La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mission 079 - SG5 - Hydrophobia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 26 Fév - 19:32

Ah ! Enfin ! Ils avaient enfin compris qu'ils devaient se bouger et rejoindre l'abri de fortune que serait le camion (Type de camion, forme générale) Depuis l'arrière ils seraient surélevés et donc potentiellement plus difficiles à atteindre pour un assaillant quelconque. Mais, déjà fallait-il y arriver en un seul morceau !

Laurent attrapa le motard pour le prendre sur son dos, enfin c'était plutôt une proposition qu'il n'allait pas refuser ! Ah oui les présentations se feraient beaucoup plus tard, s'ils survivaient. De toute manière s'ils y restaient tous, personne ne pourrait les nommer. Évidemment, les "touristes" ne savaient pas ce qu'ils allaient affronter... Ni comment les tuer ? Et bien la démonstration n'allait pas tarder à arriver !

Un cri se fit beaucoup plus proche, un homme d'une cinquantaine d'année, sale, les vêtements en lambeau et amaigrit courrait dans leur direction en hurlant comme un possédé alors qu'ils se mettaient en route. Leur nouvel ami, le motard, n'eut aucun regret à le mettre en joue et à lui tirer dessus sans aucune sommation une décharge de chevrotine. L'homme s'effondra et ne bougea plus pendant quelques secondes, avant de se mettre à ramper dans leur direction une fois passé le choc. Il finit par arrêter tout court, une de ses jambes secouées par des spasmes caractéristiques d'un mort.

"On les descend comme on peut, et si ca marche pas du premier coup on réessaye ! Je couvre vos fesses, mais je n'ai bientôt plus de munitions !"

La pluie arrivait sur eux et avaient finit par les rattraper à mi-chemin, heureusement, pour le moment aucun autre ne s'était manifesté auprès d'eux, mis à part cet éclaireur, la plupart devaient être occupés à la ferme. D'ailleurs, en parlant de la ferme, une pause eut lieu dans le tir continu de la défense, jusqu'à ce qu'une "langue" de feu semblant renforcée par la pluie ne sorte des barricades, ne laissant derrière elle que des drôles de torches humanoïdes qui finirent pas tomber. Puis le tir repris. Cette fois une explosion s'y rajouta, la lumière générée par celle-ci montrait un impact sur un objet volant, de grosse taille, qui s'écrasa en flammes.

De nouveaux cris se firent entendre derrière eux, cette fois la même chose qu'avec l'homme que le motard avait blessé : une vingtaine d'hommes et femmes, dans plus ou moins le même état que le premier, leur fonçait dessus comme s'ils étaient possédés. Le problème ? Ils seraient sur eux avant qu'ils n'atteignent le camion s'ils ne faisaient rien.

"Ils arrivent ! Notre seule chance c'est d'atteindre le camion ! Vite !"

Le motard n'aurait jamais assez de munitions pour tous les arrêter, sauf s'il récupérait le pistolet de Laurent qui le portait. Mais la difficulté n'était pas seulement là ! S'ils arrêtaient, ceux derrière arriveraient et en prime ils pourraient se retrouver rapidement encerclés. Mais s'ils réussissaient ils pourraient atteindre le camion sans soucis.

[Récap :
- S'ils vous rattrapent c'est environ à 100m du camion.
- Ils sont une 20aine. Faites vous plaisir. Ah oui, ils sont vivants donc le tir de toutes armes fonctionne.
- Vous atteindrez le camion après ce petit combat.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 26 Fév - 22:47

Laurent aimait bien le caractère trempé de ce jeune, depuis que Suzanne l’avait planté à son retour de la mission spéciale, il n’était plus le même et semblait vouloir se rattacher à quelque chose pour ne pas gamberger, comme ce motard qu’il aurait aimé avoir pour frère lui le fils unique, son comportement lui faisait quelque chose et sa façon de parler directe lui plaisait. Il se voyait un peu en lui avant d’être calmé par la discipline stricte de l’armée.

En tout cas il pesait son poids le bougre alors la progression n’était pas très rapide du fait du sol glissant et qu’il ne valait mieux pas chuter, déjà il perdait du terrain sur ses trois coéquipiers et il gueula à Maud qu’il arrivait encore à voir tourner la tête de temps en temps :

« Fais ce que je t’ai dis et ne te retourne plus sinon ça va finir comme la dernière fois… Il faut que vous alliez au camion le plus vite possible et vous pourrez alors me couvrir… »

Quelques secondes plus tard, un homme fut visible et surtout repérable à ses cris, il venait vers eux comme s’il avait vu quelque chose de terrible, le pauvre devait être poursuivi par le danger que redoutait le passager du Para et ce dernier gigota et lâcha un bras pour tendre son arme dont Laurent vit le canon sur le côté de son champs de vision…

« Non ne tire p… »

Trop tard, le coup de feu péta et le tympan du militaire pouvait le confirmer, il faillit même en lâcher cet idiot qui venait de toucher celui qui avait tout d’un fou mais il ne devait pas, pas avant d’être au camion même si la douleur et la fatigue étaient une épreuve que Laurent tenta d’évacuer un peu en se défoulant vocalement :

« Putain, tu vas me dire une bonne fois pour toute qui ou quoi nous attaque ! »

La pénible course à pied continuait et la pluie se mettait à tomber alors que le camion était encore à environ deux cent mètres, pourvu que Sheyffi qui emmenait les deux autres y arrive sans encombre se disait-il en attendant une réponse de son colocataire dorsale. Le son et lumière de la ferme n’étant pas sa priorité immédiate, Laurent n’analysa même pas ce qui se passait au loin, trop occupé à voir où il mettait les pieds et sur ce qui pouvait se passer juste à quelques mètres autour de lui.

La suite allait dépendre de la réponse du motard car en fonction de celle-ci et le fait que ses trois coéquipiers avaient pour ordre d’aller au camion, cela ne laissait pas beaucoup de possibilités pour le duo face à la horde qui allait plus vite et qui avait peut être une bonne raison d'en vouloir à ceux retranchés dans la bâtisse puisque SG5 ne connaissait pas les tenants et aboutissants de cette guerre, tirer sur des gens sans savoir pourquoi n'était pas son genre, déjà que le Para en avait plein le dos dans les deux sens du terme alors il était grand temps d'avoir une explication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Dim 27 Fév - 21:00

SG5 s’activa et s’organisa rapidement pour rejoindre le camion. L’orage et les cris étaient de plus en plus puissants, ce qui n’était pas du tout rassurant. Mais cela n’était rien face à l’homme d’une cinquantaine d’année qui sortit de nulle part pour attaquer le groupe. Heureusement que Rémus avait eu sa dose d’horreur et de corps en piteux état lors de sa première mission, sinon il serait surement tombé dans les pommes ou restait immobile en attendant la mort, tétanisé. Jamais il n’oublierait la cérémonie où il avait du voir toutes les atrocités faites à un brillant peuple par un autre… des centaines de morts… Mais il ne resta pas insensible à l’attaque de l’étrange quinquagénaire ! Tout de suite il le visa avec son zat’, mais le motard avait été beaucoup plus rapide, et efficace ! En un seul tir et la menace avait été neutralisée !

« Les films d’horreur c’est pas mon truc, mais là je crois qu’on est devant tous les stéréotypes d’une attaque imminente de zombis ! Maud ça va avec le sac ? Besoin d’aide ? »

Rémus courut en essayant de distinguer les silhouettes dans le fond et apparemment c’était par derrière qu’ils allaient être attaqués ! Le motard voulait les couvrir, mais à ce rythme c’était bientôt eux qui allaient devoir le couvrir ! Le scientifique utilisa sa radio pour être sûr d’être entendu par tous :

// Radio : Laurent ! Les cris sont de plus en plus forts, il est clair qu’ils vont nous rattraper avant d’atteindre le camion ! Faut qu’on se retrouve et qu’on se défende ! Même si le motard ne nous dit pas clairement ce qui nous attaque, vu la gueule que ça a on devrait se préparer à les descendre, par légitime défense au moins ! Les fuir ne sert à rien à part réduire la distance qui nous sépare d’eux… puisqu’ils nous rattrapent. Faut se mouiller ! Sans mauvais jeu de mot… Vous avez des grenades ? Laurent ? Sheyffi ? //

Dire que certains jeux vidéos étaient basés sur ce genre de mésaventure, mais il fallait être fou pour apprécier ça ! Rémus continua de courir en faisant bien attention à réguler sa respiration comme on lui avait appris lors des entrainements, ce n’était pas du tout le moment d’avoir un point de côté. Puis d'un coup il réalisa quelque chose d'important... Le SGC était censé amener des planches ! Est ce que l'orage avait atteint la Porte, mais surtout est ce qu'il allait tomber face à ce que SG5 fuyait en ce moment ? La situation dégénérait à une vitesse affolante !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Mar 1 Mar - 2:44

La situation ne faisait qu'empirer et Maud avait sérieusement du mal à rester positive quant à la suite des évènements. Le sac lui pesait sur les épaules mais ce n'était vraiment pas le plus alarmant. Le temps, ces cris et ce foutu camion qui approchait que trop peu à son goût. Pourtant ils avançaient aussi vite qu'ils le pouvaient, menés adroitement par Sheyffi. Laurent derrière lui par contre, s'éloignait petit à petit, à moins que ce soit la pluie qui s'était intensifiée. Dans tous les cas, Maud avait de plus en plus de mal à l'apercevoir, et ça ce n'était pas bon du tout. Elle multipliait les tours de tête et hésitait à prévenir devant pour qu'ils ralentissent le rythme mais Laurent fut le plus rapide et lui hurla d'arrêter.

Elle fit la grimace et se mordit la langue pour ne pas lui répondre. Comment voulait-il qu'elle regarde devant quand elle le savait en difficulté derrière ? Elle ne saisit pas de suite l'allusion à laquelle il faisait référence, la dernière mission était à cent mille lieues de ce qu'elle avait en tête. Ce n'est qu'après un court instant que ce fit tilt et qu'elle se revit s'étaler merveilleusement de tout son long pendant une de leur fuite chez les Allemands. Ainsi donc il semblait encore avoir cet incident en travers de la gorge … En même temps, il avait de bonnes raisons, il s'était fait tirer dessus suite à cela. Ne voulant pas jouer les boulets une fois de plus, elle prit sur elle et se concentra uniquement sur ses pieds après cela.

Un énième cri se fit entendre, toujours un de ces cris qui glaçait le sang. Le coup de feu cela dit la fit réagir instinctivement et tourner la tête brièvement pour vérifier quand même que ce n'était pas son coéquipier qui avait été la cible. Elle aperçut au loin d'ailleurs ce qui avait servi de cible justement, et ne voulut pas en voir davantage. Elle accéléra automatiquement le pas pendant que Rémus devant, disait haut et fort ce qu'elle pensait tout bas.

« Des zombies … Des vrais zombies ? … Ça va aller pour le sac, merci ! »

Sa question, ou ce qui semblait en être une, n'avait aucun sens mais trahissait bien l'inquiétude et la surprise de la jeune femme.
Et le spectacle n'était pas fini. Voilà qu'après la pluie, des flammes. Et puis une vingtaine de figurants qui semblaient vouloir avoir leur place dans le scénario … La seule chose que Maud pouvait affirmer c'est qu'ils n'avaient pas lésiné sur le maquillage et les costumes ceux là. La linguiste ne savait plus où donner de la tête, entre la ferme, le camion, ces zombies et ses coéquipiers. Avancer, il fallait avancer ! Ses jambes le faisaient toutes seules en fait, alimentées par l'adrénaline et la peur. Suite au message radio de Rémus, elle referma de plus belle ses doigts autour de son zat, prête à tirer si Laurent donner son feu vert.
Revenir en haut Aller en bas
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Jeu 3 Mar - 21:03

Finalement SG5 voulait savoir avant de neutraliser la menace potentielle, mais malheureusement pour eux, le pauvre motard avait d'autres choses en tête que d'expliquer ceci à des novices vu que pour le moment il se retrouvait seul défenseur du groupe avec quasiment plus de munitions ! Une autre personne, hurlant comme une damnée, cette fois une femme essaya de bondir sur eux, elle eut comme seule réponse une décharge de chevrotine de la part du motard. Leur situation empirait, car à ne pas abattre leurs poursuivants, ils allaient bientôt se faire attraper, et le motard économisait ses balles en ne touchant que ceux qui allaient les agripper.

"Mais c'est pas le moment de papoter ! Vous le comprenez pas ça ?! Si on survit, le doc vous expliquera le pritrucmachin !" dit-il alors qu'il réarmait son fusil court.

Mais à trop hésiter, celle-ci pourrait se révéler fatal. Rémus n'était qu'à une cinquantaine de mètres du camion car, sortis du brouillard d'eau une nouvelle personne, une jeune femme d'environ une vingtaine d'années, lui bondit dessus par surprise, visiblement bien décidée à lui nuire en hurlant comme une folle. Elle fut rejointe immédiatement par un autre de ses camarades de jeu, un homme visiblement bien musclé (style 1m90 - 80kg), qui cette fois avait beaucoup plus de force pour mettre Rémus au sol, face dans la boue avec comme ferme intention de l'y noyer. Aux yeux de ses camarades un peu trop loin, c'était juste 3 formes humaines qui se débattaient dans la boue. L'effet de surprise fournis leur donna raison pour cette bataille là, mais ils n'avaient pas encore gagné la guerre !

Une balle siffla non loin de Rémus, un tir d'une très grande précision venait de traverser la tête de l'homme qui tentait de noyer le pauvre scientifique qui n'en demandait pas tant, suivis de près par la femme qui subit le même sort. Malheureusement pour lui, les cadavres n'avaient réellement pas envie de s'allonger tranquillement à côté de lui, et celui de l'homme qui pesait ses bons 80 kilos s'écroula sur le pauvre scientifique qui peinait à avoir la tête hors de la boue.
Le tireur isolé à l'étage de la ferme venait de faire un carton pour sauver la vie à Rémus, ca devait être le fou qui tirait dans l'orage sans strictement aucune raison quelques minutes plus tôt, et il s'agissait visiblement d'un très bon tireur avec un équipement à la pointe pour toucher une cible malgré les mauvaises conditions météo. Ils avaient donc de l'aide en plus, mais pour quelle efficacité ?

D'autres arrivaient depuis la direction de la ferme, depuis que le moteur de leur grue s'était coupé, mais pourtant, leurs tirs ne diminuaient pas, une bonne quarantaine, dont le nombre diminuait à l'aide des tirs réguliers du sniper, mais il en restait encore beaucoup trop, et seul il n'arriverait pas à tous les descendre.

L'orage ne faiblissait visiblement pas, et la foudre se faisait de plus en plus présente. Un bruit sourd se fit entendre en direction de la porte des étoiles, comme si quelque chose d'immense était à l'œuvre là bas.

[Bilan :
Cibles abattues : environ 7 (1 par le motard, ~6 par le sniper)
Cibles supplémentaires : environ 30.
Cibles totales : environ 50.
Aide supplémentaire : sniper depuis la ferme, attention portée limitée à ~50m du camion (il tire donc a 450m).
Homme à terre : 1

Je vous laisse jouer votre camarade malade ayant annoncé son absence (dans la mesure du raisonnable), vous connaissez le personnage mieux que moi.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Jeu 3 Mar - 22:28

Les poursuivants se rapprochaient de plus en plus et Laurent allait devoir passer à l’étape numéro deux en sachant que Sheyffi, Rémus et Maud devaient un peu plus loin devant donc le groupe était séparé de quelques mètres, peu par un temps clair où la visibilité est parfaite mais énorme dans la situation actuelle, il s’arrêta et se libéra du poids qui lui pesait sur le dos en laissant à peine le temps au motard de se stabiliser, le Para lui avait déjà la main gauche sur sa radio pour communiquer avec ses coéquipiers tout en posant un genoux au sol et en gardant les yeux fixés sur les assaillants :

// Impossible de vous rattraper, si vous pouvez atteindre le camion alors allez-y sinon prenez position, j’espère vous rejoindre au plus vite, terminé //

La main droite déjà en place sur son P90 qu’il pointait vers le troupeau qui fonçait inconsciemment vers un problème certain du coup Laurent hurla le plus fort qu’il le pouvait :

« Nous tirerons si vous ne vous arrêtez pas ! »

Les sommations d’usage ne donnant rien, il fallait se résoudre à tirer une première rafale sur la première ligne pendant que son compagnon descendait une femme qui arrivait sur un côté avant d’évoquer le pitrumachin qui passa presque comme inintéressant pour le militaire qui avait maintenant autre chose à faire car ce qui était dorénavant l’ennemi n’était pas intimidé par ceux déjà tombés alors c’était feu à volonté et comprenant que son binôme était bientôt à sec de munitions, il lui dit :

« Dans l’étui de ma jambe gauche, prends l’arme à feu, enlèves la sécurité… Quand je te le dirai, plaques-toi au sol et bouches-toi les oreilles »

De la main gauche, il lui tendit deux chargeurs tout en continuant d’arroser ces fous et quand il eu la main libre, il demanda à la radio :

// Quelle est votre situation ? //

Relachant le bouton, il attrapa la grenade flashbang et quand il eu la réponse de Sheyffi pour lui signifier que ce n’était pas plus brillant de leur côté puisqu’elle avait du aussi se résoudre à faire feu et qu’elle était avec Maud et Rémus, ce dernier ayant encore bénéficié d’un bain de boue gratuit offert par un rugbyman, Laurent balança l’objet à une dizaine de mètres en direction du plus gros de la meute et cria au motard de se coucher au sol et de se boucher les oreilles et fit de même, attendant que le souffle lui indique qu’il pouvait se redresser pour voir le résultat et sans doute continuer le carnage sur ceux encore en état d’avancer vers eux. S’il n’y avait plus de cible, alors le Para reprendrait le jeune sur son dos afin de rejoindre les autres dans le but de rejoindre la ferme en éliminant les fous qui se mettraient sur la route de SG5.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Ven 4 Mar - 0:50

Rémus avait l’impression de courir sur un champ de mines. Il avançait sans clairement voir où il allait et il pouvait être blessé à n’importe quels moments ! Avec ce brouillard il distinguait à peine ce qui se passait autour de lui… et les cris aussi ! Il y en avait tellement, avec en fond tous les coups de feu de la ferme, le scientifique était de plus en plus perdu. Il se répétait qu’il ne fallait pas paniquer, rester maître de soi pour voir la fin de cette mission, mais c’était dur. Heureusement, au milieu de cet enfer, la voix de Laurent parvint à ses oreilles.Un court message à la radio qui n’était pas très positif, mais ça lui donnait l’impression que tout n'était pas perdu.

Heureusement, dès que Rémus lâcha sa radio, une femme vint le ramener à la raison ! Elle lui cria un drôle de message, le scientifique ne comprit pas tout de suite ! Avant qu’il eut le temps de bouger elle le bouscula, puis essaya de le prendre pas la taille pour le faire tomber à terre. Rémus glissa mais se reprit rapidement et prévoyant un bon coup de point ! Finalement c’est lui qui en reçu un ! Pris par surprise, le civil tomba, sonné par le coup qu’il venait d'encaisser. Ce qui venait de le frapper mit violemment un genou à terre en éclaboussant de boue le visage du scientifique. Ensuite, ce même individu ou créature le prit par les cheveux et enfonça sa tête dans la boue. Il ne pouvait plus respirer et il n’arrivait pas à se relever. Ses mains glissaient et à chaque fois qu’il se lever de quelques précieux centimètres l’horrible jeune femme lui donnait des coups de pieds en bas de des côtes. Pour Rémus c’était la fin, il se débattait, mais l’idée de ne pas revenir de cette mission prenait de plus en plus de place. Plus aucun espoir de pouvoir utiliser ses poumons, il se voyait déjà dire à Saint Pierre qu’il n’avait pas de capsules Nespresso pour payer son retour sur Terre… ah si seulement il était Georges Clooney…

Finalement Saint Pierre lui donna une autre chance de revenir avec des capsules, car d’un coup la pression sur sa tête faiblit et Rémus en profita pour respirer ! Une boue bouffée d’air… humide et boueuse ! Mais il ne voyait rien, il avait de la boue sur ses yeux, puis il ne profita même pas une seconde de ce moment de répit. La femme tomba à côté de lui… et l’homme sur son dos ! Le scientifique essaya de se lever, mais son agresseur était lourd, et les événements s’enchainant, Rémus n’avait plus toute sa force. Finalement Sheyffi vint rapidement l’aider en poussant le cadavre, ce qui ne fut pas de refus. La militaire alla ensuite chercher le zat’ de son collègue pendant que ce dernier se relevait. Rémus reprit son arme en la remerciant, sans elle, il serait toujours coincé ! Il se débarbouilla le visage avec un coin propre de sa manche droite, puis vit les blessures par balle de ses agresseurs. Par un rapide échange de regard avec Sheyffi il comprit que ce n’était pas elle mais quelqu’un d’autre qui les avait tué.

Trois silhouettes se dessinèrent ensuite, surement des personnes qui lui seraient tombés dessus s’il n’avait pas été aidé ! Cette fois Rémus put leur tirer dessus et les neutraliser… en neutraliser un en fait, Sheyffi tua les deux autres en un rien de temps. Il fallait rester sur ses gardes, surtout que des choses semblaient se passer du côté de la Porte des étoiles ! Le scientifique continua d’avancer en étant très vigilant ! Il s’était fait avoir une fois, et espérait ne pas l’être une seconde fois ! Une cinquantaine de mètres devaient les séparer de la camionnette, mais ça n’allait pas être facile pour autant. Dès qu’une silhouette humaine se profilait au loin Rémus tirait sans réfléchir maintenant, une lutte pour la survie, malgré la pression, la peur, le stress et la fatigue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Mer 9 Mar - 1:43

Maud ne pensait plus à rien, la seule chose à faire était d'avancer et de se sortir de ce pétrin au plus vite, et surtout, surtout ne pas faire attention au fond sonore. Elle suivait Rémus du mieux qu'elle pouvait, mais la météo n'arrangeait en rien. Laurent finit par leur faire part en plus par radio qu'il n'arrivait pas à les rattraper, la situation dégénérait de plus en plus et la linguiste avait du mal à voir comment ça pouvait s'arranger. À peine eut-il le temps de terminer son message, qu'une inconnue s'immisça dans leur périple, surprenant alors Rémus. Maud derrière ne vit pas clairement la scène à cause du brouillard, elle ne faisait qu'entendre. Mais ce qui lui parvint à l'oreille justement ne lui plaisait guère.

« Rémus ?? »

Elle étouffa un cri quand elle le vit enfin, à terre avec deux personnes sur le dos qui à priori voulaient lui faire manger la boue. Elle pointa automatiquement son zat devant elle, mais resta complètement démunie. Ils étaient tous les deux sur le scientifique, impossible d'être certaine de ne pas le toucher lui.

//Sheyffi !! Il y a deux inconnus qui s'en sont pris à Rémus ! //

Elle avait parlé dans sa radio à toute vitesse et un brin paniquée, mais seule elle n'arriverait sûrement à rien, puis ne sachant pas si la militaire s'était rendue compte qu'ils ne suivaient plus, elle avait préféré prévenir. Mettant son zat de côté, elle préféra agir à mains nues, à commencer par essayer de tirer la jeune femme en arrière, en l'insultant férocement en Russe, désirant libérer ainsi le scientifique d'un poids sur deux. Mais elle n'eut pas le temps de faire grand chose, un tir de grande précision traversa la tête de l'autre agresseur, faisant aussitôt tressaillir la linguiste et reculer d'un pas.

Alors que le corps de l'homme retombait lourdement sur Rémus, la femme subit le même sort. Maud avait beau essayer de distinguer d'où provenait les balles, elle ne voyait rien et en fait ce n'était peut-être pas le plus important. Sheyffi accourut rapidement et dégagea le scientifique du corps de son agresseur. Après avoir constaté qu'il allait bien, Maud tourna sur elle même, le bras tendu devant elle, prête à faire feu sur tout ce qui bougeait, à condition que ce ne soit pas Laurent et son boulet. Enfin, à supposer qu'elle voit à temps les fous furieux pour avoir une chance de leur tirer dessus, avec ce brouillard rien n'était moins sûr. Restant sur ses gardes et maintenant son zat bien serré dans sa main, elle reprit la marche derrière Rémus, en ne manquant pas de sursauter une énième fois, cette fois ci à la détonation de la grenade de Laurent. Faîte que cette camionnette arrive, et vite !
Revenir en haut Aller en bas
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Jeu 10 Mar - 1:18

La première attaque véritable que l'équipe SG essuya fit mouche, ils réagirent enfin ! Au soulagement de notre ami le motard qui n'en pouvait plus d'attendre qu'ils se réveillent. Bon son porteur tenta néanmoins de raisonner ceux qui n'avaient qu'une seule envie : Les abattre ! Il lui confia même une arme... Retirer la sécurité ? Ok, il comprit, ils avaient le même principe sur leurs armes. Par contre recharger ? C'était pas un révolver !

La rafale de Laurent mit à terre la quelques poursuivants en sacrifiant la moitié d'un chargeur, évidemment, ce genre de tir n'avait rien de bien précis mais avaient une certaine efficacité, surtout accompagné des tirs sporadiques du motard qui économisait ses munitions. Le tout suivit d'une grenade flash, qui éblouit les survivants permettant ainsi de leur faire gagner quelques précieuses minutes. La lumière de celle-ci eut un effet dévastateur sur les cibles, mais aussi sur le pauvre motard qui n'imaginait pas du tout ce genre de choses, lui faisant cracher un juron.

Du côté des autres ? La situation allait pour le mieux, les tirs coordonnés du sniper, rémus et Seyffi permirent de repousser les attaquants qui avaient osé s'approcher d'un peu trop près. Ils avaient finit par se sortir de ce merdier, et ils pouvaient enfin reprendre leur calme, d'ailleurs ceci leur permis de se rassembler une fois arrivés au camion. La ferme de son côté était de nouveau calme, même si à l'intérieur des lumières commençaient à s'agiter maintenant que la pluie commençait à perdre en intensité. Laurent pu se débarrasser de son fardeau qui demanda à être posé au sol.


Du côté de la porte un bruit sourd se fit entendre, comme si on arrachait une masse du sol avec force, puis quelques minutes plus tard, une masse sombre passa au dessus de l'équipe SG, sans cacher sa cargaison : Les chevrons éclairés de la porte parfaitement visible l'objet volant n'était pas identifiable mais semblait comme avoir inclue la porte dans son fuselage peu aérodynamique. Il disparut au bout de quelques instants au cœur de l'orage, comme ramenant la structure ronde à sa base. Mais avaient-ils vraiment le temps de s'en inquiéter ?

Le sniper ouvrit de nouveau le feu, cette fois de l'autre côté du camion, comme si quelque chose était dissimulé derrière celui-ci. Une forme se manifesta immédiatement, écrasant la cabine du camion sans grande difficulté. Notre ami le motard ne se gêna absolument pas pour accompagner le sniper. Mais sur quoi ? Et bien... Une image parle plus que de simples mots ! (Image en spoiler, vous avez la taille réelle de la créature comparée à un être humain.)

"Et merde manquait plus qu'eux !"

Spoiler:
 

Seuls ils ne s'en sortiraient pas, mais de toute évidence des renforts commençaient à se mettre en route depuis la ferme. Mais une chose était sûre, il faudrait de l'équipement lourd pour en venir à bout ou au moins la repousser.

La première "patte" ressemblant plus à une tentacule griffue attaqua immédiatement le motard qui lui tira deux décharges successives bien placées qui eurent pour effet de l'endommager au point d'en sectionner une partie, d'autres se jetaient rapidement sur les membres du SGC. A ce qui était visible leurs balles fonctionneraient efficacement sur la chose au moins pour la maintenir à distance au cri strident qu'elle poussa lors de la riposte du motard.

Plusieurs arrivaient en direction des équipiers SG, environ 2 par personnes mais semblaient désordonnées comme si elles changeaient de cible en permanence. Elles servaient aussi de bouclier à ce qui semblait être l'orifice d'où elles sortaient. La créature semblait quant à elle mi organique, mi mécanique aux stries bleues qui parcouraient ses membres.

La créature ne s'occupa pas de Rémus qui pour elle ne représentait visiblement pas un danger pour une raison quelconque. Le motard quant à lui s'acharnait sur le pauvre pistolet pour tenter de le recharger, mais sans vraiment y réussir. Pour le reste de l'équipe ? Pas de chance pour eux, les attaques étaient coordonnées et directes.

(Vu que les militaires ont des armes automatiques, je les laisse répondre.)

La pauvre Maud étant la moins bien équipée ne pu pas repousser ses assaillantes avec efficacité, l'une d'elle la saisit sans grande difficulté, la serrant avec force pour l'emmener droit dans l'orifice dans la créature. Il fallait l'intercepter, une rafale acharnée de P90 permettrait de couper ce qui l'avait attrapé pour la sauver, faudrait-il encore qu'ils y arrivent..



[Laurent :
- -1 Grenade Flash
- Chargeur 1 : 20/50

Seyffi :
- -1 Chargeur

Cibles restantes : Une poignée, sonnées. Ne sont plus une menace directe, de toute manière vous avez d'autres chats à fouetter !
Nouvelle cible : 1, les armes à énergies ne fonctionnement pas dessus.
Renforts : En route.

La créature attaque en permanence avec un nombre limité "d'armes" que constituent ses bras et ses pattes. Pour les repousser, vous devez y tirer dessus à plusieurs reprises. Vous devez tenir jusqu'à l'arrivée des renforts.
Évidemment, vous arrivez à sauver Maud.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Jeu 10 Mar - 22:12

La menace venait d’être éliminée, ainsi Laurent se tourna vers son compère qui n’avait qu’un juron à dire en cet instant particulier, il lui dit avec un ton moqueur puis sérieux mais sans en faire de trop pour ne pas totalement vexer celui qui venait de faire les frais de sa lenteur à cracher le morceau :

« Ah au fait, il faut fermer les yeux… Mince trop tard… La prochaine fois que je te demande quelque chose, tu me le dis rapidement et je ferai de même en attendant pas le résultat de l’explosion pour te dire de fermer les yeux quand tu étais plaqué au sol ! »

Leçon express que le jeune allait forcement retenir, en espérant aussi que ça lui soit instructif.

// Sheyffi, Maud, Rémus, on vous rejoint au plus vite alors identifiez avant de tirer, j’en ai déjà marre de service de mule alors inutile d’en rajouter avec quelques aérations inopportunes, terminé //

Pas le temps de prendre le thé ou de fanfaronner avant autant de cadavres autour, le militaire devait déjà songer à reprendre son chemin de croix alors il agita le bras avec le poing sauf le pouce qui était orienté vers son dos :

« Grimpe, il ne faut pas rester la, c’est bien toi qui était pressé de rejoindre les tiens alors dépêches-toi »

De nouveau la progression fut pénible jusqu’au moment où le fait de retrouver ses coéquipiers lui donna un regain de moral pour passer à côté d’eux qui le regardait avec son lourd fardeau, lançant quelques mots en l’air :

« Je ne m’arrête pas avant d’être au camion alors en route et cette fois on reste groupé puisque le plus dur semble passé… Alors Rémus, on prend goût aux bains de boue… Oui je sais on est presque dans le même état que toi, finalement c’est le monde à l’envers, ce sont les hommes qui prennent soin de leur teint ! »

Voila que c’était lui qui prenait la tête du convoi spéciale, encadré par les deux civils et avec Sheyffi à ses six heures pour prévenir d’un éventuel nouvel assaut de l’ennemi qui s’en serait sorti et en même temps pour s’assurer que tout le monde restait groupé sous cette pluie qui ne se calma qu’une fois le camion enfin atteint, le Para se libérant de son poids supplémentaire pour en profiter pour se déhancher dans tout les sens afin de tenter d’apaiser ses douleurs.

Comme si rien ne pouvait être simple ou reposant sur cette planète, un grondement sourd provenant en direction de la porte des étoiles se fit entendre, dès lors la tension remonta d’un cran et Laurent resserra ses mains sur son P90. Quand l’objet volant non identifié qui était la cause de ce raffut vint à survoler l’équipe avec la seule issue pour rentrer sur Terre, le militaire vida son chargeur sur l’engin sans semblait-il qu’il y ait un résultat favorable, plus de porte accessible, voila qui allait encore compliquer les choses, la routine quoi.

N’ayant rien à faire contre ce fait et surtout étant alerté par un tir du type qui tirait depuis la bâtisse, le Para mit un genoux au sol et changea rapidement de chargeur pour pointer son fusil mitrailleur vers l’endroit d’où provenait les tirs :

« Qu’est-ce qu’il fabrique encore, sur qui il tire ? Tout le monde à couvert derrière le cam… »

La chose terrestre qui venait d’écraser la cabine le fit changer d’avis, mais qu’est-ce qu’était encore cette chose étrange, en tout cas pas le bienvenu pour leur accompagnateur qui tirait dessus avec le pistolet

« Heu non, tout compte fait on reste la, on tire et on pose les questions après »

Laurent ouvra donc le feu au coup par coup en visant le centre sans grand résultat, le motard montrait l’exemple en tirant sur le tentacule qui lui cherchait des noises, dès lors le militaire fit de même quand il eu droit à la même attaque, provoquant à son tour des cris de souffrances de la vilaine bébête qui avait tout d’un Bernard-l’hermite de l’espace !

Arrivant à se rendre compte que le motard ne parvenait plus à tirer, le Para lui indiqua verbalement comment s’y prendre car il n’avait pas vraiment la possibilité de mimer la procédure, trop occupé à contrer les deux tentacules auxquelles il avait le droit :

« Enlèves le chargeur, sous la crosse, tires sur la partie amovible et mets-en une pleine de balles que je t’ai donné tout à l’heure… Mais tu vas me lâcher saloperie ! »

Evidement les derniers mots étaient adressés à la créature qui quelques secondes plus tard parvint à enlacer Maud avec l’idée de la ramener vers elle, hors de question, passant son P90 en automatique, il arrosa le tentacule au niveau de la jointure en espérant la couper tout en devant s’interrompre souvent pour repousser les autres bras de la créature. Il hurla à Sheyffi de faire de même, à eux deux ils arrivèrent à leurs fins et Maud retomba au sol alors ce fut de nouveau au coup par coup que Laurent régla son P90 pour contrer les attaques sans trop gâcher des munitions.

(hrp : Rémus a un pistolet donc il n’y a pas de raison qu’il ne s’en serve pas pour aider et se prendre aussi ses tentacules Razz )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Ven 11 Mar - 17:38

Enfin ! Ils étaient enfin ensembles ! C’était la première fois que Rémus utilisait aussi souvent son zat’ au cours d’une mission ! Il y avait toujours des ennemis à neutraliser ! La pluie ne les aidait pas en plus, malgré l’équipement pris, ce temps n’était pas un cadeau. Rémus ne releva pas les remarques du leader, dès qu’il comprit que c’était une blague il ne l’écouta plus, concentré sur les prochaines attaques. De plus, il se sentait de moins en moins bien. D’abord la fatigue accumulée entre l’aller retour dans le trou, le sprint et son agression… maintenant il commençait à avoir mal à la tête.

La suite de la course jusqu’à camion ne fut pas une balade de santé. Ils devaient protéger Laurent et le motard, comme s’ils n’avaient pas assez de choses à faire ! Il crut deux ou trois fois qu’il allait tomber, glisser une nouvelle fois ou perdre l’équilibre mais il ne ralentit pas l’équipe en fin de compte. Par contre un étrange phénomène attira leur attention, le bruit sourd de tout à l’heure s’amplifia puis une énorme masse sombre passa au dessus d’eux. Rémus resta figé par la peur cette fois, la désagréable sensation de pouvoir rendre l’âme à n’importe quel moment ! Il distingua aussi les chevrons de la Porte, qui étaient allumés, un vortex allait-il se créer ? Ou cette étrange masse savait utiliser des fonctions de la Porte encore inconnues au SGC ? Mais c’était surtout leur unique espoir de retourner sur Terre qui s’envolait !

Des coups de feu ramenèrent Rémus à la réalité. La cabine du camion fut écrasée et une machine à laquelle ils n’avaient pas été présentés, vint leur faire coucou. C’était un énorme tas de ferrailles avec une partie organique munit de quatre horribles tentacules. Au loin le scientifique entendit des véhicules, surement des renforts venant de la ferme ! Il prêta une oreille plus attentive, mais non, c’était des cris en fait. Peut-être les mêmes cris que les créatures qui les attaquaient, et il ne comprenait pas ce qu’ils disaient ! Beaucoup de choses se passaient en même temps, il était temps de passer à l’action. Il prit son zat’ et commença à tirer sur les tentacules. Les éclairs bleus de l’arme jaffa ne semblaient pas faire de mal à la machine, sans parler de la précision de Rémus qui laissait à désirer. Il était pris de vertiges, et il entendait toujours les voix de tout à l’heure même s’ils n’écoutaient plus ce qui venait de la ferme ! Quelques pas en avant, puis en arrière, garder son équilibre devenait de plus en plus difficile ! Mais pourquoi ? Les autres avaient l’air en pleine forme ! Et comment faisait-il pour survivre malgré sa lenteur actuellement et son inefficacité ? Il tourna sur lui-même pour trouver le membre de SG5 le plus proche, Maud :

« Maud, qu… quel est ton état ? Je crois que … »

Le scientifique tomba en avant, puis se releva rapidement.

« J’ai du mal à rester debout… je perds l’équilibre tout le temps… UN TENTACULE !!! »

Et il retomba, pour éviter une attaque cette fois ! Maud en était la cible mais s’il n’avait pas fait attention il se serait surement fait faucher. Le combat reprit, ainsi que la discussion :

« As-tu des étranges sensations ? Tout est normal de ton côté ? Parce que moi ce n’est pas le cas, je pense que j’ai été contaminé, surtout ne me touche pas ! Tout à l’heure, quand les deux personnes m’ont attaqué, elles m’ont touché et seulement moi ! Je pense qu’elles m’ont contaminé par je ne sais quoi… surement la chose qui les a rendues folles ! Je vais peut-être me transformer comme elles ! Non ? Ma vue se trouble maintenant, ça évolue rapidement…»


Rémus écouta l’archéologue puis se retourna, il entendait toujours des cris ! Les étranges personnes ressemblant à des zombies allaient de nouveau les attaquer ? Mais qu’est ce qui se passait à la fin ? Les vertiges reprirent d’un coup, avec l’envie de vomir. Il fallait prévenir l’archéologue qu’il allait très mal, sauf qu’elle n’était plus derrière lui ! Quelques secondes plus tard il vit les militaires tirer vers une même direction! Rémus tomba avant de pouvoir les aider, les bains de boue il aimait ça.

// Ne me touchez plus directement ! Même pas pour m’aider ! Je… Je me sens mal… j’ai dû être contaminé par un virus quelconque quand j’ai été en contact avec mes agresseurs… //


Le scientifique n’allait pas bien, et pendant que les militaires faisaient tout leur possible pour sauver Maud, ce fut à peine s’il réussit à se relever… sans être attaqué ! Ce n’était plus un miracle là, quelque chose d’étrange se passait, il était du côté des tentacules maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 12 Mar - 2:48

Chaque pas se faisait un peu plus difficile, peut-être à cause de la fatigue, peut-être à cause du stress, ou peut-être les deux même. Elle n'en savait rien, car même si elle peinait à avancer, elle ne se posait plus de questions, elle avançait. Et toujours avec son zat à la main, n'ayant nullement envie de manger de la boue à son tour. Laurent réussit à les rejoindre, ce qui remotiva les troupes. Et cette lutte porta ses fruits puisqu'ils arrivèrent enfin au camion. Ça ne voulait pas dire pour autant qu'ils étaient saufs, mais la situation était déjà peut-être plus positive. Et puis la pluie semblait s'estomper petit à petit, …

Faux. Quelle cruche d'avoir cru qu'un camion pouvait les tirer de là ! D'abord un bruit sourd, puis quelques minutes plus tard une masse sombre au dessus de leur tête qui n'avait rien d'un innocent petit nuage … À moins qu'ici, les nuages transportaient des Portes des étoiles ? Elle levait les yeux au ciel, fixant malgré la pluie, leur ticket pour rentrer à la maison s'envoler loin … très loin. Elle jeta un regard inquiet à ses trois coéquipiers, avant de froncer les sourcils quant à la nouvelle cible du sniper … jusqu'à ce que son visage devienne blanc quand elle vit à quoi ressembler cette cible justement. Elle recula de plusieurs pas immédiatement, en regardant avec de grands yeux la créature écraser d'une facilité déconcertante la cabine du camion. Tout ce mal pour rejoindre ce qui maintenant ne ressemblait plus qu'à une vulgaire … crêpe ?

Le motard lui tirait aussi dessus, ce qui permit d'endommager une partie de sa tentacule. Impressionnante mais peut-être pas invincible. Enfin ça ne changeait pas l'impression qu'avait Maud de se sentir minuscule et impuissante face à cet engin sorti de nulle part. Laurent ordonna de tirer et de garder leurs questions pour plus tard. Bref armée de son zat, la linguiste fit de même tout en gardant toutefois une distance de sécurité. Mais elle se rendit bien vite qu'elle était totalement inutile. Si les balles semblaient être efficaces, le zat par contre devait juste lui chatouiller les pattes.

Dans un même temps, Rémus l'interpela. Elle ne tourna pas de suite la tête vers le scientifique, bien trop concentrée à viser. C'est le son de sa voix et le fait qu'il ne termina pas phrase qui lui fit changer d'avis. Et en effet, elle le vit tomber en avant sans que quiconque l'ait poussé, ce qui avait de quoi inquiéter la jeune femme.

« Olé Rémus … ? Qu'est ce qui se passe ? »

Ses yeux allaient de la créature à Rémus à une vitesse folle, mais quand son coéquipier lui précisa qu'il avait du mal à rester debout elle s'avança immédiatement vers lui dans le but de l'aider. C'était sans compter sur la grosse bestiole qu'elle avait délaissé quelques secondes, et dont Rémus prévint de l'attaque. Grâce à son alerte, elle l'esquiva en reculant de quelques pas et en s'acharnant à lui tirer dessus avec son zat. Non décidément cette arme était d'une inefficacité extrême, il fallait qu'elle le change.

Le danger écarté durant quelques secondes, Maud en profita pour revenir près de Rémus qui se relevait une deuxième fois après être tombé au sol. À ses premières questions, elle faisait non de la tête en guise de réponse sans l'interrompre. Elle était sur le point de l'aider à rester debout quand celui ci lui demanda de ne pas l'approcher. Elle se figea net, et écouta la fin de ses explications, très inquiète de le voir dans cet état là.

« Non non, tu ne vas pas te transformer comme elles, garde ton calme ! On va t'amener à la ferme, tu vas te reposer et tout va rentrer dans l'ordre … »

Elle voulait rassurer le scientifique, qui c'est vrai ne semblait pas du tout être au top de sa forme. Mais ça elle lui garda bien de lui dire, il était déjà assez inquiet comme ça. Tout en gardant un œil sur son coéquipier, elle rangea son zat et se saisit de son pistolet. Ses mains tremblaient un peu, il commençait à y avoir beaucoup de choses à gérer en même temps. Elle vit du le scientifique se retourne, complètement ailleurs. Tout en essayant de charger convenablement son arme, elle continua de lui adresser la parole, histoire de le garder avec eux les pieds sur terre !

« Rémus, tu m'entends ? Tout va rentrer dans l'ordre ! Reste là, on va se débarrasser de … Aaaaah Rémus ! »

Elle n'avait vu que trop tard le tentacule lui arriver droit dessus. Cette chose la saisit par la taille, et lui comprima les côtes avec à priori la ferme intention de la ramener vers elle. Instinctivement elle essayait de se sortir de là en poussant sur ses bras, mais c'était inutile elle était coincée. Et même bien coincée ! Elle commençait à manquer d'air et à paniquer sérieusement. Elle voulait hurler mais n'y parvenait pas, le souffle coupé elle ne put que prononcer le nom de son chef d'équipe qu'elle venait de voir à terre avec Sheyffi, tout en continuant de s'agiter pour s'extirper de là. Elle les voyait et entendait même, tirer ensemble sur le bras de la créature.
Elle avait encore son arme dans la main d'ailleurs. Même si ce n'était pas une position très adéquate pour tirer, elle fit de même et visa le haut du tentacule à une ou deux reprises, avant de s'agiter de nouveau. Ne pas pouvoir respirer à son aise l'angoissait trop pour qu'elle fasse quoique se soit d'autre.

Finalement, ses deux coéquipiers réussirent à sectionner le tentacule. Maud retomba d'un peu moins de deux mètres, toujours fermement maintenue. Le choc ne fut pas violent, elle serra juste les dents au moment de l'impact quand ses côtes s'enfoncèrent un peu plus dans ce qui la comprimait depuis le début. Maintenant qu'elle était à terre, elle ne perdit pas une seconde et essaya de s'extirper en gesticulant de toutes ses forces.
Une fois libre, elle prit quelques secondes pour respirer enfin profondément tout en guettant la créature. Autant ne pas se faire avoir deux fois ! Puis elle courut vers Rémus, les remerciements pour Sheyffi et Laurent attendraient, la vie de leur coéquipier était plus important. Elle savait qu'elle ne devait pas le toucher mais ils ne pouvaient pas le laisser seul. Ainsi, elle gardait un œil sur lui en lui adressant la parole régulièrement, quitte à répéter les même choses et lui poser les même questions, tout en tirant avec son pistolet sur la créature.
Revenir en haut Aller en bas
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Lun 14 Mar - 4:03

[hrp : oh, mais il y en a pour tout le monde Laurent, ne t'inquiète pas. Mais chacun son tour.]

Nos amis s'en sortaient tant bien que mal face à la chose qui se faisait étrangement distante par ses attaques, comme si elle apprenait à connaitre le mode de fonctionnement et les armes de ceux qu'elle venait de rencontrer. Apprendre, c'est toujours le nerf d'une guerre : Connaitre son ennemi et comment il fonctionne pour mieux l'annihiler. Mais était-ce réellement son but ? Elle continua ses petites attaques pendant plusieurs bonnes minutes alors que nos amis du SGC vidaient leurs chargeurs dessus. Et que se passe-t-il quand on tire plusieurs minutes d'un feu nourrit face à quelque chose qui risque de vous tuer si vous arrêtez ? Et bien, le fatal et l'inévitable "clic clic".

Oui, vous comprenez parfaitement la signification de ce bruit quand votre dernier chargeur arrive à sa fin "clic" signifie dans ce cas là être à la merci de son ennemi. Bon par chance il leur restait encore leurs armes de poings, mais avec la créature qui se faisait de plus en plus agressive avec la diminution du stock de munition ca n'allait pas être avec ça qu'ils allaient la repousser éternellement ! Surtout qu'elle avait avancé dans leur direction les forçant à reculer comme ils pouvaient. Le motard avant même utilisé sa dernière balle de fusil sur une des personnes qui les avait attaqué un peu plus tôt.

Et les renforts dans tout ça ?

"En position on tire nos gars de là ! Kopa ! Occupe toi des blessés !" Hurla celui qui semblait être le chef d'unité.

Trois motos, venaient d'arriver en trombe, s'arrêtant avec une sorte de dérapage contrôlé, chacune portant deux personnes. Et cette fois c'était sûr : ce n'était pas des civils, mais bel et bien des soldats équipés et surtout parés pour le combat (Un ordre d'idée de l'allure générale des 6 bonhommes) : Casque, Masque de protection, masque à gaz et surtout armes d'assaut approvisionnées (Cliquez dessus.

Quatre de leurs nouveaux camarades se précipitèrent aux côtés des membres de l'équipes qui auparavant arrêtaient les attaques de la créatures (laurent et seyffi). Organisés par groupe de deux, l'un ouvrait le feu quand l'autre rechargeait, offrant un tir continu en cas de pépin.

"C'est vous la relève ? Putain on ne vous attendait plus, forces spéciales en prime ! Sergent Karsa, 53ième de cavalerie"

Visiblement l'unité de Laurent venait d'être confondue avec les forces spéciales du peuple par le fameux Sergent Karsa. Le dénommé Kopa attrapa le motard par le col, le trainant en vitesse derrière une des motos, repoussant les maigres attaques restantes. Il hurla d'ailleurs ses consignes à Maud et Rémus, qui visiblement se sentait mal. Il ignora d'ailleurs les avertissements de celui-ci quand il s'approcha en vitesse.

"Pas le temps ! On verra après ! A l'abri derrière les motos !" Puis il haussa le ton "Sergent ! C'est bon !"
"COBB ! C'est à toi, fais en de la friture avant que la pluie s'arrête !" hurla le dénommé Karsa. "On l'accroche ! Aller !"

En effet, la tempête d'eau s'était transformée en simple pluie beaucoup moins importante. Le fameux Cobb ? Et bien, pareil que les autres, mais avec une petite bombonne accrochée dans le dos. Il était resté en retrait. Quand il dépassa en courant le groupe pour s'agenouiller devant eux, les quatre soldats changèrent de mode de tir pour quelque chose de beaucoup plus nourri, rechargeant plus souvent forçant la créature à cesser ses attaques : De tirs défensifs ils étaient passés à offensifs. Il n'était pas dur de comprendre leur stratégie : Verrouiller et faire griller. Avec quoi ? Une langue de feu sortis de l'arme du soldat en direction de la créature, la pluie semblant attiser les flammes. La conséquence ? La créature pris évidemment feu dans des cris stridents à rendre sourd quiconque n'étant pas protégé, ayant quasiment le même effet que le bruit de grenades flashbang, la lumière en moins avant de s'enfuir. Il attendit un peu voyant l'effet qu'avait eut la chose sur les équipiers SG.

"C'est finit, elle s'est barrée, elle nous testait juste. On a de la chance" commenta le sergent.

Les autres soldats semblaient de bonne humeur, le dénommé Cobb avait retiré son masque à gaz, allumant ce qui semblait être une cigarette avec la veilleuse de son lance flamme, vite rejoint par ses trois autres camarades qui firent de même, fêtant visiblement leur petite victoire en rigolant.

"T'aurais pu la faire cuire correctement"
"Pourquoi ? tu l'aurais bouffée ?"
"J'ai tellement la dalle que je boufferai n'importe quoi."

Une jeep approchait pour permettre l'évacuation des blessés et surtout : Enfin, il ne pleuvait plus et le soleil revenait. L'ambiance se détendait, deux des soldats s'étaient dirigés vers la moto endommagée pour voir ce qu'ils pouvaient en faire. Cobb et son autre comparse qui ne pensait qu'à bouffer s'occupaient de faire brûler les cadavres, morts ou pas. D'ailleurs, en parlant des cadavres, les 6 soldats ne s'en préoccupaient même pas. sauf de temps en temps pour s'arrêter sur un et retirer ce qui semblait être un gilet tactique accompagnant ça par un "Tiens des munitions". En observant à la lumière du jour on pouvait voir que dans ceux qui les avaient attaqué il y avait de tout : de la personne lambda, à celui quasi nu et même des militaires.


Le Sergent Karsa attrapa Laurent pour lui faire une sorte de rapport avant qu'il n'ait le temps de le laisser s'expliquer.

"Retournons au refuge, je vais vous présenter au reste de l'escouade." Il parlait toujours au travers de son masque à gaz "Le capitaine est mort il y a 3 jours, on a rassemblé une 30aine de combattants de plusieurs unités en déroute ainsi que des civils, vous avez sous les yeux le reste du 53ième. On a du 32ième des transports, du 5ième d'artillerie et même de l'aéroportée, on a un chercheur en guise de toubib et un véto comme chirurgien de campagne. Ça fait du bien de savoir qu'on n'est plus tout seuls, ca fait une semaine qu'on ne capte plus rien à la radio. Et encore, on a de la chance, le coin est tranquille, de ce qu'on sait, en ville, ca a été horrible." Cette fois il s'intéressa un peu plus à leur situation. "Vous n'aviez pas de véhicule ? S'il marche encore on a un peu de carburant pour le ramener jusqu'ici. Sinon on enverra un mécano récupérer des pièces, on a un blindé en rade à 2h de route nos artilleurs se feront un plaisir de s'en servir."

Maud, Rémus et le motard étaient en prise avec Kopa qui les avait forcé à se mettre à couvert, celui-ci s'occupant de faire une attelle à la jambe du motard, qui avait cessé de râler profitant d'un repos bien mérité, tout en rassurant Maud et Rémus.

"Vous avez eut de la chance" commenta juste Kopa

Ils avaient du matériel, et semblaient s'en tirer très bien, ou tout du moins du mieux qu'ils pouvaient. L'équipe SG pourrait se reposer un peu avant de repartir : Un repos bien mérité.

(hrp : voilà, vous vouliez poser des questions ? Baratinez les, on va pas faire une par une :p
Couleurs des PNjs :
Karsa
Cobb
Kopa)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Lun 14 Mar - 22:16

Laurent avait bien reçu et plus ou moins bien compris le message radio de Rémus mais il ne pouvait s’occuper de son cas pour l’instant, la bestiole était coriace et puis si le scientifique arrivait encore à parler c’était qu’il n’allait pas si mal que ça ! Jugement rude mais réaliste, l’urgence était de se débarrasser de la créature sinon contaminé ou pas, tout le monde allait crever.

Le militaire s’était bien entendu inquiété que Rémus était du coup une cible facile mais ce n’était pas le cas, sans doute parce qu’il ne se montrait pas menaçant, loin de penser que l’état de santé du scientifique pouvait en être la vraie cause.

Le plus gros problème était que les munitions partaient plus vite qu’elles ne faisaient de dégâts au Bernard Lhermitte de l’espace, obligeant les deux militaires à reculer en continuant de faire face au danger, en arrivant à devoir utiliser le fusil mitrailleur pour tenter de parer les attaques des tentacules au point que Laurent ne voyait plus que les grenades pour espérer en finir et à ce niveau c’était un suicide car cela voulait dire se faire capturer par un des bras et non tuer puis dégoupiller et balancer les engins explosifs dans un orifice de cette saloperie.

« Maud, Rémus, éloignez-vous, tentez de rejoindre la bâtiment pendant qu’elle s’occupe de nous »

La situation était désespérée mais le Para comme Sheyffi s’accrochaient en ne pouvant que se défendre avec les moyens du bord, devant privilégier l’agilité pour esquiver plutôt que la force pour frapper des tentacules bien trop résistants. Des bruit de moteurs vinrent redonner de l’espoir, des combattants venaient les aider enfin il fallait espérer vu leur dégaine comme on pouvait en voir dans des films d’anticipation sur le futur proche de la planète bleue.

Ils voulaient prendre le relai, aucun souci, le leader dit à Sheyffi de décrocher et il fit de même pour s’éloigner et en profiter pour reprendre ses esprits mais déjà on posait des questions à l’équipe.

« Heu la relève… Sergent Karsa, je crains qu’il n’y ait méprise, nous ne sommes que des explorateurs qui venons d’assez loin… »

Dans la cohue et les différentes communications, difficile de dire si le militaire avait été entendu et compris, il fallait allez se mettre à l’abri derrière les motos et Laurent confia la tache à Sheyffi de rester avec Maud et il chercha Rémus pour aller se plaquer à côté de lui sans le toucher puisqu’il ne voulait pas mais en gardant un œil sur ce que faisaient les Stormtroopers .

« Comment ça va ? Qu’est-ce qui te fait dire que tu es contaminé ? Ce ne doit être qu’un simple malaise lié aux efforts que tu as fourni… C’est de ma faute, je n’aurai pas du t’en demander autant, excuse-moi ! »

Laurent l’écouta mais il doutait ou plutôt refusait de le croire pour ne pas avoir à vivre le cauchemar dans lequel deux coéquipiers et lui-même du temps où il était à la tête de SG10, avaient été contaminés et se transformaient plus ou moins vite en sorte de loups. Le cri strident de la créature agonisant mit fin à la conversation car le son était très douloureux même avec les mains sur les oreilles. Heureusement cette douleur avait au moins une conséquence positive, la bestiole s’enfui et un calme relatif s’installa, laissant place aux réjouissances des soldats victorieux.
Se relevant pour ne pas rester couché alors que la situation ne l’exigeait plus, il jeta un regard vers le scientifique qui n’allait pas mieux, cela devenait inquiétant et perdait un peu le militaire.

« Ok Rémus, tu ne bouges pas de là mais il est hors de question de te laisser »

Un véhicule de type Jeep arriva et quelques secondes après le Sergent Karsa s’intéressa au leader de SG5 pour lui faire un rapport sur la composition des troupes formant la résistance et sur différents éléments mais quand il eu terminé, Laurent ne chercha pas à y aller par quatre chemins :

« Désolé Sergent, comme j’ai tenté de vous le dire plus tôt, nous ne sommes pas ceux que vous croyez, il n’y a pas de véhicule à réparer ou a dépouiller, on se l’est fait subtiliser il n’y a pas longtemps… Vous devez comprendre que nous ne sommes pas du coin, nous venons de très loin et nous n’avons aucune idée de ce qu’il se passe ici à part ce que nous venons de subir »

Le militaire regardait son homologue droit dans les yeux pour lui prouver son sérieux, ce n’était pas une blague d’autant qu’elle serait mal venue pour ceux qui attendaient la relève et se retrouvaient avec quatre gugusses perdus.

« Excusez-moi, il faut que je m’occupe de mon coéquipier qui est malade ! »

Si le Sergent le lui permettait ou se contentait de l’accompagner afin de poursuivre l’explication, Laurent alla à son sac à dos que Maud avait amené jusque là pour en sortir la bâche étanche et la déplier à côté de Rémus en lui demandant de s’allonger dessus, une fois dessus, il pourrait être transporté sans être touché mais la réaction des héros du jour risquait de poser problème car il ne permettraient sans doute pas de rapatrier s’ils avaient un doute sur une possible contamination. Une chose était certaine, le Para s'opposerait à ce qu'on fasse du mal au scientifique et resterait avec lui si jamais il était persona non grata, comprenant que ceux qui en bavaient pouvaient ne pas vouloir prendre de risque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Jeu 17 Mar - 23:28

L’état de Rémus s’aggravait rapidement, il n’arrivait même plus à rester debout tout seul. Bien qu’il soit juste à côté d’une énorme machine à tuer, et d’un bataillon d’humains détraqués dont le seul désir est de tuer SG5 de la pire manière que ce soit, le scientifique n’était pas attaqué ! Il tenait sa tête entre ses mains, comme si cela allait calmer les voix qu’il avait dans sa tête, et elles étaient de plus en plus fortes ! Des cris ! Toujours des cris ! Et ils ne voulaient rien dire ! Mais au milieu de cette cacophonie vocale sans queue ni tête, le grave bruit du moteur de trois motos fit son entrée ! Rémus tourna la tête pour voir ce qui se passait, mais tout était si flou, il arrivait seulement à distinguer des silhouettes.

Les nouveaux arrivants leur parlaient, mais Rémus n’était pas apte à les écouter. Même l’ordre de s’écarter donné part Laurent tout à l’heure ne l’avait pas préoccupé tellement les voix dans sa tête étaient fortes. Ce changement si radical de son état l’inquiétait grandement, fallait-il le neutraliser avant qu’il ne devienne dangereux ? Ou le zatter pour qu’il reste inoffensif le temps qu’une solution soit trouvé !? Il y avait toujours un espoir ! En fait non, il n’y en avait plus, Rémus devenait gênant pour l’équipe ! Seul, allongé, dans un état pitoyable. A part inquiéter ses collègues et les empêcher de se concentrer pleinement à leur tâche il ne faisait rien ! Il était juste inutile. Des idées noires rongèrent l’esprit de Rémus jusqu’à ce que Laurent vienne lui parler :

« QUOI ?! Comment ça va ? De simples excuses ?! Je parie que depuis le début tu ne rêves que d’une chose : te venger de mon erreur pour votre mission en 1944 ! Et là, vu mon état tu te dis que tu es allé trop loin ! Tu as peur pour ta carrière, parce que le pauvre petit Rémus ne reviendra pas en bon état et ça fera tâche dans ton rapport ?! Une belle tâche dans ta carrière à cause de ce loupé ?!
J’entends des voix ! Je n’arrive même plus à marcher ! Je sens mes jambes, je n’ai pas les muscles en compote, mais je perds l’équilibre au bout de quelques secondes pour retomber une nouvelle fois dans la boue ! Donc OUI je suis bien contaminé ! Par quoi ? Je ne sais pas mais j’aimerai vraiment bien le savoir ! Depuis que les sauvages de cette planète m’ont attaqué je suis dans cet état pas du tout inquiétant !»


Le scientifique était très énervé, mais pas dans son état normal. Il voyait tout en noir, n’importe quel événement, il arrivait toujours à le tourner de manière à ce qu’il ait le rôle du vilain petit canard. La discussion ne dura pas plus longtemps, la créature était bien décidée à leur rendre la vie difficile jusqu’au bout ! Elle prit feu et fuit en émettant d’horribles sons aigus ! C’était bien plus désagréable que les voix qu’il avait dans sa tête. Une fois fini, Rémus était complètement sonné et ses oreilles sifflaient ! Cela n’améliorait pas son cas !

[ HRP : Laurent => Avant de continuer je te laisse réagir si tu veux répondre quelque chose.
U’Mrak => Vu tes indications dans ton mp je préfère couper ce message en deux, si ça ne te gêne pas.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Ven 18 Mar - 2:14

L'état de Rémus était très préoccupant, et entre la grosse araignée métallique et le scientifique, Maud ne savait plus où donner de la tête. Elle continuait de tirer sur cette dernière évidemment, jetant des coups d'œil aux deux militaires afin de s'assurer qu'elle ne ferait pas de bêtises, puis à Rémus pour le surveiller. Elle posa sa main sur sa radio à maintes reprises, elle voulait prévenir Laurent, ou plutôt lui rappeler qu'il fallait absolument faire quelque chose pour lui, Rémus semblait s'enfonçait à vue d'œil. Mais elle s'y résignait à chaque fois, après s'être raisonnée. Elle n'avait aucune idée de comment l'aider et il y avait encore cette menace à 4 pattes qu'il fallait supprimer. Ainsi donc, il fallait se contenter de vérifier que Rémus ne s'en allait pas.

Jusqu'à ce que elle ne répète en boucle un « Non non non » affolé. Elle tirait dans le vide ! Plus de munitions. Elle fouilla ses poches, à la recherche d'un chargeur désespérément. Là dessus, Laurent leur demanda de s'éloigner. Ne souhaitant pas vraiment les laisser seuls face à la créature, elle le regarda, stoïque un instant avant d'acquiescer machinalement. Dans la précipitation, Maud prit tout de même son Zat. Certes inefficace contre la bête, mais il le serait si d'autres affreux jojos s'approchaient d'elle ou de Rémus, vu qu'il ne semblait pas être en mesure de se défendre. Elle était sur le point de demander au scientifique de la suivre, quand un bruit de moteur ronronna non loin et lui fit lever les yeux. Les renforts !

Très vite tout le monde fut rapatrié derrières les motos. Laurent en profita d'ailleurs pour prendre des nouvelles de Rémus pendant que la linguiste elle se mit aux côtés de Sheyffi. Maud ne sut dire entre les renforts et la militaire, lequel des deux la rassurait le plus tant sa coéquipière lui inspirait confiance et sécurité. Du côté des hommes de l'équipe par contre, le ton monta d'un cran d'un coup. Rémus venait de sortir ses quatre vérités à son chef d'équipe et Maud le regarda, déconcertée. Elle ne connaissait que peu le scientifique mais quelque chose n'allait pas dans son comportement. Sa réaction était excessive, il n'allait pas bien du tout ça c'était certain. Mais il était allé trop loin pour le coup et Maud craignit que Laurent se braque à son tour. En fonction de la réaction de ce dernier, la jeune femme se préparait à s'interposer. Enfin du moins, à essayer de calmer les esprits. Mais il n'eut pas le temps de répondre, car bien que les hommes aient l'air peu sympathique derrière leur masque et casque de protection, ils en étaient pas moins inefficaces ! Seule petite contrariété, le bruit strident de la créature, forçant les membres de SG5 à se coller les mains sur les tempes, et encore c'était loin d'être suffisant !
Le cri avait été insupportable et Maud mit quelques secondes avant de retirer ses mains. La bête était partie, enfin ! Et le ciel se découvrait rapidement. Ainsi, ils s'en étaient sortis ? La linguiste respira profondément en observant le ciel et la place où se tenait plus tôt la grosse bêbette, avant que ses yeux ne retombent sur Rémus. Non, lui ne s'en était pas encore sorti.

"Vous avez eut de la chance"

Immédiatement Maud fit non de la tête. De la chance ? Est ce qu'ils pouvaient appeler ça comme ça quand on voyait le résultat ? Il n'y avait qu'à jeter un coup d'œil autour d'eux pour se rendre compte que le mot chance n'avait rien à faire dans la discussion. Laurent vint récupérer son sac à dos, afin de construire à Rémus une solution de rapatriement à la ferme. Maud en profita pour lui glisser discrètement quelques mots, histoire d'essayer d'arrondir les angles au sujet de l'altercation.

« Il délire … Il n'est pas dans son état normal ... »

Maud lui proposa son aide ensuite, ce qui lui permettait ainsi de rester à proximité des deux hommes, et en particulier Rémus qui avait réellement besoin d'aide.
Revenir en haut Aller en bas
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Ven 18 Mar - 22:22

Oui, pour ces soldats l'équipe SG avait eut de la chance, énormément de chance de ne pas se faire tuer, mais chance qui avait été provoquée par eux même en attirant le plus gros des hostiles sur leur position retranchée dans la ferme. D'ailleurs la jeep finit enfin par arriver, avec à son bord ce qui semblait être encore deux soldats mais avec des uniformes différents trahissant une autre unité ainsi qu'un homme qui se précipita sur le motard pour voir l'état de la jambe. Ils discutèrent entre eux, laissant Rémus aux bons soins du Soldat Kopa qui ne le quitterait une fois qu'il serait calmé.

Karsa quant à lui eut un peu de mal à avaler la nouvelle. Ils n'étaient pas la relève ? Mais alors, d'où ils venaient, et surtout quand est-ce que leurs renforts à eux arriveraient ? Est-ce qu'il en restait au moins encore de vivants ou est-ce qu'ils étaient destinés à être tués comme beaucoup d'autres avant eux.

"Caporal, préparez l'évacuation du blessé et de nos nouveaux amis" Ordonna-t-il avec beaucoup moins d'entrain au conducteur de la Jeep. Puis il se tourna vers Laurent. "Nous serons plus en sécurité là bas, si la pluie revient au moins on pourra les repousser. D'où que vous veniez, vous êtes dans la même galère que nous. Vous raconterez votre histoire au doc, il sera le plus apte à vous aider."

Son moral avait fait une chute vertigineuse, et il ramassait visiblement de la fatigue. Il finit d'ailleurs par retirer son masque pour prendre un peu le soleil, il n'était pas bien vieux, 25 ans environ, mais un visage très marqué par le manque de sommeil les yeux entourés de magnifiques cernes d'au moins trois épaisseurs au point que c'était à se demander s'il avait dormis ne serait-ce qu'une nuit dans le courant de la semaine. Kopa s'approcha pour faire rapidement son rapport à son Sergent, puis il s'adressa à Laurent.

"On sait ce qu'à votre équipier, le doc va s'occuper de lui à la ferme, ne vous inquiétez pas pour ça."

Il invita Laurent à rejoindre la Jeep, de son côté son escouade récupérait les motos, deux d'entre eux restant derrière pour s'occuper de celle qui avait fait un magnifique soleil. Le voyage en Jeep, fut court, après tout peu de route à parcourir.


Et les voilà enfin à la ferme ! Mais de l'intérieur. Simple cours fermée par des murs, donc l'entrée barricadée était protégée par ce qui semblait être deux mitrailleuses lourdes dont une avec le fût dans un état lamentable, comme s'il avait été tordu tel un misérable brin de paille. Dans un coin un petit groupe s'occupait de brûler des cadavres. Le sol était parsemé de douilles de divers calibres il était clair que ca faisait un moment qu'ils étaient là et qu'ils se défendaient. Un camion bâché était gardé par deux soldats, il s'agissait vraisemblablement du stock d'armes et de munitions encore en état de marche.

Combien de personnes s'entassaient là ? Déjà la trentaine de combattants et presque autant de civils. Tous étaient relativement jeunes, le plus vieux devant avoir au maximum la cinquantaine, et les plus jeunes étaient des enfants accompagnés de leur mère. Ils se partageaient les taches, une véritable petite fourmillière alimentée en énergie par ce qui semblait être un petit groupe électrogène rafistolé comme ils avaient pu, certains travaillaient à la réparation de la barricade, d'autres à l'entretien du matériel, le reste surveillait le ciel et les alentours, désoeuvré, espérant peut-être que ce cauchemars se termine. Mais une chose sautait aux yeux : Une misère omniprésente, certains étaient déjà amaigris à cause du manque de nourriture et la boue n'arrangeait strictement rien à la vision, elle était là, présente partout.

La dénommée Amy fut reconnaissable facilement lorsqu'elle arriva en courant pour engueuler le motard de son inconscience d'avoir accepté une telle mission de reconnaissance. Le pauvre n'arrivant pas à en placer une à part "Mais Amy..." Ils pouvaient enfin mettre un visage sur celle qui avait couvert leurs arrières. Une jeune femme d'a peu près le même age que le motard, des cheveux coupés courts au couteau. Elle aurait pu être belle si elle n'avait pas été dans une fureur sans nom et avec des vêtements propre.

Plusieurs personnes se précipitèrent vers le petit convoi qui venait de s'arrêter, le motard fut évacué, le matériel récupéré sur la moto et les cadavres déplacé pour en faire un inventaire pour les distribuer plus tard. Le sergent Karsa s'adressa au petit groupe.

"Suivez moi, je vous emmène au doc."

L'invitation était obligatoire et ils ne pouvaient pas la discuter, vu qu'ils se retrouvèrent encadrés par 3 soldats qui leur servirait d'escorte. Peut-être pour leur bien, ou peut-être pas dont le soldat Kopa qui ne lachait pas Rémus d'une semelle. En tout cas ils n'avaient rien de menaçant. Un éclat de voix vint calmer les commérages.

"Ils veulent voler notre nourriture !" Hurla une femme, qui avait l'air de perdre les pédales.
"On a besoin d'un calmant par ici !" Répliqua immédiatement un soldat de garde. Elle fut vite neutralisée par la force et se vit mettre sur le nez un mouchoir imbibé d'on ne sait quoi pour qu'elle se calme.

L'équipe arriva dans ce qui semblait être la salle principale de la ferme, sur une table dans un coin, une radio longue portée, avec un opérateur qui scrutait toutes les ondes dans l'espoir de recevoir une transmission quelconque du reste du monde. Sur la table, regardant dans ce qui semblait être un microscope, un homme habillé d'une blouse blanche (Photo) fut désigné comme étant le doc. Il sortit de sa concentration à l'entrée de nos compagnons d'infortunes.

"Karsa, vous nous ramenez quoi cette fois ?"
"Des visiteurs qui se sont fait voler leur véhicule."
"Toujours si peu méfiant à ce que je vois." soupira l'homme face à Karsa qui haussait les épaules comme s'ils avaient déjà eut cette discussion une centaine de fois. "Je suis le professeur Freidr, je dirige cette petite communauté de survivants avec le Sergent Karsa que vous connaissez déjà. A qui avons-nous l'honneur exactement, et d'où venez-vous comme ça ?"

En effet, Karsa n'avait posé aucune question à l'équipe SG, pourquoi ? Et bien à ses yeux c'était des plus simple : Ils étaient tous dans la même galère et il n'y avait aucune raison de s'entretuer, autre chose s'en chargerait pour eux de toute manière. Cette fois ils allaient pouvoir discuter avec quelqu'un qui pourra clairement leur expliquer ce qu'il se passe, mais bien entendu avant ils devraient enfin se présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 19 Mar - 13:48

Rémus avait craqué, cela arrivait même aux militaires quand la résistance à la tension dépassait leurs limites alors cela était encore moins étonnant pour un civil, Laurent l’avait écouté déballer son sac tout en se montrant compatissant, cela au moins lui avait permit d’évacuer sans être encore plus contrarié par des explications des choix logiques car c’était inutile tant l’état actuel du scientifique qui était en plein délire. De nouveau il avait été question d’une contamination et il fallait bien s’y résoudre, jamais Laurent n’avait vu Rémus dans cet état, pourtant l’autre problème était aussi de gérer les combattants qui s’intéressait à eux donc il avait dû laisser le laisser, en espérant qu’il se calme.

Celui qui était le chef du groupe s’adressa au leader le l’équipe SG5, le fait d’avoir été franc sur ce qu’ils n’étaient pas n’avait pas eu de grave conséquence à cette première prise de contact, Laurent approuva de la tête ce qui était dit d’autant qu’il était question d’un Doc alors avec encore un petit supplément de chance ce serait un docteur en médecine et il pourrait aider le scientifique. Choses confirmée par celui qui préparait le retour à la bâtisse, enfin un peu de positif dans cette journée de merde, une de plus et pour l’instant sans doute pas la dernière car sans porte des étoiles, impossible de partir du monde merveilleux de Lara Croft !

Après cette rapide conversation, Maud vint parler au Para pour dire ce que ce dernier craignait depuis le monologue de Rémus et elle n’eut pour réponse qu’un « Je sais » désabusé. Lui et Sheyffi aidèrent à charger le colis très spécial puis Laurent retourna auprès de l’archéologue qui avait proposée son aide pour lui chuchoter dos à celui qui se prenait pour Jeanne d’Arc version allongée :

« Tu restes à ses côtés car il arrive encore à te supporter mais en aucun cas tu ne le touches ou tu ne le laisses te toucher, utilises ton zat s’il tente quelque chose de stupide, tu dois te dire que ce n’est plus le Rémus qu’on connait, il n’a plus toute sa raison alors n’hésites pas si tu ne veux pas qu’on finisse tous comme lui, ce ne sera sans doute pas facile mais c’est pour son bien au final, tant qu’on n’est pas contaminé, on peut encore tout tenter pour l’aider mais pas dans le cas contraire, est-ce que je peux compter sur toi ? »

Sheyffi pourrait aussi neutraliser le scientifique mais Maud devait s’attendre aussi à devoir le faire et d’avoir cette directive de son leader serait sans doute moins compliqué même si cela ne resterait pas facile. Après cela n’était qu’une décharge mais le geste était quand même symbolique, tirer sur un coéquipier n’était en rien habituel.

Le trajet fut court pour arriver à la bâtisse mais le spectacle de désolation frappait l’esprit du militaire, on sentait bien des hommes à bout, devant bruler leurs morts du fait de ne pouvoir prendre le risque de sortir les enterrer, l’équipement était bien souvent endommagé, on comprenait mieux la déception de Karsa que l’équipe de quatre ne soit pas les éclaireurs du groupe de la relève. Il était facilement observable qu’ils en bavaient, que ce soit sur les visages à faire peur ou dans les démarches saccadées mais ils ne se résignaient pas car leur vie était en jeu, l’énergie du désespoir étant palpable. Des civils s’étaient également réfugiés dans ce qui était devenu un camp retranché où la famine devait régner du fait du manque de provisions, la encore la fameuse relève était sans doute aussi espérée pour le ravitaillement.

L’équipe était invité à entrer dans le bâtiment mais hors de question de laisser Rémus, soit il arrivait à marcher et pourrait donc suivre, soit il allait falloir le transporter sur le brancard de fortune. En tout cas, l’équipe arriva au complet dans une salle qui semblait être le centre de communication et de gestion, le Doc était là et la curiosité logique avec, ce à quoi Laurent répondit :

« Bonjour Monsieur, je suis l’Adjudant-chef Laurent Campbell de l’équipe SG5 et voici mes trois coéquipiers, Sheyffi Nokotay, Maud Savin et Rémus Hamilton qui aurait besoin de votre aide, est-ce que vous pouvez faire quelque chose pour lui ? »

Cela ne répondait qu’à une des deux questions posées mais l’inquiétude était visible sur le visage du Para, il attendait une réponse positive comme si le scientifique comptait énormément pour lui malgré ce que ce dernier lui avait envoyé à la figure un peu plus tôt.

Si le Doc se donnait la peine de s’en occuper alors le militaire pourrait lui donner plus de détails sur la provenance de l’équipe, de toute façon ils étaient coincés ici et sans informations sur l’ennemi qui détenait la porte des étoiles, ils ne risquaient pas de partir alors autant que ce soit du donnant-donnant pour faire avancer les choses et arriver à une solution.


Dernière édition par Laurent Campbell le Dim 20 Mar - 1:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Dim 20 Mar - 0:36

Le soldat Kopa essaya de calmer le scientifique, mais son état changea vraiment lorsque la pluie laissa place au soleil. Rémus ignorait par quels moyens, réactions chimiques ou psychologiques mais le retour du soleil lui fit un bien fou ! Cette lumière, cette chaleur, ou seulement l’absence de pluie… son état dépendait d’un inconnu paramètre. Les vertiges disparurent rapidement, mais pas les voix, le fait était que le scientifique pouvait enfin marcher.

Rémus et sa bonne humeur suivirent l’équipe, tout en étant constamment surveillé par quelqu’un, il aurait dit de mauvaises choses, se comporterait de façon anormale… foutaise… dans sa tête, à part les voix, tout allait bien maintenant. Il fallait juste retrouver la Porte des Etoiles pour retourner sur Terre, ce qui n’allait pas être une mince affaire. Ils montèrent tous dans une jeep où ils ne firent que quelques centaines de mètres : la fameuse ferme leur ouvrait enfin ses portes et ce n’était pas très beau à voir… Cette place forte improvisée tenait bon depuis plusieurs jours, et les batailles ne semblaient pas être des parties de plaisir. Il y avait des traces de combat partout, tout le monde était réquisitionné pour se rendre utile, le tout avec une fatigue présente sur tous les visages. A côté d’eux SG5 passait pour des touristes en pleine forme ! Le scientifique prit tout de suite son compas électronique pour noter la position de la ferme, si par malheur il se retrouvait dans la brume, il saurait où aller pour avoir une chance de survivre.

Pendant que la supérieure du groupe criait sur ses hommes, Rémus regarda les environs. Bien qu’il soit de mauvaise humeur, il pensa tout de suite à ce qu’il pourrait faire pour les aider. L’attaque de tout à l’heure lui était resté au travers de la gorge, donc il comptait bien aider ceux qui étaient en première ligne face à ces créatures ressemblant à des humains… ou ces humains ressemblant à des monstres, il ne savait pas. Par exemple, cette ferme était alimentée par un groupe électrogène, grâce à son kit outillage de poche il pourrait peut-être faire quelque chose, deux ou trois petits branchements capables d’optimiser cette fourmilière déjà bien organisée et active.

Ils furent accompagnés jusqu’au « Doc », une personne souvent évoquée par leur sauveur. Ce dernier était en pleine étude et se présenta tout de suite comme le chef de ce groupe de survivants. Cette petite phrase en disait long sur leur situation. Premièrement, ils étaient isolés, deuxièmement désespérés et en danger, troisièmement toujours en train de chercher une solution sinon ce Doc ne passerait pas son temps avec un microscope. Les présentations commencèrent tout de suite par un sujet fort passionnant : l’état de Rémus. Le scientifique aurait bien voulu poser des questions, mais ses vertiges de tout à l’heure le préoccupaient d’avantage, ses jours, ou plutôt ses heures étaient peut-être comptés ! Donc il compléta ce que venait de dire Laurent :

« Sous la pluie j’ai d’horribles vertiges qui m’empêchent de marcher et depuis tout à l’heure j’ai des voix dans ma tête, mais là ça va mieux, je les entends plus trop, de simples murmures ! J’ai été une fois en contacte avec nos ennemis et depuis ils m’ignorent complètement, ils ne m’attaquent plus ! Euh voilà, je crois que c’est tout. » Dit-il en croyant que son comportement de tout à l’heure envers Laurent était tout à fait normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Ven 25 Mar - 2:07

Le « Je sais » de Laurent lui fit presque froid dans le dos, il était rare de le voir dans un tel état à moins que Maud ait tendance à l'idéaliser en tant que chef d'équipe ? Toujours était-il qu'il était difficile de garder une once d'espoir si même lui semblait perdu. Laurent revint la voir pour lui demander de « veiller » sur Rémus et de lui tirer dessus si il faisait un pas de travers. Immédiatement Maud répondit par l'affirmative et lui affirma qu'il pouvait compter sur elle. Ce n'était pas le moment de discuter. Elle tenait fermement son Zat dans la main tout en s'approchant du scientifique. Elle se demandait si elle en aurait le cran. Ce n'était qu'une décharge, ce n'était qu'une décharge. C'étaient les mots qu'elle se répèterait si il fallait agir. Même si Sheyffi n'était pas loin, Maud tenait à agir d'elle-même. Elle avait assuré à son chef d'équipe qu'elle le ferait, donc elle le ferait ! Point final.

Tout ce beau monde montèrent ensuite dans une Jeep qui les conduisit directement à la ferme. Mais Maud ne sut dire si elle se sentait plus en sécurité à l'intérieur qu'à l'extérieur. La jeune femme avait toujours beaucoup voyagé, elle en avait vu des paysages, des peuples, des histoires … Chaque lieu était différent évidemment, mais ici ce qui frappait la linguiste c'était cette impression d'insécurité. Pourtant ils semblaient bien équipés évidemment, des armes dans tous les recoins. Peut-être pas toujours en bon état, certes. Mais c'étaient surtout des gens à crans, fatigués, paniqués. Elle les regarda un instant brûler des corps. Rafistoler les barricades. Surveiller le ciel. Ils étaient impuissants face à ce qui se passait dehors, derrière ces murs. Maud avait une boule dans la gorge, se sentant aussi impuissante à son tour. Est ce que 4 pauvres terriens pouvaient leur venir en aide ?

4 terriens d'ailleurs, c'était beaucoup dire. L'un d'entre eux ne le serait peut-être bientôt plus si ils ne faisaient rien. Ils furent accompagnés jusqu'au fameux Doc, qui se présenta avant de leur demander d'en faire de même. Vu les circonstances c'était bien normal. Laurent fit les présentations, Maud ne fit que d'acquiescer d'un signe de la tête pour saluer leur hôte. Celui dont on devait se soucier était Rémus, qui ne perdit pas de temps d'ailleurs et expliqua son mal. Il était déjà conscient de ce qu'il lui arrivait, c'était un point positif. Ils ne l'avaient pas totalement perdu.
À ce qu'il venait de dire, elle voulut préciser par la même occasion qu'il avait la fâcheuse habitude d'envoyer tout le monde valser depuis sa contamination, mais elle se retint de le dire, ne voulant pas jeter de l'huile sur le feu.
Revenir en haut Aller en bas
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Ven 25 Mar - 17:41

Le scientifique écouta la réponse sur qui ils étaient, mais il n'eut pas celle sur "d'où venaient-ils ?" et s'ils n'étaient pas coopératifs sur les questions de la plus haute importance, alors la tête pensante du groupe de réfugier n'hésiterait pas à jouer sur le chantage pour obtenir ce qu'il désirait. Il écouta la description des symptômes de Rémus, sans sourciller, visiblement ce discours il l'avait entendu un très grand nombre de fois, peut-être même trop tellement qu'il n'y accorda strictement aucune importance. Il soupira, retourna chercher une petite flasque à côté de son microscope, pour en boire une petite lampée, et à la grimace, ce n'était pas de l'eau.

"Vous voulez la bonne ou la mauvaise nouvelle ?" Il fit une courte pause, et enchaina, sans plus attendre. "La mauvaise est très simple, vous avez été infecté par un agent pathogène inconnu : Ce n'est pas un virus, ce n'est pas une bactérie. Ce que je sais est que ça dérègle le système endocrinien de la personne atteinte, et je ne vous fais pas un dessin, vous finirez tôt ou tard comme ceux qui on été tués lors de l'assaut." Pendant qu'il parlait, il rembourrait ce qui semblait être une pipe, il fit une pause pour l'allumer. Une forte odeur s'en échappa, ce n'était pas du tabac, mais sûrement une plante qui en été dérivée. "Vous semblez en bonne santé mis à part ça, pas de malnutrition, et même assez de temps de sommeil. J'espère qu'on ne vous abimera pas trop quand ca sera trop tard, votre corps pourra nous permettre d'en apprendre plus." Il tira une bouffée de sa pipe. "Par contre il existe un moyen de ralentir les effets. Mais avant racontez moi toute votre histoire, et surtout d'où vous venez comme ça car d'après ce que j'ai entendu, vous ne saviez pas ce qu'il se passait, ici on ne donne pas sans recevoir. Je vous conseille de garder vos mains bien en évidence, beaucoup ont la gâchette facile."

Plusieurs bruits d'armes qui s'armaient se firent entendre, avec des murmures, alors que les deux gardes à l'extérieur rentraient, des espions ? Oui ils se faisaient bien qualifier de tels, mais des espions de qui ? La menace était plus que claire, et la tension était montée d'un cran. Ça finirait en bain de sang, mais pour qui réellement ? L'équipe SG qui se retrouvait à court de munitions après cet affrontement, ou les autochtones qui avaient repoussé une attaque de cette envergure avec force ? C'était du 4 contre 7. Et leur information ils l'auraient.

"Je n'aime pas ce procédé, mais vous comprenez, on se doit d'être méfiant avec ce qui traine dehors. Après tout, vu votre état de santé relativement épargné, vous pourriez être les agents de ces choses en utilisant un des vôtres et sauvant notre éclaireur poursuivit pour endormir notre méfiance. Car au cas ou vous ne l'auriez pas remarqué, nous sommes en guerre."

Il était d'un calme à faire peur, presque terrifiant comme s'il calculait tout à l'avance. De toute manière ils n'avaient strictement rien à perdre, et ca se voyait. Même si le bain de sang tournait en leur défaveur, beaucoup préféraient encore mourir de cette manière que parce qui les attendait dehors.

De son côté; le radio s'était agité, se concentrant sur sa machine, et même y frappant dessus comme s'il semblait recevoir une transmission. Il se leva pour chuchoter quelque chose à un soldat qui d'un signe affirmatif de la tête sortit à toute vitesse. Peut-être une bonne, ou une mauvaise nouvelle, mais avant il devrait améliorer la réception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 26 Mar - 13:33

La rencontre avec le Doc n’était pas des plus chaleureuses et l’état de Rémus ne permettait pas à Laurent d’être à l’aise pour demander où était Marty et puis il n’y aurait que son équipe pour peut être comprendre la pointe d’humour. L’inquiétude était de circonstance face à un type qui ne montrait aucun signe de compassion, preuve que ça ne devait pas être un cas isolé et la réponse fit froid dans le dos, pas de solution miracle pour éviter à Rémus de finir comme les pauvres gens dehors.

Le seul espoir était de ralentir la progression du mal, était-ce cela la bonne nouvelle ? Laurent allait pour demander comment faire pour y parvenir mais il n’eut pas le temps de poser la question que le quatuor était sous la menace des soldats, il était clair que le Doc voulait obtenir des informations pour se faire une idée que qui ils étaient et faisaient là. Le Para regarda autour de lui pour avoir un visuel de la situation et aussi du visage de ses coéquipiers pour très vite arriver à la conclusion que l’équipe SG était en infériorité numérique et avec seulement deux militaires, c’était du suicide que de vouloir tenter de se sortir de ce problème par la force alors il fixa le Doc et dit :

« Ok tout le monde se calme, nous ne sommes pas une menace pour vous et je comprends votre réaction méfiante, vous allez sans doute avoir du mal à croire ce que je vais vous dire mais je vous jure que c’est la vérité… Etes-vous au courant qu’un grand anneau a été découvert non loin de là ? Il nous sert à voyager d’une planète à une autre, voila pourquoi j’ai dis à vos hommes que nous venions de très loin et que de ce fait nous ignorions ce qu’il se passait ici. La Terre est le nom de notre monde et nous venons plus particulièrement d’un pays qui est la France car nous avons la chance d’avoir aussi un anneau que nous appelons la porte des étoiles, aidez mon scientifique à ralentir le processus et nous ferons tout notre possible pour vous aider ! »

La balle était de nouveau dans le camp de leurs hôtes, la porte imaginaire était ouverte pour une collaboration constructive, de ces informations le Doc pouvait en tirer la conclusion que l’anneau était un moyen de quitter ce monde sans espoir immédiat de trouver un remède mais Laurent eu t aussi une question :

« Comment est-ce arriver ? Je veux dire qu’est-ce qui est à l’origine de ce mal qui vous touche ? »

Laurent attendait beaucoup de la réponse pour mieux comprendre et se faire une idée des difficultés pour tenter de retrouver la porte des étoiles et se redonner une sortie pour que les spécialistes du SGC s’occupe de rechercher un moyen de soigner Rémus et pourquoi pas la population.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Dim 27 Mar - 2:10

Les membres de SG5 devaient être maudits… A peine furent-ils sauvés, qu’un autre problème leur tomba dessus ! Sans oublier la disparition de la Porte, une affaire qui était encore loin d’être réglée. Rémus nota que le « Doc » ne l’écoutait pas vraiment, il avait le même air agacé que lui lorsqu’il devait répéter pour la énième fois à des non-scientifiques ce qu’il faisait dans les laboratoires du SGC entre chaque mission. Bien que sur le moment cela lui déplut énormément, il se dit aussi tôt que ce peuple devait déjà avoir un remède puisqu’il n’était pas le premier cas ! L’espoir s’envola rapidement, la liste des problèmes ne faisait que s’allonger ! Les mauvaises nouvelles sur sa maladie lui firent froid dans le dos ! Et la cerise sur le gâteau, leurs sauveteurs devinrent leurs kidnappeurs ! SG5 était entourée de soldats armés jusqu’aux dents pour un interrogatoire surprise !

Laurent commença à parler, et donna le ton. Il fallait rester calme, ne pas faire le malin, et se présenter le plus rapidement possible pour ne pas mourir sous une pluie de plomb :

« J’ai dans mon sac un compas électronique. Il note tous nos déplacements par rapport à cette fameuse Porte des Étoiles pour que nous puissions nous repérer sur les planètes visitées. Vous pouvez le prendre dans mon sac, c’est sans danger. Il vous indiquera où se trouvait la Porte lorsque nous sommes arrivés, si ça peut vous aider à nous faire confiance et si vous ne voyez pas de quel anneau nous parlons… Anneau qui a été enlevé d’ailleurs par une étrange machine durant l’orage, vous lui avez tiré dessus il me semble, mais normalement il doit rester dans le trou des traces de la Porte ! Nous venons d’une autre planète. Je peux même vous expliquer comment fonctionne la Porte.
D’ailleurs, si vous voulez vraiment être sûrs que nous disons la vérité, faites nous à chacun un interrogatoire individuel sur nos origines, demandez nous plein d’informations sur notre monde. Nous avons tous les quatre la même culture, le même monde, donc toutes nos réponses seront les mêmes. Pays, dirigeant, anciens dirigeants, événements importants, … Des détails tellement petits qu’il n’y aurait que des personnes venant d’un même monde pour répondre la même chose, et non une histoire improvisée par quatre espions… »


Est-ce que Rémus avait su convaincre le Doc ? Il le saurait bientôt. Pendant ce temps Laurent posa une question sur le commencement de ce mal. Même s’ils n’étaient pas en position de force, le scientifique ne serait pas contre une petite réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Dim 27 Mar - 13:21

La situation tournait au vinaigre. SG5 était identifié comme étant un ennemi. Bon après tout c'était normal qu'ils soient aussi méfiants envers eux vu ce qui se passait dehors. Les nouvelles concernant Rémus n'étaient pas bonnes. Certes ils avaient de quoi retarder l'infection mais à priori aucun remède pour le tirer complètement d'affaire. Laurent prit de nouveau la parole pour expliquer d'où ils venaient. C'était quitte ou double à partir de là, soit ils croyaient un minimum en leur histoire soit ils venaient de se mettre dans une situation critique. Mais ils n'avaient plus vraiment le choix maintenant.

Rémus surenchérit en leur proposant plusieurs idées pour vérifier les dires de son chef d'équipe. Maud n'était pas certaine qu'ils comprennent quelque chose au compas, ni que se soit très utile vu que la Porte n'était plus à son emplacement d'origine comme il le souligna. Mais ça restait une idée ! Tout comme les interrogatoires particuliers. Bien que là aussi, ils pouvaient se retrouver tous dans la panade en fonction des questions posées. L'Histoire en général oui, mais les détails … Est ce que les 4 membres les connaissaient ? Et puis leur temps était compté ! Ils ignoraient quand est ce que l'état de leur scientifique s’aggraverait, ils ne pouvaient pas se permettre de perdre ce temps précieux à répondre à de stupides interrogatoires. Mais encore une fois, ce n'était pas elle qui décidait et si il fallait passer par là, ils seraient bien obligés.
Bref, Maud tenta de rester optimiste mais il était difficile de l'être. Elle cherchait un moyen de les convaincre de croire en leur histoire de Porte des étoiles mais à part passer eux même par le vortex ou au moins le voir en activité, …
Elle eut une idée d'un coup et s'empressa de la partager à voix basse à ses coéquipiers, non pas pour qu'ils soient les seuls à entendre mais surtout pour ne pas attirer l'attention, pas vraiment à l'aise avec ces hommes armés autour.

« Les photos … On n'a pas pris des photos de notre arrivée ? De la Porte, du trou ? Aucun reste de ton échange avec la base Rémus ? »

Elle repensait aux photos qu'elle avait prise elle mais il s'agissait surtout du cadavre en plein milieu du champ. Il devait y avoir quelques clichés du trou aussi, mais aucune de la Porte. Elle s'en voulut un instant d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Mer 30 Mar - 20:34

[hrp : Hop, on abrège un peu, on a du retard ^^]

Les explications tant attendues arrivèrent de la part de l'équipe, qui détailla son cas mais aussi leur moyen de transport. Un des soldats présent dans la salle s'approcha du scientifique pour lui parler à l'oreille. Celui-ci lui donna un accord silencieux par un signe de la tête, l'homme sortit, et fut remplacé par un autre, des choses se tramaient dans leur dos, et la situation ne semblait pas évoluer d'un poil.

"Ne bougez pas, je fais venir quelqu'un qui saura de quoi vous parlez." Et en effet, quelques minutes plus tard, un homme entra dans la pièce, il avait l'air tout aussi fatigué et usé que ses camarades "Je vous présente Conrard, il travaillait sur le site de fouilles dont vous parlez."

Il lui expliqua à quelques détails près mais avec la même précision d'où venaient les visiteurs qui étaient toujours sous la menace des armes, sous le regard étonné du pauvre Conrard qui visiblement réfléchissait à cette possibilité, celui-ci finit par prendre la parole.

"Les écrits parlaient de cet anneau comme la porte des enfers, et qu'elle avait été enterrée pour que le démon ne passe plus au travers. Mais avec les connaissances actuelles, on a remarqué que les dessins sur l'anneau représentaient les étoiles dans le ciel, mais nous ne savions pas ce que c'était. Si ce que vous affirmez est exact, alors ca rejoint une des théories faite par un de nos astronomes. Mais on n'a pas eut le temps de l'étudier plus." Il fit une pause, prenant un air plus grave. "C'est un miracle que j'ai pu m'en tirer en me cachant sous un des engins de chantier. Ça a été un massacre... Je..."

Il ne pouvait pas expliquer plus, mais les mots avaient servis à faire donner l'ordre de baisser les armes, alors que le civil était conduit à l'extérieur, complètement bouleversé. Le "doc" reprit la parole.

"C'est l'un des seuls survivants du chantier de fouille. De ce qu'on sait, il y a environ 2 semaines, une nuit l'anneau des enfers s'est allumé, et les choses que vous avez vus sont sorties du sol, peu après qu'il se soit refermé. Elles ont avalées tous les gens qui n'ont pas pu s'enfuir avant de disparaitre, peu après la pluie s'est mise à tomber et les gens sont devenus fous, l'eau qu'ils nous envoient est d'ailleurs le vecteur de cette maladie. Par chance, le soleil détruit la substance et ralentis l'infection pour ceux déjà atteints. Nous avons réussis à faire un système d'infusion à base de plante avec les masques à gaz pour ceux déjà infectés afin qu'ils puissent aller sous la pluie sans perdre la raison."

Il venait en prime de détailler leur situation : Tous les soldats avec les masques étaient infectés... Et la plupart des gens de la ferme en possédaient... La situation de Rémus était donc monnaie courante.

"Au moins maintenant on sait pourquoi ils sont venus en si grand nombre jusqu'ici" commenta Karsa. "Ils sont attirés par tout ce qui produit de l'énergie, on a compris ca en utilisant la grande pelleteuse dans la cour pour faire les barricades. On les a vu à plusieurs reprises emmener vers l'ouest du matériel en fonctionnement, et c'est sûrement là bas qu'ils ont emmené la porte des enfers."

Avec ces éléments l'équipe SG pouvait facilement deviner une chose : C'était la porte qui avait réveillé ces choses, et les responsables n'étaient autres que le SGC, en réussissant à établir le contact avec la planète pour la première fois. La situation s'était détendue, ils n'allaient pas leur reprocher, de toute manière ils n'avaient pas le temps.

"Ici le 53ième de Cavalerie, est-ce que quelqu'un me reçoit ?!" Le radio venait de parler dans son micro, il répéta la phrase 3 fois, avant d'obtenir une réponse.
"Poste de commandement des forces armées unifiées, nous vous recevons 5 sur 5 53ième de Cavalerie. Qu'elle est votre situation ? A vous."

Il n'y eut pas de réponse immédiate de la part de radio qu'un cri de joie se fit entendre de la part des soldats. Certains étaient restés muets face à la nouvelle. Karsa pris immédiatement la place.

"Ici le sergent Karsa, à la tête d'une trentaine de soldats rassemblés dans une ferme isolée au point 35 - 44 - 328, on a du 32ième des transports, du 5ième d'artillerie et même de l'aéroportée. Nous sommes actuellement en mission de protection de civils s'étant réfugiés avec nous. C'est une joie de vous entendre."

La réponse se fit attendre, mais fut brève.

"Nous serons là demain en début de journée, tenez bons jusqu'à ce qu'on arrive. Vous êtes notre première ligne de défense."
"Attendez, ligne de défense ? A vous."
"Nous avons repéré le QG ennemi à environ 5h de route à l'ouest de votre position dans ce qui semble être un ancien réseau minier, et il est grand temps de leur montrer ce que nous vallons ! Préparez vos hommes Sergent, demain soir, la lune sera rouge ! Terminé."
"Bien reçu."

Le sergent ne mit pas longtemps avant de réagir, se tournant vers Kopa

"Préparez immédiatement les hommes et les véhicules, armez tous les volontaires qui veulent se joindre à nous, avec le double de munitions. On va attaquer, je veux que pour demain tout le monde soit en pleine forme, doublez aussi les rations. C'est le moment ou jamais d'épuiser nos dernières ressources" Il se tourna vers l'équipe. "Vous êtes libres de faire ce que vous voulez, mais si vous désirez récupérer votre porte infernales, vous devrez venir avec nous. Et on vous sera reconnaissant de l'emporter avec vous, d'où que vous veniez."

Le soldat Kopa s'éclipsa, pour faire transmettre les consignes, d'ailleurs dehors les choses s'étaient immédiatement activées, ils n'avaient pas entendu les ordres, évidemment le premier contact radio depuis plusieurs jours ne passait pas inaperçu. Pour SG5, qu'ils soient étrangers venait de disparaitre. Ils étaient juste humains comme eux d'après une théorie fumeuse d'une personne qui avait été tuée et de toute manière après tout ce qu'ils venaient de découvrir ils pouvaient bien croire à ça sans réellement se poser de questions. Maintenant ils étaient libres de leurs actes et évidemment, ils n'auraient pas d'excuses de la part de leurs hôtes, qui avaient d'autres choses en tête.

[hrp : Pour rappel, vous n'avez plus de munitions, et les leurs sont incompatibles avec les vôtres. Vous êtes libres de faire ce que vous voulez.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission 079 - SG5 - Hydrophobia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: