La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nuit est longue avant l’aube... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 11 Mai - 23:24

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Il était temps de décompresser suite au mission que nous venions de subir, étrangement je me sentais très différente des autres fois, un peu comme si cette mission m'avait redonné la force, celle d'affronter le chaos qui avait envahit ma vie. Même si Mathieu me tuerait en apprenant cela, il était hors de question pour moi d'abandonner Mathieu, et pourtant il était difficile d'agir, je n'avais pas la moindre information, et il serait difficile d'en obtenir. Après avoir passé une bonne partie de la nuit à essayer de trouver des informations grâce au peu de données que je possédais, je finis par avoir l'impression de devenir folle, il faut dire qu'il y avait de quoi, je n'étais pas sortie de la base depuis des semaines, mis à part pour mes entraînements, mais là encore je ne quittais pas réellement la base. En même temps la paranoïa, justifiée de toute évidence, de Mathieu m'avait contaminée, je savais qu'il m'en voudrait beaucoup si je me mettais en danger pour des conneries, surtout que depuis sa disparition et l'arrivée du nouveau général, j'étais sans doute bien moins surveillé qu'avant. Étrangement cette surveillance me manquait, mais je connaissais très bien la raison de ce manque, elle était la même pour tout ce qui me tuait à petit feu : son absence. Après avoir quitté mon treillis et enfilé un jean taille basse, un t-shirt blanc ainsi qu'une paire de ballerines, je saisis les clés de ma voiture avant de prendre le large. Je ne tenais pas à m'éloigner trop mais j'avais besoin de prendre l'air. Le bar de notre petit patelin suffirait, j'avais juste besoin de me poser et de pouvoir recentrer mes pensées.

Sur la route, je me fis plaisir, prenant soin de décrasser mon bolide qui n'avait pas roulé depuis trop longtemps à mon goût, je roulais à une allure folle sur ces routes que je connaissais par coeur, vérifiant trop régulièrement dans mon rétroviseur pour cacher ma paranoïa. J'avais l'impression de ne pas avoir emprunté cette route depuis des décennies, le paysage hivernal avait laissé place au printemps et le soleil inondait le ciel, tout pour passer une bonne journée et pourtant mon coeur était toujours en berne et j'évitais toujours la compagnie des autres. Mes cheveux flottaient aux vents à cause de la fenêtre ouverte et la musique raisonnait alors que je m'approchais du petit village. D'ailleurs j'avais toujours été étonné de voir que l'on captait NRJ dans ce bled pommé. Comme toujours, je me garais devant le bar, les gens du bled semblaient marchés pour venir jusqu'ici, remarque ce n'avait rien d'étonnant pour faire le tour du village, 10 minutes suffisait amplement, l'endroit parfait pour plaquer un projet top secret. Verrouillant ma voiture, je poussais la porte du bar, remarquant quelques habitués que je saluais d'un geste de la tête, ils avaient depuis longtemps arrêté d'essayé toute approche, que se soit la drague ou la curiosité, je pensais même qu'ils avaient un peu la trouille des personnes du SGC, nous étions bien trop à part pour eux. Je m'installais à ma place habituel, de façon à pouvoir voir toute personne s'approchant de moi, avant de commander un chocolat chaud, même si un bon verre d'alcool aurait sans doute été plus salutaire.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together


Dernière édition par rakel peleonor le Sam 14 Mai - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 14 Mai - 0:22

"Tu vois, Rosa, ça c'est quelqu'un d'exemplaire! Même en repos, même quand elle pourrait se lâcher un peu, hop, un lait fraise... Ah non, un lait chocolat. On devrait prendre exemple. J'ai presque honte moi avec mon verre maintenant."

La voix au ton sensiblement goguenard s'était élevée dans un angle mort du major Peleonor. Reconnaissable, très facilement même. L'honnie bleusaille de l'équipe, le cadeau empoisonné d'un fantôme. Etait ce calculé de sa part d'être venu dans le bar? et de s'être installé pile dans une faille de son champ de vision? En tout cas, il n'avait pas semblé être là quand Rakel avait franchi la porte d'entrée.

"Excuse moi ma belle, mais je dois y aller. Nous reprendrons cette très intéressante conversation plus tard, mais là il faut que j'y aille! Le devoir m'appelle comme on dit."

Le commando de marine s'était levé et s'approchait de Rakel pour s'installer à côté, tout sourire. Un peu comme un gamin fier de son tour pendable pourrait l'être. il se pencha en avant pour murmurer à sa supérieure.
Veste en jean élimée, jean dans un état à peine meilleur, sudistes en cuir brut qui avaient vu le Déluge, même son T-Shirt aujourd'hui gris terne mais qui un jour avait dû être blanc ou crème, enfin, tout sauf gris et semblait avoir un sacré kilométrage au compteur. Seul son casque était flambant neuf. Le genre de casque que l'on s'offre quand on a pas d'autre dépenses à faire dans la vie. Tout comme son bandana de mission il arborait un faciès de crâne ricanant pas forcément engageant. Avec cette tenue c'était sûr, on ne risquait pas de penser à un militaire!


"Au secours, aidez moi, j'arrive pas à m'en décoller! Et je trouve pas que devoir l'enterrer discrètement au fond des bois soit une bonne façon de commencer la soirée!" Et s'installant plus confortablement sur son tabouret il poursuivit à haute voix. " Vous venez souvent ici? C'est pas mal et en plus ils servent un orangina du tonnerre. Je vous le conseille... enfin, si vous supportez parce que c'est carrément plus fort que votre tord boyaux là."

Et Jeff finit son verre, affichant un petit sourire de défi bon enfant. Rien ne laissait penser que sa boisson était autre chose qu'un soda orange, en tout cas pas son haleine orangée quand il s'était penché.


Dernière édition par Jean François Cosey le Dim 15 Mai - 6:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 14 Mai - 22:10

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Au son de cette voix si familière, je me raidis sur mon tabouret, je pensais pourtant avoir choisit un endroit pour avoir la paix mais non, cette paix ne pouvait pas m'être accordé visiblement. Les poings serrés je pris soin de ne pas me retourner pour observer le visage de Jeff. Énervée, je me demandais comment il avait pu tromper ma vigilance, j'avais pourtant vérifier que durant ce petit instant j'aurais enfin la paix A croire que même lorsque j'étais "congé" je devais supporter mes collègues, et même si j'arrivais à supporter cette réalité, elle n'était pas aussi simple lorsqu'il s'agissait de Jeff. Je ne pouvais m'empêcher d'en vouloir à Mathieu pour m'avoir ainsi abandonné avec ce cadeau empoisonné sur lequel je devais veiller.

Le regard dans le vide, j'écoutais la voix de Jeff, me raidissant une nouvelle fois lorsque je compris qu'il allait ramener ses fesses jusqu'ici. J'essayais de prendre un air neutre mais ce n'était pas si simple que ça, j'avais déjà eu du mal à le supporter en mission et c'était d'autant plus difficile. Je ne lui prêtais pas plus d'attention lorsqu'il s'installa à côté de moi. Enfin pendant quelques secondes, mais c'était trop difficile de l'ignorer, une véritable torture de voir quotidiennement ce visage. Et pourtant, je ne pu m'empêcher de faire une petite grimace, autant dire qu'il n'avait réellement rien à voir avec la classe naturelle de Mathieu, il avait clairement rien d'un militaire à cet instant contrairement à moi, qui n'arrivait clairement pas à me détendre, mais j'avais mes raisons. A vrai dire la seule chose qui attira relativement mon attention fut son casque, depuis quelques temps je mourrais d'envie d'apprendre à faire de la moto, mais autant dire que Mathieu m'aurait tué si j'avais évoqué cette idée. Rien que cette petite pensée me serra le coeur.

Sa petite plaisanterie ne me tira pas le moindre sourire, mais ça n'avait rien d'étonnant, je n'étais déjà pas de nature très engageante mais depuis la disparition de Mathieu, rien ne s'était arrangé. Mon regard froid posé sur Jeff, je l'écoutais en silence. Visiblement il n'était pas du genre poivrot, il ne sentait pas l'alcool, j'eus un sourire triste, étrangement il reflétait pour une fois ma véritable nature.


"Moins depuis quelques temps, remarque qu'en dehors de la base il n'y pas grand chose d'autre dans le coin. Remarque tu as du le remarquer..."

Je quittais du regard Jeff avant de laisser le silence retomber avant de prendre une gorgée.

"Je pense que je survivrais à une bouteille de cette grande cuvée d'orangina, on ne vit qu'une seule fois autant vivre dangereusement."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Dim 15 Mai - 6:59

"Tavernier! Deux pintes de ce breuvage dont tu m'as déjà régalé!"

A le voir ainsi à l'aise il avait déjà pris ses marques et à voir les sourires ici et là, était déjà connu comme le loup blanc. Aux antipodes de Dante qui pouvait faire baisser la température d'une soirée mousse au point de liquéfaction de l'azote par sa seule présence. Quand ils furent servis et qu'il lui offrit son verre, Jeff ajouta 'un ton légèrement provocateur.

"Vivre dangereusement? Ah non, pas avec cette bibine. C'est autrement plus dangereux de fréquenter certaines demoiselles."

Le sourire un brin taquin était un élément qui ne laissait pas de doute quand l'identité des demoiselles en question. Les deux de SG3 ne lui avaient pas vraiment facilité la vie et leur accueil aurait incité plus d'un à plier bagages et chercher une autre équipe. Mais c'était sans compter sa tête de bois. Il la détailla des pieds à la tête sans se cacher et sans afficher la moindre honte ou timidité deux mots qui n'existaient pas pour lui. Il ajouta d'un ton qui n'était pas du tout en relation avec son sourire amical et détendu, un ton de professionnel qui faisait presque une réprimande sur un manquement d'un confrère censément opérationnel et compétent en la matière.

"Oui j'ai remarqué le manque de diversité dans les lieux de détente, ça vous rendait d'autant plus facile à remonter. Vous seriez sacrément mimi sans cette raideur toute mili. Pour un peu on s'attendrait à vous voir faire un salut au drapeau et chanter la Marseillaise. Vous devriez vous relâcher quand vous êtes de repos, ça vous rendrait moins visible parmi les civils. Souriez, même si vous n'en avez pas le cœur, tenez vous moins droite, sans pour autant vous avachir. Même chose quand vous marchez, trop cadencé, trop réglé, régulier. Dernier point, quand vous êtes entrée, observation des lieux et personnes trop visible et résultat il devient encore plus facile de vous surprendre comme vous avez pu vous en rendre compte."

Petit sourire en coin, presque gêné. La façon dont il avait parlé, ce dont il avait parlé laissait présager qu'il avait sans doute plus d'information sur la situation de Rakel que ce qu'il avait de prime abord annoncé. Ou alors le comportement de la jeune femme était à ce point transparent pour un professionnel de la reconnaissance et de l'infiltration qu'il pouvait décrypter le pourquoi de ses réactions.

"Oui, j'admets, je vous attendais, pas la peine de sortir les tenailles et la gégène. Je voulais parler un peu, mais si je vous laisse faire, vous vous ingéniez à m'éviter. Pas le choix donc. La surveillance, la filature et la reconnaissance, c'est ma spécialité. Pas compliqué de vous retracer quand vous baissez votre garde." Il leva les mains en signe d'apaisement. "Attendez avant de m'égorger avec le tesson du verre que vous avez en main. Je veux juste savoir ce qu'il en est vraiment. Vous connaître parce que c'est important pour moi de savoir à qui je confie mes miches et qui me confie les siennes... d'autant quand elles sont jolies." Remarque dont il aurait pu se passer, mais Jean François estimait que dédramatiser un peu était de bon aloi. "Ma ressemblance avec "lui", la perte d'un équipier sous vos ordres, les circonstances de mon intégration et de mon affectation à l'équipe, OK, je me doute que ça fait pas mal de choses à digérer en peu de temps. Mais ça change pas le fait que je suis à ma place pour de bonnes raisons, et que je ne vous laisserai pas tomber. A moins de me faire un enfant dans le dos, mes équipiers sont comme mes frères, ou mes sœurs en l'occurrence. Je ne m'attends pas à ce que l'on devienne copains comme cochon après un cocktail aussi violent que celui là, mais au moins d'avoir la chance de prouver que vous pouvez faire plus que compter sur moi. Je sais ce que je vaux sur le plan ops, c'est pas la question. J'ai pas juste envie d'être membre de l'équipe sur l'organigramme, je voudrais en faire partie tout court.
Le plus étrange dans tout ça c'est que dans d'autres circonstances et avec une autre personne, notre première rencontre aurait été la dernière. Mais je sais pas, y a quelque chose... quelque chose de bizarre. Je sais pas trop comment l'exprimer. C'est pas comme si je vous connaissais ou un truc du genre, mais..."


Il se tut et la regarda dans les yeux un moment A croire qu'il cherchait dans ses iris une réponse à une question qu'il n'avait pas posé ou la trace de quelque chose qu'il n'avait pas évoqué.... Pas encore tout du moins. Avec son air si sérieux, presque grave, la méprise pouvait être si facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 16 Mai - 0:28

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Plus je voyais Jeff agir, plus je me rendais compte à quel point il était différent de Mathieu, difficile de croire qu'ils pouvaient être frères, malgré leur ressemblance. Pourtant le peu que je savais sur Mathieu, semblait coïncider avec l'histoire de Jean-François. Visiblement il était bien plus à l'aise ici que je ne l'étais, contrairement à lui, je n'étais pas ici chez moi, au mieux j'étais une bonne cliente, mais d'un silence de mort, il était rare que j'adresse la parole à d'autres personnes que mes bons vieux collègues. Il faut dire que je connaissais beaucoup plus de chose que la plus part des membres du SGC, surtout en ce qui concernait Hégémonie. J'avais été confronté à leur réalité plus d'une fois, aussi je ne perdais jamais de vue que chaque personne pouvait faire partie de cette organisation aux dents longues. Je pris le verre que m'offrit Jeff avec un petit sourire qui sonnait faux, j'avais perdu l'habitude de sourire. Sa remarque sur les demoiselles dangereuses était bien sûr destinée aux deux louves de SG3 je n'en doutais pas une seule seconde, et étrangement, je souris d'une manière un peu plus naturelle tout en fixant le contenu de mon verre.

"Nous ne mordons jamais sans raison, et jusqu'à preuve du contraire, nous n'avons jamais fait disparaitre de collègue, du moins officiellement."

Bien sûr même officieusement c'était le cas, même si la vie de MickaËlla et de moi même était bien plus secrète que celle de la plus part des membres du SGC. Ce fut sans la moindre gêne que je laissais Jeff me détailler, je travaillais dans un milieu de mec, j'avais l'habitude d'être ainsi détaillée, particulièrement à cause de mon âge, ajoutez à ça que je m'assumais totalement autant physiquement que mentalement, je n'avais rien à cacher, du moins rien qui pouvait se voir à l'oeil nu. La remarque du soldat me fit éclater de rire sans la moindre gêne, comme si j'avais réellement le temps et l'envie de me détendre, j'avais bien mieux à faire, il me fallait récupérer la seule personne qui comptait réellement pour moi, et pour ça je ne pouvais pas réellement compter sur le soutient de mes collègues. Le comportement de Jeff me fit tilter, rare était les personnes à lire aussi facilement en moi, ça en devenait parfaitement suspect.

"Mais qui te dit que je suis ici pour me détendre? Ce bar me permet surtout d'être en contact avec moins de collègues que dans la base et basta. Je prendrais du temps libre lorsque j'aurais terminé la mission que je me suis imposée pas avant. Il y a beaucoup de choses que vous ignorez, le seul endroit où nous sommes en sécurité, c'est à la base."

Mon ton était dur et froid, il était clair que j'en étais persuadé, même si j'étais encore très méfiante face à la plus part des membres du SGC, particulièrement envers les bleus, et Jeff ne faisait pas exception. Bien sûr il y avait la lettre de Mathieu, mais je ne l'avais pas entendu de sa voix c'était douloureux de faire confiance à une vulgaire feuille de papier qui était devenu poussière avant que je ne puisse la relire. Mes pupilles grises étaient fixées sur Jeff, j'essayais de le sonder, et il était clair que son comportement attirait ma méfiance, chose qui ne s'arrangea pas lorsqu'il me dit ouvertement qu'il me suivait. A cette annonce, je me redressais brusquement, prête à montrer les crocs. Sa remarque sur mes fesses ne me tira pas le moindre sourire, je le fixais sans bouger, bien sûr c'était compréhensible de vouloir savoir à qui on confiance sa vie mais tout était dans mon dossier, le reste concernait ma vie privée, chose que je ne partageais pas facilement. Il était évident que Jeff ne connaissait pas SG3 avant la disparition de Mathieu, rien ne se serait passé ainsi.

"Difficile à digérer? Le mot est faible, jamais personne ne m'a imposé un membre jusqu'à aujourd'hui, j'aime choisir les gens avec qui je travaille, et non devoir supporter les décisions de telle ou telle personne, même si il s'agit de celle de Dante."

L'utilisation de ce nom me fit un drôle d'effet, mais je préférais ne pas trop en dévoiler. Je comprenais les craintes et les désirs de Jeff, d'ailleurs elles étaient simplement les mêmes que celle de la plus part des personnes normales, faire réellement partie d'une équipe et non pas d'être le vilain petit canard.

"Dans SG3, une place se gagne sur le terrain, peu importe les qualifications ou les relations. Tu as prouvé que tu es un bon militaire, il te reste à gagner notre confiance, sans doute la chose la plus dure, même si visiblement Matt t'a déjà adopté, tu l'as sans doute compris, ce n'est pas l'étape la plus difficile."

La façon dont Jeff me regardait avait le don de me mettre mal à l'aise, sans doute à cause du fait que par son visage, je voyais celui de Mathieu.

"La seule chose que j'attends de mes hommes c'est qu'ils soient prêt à me suivre jusqu'au bout de l'enfer, à toi de savoir si tu es prêt à payer ce prix."

Je fis une pause, avant de reprendre, avec une plus grande fragilité, il n'était pas difficile de comprendre que sur ce coup, c'était la vraie moi qui parlait, sans l'habituelle carapace, même si la méfiance était toujours bien présente.

"Parce que tu crois que ce n'est pas quelque chose de bizarre pour moi? La dernière fois que j'ai vu Dante, il te ressemblait trait pour trait, tu n'imagine pas à quel point je souffre ne serait ce qu'en te voyant. Personne ne peut imaginer ce que c'est."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 16 Mai - 5:08

Toujours aussi calme malgré les remarques et les changements d'attitude de la jeune femme, tour à tour distante et froide, prête à lui sauter à la gorge ou à flancher sous le spleen, Jeff écoutait. Même son regard ne semblait pas évoquer autre chose qu'un calme serein. Elle se révélait finalement peu à peu. Etait ce dû à sa ressemblance? Possible. le soldat se doutait malgré tout que sa supérieure devait en avoir gros sur le coeur et qu'elle ne demandait qu'à partager un peu de ce fardeau. Il était étonné qu'elle ne l'ait pas fait avec son âme damnée de second. Peut être que leur relation ne comportait pas de clause confidence, pas forcément surprenant quand il se rappelait le genre d'animal qu'était le Major Strucker. Parfait dans une casse à bouffer les mollet, mais pas terrible dans un salon en tant que meilleur ami de l'Homme.

"vous oubliez la devise des commandos de marine, major. Qui ose, gagne! Je ne compte pas perdre cet état d'esprit et vous savez d'après mon dossier que quand je fais quelque chose, je le fais à fond. J'ai accepté de rejoindre cette équipe et si vous voulez aller botter le cul au grand cornu, je vous ouvrirai la voie comme je l'ai toujours fait dans les unités auxquelles j'ai été affecté. J'ai accepté de rejoindre SG3, mais on ne m'a pas donné le choix de l'affectation, vous le savez et de toute évidence, vous savez qui est à l'origine de tout ça. Je demande pas à être plaint ou un traitement de faveur. De toute façon, si je n'avais pas cette tête vous m'auriez sélectionné. Pensez que c'est de la vanité, mais vous ne trouverez pas meilleur dans mon domaine parmi les bleusailles qu'on vous a balancé à la base. Je sais ce que je vaux et je vaux largement cette affectation... Mais s'il faut pédaler dans la semoule pour le prouver... Pas grave, nous les cocoyes on a les pieds palmés." Petit clin d’œil avec une lueur de défi dans le regard. Sa voix était aussi calme que sérieuse. Il but une longue rasade de soda et se postant de profil par rapport à Rakel, observa la faune locale d'un regard neutre comme s'il regardait sans voir quoi que ce soit. "Je ne cherche pas à imaginer ce que cette situation peut générer dans votre esprit. J'en vois juste les conséquences. Vous étiez très proches de toute évidence. Ce que je voulais dire par "bizarre" c'est que j'ai comme une impression de familiarité avec vous. C'est absurde puisque je ne vous connais ni d’Ève ni d'Adam, mais c'est comme si. Les autres. Peau de balle, rien, des inconnus, vous c'est pas la même musique, le mieux que je puisse dire c'est ça, un vague sentiment de familiarité, une impression de déjà vue en gros. Et faut pas me faire les gros yeux parce que je suis dans vos six heures, je fais simplement mon job, je garde mon supérieur en vie."

Petit sourire amical. il poursuivit de son ton pépère, presque détaché. Pourtant ce dont il parlait n'était finalement pas léger du tout. Son regard ne s'était posé sur rien dans le bar à part elle et le petit lustre dont le ventilateur de plafond oscillait pathétiquement. Il lui fit face, en parlant, il parlait quand même un ton plus bas.

"Ca vous dirait de marcher un peu, j'aime pas ce bar c'est la merde niveau OPSEC. Y a au moins trois gars louches et deux nanas pas claires et je n'ai qu'un canif sous la main s'ils étaient plus que simplement pas nets. Venez, j'ai un second casque pour les jours de fête."

Il s'était levé et enfilant ses mitaines, il fit signe à Rakel de le suivre d'un geste de tête agissant comme si elle allait tout naturellement le suivre et voire même lui faire confiance. il déposa d'un geste rapide un billet sur le comptoir, n'attendant plus que sa supérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 16 Mai - 13:14

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Jeff n'avait pas tord, il aurait sans doute été choisit pour faire partie de SG3 si il n'avait pas eu cette tête là mais cette ressemblance plus que flagrante faisait toute la différence, elle m'empêchait d'agir comme avant, elle me faisait perdre de ma concentration, et ce genre de "petit" défaut ne pouvait pas être ignoré. Cette pseudo vanité, je la connaissais bien, c'était la même que la mienne, savoir que l'on est le meilleur dans un domaine et garder la tête sur les épaules était une bonne chose, une qualité qui permettait entre autre de survivre au projet porte des étoiles. Mais même le meilleur des meilleurs (avec mention) avait ses faiblesses, et la mienne était ce visage qui me torturait jour et nuit. L'avantage avec cette faiblesse c'était que j'étais persuadée de pouvoir y remédier, il fallait juste pour ça que je transgresse quelques règles et que je m'attaque à un ennemi plus fort que moi, mais ça n'avait pas d'importance. Il y avait des choses qui avait bien plus d'importance à mes yeux que ma liberté ou même ma propre vie, et je ne comptais pas abandonner si facilement. Mais tout ceci ne concernait personne d'autre que moi, il ne m'était pas imaginable de mêler qui que se soit d'autre, de toute façon, ils ne pourraient pas comprendre. Au moins, Jeff avait l'air motivé pour faire partie de SG3, chose qui n'était pas commune à tous les bleus, combien étaient partit en courant en voyant les membres de cette équipe. Les bordeau Chesnel, comme ils aimaient à nous appeler, mais quel importance, on ne prête pas attention à ce genre de connerie quand on connait notre véritable valeur.

Ne portant toujours aucun intérêt aux personnes autour de moi, je bu une longue gorgée de soda avant de reporter mon attention sur Jeff. Silencieuse, je le détaillais alors qu'il semblait observer les personnes présentes dans le bar. Ses déclarations me tiraient une grimace, ce n'était pas le genre de confession que j'appréciais, surtout que comme il le disait si bien, je ne le connaissais ni d'Eve ni d'Adam. Enfin, son sentiment de vouloir me garder en vie était tout à fait noble, mais il était clair qu'il ne me connaissait pas, j'étais une tueuse, et je ne m'en cachais pas réellement, même si certaines histoire avaient été étouffée. C'était tout de même ridicule, il ne fallait jamais se fier aux apparences, surtout pas à la mienne, j'avais peut être l'air fragile, mais j'étais capable de tuer chaque personne présente dans ce bar avec une facilité et un calme déconcertant, à l'exception de Jeff. D'ailleurs être à l'abri en ma présence était une chose dont peu de gens pouvaient se vanter. Malgré ça, Jeff semblait sérieux, trop pour que je le prenne à la légère, même si mon changement d'attitude ne fut pas perceptible, je figeais mon regard sur lui comme pour chercher ce qui l’inquiétait, attitude parfaitement superflu étant donné qu'il ne tardait pas à s'expliquer sur un ton plus bas. Mais sincèrement entre l'idée de monter sur une moto était pour moi plus inquiétante que d'affronter les personnes présente dans ce bar.

Sûr de lui, il me fit signe de le suivre comme si je le connaissais depuis toujours et que je n'hésiterais pas une seule seconde, mais il ne me connaissait pas, il me fallut plusieurs secondes avant que je me décide à mon tour à me lever et à sortir, même si je restais méfiante. Une fois sortie, je m'appuyais sur ma voiture, observant Jeff en silence.


"Pourquoi je devrais te faire confiance?"

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mar 17 Mai - 0:09

Au moins avait elle daigner l'accompagner à l'extérieur du bar, ce qui était un bon début. Une fois devant sa voiture, elle le mit au défi ce que Jean François aurait dû concevoir comme plus que probable, mais nul n'étant parfait... Levant les yeux au ciel et poussant un soupir exaspéré, il fit quelques pas en arrière pour s'approcher de sa rebelle de supérieure et pour une fois on voyait quelque chose percer à travers son ton. Une petite once d'exaspération qui donnait à sa voix des faux airs d'agent secret le plus détesté du Massif Central et un peu plus. Dans son élan il en oublia même le vouvoiement.

"Pourquoi?! Peut être parce que celui qui m'a collé avec toi voulait que ce soit le cas? Tu sais? Ton grand copain qui me pourrit la vie sans avoir besoin d'être là. Peut être aussi parce que si t'es pas foutue de faire confiance à un coéquipier tu finiras seule comme une conne dans une merde noire à te dire que t'as foiré quelque part et que ce sera un peu tard pour le mea culpa. Qu'est ce que tu crois? Que je vais te donner à je ne sais pas qui ou que je vais m'amuser avec toi derrière un buisson en pleine forêt? huum?!" Son regard se fit inquisiteur, accentuant plus encore la funeste ressemblance. Plus il s'énervait plus sa voix et ses expressions, ses mimiques, accentuaient cette impression de gémellité déjà fort importante à la base. Il était très proche maintenant, faisant les cent pas devant Rakel et pointant un doigt accusateur sous son nez quand il s'adressait à elle. "En fait, t'as juste la pétoche. Pas de te prendre une balle ou mauvais coup qui te laisserait sur le carreau pour de bon, je dirai même que c'est ce que tu cherches sans t'en rendre totalement compte. T'as la pétoche de finir par m'accepter ou même pire me faire confiance et m'apprécier parce que ce serait trahir ton MIA de petit copain ou je ne sais pas quoi. C'est ça que tu veux? Calancher ou tout faire pour y arriver sans donner l'impression que tu veux y laisser ta peau? Ca peut s'arranger..."

La voix se fit plus basse, froide et pas franchement rassurante et son regard neutre, sans la moindre étincelle n'était pas améliorer le tableau. Etait ce regard là qu'il avait quand il liquidait une cible?... Puis hop, envolé, adios Coolhand le tueur de sang froid, welcome Mathieu le grand frère. Encore un trait de famille. Tout comme Mathieu, Jean François avait apparemment une part sombre, chez lui elle était juste masquée par sa bonhommie coutumière et sa sociabilité, l'inverse de l'agent du BSPC qui cachait sous des dehors peu engageant son âme de grand frère protecteur et prévenant.

"... Faudra juste me passer sur le corps et bien vérifier que je suis hors service, parce que je laisse jamais tomber mes équipiers, même quand il faut les protéger d'eux même! Et maintenant tu enfiles ce casque ou je te ficelle comme un rôti de dinde à l'arrière de ma selle avant de quand même te le coller sur la tête. Allez, on dirait une nana et son jules qui se disputent..."

Jean François lui tendit un casque intégral noir avec en adhésif deux petites cornes juste au dessus de la visière façon diable, un petit sourire étirait discrètement ses lèvres. Il était bien possible qu'il ait lui même posé ces cornes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Ven 20 Mai - 17:13

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Les bras croisés et ce petit air de défi dans le regard, je narguais Jeff attendant une bonne raison pour le suivre. Après tout n'était ce pas la meilleure façon de me piéger? Pourquoi me méfierais-je du frère de Mathieu? Il ne fallait pas oublier que la chirurgie faisait des miracles. Bon il y avait tout de même la lettre de Mathieu, que je pensais authentique. Mais comme je l'avais toujours appris, la méfiance était toujours de mises et pas seulement envers les inconnus, il était encore plus facile de se faire avoir par une personne dont nous sommes proches. Je me méfiais de tous et pourtant la réaction de Jeff fut plutôt rassurante. Pendant quelques secondes, j'aperçus dans les traits de mon subalterne un petit quelque chose qui me rappelais Mathieu. Tout comme son frère, Jeff semblait dissimuler une partie de sa véritable identité. Qu'est ce qu'il pouvait être désagréable lorsqu'il s'y mettait. Je poussais un soupire exaspéré, il avait tord j'avais confiance en plusieurs personnes au sgc, mais ces personnes n'étaient pas tombées du ciel la bouche en coeur, ils m'avaient prouvés que je pouvais leur faire confiance. En silence, j'observais Jeff qui me rappelait de plus en plus Mathieu, dans ses gestes, ses attitudes, ses mimiques. Une moue agacée sur le visage, je ne bronchais pas face à ses accusations, à vrai dire il n'avait peut être pas tord, je me méfiais peut être trop des autres, mais après tout cette paranoïa n'était elle pas hérité de mon cher Mathieu. Bien sûr, j'aurais aimé protester, lui dire tout ce que nous risquions juste en nous nous trouvant là, il était assez intelligent pour comprendre que même les abords de la base n'étaient pas sûr, mais ce n'était pas non plus la meilleure des choses à faire. Plus pour moi que pour Jeff, je soufflais énervée, ses remarques commençaient sérieusement à m'agacer, et ce fut lorsque sa voix prit le ton froid et calme de Mathieu que sentit réellement la colère monter en moi, celle que j'avais accumulé contre Mathieu depuis sa disparition sans même le vouloir.

"Peut être parce qu'il existe bien pire que la mort. Tu crois quoi que tu as tout vu tout fait? Tu as du lire mon dossier, dis toi simplement que ce n'est que la partie émerger de l'iceberg, nous sommes les anges de la mort, il faut s'y faire, et crois moi si je voulais réellement y laisser ma peau, j'y serais arrivée depuis longtemps malgré toi, MickaËlla ou n'importe qui d'autre, alors ne parle pas de ce que tu ne sais pas. Des équipes sont peut être là pour sauver des vies, créer des liens avec je ne sais quelle bestiole, mais c'est loin d'être le rôle de SG3, nous, nous héritons des missions quasi suicide, nous n'avons pas la même vision du danger, et notre méfiance nous permet d'être encore en vie, il va falloir t'y faire."

Lui jetant un regard agacé, j'attrapais brusquement le casque avant de l'enfiler, il faut dire que sa dernière réflexion m'avait particulièrement énervée, une nana et son jules, et puis quoi encore, même si en soit, il n'avait pas tord... J'étais consciente que j'avais de gros problèmes à régler, mais ça, ça passerait après le reste, j'avais plus important à faire. En tout cas, Jeff avait réussit son coup, je l'accompagnerais, même si au fond de moi, je trouvais l'idée mauvaise, c'était j'avais envie de le suivre.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 25 Mai - 18:36

Et voilà qu'elle se rebiffait, toute colère. Mais au moins pendant qu'elle se mettait en rogne contre lui, il percevait ce qu'elle ressentait vraiment. A force d'être toute le temps sur la brèche d'être en permanence sur la défensive, Rakel était tout simplement à bout de son point de vue. Se méfier de tous, de tout, se préparer toujours au pire... Ce constat le rendit légèrement amer. Ils avaient carbonisé une gamine tout juste sortie de l'adolescence ces cons avec leurs missions à la noix et leurs objectifs à deux cents. Il ne saisissait pas pourquoi on pouvait en arriver là, mais une chose était sûre, la logique dans l'Armée n'était pas une chose bienvenue et il avait eu son lot de conneries bureaucratiques et opérationnelles pour savoir qu'il ne servait à rien de se rebeller contre. Si cela ne convenait plus, il ne restait plus qu'à donner sa démission. Chose impossible pour lui, ce serait abandonner et il n'abandonnait jamais. Que ce soit ce qu'il entreprenait où les gens qui travaillaient avec lui. Même si dans le cas de SG3 il était encore trop tôt pour parler de frères et sœurs d'arme, il espérait que cela serait le cas. quelles étaient les chances que ces deux emmerdeuses lui ouvrent la porte? A vrai dire il s'en fichait pas mal, il ferait comme il faisait d'habitude du moins il se persuadait de cette indifférence. Il y avait quelque chose dans son affectation, dans sa relation avec Rakel qui faisait que ce n'était pas comme ses précédentes affectations, quelque chose qui lui soufflait de retrousser ses manches et de cravacher autant que possible.

Il sourit discrètement en la voyant prendre et enfiler son casque et se tourna pour démarrer la moto l'enfourchant d'un geste souple.


"vous en faites pas, Major. Ca va aller. Je suis là maintenant."

C'était dit avec une étonnante douceur, et surtout plus pour lui même que pour elle. Il y avait de fortes chances qu'elle n'ait pas entendu entre le doux et sourd ronronnement de la moto et sa voix qui tenait plus du murmure qu'autre chose. C'était une sacrée bécane en tout cas. Le genre de routière sans masque de phare, trapue, ramassée et sans la moindre marque affichée. Rien que les compteurs, la plaque minéralogique et accroché au guidon un médaillon tout de fer avec une ancre et une dague croisées derrière un bouclier arborant des rayures horizontales, y pendait aussi la célèbre ancre des troupes de marine avec devant une caravelle vue de poupe et avec un "2" gravé à la base de l'ancre. Les deux badges semblaient avoir pas mal roulé leur bosse, arborant rayures et même donnant l'impression d'être un peu tordus. Nostalgie? Peut être que finalement on pouvait avoir un aperçu d'une personne en regardant ses babioles, ne restait plus qu'à fouiller ses poches donc.
Rakel vit autre chose en montant sur la moto, quelque chose de potentiellement pas très rassurant. La veste en jean se releva un peu et révéla le manche de ce qu'il appelait tout à l'heure un canif... un poignard machette à large lame glissé à sa ceinture dans un fourreau en cordura noir. Le genre de coutelas qui pouvait facilement débiter un homme en tranches plus ou moins fines comme ouvrir la voie en pleine jungle. Pas vraiment un canif donc, plutôt le genre de lame qu'on emportait en opération ou si les choses devaient mal tourner et qu'on avait pas de pistolet ou mieux sous la main. Mais pourquoi diable se baladait il avec un poignard qui aurait fait passer le coutal de Mike Dundee pour un couteau suisse alors qu'il n'était ni en mission, ni même en danger?


"Je connais un petit coin calme où on pourra discuter tranquillement!" Il avait élevé la voix pour se faire entendre par dessus les grondements de la bête de course qu'il avait. En se retournant Rakel put voir que Jean François affichait ce sourire bon enfant qu'on lui voyait souvent et son regard aussi avenant que si elle ne l'avait pas houspillé quelques secondes auparavant. "On se tient bien, mains au niveau de la taille, ni trop haut, ni trop bas."

Venait il bien de faire un clin d'oeil moqueur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Jeu 26 Mai - 22:58

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Je ne me faisais pas la moindre illusion, je savais que je n'avais rien à voir avec les jeunes femmes de mon âge, mais quoi qu'il arrive, je n'aurais jamais été comme les jeunes filles que l'on croise dans la rue. Je savais que malgré tout ce que m'avait prit l'armée, elle m'avait donné bien plus, ne serait ce que pour éviter de mal tourner. La méfiance, la paranoïa, et la sociopathie, je les avais bien avant. Il est très difficile pour moi de m'attacher à quelqu'un et c'était sans doute l'une des raison qui me poussait à détester Jeff. Déjà que j'avais du mal à accepter cette relation qui me liait à Mathieu, cette relation que je n'avais pas choisit, qui m'avait été imposée à cause de cette porte des étoiles, mais la voir projetée sur Jean-François était très difficile pour moi. Mon agressivité était à son apogée et pourtant, je restais dans mon coin, un peu à la manière d'un roquet qui grognerait beaucoup mais sans jamais mordre. Autant vous dire qu'avec cette comparaison je me mettais moi même en colère, mais encore une fois, je ne cherchais pas réellement à résister, sans doute parce qu'en soit, je n'en avais pas la moindre envie. Alors que j'attrapais le casque, un léger doute me prit au coeur, je n'étais pas une grande fan de la moto, autant voler ne me faisait pas peur, autant je n'aimais pas la proximité avec le goudron que m'offrait les deux roues. Je posais mon regard sur le casque, hésitant une fraction de seconde, avant de l'enfiler, prenant soin de placer mes cheveux correctement, essayant de rendre le port du casque moins désagréable.

Inconsciemment, en regardant Jeff enfourcher sa moto, je me surpris à pester une nouvelle fois contre Mathieu de m'avoir ainsi abandonné, si il avait pris le même avion que moi, ça ne serait jamais arrivé, il aurait du resté auprès de moi, ça aurait évité tellement de soucis. Je savais que c'était un ressentiment affreusement égoïste, je m'en voulais même si c'était plus fort que moi, je me sentais abandonné par la seule personne en qui j'avais une confiance aveugle. Debout près de la moto, je l'observais en silence, ou presque son ronronnement brisait le calme de la campagne. Un bel engin même si personnellement, j'avais toujours préféré les quatre roues. Après une dernière inspiration, durant laquelle j'essayais de me persuader que je faisais un excellent choix et que j'allais passer un agréable moment, je montais derrière Jeff, déjà installé sur la moto. Mais à cet instant quelque chose faillit me faire reculer. Et ce quelque chose n'avait rien de rassurant, la veste de jean légèrement relevé de Jeff révélait le manche d'un poignard machette capable de faire passer le couteau de combat que je portais à la cheville pour un couteau suisse. Mais il était hors de question d'avoir peur, je n'avais pas peur de mourir, voilà une chose que Jeff avait réussit à cerner, la mort c'était l'arrêt de la souffrance, ça ne pouvait être qu'une chose fortement souhaitable, surtout depuis la disparition de Mathieu, je crois que je donnerais énormément pour ne plus à avoir à supporter mon coeur qui se serre à chaque fois que je pense à lui. La seule chose qui importait c'était de ne pas mourir sans combattre. Mais pour une fois advienne que pourra. Jeff se tournait vers moi, la mine toujours aussi calme qu'à son habitude, il semblait même enjoué chose assez troublante sur le visage de mon Mathieu, mais peu importe, à sa remarque, je grimaçais, comme si c'était la première fois que je montais sur une moto. Sans m'en rendre compte, je souris en lui répondant, d'une voix emprunt d'un agacement surjoué.

"Roule au lieu de me faire la leçon."

Je passais mes bras autour de sa taille, me sentant étrangement bien face à ce contact, mais je me rappelais rapidement à l'ordre, je ne devais pas oublier qu'il ne s'agissait pas de Mathieu, et encore moins reporter mon amour sur lui, ce n'était pas possible, jamais il ne pourrait le remplacer j'en étais consciente même si tout serait plus simple ainsi. Pendant quelques secondes, je fermais les yeux attendant que la moto prenne de la vitesse pour les rouvrir et profiter du paysage.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 28 Mai - 16:46

Avec un grand éclat de rire en guise de réponse à la remarque de la jeune femme, Jean François donna de l'accélérateur et l'engin s'élança. Respectueux du code de la route, tout du moins en ville, le pilote y allait mollo avec la manette des gaz et donnait la fausse impression de prendre son temps. a peine le panneau indiquant la sortie de l'agglomération fut franchi que le deux roues rugit à la demande de son maître et se transforma en boulet de canon, engloutissant les virages et les lignes droites avec une gloutonnerie de casse-cou, prenant les virages si serrés que parfois on aurait pu sentir les feuilles des buissons en bordure de route vous cingler le visage bien que ce fut imaginaire.
Il quitta la route départementale au bout d'un temps indéterminé, et s'engagea sur un petit chemin de terre en roulant à faible vitesse. La destination semblait être l'orée d'un petit bosquet et quand il s'arrêta en bordure du sentier, il tapota la cuisse droite de sa passagère pour l'inviter à descendre et indiqua un arbre mort un peu à l'écart. Il cala sa moto sur béquille et marcha toujours sans rien dire vers l'arbre et avant de s'installer enleva le couteau qu'il avait dans rangé dans son fourreau "discret". Se laissant tomber contre l'arbre il récupéra un bout de bois et commença à le tailler. Il y avait quelques autres morceaux de bois taillés et des copeaux. Apparemment il était coutumier de l'endroit.
Le coin était évidemment calme, bien éloigné des voies d'accès classiques. On entendait ni ne voyait la civilisation. Juste les arbres, le ciel nocturne et quelques massifs montagneux aux reliefs doux. Un vrai petit jardin zen.


"Installez vous, major. Bienvenue dans mon quatre étoiles! Le ciel nocturne, les étoiles, la verdure, le calme, personne à l'horizon. On peut parler pépère de tout et de rien, mais surtout de tout... Et en particulier de qui était mon double. Qui il était vraiment et pour vous. Savez, j'en prends plein les dents parce que je lui ressemble. Pas plus tard qu'hier on me faisait bien comprendre que j'étais pas le bienvenu comme mon double. Franchement ça commence à me les briser menues et le prochain qui me fera une remarque du genre pourrait devoir passer chez le dentiste en urgence."

Si au début le commando de marine était calme et faisait preuve d'une amabilité notable, la contrariété perçait un peu dans sa voix à la fin et d'un geste brusque il coupa son bâton antistress en deux alors qu'il ne faisait qu'élaguer et écorcer cette petite branche. La situation était pénible pour lui et cela se voyait, du moins il le laissait transparaître à sa supérieure.
En même temps, c'était un peu normal, depuis son arrivée, il ne se passait pas un jour sans que cette ressemblance ne lui porte préjudice. Que ce soit de petites incivilités et petites crasses bien lâches en douce, ou les commentaires désobligeants, il avait eu plus que son lot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 28 Mai - 23:15

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


La moto s'élança doucement à travers les petites rues du bled, Jeff conduisait prudemment, sans doute bien plus que moi lorsque j'étais au volant de mon cabriolet, du moins c'était le cas jusqu'à ce que le panneau de sortie de la ville pointe le bout de son nez. A cet instant j'eus une sacrée surprise, Jeff se transforma en fou du volant ou plutôt en fou du guidon. Même si ce n'était pas la première fois que je montais sur une moto, mais je n'étais pas plus rassurer que lorsque j'étais montée sur ce genre d'engin pour la première fois. D'ailleurs, même si j'essayais de ne pas le montrer, je serrais un peu plus mes bras sur la taille de Jeff, étrangement ce contact me rassurait, et même si je n'étais pas trouillarde, il me fallut un petit moment pour me détendre. Il était difficile de dire combien de temps nous avions roulé mais une chose était clair nous nous étions éloigné du peu de civilisation que nous pouvions trouver dans le coin. Je commençais à observer avec plus d'attention le paysage lorsque Jeff quitta la route pour s'engager sur un petit chemin de terre. Le coin était réellement très sauvage, pas le genre de chose que j’appréciais, mais à vrai dire à cet instant ce n'était pas ce qui me préoccupais, je préférais savoir ce qui avait poussé mon collègue à vouloir ainsi s'éloigner.

Lorsque Jeff me tapa sur la cuisse, je descendis de l'engin, retirant le casque avant de secouer mes cheveux, observant Jeff du coin de l'oeil. Il semblait être ici chez lui, il s'installa contre l'arbre avant de sortir son couteau pour tailler un morceau de bois. Le coin était sympa, mais il me rendait relativement mal à l'aise, je préférais de loin passer un bon moment tranquille devant ma ps3, surtout que j'avais l'impression que la discussion qui allait suivre n'allait pas me plaire. Ca ne manqua alors que Jeff ouvrit la bouche, je sentais déjà un poids sur mon estomac, mais il avait raison il avait le droit de savoir la vérité, du moins une partie de la vérité, je n'étais pas assez stupide pour raconter aussi facilement ma vie privée Je m'installais à côté de Jeff avant de fermer les yeux quelques secondes.


"Il faut les comprendre, ton double se trouve être un agent de la BSPC, charger de trouver le traitre dans nos rangs. Autant dire que ce n'était pas un joli coeur, il n'a fait de cadeau à personne, hésitant pas à violer la vie privée des agents SG. On a tous pas mal manger avec cette histoire..."

Ca c'était la partie facile, celle qui ne me concernait qu'à moitié.

"On ne sait pas grand chose de lui, du moins la plus part des personnes, et tu comprendras que je ne peux pas violer sa confiance ainsi. Et qui il était pour moi, c'est un peu compliqué il faut dire... On a vécu pas mal de chose bizarre ici, je suis pas sûre que tu me croirais même si je te le disais..."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 6 Juin - 11:45

Bien qu'écoutant Rakel avec attention, il continuait à tailler son bout de bois, rattrapant le carnage qu'il avait commis auparavant. Le fait d'être officiellement le sosie du Torquemada du SGC ne sembla pas l'affecter outre-mesure et puis à voir les réactions passées, il avait de sérieux indices de toute façon. L'important n'était pas tant ce que les autres pensaient et disaient que ce que sa supérieure allait balancer comme infos. Et pas folle la guêpe, elle ne lâcha pas grand chose sur sa relation avec lui, "c'est compliqué, "tu ne me croirais pas" "je ne peux pas trahir sa confiance", elle slalomait comme pour éviter des balles, ce qui finit par arracher un sourire amusé au premier abord au soldat.

"Donc, mon double maléfique est un agent du gouvernement qui a joué à pourrir la vie de tout le personnel de la base pour rechercher un éventuel ripou. Et donc, il s'est logiquement fait haïr de tous. Ca je peux le comprendre. Moi aussi je l'apprécierai moyen s'il venait coller son nez dans mes affaires et dans ma vie. J'ai pas spécialement quelque chose à cacher de honteux ou de répréhensible, c'est juste ma vie à moi et un fouille m... enfin, une fouine bah elle pourrait se prendre un coup de pompe dans le derche plus vite que prévu. Je sais maintenant pourquoi mon charme inégalé n'opère pas. Bien ma veine tiens!"

Jean François arrêta de martyriser son bout de bois et regarda Rakel avec ce même petit sourire.

"Ce que je ne capte pas c'est comment un gars qui d'après ce que vous dites, en a fait baver à tout le monde, et donc vous dans le lot, major, a réussi a se faire plus qu'apprécier par un molosse à apparence humaine... Sauf votre respect, bien évidemment.Et puis bon, vous savez, je suis un bon petit soldat, et j'ai pas raison de ne pas vous croire... N'est ce pas? On est dans le bateau après tout..."

Le sourire se fit angélique, le petit innocent commando de marine l'air de rien avait repris sa pelle et creusait. Il savait qu'il y avait quelque chose de pas clair et que cela continuerait à pourrir cette relation tant qu'il n'aurait pas de réponse. bon, cela pourrait être pareil voire pire après, mais au moins il saurait exactement de quoi il retournait. Etre dans le flou et l'inconnu était quelque chose qu'il détestait que ce soit en mission ou dans la vie de tous les jours. Des informations manquantes pouvaient coûter la vie ou vous la compliquer sensiblement. Il était donc préférable de savoir quand on marchait sur un terrain miné. Ca ne changerait rien au fait qu'on était à un pas de la mort potentiellement, mais au moins on en avait conscience.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mar 7 Juin - 14:23

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.

Tout en parlant, je regardais Jeff d'un oeil distrait, à vrai dire j'étais plutôt pensive, je n'aimais pas me retrouver ainsi face à mes sentiments et surtout face à la réalité, l'absence de Mathieu, cette ressemblance avec Jeff. C'était loin d'être agréable mais je commençais à me faire à cette situation, enfin autant que faire ce peu. J'écoutais Jeff d'une oreille distraite, il était vrai que Mathieu avait cette sale tendance à mettre son nez partout où il ne devait, se foutant bien de la vie privée des autres, particulièrement si il s'agissait de ma vie privée, mais je m'étais adaptée à ce petit défaut, c'était en quelque sorte pour me protéger, même si je pestais de ne pas avoir besoin de ça. Enfin il était vrai que c'était sans doute un manque de chance pour lui, sinon il aurait sans doute pas mal de succès avec les femmes, surtout au SGC où la plus part des relations entre les membres pourraient faire un épisode des feux de l'amour. Inconsciemment je souris face au sourire de Jeff, même si je le nierais autant que je le pourrais, je devais avouer que mon comportement n'était pas le même avec lui et avec les autres, et sa joli gueule n'y était pas pour rien. Il faut dire que face au malheur d'avoir perdu Mathieu, pour le moment j'étais loin d'être résignée, j'avais actuellement la chance d'avoir devant les yeux son sourire et son regard, même si ce n'était pas tout à fait la même chose il était difficile de la différence en étant clairement aussi émotionnellement touché que moi dans cette histoire. La petite réflexion de Jeff me fit sourire, il n'avait pas tord, je n'étais pas du genre sociale, encore moins depuis cette histoire en Russie, MickaËlla et moi étions connu ici pour être les pitbull de la base.

"Disons qu'il m'a sauvé la vie... Quand j'étais gosse... Difficile à comprendre je sais, mais la porte nous réserve parfois des surprises, et ça a été la mienne au Noël 2009, plusieurs membres du SGC on retrouvé leur jeunesse, moi la première. Durant cette soirée de fou il m'a toujours protégé, j'ai une dette envers lui que je compte bien payer ma dette même si je dois raser la Russie pour le retrouver."

J'en avais clairement trop dit mais en même temps pas assez, je laissais la relation que j'entretenais avec Mathieu assez secrète mais simplement parce qu'elle était assez complexe voir même malsaine. Il était difficile de savoir si ce qe je ressentais était partagé ou non, et tant bien même, je n'étais pas sûre d'avoir envie que toute la base sache ce que je ressente, je préférais de loin les laisser tergiversation sur des relations à 3 ou ce genre de connerie, qui au final ne me faisait ni chaud ni froid. Je fixais Jeff quelques secondes, mais penser à Mathieu emprisonné me serra le coeur, je préférais me laisser tomber sur le dos, histoire d'observer le ciel en silence.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 8 Juin - 1:45

Comprenant ce qui se jouait entre les deux, ou du moins pensant savoir ce qu'il y avait entre les deux, l'éclaireur soupira et opina du chef. Il regarda Rakel faire, se laissant aller en arrière pour regarder les étoile. Lui regardait bien autre chose avant de laisser échapper un petit rire.

"Je vois le topo donc. Le vilain mouton noir a été votre preux chevalier et donc forcément, y a le syndrome premier amour d'enfant qui vous colle aux basques. Ma foi, logique. Je sais pas comment vous avez pu être être changée en gamine, parce que bon, vous en êtes toujours une..." Il ajouta vite et avec précipitation pour calmer tout accès d'humeur. "...Physiquement parlant je veux dire hein, pas la peine de m'égorger et me cacher sous les feuilles mortes!"

Ce sourire taquin lui était il destiné ou bien était ce naturel chez lui, tout comme la mine des mauvais jours de son "grand frère"? Probablement étant donné qu'il poursuivi d'un ton léger sur le sujet. A croire qu'il la taquinait pour éviter qu'elle sinistrose.

"J'imagine qu'une gamine de je sais pas quel âge, mais en fait peu importe, voyant un bel homme tel que moi... Ou tel que lui, jouant le rôle de garde du corps et qui en plus vous sauve la vie... Hop! Prince charmant. Ce qui m'étonne c'est que ça ait résisté à ce qu'il est vraiment à savoir un gars qui tient plus de l'officier de la Gestapo que de Bayard. A moins qu'il ait pas tout le temps été comme ça... Genre avec quelque jeune fille un brin entichée. Mais bon, ça c'est pas mes oignons. J'ai mes réponses."

Imitant la jeune femme, le commando se laissa aller en arrière sur l'herbe et contempla le même panorama stellaire. Il y avait sans doutes des choses encore dans l'ombre, mais il en avait assez découvert pour satisfaire sa curiosité et comprendre sa "popularité". Le reste était une histoire entre sa supérieure et un homme, et eux seuls. Enfin, à part quelques détails.

"Vous trouvez quand même pas ça bizarre que juste quand votre Bayard disparaît je me retrouve à le "remplacer", je veux dire par là que je débarque au SGC et que je suis affecté dans votre équipe avant même que l'encre ait séché sur mon dossier de transfert? En tout cas, si vous avez besoin de quelqu'un pour vous ouvrir la route quand vous irez le sortir de sa cellule, cherchez pas, vous l'avez déjà trouvé. En plus je pourrai lui poser quelques questions entre quatre yeux comme ça. Et p'tet même qu'après ça vous me trouverez sympathique et que vous rigolerez à mes blagues. vous avez pas idée à quel point c'est frustrant de voir que mon humeur d'habitude si populaire fait un bide total dans cette équipe de coincés. Ca me ruine le moral..."

A l'entendre c'était certain cela devait vraiment lui peser sur le cœur vraiment "beaucoup"...
Jouant avec son couteau distraitement, il fermait les yeux comme si cela lui permettait de mieux regarder le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Ven 10 Juin - 22:36

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Je fixais le ciel du regard, laissant mes pensées aller alors que je parlais, j'avais du mal à me concentrer surtout avec la nuit qui tombait, je ne cessais de me prendre la tête, chose très mauvaise, je le savais mais ce n'était pas pour autant que j'arrivais à m'en empêcher. J'écoutais Jeff essayer de récapituler une chose au final trop compliquée pour être simplifiée, il fallait vivre ce genre de situation pour la comprendre. Il faut dire que pour croire la moitié des choses qui se passait à la base il fallait les vivre. Face à la remarque de Jeff sur mon âge, je ne pus m'empêcher de froncer les sourcils, je l'avais entendu des dizaines de fois, voir des centaines, chose lassante, mais Jeff eut l'avantage de se rattraper rapidement. Je le laissais parler, essayant de voir si il avait comprit comment fonctionnait cette relation que je n'arrivais pas à comprendre moi même. Ce ne fut qu'une fois qu'il se laissa tomber pour regarder le ciel que je repris la parole.

"Oh oui un bel homme sexy comme toi, mais avec plusieurs années de moins, ou pour être plus précise de 8 ans à peine, alors que j'en avais 3 pas plus. Quand aux personnes ils ne sont pas pareil dans avec tous. La preuve je ne t'ai pas encore arraché un bras, alors que pour la plus part des personnes, j'attire la mort ou plutôt je la provoque. D'ailleurs ces même personnes préfère de loin se tirer une balle dans le pied plutôt que de se retrouver seul avec . Du courage ou de la folie, au choix."

Je souriais sans pour autant regarder Jeff, j'aimais ce sentiment que je provoquais, comme quoi, il était sans doute très facile d'être actrice, quoi que mon mauvais caractère n'était pas simulé. En tout cas, il savait garder son nez relativement dans ses affaires, chose qui me plaisait, d'autant plus que c'était rare. J'aurais aimé profité de la nuit, de ne pas continuer sur un sujet si sensible à mes yeux, mais je comprenais qu'il cherche à comprendre. Tout en l'écoutant parler, je roulais sur le côté, l'observant en silence.

"Tu te souviens de l'enveloppe que tu m'as remis la première fois qu'on s'est vu..." Je fis une pause pas réellement ravie d'évoquer cette lettre. "Elle était de Dante, et d'après cette lettre, c'est lui qui a fait en sorte que tu atterrisse ici."

Étrangement la remarque de Jeff me toucha, il était plus qu'agréable d'avoir enfin quelqu'un prêt à me suivre jusqu'en enfer, enfin quelqu'un d'autre que MickaËlla. Je pris une profonde respiration, je détestais ce genre de confession, mais ce n'était que la stricte vérité.

"SG3 est une équipe qui a eu la vie dure depuis le début, Matt, MickaËlla et moi nous sommes dans la même galère depuis le début, mais notre 4eme membre à toujours changé, il est difficile de s'habituer à ce genre de situation, à apprendre à faire confiance à quelqu'un de différent. C'est encore pire avec toi, tu te retrouve impliqué dans des histoires que tu ne connais même pas, et qui au final ne te concerne même pas mise à part à cause de ta ressemblance."

Je pris sur moi, pour réussir à sortir ce que j'allais dire, ce n'était pas le genre de chose que je disais si facilement.

"Et merci, rares sont les gens qui seraient prêt à faire ce genre de chose..."

J'eus un léger sourire avant de me retourner sur le dos, gênée de ce genre de situation.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Dim 12 Juin - 11:32

Jeff éclata de rire au premier commentaire de Rakel. Il avait eu tout faux concernant la mésaventure de Rakel et de Dante. Le fameux Bayard avait finalement eu une culotte courte. Mais il riait également au commentaire qu'elle avait fait sur le fait que les gens préfèreraient sans doute se casser une jambe plutôt que de rester avec elle. C'était sans doute vrai d'ailleurs, mais pas forcément parce qu'elle attirait la mort, mais plutôt parce que c'était une petite peste.
Le reste le fit moins rire et fit turbiner ses méninges. Ainsi donc c'était le dit Bayard Torquemada qui avait tout simplement magouillé pour qu'on l'envoie au SGC... Et sans doute directement dans SG3. Les possibilités étaient virtuellement infinies quand aux raisons de cette mutation. Ok, c'était un crack dans son domaine et pas seulement reconnu comme tel par ses camarades du COS mais également par des soldats d'autres nations, mais il n'était pas le seul commando à avoir une excellente réputation et notation.


"La chance, pourquoi on m'écrit jamais à moi?... En tout cas j'aurai bien aimé que ce soit moins brumeux comme mutation, mais bon. J'y suis j'y reste! Je suis peut être la quatrième roue du carrosse, mais je compte ni me faire remplacer, ni me faire trucider que ce soit en mission ou ailleurs. Mais c'est vrai que contrairement à mes autres affectations j'en ai bavé depuis mon premier pas dans la base et pour quelque chose qui n'a rien à voir avec mes compétences. La mentalité est vraiment pas terrible dans cette maison, rien à voir avec mes précédentes unités où on avait un esprit de corps et un vrai sens de la famille... M'étonne pas qu'il m'ait collé dans votre unité finalement, il vous manquait un Bayard, Major. Et pas besoin de me remercier, c'est comme ça que les choses devraient se passer normalement. Si je vous donne pas votre chance en tant que chef d'unité, on y passera tôt où tard que j'ai eu tort ou raison. Si je vous fais confiance et que j'ai raison, bah au moins on aura de bonnes chances de s'en tirer. Et si je me suis planté, bah... je viendrais vous hanter toutes les nuits et même sous la douche."

Il se tourna vers Rakel et se permit un clin d’œil moqueur. Quitte à la hanter c'est sûr que sous la douche c'était le meilleur endroit. Et même si l'on était pas un fantôme à vrai dire. Plutôt mimi la petite, mais bon, en plus d'être dans la même équipe c'était son boss donc dans le genre intouchable elle se posait là. Et puis sortir avec une militaire était assez pénible aux vues des missions vous envoyant à l'autre bout du monde, et en l'occurrence ici à l'autre bout de la galaxie, les risques inhérents aux missions de combat, la gestion du stress au retour d'opération. Il avait vécu ça une fois et en était bien vacciné. De toute façon il n'avait pas envie de quelque chose de sérieux... Ni même de pas sérieux en fait. Il digérait leur dernière mission et le fait qu'ils s'en étaient tirés à un cheveu, ou plutôt un demi cheveu.

"En tout cas j'espère que vous pouvez faire avec ma trombine. Je sais pas pourquoi il m'a collé dans cette équipe, et à vrai dire je m'en bats un peu les roufles si vous me passez l'expression du temps que je peux faire mon job tranquillement. C'est pas gagné pour le reste de la base, mais si vous ça vous va, moi ça me va aussi. Puis ça y est, je suis plus puceau de mission et en plus vous avez pas de papier à remplir pour demander un remplaçant parce que j'ai cassé ma pipe. Je vous l'ai dit. Même si je suis arrivé de façon un peu bizarre, de toute façon vous m'auriez eu dans votre équipe s'il avait fallu choisir sur dossier."

Regard pointé vers les étoiles, la prétention de sa dernière phrase était démentie par le sourire d’auto-dérision qu'il affichait.
D'une de ses poches il tira une pomme qu'il coupa en deux et en tendit une moitié à sa chef d'équipe, débitant son morceau en quartiers qu'il grignotait à la pointe de son énorme couteau.


"Je me demande comment votre gentil Matt a fait pour survivre jusque là. Il sait à peine tenir une arme et fait trop bisounours pour pouvoir faire ce qu'il faut quand il faut. Il a une arme secrète?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 20 Juin - 23:00

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Le rire de Jeff avait quelque chose de rafraichissant, un peu comme si je n'avais pas entendu ce son depuis une décénie. J'avais l'impression d'avoir oublier ce que c'était de prendre du bon temps, bien trop obnubilé par l'idée de sauver Mathieu. Bien sûr je n'avais pas l'intention d'abandonner cette idée, mais vivre un peu ne me ferait pas de mal, même si je ne pensais pas une seule seconde en avoir le droit. Fermant les yeux, je profitais de ne pas penser à mes malheurs pour une fois, de juste profiter de l'instant présent. C'était agréable, je jetais un coup d'oeil à Jeff, sachant que je n'avais jamais vu Mathieu ainsi, si simple, si calme, en faite simplement heureux de vivre et de profiter de la vie, de son positif. Ce ne fut que lorsqu'il repartit sur un sujet plus sérieux que je détachais mon regard de lui pour de nouveau fixer le ciel étoilé. Une petite grimace sur le visage, je fixais le ciel pour éviter de montrer à quel point j'étais touchée par ce que j'allais dire, mais que je le veuilles ou non je m'étais trop attachée à SG3.

"Beaucoup de choses vont changer... SG3 va changer en particulier, MickaËlla à été demandé pour être leader et Matt, et bien je ne suis pas sûre qu'il souhaite repartir en mission..." Je fronçais les sourcils avant de reprendre. "Si je me retrouve avec 2 nouveaux membres, tu seras clairement la seule personne sur qui je pourrais réellement compter, je te l'ai déjà dis, dans SG3 on gagne sa place en prouvant sa valeur au combat, j'ai peut être pris une mauvaise décision en mission du point de vue de MickaËlla, mais je ne partage pas son avis. J'ai besoin de quelqu'un capable de prendre des décisions à ma place si jme suis pris une balle dans la tête, et je pense que tu en es capable, au moins je sais que je pourrais compter sur les jolies fesses de mon second pour me couvrir..." Avec un petit sourire adressé au jeune homme j'ajoutais : "Et me tente pas, je risque de te tuer juste pour que tu viennes me hanter, ça me fera un peu de compagnie."

Je lui rendis son petit clin d'oeil moqueur, même si en soit je savais que je ne pouvais pas me permettre une relation avec qui que se soit, mon coeur appartenait à Mathieu de toute façon, tant que je n'aurais pas la preuve devant mes yeux qu'il était mort, je n'abandonnerais pas. Ma vie contre la sienne me semblait être la chose la plus naturellement envisageable pour moi. Lorsque Jeff parlait de casser sa pipe, je lui envoyais un petit coup de poing dans l'épaule, sans la moindre force, plutôt pour lui faire comprendre de ne pas parler de ça.

"Je l'ai fais une fois ça m'a bien suffit, alors il va falloir s'y habituer, c'est toujours comme ça en mission il faut juste essayer de ramener ses fesses en un seul morceau. Quant à ta tête je pense que je vais m'y habituer, et puis ce n'est pas comme si tu étais désagréable à regarder, je serais bien mal placée d'insinuer ce genre de chose... Tout sera plus simple lorsque je l'aurais retrouvé, là SG3 sera de nouveau la meilleure équipe du SGC, quoi que si tu veux mon avis, nous n'avons jamais perdu cette place, juste descendu un peu de niveau à cause de moi en partie... Nous sommes les meilleurs des meilleurs avec mention."

Cette petite phrase me fit sourire, nous n'étions pas si loin des men in black après tout. J'attrapais le morceau de pomme que me tendait Jeff mordant dedans avant de répondre en jetant un petit coup d'oeil à mon futur second :

"Matt cache bien son jeu, il est un peu notre garde fou, il est capable de négocier avec plus de tact que nous. Quand il faut vraiment, il sait se servir de son arme, mais uniquement en dernier recours. N'empêche qu'il nous a déjà sortit de très mauvais pas, il ne faut pas sous estimer les civils même si l'envie de les tuer nous prends très souvent."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 22 Juin - 17:54

La nouvelle lui tomba sur le coin de la tête. L'équipe qu'il venait d'intégrer allait être profondément remaniée. Apprendre ceci lui fit aussi un sourcil d'étonnement et il coula un regard en douce vers sa supérieure pour voir comment elle prenait la chose et c'est sans surprise que le soldat vit qu'elle s'était refermée comme une huître pour ne pas laisser transpirer la moindre trace d'émotion. Mais même ça c'était révélateur. Jean François se retrouvait donc bombardé second de l'équipe. C'était un tantinet déstabilisant. Rakel tenta de balayer cette mauvaise nouvelle par quelques remarques légères, rebondissant sur ceux du commando.

"Major, mes fesses comme le reste sont à votre disposition... en tout bien tout honneur hein! Quand à hanter votre douche de mon vivant, si vous saviez ce que nous avions pour habitude dans mon ancienne unité, je ne sais pas si je serai toujours bienvenu, fantôme ou pas."

Ahhh les bonnes vieilles blagues potaches en OPEX. Bidouiller l'arrivée d'eau, remplacer le shampoing par autre chose, mettre du poil à gratter dans la serviette... De bons moments. Pas vraiment possible ici vu l'ambiance morose et le comportement des gens qu'il avait croisé. Ca lui manquait un peu cette bonne ambiance presque familiale. On risquait pas de se prendre un obus de mortier ou une roquette à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, mais entre ceux qui étaient trop imbus d'eux même, ceux qui n'avaient d'autres soucis que de faire reluire leur galons, et simplement les tronches de cake, il restait pas grand monde avec qui tailler le bout gras en toute simplicité.

"Faut pas vous en faire. Y a eu des mutations? Soit, pour autant c'est toujours vous le chef d'unité, c'est vous qui faites en sorte que les hommes soient au top et qui tirez le meilleur parti de ce que nous sommes. Quand à revenir entier, c'est une de mes priorités, l'autre étant que mes coéquipiers soient au moins aussi entiers que moi. Etre les meilleurs des meilleurs, évidemment. Le rester, ça aussi c'est une évidence, la valeur d'une équipe se mesure à la valeur de son chef. Mal guidés, les meilleurs bidasses du monde finiront en pâtée pour chien alors qu'un bon leader peut tirer le meilleur, même des plus verts des bleusailles.
Le seul truc qui me tracasse c'est qu'il y a quelque chose qui occupe vos pensées plus que tout le reste et ça pourrait nous coûter cher derrière la Porte en plus de vous empêcher de réaliser votre souhait. Tout vient à point à qui sait attendre, Major. On le retrouvera. Tôt ou tard des informations filtreront et une opération pourra être montée ou tout simplement il pourra être échangé contre quelque chose d'autre. En attendant faudra veiller sur les deux nouveaux pioupious qu'on va nous livrer. Avec de la chance on aura des recrues de bon niveau... après tout vous avez réussi à m'avoir.
Restez concentrée sur l'objectif premier, le Programme avec option rentrer entiers et victorieux. Quand les choses doivent bouger, elles s'animent d'elles même de façon à ce que nous suivions le mouvement. Quand on force les choses, généralement ça se finit mal. Parfois on a de la chance est on est juste blessé, parfois on a moins et on enterre un collègue et on explique à sa veuve et ses bambins qu'il est mort pour une bonne raison, qu'il était un héros jusqu'à l'ultime seconde même s'il a pleuré et supplié pour qu'on arrête sa souffrance avec plus de morphine ou une balle dans la tête."


Son ton calme tranchait avec la lourdeur morale des propos qu'il venait de tenir sur la fin. Tourné sur le côté il regardait sa supérieure sans détour. Ce regard d'une personne qui a vu des amis tomber. Oui, il savait lui aussi ce que c'était et elle le savait de par son dossier. Mais un dossier ne décrivait jamais les relations qu'on nouait avec ses équipiers, avec des frères qui partagent non pas le même sang, mais la même galère à longueur de journées et de nuit, la même souffrance et la même peine, les mêmes petites et grandes joies que l'on pouvait se permettre sur le terrain.

"Vous en faites pas, je ne mange pas les civils au p'tit dej'. Enfin... Bref, je n'ai pas d'a priori négatif parce qu'ils n'ont pas porté de treillis avant de rentrer dans notre secte. Lors de notre dernière mission, c'est grâce à un civil qu'on a appris un peu plus sur ce qui nous pendait au nez et si on avait eu un scientifique on aurait sans doute pu faire plus que simplement fuir la queue entre les jambes en arrosant des araignées qui se reconstituaient plus vite qu'on les descendait. Je me fais un avis sur la personne, pas sur le dossier ou le statut. J'ai connu des militaires qui faisaient honte à l'uniforme qu'ils portaient et je préfèrerai mille fois avoir Matt qu'eux pour couvrir mes miches en cas de galère. J'aime trop mes fesses pour les laisser entre de mauvaises mains."

Petit sourire goguenard.

"En parlant de bleusaille, vous savez de quoi on va hériter? Deux civils archéo et scientos pour combler nos lacunes sur le plan technique ou un renforcement de la composante militaire?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 11 Juil - 19:04

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Il m'avait fallut du temps pour me faire à cette idée, et laisser passer la colère qui m'avait donné l'envie de retourner toute la base. Ce genre de chose ne serait pas arrivée si Mathieu avait été là, et il aurait été là si je n'avais pas tout fait foiré, voilà ce qui me tourmentait. La tristesse envahit une fois de plus mon regard, mais depuis quelques temps c'était chose courante au point qu'il était difficile de faire la différence entre une journée normale et cet instant. Je tournais de nouveau mon regard vers le ciel, souriant à la remarque de Jeff. Finalement il n'était pas aussi désagréable que ça, même si j'étais toujours assez mal à l'aise face à son physique et sa voix, sans doute parce que je ne savais pas réellement ce que je devais ressentir face à lui.

"Ne fait donc pas la même erreur de ton frère, je ne suis pas un chaton sans défense, tu regretterais peut être plus que moi."

Je regrettais immédiatement mes mots, sans doute parce qu'ils me firent si mal, mais je grimaçais en silence avant de faire comme si de rien n'était essayant de me faire une idée des petites blagues que faisait Jeff à ses collègues. Il faut dire que les militaires n'étaient pas toujours tendres entre eux, je devais l'avouer j'avais de très bon souvenir avec mes anciennes unités. Une vraie famille, chose que n'était pas réellement le SGC, c'était ce qui m'avait poussé à réfléchir plus d'une fois à quitter cette base, mais au final cette aventure, et ces rares personnes à qui je m'étais attachée plus de raison. Je le savais depuis le début que je m'attirerais beaucoup de soucis dans cette base, dès ma première mission et ça n'avait pas loupé. J'aurais eu une vie tellement plus simple ailleurs, continuant de jouer les petites surdouées au lieu de me comparer aux meilleurs des meilleurs, d'affronter des ennemis inconnus et plus imprévisible que le pire ennemi terrien. Mais en même temps qu'est ce que j'aimais cette sensation, j'aimais me mettre en danger, même si jusqu'à il y a peu je ne m'étais pas rendu compte que je mettais aussi les personnes que j'aimais en danger.

J'écoutais les paroles de Jeff, il était rare d'avoir quelqu'un qui avait autant confiance dans un chef qu'il ne connaissait à peine, réellement ça me faisait chaud au coeur. Un petit sourire avait prit place sur mon visage, chose qui ne dura pas lorsqu'il abordait le sujet de Mathieu, c'était presque une façon infaillible de se manger une baffe sans la gueule. Mon regard se fermait, je fixais le ciel sans pour autant voir les étoiles, à vrai dire cette sensation était assez désagréable, entre colère et résignation. Je grognais une mine de dégoût sur le visage.


"Si quelqu'un venait à mourir durant une mission du SGC la seule chose à raconter à sa veuve et ses gosses ne seraient que des conneries de toute façon... Nous sommes des ombres."

Ce n'était que la triste réalité mais elle ne semblait pas me toucher tant que ça, qu'est ce que ça pourrait changer, il n'y avait aurait personne ou presque pour me pleurer et à vrai dire ça ne me tracassait le moins du monde.

"Quoi qu'il en soit, les personnes que je devrais affronter pour libérer Mathieu sont des monstres, je le sais pour les avoir déjà eu devant moi, et crois moi que jamais, je ne forcerais mon équipe à les affronter sous prétexte que je suis leur leader. Ce genre de mission sort des prérogatives du SGC et ils n'ont rien à faire dans ces histoires. Seulement il est difficile de se sortir de l'esprit ce genre d'histoire quand l'on en est entièrement responsable. Je paie aujourd'hui mes erreurs passées, si il ne tenait qu'à moi, je n'aurais pas repris la direction d'une équipe mais nous avons notre devoirs, particulièrement dans cette base, particulièrement parce qu'ici aucune faiblesse n'est tolérée."

Et pourtant ici, les hommes étaient pas plus infaillible qu'ailleurs, voilà le problème mais peu importe il fallait faire avec. J'eus un petit sourire à la remarque de Jeff, personnellement je me méfiais des civils mais j'avais mes raisons, surtout depuis que je travaillais au SGC. Je ne comptais plus les cicatrices que je devais à ce personnel civil, mais en même temps il était aussi arrivé que Matt nous sauve la vie. Mon avis était plus que partagé.

"Une archéo militaire, ancienne leader de SG8, elle m'a pas l'air trop mal mais je me méfie, si on lui a retiré son équipe, c'est qu'il y a une raison. Et un autre militaire, son dossier est plutôt bon. Pas de véritable bleusaille, ils ont tous les deux déjà participé à des missions au SGC c'est déjà ça."

Roulant sur le ventre, j'observais en silence Jeff, ne sachant pas réellement que penser, je l'avais évité pendant des semaines et voilà que je discutais avec lui comme si de rien n'était.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Dim 11 Sep - 20:34

Après un soupir façon grand frère affligé par les propos de sa cadette. Il la regarda avec un petit sourire en coin et se releva en s'époussetant. Puis lui tendit la main pour l'aider à se relever.

"Vous vous prenez trop la tête, Major. Vraiment, vraiment trop. Et vous déprimez sévère. J'ai même pas besoin d'utiliser mes super pouvoirs pour le remarquer. Nous ne sommes pas des ombres et nous ne sommes pas condamnés à ne pas vivre nos vies, faudrait arrêter de pense ça pour commencer. Ensuite, faites gaffe parce que si d'autres remarquaient votre façon d'être et d'agir, ça pourrait vous coûter votre chance de sauver les miches à... Enfin, à lui quoi et j'imagine que ça ne vous ferait pas plaisir. Et surtout arrêtez de penser qu'on peut être sans faiblesse. Même les robots en ont!"

Ca lui semblait assez difficile de parler de Virgile comme d'un frère, chose tout à fait compréhensible vu qu'il n'en avait pas il y avait encore vingt quatre heures.

"Et puis je pense pas qu'il aimerait vous voir dans cet état. S'il a fait ce qu'il a fait c'était pour une bonne raison et si j'avais été à sa place, savoir que ceux que je laisserai derrière marineraient dans leur jus me rendrais pas la vie plus facile. Faut garder le moral, surtout si vous voulez sortir ses miches des braises sur lesquelles on l'a foutu. Je connais un bon moyen pour se ventiler la tête, bon, j'en connais plusieurs, venir ici en est un. Se défouler avec un partenaire en est un autre. Ca vous dirait de cogner un peu? Ou marcher simplement? Je suis sûr que vous faites mal avec vos petites mimines et je suis plutôt douillet et je commence à faire vieux... Les rhumatismes le matin, après l'effort, les crampes. Vous verrez, vous aussi un jour vous y aurez droit, alors réfléchissez y à deux fois avant de vous moquer!"

Le ton peu sérieux et le petit sourire taquin de circonstance. Visiblement il faisait preuve d'une grande sollicitude vis à vis de la jeune femme sans pour autant avoir manifesté une quelconque pitié. Ils étaient après tout soldats tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 12 Sep - 0:41

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


J'observais jeff du coin de l'oeil, son soupir, sa façon d'être, d'agir, il me rappelait Mathieu au point que s'en était douloureux, mais cette fois je ne laissais rien paraitre, comme si j'étais trop habituée à souffrir pour y prêter attention. Face à ses belles paroles je ne pouvais que sourire tristement, c'était facile de parler ainsi lorsque l'on avait une vie je ne pouvais pas réellement dire que c'était mon cas. J'étais moi même un secret, même en vieillissant ça ne s'arrangerait pas, mon dossier ne pouvait pas tomber entre toutes les mains, j'avais juste été le joujou de mon père qui ne savait pas comment gérer une ado. J'attrapais la main de mon collègue et me relevais à mon tour sans réellement prêter attention à la terre qui c'était accrocher à mes vêtements.

"Ici on en a juste moins que les autres, c'est ce qui nous permet de tenir. Et puis c'est facile pour toi de parler de vivre ta vie, après tout ce n'est qu'un job comme un autre, au pire si ça ne fonctionne pas tu rejoindras ta base pépère, mon propre dossier est classé top secret, même si je le voulais je ne serais jamais muté dans une base quelconque, je crois que le seul moment où je pourrais agir ainsi se sera lorsque je serais assez gradée pour ne pas avoir à rendre de compte, j'ai du chemin à faire. En dehors de l'armée je n'existe pas, c'est pas plus compliqué que ça. Ma vision des choses n'est pas noire elle est réaliste, soyons honnête, je ne finirais pas mariée avec des gamins, la jolie petite maison en banlieue et le labrador, j'ai plus de chance de me faire bouffer par un alien. Personnellement je me demande ce qui est le pire, au moins se faire bouffer doit être plus rapide que de se faire à ce genre de vie, mais bon encore une fois c'est une question de point de vue."

Pas vraiment de famille mise à part cette armée française, mes amis c'était la même chose, tous militaires. Toute ma vie était liée à l'uniforme kaki. Ce n'était pas non plus forcément un mal, je ne me ferais sans doute pas à une jolie petite vie comme tout le monde en rêve. J'écoutais Jeff parler en silence, c'était assez étrange de l'entendre parler de Mathieu, comme si quelque chose ne cadrait pas, sans doute parce que je savais qu'il ne l'avait jamais connu, qu'il ne parlait pas réellement en connaissance de cause. Mais finalement il réussit à me tirer un sourire, et Matt pourrait vous dire à quel point c'est une chose difficile. Je lui jetais un regard amusé avant de répondre simplement :

"Mouais les rhumatismes et les crampes le matin, c'est juste pour les gens qui n'ont plus l'habitude du faire du sport. Ca maintient en forme pas l'inverse."

Vu le ton employé et le regard, le sport dont je parlais n'était pas uniquement celui que l'on pratiquait dans une salle de sport. Une petite provocation, comme une autre, d'ailleurs je lui envoyais une petite tape dans le bras avec un petit regard en coin avant d'ajouter avec un pseudo air sérieux :

"Pff je ne pensais pas que mon second était une femmelette..."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 12 Sep - 21:49

Après l'avoir aidé à se relever, il cala ses poings contre ses hanches et posa sur elle un regard contrarié qu'elle avait déjà vu de par le passé... Le frérot bis se fâchait, quoique là c'était surtout pour la forme n'étant visiblement pas spécialement en colère. Une tape derrière la tête plus tard, il la tança.

"Eh gamine, c'est pas comme ça qu'on s'adresse aux vénérables aînés! Respecte mes vieux os meurtris par ces années de service. Et on dit hommelette, pas femmelette, j'ai encore de la marge quand même, non mais!" Finalement il ne put retenir un rire bon enfant balançant une grande claque amicale dans le dos de sa supérieure et vu son gabarit ce fut une séance express d’ostéopathie. Il lui fit un signe de tête pour lui indiquer la direction qu'il voulait prendre. "Et puis faut pas se faire de mouron sur le fait que ta vie est juste un intermède entre de missions parce que tu es spéciale. Ca c'est juste si on accepte les desiderata des ronds de cuir de l'Etat Major. Tu crois qu'il va te laisser moisir dans un uniforme si tu n'en as pas envie, mon double, enfin je veux dire mon jumeau... ton frangin quoi? C'est vraiment compliqué c'te affaire!
Et si tu veux profiter de la vie, faire le mur et t'éclater un peu, tu as un second dévoué pour t'aider, te couvrir et participer aux fiestas. Et là tu verras qui est la femmelette, qui a besoin entrainement parce je suis un pro, moi! Oui mam'selle!. Nous sommes les élites de la Terre, on a bien le droit de profiter de la vie en période de relâche que ça leur plaise ou non. Si tu te condamnes à une vie en kaki tu peux être certaine que les huiles vont pas t'en dissuader et tu finiras carbonisée et foutue au rebut. Tu le sais en plus! Et faudra pas compter sur moi pour qu'un si joli petit bout de femme finisse en ménagère de moins de cinquante ans à vingt cinq!
Tu finiras certainement pas mariée avec bambins, pavillon et clébard, mais ce sera pas mal parce que de toute façon c'est nul ce genre de vie. Moi je me vois sur une planète avec une plage à la mer limpide comme le cristal, des cocotiers, des vahinés sublimes et des cocktails. J'aurai un grand bungalow pour accueillir les potes de l'unité et stocker le matos de chasse et de pêche. Tu pourras venir quand tu veux."


Grand sourire bon enfant et rêve de vie tout aussi bon enfant. C'est sûr c'était une sorte de grand gamin ou alors il jouait bien ce rôle. Il montrait surtout qu'il était là si elle en avait besoin. Il avait toujours été du genre bonne patte et n'aimait pas qu'un équipier aille mal d'autant plus si cet équipier avait un lien particulier avec lui. Il se sentait un attachement particulier avec cette demie portion.

"C'est vraiment ton fantasme? te faire croquer par un alien? Sont vraiment bizarre ces jeunes..."

Et hop, une petite boutade. Après tout c'est elle qui avait commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mar 13 Sep - 2:05

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Je pris un air moqueur et taquin jusqu'à la petite tape qui me fit froncer doucement les sourcils, comme si mon attitude face à Jeff venait de se calquer naturellement avec celle que j'aurais eu avec son frère, c'était parfaitement mon genre de me moquer gentiment de mes aînés, particulièrement si ces derniers me tendaient le bâton pour les battre. C'était toujours un plaisir mais je n'aimais jamais avoir le retour de bâton même si c'était gentiment. Je souriais face à ces paroles, l'avantage avec lui c'était que j'arrivais à avoir le sourire. C'était assez particulier, je savais qu'il y avait quelque chose d'étrange, il était rare que je m'attache à quelqu'un surtout qu'il était clair qu'au début, ça n'avait pas accroché entre nous. Il y avait quelque chose de particulier entre nous, chose que je détestais. J'étais un peu perdue, cette ressemblance et en même temps ses différences avec Mathieu, en sa présence je me sentais étrangement libre. Sa tape dans le dos me fit sortir de mes pensées. J'avais beau ne pas être un petit chaton fragile, Jeff avait un sacré gabarie à côté de moi. Je suivis la direction qu'il m'indiquait avant de protester, Rakel qui ne râlait pas n'était pas Rakel n'est ce pas ?

"Vénérable? Mouais je proteste, parce que là j'ai des doutes sur le fait que ce mot puisse être employé pour toi..."

Mathieu, ma seule vie en dehors de cette base, son frère avait raison en aucun cas Mathieu me laisserait agir ainsi, mais fallait il encore qu'il soit là, et ce n'était pas le cas. Je le regrettais réellement. Entendre Jeff parler de mon "frère" j'eus mal au coeur. Je ne pouvais pas dire que les sentiments que j'avais pour Mathieu étaient réellement ceux d'une petite soeur, il y avait tant de chose que je ne lui avait pas dit, et que peut être je ne pourrais jamais lui dire.

"Je crois que Dante tient plus de mon double que du tien, tu ne lui ressemble que physiquement. Je crois pas qu'il soit du genre à faire la fiesta ou ce genre de truc, et encore moins du genre à me couvrir pour que je prenne ce genre de risque. La dernière fois que j'ai été en boite avec des collègues on a bien faillit finir au commissariat sans l'intervention du général. Je crois qu'il n'aurait pas loupé l'occasion de me botter le cul si il en avait eu l'occasion."

J'eus un petit sourire triste, je me demandait réellement si je pourrais le revoir. Se fut Jeff qui chassait mes pensées noires.

"Mouais je doute qu'une ménagère soit capable de botter le cul des serpents à ma manière, et je crois que je tiens plus de l'ado à problème que de bobonne. Tu as vu le coin où ils nous ont enterrés, on peut pas dire que c'est l'idéal pour faire la fête, surtout avec nos bouts en train de collègues. Tu n'as encore jamais assisté à leur connerie de fête à la base, mais c'est aussi passionnant qu'un enterrement."

L'évocation de la plage et de la mer bleue me fit pensée à ces vacances que je m'étais promise de prendre il y a déjà un an ou deux, mais ce projet avait été fait avec Matt, à présent que nous n'étions plus ensemble, je pense qu'il serait plutôt déplacée de ma part de songer à des vacances alors que visiblement tout SG3 allait être repensée. De toute façon, je n'aurais même pas la tête à ça, alors se serait une véritable perte de temps.

"Hum dis moi tu investis quand? C'est tentant. Pas la pêche et la chasse, mais plutôt l'idée de me retrouver dans un paradis terrestre entourée de beaux mâles, me plais pas mal. Et puis sans dec, tu m'imagines me retrouver en vacances forcées quasiment 9 mois? J'ai pas encore rencontré le mec pour qui je serais capable de subir une pareille torture."

J'eus un petit sourire, l'idée de la maternité n'éveillait en moi aucun instinct maternel, comme quoi ce genre de connerie n'était pas réellement inné chez les femmes. En tout cas, plus j'apprenais à connaitre Jeff, plus je me demandais ce qu'il foutait au SGC, non pas qu'il ne soit pas compétent, j'avais décidé de lui faire confiance en mission c'était donc que je croyais en ses capacités, mais surtout il avait l'air d'avoir un côté humain, qui semblait avoir quitté tous les militaires faisant partie de cette base. Face à cette petite boutade, j'eus un petit sourire, il faut dire qu'il n'avait pas la connaissance du terrain derrière la porte que j'avais, finalement se faire croquer par certains aliens, pourquoi pas.

"Oh tu n'as pas vu à quel point certains sont sexy, il n'y a pas que des putains d'araignées en alu, tu as aussi de beaux garçons avec qui je pourrais brûler la vie par les deux bouts. Conquêtes de l'univers, asservissement des peuples, des centaines de personnes à mes ordres, et le développement d'un égaux sur-dimensionner grâce à un serpent intégré à mon cou, pourquoi pas j'ai envie de dire, c'est ça la vraie vie. Après tout regarde moi, j'ai tout ce qu'il faut pour être reine, non?"

J’eus de nouveau un petit rire, continuant à marcher avec lenteur dans cette campagne française.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La nuit est longue avant l’aube... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Extérieur du SGC :: Alentours du SGC :: Village de St Faycelles-
Sauter vers: