La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nuit est longue avant l’aube... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mar 13 Sep - 19:04

Jeff repartit d'un rire sonore et bon enfant en la pointant du doigt et mit plusieurs secondes avant de retrouver une respiration posée, essuyant des larmes qui mouillaient le coin des yeux. Quelques exercices de respiration plus tard, il arrivait à parler sans ricaner.

"Donc si je comprends bien, tu me suivrais sur mon île paradisiaque pour te faire croquer par un alien sexy? Rakel, reine de Cancun 2? Evite l'allusion d'un serpent dans ton... cou. Ca pourrait faire jaser. Et tu verrais que tu apprécierais la chasse et la pêche. Le soir tranquillement le cul posé sur les rochers. Une bière bien fraîche à la main, à mater l'océan et de temps en temps rattraper ses cannes avant qu'un poiscaille se tire avec, se faire masser les épaules par une belle blonde, ou brune, ou rousse, une belle femme quoi, je suis pas sectaire tant qu'elle est bien fichue et sait masser. Et puis la chasse dans les sous-bois. L'adrénaline qui coule dans nos veines, nos sens en alerte à l'affût du moindre bruit pouvant trahir une proie. L'excitation de la traque quand le gibier est découvert et l'exultation quand on revient avec pour casser la croûte. Parfois c'est carrément mieux qu'une partie de jambes en l'air!"

Il la détailla de la tête aux pieds et lui tourna autour, avec ce regard appréciateur de marchand de tapis ou de maquignon... Se grattant le menton en s'attardant sur certaines parties de son anatomie, généralement celles qui gênaient les femmes quand on les fixait.

"Bon, je sais pas comment le dire... Tu es sûre de tout avoir pour être une reine? Non parce que je veux dire, c'est quand même très complexe au niveau des critères de sélection et... Petite terreur, oui, je veux bien le croire. tu sais les petits monstres qui vous refont les tibias quand ils sont pas contents, qui vous fusillent du regard malgré leur mètre soixante et leurs quarante kilos toutes mouillées et avec du plomb dans les poches, à pincer les poignées d'amour en traitre... Ca j'en doute pas. Une reine... Naaaaan. Une reine c'est un machin aussi flasque qu'une gelée anglaise, qui se fait servir et limite donner la béquée, qui écoute ce que lui dit son mari... Rien que ça, tu vois, j'ai comme l'impression que ça coincerait et qu'on retrouverait un roi avec un talon aiguille planté dans le front, et encore je n'évoque que le plus décent des meurtres.
Reine, non définitivement pas. Mais petit tyran leader d'une équipe SG, moui, ça te va pas trop mal si tu as un super second de l'étoffe d'un commando de marine qui allie charme, humour, intelligence, force, compréhension, discrétion et modestie. Je ne parle pas de compétence vu que c'est livré de série avec commando de marine. Mais je veux bien donner le titre de miss Cancun 2 s'il y a défilé de bikini. Enfin, si tu le mérites petite fille. C'est que j'ai presque deux fois ton âge... Pfiou! Dommage que mon double infernal ait saboté mes chances de prendre du bon temps ici. Me voilà à protéger les fesses d'un petit garnement terrible sans aucune chance de salut dans les bras d'une belle femme pour cause de sosie coupable de tyrannie. Adieu repos, adieu plaisir, adieu Cancun 2..."


Il lui dédia un grand sourire à la fois moqueur et enjoué. C'est sûr il était à des années lumières de Virgile au niveau de la personnalité ou du moins il était expansif et extraverti contrairement à l'agent du BSPC qui n'affichait presque rien sinon cette mine renfrognée qui faisait flipper tout le monde à la base. Et lui aussi de la traiter de petite fille, ce qu'elle était plus ou moins en regard de leur différence d'âge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 14 Sep - 0:23

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Riant de bon coeur, je ne pu m'empêcher de lui taper sur le bras pour me venger de ces moqueries, j'avais l'impression de le connaitre depuis toujours, une sensation assez étrange, surtout lorsque comme moi on n'a au final que très peu d'attache. Non, décidément je n'aimais pas les aliens, c'était pour moi hors de question de me taper ce genre de bestiole, aussi sexy soit il, je n'avais pas confiance en ces créatures, il fallait être totalement taré si vous voulez mon avis pour s'approcher de ces bestioles.

"Dis pas de conneries, je préfère de loin les beaux militaires musclés, c'est plus mon truc que les bestioles voulant se loger au chaud dans mon cou. Et puis tu as loupé, ça jase déjà, la plus part de la base était persuadée qu'il se passait des choses très chaudes dans le bureau de ton frère entre lui, Mickaëlla et moi, ça en faisait sans doute baver plus d'un. C'est clair que c'est pas avec notre nouveau général que l'on va avoir ce genre de rumeurs, heureusement remarque, là je crois mon égaux en prendrait un coup. Tu me pardonneras, je crois que nous n'avons pas réellement les même goûts, rester le cul posé sur un rocher à rien faire c'est déjà dur, mais me faire masser les épaules par une nana, c'est réellement pas mon truc, qu'elle soit blonde, brune ou rousse, je les préfères plus musclé et avec moins de poitrine. Quant à la chasse, la seule que je pratique, c'est la chasse à l'homme, plus le gibier est intelligent plus c'est intéressant. Dans mon ancienne base, nous nous faisions ce genre de petit jeu. Un seul gagnant, le meilleur du groupe."

Bon bien sûr, il ne s'agissait pas d'une véritable chasse, étant donné qu'il n'y avait pas de mise à mort, mais c'était suffisamment excitant comme ça, particulièrement lorsqu'il y avait un lien fort entre les personnes. Quoi de mieux qu'une chasse pour rendre une partie de jambes en l'air encore plus excitante? De bons moments, sans doute meilleurs que ceux que je n'aurais jamais ici. Là bas j'avais une famille, ici c'était plus compliqué, tout le monde se méfiait, il n'y avait pas de vrai lien, sauf dans SG3 auparavant, mais c'était du passé à présent. J'observais Jeff qui me détaillait avec insistance, mais ça ne me posait pas le moindre problème, je me sentais bien dans mon corps, je n'avais pas le moindre complexe, sans oublier qu'il ressemblait comme deux gouttes d'eau à l'homme que j'aimais plus que tout, ça aidait sans doute à se sentir à l'aise, même si le comportement de Jeff était à mille lieux de celui de Mathieu. Il était un homme agréable, avec de l'humour, absolument pas colérique, et semblait prendre plaisir de partager avec les autres. Contrairement à Mathieu, Jeff avait tout de l'homme parfait, mais dieu que son frère me manquait. Les paroles du militaires me tiraient des sourires, je me sentais étrangement bien avec lui, je le poussais lors de sa remarque sur ma taille, je n'étais pas aussi naine qu'il semblait l'insinué :

"Tu permets je mesure un 1m70 et je ne suis pas si maigre que ça, et ce n'est pas en traitre, pas de ma faute si tu as de la graisse où l'on peut s’accrocher non mais ! Et tes chevilles ça va, non? Quant au défilé, en bikini pour ça il faut m'inviter sur une île paradisiaque, là pas de soucis, je veux bien tester un bikini différent chaque jour. Et j'avais oublié tu n'as encore jamais vu une reine Goa'uld, je crois que le côté furie leur va aussi si bien. Et puis regarde moi, c'est clair que je le vaux, le seul truc qui pourrait gâcher ça, c'est les cicatrices, mais ça fait partie de l'uniforme des militaires."

J'étais bien décidée de me moquer de lui, après tout encore une fois il me donnait des bâtons pour le battre.

"Ah mais oui tu es un ancêtre pour SG3, nous sommes une équipe de petit jeune, mais efficace, tu crois que tu vas t'en sortir papy?"

Je le bousculais d'un coup de hanches, mais au vue de son gabarie c'était plus de la taquineries qu'autre chose, je savais pertinemment que je ne pouvais pas luter directement avec lui, pas en confrontation frontale, j'en avais fais l'expérience avec Mathieu lorsque j'avais eu le malheur de lui envoyer une baffe.

"Oh avec un peu de chance tu vas avoir des nouveaux, il y en a même déjà qui n'ont pas connu Dante. Tu as aussi une petite chance avec les aliens, il y a un des collègues qui se tape une Tok'ra, à mon avis c'est plutôt flippant, mais elle est assez jolie c'est compréhensible, les hommes sont faibles c'est bien connu. Ah si tu as aussi ceux qui n'ont jamais été confronté à Dante, assez rare mais ça arrive. Avec ta belle gueule, il va bien en avoir une qui va craquer."

Au fond de moi cette perspective ne me plaisait pas du tout, une certaine forme de jalousie, mais je m'abstiendrais de ce genre d'aveux.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Jeu 15 Sep - 7:56

Avançant tout en l'écoutant, un vague sourire aux lèvres, il la laissa le chahuter sans trop se rebeller... Il y avait des défaites qui se devaient d'être consommées. Le pauvre commando en prenait pour son matricule niveau petites remarques et à plusieurs reprises il fit la moue boudeuse de celui qui était blessé dans son orgueil. Papy, ancêtre et autres petites piques lui faisaient faire la grimace comme autant de traits mortels pour son amour propre.

"Donc je suis un vieux débris avec une belle gueule... Bon, c'est toujours ça. On pourra mettre comme épitaphe sur ma pierre tombale "Ci-gît Jean François Cosey, il avait de beaux restes." Hmmmm... Quoique ça ferait un peu trop humour noir et je ne voudrais pas qu'on me prenne pour un comique de service, même à titre posthume. Alors comme ça on me trouve charmant?"

Petit sourire enjôleur qui devait sans aucun doute faire son petit effet chez les représentantes de la gent féminine. Il s'était arrêté et penché vers Rakel, rapprochant sensiblement son visage de celui de la jeune femme. Cela dit la lueur d'amusement dans son regard démentait toute manœuvre... A moins que ce genre de choses soient un jeu pour lui.

"Vous croyez, très chère demoiselle, que je pourrai faire succomber une innocente. Voilà qui est quand même étonnant, on pourrait presque dire sans se tromper que vous n'en pensez pas un mot ou que vous espérez que cela ne sera pas le cas. Peur que l'on vous vole votre petit éclaireur dévoué corps et âme?" Se redressant dans l'instant et de façon inattendu, il arborait ce petit rictus espiègle et se laissa aller à un petit ricanement moqueur. "Tu sais, dans le ROHum on nous apprend à déchiffrer les gens comme s'ils étaient des livres ouverts. Pas la peine de faire ta jalouse, même si je suis son sosie, c'est lui le frangin que tu dois protéger de toutes les femelles en rut. Considères moi comme le leurre que tu pourras jeter en pâtures aux femmes éprises de ton terminator de frère adoptif, je me sacrifierai avec joie. J'ai toujours rêvé de pouvoir faire preuve de cette ultime dévouement. Enfin, c'est pas comme si tu devais craindre quelque chose de toute manière. Vu la description que tu m'en as fait, ce doit pas être un sacré tombeur... Peut être que je pourrai le décoincer. Si ça te dérange pas hein et s'il ne me trucide pas avant." Petit moment de réflexion intense.

"Remarque, vaut mieux qu'il reste comme il est. C'est vrai, ce serait une vraie calamité s'il se mettait à draguer. tu imagines la concurrence? Je resterai la référence, mais ce serait quand même problématique."

Ses réflexions se portèrent sur un sujet tout autre qui semblait avoir attiré son attention à retardement. Le sujet en question était cocassement amené et le manque de sérieux dans son ton indiquait qu'il était toujours dans le mode blague. Pas de doute, il se plaisait bien dans le rôle de boute entrain du matin.

"Tu m'as dit que certains faisaient frotti frotta avec des Tok'ra, mais c'est pas interdit? Ca doit quand même être bizarre de se faire une nana avec un passager à bord! Et le serpent pourrait en profiter pour se balader! Brrr. Définitivement non, les échanges d'un troisième type, pas pour moi! Je préfère les cicatrices aux vers de terre dans le crâne. Au moins elles indiquent une vie mouvementée comme il faut et généralement du caractère. Tout ce qu'il faut pour s'amuser..."

Jean François s'était arrêté de marcher d'un coup. Comme un chien de chasse qui venait renifler quelque chose il s'était totalement immobilisé durant deux secondes et repris ensuite sa marche comme si de rien était se retournant vers elle et marchant à reculons . S'il arborait toujours son sourire désinvolte ses paroles et son ton étaient d'une froideur professionnelle.

"Mouvement dans les buissons à deux heures. Distance cent mètres environ. Fais comme si de rien était jusqu'à ce qu'on soit à une trentaine de mètres. Là on ira faire un petit coucou à nos visiteurs. Ils doivent être deux ou trois si leur gabarit est poids plume. La place n'est pas énorme derrière ces fourrés. si tu as autre chose que ton poignard, ce sera pas mal."

Et il repris sa marche à l'endroit, parlant d'un ton calme de tout et n'importe quoi, surtout n'importe quoi en fait. Son cabotinage étant une arme parfaite pour s'approcher sans déclencher de réflexe de danger chez d’éventuels agresseurs.


A trente mètres il s'élança comme une fusée et sauta dans les buissons après une course en zigzag étonnamment silencieuse compte tenue de sa vitesse et de ses chaussures. Deux cris terrorisés montèrent de l'endroit et Rakel put constater la raison de cela. En guise d'espion, il y avait devant un Jeff prêt à faire un sourire artificiel à ses "espions" deux jeunots d'une vingtaine d'années à tout casser, partiellement dévêtus. Les deux malheureux avaient les yeux rivés un coup sur le commando en mode tueur de sang froid et le couteau de combat énorme qu'il tenait à la main. Les larmes aux yeux, se mordant la lèvre inférieure et tremblant comme des feuilles, ils étaient à deux doigts de la crise cardiaque. A leur décharge, le gentil commando de marine était en cet instant sacrément flippant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 17 Sep - 23:37

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.

J'avais le sourire aux lèvres, j'étais à l'aise avec Jeff, qui l'aurait dit en sachant comment je l'avais accueillis, mais il fallait être réaliste, j'avais pris un sacré coup dans la figure en le voyant ainsi dans le salon. Il était difficile de voir autre chose que Mathieu, particulièrement en sachant que la dernière fois que j'avais vu cette personne qui importait tant pour moi lui ressemblait goûte d'eau, la même coiffure, quasiment la même tenue. L'épreuve n'avait pas été simple, particulièrement en sachant qu'il avait été dans mon équipe, devoir lui faire confiance sans le connaitre, en faite simplement lui faire confiance, ce n'était pas une chose simple pour moi, j'étais de nature méfiante, et la disparition de Mathieu n'avait rien arrangé. Enfin à cet instant, j'étais bien, je prenais plaisir à le taquiner gentiment, m'amusant simplement, et oubliant quelques instants mes soucis, chose que je ne semblais pas avoir fait depuis des années. A cet instant il avait retirer un sacré poids de mes épaules, je ne pouvais que l'en remercier. Je le regardais avec un grand sourire. Charmant, ce n'était pas peu dire.

"Charmant? Je te signale que tu es le frère jumeau de Dante, et si tu veux mon avis, il est de loin le plus sexy de la base, l'avantage, c'est que lui est intouchable, je ne le partagerais avec personne. La première qui approche, je la mords."

Je riais de bon coeur, mais au final c'était tellement sincère, même si Mathieu n'était pas du genre à fricoter avec qui que se soit, il avait déjà du mal avec ma présence ce n'était pas pour supporter qui que se soit d'autre. Il penchait son visage vers le mien, chose que j'aurais pu d'adorer, mais ce n'était pas le bon jumeau, mon coeur ne battait que pour une seule personne, et au final, je ne connaissais pas Jeff, je commençais tout juste à en apprendre un peu plus sur lui, même si je commençais aussi à l'apprécier. A vrai dire j'avais un peu de mal à savoir où j'en étais, mon coeur fit un bon alors qu'il me signalait ma jalousie. Je n'aimais pas être ainsi découverte, j'aurais aimée protestée, mais il aurait été difficile d'être crédible. Mal à l'aise, j'éloignais mon visage du sien, un peu comme si j'avais peur d'être mise à nue, surprise par mes propres sentiments. Je me contentais de sourire le regardant du coin de l'oeil toujours un sourire sur mon visage. Alors qu'il se moquait de moi, je lui envoyais une tape dans le bras prenant un air supérieur qui sonnait faux étant donné le sourire amusé que j'affichais.

"Regarde moi, personne ne me vole quoi que se soit, j'ai tout pour moi, même au SGC personne ne m'arrive à la cheville. Quant à celle qui pourrait me concurrencer, je leur fait trop peur pour qu'elle ose me défier."

De nature très jalouse, ses mots ne servaient à rien, c'était tout simplement dans ma nature, il ne s'agissait pas de quelque chose que je contrôlais, j'en avais déjà fait l'expérience en mission, et je ne pouvais que me félicitais d'être toujours dans des situations où, au final, mon comportement avait été justifié.

"C'est la vague d'hécatombe qui en suivrait qui m'embêterait, le manque de personnel qui s'en suivrait ect. Ne crois pas que tu m’aie vu sous mon vrai jour, il y a des raisons si beaucoup de personnes se méfient de moi, ton frère a tendance à me prendre pour un chaton sans défense, mais je suis plus forte qu'il ne le croit, et aussi plus mauvaise, je n'ai pas besoin d'un leurre. Je me contenterais de bouffer la première qui tentera de s'approcher, à moins que Mathieu ne l'ai fait avant moi... Enfin je te rassure si il essaye de te piquer ta place de playboy, je lui botte moi même le cul."

J'eus un petit rictus, rien à avoir avec mes paroles, tout ceci devait être prit avec une certaine touche d'humour, même si en soit, je n'hésiterais pas à tuer la première qui s'approcherait de Mathieu, comme je n'hésiterais pas à partir en mission suicide pour buter le plus de membre possible d'Hégémonie si ces cons avaient eu le culot de s'en prendre à sa vie. Rien n'est plus dangereux qu'une louve blessée. A vrai dire ce qui me gênait à cet instant, ce fut d'avoir utilisé son véritable prénom, chose que j'évitais de faire devant les autres, ça c'était juste entre lui et moi. Enfin sa réaction face à la relation de certaines personnes avec les Tok'ra, me plut, enfin quelqu'un qui ne trouvait pas naturel de coucher avec une meuf qui a un serpent dans le cou.

"Partie à 3, si on veut, pers, je suis comme toi, ça me dégoûte et je ne serais pas des personnes qui tente ce genre d'expérience, j'aime l'aventure mais pas de ce genre. Et oui c'est interdit, mais la Tok'ra dont je te parle à arrangé pas mal de truc entre nous et son peuple de serpent, je pense que c'est pour ça qu'il tolère sa présence et le fait qu'elle soit bise-bise avec certains militaires. En soit tant qu'elle n'essaye pas de me tripoter, il ne lui arrivera rien. Elle sait très bien ce que je pense d'elle, je ne pense pas qu'elle viendrait se frotter à moi, un coup de P90 est si vite partit."

J'avoue avoir déjà menacée Leiha, mais au moins elle avait retenu la leçon et évitait simplement ma présence c'était mieux ainsi. Le changement de comportement de Jeff attira mon attention, je compris aussitôt qu'il avait repéré quelque chose. Je continuais comme si de rien n'était, nul besoin d'alerter certains ennemis que nous savions qu'ils étaient là. Écoutant les instructions de Jeff, je me contentais d'observer les lieux indiqués grâce à ma vision périphérique.

"S'amuser c'est pas peu dire. Tu crois vraiment que je me balade avec un P90 sur moi, les seuls ennemis à qui j'ai eu à faire en dehors de la base ils m'ont attaquer en bande en pleins centre à quoi veux tu que me serve un machette."

Je savais très bien qu'attaquer de front hégémonie serait une très mauvaise idée, et en même temps je me disais que ça ne pouvait pas être eux, ils n'étaient pas assez con pour se faire remarquer aussi facilement. Ne jamais sous estimer les ennemis. Continuant à parler de tout et de rien, nous continuions à avancer jusqu'à ce que Jeff se mette à sauter dans les buissons à la manière d'un prédateur, commençant sa traque jusqu'à ce que deux cris retentissent. J'attrapais mon couteau dans la main avant de la relâcher doucement, Hégémonie n'aurait pas crié ainsi c'était évident. Nos deux espions étaient surtout des gamins en train de se bécoter. J'essayais de réprimer un fou rire, mais mes côtes me faisaient souffrir. Je me rapprochais de Jeff, attrapant sa main pour lui faire reprendre ses esprits, avant de prendre le ton de la plaisanterie :

"Si tu voulais les imiter inutiles de les chasser, il y avait pleins d'autres buissons."

Je riais de bon coeur avant de reprendre.

"Le pauvre à cause de toi il vient de perdre la face devant sa copine, on peut pas dire qu'il à l'air d'un prince charmant prêt à protéger sa belle."

Ces paroles me rappelèrent un certain Noël, une chose à la fois que je ne pouvais nier et que j'avais du mal à accepter. Mathieu était mon prince charmant, il m'avait sauver, mais aujourd'hui, je me jurais de ne pas avoir besoin de qui que se soit pour me protéger. Une belle connerie.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 19 Sep - 5:10

Le soldat se retrouvait un peu bête. Les gamins pétrifiés avaient profité de l'arrivée de Rakel et de la diversion qu'elle leur avait procuré pour mettre les voiles à la vitesse de la lumière. Avec un soupir agacé, Jean François rengaina son hachoir et adressa un regard désolé à la gamine qui lui servait de chef d'équipe. Il était sur le qui-vive malgré son apparente désinvolture, il y avait trop de choses en ce moment pour que l'on soit tête en l'air. On pouvait se détendre et profiter de son temps libre, mais toujours en ayant un œil derrière la tête et en dormant d'une oreille.

"Si je voulais les imiter? Je suis trop vieux pour les plaisirs champêtres. Mes fesses s'accommodent mal des épines et des buissons aux feuilles rêches. Et j'évite de me faire mordre ou griffer à mon premier rendez vous."

Il rebondissait en aiguillonnant la petite audacieuse. Il était resté tout près d'elle, tout, tout près au point qu'elle pouvait sentir sa respiration sur elle. il susurra d'un souffle léger presque à son oreille.

"Je sais bien que je te fais tourner la tête, mais quand même, là tout de suite dans ces buisson? Et fougueuse avec ça! C'est plus du charme, c'est de la magie."

Il se redressa et éclata de rire, sonore et joyeux poursuivant tranquillement, un grand sourire aux lèvres.

"Quand à notre champion du cent mètres, je suis certain qu'il saura se faire pardonner. Enfin, j'espère pour lui. Elle était pas déplaisante à regarder la petiote... Rha, je suis presque désolé pour lui. Mais en même temps, c'est leur faute, la prochaine fois ils feront plus attention. Faire les couillons près d'une base militaire, franchement, c'est des coups à se faire des frayeurs de ce genre!
Mais au fait, tu sais, ton comportement, c'est quand même pas terrible. J'ai de la peine pour ton frangin. C'est vrai quoi, il va imploser un jour s'il peut pas se faire plaisir. C'est vraiment pas bien d'être possessive comme ça. Ok, c'est nouveau comme fraternité, mais toi comme lui vous devez vous laisser du champ.
Je me rappelle d'une petite souris. Un peu dans ton genre. Fougueuse, pleine de vie, le caractère bien trempé et forte en gueule. Ahhhh, Marielle... Sacrée souplesse! Je sortais donc avec elle depuis deux semaines v'la'ti pas que son frère aîné débarque à la caserne un jour et comme il peut pas entrer il m'attend à l'extérieur. Quand je sors finalement pour aller me rincer le gosier avec des potes, il m'attrape par le col et me fait la leçon, que si je touche à sa soeur patati et patata, que je devrais faire attention, qu'il est deuxième dan de karaté, que si je la fais souffrir il me fera manger mes dents, bref, il croyait me faire peur en roulant des mécaniques. Je pense qu'il a très mal pris que j'éclate de rire. Il était tellement poilant avec son air de tueur aussi naturel que les nibards de Carmen Electra. il a voulu me frapper, j'ai esquivé, mes potes sont intervenu pour lui éviter des soucis et l'on envoyer balader. Tu aurais dû la voir déballer le soir à notre point de rendez vous comme une petite furie en me disant que j'avais de la chance parce que son frère il était super dangereux, qu'on devait plus se voir pour ma sécurité, je me souviens plus du reste, j'écoutais plus tellement je riais. La Providence a fait qu'il l'avait suivie et donc que comme il n'y avait pas de témoins il pourrait me démolir comme il en rêvait. Elle, terrorisée qui me suppliait de fuir et suppliait son frangin de m'épargner qu'elle était venue rompre.
C'était si beau cet amour fraternel... Franchement, tu me vois briser les rêves de petite fille de la belle Marielle en éclatant son grand frère héroïque? C'était absolument tordant, et finalement j'ai battu en retraite, surtout pour ne pas éclater de rire. Et ça m'a permis de vivre une relation secrète absolument torride!
Ma petite, si tu joues les garde-chiourmes avec ton grand frère, il t'arrivera la même chose!"


Il lui tourna le dos un moment pour regarder alentours et toujours de dos, il lui demanda d'un ton très sérieux.

"Alors, quel buisson te plaît le plus?"

Fichtre, le commando semblait décidé à lui rendre la monnaie de sa pièce jusqu'au dernier centime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mar 20 Sep - 19:47

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


J'avais du mal à m'arrêter de rire, il y avait bien longtemps que je ne m'étais pas amusée autant, à vrai dire, je n'étais pas capable de me souvenir d'avoir été aussi détendue dans cette base ou avec quelqu'un du SGC. J'observais son regard désolé avec un petit air amusé, aujourd'hui j'étais plus qu'indulgente, ce qui aurait pu lui coûter chers il y a quelques jours était pris avec bonne humeur aujourd'hui. Ce n'était pas commun, mais rien que le fait de pouvoir se détendre un peu apportait beaucoup. Je savais à quel point c'était difficile de se détendre, j'étais arrivé à un point où j'arrivais à me dire que ce qui devrait arriver arrivera, je gardais ma garde pour les missions, même sur mes gardes Hégémonie avait réussit à me piéger alors ça ne servait à rien. La remarque de Jeff me fit sourire, alors qu'il m'aiguillait sur un autre chemin, je ne pu m'empêcher de répliquer :

"J'oubliais ton grand âge, pardonne moi cette erreur."

Je souriais mais la proximité avec Jeff me rendait mal à l'aise, sa respiration dans mon cou puis tout prêt de mon oreille était assez dérangeant. Il était bien connu que je n'étais pas une personne très sociale, la proximité avec les gens m'avaient toujours dérangé, quoi que généralement j'étais assez à l'aise avec les hommes. Généralement, c'est plus difficile lorsque l'homme prêt de moi ressemblait comme deux gouttes d'eau à la seule personne que j'aimais sincèrement c'était plus délicat. Je me contentais de sourire en coin, après tout lorsque l'on avait une vie comme la notre, avec les dangers que nous affrontions tous les jours, il valait mieux être spontané, sous peine de ne pas vivre pleinement sa vie qui, je le savais que trop bien pouvait être très courte une fois membre du projet SGC.

"Une base secret, les gamins ne sont peut être même pas au courant de notre présence ici. Se faire pardonné de ne pas avoir tenté de défendre sa chérie? A mon avis il va être forcé de faire abstinence un bon petit moment."

J'écoutais l'histoire de Jeff en silence, fixant le paysage droit devant moi. Il oubliait toujours la même chose que son frère, je n'étais pas un chaton sans défense, j'étais sans doute même plus dangereuse que ce fameux frangin qui avait tenté de protéger sa frangine. J'avais un joli petit sourire carnacié sur le visage.

"Tu sembles oublier quelque chose, le frangin n'était pas un vrai tueur, il ne faisait que bleffer pour protéger sa petite soeur. Tu ne m'as pas connu dans mon état "naturel", la disparition de Dante m'a trop touché, et je me suis trop sentie coupable de la mort de l'un de mes hommes, de la disparition de Virgile, j'étais persuadée que si il m'avait fait un peu plus confiance, en moi, en mes capacités, ça ne serait pas arrivée. Mais qu'importe, si je veux menacer quelqu'un, se ne sera pas des menaces en l'air, je suis une vraie tueuse, ce n'est pas un rôle, tu ne sais pas bien que le frère de ta Marielle n'avait jamais du tuer une personne de sang froid. On sait tous ce que sont les civils qui essayent de jouer les gros durs, même ici j'ai affronté ce genre de type, du gâteau à foutre à terre."

Souvenir d'une sortie en boite dans le coin entre membres du SGC. Nous avions tous faillis finir en cellule à cause de leurs conneries, mais au final, être membre d'un projet secret nous apportait une certaine protection. Heureusement vu l'état des mecs après nous avoir affronter. Les matchos avaient du mal à supporter l'idée de se faire botter le cul par une femme, c'était ce qui les avaient sans doute poussé à continué malgré le fait qu'ils avaient déjà eu une bonne correction.

"Je te signale qu'il a menacé d'envoyé mon mec de l'époque étudier les pingouins au pôle sud, alors il n'est pas mieux que moi. Avec lui chaque personne qui approche de moi est en danger de mort, ou dans le pire de cas, il finira à l'autre bout du monde en moins de deux. Je crois que tu ne peux pas comprendre notre relation... Je sais juste que rares sont les filles qui seront capable de me foutre une branler, je ne m'inquiète pas pour ça."

J'étais quelqu'un de plutôt sûre de moi, même si les derniers événement avait eu tendance à attaquer ce côté de ma personnalité, je remontais la pente. Je l'observais alors qu'il semblait chercher quelque chose jusqu'à ce que sa remarque me fasse rire.

"Oh moi je ne suis pas très difficile, n'importe quel buisson fait l'affaire pour une louve, mais tu l'as si bien dis, toi tu es trop vieux pour ce genre de chose, je ne voudrais pas que tu te fasses griffer les fesses par des ronces."

Je souris avant de rajouter, un peu comme un conseil :

"Méfie toi avec ce genre de parole, les rumeurs vont très vite au SGC, des fois je me demande même comment certains bruit de couloir sont arrivés là. Avoir la réputation de remplacer Dante auprès de son Cerbère ne serait pas super pour ta réputation. Déjà que faire partie d'SG3 risque de les effrayer, je ne voudrais pas être responsable d'une abstinence forcée, au final tu as raison, ce n'est pas toi que je dois protéger."

Je souriais, ma réputation au SGC ne me faisait ni chaud ni froid, qu'importe si certaines personnes pouvaient penser du mal de moi, je savais ce que je valais et seul l'avis des personnes que j’appréciais m'importait.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 21 Sep - 11:02

De façon assez surprenante, le cocoye lui sourit gentiment et lui ébouriffa les cheveux avant de l'attraper par l'épaule d'un geste presque fraternel tout militaire et proche. Accessible et prévenant, c'était un bon ami à avoir car il se souciait de ses amis et de leurs problèmes. Le plus étonnant était qu'il considéra la jeune femme au demeurant peu commode et lui ayant envoyé quelques missiles dans les gencives dans un passé récent, comme une proche. Il ne se l'expliquait pas lui-même, mais c'était comme si c'était tout naturel pour lui. Comme s'ils se connaissaient depuis toute une vie et qu'ils partageaient bien plus que ce qu'ils avaient en commun actuellement.

"Trop touchée... C'est quoi ces conneries? Tu as perdu celui que tu considères comme ton frère! Comment on peut être "trop" touché? Andouille... Au lieu de te torturer avec des conneries du genre "s'il m'avait fait plus confiance" tu ferais bien de te demander pourquoi il s'est laissé prendre. Si j'ai bien compris, vous aviez pas mal de blessés, les russes avaient l'avantage et puis à ton avis qu'est ce qu'il te serait arrivé si tu étais montée avec lui dans l'autre appareil? Lui c'est un ponte du programme, il a beaucoup de valeur. Toi, même si t'es là depuis une paye tu restes qu'une militaire et un défaut dans sa cuirasse. Ca te plairait qu'il crache le morceau pour t'éviter la torture? A sa place j'aurai pris la même décision. Moi, je suis foutu, mais je peux faire en sorte que mes hommes et ma sœur rentrent au bercail sans problème. S'il a choisi de t'éloigner à ce moment là c'est pas parce qu'il te faisait pas confiance, mais parce qu'il t'aime. Et tu penserais la même chose si t'aimais pas tellement t'automutiler. Une tueuse, ouais, t'es sans doute une tueuse, enfin, une petite tueuse de poche qu'on peut transporter partout en toute discrétion, mais dans le genre oualakbar, la tueuse qui se fait sauter..." Petit instant de silence et gros moment de solitude affiché pour Jeff. "Euh... Le jeu de mot c'était pas voulu, on oublie!"

La pression de la main du soldat se fit plus ferme comme accentuer son soutien face à ces mots qui avaient touché un point sensible. Son humour à deux cents avait été lâché pour détendre un peu les choses.

"Tu sais, les rumeurs... Et puis je préfère qu'on me colle dans ton lit plutôt que dans celui d'une mocheté. De toute façon, je suis à peu près sûr que c'est mort pour moi dans la base. Ceux qui ne le connaissent pas vont être briefés par ceux qui ont connu Virgile Dante... Ah mais franchement, comment il faisait pour être crédible avec un nom pareil? Je suppose qu'il a pas eu son mot à dire. Enfin, j'espère pour lui. Donc, ceux qui parlent dans mon dos, parlent à mon cul, je m'occupe de ma petite tribu, je vis ma vie comme je veux tout en respectant le plus possible le sacro-saint règlement."

Il laissa la jeune femme reprendre sa liberté, fourrant ses deux mains dans les poches de sa veste. La regardant de temps à autre sans détour, sans masquer quoique ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Jeu 22 Sep - 1:20

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Comme par habitude, je chassais les mains qui me décoiffait et remis mes cheveux en place. Je n'aimais pas particulièrement que l'on me touche, et encore moins que l'on s'amuse ainsi avec mes cheveux, disons que de la part de certaines personnes c'était seulement plus supportable même si je ronchonnais légèrement. Il faut dire que c'était déjà exceptionnel, peu de personne avait l'occasion d'agir ainsi sans se faire arracher le bras. En faite, Jeff avait de la chance, il faisait partie des très rares personnes que j’appréciais, malgré des débuts difficiles. Il faut dire que ma personne en avait pris un certain coup. J'étais même persuader que se manger une poutrelle en pleine gueule aurait sans doute été moins douloureux que de le voir ainsi installé dans le salon. Je soupirais exaspérée, j'avais déjà eu à faire à Hégémonie, le "sacrifice" de Mathieu ne changeait rien, si ils avaient voulus me tomber sur le dos, ils l'auraient fait. J'avais compris depuis longtemps comment ils fonctionnaient, ils avaient essayés une fois de m'impressionner, je ne voyais pas pourquoi ils ne tenteraient pas une nouvelle fois de le faire.

"Nous sommes militaires, nous perdons tous les jours des personnes que l'on considère comme des frères ou des soeurs, c'est le principe d'une guerre. Et ne nous faisons pas d'illusions, nous sommes en guerre. Contre les Goa'ulds, contre les araignées métallique, contre Hégémonie. Ils ont déjà essayés de faire pression sur moi, s'attaquant à ma seule famille pourquoi ils ne recommenceraient pas? Ce n'est pas d'avoir Dante dans les pattes qui les empêcheront d'agir. Ils n'ont pas hésité à m'attaquer en plein centre ville. Ces mecs sont des psychopathes. Comment veux-tu que je fasses autre chose que de m'automutiler? Si je n'avais pas été là il n'aurait sans doute pas fait cette erreur, celle de laisser ses sentiments prendre le dessus sur la raison. C'est toujours le cerveau qui doit prendre le dessus jamais le coeur, sinon on fait des erreurs horribles, j'ai fais des tonnes de conneries à cause de ça, mais le genre de connerie dont on évite de laisser des traces dans les rapports de mission. Ca c'est entre moi et mes hommes, n'empêche qu'il s'agit d'erreur. Dante le sait mieux que moi, sa seule famille c'est la France. C'est à cause de moi qu'il a fait des erreurs, c'est à cause de moi qu'on en ai arrivé là."

J'avais essayé de resté de marbre à la remarque de Jeff. Après tout c'était réellement ce que pensait la plus part des membres du SGC. Je crois que tout était plus simple en étant gamin, enfin le soir de Noël lorsque nous étions enfant réellement. Ensuite tout s'était embrouillé dans ma tête. Je ne savais pas réellement ce que je ressentais, j'étais perdue, tout ce que je savais c'était que c'était la personne qui me manquait le plus, la seule que j'aimais sincèrement. Malgré la preuve de soutien de Jeff sur mon épaule, j'avais l'impression que le sol s’effondrait une fois de plus sous mes pieds, sans pour autant me laisser abattre, l'impression que mon monde fuyait n'était plus réellement une nouveauté pour moi, je commençais à trouver mes marques dans mon monde en perdition. J'eus un petit rire, il faut dire que la première fois que j'avais entendu ce nom, j'avais eu à peu prêt la même réaction que lui.

"Je pense qu'on a tous eu la même idée que toi, mais au final il a réussi à imposer la peur au SGC. Un truc de fou, mais même ça, ça n'a pas réussi à me faire respecter le sacro-saint règlement. Je crois que ton frère s'est tapé la tête contre les murs à cause de moi. On ne peut pas dire que la base soit un vrai foyer mais ce n'est rien par rapport à ce qui se passait il y a quelques mois. Et puis mort pour toi, ne paris pas, les femmes sont tarées dans le coin, y en a bien une qui sera assez folle pour craquer pour toi."

Je lui tirais la langue amusée. Je pensais réellement ce que je disais, après tout Jeff était plus que beau, et charmant, même avec la réputation de Dante, il serait capable d'en séduire plus d'une. Après quelques secondes de silence, je repris d'une voix étrangement douce, celle d'une petit fille qui souffre, mais ça ne dura qu'un instant, une fois son prénom prononcé, je ré-endossais ma carapace.

"Mathieu, c'est son vrai prénom que j'utilise le plus souvent, Virgile, c'est pour les autres..."

J'eus un moment de silence, cette idée me trottait depuis un moment dans la tête mais c'était la première fois que je l'évoquais réellement, même si je savais que je n'aurais jamais cette autorisation.

"Je sais comment savoir où il se trouve..."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together


Dernière édition par Rakel Peleonor le Ven 23 Sep - 0:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Jeu 22 Sep - 5:18

Il la regardait alors qu'elle se justifiait de ses sentiments, de sa peine, de sa façon de s'éloigner de tout le monde... et aussi de se mentir à elle même. Il y avait un grand fossé entre perdre un membre de sa famille et perdre un camarade, un frère d'arme. Parfois on pouvait dire que c'était la même chose, mais non. Il savait ce que cela faisait de perdre un ami proche et de s'en sentir responsable, le complexe du survivant...
La laissant continuer sans mot dire, il écoutait attentivement, mais plus attentivement encore il la regardait et en apprenait sans doute plus par sa façon de bouger ses mains, de crisper ses lèvres et l'expression de ses yeux que par ses paroles. Elle y tenait beaucoup à son Bayard.


"Mathieu donc, appelons le par son prénom puisqu'il n'y a pas d'oreille indiscrète, ce n'est pas un frère d'arme, ce n'est pas simplement un gars avec qui tu es allée au charbon, c'est quelqu'un que tu considères comme TRES précieux, bien plus cher qu'un coéquipier... Sauf moi évidemment, mais ça c'est normal, c'est mon charme naturel. Tu n'es pas honnêtes avec toi même si tu le places sur un même niveau que par exemple le soldat que je remplace. Ouais, il sans aucun doute agit d'une façon différente parce qu'il tenait à toi, et d'un côté c'est tant mieux parce que ça t'as permis de t'en tirer, alors plutôt que de te sentir coupable et broyer du noir tu devrais être reconnaissante et profiter de cette vie qu'il t'a permis de prolonger. Je suis sûr qu'il sera heureux d'entendre que tu as passé ton temps à sinistroser devant la télé à t'empiffrer de glaces, à boire dans les bars et à martyriser tes chers coéquipiers. Si tu continues à te laisser bouffer comme ça, tu ne seras jamais d'attaque pour le récupérer ton frangin! Laisse donc ces sentiments t'inspirer plutôt que de te bouffer les tripes, je sais de quoi je parle.
Tiens, d'ailleurs... En parlant de ça, si effectivement il est bien mon frère, et que vous soyez d'une façon ou d'une autre frères et soeur... Ca veut donc dire que moi aussi je suis ton frère aîné."


A voir le sourire qui lui étirait les lèvres d'une oreille à l'autre nul doute qu'il pensait déjà à mille et une façon de lui jouer des tours pendables en profitant de ce statut particulier. Mais pour lui aussi c'était quelque chose d'étrange car cela pouvait sans doute expliquer, ou du moins essayer, cette sensation à son égard.

"Et pour ce qui est des frappées, j'avais déjà cru remarquer que tu étais pas mal dans ton genre donc je me doute qu'il a du en bouffer sa cravate un certain nombre de fois. Ca doit avoir du bon d'être la soeurette du boss. Pistonnée va!" Là il se moquait d'elle carrément en détournant une des rumeurs comme quoi Rakel et Virgile étaient plus que proches... "Mais non, merci, j'ai mon quota de folle dans ma vie. Et pourquoi irai je m'en trouver une alors que je t'ai sous la main, toujours disponible pour maltraiter, me faire avoir des cheveux blancs avant l'heure, passer des nuits blanches. Pfeu, que les inconvénients et pas les avantages. Finalement je le suis déjà ton grand frère que je le veuille ou non, et que tu le veuilles ou non également. Je dis ça, mais c'est pas comme si j'avais l'habitude de courir après les gamines, j'ai quand même une limite inférieure d'âge, pas envie de finir en taule pour détournement de mineure quand même.
Et je suppose que c'est parce que tu sais que je suis résigné à te suivre en enfer que tu me parles de tes possibilités de ramener le diable dans sa base secrète du Massif Central?
Eh! Les gars! Regardez la surprise qu'on vous a ramené de Sibérie! Votre pire cauchemar! Alors heureux? On est sympa avec vous hein?!
Je suis sûr qu'il adoreraient."


Petit rire ironique. Il faut dire qu'il n'avait pas spécialement la moindre sympathie pour les gens qu'il avait pu croiser jusque là. Au mieux il s'était heurté à de la froide indifférence donc cela l'amusait cette perspective de leur faire voir la différence qu'il y avait entre lui et le "vrai" et ce serait très cocasse de voir les gens se liquéfier devant lui. Sa douce revanche non létale et tellement sournoise et recherchée qu'il était impossible de résister à la tentation. En plus il était certain que l'autre lui donnerait sa bénédiction puisque cela entretiendrait le climat de terreur qu'il avait instauré du temps de son règne.

"Ahhh, je me vois déjà le ramener. Je me ferai la même coupe que lui et je me mettrai aux costards pour quand je ne serai pas de service, histoire de traîner dans les couloirs et leur foutre la pétoche. Boss, je suis plus résigné, je suis super gonflé à bloc pour aller récupérer mon double de frangin qui fait peur à tout le monde sauf à vous parce qu'il vous manque trop de cases pour avoir peur du diable." Garde à vous parfait et ton presque sérieux, peut être un peu trop parfait pour paraître crédible. Encore une fois il faisait le pitre, mais ce n'était pas que du flan.

"Si tu sais comment trouver des infos, qu'est ce qu'on attend alors? Perso, j'ai pas de contacts avec James Bond ou ses petits copains, je suis qu'un petit sous off des Commandos de Marine donc je peux juste apporter mes bras et mon sourire pour le cas où il y a une soldate russe à occuper, enfin, une jolie soldate évidemment. Si elle est moche, je te la laisse. Tu me mets dans la confidence ou je dois te torturer avec des chatouilles pour que tu me mettes au parfum?"

Il agita ses mimines sous les yeux de la jeune femme et de toute évidence il avait envie de l'embêter encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Ven 23 Sep - 0:19

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Oui il avait raison c'était tellement logique de souffrir plus de la perte de Mathieu que d'une inconnue mais cette inconnue était sous mes ordres, c'était moi qui était responsable de sa vie alors que Mathieu était mon supérieur, il savait ce qu'il faisait, du moins en principe. Non en soit je me sentais toujours coupable de ce que je ressentais, mais comme Jeff le faisait si bien comprendre, ça ne changerait pas grand chose. Ce n'était pas en regrettant que l'on changerait les choses. A présent, il fallait plutôt essayer de reprendre du poil de la bête pour pouvoir réellement agir. Je pensais sincèrement que j'étais sur la bonne voie, de toute façon, j'étais persuadée il n'y avait pas d'autre option possible, j'avais essayé de vivre sans lui et ça avait été la cata, je m'étais enfoncée plutôt qu'autre chose.

"C'est pas réellement une question d'honnêteté, simplement, je sais que je place Mathieu au dessus de n'importe quelle personne au SGC alors que j'ai des vies sous mes ordres, sous ma responsabilité. En gros je m'en veux de réagir ainsi, même si je sais que ça ne changera que dale. Et puis merde c'est pas mon problème ce qu'il pense à cet instant, c'est lui qui nous a appuyé pour cette mission. Talion sans déconner avec un nom pareil j'aurais du deviner que ça allait mal se passer. Je me suis embrouillée avant la mission avec des membres d'une autre équipe. Tu vois, le genre qui chiale parce qu'on lui a mal parlé alors qu'il ne branlait rien ou pire quelqu'un qui te reproche d'avoir engueuler un membre de son équipe alors qu'elle est elle même ta subordonnée. Sans déconner je me demande des fois comment tourne le SGC, nous faisons partie de l'armée, ce qui compte, c'est le grade, le mérite et pas un vulgaire statut de chef d'équipe. Je crois que j'ai un peu de mal à me faire à cette vie au SGC malgré le fait que je suis ici depuis des années..."

A sa remarque sur le fait qu'il était plus ou moins mon frère, je grimaçais, visiblement pas convaincue. En soit, oui il était évident qu'avec la relation et la place que prenait Mathieu dans ma vie, lui aussi tiendrait une place dans mon coeur. Quant au type de relation que Mathieu et moi avions, ou même Jeff et moi, c'était plus délicat. Personnellement, je n'étais pas sûre de vouloir avoir deux personnes capable d'influencer tant ma vie. Je lui envoyais une petit droite dans le bras comme pour le dissuader de vouloir jouer les grands frères, et surtout de vouloir m'embêter. Je ne pouvais pas dire que je n'aimais pas ça, j'aimais bien ce moment que je passais avec Jeff me plaisait, cependant comme Mathieu le disait si bien, avoir des proches c'était donner des moyens de nous atteindre. Je ne craignais pas Hégémonie, c'était sans doute le premier truc évident, mais j'avais peur de perdre les gens auquel je tiens réellement. Tenant à profiter du moment, je souriais avant de prendre ma défense.

"Ne compte pas jouer de ça non mais ! Sinon je vais devoir me venger au moins autant que je m'en suis prise à Mathieu dans ces mauvais jours. J'espère que tu es moins agressif que lui, parce qu'il a tout de même manqué de m'envoyer un pc dans la gueule, me foutre une raclée, et il m'a foutu des bleus aux poignets pour une simple baffe. Bon j'avoue que je ne suis pas réellement mieux lorsque l'on par tempérament mais si je lui ai fais bouffé sa cravate, c'est qu'il l'a mérité, et te fait pas d'illusion ça sera la même pour toi !"

Je souriais amusée, mais au fond je savais pertinemment que c'était sérieux, lorsque j'étais de mauvaise humeur, tout le monde mangeait en particulier les gens que j'aimais.

"Arrête maintenant ils vont raconter que je me tape le jumeau de Dante, je vais passer pour une folle furieuse qui fait une fixation sur votre beau visage. Bon je passe déjà pour une tarée, ça ne changera pas grand chose mais quand même. Et les cheveux blancs visiblement tu n'as pas besoin de moi pour t'en faire..."

Bon vu le peu de lumière qu'il y avait et la distance, je ne voyais absolument pas si il avait des cheveux gris ou non.

"Et je t'interdis de me traiter de gamine, je suis majeur et vaccinée depuis pas mal d'année, même si je reste la plus jeune de la base, mais c'est pas de ma faute si vous êtes des vieux. La jeunesse c'est l'avenir."

Évoquer une solution pour ramener Dante me rapportait une lueur d'espoir, après tout trouver une solution me permettait de trouver une façon de me battre. Il y avait de l'espoir tout simplement. A vrai dire c'était tellement évident que je me demandait comment j'avais fait pour ne pas y avoir pensé avant, j'avais même envie de me taper la tête contre un mur pour avoir été aussi idiot.

"Non si je t'en parles c'est parce que j'ai confiance en toi. Et sans vouloir te vexer, je crois qu'ils nous adorent déjà alors ça ne va pas changer grand chose. Remarque rien que pour voir leur gueule, je suis hyper motivée. Et non va pas dire que je n'aime pas mes collègues, j'ai juste quelques comptes à régler, et c'est une façon très pacifiste de le faire. Redevenir la reine des couloirs sombres du SGC, ça me plairait beaucoup, au final j'aime quand les gens me craignent."

Je souriais, à vrai dire, je m'en foutais pas mal, l'avis des autres n'avaient pas le moindre intérêt pour moi. Je passais distraitement la main dans les cheveux courts de Jeff.

"Je sais pas ça ferait un drôle d'effet de te voir avec les cheveux longs, mais je te paris que je ferais la différence à l'aise, au moins vous ne me tromperez pas."

Je prenais ça comme un défi, mais le principal défi du moment, c'était surtout retrouver Dante. Jeff était derrière moi et c'était rassurant, en faite je n'étais plus seule, ça me faisait réellement chaud au coeur.

"En fait c'est juste que le diable à des faiblesses, du moins une. Moi."

Je souriais toujours, un petit air de provocation sur le visage. Je n'avais pas honte de dire que j'étais la seule et unique faiblesse de Mathieu. Même si c'était à cause de ça qu'il c'était fait coincer. Sa place n'était pas sur le terrain. Enfin... Reprenant mes esprits face à la remarque de Jeff, je redressais la tête, me reprenant.

"En faite c'est simple, il est sans doute avec la deuxième porte, elle s'active lorsque l'on compose les coordonnées de la Terre alors que notre porte est active. C'est l'itinéraire bis en gros... Il suffirait de la faire s'activer pour la localiser. Après mener une attaque ne sera pas forcément des plus difficile, c'est comme ça qu'à été préparé Talion."

J'attrapais mes mains, jouant avec l'un de mes ongles, à la fois gênée par cette idée, et enjouée.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 24 Sep - 17:43

Le petit démon s'en voulait d'être le talon d'Achille de "l'autre", son jumeau. Et elle lui en voulait aussi sans aucun doute. Bah, c'était tout ce qu'il y avait de plus humain que ces sentiments. Ceux qui essayaient de les réprimer ne faisaient que souffrir et faire souffrir inutilement.
Sa remarque sur les membres de l'opération Talion qui avaient fait des remarques le fit rire, un rire ironique et presque amer.


"Ah ça... Y en a dans toutes les unités de ces boulets là. On les appelait les "juristes" et on leur faisait sentir qu'ils étaient pas les bienvenus. Une fois on a même carrément abandonné un des juristes de l'unité. Notre compagnie était de manœuvre et dans ma section j'avais hérité d'un foutu boulet. La nana dont l'objectif c'est d s'envoyer un officier et si possible de se faire engrosser. Et vas y qu'il fallait lui porter son sac, et vas y qu'elle avait son petit coin à elle qu'on avait dû lui préparer, et vas y qu'il faut l'aider pour les passages d'obstacle, et surtout, une gueule comme un four si on se pliait pas à ses petits caprices. Elle croyait qu'elle pouvait tout se permettre, parce qu'elle s'était déjà tapé son petit colonel... Dommage pour elle. Je l'ai envoyé faire le guet sur une position théoriquement secondaire. Le souci c'était que ce point d'observation était pile sur le trajet de la force ennemi. Des gentils potes para étrangers dont la mission était de faire des prisonniers et de les malmener pour les interroger. J'aurai adoré être une petite souris pour voir ce qu'elle a vécu pendant ces dix huit heures. Etrangement, elle a résilié son contrat dans le mois qui a suivi.
Quand on me chie dans les bottes on finit toujours par payer, toujours. Et je suis pas du genre à passer l'éponge tant que le con ou la conne qui m'a pris le melon se soit mangé la roue karmique dans les dents, quitte à l'aider un peu..."


Ces derniers mots avaient été prononcé d'un ton plutôt sinistre. Sa nature sombre reprenait le dessus un court instant. Visiblement c'était pas le genre à laisser couler quand on lui courait sur le haricot.

"Si tu as besoin de déplacer un cadavre et d'une tombe anonyme dans le coin, on pourra s'arranger. Et je te préviens, si tu essaies de jouer la petite peste avec moi, contrairement à mister mon double, moi je te colle sur les genoux, je te baisse le treillis et je te colle une fessée qui te ramènera à de meilleurs sentiments. Non mais. Attention la demie portion, les diable comme toi, je les croque au petit déjeuner!"

Avec un sourire moqueur il lui pinça le bout du nez. La pauvre Rakel n'avait pas fini de se faire chambrer et taquiner par son autre frangin qui décidément était plus démonstratif que le secret agent secret. Etait ce le métier qui avait fait de lui quelqu'un d'aussi peu expansif ou était sa nature qui avait fait que son métier lui allait comme un gant? Mais que ce soit Mathieu ou Jean François, les deux semblaient prendre à coeur de veiller sur celle que beaucoup considéraient comme suffisamment forte et dangereuse pour s'occuper de ses affaires. Et au premier rang de ces gens il y avait Rakel elle même.

"Et je t’appellerai gamine, morveuse, la naine, minipouce, demie portion et je sais pas quoi d'autre si je veux, d'autant plus que c'est vrai. T'as beau être majeure, t'es toute maigre et petite, on dirait un chat balancé à la flotte." Il se doutait qu'elle râlerait ou le taperait, c'était même l'effet attendu. "Bon, je me doute que oui, tu feras la différence, tu sais comment il bouge, ses tics, sa façon de parler, comment il se comporte avec les autres... Mais avec un petit entrainement je pourrai m'amuser. Et pas qu'un peu! Cela dit, pas question d'être sa doublure. Je préfère être dans ma peau que dans la sienne. Être le diable ne me tente que pour malmener les couillons et me marrer un peu."

Jean François éclata de rire à la petite phrase de Rakel concernant le point faible de Mathieu. Sacré point faible, certains auraient donné cher pour que leur faiblesse soit de cet acabit.

"Ca pourrait être pire comme faiblesse. Un joli petit lot avec un entraînement militaire d'élite et qui en plus tient dans une valise! Et puis... Ce point faible a son propre garde du corps. Il a bien magouillé son affaire ce saligaud. attends que je lui mette la main dessus!"

Il se rappelait le principe de fonctionnement de la Porte des Etoiles et du fait que lorsqu'il y avait deux Portes sur Terre, celle du SGC passait à la trappe car elle ne disposait du boîtier de contrôle d'origine, le DHD. C'est ce qu'ils disaient du moins. Les principes scientifiques présidant au fonctionnement de tout bazar était plus que suffisant pour lui donner la migraine et d'opérer un repli stratégique à la vitesse du son.

"Donc si je comprends bien la petite écolière, il suffit d'attendre qu'ils emploient leur Porte et de tenter de les localiser via tout le bataclan employé la dernière fois. Ok, sur le principe ça fonctionne, le problème c'est que la dernière fois celui qui demandait toutes les recherches et analyses c'était le patron du programme et qu'il avait l'aval de toutes les huiles de l'Etat Major et du locataire de l’Élysée. Là, tu as quoi? Ta bonne volonté et un commando de marine avec un grade pas vraiment supérieur.
Tu crois que tu vas avoir accès aux satellites de la DRM et de la DGSE voire ceux de nos amis étrangers? Niveau échelle alimentaire on est tout en bas, Rakel, alors j'espère que tu as des amis très bien placés pour appuyer ce genre de requête parce que sinon ça implique du piratage informatique de très haut niveau et quelques autres petites opérations tout aussi légales et passible d'accusation de haute trahison. Puis y a un truc, peut être que les russes, si ce sont bien les russes qui ont la Porte, sont au courant pour cette méthode et qu'ils vont prendre des mesures pour faire en sorte d'empêcher un pistage par ce moyen."
Il lui sourit, un peu triste visiblement de tacler ses espoirs. "Crois pas que je veux te dissuader, mais faut tenir compte de nos moyens. Tout d'abord faire l'inventaire de nos relations fiables et passibles de nous rapporter des informations, données et matériels, après voir avec ces infos là. Ensuite se renseigner sur les installations, les soldats, puis se soucier du matos, etc. C'est sacrément différent de ce qu'on fait ici. Mais bon, t'en fais pas. Faut juste s'organiser et prévoir du café, beaucoup de café."

Lui faisant son sourire de grand charmeur il lui colla une pichenette sous le menton pour l'embêter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 24 Sep - 23:43

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Je soupirais, malheureusement ce genre de con étaient trop présent à mon goût au SGC, dire que nous étions sensé être les meilleurs de l'élite françaises c'était presque effrayant. Je ne faisais pas de cadeau à ce genre de personne et à vrai dire, la petite histoire de Jeff me faisait sourire, j'aurais pris grand plaisir à sa place. En tant que femme, je ne supportais pas ce genre de personnes, voilà pourquoi beaucoup de femmes avaient mauvaises réputations auprès des militaires. Je n'étais pas de ce genre au contraire, je détestais l'idée d'un certain favoritisme, je ne m'étais jamais cachée auprès de Mathieu qui je n'étais pas une grande fan des traitements de faveur, ça avait d'ailleurs été motif de dispute entre lui et moi. D'ailleurs je m'en voulais de ce genre de connerie, quand on y pensait c'était vraiment pour les broutilles que l'on c'était pris la tête à chaque fois. Ca avait un côté déprimant, au final on ne profitait pas réellement de la vie, mais même en savant ça, je n'étais pas sûre que ça aurait changé quoi que se soit, nous ferions les mêmes erreurs. On ne grandissait pas réellement grâce à nos erreurs, je reproduirais sans doute les même si on me donnait la chance de revenir à cette nuit de Noël.

"Malheureusement, il y a beaucoup de personnes comme ça au SGC, les gens qui se croient au dessus de tout simplement parce qu'ils sont capables de citer quelques vulgaires lois, comme si même en pleines missions secrètes en territoire étranger, elles avaient encore court. Je crois que cette équipe, je lui aurais botté le cul avant même le début de la mission si Mathieu ne m'en aurait pas empêcher, ici je me dis que l'on donne le commandement d'une équipe à n'importe qui. Mais bon heureusement que c'est relativement rare de partir en compagnie des autres équipes, sinon je crois qu'il y aurait pas mal de perte au combat..."

Même si Jill avait été mon amie, je devais avouer que je lui en voulais beaucoup, à vrai dire je ne savais même pas si je pourrais lui reparler comme avant, sa réaction avait été le début d'une réaction en chaîne qui m'avait trop couté pour oublier maintenant. Fasse à proposition de me botter les fesses je souriais, une menace que son frère prenait plaisir crier mais qu'il ne mettrait jamais en application, et étrangement je pensais que se serrait la même chose avec Jeff. Je lui lançais un regard de défi, comme j'aimais faire avec Mathieu, une certaine provocation qui me plaisait tant.

"Grrr fait attention, je pourrais aimer ça. Et là c'est le drame ta punition serait réduite à néant. Ne rêve pas, ton frère a déjà essayé cette menace, mais ça n'a jamais marché. Tu peux toujours rêver pour faire peur au diable."

Tout en lui jetant un coup d'oeil en coin, j'encaissais les surnoms stupides que me donnait Jeff, ce n'était pas comme si c'était la première fois que je les entendais, au contraire, à mon entrée dans l'armée, j'avais subis ces affronts à longueur de journée, au début ça m'avait touché, et au final j'avais appris à ne pas faire cas, j'étais douée, je le savais et je l'avais prouvée à présent, je n'avais pas de raison d'en douter.

"Et je suis ton supérieur, l'une des plus anciennes au SGC et surtout ta chef d'équipe, non mais un peu de respect ! Et puis de toute façon, je m'en fiche, peu importe le petit surnom que tu souhaites me donner, je suis la meilleure, et puis c'est pas de ma faute si je suis pas bien grosse, je préfère ça que d'être un boudin, je suis le modèle de poche je me faufiles n'importe où. Après tout c'est la ruse parfaite, qui se méfierait de moi? C'est sûr que tu fais toujours attention lorsque tu te trouve à côté d'un catcheur, moi, je suis le vrai diable, on ne t'a jamais dit qu'il a un visage d'ange. Bien sûr que je ferais la différence, il est mon double, ma moitié, même si tu étais un très bon acteur ça ne fonctionnerait pas. Je suis trop forte pour toi."

Je souriais à la remarque de Jeff, il fallait aussi savoir que mon plus grand point faible c'était Mathieu, d'ailleurs c'était encore plus délicat. Mathieu m'aimait comme une soeur, j'étais folle de lui, c'était l'une des raisons pour laquelle j'avais tant souffert de sa disparition, pour moi, il était la seule personne qui comptait réellement. Une relation assez ambigüe en faite, plus le temps passait et plus je commençais à croire qu'il ressentait la même chose pour moi, mais il avait fallut qu'il disparaisse... Je crois réellement que j'avais un gros problème relationnel avec les autre, ma relation avec Mathieu n'était qu'un exemple parmi tant d'autre.

"J'ai l'impression que tout tourne toujours à son avantage et puis il m'a obligé à t'accepter comme garde du corps, même si j'ai eu du mal à digérer cette idée. Et puis je ne suis pas sûre que ton frère soit d'accord avec toi, en soit il se serait sans doute bien passé de cette relation."

Ma patience n'était pas très reconnue au SGC c'était pour ça que je manquais de m'étouffer lorsque Jeff laissait entendre qu'il faudrait attendre que les Russes se servent de leur porte, et puis quoi encore, Hégémonie n'étant plus en possession de l'engin, il y avait peu de chance de pour qu'ils s'en servent. N'étant pas spécialement attentive aux principes scientifiques, je retenais surtout les principes utilisés lors des missions. Celle ci m'avait principalement marquée pour des raisons évidente.

"Je dirais plutôt qu'il est nécessaire de provoquer la chance. Il suffit d'aller sur une autre planète et d'activer la porte alors que celle du SGC est activée vers une autre planète. Nous avons une liste de planète inhabitées, et nous pourrions laisser la porte du SGC ouverte vers Revanna. Là j'ai tout de même la possibilité de récupérer une seconde porte. Ca n'intéresse peut être pas le SGC mais... En faites je ne comptes pas sur notre bonne vieille armée nationale, nous avons d'autres alliés possible... Tu vas pas aimer l'idée... Neville Robert ça te dis quelque chose ? Si oui, pas la peine de crier, je connais le type, j'ai confiance en lui, sans parler de la monnaie d'échange."

Pour la simple et bonne raison que je savais les conneries que l'on pouvait faire par amour. Pour moi il n'était pas un traitre, et surtout à présent il semblait le plus intouchable de nous tous.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Dim 25 Sep - 23:54

Jeff se gratta la nuque et faignant d'abord la gêne finit par ricaner. Dans l'absolu cela ne lui posait aucun problème et il y avait pire comme perspective qu'une fessée appréciée. Bon, malgré tout comme elle l'avait indiqué sans vraiment le faire valoir abruptement, elle était sa supérieure. Ca serait quand même pas terrible.

"Hmmm. Ca pourrait être pas mal de te faire apprécier la fessée, mais ça ferait mauvais genre et nous sommes après tout l'élite de l'élite de l'armée Française. Quand à tes atouts, bah... Faut faire avec ce que l'on a. Là c'est sûr faut miser sur la subtilité que sur la puissance."

Regard goguenard en la détaillant.

"Par contre j'imagine pourquoi il s'en passerait bien de cette fraternité bizarre. Même moi je sais pas si je pourrai gérer ça facilement. Surtout avec toi, je préfèrerait un petit chaton du genre qu'on pose dans un coin et qu'on retrouve au même endroit, surtout si entre temps j'ai la planète à sauver tout simplement mes propres miches. Normal qu'il fasse en sorte de se faciliter la tâche. J'aime pas trop être l'outil pour se faciliter la vie, mais je peux le comprendre."

Ecoutant ce qu'elle détaillait par rapport à ses intentions et ses projets, Jean François fronça les sourcils. Il s'était creusé la mémoire pour savoir de qui la diablesse parlait, après tout c'était un gars qui avait quitté le programme de façon particulière, mais avant son arrivée. Maintenant il dirigeait officiellement une multinationale dont on savait qu'elle était une sorte d'entreprise mêlée de secte sous la coupe d'une extraterrestre, une gamine qui aurait dû servir d'hôte pour une reine goa'uld et qui a une sacrée influence sur le scientifique. Chefet, il se rappelait de son nom. Il y avait des photos d'elle qui révélaient une croissance un tantinet accélérée. Sans doute la technologie goa'uld. L'idée de frayer avec des gens pareils qui avaient fait preuve d'une ambition prédatrice et d'une hostilité larvée à l'égard du SGC ne lui plaisait pas tant que ça et il ne s'en cacha pas, là Rakel avait raison, il n'aimait pas.

"Je ne veux pas gâcher ta joie, mais si la première partie de ton plan fonctionne normalement, faut que leur Porte soit active sinon on en sera quitte pour un échec. Là je suis vraiment pas chaud du tout c'est faire affaire avec Typhon. Tu sais très bien ce qu'il y a derrière eux et tu voudrais qu'ils t'aident à récupérer Mathieu? tu crois pas qu'ils chercheraient pas à l'occasion de s'occuper d'un directeur du SGC en plus agent de renseignement? Et pourquoi pas un des plus anciens agent de terrain avec en prime un commando de marine? Ok, tu veux ramener ton frérot au bercail et je suis avec toi pour cette affaire, mais fais gaffe, parce qu'à être prêt à tout peut signifier tout perdre, y compris ce que tu voulais protéger. Sans parler du fait qu'il en coulerait une bielle sans l'ombre d'un doute! Tu es sûre que ta monnaie d'échange est plus intéressante que ce que j'ai cité?"


Contrairement au ton que le militaire avait employé jusque là, bon enfant sinon léger, là on sentait le soldat, le professionnel qui ne laissait rien détourner son attention de son objectif et qui pesait tout élément avec une attention maniaque.

"Sans parler de ce qui pourrait te tomber sur le coin de la face niveau SGC. Tu crois qu'ils réagiraient de façon détendue s'ils savaient qu'on fricote avec l'ennemi. Tu sais, haute trahison, manquement au devoir, conduite déshonorante, atteinte à la sûreté de l'état, j'en passe et des meilleures. C'est un coup à finir dans un trou paumé loin de la civilisation, et ça c'est si ça se passe bien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 26 Sep - 20:17

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Je souriais même si au final je savais que, comme toujours, la conversation prendrait un aspect moins agréable. J'avais retourné mes idées dans tous les sens, et au final, j'étais confiante, je pensais sérieusement avoir trouvé une solution plus potable que les autres. Ca ne serait clairement pas sans danger, mais j'étais prête à prendre le risque, tout comme celui de cette fessée à force de provoquer les frangins.

"Tu ne m'as pas vu dans mon état naturel en mission, il ne faut jamais se fier aux apparences, j'étais sans doute la plus dangereuse de l'équipe, et la plus imprévisible. Quant à faire mauvais genre, je crois que c'est déjà fait, pour eux je me tape mon supérieur et toi, tu es le frère de Dante. Alors bon, je croise qu'on peut difficilement faire pire."

Je souriais, toujours aussi sûre de moi, plus le temps passait et plus la vraie Rakel semblait reprendre le dessus. Plus question d'avoir l'air d'une petite fille fragile, ce n'était pas le cas, je tenais plus de la fiancée du diable que d'un petit angelot, il fallait être réaliste. Je lançais un regard provocateur à Jeff qui me détaillait, le fixant d'un air de défi.

"Je n'ai rien du chaton et heureusement, il reste peut être dans son coin, mais il est aussi totalement inoffensif, ne crois pas que Mathieu t'as mit ici juste pour me défendre moi, il a laisser entendre que moi aussi je devais veiller sur toi. Et merde j'ai sans doute sauvé plus souvent la planète bleue que lui, lui il s'occupait de me sauver mes fesses, des méchants d'Hégémonie qui voulait me couper en rondelle, mais passons cet épisode n'a rien eut d'agréable."

Jouer à poignarder un cadavre ce n'était pas réellement mon truc, surtout qu'en soit j'aurais préféré tuer ce bâtard moi même. Finalement arrivait ce qui devait arriver, je savais pertinemment que mon idée n'était pas celle qui plairait le plus aux militaires, mais qu'importe pour moi il s'agissait d'un bon plan, et je tenais à le défendre coûte que coûte. J'avais vécu ces situations dont il n'avait fait que lire les dossiers, je savais que Neville ne nous voulait pas réellement du mal, après tout ils auraient pu détruire le SGC très rapidement et ils ne l'avaient pas fait, c'était sans doute qu'il y avait une raison.

"Sincèrement, j'aime énormément Mathieu, mais il ne fait pas le poids contre une porte des étoiles. Sans rire, ne nous donne pas trop de valeur, Neville connait le terrain, et si il avait voulu il aurait pu mettre la main sur moi lorsque sa petite princesse à décider de prendre en otage le SGC. Ils nous aident à récupérer Mathieu, ils obtiennent la porte, et une sorte de traité de paix entre eux et nous. Après tout il y a plus dangereux que Typhon, je crains plus Hégémonie qu'un ancien collègue. Et ne parle pas de trahison ce mot n'a même pas été employer pour Neville alors qu'il était militaire, en soit nous ne sommes pas en guerre contre Typhon, il ne s'agit que d'une entreprise française point barre. Du moins officiellement."

J'avouais que pour faire passer ça auprès de notre nouveau général ça ne serait pas simple, surtout qu'au final nous avions peu à gagner. Mais il faudrait juste rappeler une de nos règles au SGC, on ne laisse jamais personne derrière nous.

"Au final il veut mieux que Typhon possède une porte des étoiles que les Russes. Il s'agit d'une entreprise française, elle reste tout de même plus manipulable d'un autre état... Et puis merde on est bien allié avec des types qui ont un serpent dans le cou et qui nous laisseraient tomber à la moindre opportunité, alors au point où on en est..."

Je baissais les yeux légèrement embêtée avant d'ajouter :

"Je commence à croire qu'ils deviennent plus puissant que nous, ils ont plus de moyens que nous, rien que Chefet pourrait faire des dégâts immenses sur un champs de bataille. Parray à fait une erreur en la confiant aux Tok'ras, elle était trop jeune pour être général elle n'avait pas les épaules. Je pense que de La Couperay, est plus à même de comprendre l'intérêt que nous offrirait une telle alliance. Nous avons des ennemis communs ne serait ce que les goa'ulds, le dialogue ne devrait pas être fermé."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Jeu 29 Sep - 10:47

Comme pouvait le constater le second de SG3, miss Peleonor avait son idée bien en tête et échafaudait déjà la suite de son plan, alors que pour lui les fondations reposaient sur du sable. La moue sceptique qu'il affichait ouvertement ne laissait aucun doute quand à son avis sur la question. L'idée de coopérer avec des gens qui s'étaient montrés au final aussi retors que des bandits et n'avaient pas spécialement de scrupule pour atteindre leurs objectifs lui plaisait autant que de mettre sa main dans un broyeur. Mais autant essayer de raisonner un glacier pour lui demander d'arrêter d'avancer.

"Mon avis sur la question est très simple, on peut autant faire confiance à ces gens là qu'aux russes ou à Hégémonie et ils manqueront pas une occasion de nous enfler à nous en chatouiller les amygdales. P'tet que la valeur de Mathieu, de toi et tous les volontaires réunis est moins attirante qu'une Porte en état de fonctionner, mais le fait est qu'on ne leur laissera jamais disposer d'une Porte sur Terre pour la simple et bonne raison que ça fout le boxon. ensuite vu leur comportement, avoir de façon temporaire un agent SG vétéran et un agent de renseignement très bien informé serait du pain béni et ils disposent de technologies goa'ulds pour faire toutes sortes de saloperies dont on ignore tout. Tu te méfies de la tok'ra parce qu'ils sont d'une loyauté discutable, mais ton petit copain là, ce Neville, je te signale que c'est le petit toutou à sa fifille et elle, on ne peut surtout pas lui faire confiance! Tu t'entends bien avec lui, il est sympa, la belle affaire! tu crois qu'il va beaucoup hésiter si la morveuse lui dit de nous disséquer sur une table d'opération ou pour nous implanter je ne sais quelle saloperie afin qu’on soit des espions sans le savoir? La raison pour laquelle ils nous ont laissé la première fois c'est qu'ils n'avaient pas le choix. Sinon ils avaient droit à la cavalerie, la grosse artillerie et un combat à mort. Ils ont montré qu'ils pouvaient être gênant et on également montré qu'ils ne voulaient pas causer d'ennuis, parce que dans le cas contraire ils se faisaient écraser. Et on en est resté officiellement à du statu quo. Je crois pas que ça tiendra si on se jette aimablement dans la gueule du loup!
Parfois ce qui nous semble juste et la bonne chose à faire c'est le chemin le plus rapide pour un retour de bâton dans les gencives. Je suis bien placé pour le savoir...
Après que ce soit le vieux ou un autre qui soit au commandes ça ne change pas grand chose pour nous, c'est bien trop haut dans la stratosphère hiérarchique. Je l'ai pas connu la jeunette, mais si elle mis tout ce programme sur pied c'est quand même qu'elle avait la tête sur les épaules et des capacités de commandement, sinon cette base serait toujours un grand coffre fort pour artefact bizarre sans utilité.
C'est pas le pacha qui va peser, il dira ce qu'on lui aura ordonné de dire et nous on devra obéir ou prendre des congés sans solde. Au final l'autorisation viendra de tout en haut et l'action dans tous les cas elle viendra de tout en bas, à savoir nous. Parce que je me doute que même si on te dit de te tenir tranquille tu chercheras quand même à le récupérer ton grand dadais de Bayard."


A son regard soucieux, on voyait qu'il était inquiet et pas simplement moralisateur. Rakel voulait prendre des sentiers plus minés que le Cambodge en se basant sur ce qui tenait plus du vœu pieux que de la certitude. La méthode Coué était efficace, mais seulement sur celui qui la pratiquait et ce n'était pas parce qu'elle espérait que Typhon seraient de bons alliés de circonstance qu'ils en serait ainsi. C'était une multinationale et donc par définition un croisement hideux entre le requin et le vautour qui ne manquerait pas une occasion de faire des profits qu'ils soit en dollars ou en informations.

"il a intérêt à en valoir le coup ce foutu crétin sinon j'en fais fait tout un assortiment de charcuterie..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Ven 30 Sep - 22:45

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


C'était bien connu, lorsque je voulais quelque chose, je l'avais. Plus particulièrement, lorsque j'avais une idée en tête, il était très difficile de la chasser, voir quasiment impossible. Il était évident que Jean-François n'était pas enchanté par mon idée, c'était pas vraiment étonnant, mais en même temps, il ne savait pas exactement ce que j'avais dans la tête. A vrai dire, je voulais surtout voir avec le général ce qu'il en pensait, ça me permettrait aussi de voir si il était réellement l'un des nôtres, ou encore une de ces huitres qui ne se mouillera jamais. Au final, j'étais persuadée que tous les généraux étaient les même, c'était clair, j'avais un parfait exemple, mon père, l'exemple même du gradé qui ne voulait jamais se mouiller. Mais malgré lui, Jeff venait prouver que Typhon ne faisait pas réellement le poids contre le SGC, quoi que finalement je n'étais pas tout à fait d'accord avec lui.

"Tu n'as pas vécu cette attaque, c'était un sacré truc, et surtout ils avaient pris notre apparence, ils auraient pus nous enculer à sec. Ils auraient aussi pu faire sauter la base, ils n'avaient rien à gagner à nous laisser en vie, ils auraient pu nous tuer, faire de nous ce qu'ils voulaient y compris nous implanter je ne sais quoi pour faire de nous des espions. Ils ne l'ont pas fait, je n'irais pas jusqu'à dire qu'on peut lui faire confiance, mais simplement qu'ils peuvent nous servir. Il suffit de leur laisser croire que nous leur laisserons la porte, tu veux qu'ils fassent quoi si on s'arrange pour être en surnombre, et tant bien même ils auraient la force numérique, ils sont sur le territoire français, je doute qu'ils souhaitent se retrouver avec l'armée au cul. Visiblement ils sont dans l'optique de vivre et laisser vivre, pourquoi pas, mais c'est perdre une force. Une multinationale ça s'achète c'est bien connu. Et puis la fifille, tu serais peut être aussi rancunière qu'elle si tu avais été traité ainsi alors qu'elle a sauvé la vie d'une de nos équipes. Je pense juste qu'il s'agit d'une erreur de Parray qui pourrait être réparée si notre général actuel était capable de l'admettre. Tant bien même ils seraient réellement notre ennemi il serait préférable qu'ils ne nous considèrent pas comme tel, il faut toujours garder nos ennemis proches. Je te signale en passant que les Tok'ras n'ont pas été de très bon amis dès le début, ils nous ont plutôt traité comme des sacs à merde et maintenant ils se baladent en rois dans le SGC... Il faut simplement prévoir le coup, ne pas se laisser surprendre par Typhon de toute façon si tu veux mon avis, on les trouvera souvent sur notre chemin à mon avis. Autant ne pas se retrouver avec un autre ennemi mortel derrière la porte des étoiles, il faudrait quand même tempérer nos relations avec eux, les ignorer ne servira à rien à un moment ou un autre il faudra affronter nos conneries et celle de nos supérieurs. Mais pour une mission SGC il faudra que notre général nous soutienne sinon on pourra toujours allez se fare foutre, même si la décision vient de là haut, le soutient du directeur du projet est indispensable. De toute façon, si il n'y a que ça je ne me gênerais pas pour aller parler directement à Neville, mais ne t'en fais pas trop comme pour les rendez vous avec les types rencontré sur internet, lieu public, c'est moins dangereux."

Vu la tête de Jeff, la dernière phrase était là pour le provoquer un peu mais aussi lui rappeler que non je n'étais pas une petite fille qui avait besoin d'un garde du corps, après tout Mathieu avait dit que lui aussi devait être protéger. De toute façon le risque ce n'était pas nouveau, j'en prenais tout les jours en passant la porte des étoiles, alors pourquoi je ne le ferais pas pour Mathieu, il le vallait mille fois plus que cette maudite planète bleue.

"Ne t'en fais pas si tu veux mon avis, il vaut bien plus que tous les membres du SGC réunis, mais je crains ne pas être très objective."

Je souriais un petit sourire narquois.

"De toute façon, tu sais bien que même si je le voulais la décision ne m'appartient pas, et si j'allais chercher la personne la plus haute placée que je connais en lui expliquant mon problème il me foutrait une baffe dans la gueule en me disant d'arrêter de rêver et qu'il y a cent fois plus important que ça. Et puis pourquoi pas faire partie de Typhon doit représenter pas mal d'avantage... Foutu amour du drapeau... Non soyons réaliste, c'est pas réellement la France qui me retient au SGC c'est ton foutu frère qui serait capable de revenir à pied de Russie pour me botter le cul si je faisais un truc pareil."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 3 Oct - 14:25

Il réfléchissait, pesant le pour et le contre. Les risques étaient tout simplement trop importants mais bon, quoi qu'il en pense, elle tenterait le coup donc il en serait également. Au moins voulait elle d'abord en parler au général, mais cela ne changerait rien de toute façon parce que Rakel en ferait à sa tête avec ou non l'accord du directeur du programme. Elle voulait sauver Mathieu et la seule chose qui l'arrêtait serait une balle dans la tête ou la garder enfermée à perpétuité.

"Si tu penses que cela vaut le coup, je te suis. Tant qu'ils ne jouent pas aux cons j'ai pas de raison de leur coller un pruneau dans le front, qu'il soit PDG d'une multinationale ou qu'elle soit une adolescente. Pour moi ils sont des dangers potentiels pour notre sécurité et pour la sécurité nationale, ils me donnent un prétexte et je le refroidirai sans état d'âme. Ma priorité c'est ta protection, après on verra pour Mathieu."

Calme, détaché, un brin froid, il était le militaire des forces spéciales qui était sans habitué à faire dans l'humide. Pas spécialement rassurant à voir non plus...


"Je sais très bien que même si on te disait de rester bien sage dans ton coin et de laisser ton frère où il est tu n'en ferais qu'à ta tête, peu importe les risques les interdictions, les baffes ou les menaces. Et tu sais très bien que je serai dans tes six heures."

Il afficha un sourire en coin et poursuivit d'un ton plus léger.

"Mais le plus important! Tu as faim? Moi je mangerais un buffle."

Dans le genre on passe du coq à l'âne, c'était pas mal! Il prit de nouveau la direction de sa moto et entraîna la jeune femme à sa suite, une main dans le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Ven 7 Oct - 1:29

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Au final, le pour et le contre n'avaient pas réellement d'importance, je cherchais des solutions à une cause perdue, mais j'en avais l'habitude, après tut c'était ce que l'on faisait à chaque mission SG, rien de bien nouveau en soit. Je souris doucement en voyant que Jeff m'avait si bien cerné, inutile de tenter de me raisonner se serait une perte de temps j'étais la seule à réussir à me dissuader, généralement face à une évaluation du danger, mais quoi qu'il en soit, je devais le sauver. Un petit sourire carnassier sur le visage, je me contentais de répondre avec simplicité, comme si il s'agissait d'une solution parfaite à tous mes problèmes :

"Quelle délicieuse idée, au moins ça règlerait pas mal de soucis. Ne va pas croire que j'aurais le moindre remord de tuer la gamine ou même Neville, tout ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi, au moindre soucis ils apprendront que l'ont ne s'en prends pas impunément au SGC. Et je te signale que Mathieu dit que je ne suis pas la seule à devoir être protégée. Tu n'es pas mon bodyguard, non mais."

Je souriais, même si en soit j'étais touchée de voir quelqu'un dévoué ainsi à ma sécurité, un peu comme Mathieu lorsqu'il était là mais en plus proche. Physiquement je veux dire, jamais Mathieu n'est partie en mission de l'autre côté de la porte avec moi, jamais nous n'avons réellement pris le temps de parler en dehors de son bureau. J'avais sérieusement l'impression de m'être mille fois plus confié à Jeff qu'à son frère alors que je ne le connaissais au final que depuis très peu de temps. Je me sentais à l'aise avec lui, capable d'être moi même sans me faire juger ou me manger une leçon de moral, c'était sans doute pour ça que j'appréciais tant sa présence. C'était sans doute assez étonnant, mais il était loin de m'effrayer avec ce ton si calme, voir froid, au contraire j'avais l'impression de retrouver son frère, ça me rassurait presque. Provocatrice, je ne trouvais rien de mieux que répondre, même lorsqu'il aurait mieux fallut me taire :

"A moins que tu souhaites m'attacher à ton lit, tu pourra difficilement me surveiller à chaque instant, donc oui, je n'en ferais qu'à ma tête, c'est l'avantage d'être une adulte responsable, ou presque."

J'aimais bien le taquiner, même lorsqu'il ne semblait pas réellement d'humeur à rire, mais c'était bien connu je n'étais pas du genre à me formaliser de ce que pensait les autres. Finalement Jeff semblait avoir faim, sa question me surprit presque, je n'étais pas une grosse mangeuse, depuis la disparition de Mathieu c'était pire, mais au final, oui j'avais faim.

"Tu me laisse une cuisse de ton buffle, je meurs de faim, ça fait un moment que j'ai pas perdu mon temps au mess, grignoter ça commence à ne plus suffire."

Je le suivis en silence en direction de sa moto avant de m'arrêter, comme pour ravaler ma fierté, juste pour lui dire une chose que je n'avais probablement jamais dis à personne particulièrement au SGC.

"Merci d'être là."

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Sam 8 Oct - 16:02

Regard de coin, air peu convaincu, moue sceptique. Jean François pensais ne pas être vraiment vulnérable et demandant une protection particulière. Ce Dante était un peu trop encombrant, il n'était pas une demie portion sortie de l'adolescence, mais un soldat issu de ce que l'armée faisait de mieux.

"Ma petite Rakel, on va se dire qu'on se protège l'un l'autre comme des équipiers le feraient. Au moins tu ne bouderas pas de m'avoir sur le dos et je supporterai de devoir me coltiner une demie portion qui hier encore avait de l’acné et portait un appareil dentaire."

Le sourire mesquin indiquait qu'il se moquait d'elle tout en expliquant comment il voyait les choses. D'un côté c'était le cas. Ils étaient équipiers et devaient se reposer sur l'autre pour se soutenir en cas de coup dur.


"Adulte responsable? Oui, cette expression a été faite pour toi, ça se voit de suite... Par contre quand à t'attacher à mon lit... L'idée est séduisante, mais tu es bien trop jeune, je ne voudrais pas qu'on pense que je fais du détournement de mineure et puis imagine tout ce que je pourrai te faire une fois attachée. Toi, sans défense, soumise à toutes mes lubies farfelues. Finalement c'est une excellente idée! Ne me reste plus qu'à louer une petite maison tranquille à l'écart pour pouvoir te torturer en toute tranquillité."

Jeff rit à sa remarque sur la cuisse de boeuf. Au premier coup d'oeil, elle devait au mieux faire la moitié du poids d'une cuisse de bovin. Les remerciements de la jeune femme lui tirèrent un petit sourire et il lui répondit par un clin d'oeil et d'un geste l'invita à monter sur le bolide à deux roues. Pas du genre à trop parler dans ces cas là, pas besoin.

Ils roulèrent pendant une petite heure à tombeau ouvert pour arriver devant la vitrine d'une petite gargote spécialisée dans les viandes. le commando fit signe à Rakel d'attendre un petit moment et discuta avec le patron. Il était un peu tard mais les sourires et un généreux graissage de patte persuadèrent le tenancier d'accepter le couple qui venait d'arriver. Une serveuse les installa dans un coin en leur donnant du madame et monsieur ce qui arracha un petit sourire au militaire.

"De ce que je sais, c'est la meilleure enseigne pour la viande dans les environs. Bon petit restau bien planqué avec peu d'affluence actuellement. On pourra manger pépère. Je te recommande leur cuisse de boeuf, 100% bio!"

Puis il fit mine de se pencher sur la carte des menus comme si de rien était, mais à deux reprises il releva les yeux pour croiser le regard de la jeune femme et sourit de cet air mutin insupportable de celui qui avait toujours un tour dans son sac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Lun 10 Oct - 15:57

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Certes j'avais sans doute l'air d'une petite créature sans défense, surtout à côté de Jeff, mais je ne pensais pas avoir besoin d'une protection, après tout il ne fallait pas se fier aux apparences. Loin d'être la plus costaud, j'étais persuader que la plus dangereuse de la base se trouvait être MickaËlla, pourtant ce n'était pas évident lorsque l'on voyait son gabarit. Je souriais amusée à sa remarque, c'était peut être pas faux, mais au final je savais pertinemment que Jeff se faisait un devoir de me protéger, que je le veuilles ou non, et que je comprennes ou non cette dévotion.

"Mouais on va dire ça, mais te fait pas de film, je n'ai jamais eu d'appareil dentaire. Et ne te fie pas trop aux apparences, tu serais sans doute surpris de ce que je peux faire subir à plus grand et plus fort que moi. Enfin tu le découvriras bien assez vite en mission, il va bien falloir que l'on retrouve les mégalos aux yeux lumineux. Si tu veux mon avis, ils sont bien plus intéressant que les araignées..."

Je lui envoyais une droite dans le bras à sa remarque, qu'est ce qu'ils avaient les deux frères à me traiter comme une enfant, pourtant mon métier n'était pas du genre à m'épargner, il n'y avait qu'eux pour croire que j'avais besoin de garde du corps.

"Détournement de mineur? Mais je t'emmerde, je te signale que si tu préfère te taper des vieilles c'est ton choix mais c'est pas une raison pour me traiter de gamine. Et si tu veux que je sois sans défense tu as intérêt à bien m'attacher, un accident est si vite arrivé, je m'en voudrais de te faire mal. Mais j'aime assez l'idée de la maison à l'écart, tu peux toujours crier personne ne t'entendras, les montées d'adrénalines rien de mieux pour se surpasser. Et puis ça nous permettrait de nous éloigner un peu des caméras de ton frère, lui a peut être disparu mais pas ses petits gadgets, et je me demande bien qui matte les écrans maintenant."

Suite à son invitation, je montais sur la moto, me disant de plus en plus que je devrais passer mon permis moto, une autre solution pour faire monter l'adrénaline, cette hormone était devenue une drogue au fur et à mesure des années, sans doute ce qui me poussait à rester au SGC malgré l'ambiance général, et malgré certaines choses qui ne me plaisaient guère. Les sensations de ces engins étaient agréables, la puissance, la liberté qu'ils procuraient même si je restais une inconditionnelle des 4 roues. D'ailleurs j'envisageais très fortement de changer de voiture, pour un plus gros modèle, plus puissant et surtout plus rapide. Mais pour l'instant j'avais d'autres chats à fouetter et pas vraiment le temps de me consacrer à ce genre de chose. Une fois arrivée à destination, j'observais Jeff qui discutait avec le patron à l'intérieur de la gargote, les sourcils froncés, il y avait quelque chose qui semblait me déranger, mais pour l'instant, je me contentais de tenir ma langue, et ce jusqu'à ce que l'on soit installé à notre table. Je fis mine d'observer la carte, mais je n'arrivais pas à détacher mon attention de mes réflexions, reposant la carte sur la table j'observais Jeff et ses regards à la fois si craquant et si insupportable.

"Explique moi un truc. Comment tu fais pour connaitre autant de chose sur ce qui se trouve autour de la base alors que tu es ici depuis aussi peu de temps. Sans dec entre le temps que nous prends les entrainements réglementaires, ceux qui nous permettent de rester à niveau dans nos spécialité, les mises en situations et les missions, comment tu trouve assez de temps pour explorer les environs à ce point là? On dirait presque que tu as toujours vécu ici."

Malgré le bon moment que je passais ici, et les sentiments, au final plutôt positif, que j'éprouvais pour Jeff, je ne pouvais m'empêcher de me méfier, dès que quelque chose me semblait anormal, et là je venais de mettre le doigt sur quelque chose qui me gênais assez.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 12 Oct - 21:23

Le soldat semblait très satisfait de la réaction de Rakel. La voir bondir l'orgueil prêt à le lacérer était pour lui une distraction des plus amusantes et il n'en faisait pas un secret. Provoquer des réactions d'amour propre concernant ses capacités de combattante était en plus très facile, il suffisait de lui rappeler qu'elle était une demie portion et tout juste sortie de l'adolescence. Ajouter un soupçon d'ironie, une pincée de moquerie et admirer le résultat. Il savait pertinemment que c'était un soldat bien au dessus du lot et qu'à bien des égards elle était son égale, voire même supérieure surtout par rapport à tout ce qui concernait le programme. Il voyait de façon très évidente qu'elle était sortie de l'adolescence, seul un aveugle aurait pu en toute bonne foi la traiter de gamine. Mais que voulez vous, il avait ce côté chenapan, boute-en-train ou emmerdeur selon les personnes interrogées. Et puis la regarder se justifier et expliquer on ne peut plus sérieusement qu'elle était pas une gamine sans défense était une récompense en soi et le regard de Jeff ne cachait pas cette satisfaction de taquin qui a le plaisir de voir sa victime non pas marcher, mais courir en réponse à ses petites provocations.

"Je ne sais pas pourquoi tu prends tellement à coeur le fait vouloir me prouver que, primo tu es une soldate d'élite, et secundo, une vraie femme avec ses atouts et là aussi un grand savoir faire? On dirait que tu penses que j'ai des doutes à ce sujet, c'est ce que tu penses? Ne t'en fais pas pour ça. J'aime bien titiller la corde sensible et chez toi c'est même plus une corde mais plutôt hauban tellement elle est balèze mais si j'avais le moindre doute sur tes compétences, je ferai en sorte que tu ne traverses plus la Porte des Etoiles. Et puis de toute façon l'autre l'aurait fait avant moi. S'il te laissait faire c'est qu'il avait un minimum de considération par rapport à ton niveau. Mais c'est tellement bon de te voir rouspéter... Que veux tu, moi aussi j'ai mes petites faiblesses et faire craquer les femmes en est une. Même si cela implique qu'elles veuillent faire craquer mes cervicales en retour. Le goût du risque, que veux tu!"
Jean François avait haussé un sourcil en l'écoutant parler. Elle était diablement évocatrice par moment... Il s'en éclaircit la gorge avant de la reprendre. "Crois moi. Si c'est moi qui t'attache, tu ne t’enfuiras pas et je doute même que tu en ais envie. Je te rappelle une de mes spécialités, le corps à corps. Par contre je suis déçu, je pensais que tu aimerais une caméra pour souvenir de ce moment si particulier et intense. Je dois partager ce penchant avec le frangin. Fétichiste de la caméra... Merde, tu parles d'un point commun. Mais c'est vrai que quelqu'un doit toujours regarder maintenant. Il avait pas un adjoint. J'ai déjà croisé un gars en costard parfois, le genre bureaucrate intimidé par l'uniforme qui s'excuse même quand c'est toi qui le bouscule. J'ose même pas imaginer ce qu'il doit faire avec ces images des jeunes femmes du SGC filmées dans leur intimité... Brrrrr!"

Et v'la qu'il en rajoutait une couche, le pauvre adjoint de Dante risquait sa vie si cela se savait.

Après qu'ils se soient installés, Rakel lui avait posé une question qui coupait avec leur conversation habituelle. Ca lui brûlait les lèvres apparemment et il pouvait voir la méfiance, le doute, la préoccupation transparaître dans tous ses mouvements. Il prit un air très sérieux et parla d'un ton qui l'était tout autant. Virgile Dante assit juste en face d'elle.


"Hmmm... Je vois... J'imagine que je me suis trahis. Bon... Puisqu'on en est là je pense qu'il vaut mieux que je te dise la vérité. En premier lieu je veux que tu saches que malgré tout je t'apprécie beaucoup et que rien de ce que je pourrai dire ne doit te faire douter de ça. La vie est parfois... Compliquée et on ne fait pas toujours ce que l'on voudrait, on ne choisit pas le chemin qu'on va emprunter, ce sont d'autres qui le font pour nous, et à nous d'en tirer le meilleur parti. En ce qui me concerne c'est le cas. Je ne suis pas celui que tu penses et je ne travaille pas pour qui tu penses et surtout si nous sommes ici c'est pour une raison qui dépasse le cadre de la prise de contact, il y a une raison très particulière... J'aime la viande."

Un frémissement à la commissure des lèvres indiquait qu'il réprimait un fou rire et de plus en plus difficilement. Il s'éclaircit la gorge et repris tout aussi sérieusement, une fois sa maîtrise recouvrée.

"Rakel... Je sais bien que tu es un peu sous pression et que tu imagines un salaud au service d'Hégémonie derrière chaque buisson ou en chaque personne rencontrée, mais je vais t'expliquer en quelques petites secondes comment je fais pour me renseigner sur une région sans avoir derrière moi une organisation secrète tentaculaire dont le dessein est de conquérir le monde accessoirement de nous aplanir l'encéphalogramme.
Déjà quand je débarque dans une nouvelle caserne je me renseigne sur tous les endroits où pouvoir passer du bon temps, ensuite les restaurant dans la région où l'on sert de la bonne bidoche parce que ça c'est sacré! Généralement je prends des renseignements auprès des gens de ma nouvelle caserne, ici j'ai dû faire autrement, mais c'est pas sorcier... Internet, office de tourisme... Et puis je ne m'entraîne pas dix heures pas jour, j'ai plus de temps pour moi qu'il n'y paraît en premier lieu."


Encore une fois Jean François avait pris le contre pied de ses inquiétudes, jouant un peu avec au passage pour lui démontrer la futilité de ses craintes. Il lui sourit, rassurant comme le ferait un grand frère à sa sœurette inquiète.

"Et puis j'avais une motivation particulière pour trouver des endroits intéressants dans le coin, et même un peu au delà du coin."

Sauvé par le gong! On vint leur demander ce qu'ils avaient choisi et en bon viandard il se prit une belle côte de bœuf l'os avec des pommes de terre au four et une petite sauce à l’échalote. Il n'était pas difficile de remarquer le numéro de joli cœur qu'il joua auprès de la jeune serveuse et de remarquer également que cela faisait mouche. Irrécupérable celui là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Ven 14 Oct - 21:32

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.


Il n'était pas étonnant que je ne supportais pas ce genre de remarque, simplement parce j'avais eu le droit à ce genre de réflexion toute ma vie, et si Jean-François ne pensait pas une seule seconde ce qu'il venait de me dire, la plus part des personnes qui me faisaient ce genre de réflexion me pensaient totalement irresponsable, et surtout une pistonnée. C'était sans doute ce que je supportais le moins, mais je ne pouvais pas faire grand chose contre les ouïe dires. Mais bon mon caractère de cochon jouait aussi, j'étais impulsive, et je détestais particulièrement la moindre remarque sur moi, sans oublier que j'avais des tendances légèrement susceptible, et boudeuse, un véritable caractère de rêve, non? Les bras croisées sur mon ventre je l'observais en silence, l'écoutant parler, pour l'instant, je ne tenais pas à l'interrompre, ricanant légèrement face à ses remarques particulièrement sur sa faciliter à faire craquer les femmes. Quant au faite de vouloir lui tordre le coup, je n'en doutais pas une seule seconde, il devait être de ceux qui faisait pleurer les filles mais heureusement pour lui, très peu devait avoir l'espoir de réussir un tel exploit, ni même d'avoir le courage de l'affronter, et pas seulement physiquement.

"Peut être parce ces réflexions je me les manges quasiment tous les jours depuis que je suis rentrée dans l'armée. Un métier de macho, même aujourd'hui. Je crois que tu te rends même pas compte à quel point c'est difficile, de ne pas taper les connards qui se croient supérieur à moi, y compris ici au SGC. Tu connais mon caractère, je leur foutrais une grenade dans le cul, ça calmera leur égaux. AU final qu'importe, comme tu dis, mais si Mathieu me pensait si capable que ça, il ne t'aurait pas charger de veiller sur moi, comme il l'a fait avant de se faire enlever. Au final, c'est tellement simple de savoir se que pense les autres, sans même qu'ils ne disent un mot. Mathieu à toujours mis un point d'honneur à me protéger de tout et rien, alors je ne pense pas qu'il me pensait si capable que ça, je n'étais jamais seule en mission, avec MickaËlla qui m'assurait une protection quasi constante. Je commence à croire qu'il savait qu'elle ne resterait pas dans SG3."

Jeff semblait tiquer sur ma façon de parler, mais pas besoin d'y aller par 4 chemins, je n'avais plus 10 ans, et j'aimais les hommes, il n'y avait pas de mal à ça. Après tout Jeff aimait les femmes et personne ne s'en offusquait. Je souriais amusée, par ses remarques du moins jusqu'à celle de l'adjoint de Mathieu, je me rappelais d'un mec qui fuyait le plus souvent dès que Mathieu montait un minimum le ton. Un vrai trouillard. Pas franchement le genre de type que l'on a envie de croiser, il avait juste, aucun intérêt.

"Ne serais-tu pas légèrement vaniteux? A t'entendre, j'en redemanderais tellement tu es doué, beaucoup de mecs pensent comme toi, mais très peu arrive à la cheville de leur égo. Et non l'idée d'une caméra n'est peut être pas déplaisante, à condition que ce n'est pas un sou-fifre pleurnichant qui les matte."

A vrai dire il y avait quelques petits trucs qui m'avaient fait tiquer, mais jamais rien de bien de méchant, mais l'accumulation de petit truc attirait ma méfiance, ce n'était pas nouveau, mais j'avais l'impression que ça empirait, particulièrement depuis la disparition de Mathieu, sans doute que j'avais l'impression que je ne pouvais avoir confiance en personne au SGC, et que je voulais pas, entre Mathieu, MickaËlla et Matt, je n'avais pas gagné grand chose à part de la souffrance à m'attacher à des gens. je me raidis aux paroles de Jeff, son attitude, le ton de sa voix, je me trouvais en face de Mathieu. je ne croyais pas qu'il s'agissait réellement de MON Mathieu, mais cette ressemblance trop flagrante me faisait souffrir, plus encore que je ne l'aurais imaginer, chose qui pouvait se remarquer face au rictus qui s'était figé sur mon visage. La chute de la petit blague de Jeff ne réussit qu'une seule chose, me figer dans une froideur que seul le célèbre Virgile Dante pouvait égaler. Je n'avais même pas l'air d'écouter son petit serment, à vrai dire je n'en avais pas la moindre envie. J'écoutais l'explication de Jeff en silence, je n'avais plus envie de l'écouter, à vrai dire je ne comprenais pas, je ne trouvais pas l'intérêt de cet endroit et je n'avais jamais cherché à en savoir plus sur le coin, je préférais de loin m'éloigner pour avoir une véritable activité.

Je gardais mes bras croisé, toujours aussi froide, le regard noir, je restais focalisée sur la parfaite imitation de Mathieu qu'il m'avait offert, vexée. Le serveur arriva avec les plats, mais je ne lui portais pas la moindre importance, à vrai dire je n'avais même plus faim. J'observais Jeff jouer les jolis cœurs avec la serveuse, regrettant sincèrement de ne pas être venu ici avec ma voiture, au moins j'aurais pu rentrer tranquillement à la base. Je finis par soupirer et sortir mon téléphone, bien décidée à m'occuper, un minimum, ça m'éviterait de servir de décor à la session drague de mon coéquipier. A vrai dire à présent je pourrais être seule, ça ne changerait pas grand chose, j'avais reporté mon attention sur autre chose.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 2 Nov - 18:23

Jean François ne put manquer le changement d'attitude de la jeune femme qui depuis une minute s'était murée dans un silence de mauvais augure et affichait une expression aussi engageante qu'un tigre affamée vous donne envie de rentrer dans sa cage. Il ne saisit pas vraiment le pourquoi de cette réaction. Il avait feint le sérieux pour dédramatiser quelque chose qui ne valait pas la peine de se mettre la rate au cours bouillon et cela avait lamentablement échoué. Lui qui espérait chasser cette expression de son visage, il n'avait fait que la rendre plus visible et cela ne lui plaisait pas du tout, mais alors du tout d'autant plus qu'il n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qu'il avait fait de mal ou quel propos aurait été mal interprété.
N'aimant pas la façon dont tournaient les choses le garde du corps de la demoiselle décida de prendre le taureau par les cornes.


"Je pourrai savoir ce qui me vaut le privilège de cette tronche de six pieds de long? Le fait que j'ai tourné en dérision ta paranoïa? Plutôt que de faire ta princesse et rester dans ton coin, pourquoi tu ne me dis pas ce qui ne va pas? C'est la punition c'est ça? La base dans une relation de confiance c'est la communication et si tu ne peux pas me faire confiance et me parler de quelque chose qui te met dans cet état, on va vraiment avoir un problème."

Plus il devenait sérieux, plus il prenait ses expressions, sa gestuelle. A croire qu'elle l'incitait à l'être pour retrouver son chevalier à présent disparu. On pouvait se demander comment le commando de marine prendrait cette hypothèse. Ca ne le laisserait pas indifférent ça c'était une certitude!

"Alors? qu'est ce qu'on fait? Tu veux aller mariner dans ton coin et m'en vouloir pour dieu seul sait quelle mystérieuse raison et m'éviter les quinze prochains jours ou daigneras tu m'informer de l'inexcusable erreur que j'ai commise et me dire si je dois me faire harakiri avec un couteau à beurre ou rentrer au SGC à genoux... A moins que tu aies une meilleure punition?"

On pouvait sentir une pointe d'amertume dans sa voix. Contre toute attente les choses étaient soudainement parties en vrille et il ne savait pas quoi faire pour corriger le tir, surtout qu'il ne voyait pas ce qu'il aurait pu dire ou faire de mal ce qui l'amenait à user de cette ironie acide. Son envie première était de la prendre sur les épaules de l'amener dans un coin et lui coller une fessée comme à une gamine capricieuse car ça ressemblait en tout point à une bouderie injustifiée histoire de souffler le chaud et le froid et de jouer avec lui. Il avait eu droit à ce petit manège et pas qu'une fois. Si la première fois il s'était laissé mener en bateau comme tout homme avant et après lui, par la suite il s'était bien juré qu'on ne l'y reprendrait plus... Bon, la fois suivante aussi il se l'était juré et celle d'après aussi... Le femmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Mer 2 Nov - 23:21

Rakel & Jeff

Quand on a du talent, on se doit d’en tirer profit.

Il était claire que je n'étais pas du genre à me cacher lorsque je tirais la tronche, même si je voulais essayer, je n'y arriverais pas, mon regard ne pouvait tromper personne, j'avais l'air d'un louve sur le point de bouffer chaque personne se trouvait sur mon chemin. Je feignais d'ignorer jeff et son rôle de joli coeur avec la serveuse, me concentrant sur mon portable mais de façon totalement inutile j'avais beau ne pas regarder le jeune homme, je n'arrivais pas à me calmer, j'avais des envies de meurtre. Je ne savais pas contre qui j'avais le plus de colère, Jeff, Mathieu, ou moi même. Je ne relevais les yeux vers lui qu'une fois qu'il m'adressa la parole, ne daignant même pas bouger la tête, il était clair que j'étais vexée et je me fichais bien de ce qui pouvait le déranger, à vrai dire il m'ennuyait même à vouloir cette discution, lorsque j'étais dans cet état, parler n'était pas la chose que je préférais.

A l'écouter, j'avais l'impression de suivre une thérapie de couple, la discussion, la confiance, et ce genre de connerie. Mais bien qu'il essayait de calmer les choses, je ne cessais de me renfrogner, face à ses expressions qui ne cessait de me rappeler Mathieu. J'avais beau essayer de le cacher, il était difficile de rester sereine alors qu'il ne cessait de me mettre le doute sur son identité. A la fois c'était stupide, car je savais que Mathieu me connaissait et qu'il savait que j'aurais du mal à lui pardonner ce genre de mensonge, et puis la différence entre Jeff et Mathieu était flagrante.

Je poussais un soupire, visiblement embêtée par cette discussion, un peu à la manière d'une gamine qui se ferait rabrouer par son père. Je finis par poser mon portable et croiser mes bras, l'observant toujours en silence. Je n'étais pas du genre à discuter, la plus part des personnes qui me connaissais bien savais que j'étais plutôt du genre à terre dans le silence, ce genre de chose me convenait bien mieux qu'une discussion sérieuse. Il me fallut plusieurs longues secondes pour que je me décide enfin à prendre la parole, après plusieurs grimaces. Et même là il me fut du temps pour que je réussis à formuler quelque chose qui avait un sens, j'étais visiblement énervée, je ne pouvais pas le cacher.


"Mais c'est toi c'est tout, tu veux que je te dise quoi, ta façon d'être quand tu prends cette voix, cette attitude, tu n'imagine pas à quel point tu lui ressemble, lorsque tu prends cet air sérieux. Je suis sensée croire sur parole ce que l'on m'a dit via une lettre que je n'ai même pas pu conserver, je suis sensée trouver tout à fait normal que Mathieu ai un frère jumeau dont il ne m'a jamais parlé. Je sais que ce n'est pas de ta faute, mais je sais pas si tu ferais mieux à ma place."

Je passais mes mains sur mon visage, redressant le regard vers Jeff.

"De toute façon, même si il n'y avait pas ça, quand j'apprécie quelqu'un, je fais toujours tout foirer ça ne va pas changer aujourd'hui."

Même si je semblais partager ce que je ressentais, je restais totalement froide et fermée, difficile de dire si je boudais encore ou non.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean François Cosey
Militaire
avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 20/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG3
Grade / Niveau: Sergent / 115
Age du personnage: 34 ans

MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   Jeu 3 Nov - 3:03

Au moins la réponse de Rakel avait le mérite de la sincérité à défaut d'apaiser les choses. Il n'était pas besoin d'être psychologue pour voir que le soldat avait plutôt mal digéré la double tirade de sa protégée désignée. Les yeux fermés, se massant la base du nez entre l'index et et le pouce, il inspira profondément, expirant calmement. quand il posa son regard sur la jeune femme, elle ne lut aucune colère dans son regard, mais de la tristesse.

"Je suis ce que je suis. Je suis son jumeau, je lui ressemble, c'est comme ça. Si tu ne peux pas t'y faire je crois qu'il faudra que nous nous évitions de façon définitive et tant pis pour ce que l'absent veut. je suis dans la même situation que toi, Rakel. Avant ma mutation, je ne savais pas que j'avais un frère, d'autant plus jumeau, et une sœurette adoptive à me colleter. D'autant plus que la soeurette en question est mon chef d'équipe. Je me retrouve dans une base où tout le monde me reproche ma ressemblance avec un gars que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam et qui ressemblance mise à part n'a fourni aucune preuve comme quoi il était mon frère. Mais malgré tout je dois faire avec, veiller sur une inconnue comme si c'était les ferrets de la Reine, faire comme si j'avais pas une belle réputation de merde et éventuellement une cible dans le dos.
Alors, je fais quoi? J'envoie tout balader et je rentre chez moi ou j'essaie de faire avec la main qu'on m'a fourni?
J'aime pas jeter l'éponge, le mot abandonner me donne des boutons. Et malgré ton caractère de merde je t'aime bien. Parfois envie de te botter le train, mais jamais méchamment. J'ai pas spécialement envie qu'on en arrive à s'éviter... Mais si tu veux en arriver là, ok. Je te ramène à la base et je fais ma demande de changement d'équipe dès demain, c'est aussi simple que ça. A toi de voir, tu connais mon point de vue. Et si tu veux ne pas foirer quelque chose, c'est à toi de faire en sorte que ça parte pas en sucette, pas de fatalisme, Rakel, ça dérape jamais par magie."


Rakel pouvait remarquer que Jean François essayait de court-circuiter sa gestuelle, difficile effort pour ménager les nerfs éprouvés de sa protégée. Même sa voix était un tantinet différente. Alors qu'il lui parlait de ne plus se voir il se donnait beaucoup de mal étrangement pour l'apaiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit est longue avant l’aube... [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La nuit est longue avant l’aube... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Extérieur du SGC :: Alentours du SGC :: Village de St Faycelles-
Sauter vers: