La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mission 079 - SG5 - Hydrophobia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Mer 30 Mar - 23:10

L’ambiance était des plus glacial au ressenti psychologique de Laurent et ce n’était pas le chuchotement à l’oreille du Doc ou le signe d’approbation de ce dernier qui allaient réchauffer l’atmosphère. Le sentiment d’avoir le couteau sous la gorge via les armes pointées sur l’équipe et d’être à la merci de la décision d’un scientifique qui avait bien des raisons d’y perdre son latin avec tous les évènements meurtriers que lui et sa troupe vivaient.

L’annonce que quelqu’un pouvait comprendre les inepties pour un novice de la porte des étoiles était enfin un point positif, encore fallait-il que ce ne soit pas un illuminé qui se croyait plus malin en se montrant trop certain sur un théorie erronée… Heureusement, les recherches locales allaient dans le bon sens, ce qui corroborait ce que venait de dire Rémus et son leader.

Pour ce qui était de la légende du coin qui poussait ce Conrad à appeler l’anneau la porte des enfers pouvait se comprendre si ceux qui l’avaient enterrés avait eu à faire aux Goa’ulds, en tout cas, ce remémorer l’attaque du site de fouille le marqua et il quitta la pièce tout autrement qu’en y entrant, c’était certain qu’il ne s’était pas amusé !

Le Doc prit la suite pour indiquer que ce pauvre type était le seul survivant mais le plus surprenant était à venir, notamment sur ceux qui à l’aide d’un vaisseau avaient enlevés le billet de retour de SG5. Que dire de la suite qui pouvait être celui d’un bon film d’horreur et qui était difficilement explicable pour le Para, cet ennemi sorti de la terre après la désactivation du vortex, cela voulait donc dire qu’il était déjà sur place et non qu’il venait d’ailleurs car si la Terre avait composée cette adresse qui ne devait pas fonctionner depuis des lustres, d’autres pouvaient l’avoir fait aussi enfin bref, ce n’était pas le plus important pour le moment et leurs hôtes semblaient en être bien conscient.

Le complément d’information de Karsa était clair, l’ennemi qui dormait depuis sans doute longtemps avait été réveillé par la soudaine et importante source d’énergie que la porte ou le vortex devait générer pour le fonctionnement. Les gloutons cherchaient des machines consommant de l’énergie sans doute pour pomper les batteries ou générateur et avaient en plus les moyens de contrôler la population pour s’en faire une armée de zombies afin de continuer d’obtenir par la force ce qui devait être un besoin pour survivre ou devenir toujours plus gros et plus fort… Il était temps d’arrêter les supputations et Laurent se tourna vers Rémus et Maud pour demander :

« Quelque chose à dire pour faire avancer le schmilblick ? »

C’était dit d’un ton sérieux afin que le scientifique et l'archéologue de SG5 puissent intervenir et pourquoi pas proposer une solution miracle car il était clair que la porte n’allait pas revenir par enchantement et donc l’analyse des informations avait peut être fait tilt dans une des deux têtes.

L’atmosphère changea considérablement quand la radio se mit à recevoir enfin une communication tant attendue à en voir les réactions, il y avait soudainement un regain de moral positif et Laurent ne savait pas trop comment réagir alors il resta sans bouger, observant cette scène qui annonçait un passage à l’attaque d’une défense à bout qui allait enfin recevoir l’aide des siens.

« Juste quelques secondes s’il vous plait Doc… Si on arrive, il le faut, à vaincre la chose à l’origine de tous vos malheurs, j’espère que vous nous laisserez le temps de vous parler de l’anneau car il est certes dangereux du fait qu’il représente un passage pour d’éventuels ennemis mais il est aussi un merveilleux moyen de commercer, d’apprendre d’autres civilisations… Le tout est de savoir l’utiliser à bon escient et de trouver un moyen pour contrôler les arrivées, à part ça, si vous avez des armes en trop, vous pouvez nous en donner qu’on se joigne à la fête ! »

Cela se voyait dans le regard de Laurent qu’il pensait ce qu’il disait, il ne restait plus qu’à attendre la réponse de savoir si l’équipe terrienne aurait le droit d’accompagner les combattants et si on leur donnerait des armes, à la place du Doc, le leader de SG5 n’aurait pas prit le risque de faire mettre un pied dehors à de quasis inconnus qui pouvaient très bien en profiter pour s’enfuir et peut être même prévenir l’ennemi alors oui, le Para ne croyait pas de trop à une réponse positive ou alors la joie intense ressentie par l’arrivée prochaine de la cavalerie faussait leur capacité de jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 2 Avr - 0:55

La situation semblait de plus en plus tendue, tout était en train de se passer sans que SG5 puisse agir. Mais ils eurent les réponses à leurs questions. Tout comme l’avait été à une époque la Terre, cette civilisation cherchait à faire fonctionner la Porte des Etoiles. Rémus écouta le dénommé Conrard en se rappelant tout ce qu’il avait pu lire au SGC sur le fonctionnement de la Porte. Il avait passé de longues heures à lire les rapports de toutes les recherches sur cette dernière et s’était même lancé dans de nouvelles recherches lorsqu’il voulait comprendre comment SG5 avait été envoyé en 1944 ! Puis le Doc reprit la parole pour parler du plus important : leur guerre.

Les éléments donnés répondaient à autant de questions qu’ils en créaient de nouvelles. D’où venaient ces machines ? Surtout que ça ne ressemblait pas à de la technologie Goa’uld ! Puis cette histoire d’énergie qui attirerait ces monstres… Si SG5 récupérait la Porte sans neutraliser la cause de ce conflit, lorsqu’il l’activerait les monstres rappliqueraient aussi tôt, attirés par l’énergie de la Porte lors de leur retour, une attaque qui pourrait être fatale à la ferme ! Mais Rémus se concentra plutôt sur maintenant. Laurent demanda s’ils avaient quelque chose à rajouter et ça tombait bien :

« Euh… là moi non je n’ai rien à rajouter sur les solutions possibles… Je réfléchis encore à tout ça. Par contre, il se tourna vers le Doc, serait-il possible d’avoir un masque pour tenir sous la pluie ? »

Puis il eut un message radio, un nouvel élément qui changea tout. La ferme devint d’un coup une place stratégique qui méritait toutes les personnes et véhicules possibles pour une imminente et important attaque. La bataille finale de cette guerre ? Peut être bien puisqu’ils misaient tout sur celle là. Mais savaient-ils exactement à quoi ils allaient s’attaquer ? Rémus savait très bien, qu’ils allaient devoir y aller, et une nouvelle fois prendre le risque d’y laisser la peau, mais c’était leur seul espoir ! Le scientifique avait tout de même une question. Même s’il n’était qu’un simple scientifique, il s’inquiétait pour la stratégie à utiliser :

« J’ai une petite question au sujet de votre attaque de demain… Comme vous venez de le dire, l’ennemi est attiré par tout ce qui dégage d’une manière ou d’une autre de grosses charges d’énergie, comme la Porte ou votre pelleteuse. Cela veut dire que l’ennemi peut détecter à distance là où il y a de l’énergie, donc il repèrera tout de suite votre groupe de véhicules lorsque vous attaquerez, ce qui annulera l’effet de surprise et lui donnera une chance d’organiser une solide voire fatale défense… Je suis un scientifique, sur ma planète on m’emploie pour mes connaissances, donc voulez vous que j’essaie de construire un leurre à partir de votre pelleteuse ? Quelque chose qui occupera l’ennemi pendant votre avancée, ou je ne sais quoi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 2 Avr - 10:04

Comme prévu, Rémus se chargeait de la partie technique mais il y avait encore beaucoup de questions sur le plan militaire alors Laurent allait profiter d’un blanc après que le Doc ait répondu ou pas aux questions du scientifique terrien :

« Peut-on avoir des informations sur ces choses, combien sont-elles ? Combien ont-elles de vaisseaux ? Quel est leur vitesse de déplacement et par quel moyen elles le font ? Avez-vous identifiez leur chef et pouvez-vous nous le décrire ? »

Pas mal de questions mais assez logiques pour un soldat qui voulait connaitre son ennemi, outre les personnes infectées, l’équipe ne savait pas à quoi s’attendre alors il fallait y remédier avant de partir vers l’inconnu. Pour bien se préparer au combat, mieux valait savoir sur quoi ils allaient tomber et comment les neutraliser le plus efficacement possible.

Après avoir écouté la ou les réponses, Laurent se tourna vers ses coéquipiers pour un premier briefing improvisé afin de clarifier les différents éléments :

« Si ce que tu dis est vrai Rémus, pour ne pas être repéré, nous devrons nous séparer de tout ce qui contient la moindre source d’énergie comme une batterie, ce qui implique aussi les GDO donc impossible de les emporter avec nous, tout comme les radios, les zats, les minuteries pour le C4, et bien d’autres choses… Dans ce cas je ne vois qu’une chose à faire pour ne rien laisser là sans surveillance, Sheyffi restera à la ferme avec pour mission de nous rejoindre avec l’équipement une fois l’ennemi éliminé… Maud, j’aurais préféré que tu restes aussi mais nous pourrions avoir besoin de tes connaissances linguistiques afin de mieux comprendre qui est cet ennemi »

Les consignes étaient données et chacun des trois membres avaient la possibilité d’exposer ses remarques sur l’organisation logistique proposée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Sam 2 Avr - 15:00

Le doc écouta attentivement Laurent, à la fin de ses explications sur la porte il finit par rire. Il n'y avait pas de raisons particulières, non. Il les prévenait de quelque chose qu'ils avaient déjà.

"Si nos ancêtres l'ont nommé porte des enfers, ce n'est pas pour rien. Cette horreur finira enterrée dans son trou sans fond d'où viennent ces envahisseurs pour ne plus jamais la revoir"

Pour les armes, ca sera une autre histoire, c'était à Karsa de se décider, après tout il était le chef militaire et responsable de celles-ci. Le civil n'avait pas l'autorité sur les armes, ou tout du moins l'explicite.

"Vous semblez déjà armés, ne vous inquiétez pas, on est peut-être désespérés, mais pas complètement aveugles. Vous semblez encore disposer d'explosifs même si vous manquez de munitions, mais vu la taille de vos douilles vous ne semblez pas utiliser le même calibre que nous. On vous a vu tirer sur le collecteur avec des armes "bleues" aussi.Vous auriez voulu nous faire sauter, vous l'auriez déjà fait."

Laurent et les siens réfléchissaient au leur. L'intervention de Rémus passa complètement inaperçue, l'équipe SG5 pouvait faire son plan si elle le voulait, mais elle se retrouverait le bec dans l'eau. Les choses étaient déjà faites, et rien ne les arrêteraient. Pour Karsa et le doc les choses étaient logiques, la lune serait rouge, et tout deux savaient ce que ceci signifiait.

"Nous avons déjà essayé de faire diversion pour leur tendre une embuscade avec le 53ième, vous avez vu combien d'entre nous il reste. Ils sont trop nombreux pour que ça fonctionne, et la ferme ne tiendra pas à une autre attaque comme celle d'hier. Nous avons peut-être assez d'armes, mais personne pour les utiliser convenablement, et si par miracle nous les avions, nous manquerions de munition pour arrêter le plus gros." il leva les yeux au ciel, dépité. "doc vous leur expliquez ce qu'on sait ?"

Le doc n'avait visiblement pas envie de faire ça, mais bon. Il ne put commencer à cause de la demande de Rémus pour un masque, et il y répondit.

"Seuls les combattants émérites dont on ne peut pas se passer ou qui font des sorties ont droit aux masques. Nous n'avons pas de stock à donner aux premiers venus Karsa et ses hommes ont les derniers en état de fonctionnement. Les autres sont comme tout notre matériel : Noyé ou hors d'état. Donc, vous voulez prendre la place de qui ? Peut-être celle de Karsa ? Ou encore de Cobb ?

La question était rhétorique et n'attendait pas de réponse. C'était juste pour le faire réfléchir. Ils avaient d'autres priorités de s'inquiéter du stress d'un étranger, ils avaient des dizaines d'entre eux qui voulaient un de ces masques. C'était une denrée rare, comme la nourriture ou les munitions. Oui, ces étragers avaient vraiment des idées farfelues...

"Il en existe plusieurs sortes. Vous avez affronté un collecteur, qui récupère tout ce qui est de petite taille. Il existe les éclaireurs, qui sont à taille humaine et des plus gros que nous n'avons jamais vu. Puissance de feu ? Vous avez pu tester un qui s'amusait avec vous. Leur nombre ? Beaucoup trop."
"Pour les tuer il faut atteindre ce qui semble être leur bouche avec un explosif puissant après avoir neutralisé leurs griffes qui servent à les défendre et à attaquer à proximité. Certaines roquettes anti-blindé et les obus de mortiers sont très efficaces en les faisant brûler de l'intérieur. Le lance flamme reste une valeur sûre pour les ralentir et les faire fuir, en tirant dedans, ca donne une jolie explosion avec des morceaux partout. En espérant que les renforts en aient." poursuivit Karsa.

Le doc regarda Karsa à ce moment là. Il n'approuvait pas cette opération, c'était sûr, et il allait le faire savoir.

"Vous savez comme moi que ca ne servira à rien."
"Tout comme se laisser tuer ici. Il arrivera quoi quand nos masques seront noyés ? Que nous n'aurons plus de munition ? Plus de nourriture ? A ce rythme on ne tiendra pas 3 jours. Le doc soupira en guise de réponse, oui, Karsa avait raison, mais il avait perdu l'espoir que les choses se tassent pour disparaitre. "On vous laissera de quoi vous défendre ainsi qu'une balle chacun."
"Vous allez vous faire prendre en tenaille par les infectés qu'ils contrôlent. Vous ne pourrez pas vous replier"
"La lune sera rouge doc. On le sait tous, on aura sûrement des blindés avec nous. Au moins, on ne mourra pas sans rien faire. De toute manière la ferme ne tiendra pas même si nous nous replions dessus."

Une balle chacun voulait tout dire. Une balle par personne ce n'était pas pour se défendre non, mais pour mettre fin à ses jours quand la situation ne laisserait pas d'autres choix que soit mourir, soit finir complètement marteau. Là, si l'équipe ne comprenait pas que pour tous ceux qui attaqueraient ca serait un aller simple... Karsa se retourna vers l'équipe SG.

"Nous avons des armes d'assaut en surplus, ainsi que des machettes, j'espère que vous savez vous servir d'armes blanches. Chaque balle compte et pensez à en garder une pour vous au cas ou ca tourne mal, en attendant vous feriez mieux de dormir un peu si vous le pouvez, la nuit ne va pas tarder à tomber. Il y a des paillasses à l'étage, avec les pertes d'aujourd'hui vous devriez avoir assez de place pour dormir. Vous n'aurez pas besoin de sortir de vos dortoirs, vous serez traité comme les civils."

L'équipe n'avait pas le choix du plan, après tout, avaient-ils le droit d'imposer leur manière de faire les choses a une armée complète en déroute avec un reste d'état major ? Comme c'était partis, laisser des personnes derrières eux pour revenir avec la porte était impossible. Ils comptaient la ramener comment ? En la faisant rouler sur elle même, la poussant comme un gamin le ferait avec un cerceau ? Ils n'avaient pas les moyens nécessaires, de toute manière les soldats ne s'encombreraient pas de ce genre de choses.

La joie passée, la nuit approchait, les hommes étaient plus calmes. Certains étaient revenus pour écrire des mots sur une feuille de papier que personne ne lirait, d'autres cachaient leurs plaques d'identification dans leurs chaussures ou s'occupaient de leurs armes, au cas ou ils seraient décapités au combat et ceux qui ne dormaient pas, fêtaient leur dernière soirée ensemble avec le peu d'alcool qu'ils avaient conservé. Fait remarquable ? Tous avaient autour du bras un brassard noir, signifiant qu'il s'agissait des volontaires pour l'assaut.

L'équipe par contre ne fût pas armée, bien que leur équipement leur fut présenté avec la manière de s'en servir : Les même armes d'assaut que Karsa le tout accompagné d'une machette. Les chargeurs ? Seulement 4 contenant 45 cartouches chacun, et oui, c'était ça la double ration de munition. La nourriture ? Ce soir là, c'était la diète même pour les civils, quelque chose à boire ? Rien du tout, le moindre verre d'eau faisant autant peur qu'une grenade dégoupillée qui roule à vos pieds. L'équipe trouva un emplacement ou "dormir" non loin d'une fenêtre orientée à ce qui semblait être l'est.

La nuit fut courte, même pour ceux qui dormaient. Des coups de feu réguliers étaient tirés depuis la ferme, parfois même plusieurs rafales de mitrailleuses pour repousser un éclaireur, il n'y eut pas plus d'une heure de combats intensifs pendant la nuit. Mais ce ne fut pas le plus mémorable.

Non loin de là des explosions, des éclairs dans la nuits et même des tirs de ce qui semblait être plusieurs canons de DCA. Il y avait des combats, ceux qui devaient arriver se battaient pour se frayer un chemin dans les lignes ennemies et les tirs se rapprochaient, la bataille était acharnée. Elle finit par s'arrêter au milieu de la nuit. Qui avait gagné ? Eux ? Personne ne le savait, la radio n'émettait aucun son, d'ailleurs mis à part ça, la ferme n'était pas complètement silencieuse, hormis les gouttes d'eaux stressante, des cris avaient retentis toute la nuit, les civils dont la maladie n'avaient pas encore atteint le stade critique en subissaient les effets, tout comme Rémus, dont les effets s'étaient brutalement aggravés en l'absence de la lumière du soleil, et oui, le pauvre scientifique avait perdu complètement la boule pendant la nuit. Hurlant tout ce qu'il savait à cause d'un affreux cauchemars ou le doc le disséquait vivant, sans oublier celui ou les créatures, ayant la tête de ses coéquipiers, le passaient dans un mixeur géant. C'était sa nouvelle réalité. Un civil s'était approché, leur tendant ce qui semblait être une feuille.

"Donnez lui ça, il rêvera de jolis petits animaux roses volants." leur avait-il chuchoté compatissant. C'était d'ailleurs ce qui était administré aux autres.

le soleil fut accueillit comme une libération, avec le petit matin. Mais ce n'était pas le chant des oiseaux qui les fit sortir, mais le bruit assourdissant de moteurs, plusieurs dizaines de moteurs. Camions, Jeeps armées, motos sans compter des blindés légers et lourds. Et ça pour être lourd... Le Leclerc faisait figure d'auto tamponneuse face aux 3 chars dont disposait cette armée. Ils étaient presque deux fois plus gros, avec un design cubique barbare, de véritables bunkers roulants hérissés de mitrailleuses. La tourelle disposant de deux canons énormes (160mm), avec au sommet de celle-ci une mitrailleuse de DCA. Il y avait plusieurs autres petites hémisphères d'où sortaient des canons un peu partout autour de celui-ci et le bruit du moteur montrait bien la puissance de l'engin qui devait rouler plus que lentement, franchissant n'importe quel obstacle tel un bulldozer. Et ils semblaient tous avoir survécu à un siège : Des traces d'impacts d'armes conventionnelles, à énergie, un avait même visiblement pris feu, un autre était recouvert de sang par endroit. Le dernier arrivé fumait énormément, et était dans le pire état, un tir l'avait traversé de part en part, mais il roulait encore. Les trous, de la taille d'un buste humain, ayant été comblés par des sacs de sables et il abritait maintenant un nid de mitrailleuse supplémentaire. Une véritable armée était mobilisée, très bien équipée, ils avaient visiblement vidé un dépôt complet de munition vu l'état de leurs stocks. Ils ne tireraient jamais tout. Combien il y avait d'hommes ? 100 ? 200 ? Plus ? Et tous avaient le même brassard noir. Certains étaient blessés aussi, des bandages sur le visage, même un ayant perdu ses deux jambes "assit" tranquillement derrière sa mitrailleuse bien arnaché à celle-ci pour ne pas tomber, fumant tranquillement sa cigarette. Toutes les forces vives, et surtout volontaires étaient mobilisées, toutes.

La ferme était en effervescence, le moment était arrivé. Ils allaient attaquer, et ca n'allait pas être une petite offensive, ils étaient décidé à les écraser, ou à mourir. Un baroud d'honneur que leurs envahisseurs ne seraient sûrement pas prêt d'oublier.
Karsa discutait maintenant avec celui qui semblait être un des chefs de peloton.

"Quel est le plan capitaine ?"
"C'est simple, le gros de nos troupes fera diversion à l'extérieur et fera sortir le plus de ses enfoirés de leur planque. De petites escouades entreront à l'intérieur avec assez d'explosifs pour réduire cette montagne à l'état de gravier. Il nous faut des volontaires pour entrer.
"Le 53ième en sera monsieur, mais nous manquons de munitions."
"Vous aurez tout ce qu'il vous faudra. On laissera de l'équipement à vos civils pour qu'ils puissent se défendre. Plusieurs de nos véhicules ne tiendront pas le trajet, alors autant qu'ils servent à quelque chose ici. Vous n'avez personne d'autre ?"
"On aura sûrement des étrangers avec nous, ils s'occuperont de la porte des enfers responsable de ce bordel. Ils en savent beaucoup dessus."
"C'est parfait."

En parlant d'étranger, SG5 enfin réveillée convenablement et leur joli minois à l'air (Et oui, la nuit ayant été peu reposante), beaucoup les regardaient avec méfiance. Ils ne connaissaient évidemment pas l'uniforme, et ca serait à eux de se présenter vu les signes de Karsa qui les encourageait à les rejoindre pour le faire.

(hrp : Hop, à vous Je vous laisse vous faire plaisir pour la nuit, laissez décrire Rémus en premier pour que vous ayez plus de matière :p.)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Dim 3 Avr - 12:55

Au moins la discussion était possible même si les gens du coin se seraient bien passés du quatuor, qui n’allait pas être d’un grand secours vu qu’on ne tenait pas compte de leurs remarques mais cela pouvait être compréhensible, SG5 débarquait comme une fleur au milieu d’un champ de bataille, auprès de soldats et de civils éreintés par la fatigues, la maladie et les privations alimentaires.

Bref, il ne valait mieux ne pas trop insister et voir comment cela allait progresser, peut être que la nuit prochaine porterait conseil. En tout cas Laurent et ses coéquipiers ne pouvaient que suivre les décisions même si on ne les obligeaient pas à se joindre à la grande bataille du lendemain, ne pas mettre la main sur la porte des étoile pouvait être la pire erreur car le Para imaginait bien que si la victoire souriait à ces pauvres bougres, ces derniers n’attendraient pas pour l’ensevelir ou tenter de la détruire avant que les terriens ne puisse l’utiliser pour rentrer à la maison. Dès lors que l’armée locale décidait d’utiliser tous les moyens motorisés, l’équipe n’avait plus à se séparer de leurs équipements à énergie mais cela contrariait le militaire que l’ennemi détecte sans mal leur intention et du coup la position de chacun, c’est pourquoi une fois un peu isolé au dortoir, il rassembla ses coéquipiers pour continuer le briefing à partir de l’élément principal, jouer l’effet de surprise ou pas :

« Finalement j’hésite sur la façon de faire, ces gars vont attaquer l’ennemi en klaxonnant à tout va pour leur dire qu’ils arrivent, y aller avec eux serait du suicide d’autant que Rémus ne risque pas d’être à la fête si ça recommence comme tout à l’heure, même s’il ne devrait plus lutter contre lui-même que contre ces choses qui l’assimile comme un des leurs… Non rien, je viens de penser à un truc fou, si je touche Rémus je serai contaminé à mon tour et je ne passerai plus comme une menace alors si je réussi peut être à aller jusqu’à celui qui les dirige, je pourrai le faire sauté à l’aide des pains de C4… Je sais c’est complètement fou mais de toute façon si on ne fait rien, nos amis sont capables d’enterrer la porte avant qu’on puisse faire quelque chose, tout joue contre nous dans cette histoire et nous ne pouvons réellement compter que sur nous… Encore un élément dont il faut tenir compte, il est hors de question que qui que ce soit franchise la porte, nous sommes tous une menace pour la Terre donc on a que deux possibilités, soit on nous laisse le temps de faire venir une équipe médicale spécialisée, soit on se souvient des coordonnées d’une planète inhabitée pour y faire notre zone de quarantaine ! »

Il y avait tellement de choses à prendre en compte que le temps filait à une vitesse folle et la nuit approchait en même temps qu’un message céleste indiquant une nuit agitée en perpective…

(HRP : Je poste cette partie qui concerne la fin de journée afin que Rémus et Maud puissent rebondir dessus afin d'avancer aussi sur notre organisation)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rémus Hamilton
Scientifique
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 30/12/2010
Age : 24

Dossier du personnel
Equipe: SG5
Grade / Niveau: Sergent / 103
Age du personnage: 39 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Dim 3 Avr - 23:55

Rémus n’aima pas du tout la manière donc lui répondit le Doc, mais en même temps, vu leur situation l’inverse l’aurait étonné. Le scientifique lui aurait bien montré le masque à gaz qu’il avait dans son sac, en espérant que ça puisse être réutilisé, mais n’étant pas le même modèle que la planète, il n’y avait surement rien à faire, à part perdre du temps. Quant à ses remarques sur l’énergie, seulement Laurent la releva. Rémus écouta avec attention le premier court briefing sur l’attaque, tout était bon sauf une chose :

« On prend les radios quand même ! On les éteint pour qu’elles ne dégagent plus d’énergie tant que nous serons ensembles, mais si on est séparé, elles nous seront très utiles pour nous retrouver. »


Il allait bientôt faire nuit et les membres de SG5 restèrent ensembles pour prévoir leur rôle dans l’attaque de demain. Les survivants de la ferme avaient eu la gentillesse de les recevoir et de les protéger que plutôt les laisser mourir la gueule ouverte dehors, mais ils n’inspiraient pas énormément confiance au scientifique. Ils étaient tous désespérés, SG5 serait-elle toujours aussi « bien » traitée ? Mais passons aux choses sérieuses, un second petit briefing commença, avec un plan qui commençait à prendre forme !

« Oublie cette maudite idée de me toucher ! Il n’a fallu que quelques minutes après mon agression pour que des vertiges m’empêchent de marcher. Le soleil ralentit la maladie et la pluie au contraire, serait un élément de notre ennemi et aiderait la maladie à se répandre, donc je parie que demain, dès que l’attaque sera localisée par l’ennemi il pleuvra. Je perdrai tous moyens, et toi aussi si tu me touches... Ceci dit, je pense être capable de te mener à la source de tout ce mal. J’ai des voix dans ma tête depuis que j’ai été contaminé. Je les entends presque plus, mais elles sont toujours là, je parie que plus je me rapprocherai de notre ennemi et plus elles seront fortes. Donc faut trouver un moyen pour que je puisse te guider, si la théorie des voix est bonne, sans te ralentir ou t’empêcher de te défendre. Quant à la planète inhabitée, je vais voir si je n’aurais pas des notes à ce sujet sur mon pc… mais ça n’étonnerait. A part mes logiciels pour mes expériences doit rien avoir… »

Après ce briefing une bien longue nuit commença ! Rémus n’eut aucunement conscience de tout ce qui se passait dehors, tirs, explosion, une dure bataille pour défendre la ferme, le scientifique était occupé par ses démons intérieurs. Le soleil n’était plus là pour ralentir la maladie, une regrettable absence. Tout avait bien commencé pourtant ! Il s’était tranquillement endormi, quand il rêva que des soldats venaient le chercher de force ! Il avait beau crier mais ses coéquipiers étaient plongés dans un éternel sommeil marqué un par un trou dans la tête. Le scientifique fut amené dans une salle avec le doc, pour la première fois ce dernier avait l’air heureux. Oui, heureux de pouvoir disséquer un malade qui ne soit pas de son peuple, une victime qui ne le gênait pas ! Quelques éclaboussures de sang plus tard, un autre cauchemar commença. Tout s’enchaina dans sa tête jusqu’à ce qu'un civil lui passe une feuille. Grâce à elle, Rémus put dormir un tout petit peu.

Le soleil l’accueillit à son réveil. La ferme n’était plus la même, il y avait des militaires et des véhicules partout, une base pour la dernière attaque, la dernière chance. Le malade ne resta pas à côté des mastodontes de ferraille, il préféra s’isoler pour manger ses rations du SGC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Lun 4 Avr - 19:54

Rémus semblait penser que le fait de ne pas utiliser les appareils nécessitant de l’énergie pour fonctionner pouvait suffit à ne pas être repéré, après tout c’était lui le scientifique qui était le mieux placé pour cette analyse et puis cela arrangeait Laurent de pouvoir emporter tout l’équipement et la rouquine avec. Si cela était possible pour la radio, il devait en être de même pour les armes et appareils de toute sorte, le tout étant de ne pas s’en servir tant que rien n’y forçait l’équipe.

« Ok alors cela simplifie les choses, Sheyffi sera des nôtres et nous aurons notre équipement avec nous en ne l’utilisant qu’en dernier recourt »

Le militaire ne fut pas surprit de la réaction du scientifique sur son idée farfelu de le toucher pour passer sans mal les lignes ennemies afin de frapper fort, sans doute se croyait-il plus résistant que son coéquipier mais il serait obligé de le faire si l’attaque échouait car plus rien ne serait possible ensuite, la débâcle serait totale et l’ennemi pouvait en profiter pour contre-attaquer. Laurent laissa Rémus tranquille pour chercher une éventuelle adresse d’un lieu pouvant les accueillir le temps d’analyses médicales mais il ne semblait pas très optimiste d’avoir ça en stock.

Et la nuit tomba en même temps qu’une pluie de mauvaise augure, le rythme des tirs divers et variés que ce soit en provenance de la ferme ou des troupes venant pour la grande bataille n’étaient rien comparé à l’état du scientifique que Laurent veillait en restant les jambes allongée sur le sol , le buste adossé au mur et le zat a portée de main au cas où, de toute façon il était impossible de dormir avec tout ce raffut. La Para eu donc le temps de faire le ménage dans son équipement pour remplir les emplacements libres des son gilet tactique et en profitant pour manger une partie de sa ration. Une feuille régla au moins un des deux problèmes, voyant Rémus apaisé, Laurent s’allongea totalement dans son sac de couchage et trouva avec difficulté le sommeil alors le lendemain le réveille fut plus que dur mais il avait déjà vu pire lors d’entrainements, avoir dormi quelques heures était du luxe dans la situation actuelle. La cacophonie liée à des moteurs était une bonne nouvelle car cela signifiait que les troupes pour l’assaut étaient passées mais la vision des engins fut surprenante, des monstres d’acier avec de nombreux canons et mitrailleuses, et encore cela n’était que la partie visible à partir de la fenêtre du dortoir.
Pendant que les autres émergeaient tant bien que mal, Laurent termina la ration entamée la vielle en guise de petit déjeuner puis il enfila son gilet tactique avant d’aller se brosser les dents là où il pouvait trouver un endroit adéquat en se rinçant la bouche avec un peu d’eau de sa gourde avant de retourner au dortoir :

« Je vais aller voir ça de plus près, je ne vous oblige pas à venir si vous n’en avez pas envie, pensez juste à prendre votre équipement sensible avec vous si vous quittez la pièce »

Le militaire passa son sac à dos qui ne contenait plus que son FNP90 sans munition et le kit d'entretien qui a eux deux prenait toute la place, devant laisser dans la pièce le sac de couchage et le nécessaire de toilette qui ne seraient pas d'une grande utilité pour la suite à moins d'attaquer les choses au dentifrice ou au gel douche, histoire de faire des bulles sous la pluie !
Spoiler:
 
Les gens du coin étaient déjà sur le pied de guerre quand Laurent se retrouva sur le pas de la porte face à l’imposante armada, le dénommé Karsa parlait avec un homme dont l’uniforme était distinct des soldats de son convoi, sans doute l’officier en chef qui menait ses troupes au combat. Ne voulant se mêler à une discussion qui ne le regardait pas, s’étirant et ayant le casque sous le bras, il attendit qu’on l’invite à approcher puis salua comme il l’aurait fait avec un supérieur de l’armée française avant de dire en regardant le nouveau venu :

« Bonjour, Adjudant-chef Laurent Campbell de l’armée française, planète Terre… Désolé de vous déranger dans un tel contexte, c'est la première fois que je vois cet ennemi depuis que je voyage par la porte des étoiles »

Le leader de SG5 avait mit l’accent sur ses deux derniers mots afin d’insister sur le fait que l’anneau n’était pas forcement le mal absolu mais bien une ouverture vers d’autres mondes avec son cortège de bonnes et mauvaises rencontres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Mar 19 Avr - 0:16

Le capitaine regarda Laurent comme s'il s'agit d'un extra terrestre au sens propre du terme. Ce qui au fin al était en fait une réalité pour lui. Il questionna Karsa du regard, et celui-ci répondit rapidement à cette question silencieuse, évidemment l'étranger n'avait pas arrangé les choses, et risquait presque le peloton d'exécution avec la paranoia ambiante.

"Tout sera écrit dans mon rapport Capitaine, je peux vous assurer qu'il n'y aura aucun problème avec ces personnes.." Il accompagna ses mots par un regard noir à Laurent, pour l'inciter à ne pas en rajouter avant de reprendre. "Passez par notre armurerie et récupérez les armes qui vos ont été attribuées. Nous partons dans 15 minutes, n'oubliez rien derrière vous, vous ferez partis de mon groupe d'assaut, nous iront directement au centre de leurs installations, là ou doit être ce que vous recherchez."

Le quart d'heure passa assez vite, et les choses étaient assez claires. L'équipe au complet devait se réunir au point de rendez vous. Ce qui fut évidemment fait : Une jeep équipée d'une mitrailleuse identique à celle de l'entrée, avec Kopa au volant, Karsa sur le siège passager et Cobb à l'arrière. Il restait 4 places à côté de celui-ci en se serrant un peu. Karsa les accueillit en désignant leurs places et une caisse à leurs pieds.

"Voici des munitions pour arriver sur place et permettre d'attaquer. Vous avez vu notre manière d'opérer lors de notre rencontre, j'espère que vous l'avez mémorisée. Au pire suivez mes ordres et tout se passera bien."

Et la Jeep se mit en route, pendant le trajet le plan fut expliqué de manière simple : Les troupes feraient diversion pendant que des groupes s'infiltreraient pour tout faire sauter avec tous les explosifs qu'ils transporteraient sur eux. L'équipe n'aurait qu'un créneau limité pour faire ce qu'ils voudraient avec la porte, ou pour sortir avec eux s'ils le désiraient. Une chose était juste : Le timing, pour sortir, ils avaient intérêt à courir très vite. Il était difficile de rentrer dans les détails à cause du bruit monumental des moteurs des véhicules de tous types. Mais il fallait s'y faire.

Ce n'est qu'à mi chemin que le temps commença à se couvrir, et les quelques soldats qui osaient discuter et rire entre eux eurent vite fait de se taire. Ceci fut d'ailleurs accompagné par le bruit caractéristique d'armes qu'on charge, ce que Cobb fut avec la mitrailleuse de la Jeep, scrutant le ciel. Karsa quant à lui surveillait au sol. Les seules choses qui osèrent s'approcher étaient des infectés visiblement suicidaires. Un chemin tranquille et sans véritable casse malgré le fait que le tank endommagé qui fermait la marche semblait plus que souffrir du traitement qu'ils lui faisaient subir.

La montagne, enfin au pied de celle-ci. Les choses étaient calmes, beaucoup trop calme pour un QG ennemi. Puis la pluie se mis à tomber, dans le calme alors que les véhicules commençaient à se disperser pour se mettre en position. Et enfin le début des hostilités : Une lumière bleutée tomba directement du ciel, en biais juste sur un des mastodontes de ferraille en bon état. Ce qui lui arriva ? La force de déflagration fit voler la tourelle qui passa juste au dessus de la tête de nos héros dans un fracas assourdissant. L'assaut allait pouvoir commencer !
Une quantité indéfinie d'unité ennemie s'approchait de toute part. Il y en avait de toutes les tailles, la majorité de ceux que l'équipe avaient déjà affronté, mais aussi des tout petits, presque demi taille humaine, ainsi que des plus gros faisant passer les deux derniers gigantesques blindés pour des nains. Mais ce n'était pas la peur qui faisait bouger ces hommes ! L'énergie du désespoir, ils leur tiraient dessus transformant la scène de débarquement en un gigantesque merdier de feu et de sang sous la riposte alien qui étaient visiblement équipés d'armes à énergies bleutées. Mais tout se déroulait comme prévu, même si au final ils étaient en sous nombre. Combien survivraient ? Des explosions, des morts, des tirs... D'ailleurs, en parlant de tirs, les deux mastodontes, véritables bunkers roulants ne se gênaient pas, leurs canons principaux venaient de s'occuper d'un des aliens faisant presque deux fois leur taille par une attaque simultanée, et étaient prêts à s'occuper du suivant... Enfin, des suivants.

Les escouades se mettaient en position et c'était au tour de Karsa. Leur objectif ? Une porte de service cachée sous un pont. Ah ? Un pont ? ET oui, pour accéder à la montagne il fallait le traverser, 500 mètres complètement à découvert, et la diversion ne serait jamais assez efficace pour leur permettre de se faire ca en footing.
Une photo parle mieux:
 

Et trop d'unités étaient massées à la tête de pont, s'abritant derrière les restes de blindés légers qui n'avaient pas fait long feu, ou derrière ceux qui n'avaient pas été décrétés assez dangereux pour être devenus des cibles prioritaires. En l'air, c'était un véritable bal d'explosions, entre les tirs échoués de roquettes, les réussis et la DCA qui éclairaient le ciel sous une pluie se faisant de plus en plus violente, donnant de la peine aux hommes infectés qui ne devaient tenir que par une force insoupçonnée... Pour Rémus ? Et bien ce qu'il avait pris avant de partir lui permettait de garder les idées "claires" pour le moment, même s'il semblait plus drogué qu'autre chose. n tout cas pour le moment, les effets de la pluie étaient légèrement atténués, lui permettant de marcher. Par contre pour ce qui concernait les voix et tout ce qui allait avec... C'était l'apothéose.

La Jeep fut abandonnée après une dernière rafale et immédiatement récupérée par deux autres soldats pour la mobiliser sur le front.

"On va passer par dessous le pont, les coursives de service. On ne devrait pas avoir beaucoup de résistance ! Cobb, tu restes derrière, je n'ai pas envie qu'un tir ne te touche sans toi on n'ira pas loin." ordonna Karsa.

Ils passeraient juste en dessous du pont, sous le béton et sous les griffes de la créature géante qui le gardait. Et pour la porte de service ? Et bien derrière la créature en espérant ne pas se prendre une porte de service.

Déjà quelques éclaireurs les avaient repérés et s'étaient jetés sur eux. Pas de chance, leur support avait une très bonne efficacité, elles furent arrêtées à grand renfort de mitrailleuse lourde qui les avaient déchiquetées, mais les suivantes allaient être pour eux, ils fois qu'ils seraient dessous.

[hrp : Au cas ou vous soyez encore vivants !
Inventaire : Vous gagnez un fusil d'assaut identique à celui de Karsa et vous savez vous en servir. A partir de la Jeep, vous disposez d'environ 2 Kgs d'explosifs (vous êtes mis à contribution) et un maximum de 8 chargeurs de 40 cartouches transportables, et 10 en incluant le double chargeur déjà chargé. Vous avez tous une baïonnette au canon.

Pour votre voyage sous le pont, vous pouvez le décrire. Vous affronterez environ 6 éclaireurs ennemis (les petits de la moité de la taille d'un homme, ils vous tirent évidemment dessus avec des armes à énergie, et tentent de vous foncer dessus par un habile système de tir de couverture. en attaquant par 2. Il faut 1 chargeur dans la "bouche" pour en abattre, évidemment les balles traversent sans soucis leurs "protections"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Dim 24 Avr - 19:01

Il était clair à la tête de l’officier que ce que venait de dire Laurent était difficilement croyable, après tout rien ne prouvait réellement ses dires dès lors que personne n’avait vu SG5 sortir du vortex… Autant dire qu’il devait être prit pour un fou ! Karsa confirmait la chose par un regard noir, laissant le Para sans voix, pourtant c’était bien le sous officier qui avait fait signe pour qu’il vienne alors à quoi s’attendait-il ? Aurait-il voulu s’occuper des présentations à sa façon ? Pfff que de questions sans intérêt, Laurent pensait plus au moyen d’aider Rémus qu’il ne voulait pas voir finir sur un buché pour entendre des voix sous la pluie !

La confrontation avec Dante lui avait servi de leçon et lui avait apprit à prendre sur lui alors il garda le silence, attendant qu’on lui donne le signal de pouvoir se retirer, ce qui fut le cas avec la directive de passer à l’armurerie pour bénéficier d’armes à feu et de doubles chargeurs engagés, dès lors Laurent retourna auprès de ses coéquipiers pour transmettre les informations et les accompagner à l’armurerie où ils s’équipèrent chacun d’un fusil d’assaut version locale. Avant de rejoindre le véhicule, le Para laissa ses trois coéquipiers y aller ensemble, lui fit un détour par l’infirmerie de fortune pour sans doute rendre une dernière visite au motard auquel il donna une des deux barres énergétiques en lui disant qu’il en aurait plus besoin que lui et il s’en alla avec un simple au revoir, plus de temps à perdre puisque le quart d’heure accordé était bientôt passé et le militaire avait une Jeep à prendre.

Etant le dernier, Laurent monta le plus à l’arrière du véhicule et si ce n’était déjà le cas, il plaça Sheyffi de la même façon face à lui, ainsi les deux militaires pourraient s’occuper des flancs et de l’arrière, ils étaient beaucoup mieux entrainés que les deux civils, au moins s’il fallait se baisser pour laisser l’autre tirer par-dessus, il y aurait sans doute moins de problème. Une fois en place, il ramassa ses huit chargeurs qu’il plaça dans les poches de son gilet.

Dès le briefing embarqué terminé, le Para dit à Rémus :

« Il serait mieux que tu laisses ton fusil d’assaut dans la Jeep si tu sens que tu ne peux plus résister aux voix par contre gardes les chargeurs avec toi, on en aura surement besoin… Concentre toi uniquement sur la porte des étoiles car on ne va pas nous laisser plusieurs essais avant qu’ils ne l’ensevelissent de nouveau et rappelle-toi bien qu’on ne peut pas rentrer sur Terre alors si l’un de vous trois à en mémoire une adresse d’une planète inhabitée, c’est le moment de le dire, Maud tu dois bien avoir vu ça en consultant les rapports archéologiques en plus tu auras de quoi t’amuser durant la quarantaine ! »

C’était sans doute dur à entendre mais ce n’était pas de gaieté de cœur que c’était dit, Rémus était conscient de ce qui risquait d’arriver et il devait forcement comprendre que ses coéquipiers seraient inquiet de son changement de comportement si la pluie devait de nouveau tomber. Quant à sa question à l’archéologue, elle était peut être la seule à pouvoir trouver une solution, voila pourquoi il avait terminé sa phrase par ce qui pouvait être une note d’humour, en tout cas un petit rictus l’accompagnait.

Le temps se couvrait et Laurent eut un regard amical envers Rémus qui allait devoir mener un combat contre lui-même mais le leader resta silencieux, il ne servait à rien de remuer le couteau dans la plaie, ce qui devait être dit avait été dit donc c’était dans le mélodieux vacarme du convoi que chacun essayait d’isoler les pensées personnelles le militaire voulait revoir Suzanne et cette fois contre-attaquer mais très vite il se concentra sur la mission qui l’attendait. La base de la montagne était atteinte sans trop de dégâts et pour le moment c’était très calme alors que l’ennemi devait avoir repéré les sources d’énergies, pour preuve la pluie qui se mettait à tomber, ce n’était pas bon signe alors que l’ennemi restait invisible.
Soudainement, un éclair bleu décapita un char dans une explosion qui fit voler la tourelle au dessus de la Jeep que SG5 occupait… Une bonne dose d’adrénaline pour commencer, mais qu’est-ce que Karsa attendait pour bouger de la, il était plus qu’urgent d’y aller avant que les fameuses troupes devant faire diversions soient anéanties par l’ennemi qui arrivait, aussi impressionnant en nombre qu’en taille.

Enfin ils allaient passer à l’action et la surprise du chef était un pont à traverser pour accéder à une entrée dite de service, et bien à quoi devait ressembler l’entrée principale ! L’idée était de passer sous le tablier du pont afin de contourner la créature géante qui montait la garde à l’autre bout, heureusement les gars en soutient tenaient bon et aidaient à la progression même si Laurent devait bousculer un peu Rémus pour qu’il avance plus vite, ce dernier semblait déstabilisé par les voix qu’il affrontait dans sa tête alors il fallait constamment lui rappeler sans émettre le moindre son que l’équipe comptait sur lui.

Les premiers ennemis rapprochés étaient face au groupe, Laurent se décala en demandant à Rémus et Maud de se mettre sur le côté :

« Prête Sheyffi ? On tente ce dont on a parlé hier soir… Ok tout le monde on s’écarte de la piste de danse et on se tient près à tirer ! »

Puisque Karsa laissait faire, cela permettrait de tester une idée du Para puisque pour viser au mieux la sorte de bouche de ces créatures il valait mieux être près, il recula de plusieurs mètres puis visa et tira une fois au zat avant de le remettre dans son étui et de se mettre à courir en s’écartant du centre du conduit, laissant venir dans le piège deux engins que les autre n’avaient plus qu’à dégommer en visant bien, si cette tentative réussissait, Laurent allait devoir recommencer à service d’appât autant de fois que nécessaire et rapidement.

(hrp : Rémus, penses à dire si tu as laissé le fusil dans la Jeep afin que je sache si tu peux être un danger pour nous)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Ven 6 Mai - 5:00

Le regard fixe, dans le vide, Maud ne disait plus rien depuis un long moment. Elle se laissait porter par les mouvements de la Jeep, ne faisant preuve d'aucune résistance. Elle songeait. Songeait à tout et à rien en même temps. Tout ce que venait de vivre encore une fois SG5, en l'espace d'une poignée d'heures, était démesuré. Et il arrivait à un moment où Maud n'arrivait plus à vivre la mission, non là elle la subissait.
Ah oui ces missions d'exploration, ils ne pouvaient en tirer que du bon. Il y avait tant de choses à découvrir, à apprendre … Mais là, elle avait beau chercher, elle n'y voyait qu'une guerre. Une guerre qu'ils allaient perdre en plus de ça. Elle pensait bien évidemment à ses deux enfants, ces deux perles. Elle n'arrivait plus à trouver les raisons qui l'avaient poussées jusque là. Elle voulait les voir, les dire qu'elle les aimait et ne plus jamais les quitter. Puis instinctivement, elle leva les yeux au ciel pour s'adresser à son époux disparu. Elle espérait qu'il soit là. Non, mieux, elle lui demandait de veiller sur elle et sur eux. Il n'était pas question d'y être ou pas, il devait veiller c'est tout, il devait le faire. « Tu m'entends ? »

Ces mots sortirent de sa bouche dans un fin murmure, sans qu'elle puisse les retenir, avant de fermer les yeux et d'oublier l'espace d'un instant où elle était. Mais Laurent la ramena bien vite à la réalité. Il lui demandait de trouver une adresse d'une planète inhabitée. L'archéologue dut se répéter trois fois la consigne dans sa tête afin de revenir sur terre et d'acquiescer d'un signe de la tête vers son leader. Elle se sentait tellement dépassée par tout que même cette question lui paraissait insurmontable. Quant à sa petite pointe d'humour, c'est à peine si elle y avait faite attention.
Cela dit, elle retrouva son calme intérieur petit à petit et se mit à chercher dans ce qui lui restait en mémoire des rapports lus. Elle en avait tellement feuilletés … Le soucis, c'est que ce dont elle se souvenait, étaient en priorité ceux dans lesquels il y avait quelque chose ! Or là, c'était une zone inhabitée qu'on recherchait … Il fallait prendre le problème à l'envers.

Seulement, elle fut incapable de réfléchir à quoique se soit une fois qu'ils furent arrivés sur les lieux. Très vite, le « calme » du voyage en jeep laissa place à un bruyant champ de bataille. C'était simple, Maud ne savait plus où regarder. Par réflexe, elle ne s'éloignait pas de ses coéquipiers. Quitte à passer pour le boulet, là elle s'en contrefichait. Sans les indications de Laurent ou Sheyffi, elle était perdue. Elle avait beau avoir suivi une courte formation militaire, elle était sûrement pas entraînée pour ce genre de guerre improvisée !

La jeune femme suivit le mouvement. Arme dans la main, elle imitait les gestes de ses collègues. Très vite, il leur fallut passer à l'action. Et comme à son habitude, ce fut Laurent qui donna le ton ! Mis à l'écart, Maud obéit. Elle se plaça en retrait, aux côtés de Rémus, sur qui elle gardait un œil en même temps qu'elle suivait l'action de son leader. Elle se surprit à esquisser un sourire, bien que la situation ne s'y prêta pas du tout. Un malin sourire, discret mais présent. Malgré la situation désespérée, le militaire trouvait quand même la force, l'énergie et des idées ! Elle ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel une fois de plus, et d'adresser ce sourire aux nuages. Même si ceux ci étaient noirs et le lieu d'une bataille céleste, elle savait que son compagnon disparu était là quelque part, à veiller sur eux. Elle le sentait.

Et à cet instant bien précis, elle haussa les sourcils suite à ce qui venait de lui passer par la tête. Et alors que Laurent jouait les appâts, la linguiste rejoignit Sheyffi pour l'épauler. Elle tira sur l'ennemi qui avait pris pour cible leur leader, et en profita pour hurler ce qu'elle avait trouvé.

« J'ai l'adresse !! Je sais exactement où nous pouvons nous rendre ! »

Cette planète lui était revenue en tête d'un coup. Elle s'était souvenue de cette adresse, pas pour ce qu'il y avait sur cette planète, mais surtout pour le nom : P3X 3333. Un nom simple à retenir, mais qui malheureusement n'indiquait qu'une planète inhabitée, sans intérêt. Si elle avait pensé ce jour là, que ce « malheureusement » se transformerait en « alléluia » …
Cette nouvelle lui avait redonné d'un coup, une force extraordinaire. Enfin un point positif, enfin quelque chose à quoi se raccrocher. Cela ne signifiait en aucun cas qu'ils allaient un jour rentrés sur Terre, et encore moins en vie. Mais ils avaient enfin un plan. Et ça, c'était essentiel.


[HRP : Tout d'abord, désolé pour l'absence, mais je ne pouvais pas faire autrement. =(
Ensuite, U'mrak si le fait que Maud connaisse une adresse d'une planète inhabitée ne te convient pas, préviens moi, j'éditerais !
Puis quant à mes coéquipiers, (enfin surtout Laurent, vu l'activité en ce moment :/) : si quelque chose ne va pas dans mon post avec tout ce qui s'est passé avant et que j'ai raté, n'hésitez pas à me le dire. Il y avait beaucoup à lire, j'ai peut-être omis quelque détails importants.:/]


Revenir en haut Aller en bas
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Lun 6 Juin - 1:20

[Hrp : Posts de conclusions, on a tous assez trainé, autant finir, en espérant que ça ne vous laisse pas sur votre fin.]

Un assaut hors du commun, pour un ennemi inconnu. Laurent avait décidé de jouer à l’appât ? Ca lui joua un mauvais tour quand un ennemi surgit de dessus le pont pour le jeter au sol. Son salut ? Il le devait à Karsa qui vida son chargeur sur la créature qui allait achever notre petit soldat kamikaze.

"Ce n'est pas le moment de faire des actions héroïques, il faut travailler ensemble !"

La tête de pont, avec son immense gardien. La radio grésilla, puis une double détonation retenti avant que le souffle brulant de celles-ci n'arrive jusqu'à l'équipe : Un des tanks encore en fonctionnement venait de terrasser la bête qui faisait un carnage dans les rangs. La situation n'était pas des meilleures, mais ils s'en sortaient, pour le moment.

La lourde porte en fer fut ouverte, non sans mal, vers des galeries sombres et surtout humides, rendant Rémus de plus en plus instable. Et visiblement Karsa et ses hommes souffraient aussi du même mal, malgré leurs masques de protection. Kopa fut le premier à céder alors que les murs se recouvraient peu à peu d'une substance rouge gluante au fur et à mesure de leur avancée.

"Désolé."

Ce furent ses derniers mots alors qu'il quittait son masque avant de retourner son arme contre lui, sous le regard impuissant de ses coéquipiers. Le choc fût rude, quelques mots prononcés et le voyage repris. Ils n'avaient plus le temps de pleurer les morts, mais celle-ci avait causé du tort...

Dans ces galeries Cobb fut des plus redoutable, son lance flamme grillant tout ce qui osait s'approcher dans les petites coursives. Mais le pire n'était pas encore là... La vision d'horreur dans une gigantesque chambre taillée à même le roc. Des corps, de civils, militaires pour la plupart encore vivants y étaient entassés, gémissants et hurlant, trahissant un stade avancé de l'infection, transportés comme de misérables morceaux de viande vers des centaines de cocons d'ou le liquide gluant omniprésent dont ils étaient couverts de la tête au pied s'écoulait, et à chaque corps, une sorte de lumière bleutée sortait un peu avant le liquide... Du carburant... Ils n'étaient que de l'énergie pour les armes et "appareils" ennemis. Rien que ça. Et au milieu ? La porte des étoiles, dont l'énergie était visiblement pompée.

Le fond de l'immense salle était recouvert d'un tapis organique, visiblement la structure ennemis principale. Tout se passait bien, les explosifs étaient placés, ils n'étaient d'ailleurs pas la seule équipe de démolition sur le coup, des hommes seuls continuaient leur mission malgré la perte de leur groupe.

Ils étaient presque à sec de munition, Cobb ayant abandonné son lance-flamme qui avait rendu l’âme quelques minutes auparavant. ce fut au moment d'activer la porte que Rémus se mit à hurler, attaquant un de ses coéquipiers, mais surtout trahissant leur position. Il eut droit à sa décharge de zat, qui ne lui fit évidemment pas plaisir et l'envoya au tapis.

La porte fut ouverte vers une destination désertique, mais sans les deux soldats qui les avaient guidé jusque là. Des adieux rapides, dans un salut militaire. A peine eurent-ils traversés que le vortex se coupa... Ils avaient déclenchés les explosifs... Avaient-ils réussis ? Personne ne le saurait, mais quelque chose faisait penser que le succès serait au rendez-vous, Un des soldats de l'équipe SG avait gardé un échantillon de l'explosif local qui fit grésiller le compteur Geiger de l'équipement de Rémus. Enrichis en substance radioactive. Ils n'avaient peut-être pas la bombe nucléaire, mais vu la quantité déposée dans le complexe, c'était suffisant pour l'imiter.

Rémus repris conscience, avec un magnifique mal de crâne et un trou de mémoire digne des pires soirées arrosées qu'il avait pu faire dans sa jeunesse... Il était sein et sauf, la décharge énergétique de l'arme avait dût neutraliser la substance. Ils pouvaient maintenant rentrer sur terre. Sains, et saufs.

[Fin ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
U'Mrak

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/01/2011

MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   Mer 15 Juin - 21:24

Points :
Laurent Campbell : 17
Sheyffi Nokotay : 4
Maud Savin : 12
Rémus Hamilton : 13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission 079 - SG5 - Hydrophobia   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission 079 - SG5 - Hydrophobia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: