La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Iris 005] Rencontre au sommet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Mer 16 Fév - 23:37

L'agent Many continuait à fixer le monde qui l'entourait avec le même regard de comptable qui le caractérisait depuis son arrivée dans le salon vert.Toutes les attaques des membres du SGC ne semblaient pas avoir de prise sur lui.Une chose de sûre, l'orgueil n'était pas quelque chose avec lequel cet homme risquait de s'étouffer.Il laissa donc les équipiers s'époumoner et quand il put enfin reprendre la parole il le fit sur le même ton calme et professionnel que s'il ne s'était pas arrêté et qu'il ne s'était rien passé.

"Je ne remets pas en cause les bienfaits que chacun des membres ont pu apporter à programme, mais la facilité avec laquelle les membres de ce projet font fi de l'autorité.Vous ne saviez pas que le dénommé Ewan Ranks se trouvait dans cette pièce avant de pirater les systèmes de surveillance.Vos actions à ce moment pouvait laisser penser que vous n'étiez pas complètement maitresse de votre esprit.Je tiens également à souligner qu'il est précisé dans le dossier que le Sergent Ranks n'a subi aucun sévisse corporel, qu'il disposait de sanitaires et qu'il était correctement nourri.Il était certes traité comme un prisonnier de guerre ou un espion mais sa fiabilité devait être évaluée.Tous les équipiers doivent obligatoirement passer immédiatement à l'infirmerie dès leur retour d'exploration et c'est également pour une bonne raison.Alors oui je ne connais pas la réalité du terrain telle que vous mais j'ai mené mon enquête et demander l'avis de personnels experts dans ce domaine et accrédités.Il ne s'agit pas que de mes propres conclusions mais certains militaires estiment que ce qui a été fait peut être refait, et que l'habitude qu'ont les goa'ulds de ne pas affronter des troupes telles que les nôtres et un excellent avantage tactique.Un général bien au fait de vos missions a même remarqué que les pertes subies par le programme restent dans l'acceptable en comparaison de celles auxquelles nous faisons face sur Terre."

L'agent Many avança légèrement sa tête vers les membres du SGC.Cet homme avait autant de sentiment que sa calculatrice encore que cette dernière en éprouverait certainement bien avant lui.L'homme semblait être le parfait fonctionnaire disposant toujours du bon crayon et du bon logiciel adapté à la tâche qu'il allait entreprendre.Aucune subtilité que se soit dans les comptes ou les dossiers ne semblaient pouvoir échapper à cet épervier de bibliothèque.

"La question qui me vient à l'esprit c'est pourquoi ne pourriez vu pas être jugés pour les actes que vous avez commis?Oui je viens après la bataille une fois que la poussière est retombé parce que je ne suis pas compétent que ce soit dans l'opposition direct au goa'ulds ou dans le développement des technologies de pointes.Je viens après la bataille pour m'assurer que toute les précautions ont bien été mises en œuvres.Vous nous parlez de container sécurisé pour le transport mais cela n'aurait pas empêché la contamination du SGC.Tout comme cela n'aurait pas empêché le matériel biologique d'être sorti du complexe.Un homme seul ne peut pas sortir quoi que se soit du complexe.Pour ce faire il doit avoir des complices.Aux vues des agissements et des traumatismes subis par les membres ici présents je m'inquiète que ces derniers soient encore dans le service actif.Surtout sur un programme aussi sensible et important.Avant de penser à des augmentations je pense qu'il faut procéder à un sérieux assainissement."

L'agent Many commençait à taper fort et à faire ressurgir les points noirs qui trainaient ici et là dans les mésaventures des équipiers et il fallait bien l'avouer sortis comme il les sortaient cela faisait passer les équipiers pour des fortes têtes caractérielles et irresponsables de leur actes.

"Si certains d'entre vous pense que j'exagère je rappellerais que l'Adjudant-chef Strucker ici présent a manquer de tuer un des ses subalternes par strangulation.Et que son échec n'est pas de son fait.Que le chef d'équipe du Caporal-chef kawalsky et du docteur Andrews s'est enfui avec une jeune alien et qu'il a pris la direction d'une entreprise dénommée Typhon qui est décidée à faire du profit avec les technologies de la Porte des Etoiles.Il semblerait que ces derniers aient fait des progrès considérables comparés aux hommes du SGC.Le caporal Naughart a une liste de plaintes pour insubordination et refus d'obéissance trop conséquente pour être énumérée dans la matinée.Je pourrais passer le mois à éplucher les dossiers et la vie de chacun des membres du SGC, mais il serait plus constructif et profitable que cela soit ces mêmes membres qui reconnaissent qu'ils ne sont plus à même d'exercer leurs responsabilités."

Avant que l'un des équipiers ne puisse reprendre la balle au vol et faire monter la pression encore d'un cran la ministre d'état était intervenue pour éviter que le débat ne s'échauffe.

"J'invite tout le monde à ne pas s'emporter.Nous sommes ici pour entendre chaque point de vue et je comprends que ceci puissent être défendu avec mes passions quand on connait les tenant et les aboutissants.Toutefois cela ne doit pas nous empêcher de le faire avec autant de calme et de sérieux qu'il nous ait permis.L'agent Many n'est pas un assistant du sénateur Duprey, il a été mandaté par l'Élysée tout comme l'était le Capitaine Dante.Soyez conscients que rien ne nous a échappé sur les actes de l'agent Dante qui a reçu des pouvoirs exceptionnels pour accomplir sa mission.Si certains des actes de l'agent Dante vous ont semblé déplacés ils ont en tout ca été jugé nécessaire."

L'intervention de la ministre avait l'effet d'une douche froide.Le soutien inconditionnel du Président et des trois personnes présentes en face d'eux n'était peut être pas si fiable que cela.Ca ne serait pas la première fois que des politiciens n'hésitaient pas à lâcher des personnes qu'ils jugaient encombrantes pour sauver leur miches.

A la suite de cela s'en suivit un long moment de discussions intensives durant lesquelles les rapports de missions du SGC furent décortiqués phrase par phrase.L'agent Many n'était pas pointilleux c'était un maniaque qui vous faisait regretter la moindre virgule mal placée.Il s'agissait d'un adversaire âpre qui ne lâchait pas un pouce de terrain face aux équipiers du SGC.Le sénateur lui ne disait pas un mot.Il s'était calé confortablement dans son fauteuil et observait la joute en comptant les points et en souriant à certaines interventions.Madame la ministre, l'amiral et le conseiller du président prenaient des notes soit pour revenir sur certains sujets plus tard soit pour en faire part au président.MickaËlla quand à elle n'avait toujours pas prononcé un mot.A dire vrai seul un observateur patient et attentif aurait remarqué qu'elle respirait encore, qu'elle cillait et quelques autres subtils indices trahissant que le fait que la vie n'avait pas quitté son corps.D'un geste de la main madame la ministre mit fin au débat pour la matinée et invita les membres du SGC à aller se détendre dans la cour qui donnait sur les jardins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 18 Fév - 19:08

A chaque phrase de Many, Mathilde réfléchissait à une contre-attaque et son regard se faisait à présent aussi noir que le marc de café. En fait ils découvraient peu à peu leurs cartes. Ce n'était pas tant le programme qu'ils voulaient déboulonner, mais les personnes qu'il y avait dedans. Cela présageait d'un changement à la tête de la machine car c'était chose courante que de remplacer tout ou partie des personnels critiques quand un nouveau pacha débarquait. Un peu comme ces lions qui tuaient les petits de leur ancien rival une fois celui ci évincé de son harem. Sauf qu'elle ne comptait pas être radiée comme une malpropre.
Une chose retint son attention, la mention de Typhon. Elle en avait vaguement entendu parler et savait qu'il y avait eu un sacré bazar à la base à cause d'une gamine extraterrestre qui avait mené une race assez belliqueuse et intelligente au SGC. Au moins on ne pouvait pas reprocher à la fille de ne pas savoir ce qu'elle voulait et de ne pas avoir de la suite dans les idées. La jeune femme avait souri quand on lui avait que la seule raison qui avait dicté cette action était le fait que l'adolescente voulait retrouver son amoureux/père de substitution/grand frère/whatever. Mathilde aurait très bien pu faire de même, bien qu'elle douta d'avoir le bras assez long pour manipuler un groupe d'aliens afin de la servir... Enfin, si, elle en avait le charisme, c'était une de l'Argentière et elle n'avait que des qualités - et de menus défauts au final très charmants - mais cela n'enlevait rien au geste des plus romantiques et elle aimait ça le romantisme, la petite asiatique... Ce qui l'intéressait aussi dans le cas de Typhon c'était qu'ils serraient sans aucun doute intéressés par la Baronne et qu'au moins sous leur égide, ses recherches ne souffriraient pas d'un manque chronique de moyens et de personnels/cobayes... pardon, volontaires enthousiastes pour essayer ses dernières innovations.
Elle écouta d'une oreille la liste des griefs à l'encontre des autres personnes dans la pièce, son visage exprimant un ennui non simulé et non dissimulé. Au final, l'agent Many lâcha la phrase à laquelle elle s'attendait. Ils voulaient éjecter des gens. Sans aucun doute les moins malléables et les moins susceptibles d'accepter les changements qui allaient être apportés au SGC par une future équipe de direction et à voir la façon dont le Député se frottait les mains avec son faciès de fouine, il devait y trouver son compte quelque part. Rancoeur personnelle avec le directeur actuel? Coup de poignard dans le dos du Président ou d'une des personnes ici présentes? Elle ne savait pas et en fait s'en moquait royalement. Surtout après la réaction de MAM qui annonça une pause tout en faisant comprendre au passage que personne ne se mouillerait pour les tirer de la gadoue dans laquelle ils les avaient fichus.
Rangeant soigneusement ses échantillons comme si c'étaient de véritables trésors alors qu'à part la plaque à moitié carbonisée, il n'y avait rien qu'elle eu regretté de voir disparaître vu que Hégémonie disposait des technologies Goa'uld disponible au SGC voire plus, elle récupéra sa valise et la fit suivre dans le jardin, indiquant par ce simple geste qu'elle n'avait aucune confiance dans le dispositif de sécurité du palais de l'Elysée et dans les personnes qui en étaient responsables. Elle s'en servit de siège, s'asseyant sur la tranche.


"Et bien si nous avions quelques doutes, nous sommes fixés maintenant. J'espère que vos CV sont à jours parce que ces deux zigotos sont bien décidés à nous remplacer par des gens plus en accord avec leurs idéaux. Le budget n'aura été qu'un leurre qui n'aura finalement pas tenu longtemps. C'est pas après le projet qu'ils en ont, mais après nous directement. Il suffit de voir comment ils ont pointé ad hominem tous les manquements supposés. Et vu comme ça mouille ses guêtres en face, faut s'attendre à ce qu'il y ait du poids lourd qui appuie le député. Il faudrait que je vois avec des connaissances de la ma famille pour obtenir quelques informations sur ce Duprey à moins que quelqu'un ici ne soit au courant de choses intéressantes à son sujet?
Je ne sais pas vous, mais je ne compte pas me laisser trainer dans la boue et éjecter comme une moins que rien. Quitte à en finir avec la Porte des Etoiles, je compte bien faire des étincelles et leur faire voir ce qu'il en coûte de vouloir me mettre sur la touche! Ce ne sont pas les opportunités qui manquent dans le secteur privé et je sais que j'aurai une place le lendemain de mon départ du programme, mais ce n'est pas pour autant que je ne vais pas me battre bec et ongle!"


Bras croisé, jambes tout autant, elle était affichait une mine aussi déterminée que l'était son ton et cela aurait eu un effet sans doute convaincant si par malheur une des roulettes de la valise n'avait pas glissé dans un trou du pavement et déséquilibrant valise et scientifique, les soumit de façon aussi désopilante que soudaine à la sournoise et traitresse gravité, une des Némésis de Mathilde. Basculant en arrière, la physicienne se retrouva les quatre fers en l'air, sa tête passant à moins d'un centimètre de l'angle d'un des gros bancs de marbre qui étaient dans le jardin ce qui aurait simplifié la tâche du député et de son âme damnée sans aucun doute.
Elle se redressa comme un ressort en partant dans une monologue en japonais au débit qui aurait fait pâlir de jalousie une M249, rajoutant à l'aspect cocasse de la scène et surréaliste quand on repensait à leur situation à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne Rigel
Scientifique
avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG4
Grade / Niveau: Sergent-chef / 181
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Sam 19 Fév - 3:36

Chacun y mit son grain de sel petit à petit. Mathilde avait finalement convaincu tout le monde de prendre la parole et de faire valoir sa place, son poste, son rang, son grade. Tout ceci avait quelque chose d'émouvant au final, mais ils n'avaient pas vraiment le temps d'essuyer une larme. Car si les membres du SGC étaient convaincus, ils ne semblaient malheureusement pas pour autant convaincants. Et ceci malgré une énième intervention osée de la Baronne. Suzanne se passait en boucle toutes les interventions, elle ne comprenait pas qu'ils n'accrochent pas à toutes ces avancées, ces découvertes, ces ressentis. L'idée d'Ivan finalement, même si c'était complètement surréaliste, était sûrement la seule manière de leur prouver que le projet valait le coup de se serrer la ceinture. Elle les imaginait bien tiens, en costard cravate, un zat à la main face à une horde de Jaffas. L'image lui fit esquisser un sourire, qu'elle perdit malheureusement bien vite quand ils commencèrent tous à parler des pertes humaines. Le cœur serré, elle ne faisait plus que d'écouter, elle avait l'image de sa cousine devant les yeux.

Le pire étant sûrement la phrase de l'agent Many « les pertes subies par le programme restent dans l'acceptable en comparaison de celles auxquelles nous faisons face sur Terre . » Depuis quand ce genre de pertes étaient acceptables ? Elle avait bien entendu compris ce qu'il voulait dire par là, mais elle n'appréciait pas la façon dont il en parlait. C'était peut-être maladroit, bien que ces paroles collaient parfaitement à son personnage, ce qui rendit la biologiste furieuse d'un seul coup.
Non, la mort d'Ingrid n'était pas acceptable. Malgré l'envie de l'interrompre, elle ne dit rien et préféra se calmer toute seule, afin d'éviter de se le mettre à dos plus qu'il ne l'était déjà. Mathilde prit la parole de nouveau, et Suzanne fut forcée d'acquiescer à plusieurs reprises. Elle avait raison, ils ne pouvaient pas se laisser marcher sur les doigts de cette façon.

« C'est vrai, nous n'avons pas de chef alien à la tête du SGC, nous n'avons pas non plus de soldats ayant pour habitude de se taire et d'obéir sagement. C'est vrai aussi que la plupart de nos travaux scientifiques ne sont pas encore concrets, et pour certains ce sont encore malheureusement que de simples hypothèses. C'est vrai également qu'il nous reste des tonnes de choses à apprendre sur ces planètes déjà visitées ou encore inconnues, sur nos ennemis, sur les Goa'ulds …
Seulement le problème c'est que vous ne voyez que ça depuis le début. Vous ne voyez que ce que nous n'avons pas ! Tous les membres du SGC autour de cette table ont acquis une expérience unique à force de traverser encore et encore cette Porte des Étoiles. Certains membres de la base ont sûrement même arrêté de compter le nombre de fois qu'ils ont passé ce trou de ver. Nous occupons tous une place importante au sein d'une des équipes SG de la base, ces équipes constituées seulement de quatre personnes sur lesquelles il faut savoir compter. À chaque passage de la Porte, c'est la surprise. On ne sait généralement pas tout ce que l'on peut trouver de l'autre côté, voir parfois on ne sait rien du tout.
Vous avez raison, en ce moment il y a plusieurs gros dossiers à prendre au sérieux, celui de Typhon notamment. Mais qui pourrait prétendre être mieux placé pour combattre ces menaces, que ces hommes et femmes ayant déjà eu affaire à des Goa'uld ?

Et pour en revenir à ce que vous disiez tout à l'heure Agent Many, je ne pense pas que des pertes humaines soient acceptables, qu'importe l'endroit, la planète, ou l'époque. On n'a pas choisi de bosser au SGC parce qu'il y a « peu de pertes humaines ». Un homme ou une femme qui ne revient pas est un échec. Malgré ça, nous nous battons pour faire avancer les choses, nous continuons de nous battre tout simplement parce que l'échec serait d'autant plus grand si ils étaient morts pour rien.
Je vous le répète, aucune perte n'est acceptable. Bien que je ne sois qu'une simple biologiste, je vous interdis de dire le contraire. »


Elle adressait un regard dur à l'agent Many en espérant au moins avoir fait passer ce dernier message. Les membres du SGC n'étaient pas des bouts de viande qu'on décidait ou non de balancer aux Goa'ulds. Sa voix n'avait pas tremblé, malgré l'émotion qui l'avait rongé quelques minutes plus tôt en repensant à Ingrid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwarius Deschains
Archéologue
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 22/01/2011

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: Caporal-chef / 91
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 21 Fév - 17:57

Les séminaires en plein air de vieux dossiers se succédaient et allaient bon train, si bien que la discussion partait dans le vide et tournait en rond. Les minutes étaient interminables, et encore plus insupportables que les premières, puisque pendant tout le long on ne cessais de leur faire part de leur incompétence, ainsi qu'un retour en arrière sur tous les trucs douteux qui était arrivé au SGC ses dernières années. Gwarius ne pouvait s'empêcher de fulminer en silence lorsqu'il entendait ses types parler de trucs louches alors qu'eux-même avaient leurs lots de magouilles dans leurs simples métiers. Il suffisait de passer au kiosque du coin pour en avoir un aperçu, ou d'engager de façon impartiale la conversation avec un simple passant de cette ville en plaçant le mot "ministre" dans une quelconque question pour recueillir d'un ton médisant une liste de synonymes des mots "corrompus" et "pourris" . Décidément ça n'allait pas être facile de garder son calme comme le demandait la ministre qui craignait un débordement. Elle leur fit d'ailleurs rapidement prendre congé, après avoir entendu Suzanne qui parlait de la façon dont l'agent Many avait évoqué d'un ton détaché les pertes humaines. Gwarius ne savait même pas comment sa collègue avait pu dire cela calmement sans hurler, mais il était clair pour tous de faire une pause et Gwarius ne se fit pas prier pour aller prendre l'air.

A l'extérieur il écouta Mathilde avec une impression de faire partie d'une bande d'écoliers en train de conspirer un mauvais coup contre des camarades. Il haussa les épaules à sa question, il ne connaissait rien sur ce Duprey, de toute façon il se moquait totalement de la scène politique et des marionnettes qui allaient avec, ne connaissant d'eux que les ragots qu'on pouvait entendre à droite et à gauche. Mathilde affirma d'un ton déterminé qu'elle était bien prête à se battre jusqu'au bout, avant de tomber à la renverse de son siège de fortune. Gwarius se leva et lui demandât si tout allait bien, mais il n'eut pour réponse que des mots incompréhensibles. Elle semblait ne pas avoir mal, puisqu'elle se releva immédiatement. Gwarius s'inquiétât un peu pour la suite des évènements, il ne savait pas si sa collègue était tombée parce qu'elle était trop nerveuse ou bien par malchance, mais il espérait qu'elle reste calme pour la suite auquel cas les choses auraient du mal à s'arranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 21 Fév - 19:08

Durant l'intervention de Suzanne le sénateur Duprey l'avait fixé avec intérêt voyant là une faiblesse à exploiter.L'agent Many lui n'avait pas cillé, à croire que rien ne pouvait atteindre cet homme.Il était vrai que pour lui la mort d'un soldat du SGC en mission d'exploration et ou d'un soldat en opération extérieur en afgahnistan était similaire.Seul le coût de formation et de l'équipement faisait une réelle différence pour cet homme.Toutefois l'intervention avait fait monté la moutarde au nez de certaines des personnes présentes dans ces lieux et il vallait mieux faire baisser la pression.Une des raisons qui amena la ministre d'état à laisser les équipiers prendre l'air.

Une fois dehors Suzanne sentie une main sur son épaule.Il s'agissait de MickaËlla qui d'un regard plein de sollicitude voulait savoir si Suzanne allait bien et lui redonner du courage.Mathilde ne perdit pas un instant pour donner son avis sur la situation qui n'avait rien de bien réjouissant pour l'avenir en même temps difficile de lui donner tord.Les choses ne s'annonçaient pas bien et les loups qui leur tournaient autour avaient les dents longues et bien préparés pour ce genre de chasse.

Alors que Mathilde se redressait en maugréant en japonais MickaËlla se dirigea vers elle pour redresser sa valise non sans s'être assuré aue cette dernière allait bien physiquement.Voire l'adjudant-chef Strucker aussi prévenante envers autrui était inhabituelle et était anonciateur de catastrophe.

"Duprey est un sénateur pas un député.Le sénat vote le budget de l'état, c'est un moyen de pression comme un autre et ceux pour les deux camps.En dehors de l'enceinte du SGC et du cadre de nos missions nous devenons des outils politiques.Et en tant que tels ce n'est pas le renvoie du programme le pire mais la raffectation."


Les mots de MickaËlla sonnait comme une sorte de bienvenue dans mon monde.Le mot réaffectation promettait des températures extrément basses en terre adèlie ou à saint pierre-émiquelon.La femme sous-officier s'en retourna dans son mutisme, et donnait l'impression d'avoir dépasséson temps de parole pour le reste du mois.Le seul point positifs c'est que ce mois de janvier était agréable ce qui était déjà pas mal de profitait d'une chaude matiné d'hiver.Le décor était très étudié et il était plaisant de flâner dans les jardins de l'élysée ou de tout simplement du soleil qui réchauffait les corps et les coeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 21 Fév - 21:17

Mathilde remercia Gwarius et Mickaëlla de leur aide les gratifiant d'un de ses grands sourires chasse-nuage. Elle s'épousseta plus par réflexe qu'autre chose et écouta ses collègues, mais surtout elle les détailla tour à tour pour prendre la température et la mesure de leur combattivité et force était de constater que ce n'était pas brillant... En même temps on ne pouvait pas trop leur reprocher. Comme l'avait bien fait remarquer l'Adjudant chef, les militaires n'auraient pas un avenir glorieux, ils étaient toujours sous contrat et seraient envoyé ailleurs. Et là c'était la roulette russe d'autant plus que l'on pouvait se douter que Duprey aurait suffisamment d'appuis pour leur pourrir la vie.

"Vous avez quand même la possibilité de démissionner. Vous serez toujours contraints par des clauses de confidentialités, mais nous le savions déjà en signant les documents qui ont entériné notre entrée dans le programme, mais vous pourrez vous faire embaucher par une SMP. La réaffectation n'est pas une fatalité et si l'on vous éjecte, vous les militaires, du programme vous n'aurez pas vraiment le choix entre rupture de contrat et affectation dans une zone de guerre façon Afghanistan où vous avez de grandes chances de sauter sur une mine ou dans un coin paumé avec un téléphone pour dix mille habitants, façon Patagonie.
Il n'empêche que de façon générale, il nous reste une porte de sortie, si je peux dire sans faire d'humour vaseux. Vous vous rappelez de la gamine qui a pris d'assaut le SGC et qui a finalement rejoint un scientifique du SGC qui avait démissionné. Rien ne nous empêche de faire la même chose. D'après ce qu'ils viennent de dire, cette entreprise fait la même chose que nous au SGC et eux, ils ont des moyens. Même si nous n'avons pas l'intention de rejoindre Typhon, on peut tout simplement leur coller cette épée de Damoclès sur la tête. Libre à eux de faire ce qu'ils veulent du programme, mais nous pouvons tout simplement tous démissionner et proposer nos services à la concurrence privée. Cela fera peut être jubiler notre ami Duprey, mais je doute que la ministre et le président voient d'un bon oeil le départ d'agents parmi les plus expérimentés et talentueux qu'ils puissent trouver. On peut toujours nous remplacer, ça c'est certain, mais nous remplacer par des personnels aussi compétents, ça cela m'étonnerait sinon ils seraient déjà à nos places ou à nos côtés en tant que coéquipiers. A vous de voir si vous voulez être uniquement considérés comme des consommables avec un taux d'usure et de perte acceptable. Je ne suis pas un outil. J'ai une renommée mondiale dans mon domaine, et le respect de tous mes semblables ainsi que leur jalousie quand à mes compétences.Je ne ne vais pas laisser un scribouillard me trainer dans la boue et son patron espérer que je vais lécher ses bottes et me rabaisser pour satisfaire l'ego d'un vieux bouc décati. Certains ont déjà essayé de jouer avec moi et ils ont payé le prix fort!"


Elle tapa du poing dans le plat de sa main avec détermination. L'image était un peu cocasse de voir ce petit bout de femme avec un tel caractère. La jeune baronne avait non seulement des crocs, mais aussi des griffes. Elle espérait que les autres en auraient au moins le minimum syndical.

"Duprey et son esclave feront en sorte d'anéantir tout argument en notre faveur et chercheront à montrer qu'il faut nous remplacer. A nous de montrer à la ministre qu'ils feraient une belle erreur en nous éjectant. Et si en plus on peut gratter des fonds supplémentaires, ce ne sera pas du luxe. Mon père m'a toujours dit. Mathilde, si tu as besoin de dix francs, demandes en trente, après négociation, on t'en donnera toujours plus que dix et avec le sourire car tu aura donné l'impression de laisser l'autre gagner la joute. Et cela s'est toujours vérifié. En donnant un chiffre bien précis cela donne l'impression que l'on a retourné la question dans tous les sens et que le chiffre avancé a bien été étudié et pesé donc probablement pas aussi ahurissant qu'il n'y paraît. Dans notre affaire cela nous a permis de voir une chose. Le budget n'était qu'une excuse. Ils se moquent bien de ce que l'on peut leur montrer de notre travail, de nos découverte ou de nos sacrifices. Le programme Porte des Etoiles est au cœur d'une lutte d'influence que nos anciens dirigeants sont en train de perdre et de fait on va en faire les frais. A nous de leur montrer qu'ils ont intérêt à mettre les bouchées doubles pour nous soutenir, qu'ils ont plus à perdre sans nous, qu'avec nous."

La dureté de sa voix et de ses propos tranchait de façon presque surnaturelle avec son gabarit de demie portion. Une chose était sûre, la physicienne allait se battre jusqu'à la dernière cartouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 21 Fév - 23:11

Le fait que son dossier ou tout du moins l'état de fait qu'il était un élément plutôt "instable" avec de l'insubordination chronique le fit sourire, voire même ricaner. Évidemment, le gratte papier n'avait vu que ce qu'il voulait car il n'y avait pas que ça. De toute manière il n'avait pas envie de justifier son comportement, dans ce genre de situations ça servait strictement à rien. Juste un argument de personnes avec lesquelles il était inutile de discuter et donc de perdre son temps.

Il accompagna la petite troupe à l'extérieur, ou les choses étaient différentes : La scientifique, qui avat le même débit de parole qu'une mitrailleuse de section continuait à râler tout ce qu'elle savait, accompagnant le tout d'une magnifique chute digne d'un film comique tellement qu'elle sortait du contexte, accompagnant celle-ci par un flot de ce qui semblait être des injures en japonais ou chinois, car pour lui c'était pareil. Au final qu'elle parle dans cette langue ou en français, la compréhension totale d'Ivan était identique.

"Je ne suis que troufion de base, un petit caporal insignifiant. Donc jetable et perte acceptable me convient parfaitement. D'autres ont mes capacités de combat et peuvent me remplacer. Que j'y reste en sautant sur une mine ou en finissant en steak grillé par une arme à énergie quelconque ne changera rien au résultat final."

Ah bah oui, il la contredisait et avec tant de légèreté, de toute manière il n'avait pas totalement tort.

"Par contre il semble que certains d'entre nous aient été choisis pour leur dossier assez chargé. Ils vont démonter les arguments de ces personnes auprès de ceux qui voudraient nous défendre en utilisant ceci avec le grand classique "Avec ce qu'il à fait, pensez-vous réellement qu'il soit fiable ?" Et j'en passe des vertes et des pas mûres. Je ne vois d'ailleurs pas d'autres raisons pour justifier ma présence ici." il ricana "C'est presque aussi petit que de lui mettre de la glue sur sa chaise pour qu'il y reste vissé."

Ce n'était qu'un homme d'action, pas un bureaucrate. Il ne réfléchissait pas plus que nécessaire, et là, vraiment c'était à se demander ce qu'il foutait là.

"Il faudrait un truc qui fasse "boum" pour lui secouer les puces, genre un méchant serpent vilain pas beau infiltré qui décide de faire des siennes. Quoique s'en est peut-être un, quelqu'un veut le disséquer pour voir ? Il doit bien trainer un coupe ongle quelque part."


La question avait été dite avec beaucoup de sérieux, malgré l'ironie dont il faisait preuve, comme si cette option était réellement envisageable. Décidément voir tant de légèreté était presque inadmissible dans cette situation. Et il ne manquerait pas de se prendre un retour de bâton de la part de ceux qui étaient remontés et électriques à force qu'il ne raconte des âneries qui n'avaient que pour but de détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 25 Fév - 20:53

La discussion prenait des airs d'éloge funèbre et les propositions de Mathilde étaient plutôt radicales et étaient à double tranchant.Mettre ce genre de personnes dos au mur les amèneraient peut être à prendre des décisions qui pourraient leur causer pas mal de problèmes.Cela pouvait être considéré comme de la mise en danger de la sûreté de l'Etat et les conséquences pourraient être funestes ou plus légalement les mener dans un quartier de haute sécurité.Mais alors que certains ce lamentaient sur leur sort et que d'autre se préparaient à passer à l'ennemi.Un nestor attira leur attention en se raclant la gorge et en les informant qu'ils étaient attendus pour le déjeuner.Le majordome se retourna et se dirigea dans les immenses et fastueux couloirs du palais présidentiel qui du point de vue de la majorité des équipiers SG ressemblaient plus à un labyrinthe.

Après quelques minutes ils se retrouvèrent devant une immense double porte devant laquelle se trouvait deux gardes républicains.Le nestor ouvrit la porte avant d'inviter les équipiers SG à prendre place autour de la table.Chacun d'entre eux fut pris en charge par un nestor et guidé jusqu'à sa place.Mais avant qu'ils aient pu s'asseoir le président rentra dans la pièce et se dirigea vers les équipiers SG leur serrant rapidement la main jetant un sourire par ci par là.On avait beau dire le personnage avait un certain charisme.Il fallait dire qu'on ne devenait pas Président de la République par simple hasard.Le Président s'installa en bout de table et invita l'ensemble de ces invités du jour à en faire autant.Autour de cette dernière se trouvait le Président; la Première Dame et les personnes qui étaient présentes dans le salon vert.Le président se permit donc de parler librement.


"C'est un plaisir de vous voir dans des conditions plus favorables et dans la normalité par rapport à la dernière fois que j'ai pu vous rencontrer.Mais nous n'allons pas parler de choses aussi sérieuses pour le moment.Je vais faire de mon mieux pour me libérer dans l'après midi pour prendre part au débat."

Le président était un politique et il se réservait le droit de monter en première ligne pour prendre des risques face aux détracteurs du projet Porte des Etoiles.Nul doute qu'en cas de divulgation du programme il voulait avoir le beau rôle sans qu'on puisse lui reprocher quoi que se soit.Encore une fois il semblait que leur potentiel allié puisse devenir leur plus redoutable ennemi en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Sam 26 Fév - 2:35

La jeune branla du chef d'un air navré en écoutant Ivan quand ce dernier parla de lui-même et de sa situation en tant que soldat dans le programme. Comme lui, elle se doutait qu'une partie au moins des personnes convoquées avaient de jolis cadavres dans le placard ou au minimum des faiblesses à exploiter comme par exemple Suzanne. Cette dernière avait dû perdre quelque de cher en mission et récemment pour réagir de la sorte ou alors ce n'était qu'une idéaliste qui ne supportait pas l'idée que l'on considère les gens comme des denrées périssables et remplaçables. si Mathilde avait réagi c'était surtout parce qu'on l'avait fourrée dans le même lot et elle ne se considérait pas du tout comme un outil jetable ou sacrifiable.

"Caporal Naughart, si on vous a sélectionné vous, et pas un de vos collègues de régiment, ce n'est pas au hasard en piochant au pifomètre dans les dossiers du personnel militaire. Après si vous pensez que vous ne valez pas tripette, ça c'est votre affaire et on ne peut rien pour vous à part vous conseiller un thérapeute... On en a une excellente à la base et elle a l'habitude des zozos dans votre genre.

Cela dit, vous avez raison. Ils cherchent à nous discréditer et discréditer le programme. Mais à repenser aux propos de l'agent Many, le but n'est pas de faire fermer la boutique, juste changer le personnel clef. Et pour ça c'est certain qu'ils vont pas hésiter à taper sous la ceinture. Si nous avions eu connaissance de leur identité plus tôt, il aurait été possible de leur retourner la politesse sans avoir à leur coller de la glu sur leur fauteuil et vu le prix des dits fauteuils vous n'aimeriez pas faire ça et avoir à les rembourser ensuite."
Haussement de sourcil façon Teal'C elle jette un regard sur tout le monde... Bilan pas folichon. "Après pour les grosses explosions, on peut toujours s'arranger et je suis certaine que le docteur Rigel serait heureuse de vérifier que l'agent Many a bel et bien une calculatrice à la place du cœur. Mais il vaudrait mieux garder cela pour le dernier recours façon Fort Alamo."

A son ton, le sérieux n'était pas plus de mise dans ces deux dernières phrases qu'à celle à laquelle la jeune femme répondait. Même si c'était rare en la présence d'étrangers, elle se laissait aller parfois à de l'humour elle aussi. Souvent piquant cela dit.

"Il vont chercher à nous pousser encore et encore à la faute de façon à justifier leur réquisitoire et notre éviction. Il faudra juste éviter de foncer tête baissée... ce qui n'a pas été franchement un succès jusqu'à présent."

Elle s'interrompit en entendant des pas faire crisser le gravier et elle se mit à parler de choses totalement sans intérêt avec un naturel signe d'une grande expérience en la matière. Un majordome attira leur attention et les pria de bien vouloir le suivre pour le déjeuner. Elle laissa sa valise après être entrée ans la pièce la confiant aux bons soins d'un pot de fleur.
Bien que surprise par la présence du chef d'état, elle n'en montra rien, affichant un petit sourire tout en retenue et faisant honneur à sa tyrannique professeur de maintien.


"Monsieur le Président, Madame, c'est un plaisir et un privilège de vous rencontrer."

Guidée par son valet personnel, elle s'installa à la table sans rien de plus, mais en lançant un regard appréciateur quand à la tenue de la Première Dame, chaque élément ayant été vu trié selon les connaissances de la fashion victim et classé selon ses critères de préférence. Au moins elle se sentait moins seule de ce point de vue là parce que pour le reste de la tablée c'était soit sobre, soit atrocement de mauvais goût.
Le PR leur servit une banalité qui outre le fait de meubler le vide assourdissant indiquait qu'il n'avait pour le moment pas la moindre intention de se mouiller pour eux. Si jusque là haut on hésitait à aller au turbin pour les appuyer, c'est qu'il y avait du lourd dans la balance en face... Hégémonie? Typhon? Les deux groupes n'avaient pas le SGC dans leur coeur et se l'inféoder règlerait bien des problèmes pour eux. A moins que les américains aient découvert plus que ce qui était convenu au départ et mette la pression sur la France afin qu'elle lâche le programme en leur faveur. Ils avaient la sale habitude de croire qu'eux seuls pouvaient sauver le Monde quand bien même ils étaient plutôt les spécialistes pour foutre encore plus le bazar dans des affaires déjà compliquées. Si c'était le cas, ils se feraient bien éjecter et remplacer par des adeptes des hamburgers et frappes chirurgicales aussi précises qu'une décharge de chevrotine tirée à cinquante mètres. Le tableau se noircissait encore et la jeune aristocrate n'avait plus vraiment d'appétit, mangeant et feignant avec style pour se sauver les apparences et ne pas donner le plaisir au rat qui était assis à la même table de la voir démoralisée.
Elle pria aussi pour que ses collègues se comportent décemment à la table. Elle leur aurait bien donné des consignes quand à la façon de tenir ses couverts, quel couteau prendre, quelle fourchette, quelle cuillère, quand boire, comment, la façon dont employait sa serviette. Bref l'art de se tenir comme il se doit à la table d'une personne de ce rang, mais elle savait qu'ils prendraient mal ses conseils, que cela ne servirait à rien car il n'auraient pas le temps de tout assimiler et qu'ils se comporteraient au mieux comme des automates détraqués ce qui serait sans doute pire que le fait d'être "naturels". Restait plus qu'à croiser les doigts et pour chasser le mauvais sort elle caressa discrètement le porte-bonheur qu'elle gardait toujours sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Sam 26 Fév - 20:23

Ah bah oui, tiens, aller voir la psychologue ! Il avait l'air d'être tout sauf peut-être un dingue psychopathe. Bon au moins elle avait répondu positivement à la petite dose d'humour, et c'était presque un point positif malgré ce qui semblait être une catastrophe. Mais se détendre un peu ne faisait pas de mal pour être dans de meilleures conditions... Sauf que l'occasion n'allait pas leur être donnée !

"Je ne suis pas encore devenu fou, mais je vous remercie de vous en inquiéter" répondit-il simplement à Mathilde.

Mais voilà que déjà, ce qui semblait être une sorte de groom, venait à leur rencontre pour le ramener d'où ils venaient, pour cette fois prendre un repas en compagnie de... Surprise ! Le chef de l'état en personne avec sa femme. celui-ci semblant être ravi de les revoir dans ces conditions dites "plus favorables"... Ah oui favorable, le mot n'était pas vraiment bien choisis ! Dans tous les cas, maintenant,la difficulté allait consister à le convaincre. Il leur serra évidemment la main, à tous. Il fallait bien faire sa pub et mettre les personnes en confiance.

Bon, pour Ivan c'était finit, il fallait qu'il ferme son clapet une bonne fois pour toute avant de dire une connerie qui finirait par les faire couler pour de bon. Il attendait juste que la suite des évènements ne se produise. Peut-être que plus tard il pourrait faire la différence, mais pour le moment à part balancer les quatre vérités à certaines personnes présentes, comme la calculatrice humaine (many).

Il fut installé par son groom personnel. Il ne manquerait plus qu'il lui donne la becquée, comme on le fait avec un bébé... Il savait encore s'assoir quand même ! Faire autant de manière et un accueil de cette manière pour se faire démonter derrière... Quelque chose clochait réellement dans tout ça, comme si il y avait réellement quelqu'un ou quelque chose derrière cette réunion et qui tirait les ficelles comme s'ils n'étaient que des marionnettes.

"Il y a quand même plus agréable comme contexte." lâcha-t-il comme commentaire, dont le ton n'avait strictement rien de désobligeant ou d'agressif. Il parlait juste franchement.

Il n'avait pas réussit à fermer son clapet, et ça, il allait sûrement le ressentir à un moment ou à un autre. On ne parle pas vraiment au président comme à une personne banale. C'était encore la preuve qu'il ne se sentait vraiment pas dans son milieu, un peu comme un poisson hors de l'eau. Faire le planton de garde à l'entrée comme les soldats de la garde républicaine était presque une place plus enviable que la sienne à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne Rigel
Scientifique
avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG4
Grade / Niveau: Sergent-chef / 181
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Dim 27 Fév - 14:45

La ministre d'État laissa les équipiers prendre un peu l'air et ce n'était pas de refus. La baronne, autrement dit celle qui menait avec brio la danse depuis le début, avait fini son discours par une petite acrobatie, heureusement plus spectaculaire qu'autre chose, il était donc temps de marquer une pause. Et puis Suzanne en avait besoin aussi. Son intervention n'avait pas servi à grand chose, le sénateur ne l'avait pas lâché des yeux et ce n'était pas forcément un bon signe.

Perdue dans ses pensées, entre ce qu'ils allaient devoir dire et ce qu'ils allaient devoir éviter dorénavant, elle sentit une main sur son épaule qui la fit revenir sr terre. Elle tourna la tête pour savoir à qui appartenait cette main et ce fut presque sans surprise qu'elle vit Mickaëlla. Autant cette femme inspirait rigueur, autorité et froideur, autant elle pouvait être prévenante et être d'un incroyable soutien. Et Suzanne était bien contente de connaître ce côté là de l'adjudant chef. Elle lui adressa un simple sourire en guise de réponse, en acquiesçant discrètement de la tête. Elle ne recommencerait plus ce genre d'intervention ridicule, promis.

Mais la pause se transforma vite en mise au point, tel une mi-temps dans un match de football. On parlait tactique, faiblesses de l'adversaire, ce qu'il ne fallait plus faire, … L'information qui leur manquait était le score. Combien de buts avaient-ils encaisser ? En avait-il au moins mis un déjà de leur côté ? Toute tentative avait été vainement contrée, mais ce qui était rassurant c'est que les idées de Mathilde ne désemplissaient pas. Elle avait d'ailleurs relevé un point intéressant qu'elle s'était empressée de faire part à ses coéquipiers du jour : ils ne voulaient pas fermer le programme, mais faire du ménage.

Ivan et la baronne animèrent ce bref instant, le docteur Rigel se contenta de suivre l'échange en ne manquant pas d'approuver, amusée, les dires de Mathilde concernant la calculette de Many à la place du cœur. La physicienne avait encore de l'humour, c'était bon signe. Finalement, on vint les chercher de nouveau. Et après quelques minutes à tourner dans ce labyrinthe, ils arrivèrent dans une pièce dans laquelle on les accompagna chacun à sa place autour de la table. Ah ils ne faisaient pas les choses à moitié ici. Le tant attendu Président fit son entrée. Avec tout ça, elle en avait oublié qu'ils devaient le voir. Il vint à tour de rôle saluer chacun d'entre eux, avant de prendre place en bout de table. Tout aussi charismatique qu'à la télévision.

La biologiste fit de même en s'asseyant à sa place, puis observa discrètement les faits et gestes de chacun. Elle n'avait pas vraiment l'habitude de ce genre de dîner, encore moins en présence d'une telle personne. Ce qu'Ivan déclara, était sûrement ce que pensaient tous ceux autour de cette table finalement, à la différence près qu'ils avaient su garder ça pour eux. Seule Mathilde semblait à l'aise, restait plus qu'à faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 28 Fév - 16:10

Le déjeuner allait commencer sous des hospices pas trop défavorables jusqu'à ce qu'Ivan ouvre la bouche.Ces manières de camionneur mal embouché était prohibé dans ces murs.L'amiral darda Ivan d'un regard qui ne signifiait rien de bon pour la suite de sa carrière, sauf si il visait une place comme agent de sécurité dans un monoprix.Le président lui aussi semblait agacé par la réflexion du militaire, et si il ne surveillait pas son language il s'agirait certainement de ces dernières erreurs en tant que militaire de l'armée Française.Le sénateur lui avait affiché un sourire satisfait en voyant qu'on apporter de l'eau à son moulin, et c'était à se demander pour qui oeuvrait le militaire.Il était censé être un membre des forces spéciales françaises.Un soldat habitué à opérer dans des situations dangereuses et à s'adapter à tout types de situation en se servant de sa tête plutôt que de ses muscles.Il serait plus logique qu'il feigne sa stupidité plutôt qu'il le soit réellement, sans parler de ses discours précédent sur le fait qu'il soit un simple troufion.L'armée dépensait des sommes conséquentes pour former et gardait au niveau les soldats qui formaient les forces spéciales.Investissement qui avait cru quand le programme porte des étoiles avaient ouvert ses portes.Bien évidemment tout soldat était sacrifiable mais avec l'agent many à la calculette aucun doute qu'il serait scandalisé en voyant les sommes investies et perdues pour un bénéfice quasi nul.

Les autres convives avaient eu la décence de ne pas avoir réagis à ce que Ivan avait dit mais de la ministre d'état à l'agent Many, en passant par la première dame, tous prenaient grand soin d'ignorer poliment le soldat Naughart.C'est donc dans la gêne, que se poursuivi le repas.

Contrairement à ce que l'on aurait pu s'attendre ce ne fut pas le repas gastronomique et terroir auxquels ils auraient pu rêver.Il n'y avait pas d'alcool sur la table, ce que l'on trouvait de plus violent en boisson c'était de l'eau gazeuse.La présentation des plats étaient digne des grands restaurants parisien et les talents du chefs étaient remarquables pour transformer des plats du quotidien en repas de fête.Tout au moins c'était l'apparence qu'ils avaient.

Après la bourde d'Ivan le sénateur Duprey avait profité d'avoir l'initiative pour prendre la parole pour parler d'affaire politiques.Au début simple discussion, il commença à donner ses avis, avant de recommander fermement ces idées préconçues.Le président commençait à s'irriter de la chose, il n'était pas réputé pour être d'un sang froid exceptionnel.Il y avait peut être là la possibilité de marquer quelque point auprès de l'autorité suprême fallait il encore faire cela en finesse pour que cela ne ressemble pas un sauvetage grossier sans quoi cela ne ferait qu'offenser le président.Et avec la dernière bourde d'Ivan, ils n'avaient plus droit à l'erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwarius Deschains
Archéologue
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 22/01/2011

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: Caporal-chef / 91
Age du personnage: 27 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Jeu 3 Mar - 1:07

Gwarius écouta attentivement ses collègues parler pendant leur pause qui en fait était plutôt un répit. Selon Mathilde ils ne voulaient pas fermer le programme mais y remplacer les personnes. Gwarius dû reconnaitre qu'elle avait sans doute raison, maintenant qu'il y réfléchissait, en effet il faudrait être fou pour mettre à l'oubliette un tel projet, ou bien faire preuve d'une grande sagesse. Mais vu que pour les terriens la sagesse devient folie si elle n'apporte pas de bénéfice, cela revient au même. L'Archéologue n'avait pas le "boom" de d'Ivan et apparemment personne n'en savait lourd sur le casier de leurs adversaires.

Finalement l'entracte pris fin et c'est avec dépit que Gwarius suivis les autres à l'intérieur pour aller y retrouver les guignols. Ils étaient en fait invités à diner, ce qui était plus plaisant, même s'il n'avait pas spécialement faim. Le festin était au rendez-vous, Gwarius qui n'avait mis les pieds dans un restaurant depuis fort longtemps avait bien du mal à cacher sa satisfaction, ce n'est pas tous les jours qu'on se fait inviter dans un cinq étoiles gratuit. L'archéologue restât asser sobre quand-même pendant le repas, s'était une habitude de bien se tenir à table pour lui, au risque de se faire tirer les oreilles par sa mère. Cela dit il avait oublié pas mal de détails entre-temps et ne se montra pas aussi impeccable que Mathilde, qui semblait elle à l'aise dans son élément. L'archéologue ne fit pas attention à la remarque de Naughart un peu déplacée, il était même content que quelqu'un mette un peu la pagaille dans tout ce chichi maniéré. La nourriture était bonne, mais malgré de bons cuisiniers et plein de bonne foi Gwarius ne put que constater que cela ne valait pas pour autant les produits frais de St-Faycelle, par contre le mess du SGC était à des années lumières en dessous.


Le président s'était finalement décidé à montrer le bout de son nez, et Gwarius en fût ravi, il pourrait maintenant se vanter à qui voudras l'entendre qu'il a vu le président en vrai une fois dans sa vie ! Peut-être même pourrait-t'il lui demander un autographe ou le prendre en photo, mais difficile de demander ça aujourd'hui dans ce cadre professionnel fort tendu sans paraitre déplacé, mieux valait y renoncer.

Le sénateur Duprey commença à papoter avec le président pendant le diner, quoique c'était surtout lui qui parlait, le président lui semblait s'ennuyait plus qu'autre chose. Gwarius attendit qu'il ait terminé pour boire un verre d'eau histoire de se rincer la gorge et bien parler. Il voulait bien répondre un truc mais c'était super dur à expliquer, surtout pour quelqu'un d'introverti comme lui et en présence de tous ses gens importants. Mais il voulait le sortir maintenant pendant qu'il avait encore les mots. Il convenait sans doute mieux d'en parler après le repas, cela dit ça ne paraitrait sans doute pas déplacé pour autant de parler boulot à table, et s'était toujours mieux que de rester dans ce climat de gène un peu tendu.



-"Excusez-moi, monsieur le sénateur, mais pendant que j'y pense, ce matin vous n'avais pas arrêter de nous faire part de notre incompétence et de comment il faudrait vraiment selon vous gérer le SGC. Je suis désolé de vous dire ça mais vos critères habituels pour juger la conformité d'un dossier ne s'applique pas dans celui-ci. Ce n'est pas avec des lois traditionnelles Françaises ou Européenne que l'on gère une expédition totalement inédite à travers les galaxies dont les lois, la culture, la mentalité des peuples rencontrées est tout aussi opposés aux nôtres que divers. On se doit de garder un esprit extrêmement ouvert quand on travaille au SGC, nos idées préconçues pour gérer quoi que ce soit ne sont d'aucune aide dans notre travail, tellement les cas sont uniques."


Il fit une petite pause pour respirer, n'ayant pas vraiment l'habitude de parler autant à haute-voix. Pourtant, malgré ce manque d'entrainement il arrivait à parler suffisamment fort pour capter l'attention sur lui et avec l'intonation suffisante pour n'endormir personne.


-"Nos militaires doivent faire face à des armes et des tactiques ennemies aussi inconnues que mortelles, nos scientifiques doivent espérer percer les mystères d'une technologie inconnue avec un matériel souvent inadapté, les archéologues doivent étudier les civilisations et se faire comprendre d'elles malgré le fait que parfois la langue, l'écriture, le langage gestuel et même l'enveloppe physique les sépares complètement d'elles, pas étonnant au vu de ces faits que les erreurs soient nombreuses forcément, mais comment pouvez-reprocher à un médecin par exemple de ne pas être parvenu à soigner un blésé, alors que ce dernier présentait des symptômes inconnus d'ordre extra-terrestre ?
Cela ne veut pas dire qu'il est incompétent pour autant, quand on se lance dans une entreprise inédite, ce n'est que sur le tas qu'on apprend.

Le temps, les erreurs, l'ouverture d'esprit et l'anticipation sont les seules choses qui nous font avancer dans ce type de projet, puisque nous ne sommes pas formés pour ce genre de boulot. Pas plus que vous Monsieur le sénateur ne l'êtes pour pouvoir critiquer objectivement notre progression avec des idées et une administration qui n'a pas court dans cette situation.
Remplacer du personnel ne vous servira à rien si ce n'est que ce ne sera qu'une grande perte de temps, sans parler que le personnel renvoyé avec toute son expérience acquise sera tenté daller la voir la concurrence, qui elle n'a sans doute pas la même éthique que nous. "


Il s'arrêtât là, il fallait éviter d'aller trop loin sinon il aurait du mal à ne pas devenir grossier. Il se replongeât aussitôt dans son repas, comme s'il ne venait de faire qu'une simple prévision météo. Il avait réussi à faire un bon petit discours en restant sur un ton posé et sans partir dans la vulgarité et c'était déjà un bel exploit pour lui, tellement la situation le gavait. Sans doute lui remplir l'estomac lui avait fait beaucoup de bien, restait maintenant à voir ce qu'allait régurgiter le sénateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 4 Mar - 21:19

MickaËlla sentait que la situation partait en eau de boudin.Gwarius venait de mettre les pieds dans le plat pas la même occasion il mettait ses collégues présent ainsi que tout le SGC dans une fâcheuse situation.Le sujet qu'il venait d'aborder n'avait rien à faire ici et si il avait tenu un tels discours il y a une heure MickaËlla n'aurait pu que l'en féliciter.Mais en ce moment présent elle avait envie de lui mettre un coup de saton dans les tibia pour l'inciter à se taire.Fort heureusement pour ce dernier et le protocole l'archèologue ne se trouvait pas à porté.Il ne restait plus qu'une seule chose intelligente minimiser les dégats et pour ce faire elle devait prendre la parole.Elle attendit donc patiemment que Gwarius est fini sa diatribe à l'agard du sénateur pour couper l'herbe sous le pieds de ce dernier en même temps que la parole.

"Monsieur le président je vous présente mes excuses en mon nom et celui du Docteur Deschains.Beaucoup de mes collégues sont passionés par leur travail c'est là le revers de la médaille.Pour l'avoir vu agé d'à peine 8 ans je peux vous assurer qu'être tenace est dans son caractére.Oui c'est étrange mais comme vous avez pu le voire lors de votre visite l'étrange et la normalité chez nous.D'ailleurs je tenais à vous dire que nous avons porté assistance au gens que vous avez vu et qu'une alliance est déjà en place entre nos deux peuples.Je gages que nos nouveaux alliés seraient enchantés de faire plus ample connaissance."

MickaËlla avait essayé de dévier le tir comme elle avait pu, et pensait ne pas s'en être trop mal sorti.Les grands discours n'étant pas son truc cela manquait d'emphase mais le ton morne et sans passion collait bien à la rigueur et à l'uniforme de la jeune femme.Elle avait fait de son mieux pour brosser le président dans le sens du poils pour l'amener à s'identifier comme étant un membre du SGC.La flatterie était une arme puissante surtout quand elle était employé par des gens que vous aviez tendance à respecter pour leur savoir faire.La batterie de ferrailles en tout genre qu'elle avait accroché sur le torse était là pour produire cet effet tout autant que son dossier.Peu importait que le président ne connaisse pas la signification de ces derniers tant mieux même cela ne faisait que leur donner plus de valeur.Restait à espérer que ces collégues continueraient dans la même voie, c'est à dire le léchage de pompe présidentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 4 Mar - 21:19

L'intervention de Gwarius avait manqué de transformer le déjeuner en zone de conflit fort heureusement l'intervention de MickaËlla avait ramené un semblant de calme et de convenance chez le président.Le sénateur lui avait été surpris par l'aplomb de l'adjudant-Chef.Elle n'avait pas ouvert la bouche de toute la matinée et elle faisait une sortie au moment ou il s'y attendait le moins.Elle lui avait brûlé la politesse et il comptait bien prendre sa revanche avant la fin de cette journée.Avant que les choses ne puissent repartir en vrille le plat de résistance arriva et la discussion changea avec les assiettes.Madame la ministre d'état avait profité de la situation pour rebondir avec brio et discuter avec intérêt de la pluie du beau temps et des intérêts de la France à l'étranger et dans le domaine de l'aérospatiale.La chose avait été amené avec subtilité mais les initiés du programme porte des étoiles voyaient bien ou cette dernière voulait en venir.Maintenant il était clair pour les équipiers qu'elle était de leur côté.Elle leur donnait l'opportunité de se faire mousser à mots couverts en sous entendant que les découvertes du programme feraient avancer les choses à pas de géant pour la France.

Et c'était peu de le dire.Le SGC avait quand même réussi à ramener un vaisseau cargo goa'uld en parfait état de marche, et deux planeurs de la mort complétement déglingués.Les progrès de l'aérospatiale allait être gigantesques et d'ici quelque années les chasseurs français disposeraient d'avantages qu'aucun autre chasseur au monde ne pourrait égaler.Sans parler que la première nation à pouvoir faire des voyages interstellaires serait la France ce qui n'était pas rien quel que soit le point de vue l'on adopte.Il restait à faire savoir subtilement au président que tout ceci ne serait possible qu'avec son appui.Le meilleur moyen restait encore de flatter son ego qui comme toute personne dans sa position était facile à trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Sam 5 Mar - 12:37

Les choses avaient très mal commencé pour le déjeuner. Que ce soit avec de bonnes ou de mauvaises intentions ou tout simplement par je-m'en-foutisme les interventions se succédant frôlaient le carnage diplomatique. Bien que décidée à noyer les responsables dans un bain d'acide hydrofluorique pour les faire disparaître à jamais, elle garda sa contenance et se contenta de faire la conversation avec la Première Dame, conversation orientée garde robe et maquillage et parfum.
Il était temps qu'ils participent eux aussi car la baronne s'était quand même sacrément sentie seule lors des débats préliminaires de la matinée. Pour autant, elle n'avait pas manqué de remarquer l'agacement du Président vis à vis de l'attitude et des propos du sénateur Duprey. Ce dernier dans sa volonté de se montrer indispensable en faisait trop et risquait tout bonnement de se griller tout seul comme un grand. D'un ton assez relativement léger elle lança un de ses petits traits chargés de fiels avec l'habileté d'un joueur joueur de billard.


"Monsieur le conseiller, vous devriez numéroter vos abatis, il semble que ce cher sénateur se soit confortablement installé dans vos chaussons. Pour un peu, on pourrait le croire en campagne."

Elle avait laissé échapper un petit rire amusé comme si sa remarque n'avait que pour but de détendre l'atmosphère, mais dans la plus pure tradition mondaine s'était un vrai coup de poignard qu'elle allongeait dans les reins du sénateur avec la décontraction que l'on pourrait attendre d'une femme du monde.
elle écouta la ministre parler et acquiesça à de nombreuses reprises, on retourner dans son domaine de prédilection et elle bénissait le ciel de ses petites réunions de travail avec la Tok'ra.


"Vous parlez d'or Madame la Ministre. La rupture technologique que nous pourrions créer en intégrant des technologies goa'uld sur nos propres appareils serait proprement sans pareille dans toute l'histoire de l'Humanité. Pour avoir travaillé au sein d'une multinationale française spécialisée dans la haute technologie, je peux vous assurer que ce qu'ils créent en ce moment comme prototypes ne vaut pas plus que la masse des composants dans une déchetterie en comparaison de ce qui nous est offert.
Nous pourrions tout simplement en finir avec le moteur à réaction, rien moins que ça, imaginez alors les économies en terme de combustible. Ce pétrole pourrait alors être réutilisé dans d'autres secteurs et servir à la confection de plastiques plutôt que de partir en fumée. Les générateurs d'anti gravité permettent une vitesse et une manœuvrabilité absolument inégalée jusque là et nous gagnons en place et sécurité. Aucun risque l'appareil se transforme en torche parce qu'un réservoir fuit. L'autonomie également est impressionnante, pour un appareil de type planeur de la mort, elle se compte en jours alors que pour nos avions, elle se chiffre en dizaines de minutes.
Fini également le bruit... Adieu les groupes de citoyens mécontents car des avions volent au dessus de leur tête. Il y a bien un vrombissement, mais rien à voir avec le rugissement d'un turboréacteur ou d'un réacteur tout court. Ecologique également car un générateur antigrav ne rejette rien dans l'atmosphère il agit sur le champ gravitique directement à son contact pour se maintenir en l'air, et fin du fin, nous pourrions nous passer de ces monstres d'acier et de poudre que sont les fusées pour placer des charges en orbite. Ariane, l'ISS, les navettes spatiales, tout cela appartient déjà à la préhistoire de la conquête spatiale! je pourrai vous faire une liste des avancés spectaculaires non seulement pour notre Armée, mais aussi pour le public qui nous occuperait jusqu'à la fin du mois uniquement pour les applications de l'antigravité, et c'est loin d'être la seule nouvelle technologie qui nous est offerte sur un plateau d'argent.
Avec votre appui, Monsieur le Président nous pouvons faire entrer la France dans une ère nouvelle, et ce ne sont pas que des mots, les moyens de transport révolutionnés, la science même révolutionnée, la diplomatie prenant une envergure tout bonnement galactique... Et cela pour la France, pas les USA, ou tout autre pays. Ce serait la France qui redonnerait le La..."


On retrouvait la passionaria, mais également l'encyclopédie vivante. son ton vibrait de l'enthousiasme qu'elle avait quand aux défis et aux promesses qui étaient celles du programme Porte des Etoiles.

"Le problème majeur étant de conserver ce leadership ainsi acquis. Les russes nous ont honteusement dérobé une Porte des Etoiles et il leur faudra des années pour mettre sur pied un moyen d'activer un vortex et encore d'autres pour obtenir des coordonnées viables, ils pourraient chercher à coopérer avec les chinois ou les américains et préférer se partager le gâteau plutôt que de faire ceinture, ce n'est pas pour demain, mais cela n'est qu'une question de temps. Nous avons les moyens de nous démarquer, de marquer notre temps et d'apporter beaucoup à nos concitoyens. Nos militaires ont une devise qui s'appliquerait très bien à l'opportunité qui est la nôtre, Qui ose gagne, Monsieur le Président."

Alors certes, elle avait caressé dans le sens du poil l'ego du PR, mais Mathilde croyait dur comme fer en ce qu'elle avait dit. Il était important pour elle que la France prenne ce rôle qui avait été le sien quelques siècles auparavant et dont elle gardait depuis une certaine aura, mais pas grand chose de plus. Et puis, si le nom de sa famille, son nom était associé à ces avancées, cela ne serait que mieux évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Mar 8 Mar - 23:57

Le trait acide que Mathilde lança sur le sénatuer fit sourire le conseiller mais dans son regard elle pouvait voire qu'elle n'avait peut être pas tapé bien loin de la vérité.Malgré l'importance du poste sénateur était un poste bien loin de la scène politique et le programme porte des etoiles étaient un moyen des plus sur de s'assurer une plus de choix et mèdiatiser.Une manière efficace de relancer une carrière politique au point mort.L'intervention maladroite de Gwarius rejetta de l'huile sur le feu fort heureusement madame la ministre interressa la discussion avec esprit en maissant une ouverture aux équipiers pour vendre le projet porte des étoiles un occasion que Mathilde ne manqua pas.Son discours était passioné un peu trop même pour le sénateur et cela aurait été le cas pour le président si elle n'avait pas prononcé les bons mots.La postérité.Entrer dans l'éternité et les livres d'histoire comme étant le plus grand pionnier que l'histoire humaine n'est jamais connu.Christophe colomn et les amèriques, Kennedy et sa son programme de conquête spatial, cela ne serait que de simples anecdoctes à côté.Les enfants de la terre entière connaitrait son nom comme le grand homme qui offrit un avenir radieux à la terre et son peuple.Et même sur d'autres planètes il pouvait être connu comme quelqun d'important et passer des alliances et des traités commerciaux auxquels les amèricains ne pourraient que rêver dans leur rêves les plus foux.D'ailleurs amèricain, anglais et chinois il pourrait leur tenir la dragée haute car il possédait la porte des étoiles et le moyen de récupérer les technologies avancées qui ferait de la france la première puissance technologique, et militaire.Il ne faudrait pas longtemps pour qu'elle redevienne la puissance économique de premier plan.Le président avait des rêves de napolèon et de là à se dire qu'il allait suivre le même chemin que ce dernier en prenant le pouvoir et en usant comme bon lui semblait il n'y avait pas bien loin.

Aux mots qui ose gagne Jason gonfla le torse instinctivement fier d'entendre cette devise.MickaËlla darda la baronne d'un ragard peu aimable, à croire qu'elle estimait que cette dernière n'avait pas le droit d'utiliser ces mots, qu'elle n'était pas digne de le faire.Le président quand à lui était encore dans ses rêveries et avait évouté d'une oreille distraite captant seulement ce qui l'intéressait, alors dire que la devise des rapas et des sas anglais lui passaient bien au dessus de la tête.Il avait cessé de manger sa main gauche au niveau du menton l'index juste sous la lévre inférieur il semblait réfléchir intensèment.Le sénateur ne pouvait plus y tenir il commença à reprendre la main mais fut interrompu par un geste impérieux de la main du président.A croire que ce dernier se voyait déjà en président des présidents.

"C'est la tâche la plus difficile de mon mandat et je suis consciens des enjeux et des gens de moindre caractère pourrait être effrayé par les risques encourus.Mais nous ne sommes pas de cette trempe là.Toutefois je ne suis pas un despote et je dois prendre en considération certains avis mais croyez moi vous avez ma sympathie."

Le président comme tout bon politicien maniait la langue de bois à merveille.La sympahtie d'un président n'était pas rien mais son soutien était infiniment plus utile surtout dans la situation présente.Quand on nous ne sommes pas de cette trempe, il estimait être comme les équipiers SG.Il se sentait lui aussi une âme d'explorateur.Il devait avoir lu un peu trop de rapport de mission avant d'aller se coucher.Le sénateur lui rongeait son frein comme il pouvait mais il était clair qu'il avait mal pris la chose et la baronne de l'argentière venait d'apapraitre sur le livre des rancunes du sénateur Duprey.Le repas se termina dans une pas trop mauvaise ambiance.Madame le ministre et monsieur le président faisait la conversation et l'un comme l'autre évitait avec précaution le sujet du projet porte des étoiles sachant pertinemment que cela ne ferait que relancer un débat qui n'avait pas lieu de se dérouler ici.

Une fois le repas terminé on reconduisit les équipiers au salon vert ou on vint leur servir du café, du thè, et autre rafaichissement.Pour le moment il n'y avait qu'eux mais dans peu de temps les lions reviendraient à la charge et le combat reprendrait et il serait plus âpre que celui du matin.De nouveaux arrivant fire leur apparitions, des hommes d'un âge certain, avec des têtes de comptable ce qui le s plaçaient dans le cas de ceux qui voulait fermer le programme.Puis ce fut le tour d'une personne à laquelle ils ne s'attendaient pas.L'ancien président venait lui aussi participer à cette réunion.En même temps le programme avait redémarré sous sa présidence et même si ils ne voyageaient pas à travers la porte à ce moment là il y avait tout de mê,e des fonds pour travailler sur le projet.Ce dernier serra la main à chacun d'entre eux et eut un mot gentil et encorurageant pour chacun d'entre eux.C'était gratifiant et il y avaiot de quoi se sentir le coeur gonflé à bloc après ça.Ce qui était marquand chez cet homme c'est qu'il était bien plus grand qu'on ne se l'imaginait à la télè et c'était d'une manière assez étrange rassurant.Une autre personne rentra à son tour il s'agissait d'une femme qui provoqua instinctivement une réaction chez Strucker et Naughart.Elle portait un tailleur sobre et par dessus le manteau gris de l'armée de terre.Il y avait sur ce dernier des galons de colonel.Strucker et Naugahrt s'était mis au garde à vous en sachant à qui ils avaient à faire.Ils avaient en face d'eux une militaire au service de la D.G.S.E, un supérieur auxquels Naughart n'avait pas répondu parce qu'elle était du genre à brûler les réglements avec vous, à jeter les cendres aux toilettes et effacer toute trace de votre existence.Ils ne connaissaient que son nom, son grade, et la crainte amplement justifié à ceux qui travaillaient pour elle.Dans toute les missions douteuses qu'il avait accomplis pour les services secrets elle avait là de plus ou moins loin.Kawalsky se mit lui aussi au garde à vous pour le protocole, elle leur fit signe de se mettre au repos.Pour ceux qui ne connaissait pas la nouvelle arrivante ils ne faisaient aucun doute qu'elle était une routarde de la première heure son visage son coup et certainement le reste de son corps portaient les stigmates de son patriotisme.Sur la plaque patronymique il y avait marque Hugon de masse Gontier.Un nom très vieilles frances qui devaient remonter bien avant saint louis selon Mathilde.La femme laissait derrière une douce odeur de cigare pour les connaisseurs, une forte odeur de tabac pour les autres.Elle se servit du café et alla s'asseoir.Tout dans son attitude faisait penser à une grande dame et rappeller les manières guindées de la baronne.Les discussions à mi-voix aller bon train mais personne ne s'était approché de la nouvelle arrivante qui sirottait tranquillement son café.Il faut dire que la brûlure qui naissait à la base de son front en lui barrant perpendiculairement le visage en passant par l'oeil gauche, qui était décoloré, pour disparaitre sous son chemisier ne devait pas être étrangé à cela.D'autre traces de brûlures et de cicactrices pouvait se voire au niveau de son col et on imaginait assez facilement que son copr soit couvert de ce genre médaille.Elle semblait avoir le milieu de la quarantaine et se déinstérresser totalement de ce qui se passait autour d'elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Ven 11 Mar - 16:36

Bon, son intervention débile n'avait pas été appréciée, tant pis. Après tout c'était d'un logique, il n'était pas au bar ou en opération avec des potes "Ravis de te revoir !" "Il y a mieux" alors qu'ils sont sous un feu ennemi. En bref, il aurait mieux fait de se taire. Quoi qu'il en soit il avait levé le silence lourd, entrecoupé du bruit des couverts, qui s'était mis en place pour repartir dans les longs discours ennuyeux et incompréhensibles de certains. Heureusement le fameux repas finit par prendre fin, et ils furent renvoyés dans le "salon jaune" pour prendre le café.

Cette petite pause fut interrompue par l'arrivée de plusieurs personnes, alors qu'Ivan faisait une petite fête à sa tasse de café communément appelé "jus de chaussette" dans toutes les circonstances à force d'en boire du mauvais réchauffé provenant de rations de combat. L'ancien président se joignait à la petite sauterie, leur serrant la main avec des encouragements, l'ancien chef de l'état semblait garder la forme malgré toutes les affaires politicos financières qui lui courraient derrière. Mais les soutiens n'arrivent jamais seules, avec l'arriver d'un colonel : la bonne femme à la balafre qui était connue pour ses "états" de service à effacer tout ce qui pouvait être gênant en le réduisant en cendre, au sens propre, comme au figuré. Qu'est-ce qu'elle foutait là ? Amis ? Ou adversaire ?

Évidemment, le salut était de mise, alors qu'elle leur rendait et qu'ils purent se mettre au repos. Elle s'isola légèrement avec son café, faisant comme si le reste n'existait pas. Allez aborder ça vous. De plus le protocole militaire, vu qu'ils étaient en service, voulait que ce soit le plus haut gradé qui demande des comptes aux subordonnés, et non l'inverse. Une envie subite de finir en poulet rôtis ? Ou encore de vous faire démembrer à l'aide d'une petite cuillère ? Il suffisait de lui demander.

Il jeta un regard interrogateur à Strucker, qui semblait la connaitre, et voulant dire "Elle fout quoi ici elle ?"

[hrp : sympa l'image de balalaïka remastérisée en réel.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Lun 14 Mar - 18:23

Les équipiers étaient silencieux et semblaient attendre qu'on les dévorre.Pour le moment ils avaient limité la casse mais les attitudes de certains avaient manqués de peu de les mettre dans de très mauvaises postures.Pourtant les militaires avaient appris un minimum de savoir et de savoir être en société entre autre avec les cérèmonies auxquels participaient les officiels.On ne se comportait avec ses potes de beuveries le premier de l'an comme avec le colonel la maire et le préfet le 8 mai.Les archèologues n'avaient pas été brillants non plus, ils avaient pourtant défendu leur projet de fouilles devant toute sortes de mécénes car comme dans toute chose le nerf de la guerre c'était l'argent et sans ce dernier impossible de mobiliser des hommes et du matériel.Ors dans la situation présente seul la baronne avait réussi à faire ressortir ce qu'il y avait de meilleur dans le projet porte des étoiles.Ce faisant elle s'était attiré les foudres du sénateur Duprey mais la survie du programme était à ce prix là, et ce dernier ne semblait pas bien élevé au final.

Une fois les protagonistes du matin réinstallé dans le salon vert, madame la ministre fit la présentation avec tout les nouveaux visages.Les vieux aux tête de comptable étaient d'autre sénateur qui faisait partie des gens mis au parfum, qui aviat suffisament d'influence dans l'assemblée pour faire pencher le vote du budget dans un sens ou dans l'autre.La femme balafrée fut présenté comme étant le colonel Hugon de masse Gontier rattaché à la D.G.S.E. elle était là pour apporter son expertise tactique sur ce qui serait dit et on laissa sous entendre qu'elle avait des connaissances affûtés dans des domaines touchant de près et de loin le programme porte des étoiles.A peine la ministre eut elle terminé que le sénateur Duprey se lança à l'offensive du SGC.Il revenait les différentes fuites qui avaient eu lieu au SGC et entre autre que ces fuites tournaient toujours autour des mêmes personnes et qu'il fallait faire un sort à ces dernières.Le sénateur se tourna vers le colonel et lui demanda son soutien tant par le regard que par la parole.Le colonel balaya tranquillement l'assaemblée de son oeil valide avant de répondre.

"Mon service n'est pas autorisé à intervenir à l'intérieur de nos frontières, mais il est vrai que le SGC est l'execption.Toutefois vous avez décidé de mettre cette responsabilité entre les main de la DST et du ministére de l'intérieur alors que le personnel compétent dépendrait du ministére de la défense.Vous êtes les instigateurs de ce qui est entrain de se dérouler, si vous souhaitez un réelment changement limogé la moitié du personnel ou mettre la clé sous la porte ne sont pas des solutions viables.Un plan sur le long terme doit être mis en place.Si vous voulez que nous intervenions cela doit se faire sur le long terme et ainsi nous pourrons faire prendre tout son essort à ce projet et je ne me vantes pas.Le rôle de la D.G.S.E est préventif et offensif contrairement à la DST qui passe trop de temps à camper sur ses positions.C'est efficace sauf contre des ennemis comme Typhon, ou Hégèmonie.Bien entendu nous faisons tout pour leur mener la vie dure en particulier hégèmonie mais si nous étions en charge du projet porte des étoiles cela ne fairait que faciliter notre travail et permettrait d'assénir ce dernier une fois pour toute."

Il semblait que tout les charognard de la planète se soit réunis autour de cette table pour essayer de se tailler la part du lion et la D.G.S.E n'était pas en reste.Se voire damer le pion par son fraternel ennemi était une insulte qu'il n'était pas prêt de digérer preuve en était l'intervention du colonel qui tentait de faire entrer son service dans le bunker souterrain du massif central.Quoi que vu ce qu'elle disait il était tout à fait probable que la D.G.S.E est déjà un ou plusieurs agents dans les murs du SGC.Cela était bien sur illégal, mais leur travail était la clandestinité justement, et c'était bien le genre d'opération que les services secrets considérés comme vital pour traquer les fuites d'information.

L'ancien président prit la parole à son tour avant que le sénateur ne puisse se lancer dans un autre de ses monologues enflammés.L'ancien président était clairement du côté des équipiers SG en même temps il était celui qui avait initié le programme et l'histoire se souviendrait de son nom si le programme était une réussite.Si il échouait lmamentablement se serait le président actuel le seul responsable, la démarche n'était donc pas entièrement altruiste.Mais il s'agissait d'un allié de poids qui laissait le sénateur avec une moue sur le visage proche du faciès du bulldog.Il rongeait son frein à croire que l'ancien président en avait suffisament sous le coude pour humilier un sénateur qui préférait se taire plutôt que prendre le risque de subir l'assaut de l'ancien chef d'état.C'était le moment pour les équipiers de se vendre ouvertement auprès des sénateurs, le moment de marquer des points sansa voir à se soucier du sénateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Jeu 17 Mar - 7:51

Les choses se présentaient finalement pas trop mal, ce cher président était réceptif, mais bien entendu n'avait pas envie de s'engager si les choses étaient mal parties et c'était aux agents présents de vendre le programme, d'en faire un élément incontournable de ce qui se vivait sur Terre, mais aussi ailleurs. Le round se termina avec la fin du repas et à voir la tête du sénateur, Mathilde se réjouissait intérieurement. Les choses se poursuivirent dans le salon vert avec l'arrivée de renfort pour les deux équipes a priori. Chose qui se démentit rapidement avec l'attitude de la militaire qui était arrivée. Officier supérieur avec nom à particule, assez surprenant compte tenu de son âge, elle jouait la différence et cultivait son image, ne cherchant pas à masquer ses brûlures. La Baronne remarqua le comportement lié à son arrivée, on la connaissait au SGC, du moins certains... Pas elle en tout cas, ce nom ne lui rappelait rien de particulier et à voir la personne il était peu probable qu'elle se soit retrouvé dans une soirée à laquelle on trouvait le gratin de l'aristocratie et de peoples, pas assez poudre, d'explosions et d'odeur de sang sans doute.
Le président Chirac était fidèle à lui-même, proche et amical ou tout du moins jouant la proximité et la sympathie, le géant restait pour la physicienne quelqu'un de sympathique malgré toutes ses démêlées judiciaires - quel homme politique n'en avait pas? - en plus il parlait japonais, aimait ce pays, sa culture. Mathilde fut tout sourire pour lui. A le voir on pouvait s'imaginer qu'il pourrait être de leur côté ce qui était une chose de plus appréciable quand à sa personne.
Les autres vieux barbons étaient des sénateurs et c'est à eux qu'il faudrait vendre le projet et persuader de ne pas effectuer les changements prônés par le sénateur Duprey et son servile de service.

Mathilde aurait bien échangé quelques mots avec l'ancien président, mais Duprey avait rechargé sa kalachnikov et recommençait à saucer comme un trigger happy à une foire aux armes dans le fin fond du Texas. Pour couronner le tout il chercha le soutien de la colonel... en vain. La douce avait d'autres projets dans l'histoire, elle ne fit pas les choses en finesse et poussa ses pions de façon bien ostensible. Elle voulait que la DGSE se retrouve avec les clefs de la boutique. D'un côté, elle n'avait pas tort, la DSGE s'occupait de tout ce qui se passait à l'extérieur des frontières françaises et on ne pouvait pas faire plus extérieur que ce qui se passait de l'autre côté de la Porte des Etoiles, mais DST surveillait les programmes militaires via le BSPC auquel appartenait l'ancien directeur et était en charge du contre-espionnage. Les deux avaient donc des raisons de vouloir une part du gâteau sinon la pièce toute entière. Le problème était qu'on pouvait inclure dans la danse la Délégation aux Affaires Stratégiques puisqu'il était question de diplomatie internationale, de possible commerce de technologies militaires et que le programme Porte des Etoiles ouvrait sur une nouvelle facette en terme de défense et stratégie, la Direction du Renseignement Militaire pour tout ce qui touchait aux missions de reconnaissance et visant à exploiter les données sur les ennemis extraterrestres notamment les informations fournies par la Tok'Ra sur les Grand Maîtres Goa'ulds.
Toujours souriante, la physicienne s'adressa donc à la représentante de l'espionnage français.


"Colonel, je suis certaine que la DGSE pourrait nous aider dans le cadre de notre mission en fournissant des agents de terrain formés pour la reconnaissance et l'espionnage, c'est très à la mode en ce moment l'espionnage au SGC vous devez le savoir sans doute, et puis il y a des militaires très entraînés dans votre service ou groupe action. Cela dit, il y a assez de travail pour tout le monde que ce soit le contre-espionnage, l'espionnage, les relations extérieures, les liens commerciaux... En cherchant bien, on pourrait même inviter des personnels du Ministère de l'Education, de la Jeunesse et de la Vie Associative et cela finirait en une belle auberge espagnole satisfaisant tout le monde sur le papier, mais incapable d'accomplir la moindre mission. La DGSE participe déjà en déjouant les tentatives étrangères d'espionnage, quand le besoin s'en fait sentir, le Quai d'Orsay nous attribue des personnels qualifiés pour les relations internationales, sans avoir à intégrer le DAS dans la danse. Même si je ne suis pas une fervente supportrice de la DST au regard de ce qui s'est passé il n'y a pas si longtemps, cela reste quand même le service le plus habilité pour assurer la sécurité intérieure. Ce n'est pas la DST qui ira chercher le capitaine Dante ou qui va traquer les agents d'Hégémonie à l'étranger, c'est vous et c'est je trouve un sacré challenge. S'il y a d'un côté la DCRI et de l'autre la DGSE c'est pour une bonne raison.

Cela dit, je suis certaine que la Tok'ra serait enchantée de collaborer avec des experts du renseignement terrien et vos hommes sans doute tout aussi ravis d'apprendre les techniques de ce groupe qui a des milliers d'année d'expertise. Avoir des hommes dans la boucle du renseignement extraterrestre pourrait être salvateur en terme d'indépendance et donc de relations équitables, mais pour le moment nous n'avons pas une once de leur savoir faire soyons honnêtes et il faudra du temps pour former des spécialistes. Les cultures goa'uld, jaffa et autres sont à des années lumières de ce que l'on a ici actuellement.
Depuis que le groupe Hégémonie lorgne sur nous et que la société Typhon tente de nous damer le pions, nous devons compter sur la DCRI ET la DGSE, les querelles de clocher nous ferons perdre du temps, de l'énergie et plus grave, des vies."


Mathilde se dit que la colonelle n'apprécierait peut être voire même sûrement pas ce qu'elle venait de dire, mais la vérité n'était elle pas parfois difficile à digérer? Et puis elle en avait un peu assez de voir les uns et les autres essayer de s'accaparer le bébé, un peu comme s'ils voulaient être sur la photo aux côté de la célébrité de passage. Le SGC n'était pas le dernier club VIP à la mode! Et si miss barbecue n'était pas contente, la Baronne s'en fichait pas mal, elle avait connu bien pire.
S'intéressant à l'ancien président, elle put lui dire quelques en quelques mots tout le bien qu'elle pensait de lui et puis cela faisait du bien d'être un peu sincère de temps en temps.


"Monsieur le président, votre soutien fait chaud au cœur, surtout en cette période des plus moroses. Mais cette période a au moins le mérite de nous éclairer quand à nos amis et j'ose espérer que votre engagement ne sera pas une source d'inspiration uniquement pour nos successeurs..." Son regard se détacha de l'ancien président pour glisser vers l'actuel puis sur les divers sénateurs, la ministre d'état et le conseiller du président. Quand elle poursuivit, elle s'adressait à tout le monde. "Nous avons une tâche proprement colossale à accomplir, mais qui nous offre une chance de faire un pas de géant, cette opportunité est sans précédent dans l'histoire de l'Humanité et c'est à nous qu'elle se présente pour le moment. Nous pouvons la laisser passer et faire la politique de l'autruche en espérant très fort que les choses reprendront leur cours comme avant tout en sachant pertinemment que ce ne sera pas le cas, ou alors nous pouvons la saisir à bras le corps et profiter de tout ce que ce programme peut nous offrir. Oui, il y a des risques, mais toute avancée comporte des risques, le nucléaire a été il a soixante ans une exceptionnelle avancée, il y a eu des gens suffisamment courageux, audacieux même pour s'engager dans cette voie et si des risques existent , potentiellement terribles, les bénéfices sont tout autant exceptionnels. Et bien ce n'est rien en comparaison de ce que nous offre ce programme.
Certains esprits chagrins ou plus intéressés qu'ils ne voudraient le faire croire pensent qu'il serait bon de remanier tout ou partie de l'organigramme du programme Porte des Etoiles... Pourrait on imaginer pire moment? Alors que sur Terre des agents au service d'un groupe mafieux pourrait profiter de l'occasion pour infiltrer le SGC, qu'une multinationale au budget colossal et moyens apparemment illimités cherche à nous damer le pion et prête à prendre l'avantage si nous perdions notre temps à former un nouveau personnel, alors que de l'autre côté de la Porte des Etoiles, des alliés comptent sur nous, ont confiance dans les personnes déjà en place, qu'un ennemi que ces mêmes personnes connaissent bien est sur le pied de guerre. Quelle excellente idée que de démettre et renvoyer son personnel le plus expérimenté alors que l'ennemi est à notre porte. Staline s'est permis cette petite plaisanterie et son armée a failli perdre la guerre. Seule la quantité a sauvé l'URSS... Napoléon ne s'appuyait pas sur un corps de soldat frais émoulus de l'académie militaire, mais sur des grognards qui avaient vu pas mal de conflits et avaient l'expérience nécessaire pour tenir au combat et soutenir les autres troupes. Les vétérans du programme Porte des Etoiles ont ce même rôle de formateurs et de soutien pour les nouveaux venus.
Les retirer du service c'est tout simplement le vider de sa substance, il faudra des années pour être de nouveau opérationnels et ces années nous ne les avons pas! Les russes ont une Porte des Etoiles et s'ils l'ont prise ce n'est pas parce que cela ferait un bel ornement à l'entrée du Kremlin, Hégémonie attend cet aveu de faiblesse avec impatience, tout comme Typhon, nos alliés ne nous prendront plus au sérieux si nous ne sommes pas capable du minimum de constance en matière de diplomatie, nous n'aurons plus les moyens de nous défendre correctement contre les goa'ulds. Il n'y aura pas de place pour les seconds, pas de médaille d'argent ou d'invitation pour une prochaine fois. Soit nous en sommes, soit nous n'en sommes pas. C'est aussi simple et implacable que cela."


Pas de détails techniques, pas de rapports scientifiques, Mathilde savait qu'ils n'y comprendraient rien et ne s'y intéresseraient que de façon superficielle, elle avait donc misé sur des éléments plus concrets tout en glissant quelques références bien choisies à destinations de certains. Restait à savoir si ses dernières cartouches allaient leur être d'un quelconque secours om si elle devait mettre à jour son CV.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Jeu 24 Mar - 14:12

Contrairement à ce que pensait Mathilde la sortie qu'elle venait de faire n'eut aucun effet sur la colonel.Elle demeurait imperturbable tels à croire qu'elle n'avait rien entendu, rien compris et qu'elle est un encéphalogramme proche de celui d'un bulot cuit.Ivan et MickaËlla savaient que cela ne signifiait rien de bon pour l'avenir.La colonel n'était pas du genre à perdre la face ou la guerre, et elle était encore moins du genre à prendre cela comme une futilité quand cela avait le malheur d'arriver.Ce calme ne présageait que deux choses une tempête de tout les diables, ou un plan bien rodé, restait à savoir lesquels des deux était préférable.Pendant ce temps Mathilde continuait sa diatribe avec une fougue qui était la marque de fabrique de la baronne.Les officiels acquiesçaient devant la petite bonne femme qui avait de la verve et s'attirer de plus en plus le courroux du sénateur Duprey.Sans parler que cette fois Mathilde avait fais simple pour convaincre les personnes qui se trouvaient devant elle et cela semblait marcher plutôt bien à part pour le sénateur Duprey bien évidemment.Ce dernier allait repartir à la charge juste après l'intervention de Mathilde quand la voix éraillée du colonel reprit la baronne au vol d'une manière à laquelle elle ne s'attendait pas.

"Je suis amplement d'accord avec la baronne de l'Argentière.Nous ne pouvons pas perdre notre temps en guerre de service, ce projet est vital pour nous protéger des goa'ulds, mais aussi d'Hégémonie, de Typhon et de la Russie.C'est une course contre la montre et personne ne gagne contre le temps qui passe.Chaque service à des obligations et nous devons nous y tenir et cela concerne avant tout le SGC et le BSPC.Deux services qui se permettent exactement ce qui est reproché à ceux qui voudraient remettre le chose à leur place.Le BSPC et encore mois le SGC ne sont habilités à agir sur terre en dehors du SGC.Cette opération en Chine aurait pu conduire la France dans une crise diplomatique majeure voire dans une guerre.Alors soit la D.G.S.E est habilitée à poursuivre Hégémonie et Typhon en dehors des frontières et le BSPC nous donne les informations dont il dispose soit ce joli discours ne veut plus rien dire.Il ne faut pas relever les équipiers SG parce qu'ils sont des experts en exploration interplanétaire mais cela ne fait pas d'eux des spécialistes dans tout les domaines.Le SGC doit comprendre qu'il ne peut pas tout accomplir tout seul, et le BSPC doit cesser de jouer l'enfant.Les rétentions d'informations ont été plus dévastatrices que le travail de sape de nos ennemis et on en serait certainement pas là avec un peu plus de maturité.
Pour ma part relever une partie des équipiers pour les remplacer par du sang neuf n'est pas un mal bien au contraire.Le SGC a accompli de l'excellent travail mais tout est perfectible et il n'y a pas de mal à faire souffler un peu des gens soumis à un stress intense sans pour autant que cela fasse diminuer l'efficacité du travail.Laisser en activité des équipiers pendant d'aussi longue période sans réellement prendre le temps de souffler est irresponsable.Et cela fait hélas partie de la politique du SGC et du BSPC.Politique qui nous a mené au drame de la PLA, à la perte d'une porte des étoiles, au faites qu'Hégémonie est toujours en fuite, à la mort de plusieurs soldats, à la création d'Hégèmonie et dans un futur proche cela pourrait même nous mettre en difficulté avec nos alliés extraterrestres.Alors oui continuons ce programme mais pas n'importe comment, ou avec n'importe qui."


La colonel avait chargé la baronne et le SGC de flanc frappant là ou ça fait mal.Contrairement à ce que l'on aurait pu croire au départ la colonel ne cherchait pas à avoir tout le gâteau d'un coup.Elle avançait un pas après l'autre et chacun de ces coups portaient.Il était difficile de nier la véracité et le bon sens de tout ce qu'elle venait de dire et c'était bien là le problème.Les gens autour de cette table ne pouvait pas se rendre compte que dans certaines situations il était normal que le GC est les pleins pouvoirs et par extension le BSPC.D'ailleurs à chacune de ces occasions particulières le président avait donné son aval mais compter sur son soutien dans un cas de figure aussi problématique était folie.L'agent Many eut enfin une réaction démontrant à tous qu'il n'était pas une statue de cire.

"Je suis on ne peut plus d'accord avec la colonel il est primordiale de faire appliquer les règles elles existent pour une bonne raison, les enfreindre n'en est pas une.Nous devons définir des normes en ce qui concerne le comportement, établir des gardes fou empêchant qu'un problème tel que celui de Typhon se reproduise."

Typhon.C'était une épine douloureuse dont le SGC ne se débarrasserait pas facilement et même si ils arrivaient à mettre à terre le géant sans faire de vague on leur reprocherait cette énorme boulette dès que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Mer 11 Mai - 4:03

MickaElla avait suivi avec une attention toute particulière le discours du colonel qu'elle connaissait plus qu'elle ne l'aurait et bien moins qu'elle le devrait pour la contrecarrer.Mais à ce rythme là dans moins d'un an la colonel allait s'installer dans le fauteuil du chef de projet "Porte des étoiles".il était temps d'intervenir et montrer une bonne fois pour toute que le programme porte des étoiles ne rendaient pas de compte à la D.G.S.E ou au sénat.Directement au dessus du général de la base se situait le CEMA et le président et dans la majorité des cas de forces majeurs le président était le seul à prendre une décision.MickaElla comptait bien taper du point sur la table pour faire comprendre cet état de fait.

"Je crois pouvoir parler au nom de tout mes collègues en disant que voire tant de personnes importantes s'intéresser à notre travail nous touche.Toutefois j'aimerais éclaircir certains points.Le SGC regroupe le personnel le plus compétent que l'on puisse trouver dans notre pays et ça c'est un fait.On peut épiloguer des heures durant sur ce qui aurait du être mais cela ne changera pas ce qui a été fait.Et ce qui a été fait c'est la mise en place de plusieurs projets scientifiques qui permettront des avancées majeures nous permettant entre autre de nous défendre plus efficacement.Nos erreurs nous rende plus fort alors on peut nous reprocher l'incident Typhon mais que font les services secrets à ce sujet?On peut nous reprocher l'incident PLA mais je connais pas d'expert en technologie alien et dialecte goa'ulds en dehors du SGC.Qui d'autre que nous pouvez ce charger de cela alors?A aucun moment je n'ai entendu reprocher que le SGC avait ramené un vaisseau cargo ennemi en parfait état de marche.Que nos chasseurs disposeraient d'ici quelques années de la meilleure technologie qui soit.Que nous avons récupéré un sérum permettant à des etre humains d'utiliser la technologie de notre ennemi sans porter de symbiote.D'avoir passer des alliances avec des peuples dont certains sont plus avancées technologiquement que nous.D'avoir empêché l'asservissement de notre monde.Dans toute ces situations périlleuses et il y en a bien d'autre c'est avec l'aval et le soutien de président que nous avons et c'est à lui que nous rendons des comptes.Vous pensez sincèrement que le personnel du SGC peut être remplacer facilement.Si c'était le cas les services chargeaient d'éliminer des menaces tels que typhon ou hégémonie l'aurait fait depuis longtemps.Comment nous qui selons certains dire sommes irresponsable voire incompétent arrivont à accomplir ce que les autres tentent vainement.Je crois parler au nom de tout mes collègues en disant cela.Nous vous avons démontré de mille et une manière pourquoi ce projet doit être reconduit et soutenue.Si vous pensez que nous ne sommes pas dans le vrai alors changez tout et assumez en les conséquences qui passeront inévitablement par l'asservissement et l'esclavage.Étant donné que j'ai dis tout ce que j'avais à dire et que je ne comptes pas en dire plus ma présence n'est plus nécessaire.

Durant toute son intervention sa voix s'était faites dur gagnant en puissance et en confiance au fur et à mesure.Mickaella n'avait pas fait de quartier tout en ne citant personne ouvertement.Elle avait parlé sans détour et en quittant le salon elle mettait les huiles dos au mur.Chacune des personnes présentes. Voulez dire son avis sur ce qui devait etre fait mais bien peu assumerez la décision final.Tout au moins c'est sur quoi MickaElla pariait et elle en avait plus qu'assez que de voire tout ces ronds de cuir tournaient autour du pot.Elle se leva salua MAM le conseiller, l'ancien président la colonel et le cema avant de quitter la pièce se moquant de ce qui pouvait arriver une fois qu'elle serait dehors.La bombe était jeté il etait trop tard pour s'inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 19/01/2011
Localisation : Salle d'emarquement SGC/Porte des étoiles tauri

MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   Mar 7 Juin - 14:25

L'adjudant-chef Strucker avait mis court au débat d'une manière qui ne lui pas était coutumière.Elle qui avait toujours pour habitude d'avoir un comportement quasi irréprochable devant ses supérieurs et les autorités venait soit de saborder sa carrière en même temps que le projet porte des étoiles soit elle venait de démontrer que le projet n'avait pas de compte à rendre à une armée de bureaucrate.Quels que soit la solution les équipiers ne s'étaient pas fait que des amis et à voire les visages empourprés des sénateurs il était fort à parier qu'effectivement ce que nevait de dire MickaËlla était en grande partie vrai.Les soldats ne s'embarrassaient des jeux de la politique et de l'étiquette.Les sénateurs venaient de perdre la face mais ils se devaient de reconnaitre que les choix qu'ils se devaient de reconduire au moins un budget égal ne serait ce que pour maintenir le SGC en état de fonctionnement.

La colonel Hugon de Masse Gontier continuait de siroter son café comme si de rien était.A croire que tout ce qui venait de se dérouler était soit prévu soit elle s'en moquait taotalement.Une fois son café terminé sans demander si elle pouvait prendre congé elle se retira du salon.C'est exactement ce moment que choisi La ministre d'état Alliot-Marie pour leur faire signe qu'ils pouvaient se retirer.C'était un ils pouvaient qui sonnaient comme un ordre.Une fois sortie du salon on les conduisit au jardions pour prendre et retrouver MickaËlla sereine et détendue.Quelques minutes plus tard un nestor vint les informer qu'on allait les reconduire à leur cantonnement et qu'on les tiendraient au courant de la suite des évènements.

Le trajet fut tout aussi ennuyeux et tendu que celui du matin.Une fois arrivée à la base le général débrieffa les équipiers avant de leur annoncer que le projet était maintenue dans l'état actuel pour le moment.Il leur donna congé sauf à l'adjudant-chef Strucker avec laquelle il voulait s'entretenir certainement à cause de son monologue qui avait froissé les sénateurs.Cela ne présageait rien de bon de prime abord, mais ils devaient tous se préparer pour partir en mission.Dans les jours qui suivirent le retour des missions ils purent remarquer que MickaËlla Strucker avait été promu au grade de major.Une ascencion rapide pour quelqun qui s'était crépé le chignon avec des sénateurs.
To Be continued
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Iris 005] Rencontre au sommet   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Iris 005] Rencontre au sommet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Reste du monde :: Reste du monde terrien-
Sauter vers: