant soit peu suivi les cours au collège, vous savez très bien de qui je parle..."

Jenny alluma son ordinateur qui était branché à un rétroprojecteur et une image apparue. Cette image représenter les dieux Egyptiens de l'ancienne Egypte avec à côté leur équivalent version goa'uld.

"Contrairement aux anciens dieux, les goa'uld n'ont rien de divin. Ce sont des êtres qui ne savent que répandre le mal autour d'eux, ils ne cherchent qu'à faire des hommes des esclaves et c'est ce qui les rend répugnants sans compter qu'ils sont habités par un serpent... D'après les découvertes que j'ai pu faire, nous pouvons d'ors et déjà être sûrs qu'il existe une hiérarchie entre eux. Les plus puissants d'entre eux sont réunis pour former ce que nous avons appelé les grands maîtres. Ces grands maîtres sont les goa'ulds qui ont le plus d'impacts auprès des autres. Ils ont a leur service des dizaine de goa'uld moins importants mais tout aussi dangereux."

Jenny arrêta de parler quelques secondes pour que tout ce petit monde puisse assimiler tout ce qu'elle venait de raconter. Elle espérait qu'elle ne faisait pas trop brouillon et que tout le monde arrivait à suivre. La jeune archéologue reprit là où elle s'était arrêtée.

"Grâce à la porte des étoiles nous avons réussis à déjouer quelques plans de ces grands maîtres et ainsi aider des centaines voir des milliers d'habitants. Grâce à la porte, on a pu les empêcher de faire de ces pauvres gens des esclaves."

Jenny ferma les yeux quelques secondes et reprit.

"Nous savons dés à présent comment ils ont l'habitude de fonctionner et grâce à ce programme, nous avons la possibilité de déjouer tout leur plan. Étant donné qu'ils ont besoin d'une hiérarchie pour fonctionner correctement, si nous trouvons ne serait ce qu'une simple faille, si nous glissons un petit grain de sable dans l'engrenage, ils s'en retrouveraient affaiblis, ce qui nous donnerait la possibilité de taper fort. Heureusement pour nous, ils ne sont pas tous comme ça...."

Des images d'installations tok'ras firent leur apparition sur la toile blanche.

"Nous avons eu la chance de rencontrer un groupe de résistants qui se font appeler la tok'ra. Certes, ils n'ont pas la totale confiance de tout le personnel de la base à cause de leur similarité avec les goa'ulds, entendez par là les serpents dans l'abdomen, mais il faut que vous sachiez qu'ils n'ont rien à voir avec les méchants. En effet, la tok'ra a pour simple et unique but de détruire les goa'ulds. Ils ont un mode de fonctionnement complètement différent. En effet, contrairement aux goa'ulds, ils ne se fournissent pas leur hôte par la violence. La personne qui doit accueillir le symbiote doit être d'accord pour que la symbiose puisse être faite. Pensez à tout ce qu'on peut faire grâce à ça !! Pensez à tout ces pauvres gens qui souffrent de maladies incurables !! Les symbiotes tok'ra ont la capacité de soigner les maladies graves alors qu'ici sur terre nous n'en avons pas la capacité. Cette alliance peut être tout aussi bénéfique pour eux que pour nous. Ils ont besoin d'hôtes, nous avons besoin de soigner des maladies graves !!"

Jenny était complétement à fond dans ce qu'elle disait et ses collègues pouvaient ne pas la reconnaître. La jeune femme sortit des petits cristaux de sa sacoche et les posa sur la table devant ses interlocuteurs.

"Pour finir, leur aide est très précieuse car leurs technologies sont au même niveau que celles des goa'ulds ce qui pourrait nous aider à les vaincre plus facilement. Vous avez devant vous des cristaux capables de créer des galeries souterraines, solution très pratique en cas de fuite forcée."

Pendant qu'elle parlait, des photos de ces fameuses galeries qu'elle avait prises lors de son excursion sur Revanna défilaient sur la toile blanche.

"Ce projet ne doit pas fermer car si vous le fermez, la Terre cour tout droit à sa perte ! Les goa'ulds ont la possibilité de nous tomber sur le coin de la tête et si ça arrive, nous allons avoir besoin de toute l'aide possible sur terre mais aussi sur les autres planètes !"

Jenny inspira un bon coup et retourna à sa place. Ses mains tremblaient mais elle avait dit ce qu'elle avait à dire, il n'y avait plus qu'à espérer que ça allait marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 14 Fév - 17:50

Les membres du SGC Mathilde en tête tenaient fermement la barre à tour de rôle face au sénateur détracteur en chef du projet Porte des Etoiles.Les arguments allaient bon train et le sénateur après avoir commencé à virer au rouge écarlate semblait avoir retrouvé un semblant de calme.Il affichait d'ailleurs la mine d'un homme satisfait qui voyait son plan se déroulait exactement comme il l'avait prévu.Pourtant les arguments des équipiers étaient loin d'être dénués de sens bien au contraire.Les découvertes du SGC étaient de premier plan et auraient sans aucun doute des applications dans l'avenir ou permettraient le développement de nouvelle technologie.La petite démonstration visuelle de Mathilde avait marqué des point auprès du premier conseiller, de madame la ministre, et de l'amiral.Ils avaient enfin la possibilité de voir vraiment à quoi correspondait les mots qu'ils avaient lus dans les rapports de mission.En bonne commerciale Mathilde avait permis au gens présents autour de la table d'avoir dans les mains les artefacts récupérés et ce que cela donnerait dans un futur proche.Règle numéro un du commerce toujours mettre le produit dans les mains du client.

"Vous n'avez toujours pas compris que c'est la survie du projet que vous défendez et pas une rallonge de budget.Car quoi qu'il arrive il n'y aura pas de rallonge de budget.Dans la majorité des choses que vous venez de nous raconter nous sommes dans l'obligation de nous fier à votre bonne foi.Or c'est justement ça que je remets en cause.Et ne soyez pas indignés avant d'avoir entendu ce qui doit être dit.Agent Many."

L'agent Many opina du chef avant d'ouvrir son immense serviette qui était prête à craquer tellement elle était pleine de compilation de dossiers du SGC.Avec des gestes mécaniques proches de ceux d'une machine il extirpa quelques dossiers papiers de sa serviette avant de commencer son argumentaire.


"Madame le ministre, monsieur le conseiller, amiral, je suis en accord avec les dire de monsieur le sénateur et je vais vous prouver qu'il a raison.Les membres du SGC rassemblés ici nous ont parlé des avancées que le projet Porte des Etoiles a apporté à la Terre.Avancée il y a eu c'est indéniable mais de quel genre et à quel prix?Le docteur de l'Argentière nous a longuement parlé de son nouveau gilet pare balle.Mais ce gilet parre balle est loin d'être point et elle le sait mieux que n'importe qui.Les fameux deux tirs à bouts portant ont été tiré par l'agent Dante du BSPC alors que le Docteur de l'Argentière pénétrait dans une zone à laquelle elle n'avait pas accès.Ces raisons n'étaient pas des plus louables comme sauver le monde, mais pour voir si un homme qui était son ancien coéquipier capturé par un grand maitre goa'ulds lors d'une mission pour la tok'ra ainsi qu'un espion ayant essayé de sortir des artefacts extraterrestres en dehors du complexe dénommé SGC."

Alors qu'il finissait son premier argumentaire il fit passer le fameux dossier aux trois personnes pour qu'ils puissent juger par eux même.Ces gestes étaient mécaniques et précis ne laissant place à aucune fantaisie.D'ailleurs à voir le personnage le mot fantaisie ne devait pas exister dans son vocabulaire.


"A plusieurs reprises le complexe du SGC a été infecté par du matériel biologique alien.Certaines infections comme celle de décembre 2009 n'ont pas trouvé d'explication rationnelle.D'ailleurs l'un de ces matériels biologiques s'est retrouvé dans un laboratoire du Texas ou il a provoqué les mêmes symptômes qu'au SGC.Fort heureusement les dommages ont pu être conscrits sans de dommage collatéraux pour le projet Porte des Etoiles."

L'agent Many renouvela le même geste qu'il avait exécuté quelques seconde plus tôt.

"Octobre 2010 deux vaisseaux goa'ulds qui se trouvaient en approche de la Terre ont été détruits par des actions de guérilla menés par 9 soldats du SGC et une tok'ra.Le commando n'a subi aucune perte et ils ont même réussi à ramener deux chasseurs ennemis.Il semblerait que l'affrontement des forces ennemies ne soient pas si compliqué que cela.Je tiendrais à souligner qu'à plusieurs reprises les soldats du SGC ont réussi à infliger des pertes notables à l'ennemi."

Une fois le dernier dossier transmis l'agent Many posa ses mains paume contre paume devant lui sur la table et termina son argumentaire avec autant sentiment qu'un mur.


"Je crois que ce projet doit continuer mais on ne peut pas laisser des militaire faire ce que bon leur semble avec un appareil aussi important et aussi dangereux que la porte des étoiles.Les hommes et les femmes qui servent leur pays au sein de ce projet doivent rendre des comptes de leur comportement."

Madame la ministre resta interloqué par ce que venait de dire l'agent Many surtout sur la fin.Elle se tourna vers les équipiers pour voir si ces derniers avaient quelque chose à dire pour se défendre ou pour justifier ce qui avait été marqué noir sur blanc sur les dossiers qu'ils avaient dans les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 14 Fév - 18:42

Les débats allaient bon train par des monologues d'une longueur à couper le souffle mais surtout à filer un certain mal de tête au pauvre Ivan qui se retrouvait très vite perdu dans les multiples explications qui le dépassaient. La seule chose qu'il compris en résumé était qu'un nouveau gilet pare balle ainsi qu'une crème cicatrisante étaient en cours de développement et qu'ils seraient fortement utiles aux soldats qu'ils soient du SGC ou non. Cependant ceci ne suffisait pas pour convaincre les fameux détracteurs du projet qui visiblement ne voulaient strictement rien entendre. Et évidemment Ivan n'allait pas tarder à ouvrir sa gueule face à certains propos tenus.

"A vous entendre, on dirait que de combattre un ennemi en surnombre, avec un équipement plus perfectionné que le nôtre est une sorte de promenade de santé." dit-il simplement "Vous semblez ignorer toute la réalité du terrain et ne juger que par des rapports écrits après un retour de mission, alors que certains ne rentrent tout simplement pas de celles-ci. Mais après tout, petite idée en l'air, pourquoi ne pas venir juger par vous même sur le terrain ? Bien entendu ceci comporte beaucoup de risques, la plupart pouvant être mortels."

Et le tout accompagné d'un ton presque désinvolte un peu comme s'il ne mesurait pas réellement les dangers d'une telle expédition. Après tout, vivre continuellement avec le danger fait qu'on finit par avoir une conception faible de celui-ci comparé à une personne qui y est exposée pour la première fois.

Cette simple idée était complètement débile, comment un simple bureaucrate pourrait aller sur le terrain sur une mission à risque ? Ils n'allaient pas risquer la vie d'un député ou quoi que ce soit d'autre en le mettant sous le feu ennemi avec en prime la possibilité que celui-ci se fasse capturer. Mais d'un autre côté il serait en face de la réalité des choses et que parfois sur le terrain on n'a pas le temps de débattre pendant 3heures pour faire les choses et qu'il fallait savoir prendre des risques.

De plus la question était surtout toute autre dans ce débat, qui s'orientait maintenant vers la confiance. En dehors de l'argent, c'était l'élément le plus important à défendre. Ils n'avaient pas confiance en eux après les différentes catastrophes qu'avaient causé certaines missions avec du matériel extra terrestre, qu'il soit biologique ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 14 Fév - 23:09

Finalement les autres avaient embrayé derrière la physicienne et si elle avait failli manquer de lever les yeux au ciel en réponse à l'intervention de Jason, elle affichait un petit sourire tranquille. Ils voulaient des faits, ils en avaient pris plein les dents et cela s'était remarqué.
Evidemment, ils allaient changer d'angle d'attaque et essayer de taper là où cela faisait mal et aux vues de ce qui s'était passé au SGC, ce n'était pas si dur que ça de trouver des exemples embarrassants. En parlant de ça... Elle s'attendait à ce qu'à un moment ou un autre le cas Ewan Ranks soit déballé sur le tapis et surtout le passage où elle avait aidé Roxanne à accéder à la cellule de son homme. la petite fouine dressée en remit un couche en essayant de faire comprendre que son travail était finalement loin d'être fonctionnel.
Ivan répondit du tac au tac au bureaucrate pour le moucher quand à sa remarque sur les opérations militaires menées contre les goa'ulds notamment lors de la destruction de la flotte avancée d'Amon. Le seul problème était que réagir de façon impulsive était le meilleur moyen de prêter flanc à des contre-attaques sournoises de la part du député, ça ne faisait pas l'ombre d'un doute!
Elle sourit à la ministre d'état ainsi qu'au conseiller et à l'amiral comme si tout ce que l'on venait de leur balancer au visage n'était finalement qu'une petite broutille. Elle prit son temps pour répondre, buvant une gorgée d'eau ce qui quand on la connaissait bien présageait d'une séance de matraquage digne d'un barrage d'artillerie façon Overlord.


"Monsieur le député, pour ma part, augmentation de budget et survie du programme ne sont qu'une seule et même chose. Il semblerait que VOUS n'ayez pas compris ce dont il est réellement question. En l'état actuel des choses nous ne pouvons au mieux que retarder l'inévitable, à savoir notre défaite totale et une ère de servitude et d'obscurantisme en regard de laquelle le Moyen Age serait une époque d'amour et de tolérance avec des avancées sociales et technologiques fabuleuses. Aucune des civilisations sous la coupe des goa'ulds n'est une civilisation industrielle, ils les anéantissent car elles pourraient s'avérer dangereuses à long terme. Que croyez vous qu'ils feraient à une planète dont les habitants disposent de l'énergie atomique d'un programme spatial et d'une capacité de riposte aussi faible soit elle? Ils l'oblitèreront comme on le fait avec une fourmilière dans son jardin! Cela dit je me pense savoir où vous voulez en venir après avoir entendu votre... assistant."

Le regard qu'elle posa sur l'agent Many était d'un mépris glacial. Il représentait l'archétype du parfait gratte-papier dont la spécialité était de donner des avis sur tout en ne connaissant finalement rien en dehors des bilans comptables. La plaie de l'Humanité, la bureaucratie...

"Vous avez évoqué de façon cavalière les soucis que j'ai moi même indiqué auparavant quand à mon composé polymère. Auriez vous oublié que l'élément que je vous ai montré et que j'ai porté lorsque le Capitaine Dante a ouvert le feu sur ma personne était un prototype uniquement composé d'éléments terriens à savoir un alliage Titane-Tungstène de ma conception. La dernière version sur base de trinium dispose de performances supérieures, performances que j'ai noté dans le dossier que vous aviez sous les yeux et que j'ai résumé devant cet auditoire. Le principal problème vient du fait qu'il m'est impossible de synthétiser des plaques adaptées à la protection d'un soldat sans matériel adéquat, chose dont je ne dispose pas. J'en conclus donc que le regard de poisson mort dont vous nous avez gratifié jusqu'à présent était le symptôme d'une perte temporaire de connaissance ou une erreur critique de votre système d'exploitation. Par chance je crois que mes collègues ont un remède miracle contre les déficiences cognitives, avec une rallonge suffisante peut être pourrez vous en bénéficier avant que nos voisins serpents ne nous rendent visite, vous pourrez alors les pourfendre avec vos redoutables dossiers et tableaux excel."

Sans élever un mot plus haut que l'autre, elle enchaînait les passes d'arme pour débiter cet énergumène en rondelles. On n'aurait pu lui reprocher qu'une dose sensiblement corrosive de sarcasme et des traits d'humour aussi acérés qu'une lame de katana, mais une baronne sans acidité ni piquant c'était comme un sushi sans wasabi.

"Vous avez également mentionné un fait intéressant. En effet, j'ai pu tester en conditions réelle mon gilet suite à l'intervention du Capitaine Dante qui m'a tiré deux balles dans le dos. De toute évidence, ma prévoyance était justifiée. Les raisons présidant à cette situation étaient tout à fait simple. Un de mes coéquipiers était retenu de façon totalement secrète et dans des conditions absolument sordides et allant à l'encontre de toutes les conventions signées par la France. Je voulais m'assurer qu'il s'agissait bel et bien de sergent Ranks soldat des SAS britanniques et de son état de santé. Vous savez qu'il avait été préalablement considéré comme tué en mission - signe que nos missions sont tellement simples qu'un groupe de boyscouts de France pourraient les accomplir - des rumeurs courant sur sa présence au SGC j'ai pris de ma propre initiative l'idée de vérifier ce qu'il en était car SG6, son équipe, n'avait pas été informée de sa résurrection et de son retour. J'ai découvert qu'il était retenu dans des conditions dégradantes dans nos propres cellules par le Capitaine Dante et j'ai donc pris le parti d'aller le voir pour vérifier son état de santé.
Ma chef d'équipe a bien tenté de m'en dissuader jusqu'au bout, mais je trouvais, et trouve encore, que la façon dont était traité un membre du SGC absolument indigne d'un pays qui se dit la patrie des Droits de l'Homme!
Vous n'êtes pas sans savoir également que le sergent Ranks a été blanchi de tous les soupçons qui pesaient sur lui et je suis certaine que madame la ministre en sait plus à ce sujet que moi et pourrait éclairer votre lanterne si d'aventure vous n'étiez pas au courant... ce dont je doute fort.
Effectivement, j'ai agi contre le règlement, mais je tiens à vous rappeler que tout citoyen français a le devoir moral de désobéir et de s'opposer à tout comportement de ses dirigeants susceptible d'aller à l'encontre des principes fondateurs de notre nation et cela en faisait partie. Si tel n'avait pas été le cas, je crois que je ne serai pas là actuellement mais dans une cellule de quelques mètres carrés. Le comportement de l'individu que vous avez envoyé pour enquêter sur nous était des plus tendancieux et il était de mon devoir de m'opposer à ce genre d'agissements dignes de barbouzes, mais en aucun cas d'un digne dépositaire de l'autorité de l'Etat!
Vous n'avez même pas idée de l'enfer qu'à dû vivre le sergent Ranks durant sa période de captivité aux mains des goa'ulds, et avec un peu de chance vous ne le saurez jamais bien que je doute qu'ils gaspillent leur temps pour quelqu'un de votre importance. Les goa'ulds se moquent de vous torturer à mort... ils n'ont qu'à vous installer dans un de leurs sarcophages et vous ressusciter pour recommencer à vous torturer jusqu'à ce que vous mourriez encore et qu'ils vous ressuscite, encore, et encore, et encore. Et vous voudriez que j'accepte que l'on continue de le torturer une fois de retour chez lui?
Si vous essayez de me discréditer avec ce genre de petites anecdotes et manœuvres dignes de comploteur amateur zone je vous conseille de vous retrousser les manches et de revoir votre copie! Ce n'est pas avec de si pathétiques méthodes que vous parviendrez à salir le nom de la famille de l'Argentière qui depuis plus de cinq cent ans est porté avec honneur par ses membres et respecté par tous les dirigeants qui se sont succédés à la tête du pays, Peut on en dire autant de vous, messieurs? "


La jeune aristocrate transformait ce qui, de la façon dont l'avait présenté l'agent Many, pouvait passer pour un acte de sédition et de collaboration avec un ennemi du programme en acte de vertu et de loyauté envers un de ses collègues. Collègue injustement accusé de trahison et d'espionnage et maltraité alors qu'il avait eu plus que son lot de supplices et envers son pays dont elle défendait l'un des clefs de voûte.
Elle n'avait jamais aimé Ranks, mais savoir ce qu'il avait vécu lui avait remué les tripes car si elle était la première à se réjouir de ses infortunes, jamais elle n'aurait pu lui souhaiter tel destin. D'autant plus par rapport à Roxanne...
Droite, le menton légèrement relevé en une attitude de fière petite princesse, elle avait royalement crucifié ceux qui avaient de façon totalement suicidaire osé insinuer que, elle, la fille du Baron de l'Argentière était quelqu'un à la moralité douteuse et qui donc salissait le nom de sa famille... L'idée de les agrémenter d'un trou de la taille d'une petite pastèque au niveau du ventre lui semblait de plus en plus séduisante!
Elle aurait préférer mille fois mourir que de faire cette ultime insulte à ses parents.

"Quand à vos assertions sur les "invasions" du SGC et des menaces qu'elles ont fait peser sur la Terre, je tiens à vous rappeler que dans le cas de la céréale intelligente égarée au Texas dont vous parlez, il s'agissait d'espionnage de la part d'un groupe qui dispose de moyens dont nous ne pouvons que rêver vu le budget misérable que vous nous allouez en matière de sécurité. Je tiens également à vous rappeler que TOUTES les menaces ont été jugulées et cela sans exception. Je pourrai aussi vous signaler que pour bon nombre d'entre elles, l'origine de l'incident est à chercher du côté de la défaillance matérielle... Matériel inadapté que nous devons employer bon gré, mal gré. Si nous disposions de containers plus sécurisés par exemple, nous n'aurions pas eu la moitié des soucis qui ont été les nôtres. De simples containers sécurisés à double coque avec panneaux numériques et empreinte palmaire.
Oh, oui vous pouvez rouler des yeux effarés en me rétorquant avec cette indignation toute bureaucratique que cinq mille euros pour un container de cent litres c'est exorbitant, inepte, digne de la peine capitale et autres lieux communs dont vous avez le secret, mais ce sera toujours moins cher que devoir passer la moitié du pays au napalm pour éradiquer une plante tenace et agressive! A trop vouloir le beurre, l'argent du beurre et la crémière sans payer un zloty pour entretenir la belle et son commerce, il ne vous restera même pas la queue de la vache!
Quand à la destruction de la flotte d'Amon... Oh oui, un jeu d'enfant, l'enfance de l'art. Le caporal Naughart a l'air d'apprécier votre façon de caricaturer leur travail pour en gommer les difficultés.
Je vais vous donner une des raisons de ce succès, nos alliés. Sans l'aide de la Tok'ra nous serions actuellement morts ou réduits en l'esclavage et pour les moins chanceux, en hôtes pour symbiotes. Avoir un asticot de quarante centimètres accroché à votre colonne vertébrale et vous transformant en simple passager de votre propre corps vous tente? Leur réseau d'espionnage et leur connaissance des systèmes est sans commune mesure avec ce que nous pouvons faire.
Ensuite n'oubliez pas un petit détail qui a son importance. Tous les vaisseaux de classe Ha'Tak n'ont pas de Porte des Etoiles à bord, ils sont même assez peu nombreux à en disposer ce qui fait que pour pénétrer à bord de l'un d'eux il faut espérer qu'il soit à portée d'anneaux de transfert ou l'infiltrer via un vaisseau et il est bien connu que l'on peut accoster un vaisseau goa'uld avec la même facilité que l'on aborde une jeune femme dans la rue. Voilà pour ce qui l'en est de l'aspect technique, agent Many.Peut être que mes collègues militaires devraient vous expliquer avec quelle "facilité" on prend d'assaut un croiseur goa'uld et avec quelle facilité on le détruit."


Cette fois ci elle ne se priva pas de lever les yeux au plafond pour bien faire sentir à quel point elle trouvait la remarque de l'agent Many ridicule et insultante pour les hommes et femmes du programme qui risquaient leur vie dans ce genre d'opérations.

"Oui, nous leur avons porté de rudes coups et ce n'est pas parce que c'était facile, mais parce que le SGC est composé de personnels au niveau de compétence significativement supérieur à ce que l'on peut trouver ailleurs. C'est bien un des socles de ce programmes non? Et le fait que nous ayons pu leur en faire voir malgré l'indigence de notre budget et la vétusté de nos matériels ne fait que mettre en lumière le talent des gens que vous essayez de traîner dans la boue avec une véhémence plus que douteuse!
Pour autant les goa'ulds ne sont pas stupides, ils s'adaptent à leur ennemi et plus nous leur causeront de déconvenues, plus nous deviendrons une menace et plus nos lacunes matérielles se feront criantes et rédhibitoires. Dois je vous rappeler qu'ils dirigeaient des empires des millions de fois plus étendus que le système solaire alors que l'Homme apprenait à faire du feu?
Avec mon équipe, j'ai passé trois années de l'autre côté de la Porte suite à un dysfonctionnement lié à une éruption solaire, nous avons vécu sur leur territoire, nous avons vu la façon dont ils dirigent leurs empires, vu quel sort ils réservent à ceux qui les irritent ou les déçoivent. Je peux vous dire que si nous continuons sur cette voie, nous allons allonger la liste des civilisations rayées de la carte galactique. Et vos manigances pour vous faire un nom à peu de frais ainsi que vos comptes d'apothicaires de gratte papier hors des réalités ne feront que précipiter notre fin.
Sachez que nous rendons compte de nos actes de la façon la plus directe qui soit. Quand nous passons la Porte des Etoiles et que nous faisons une erreur, on en meurt... ou pire. Nous ne faisons pas ce que bon nous semble. Passer la Porte ce n'est pas comme allez au Club Med comme vous le suggérez avec cette petite remarque digne d'un bureaucrate qui n'a pas la moindre idée de la chose sur laquelle il statue avec sa naïve arrogance! Nous sommes conscients de porter non seulement les attentes de nos supérieurs sur les épaules, mais aussi le destin de nos concitoyens, nous devons également survivre à ce que nous affrontons. S'il était aussi facile de travailler dans le programme, nous ne compterions pas plus d'une vingtaine de morts dans nos rangs à l'heure actuelle, et nous laisserions notre place à des agents de la Commission des Finances qui doivent avoir une formation spéciale pour être aussi doués en toute chose!"


Mathilde se tourna vers MAM, l'air grave et la voix allant de pair avec sa mine. Elle ne jouait plus la Baronne de l'Argentière clouant au pilori l'objet de son courroux.

"Madame la ministre, nous devons faire face à un puissant ennemi hors planète, les goa'ulds, mais nous devons également faire face à une menace bien plus pernicieuse qui a bien failli avoir raison de nous et qui se trouve sur Terre, parmi nous. Est ce bien le moment de laisser quelque bureaucrate chercher une gloriole des plus malvenues en une période aussi critique, alors que justement nous devons serrer les rangs et compter les alliés? Si j'en avais après la célébrité et l'argent, si je courrai après la postérité comme d'autres ici semblent prompt à le faire, je ne serai pas engagé dans ce programme pour un salaire cinq fois inférieur à celui que je touchais auparavant dans le privé, avec un matériel de laboratoire que je n'avais jusque là vu que dans les réserves de mon université et avec la possibilité d'une fin atroce à chaque mission.
Et je ne suis pas la seule, loin s'en faut! Si au départ c'est l'excitation de la découverte et la curiosité qui nous poussent à signer, nous sommes amenés à comprendre quelles attentes l'on fonde sur nous, quelles obligations sont les nôtres, tant pour les habitants de la Terre que pour ceux des autres planètes de la galaxie. Nous devons continuer et renforcer le programme non pas seulement parce que nous devons sauver la Terre, mais parce que nous avons des alliés au delà de la Porte qui comptent sur nous, parce qu'en tant que peuple libre c'est aussi de notre devoir d'aider ceux qui sont sous le joug d'une tyrannie effroyable.
Oui, nous pouvons commettre des erreurs, mais contrairement à d'autres nous les assumons et les payons au prix fort et cela n'effraie aucun d'entre nous car ce pour quoi nous œuvrons est bien plus important que nous même et si nous nous trompons, nous savons que nous n'avons pas le droit d'échouer pour autant."


Elle lança un bref regard au conseiller du président, guettant une infime réaction, mais également à l'amiral. L'un était bien placé pour être une sorte de baromètre de la cote de popularité du programme auprès du Président de la République, l'autre était le chef de tous les militaires du SGC qui se faisaient actuellement copieusement dégrader avec ça et ses quelques mots sur ce qu'elle pensait de ses collègues, elle espérait voir un appui plus marqué qu'un simple soutien moral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwarius Deschains
Archéologue
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 22/01/2011

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: Caporal-chef / 91
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Mer 16 Fév - 9:37

Après l'intervention de Jenny qui pourtant était des plus complètes, les ministres pourtant firent mine de n'avoir rien entendu. Gwarius s'était attendu à ce que ce genre de personnes n'aient rien à faire de l'importance des souches de leur identité, seul la leurs semblait intéressante à leur yeux. Pas même de l'avantage tactique militaire que pouvait apporter la Tok'ra, à vrai dire c'était compréhensible, ce n'est pas des ministres qu'on envoyait sur le champ de bataille. Mais l'archéologue fut choqué qu'ils ne relèves même pas l'importance que les symbiotes pouvaient avoir sur la guérison d'humains, la santé devait pourtant être sans doute plus importante que le reste, mais non, cela aussi, ils l'ignorèrent complètement, et Gwarius en conclu qu'ils devaient être en parfaite bonne santé.

Décidément seul l'argent semblait les intéressé, chaque idée ou confiance à accorder pour eux était à accorder sous condition de profit. S'il n'y en avait pas, n'importe quel prétexte était bon pour servir d'argument, on commençait déjà d'ailleurs à ressortir des vieux dossiers, signal imminent qu'on allait se prendre un coup de vieux sur celui de sa chaise. De tout le blabla qui s'ensuivit Gwarius ne retenu que Naughart qui invitait les grattes-papiers à se confronter à la réalité du terrain, ce qui était bien cocasse à imaginer, même s'il y avait peu de chance qu'on accepte.

Le reste Gwarius eu du mal à suivre, même le discours de Mathilde qui pourtant était dans leur camp, en plus elle commençait à agrémenter son monologue de quelques remarques un peu dures qui n'allaient sans doute pas arranger la compréhension l'un de l'autre. Le jeune archéologue comprenait très bien la frustration de Mathilde qui se sentait insultée, il le sentait lui-même quand il entendait ses grattes-papiers parler d'incompétence, il comprenait aussi que les bureaucrates pouvaient avoir des doutes, il en avait lui aussi de temps en temps, non, ce qui l'agaçait, c'était cette manie qu'avait les uns des autres à prendre dans une phrase de son interlocuteur une virgule et d'en faire sa propre argumentation.
Au moins il savait pourquoi il risquait sa vie aussi souvent; étudier des peuples inconnus pour mieux oublier comment le sien pouvait être pitoyable, des fois, ça pouvait être apaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Iris 005] Rencontre au sommet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Reste du monde :: Reste du monde terrien-
Sauter vers: