La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mission 86 - Héros.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Tara'c

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: ? / 125
Age du personnage: 23 ans (apparence) / 54 ans (jaffa)

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Mar 1 Nov - 13:50

De ce que Tara’c pouvait entendre en fond sonore, il était question d’illusions ce qui le troublait car lui aussi avait bien vu la créature et même sacrement senti alors il y avait de quoi douter que ce soit un Tau’ri qui puisse se dissimuler sous cette forme et surtout être aussi résistant. La larve du Jaffa ne l’aidait pas à avoir le petit plus pour résister à l’envoutement s’il y en avait bien un.

En tout cas, ce que redoutait Tara’c sur ce qui avait pu provoquer la colère des habitants de cette planète, était enfin avoué et c’était même pire que ce qu’il avait imaginé, les Russes avaient tirés sur un enfant, tout s’expliquait sauf pour les illusions qui laissaient des traces bien réelles.

Dès lors l’équipe SG1 devait être assimilée à celle des Russes par les habitants demandant vengeance et vu qu’aucun repli n’était possible, le tatoué réalisait qu’ils allaient tous mourir les uns après les autres dans de terribles souffrances physiques et psychologiques. Il fallait agir au plus vite afin de stopper l’amalgame et ce n’était pas en restant avec les accusés que ce serait possible comme le Major avait dans l’idée de faire.

« Désolé Major Strucker, j’ai besoin de m’isoler, je ne vous serai d’aucune utilité si je reste avec vous tous, j’espère vous revoir plus tard ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait, Tara’c se mit à courir sur le sentier qui s’enfonçait toujours un peu plus vers l’inconnu et sans doute le danger, il devait faire attention aux pièges qui pouvaient encore se trouver sur sa route, puis après plusieurs mètres, il quitta le sentier pour s’arrêter au milieu de nulle part, déposant au pied d’un arbre ses armes et enlevant ce qui lui restait de son gilet, il alla trouver un endroit dégagé pour s’y assoir en tailleur et commencer à méditer tout en marmonnant des mots :

« Nous ne sommes pas vos ennemis, nous ne sommes pas avec ceux qui ont commis des crimes contre les vôtres, les apparences sont trompeuses, votre créature vient de blesser et emporter une personne innocente, je sais que vous êtes en droit de demander justice mais vous vous trompez de personnes »

Il y avait sans doute peu de chance pour que ça donne quelque chose de positif mais quoi faire d’autre à part attendre la mort, au moins dans le cas présent elle devrait être rapide puisque le Jaffa était sans protection pour appuyer ses affirmations. Plus un mot ne sortait de sa bouche à présent, la méditation prenait le dessus…

(hrp : post sous réserve de modification si Deimos le demande)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Guerin
Médecin
avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 29
Localisation : Ile de France

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal / 42
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Mer 2 Nov - 21:46

La drogue faisant son effet, je voguais entre les songes et la réalité. Mais quelle était-elle réellement ?
Je ne savais plus dans quels bras j'étais, si quelqu'un s'occupait de moi où si je délirais simplement adossée à un arbre. Tout ce qui me parvenais, c'était des bribes de paroles sur un peuple, des russes et un monstre. La vision du sang et du corps transpercé de Mathilde me revenait par vagues successives, toujours de plus en plus forte. Et c'est alors que vint le mot « enfant ».
Cela me ramena au tragique accident que j'avais vécu. Je me voyais, comme évoluant dans un cliché figé, où l'horreur et la peur tiraient tous les traits. Des cadavres partout et un homme, fouillant dans les décombres, pleuraient son enfant décapité.


- C'est sa tête qu'il cherchait...il voulait remettre sa tête sur son corps...

Combien de temps allait encore durer l'effet de l'injection ? Dans quel état allais-je me retrouver après que l'effet se soit estompé ?



(HRP : désolé, court post, mais on ne peut pas dire que ma toubib ait une grande marche de manoeuvre..^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Jeu 10 Nov - 23:51

MickaËlla avait eu le nez fin les russes lui avaient mentis et pas qu'un peu par dessus le marché.Il n'y avait pas que l'unité dont le rapport parlait qui avait été déployé mais il y avait également une unité de soutiens qui devait s'occuper de garder la porte des étoiles.Ce qui voulait dire que les russes leur avaient mentis mais qu'est ce qui avait permis à l'état major russe de savoir que l'équipe en fraction à proximité de la porte n'était plus de ce monde.Quelque soit la possibilité elle était assez ignoble, MickaËlla en voyait deux surtout.Les autorités russes savaient d'une manière ou d'une autre que l'équipe était morte et donc ils ne voyaient pas de raison de parler de leur procédures d'exploration parce qu'ils avaient l'espoir de pouvoir doubler une fois de plus le SGC.L'autre c'était que le fait de savoir qu'il y avait d'autres hommes à sauver sur cette planète ne ferait que ralentir l'extraction de leur petit chouchou qui devait avoir bien plus que des gènes commun avec un politique.En tout cas la façon d'opérer du capitaine était plus que discutable et l'approbation des deux scientifiques venaient d'enterriner une décision.MickaËlla ne ferait pas de zéles pour ramener ces deux souris de laboratoires qui réunis semblaient à peine être à la hauteur de Mathilde en terme de réaction hurticante.Mais quelque soit sont excellence en terme d'emmerdeuse Mathilde se serait battu bec et ongles contre l'idée d'enlever des indigènes.Elle était une sorte de garde fou en ce qui concernait l'éthique.

Mais leur problèmes étaient bien plus graves encore.La fameuse créature était venu en réponse à l'enlèvement et l'assassinat de l'un des indigènes.En faisant couler le sang ils avaient provoqués le ressentiment et la colère des gens du cru qui n'étaient pas aussi inoffensifs qu'on pouvait le croire de prime abord.Et pour couronner le tout la créature qui les attaquaient étaient l'un des russes.Il avait été transformer dieu seul savait comment mais cela expliquait comment il avait pu repérer aussi aisément la RESCO et l'attaquer.Cela n'était pas une bête sauvage qui chassait mais une créature créé de toute pièce pour tuer.Le fait que cette dernière connaisse l'équipement et les moyens de ses adversaires en fesait un adversaire redoutable.Poursuivre cette dernière n'aurait peut être pas d'intérêt elle n'avait certainement pas de tanière ou se réfugier.Rejoindre l'endroit ou se trouvait le village était la meilleure solution si bien sur ils arrivaient à se faire entendre de ces derniers et qu'ils décidaient que le sang avait suffisamment coulé.MickaËlla rongeait son frein et fort heureusement Rudy eut la bonne idée de s'arranger avec Federov pour faire passer l'ensemble du groupe russe sous son commandement.Enfin une bonne nouvelle, mais comme cela ne pouvait pas durer Tara'c annonça qu'il devait partir ce qu'il fit ensuite sans plus de préambule.

"TARA'C revenait ici.Mais revenait Bordèle.Maudis soit les jaffas et leur tête de dur."


Le départ de Tara'c la contrariait au plus haut point.Ces derniers étaient capable de résister à toute les maladies grâces à leur symbiotes et ils savaient quand leur corps étaient infectés par un virus.Avec les troubles de la mémoire que les russes avaient subis elle se sentait plus à l'aise avec un jaffa dans son camps surtout quand on savait que ces derniers avaient certainement flingués une équipe russe durant leur transe.Rester ici à râler sur les jaffas ne changeraient rien à rien et elle ne pouvait ni ne voulait perdre un tireur pour une envie compulsive d'un jaffa.

"On se met en route pour l'emplacement du village.Arme en position patrouille.Je ne tiens pas à ce qu'on soit prêt à se défendre mais je ne veux pas qu'on voit en nous des agresseurs.Kawalsky vous allez nous ouvrir la marche avec Kamiliev."


MickaËlla se mettait déjà en marche régler cet incident diplomatique extra-planétaire était loin d'être sa spécialité mais en tant que RAPAS et leader d'équipe, SG1 de plus, elle se devait d'exceller en tout et d'être un exemple pour tous.Elle était assez contente d'avoir sous la main quelqun comme Jason.Quelqun sur qui elle pouvait compter quelque soit les circonstances.

"Federov vous auriez du m'en parler dès le départ cela nous auraient fais gagner du temps.Sans parler que nous cacher ce genre d'information nous mets tous en danger.Vous venez d'utiliser votre joker.Si vous avez quelque chose à me dire que je devrais savoir profitez en le temps du trajet."


MickaËlla laissa pendre son fusils d'assaut au bout de ses sangles pour se saisir de son PDA et préparer un rapport exhaustif de la situation.Elle évoluait au milieu de la formation pour s'assurer de ne pas être une cible facile.Elle tenait à informer le SGC dès que possible que les russes ne leur avaient pas tout dis et qu'une fois de plus ils allaient tenter de la leur faire à l'envers.Sans parler de leur indélicatesse auprès du peuple de cette planète.Indélicatesse qui avait déjà du se produire et qui si cela n'était pas le cas ne tarderait pas à se reproduire.Avec les hommes d'hégémonie et les russes qui s'amusaient à faire n'importe quoi il était fort à parier que d'ici peu on viendrait demander des comptes au programmes portes des étoiles pour des exactions commises sur d'autre planètes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Sam 12 Nov - 15:21

Après moult détours et hésitations, l'unité arriva à destination. Durant tout le trajet les russes n'avaient pas décroché un mot, semblant encore plus déprimés que d'habitude si tant est qu'un russe puisse paraître plus déprimé qu'à l'accoutumé.
Le vlllage des élatas était tout ce qu'il y avait de plus basique. Une dizaine de cahutte organisées en cercle dans une clairière spacieuse. L'endroit n'était pas occupé mais ne semblait pas abandonné pour autant. Tout était bien rangé, pas d'impression d'abandon en urgence. Les outils et divers instruments, jouets trouvés étaient tous faits dans des matières végétales grossièrement travaillées mais qui avaient un sorte de charme simple. Aucun instrument ou arme de chasse à l'horizon. Soit ils les avaient pris avec eux, soient ils ne chassaient pas.

Ils s'étaient répartis dans le village ( pas compliqué en même temps vu les dimensions) quand un grondement puissant se fit entendre à travers la forêt. Le genre de petit chant qui donnait envie de rester dans les bois à la nuit tombée... Le plus étonnant c'était qu'à peine le cris avait cessé, toute la forêt le reprit. Tous les animaux se mirent à crier, hurler, miauler, beugler... On aurait pu croire que la forêt entière était sur le point de leur tomber sur le rabiot.

C'est aussi à ce moment là que les russes commencèrent à partir en vrille. Sobolev commença à parler en russe, s'adressant à quelqu'un qui n'était pas là et s'élança en dehors de la clairière, sourd aux cris de Rudy. Ce dernier se tourna alors vers Strucker et lui dit en fournissant un visible effort de concentration.


"Major, jetez tous vos armes! Les hallucinations... elles reviennent. Vous aussi... Ca va..."

Il ne finit pas sa phrase et finalement alors qu'ils bazardait son armement s'arrêta, se prit la tête entre les mains et tomba à genou en gémissant de douleur. Fedorov quand à lui visait quelque chose dans les arbres en proie à une agitation grandissante, beuglant quelque chose en russe. C'est là que les choses commencèrent à partir en vrille pour les agents SG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Dim 13 Nov - 23:20

Le chemin qui menait au village se passa sans le moindre incident et cela était des plus étranges.Pas de foutu créature tout droit sortie d'un laboratoire à la franckeinstein qui avait la ferme intention de se faire des colliers avec leurs tripes.Cela ressemblait a une patrouille d'entrainement comme elle avait pu en faire des dizaines au début de sa carrière dans l'armée.Les russes avaient fermés leur clapet durant tout le trajet et même si elle n'appréciait pas ces derniers pour pas mal de raison elle appréciait le silence dont il faisait preuve lors des déplacements.La vision du village rappelé les habitations qu'on pouvait trouvé dans des endroits tels que la nouvelle calèdonie ou même en afrique.Des cahutes tout ce qu'il y avait de plus simple faites avec les matériaux qui se trouvaient à proximité du village.Par geste MickaËlla ordonna le déploiement de l'équipe mais garda son arme en mode patrouille.Si il y avait des indigènes qui étaient revenus elle ne tenait pas à les effrayer.Vu la taille du village se répartir sur son ensemble n'avait rien de difficile.Elle put constater qu'il n'y avait personne dans le village.Les indigènes semblaient avoir disparu comme enchantement.Encore un arrangement de la vérité de la part des russes.Ca n'était pas le village qui s'était volatilisé mais ses habitants.Peut être quelque chose en relation avec leur bracelets.Tout était bien rangé ce qui voulait dire que ces derniers avaient pris leur temps avant de partir.Il ne s'était pas volatilisé d'un coup sans quoi tout n'aurait pas été aussi bien rangé.Les représailles que subissaient les terriens n'étaient pas du aux hasards mais cela était assez éloigné des façons de faire de ce peuple qui avait l'air charmant de ce qu'avait pu en dire les russes.Des russes qui n'avaient pas du suffisamment lire les rapports de mission des équipes SG sans quoi il se serait abstenu d'agir de la sorte.Il y avait intérêt que tout se sang fasse revenir le capitaine Dante sans quoi les russes risquaient de recevoir une note plutôt salé.

Alors qu'elle était entrain de ronger son frein et de broyer du noire il se produisit un chose à laquelle elle ne s'attendait pas.Un rugissement puissant et rauque se fit entendre.Il venait de la forêt.MickaËlla doutait qu'il s'agisse de la créature, mais un truc était sur cella annonçait quelque chose.Restait à savoir jusqu'à quel point cela allait être dangereux pour eux.MickaËlla sortit en trombe de la cahutte ou elle se trouvait pour se dirigeait vers le bruit.Les russes étaient à crans et il ne leur faudrait pas grand chose pour qu'ils plombent le premier truc qui allait se ramener.Ce qui serait assez dérangeant dans le cas d'un indigène.Ce fut à ce moment que le phénomène prit de l'ampleur.Toute les créatures de la forêt s'étaient mises aussi en branle.On aurait cru que la fin de ce monde approchait à grand pas.Cela ne pouvait pas être seulement la créature, il y avait un autre phénomène à l'oeuvre.Quelque chose qui annonçait les ennuis elle le sentait au plus profonds de ses tripes mais elle devait garder le contrôle de l'équipe, des russes en particulier.

"On garde son calme.Baissez vos armes il n'y a pas de menace pour le moment."

Pisser dans un violon aurait été plus productif.Les russes ne semblaient pas l'entendre.D'ailleurs ils semblaient entendre et voire des choses qu'eux seules pouvaient voire.Rudy se tourna vers elle et au prix d'un effort de volonté leur ordonna de jeter leurs armes.Les hallucinations revenaient.Pendant une seconde alors que son regard balayait ce qui restait de l'unite spetnatz 212 MickaËlla se dit qu'il valait peut être mieux en terminer maintenant avec ces derniers.Ils avaient été un danger pour leur camarade et le seraient d'autant plus pour eux.Mais leur présence faciliterait les négociations avec le capitaine et peut être les indigènes.Sans parler que plus ils ramenaient de russe plus ils pourraient faire pression sur le gouvernement russe.Qui commençait à cumuler les conneries et les agressions envers la france.Les équipiers ne semblaient pas atteints par les hallucinations tout au moins pour le moment, d'une voix forte et pleine d'assurance elle donna ses ordres.

"Tenez vos positions.Canons vers le sol."


MickaËlla mit un genou à terre, le canon de son arme vers le sol.Ce qui pour des indigènes pouvait ressembler à un geste de soumission.Mais en plus de cela MickaËlla s'assurait une meilleur stabilité de tir si le besoin s'en faisait sentir.Elle scrutait la forêt qui se trouvait devant elle à la recherche de ce qui avait pu mettre cette dernière sans dessus dessous.

Elle ramena la culasse mobile de son FF-FR2 vers elle ce qui eut pour effet d'éjecter une douille encore chaude.Il n'y avait plus de balle dans son arme et elle pouvait voire des commandos armés de AK 47 se dirigeait vers elle.Elle n'avait plus de balle dans son fusil, il lui restait son pistolet, un PAMAS, et trois chargeurs.Autant dire qu'elle ne faisait pas le poids rapport de force trop inégale.Mais son esprit n'avait pas oublié que précédemment elle se trouvait avec son équipe dans un tout autre lieu avec une tout autre arme dans les mains.Elle était prise dans une illusion à son tour et il était difficile de savoir ce qui était vrai et ce qui ne l'était pas, mais MickaËlla savait faire preuve d'un sang froid hors du commun et elle comptait jouer la montre le temps de trouver un moyen de s'extirper de guet appens.C'est alors que du coin de l'oeil un geste attire son attention.C'était Anthony.Son fiancé mort en mission il y a quelques années.Il lui fit à nouveau signe de la suivre avant de s'élancer dans le sous bois au milieu du bruit des rafales de kalachnikov.La raison n'avait plus sa place dans l'esprit de MickaËlla.Sans même y réfléchir elle fit passer son fusil dans son dos et s'élança à la suite de l'amour de sa vie.Pouvoir le voire, l'entendre, le toucher, était en cet instant plus important que le reste et peu lui importait le sort de Dante, des russes, et du reste de la galaxie.

Elle courait à s'en arracher les jambes pour ne pas perdre son aimé de vue.Elle sentait l'air humide lui fouetter le visage.Les balles sifflaient à ces oreilles, et elle entendait claquer juste à côté d'elle.Un vint taper si près que les éclats de bois qui volèrent vinrent se planter dans sa joue.Mais le danger et la douleur n'était rien à côté du fait de ne pouvoir se réfugier dans ces bras ne serait ce qu'une fois de plus.C'était ça qui la motivait à avancer et rien de plus.Elle sentait avoir plus de force qu'elle n'en avait jamais eu durant toute sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara'c

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: ? / 125
Age du personnage: 23 ans (apparence) / 54 ans (jaffa)

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Lun 14 Nov - 15:20

Tara’c était en train de pratiquer un kelnorim avec les moyens du bord, c'est-à-dire rien du tout, seulement le sol pas très confortable et le risque que la créature réponde à l’appelle plutôt que les habitants, deux facteurs dont il passait outre au plus fort de sa méditation, la nature tout autour de lui l’aidait à faire le vide pour se concentrer à faire émaner de lui un désir de communiquer avec ceux qui se sentaient trahis par les humains venus du chapa’ai mais ils devaient comprendre que tous n’étaient pas comme les russes, déjà lui-même était facilement distinguable des autres par son tatouage, voila pourquoi il pensait avoir plus de chance que les Tau’ris.

Après plusieurs minutes à rester fixe dans une position s’approchant de celle du lotus sans que les pieds ne reposent sur les cuisses, des chants étranges lui firent ouvrir doucement les yeux sans bouger les reste de son corps, les voix étaient celles d’enfants, au moins six faisant une ronde autour de lui alors que pendant ce temps, le Jaffa pouvait aussi observer une femme approcher de l’arbre où il avait déposer ses armes pour les prendre et repartir avec. Tara’c ne brocha pas, s’il avait fait ainsi, c’était bien qu’il ne comptait pas s’en servir, à quoi bon de toute façon, il n’allait pas tirer sur des enfants ou sur la femme maintenant qu’il s’était définitivement affranchi de l’emprise de son faux dieu.

La ronde continua encore pendant environ une minute, tout cela était vraiment étrange, était-ce un test pour savoir si l’étranger qu’il était se montrerait menaçant envers l’innocence même d’une jeunesse joueuse ne l’aidant pas dans sa quête de pouvoir parler à un être plus âgé pour dissiper le malentendu. Tara’c restait silencieux pour ne pas leur faire peur, pourtant l’enfant qui s’était arrêté face à lui le pointait du doigt, en fait le doigt était dirigé vers le bas et ciblait ce qui devait être la zone entre son bassin et sa poitrine alors il n’y avait qu’une chose de particulier à cet endroit, sa poche symbiotique évidemment. Le gamin dit un mot que le Jaffa ne comprit pas, à voir sa tête ce ne devait pas être quelque chose de positif, cette fois le tatoué s’apprêtait à parler pour demander à l’enfant de faire venir un adulte mais le grognement sourd qui lui parvenait aux oreilles et provenant d’une position assez proche dans son dos avait fait reporter sa requête, nul doute que ce devait être la créature, l’odeur pestilentielle de son halène le confirmait, la larve semblait être plus agitée que le porteur qui se forçait à rester de marbre en sachant que sa fin pouvait être proche mais pas sans déclarer en fixant son regard sur l’enfant au bras tendu :

« Je vais mourir en Jaffa libre, je n’ai jamais voulu porter une larve de ceux qui se prétendent des dieux pour manipuler les miens et se donner une justification à leur soif de pouvoir et de conquêtes meurtrières, es-tu sûr qur toi et tes copains voulez voir cela ? »

Après s’être adressé directement à l’enfant avec une voix sérieuse mais pas agressive, le Jaffa sembla parler dans le vide pour cibler des adultes qui ne se montraient toujours pas :

« Habitants de ce monde, parents de ces enfants, ce qui risque de m’arriver n’est pas selon moi un spectacle de leur âge, êtes-vous certain de vouloir leur infliger cette image qui peut être traumatisante ? »

La créature n’ayant pas encore attaquée, Tara’c ne savait plus trop quoi penser à part se soucier de ceux qui ne craignaient pas la bête, refermant les yeux après ses dernières paroles comme pour se plonger dans des pensées plus personnelles concernant ses proches avant que le bourreau ne passe à l’acte. Au moins il avait essayé, se battre aurait été sans doute plus noble mais le résultat aurait été le même vu le peu d'efficacité des armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Guerin
Médecin
avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 29
Localisation : Ile de France

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal / 42
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Ven 25 Nov - 3:40

Aux cotés de Rudy...


C'était une sensation étrange d'être coupée du monde sans l'être réellement.
Quelque part, je pouvais ressentir des sentiments contradictoires et hautement improbable en même temps que je voyageais, tant dans mes souvenirs que dans la réalité. Enfin, ce mot n'avait plus grand sens pour moi depuis l'injection. Je voyais mon mentor, le gentil Major Desforges, marcher à nos cotés. Il était vêtu de son éternel uniforme de parade. Enfin, le genre d'habit qu'on ne met pas pour aller sur le terrain. Intéressé, il écoutait la conversation des uns et des autres sans intervenir. De toute façon, le pouvait-il ?

En mon for intérieur, avec un peu de concentration, je parvenais à comprendre qu'il n'était qu'une illusion. Comme ce dans quoi je m'étais bercé jusque là. Mais lorsque la faune sauvage se mit à réagir étrangement et que je savais pertinemment, que ce coup-ci, ce n'était pas un délire, Desforge se permit de dire en souriant :


- C'est mal barré !

Et pour sûr, ça l'était ! L'instant d’après, tout dérapa.
Encore dans les vapes, je n'ai pas été en mesure de voir Mickaëlla filer. Et pourtant, c'était elle qui aurait été plus à même de réagir...si seulement elle n'était pas devenue dingue elle aussi.
Les voix avaient beau revenir, imposantes, je savais que je pouvais les ignorer. Mais Desforges, que je ne savais pas là, attira mon attention.


- D'après toi, il va le faire ?

Le major s'était agenouillé à coté du médecin qui s'était occupé de moi, Rudy. Mais celui-ci était en passe de se loger une balle dans la tête, lutant pour ne pas presser plus fort sur la gâchette déjà bien engagée. Un rapide coup d’œil pour m’apercevoir que le chien était tiré, une balle d'engagée donc, puis j'ai crié, plus que je ne l'aurais du :

- Non !

Et je me suis jetée sur lui, attrapant cette arme à pleine main sans prendre conscience une seule minute qu'elle pourrait se retourner contre moi. C'est ce qui arrive d'ailleurs lorsque l'on tente de soustraire cette arme sans une certaine dose de précision. En luttant pour la lui confisquer, le coup partit. Une détonation me vrilla les oreilles puis je ressentis comme un coup de marteau sur l'avant bras. La peur me rongea alors que je m'étalais de tout mon long.
Une main refermée sur la plaie, je détournais le regard pour ne surtout pas y penser. Je ne m'étais pas blessée aussi stupidement, non, j'allais bien, parfaitement bien. Mais la peur, elle, me faisait croire le contraire.
Avec la pression, le sang glissa d'entre mes doigts pour venir teindre les quelques parcelles de mon épiderme encore sain d'une teinte écarlate. Alors que je jetais le pistolet au loin, écartant tout dangers pour Rudy, Desforge s'approcha, hilare, puis demanda tout simplement :


- Qu'est-ce que ça fait ?
- Quoi ?
- On ressent quoi ? Lorsque l'on se fait tirer dessus.
- La ferme ! Je te déteste.
- Plus fort, dit-le plus fort.


J'ai lentement secoué la tête, ne comprenant pas où il voulait en venir. Mais à l'évidence, il ne s'adressait plus à moi. Desforges s'était tourné vers une hutte et continuait son monologue :

- Tu dois parler plus fort si tu veux qu'elle t'entende...

Je ne sais pas ce qui m'a pris. J'aurais du rester au sol, ne pas bouger et attendre. Mais au lieu de ça, j'ai eu la bêtise d'aller voir à l'intérieur, là où une petite voix plaintive me suppliait de l'aider. Puis le choc, un hurlement de ma part accompagnant la vue d'une petite fille décapitée. Elle tenait sa tête entre ses mains, sa peau devenue grisâtre et tachée par l'hémoglobine.

"Aidez moi, s'il vous plaît, elle est tombé, elle veut plus tenir !"

Un nouveau cri.
Je recule alors, les mains en avant, me fichant bien de ma blessure.


- Non !

Mais quelque chose tira sur mon uniforme. Une petite qui me tendait son bras arraché, une plaie par balle bien visible.

"S'il te plaît tu peux m'aider moi ?"

Un nouveau cri d'horreur. C'était un cauchemar, un horrible cauchemar à deux doigts de me rendre hystérique. Et des petites filles, il y en eu cinq, puis dix, puis cent. Il y en avait partout, me parlaient dans un brouhaha horrible, assourdissant. Je savais que ce n'était pas réel, je le sentais, et pourtant...

- Laissez-moi ! Non ! Lâchez-moi !

Mais elles étaient partout, me montaient dessus, cherchaient toutes à prendre le contact. Tant et si bien que je me suis retrouvée au sol, cherchant vainement à trouver de l'air, juste une bouffée, alors que mes bras tentaient vainement de repousser ces choses...

- Au secours !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Sam 26 Nov - 22:17

D'un côté, les gens se battaient avec des démons intérieurs, de l'autre un jaffa se demandait s'il avait bien agi, tout du moins si sa conscience lui avait dicté les bons gestes.

_______ Mickaëlla Strucker _______

Après plusieurs minutes à courir dans les sous bois épais, s'égratignant au passage des taillis denses et à la limite de l'inextricable, Mickaëlla finit par rattraper son fiancé. ils avaient plus ou moins semé leurs poursuivants, mais si ces derniers n'étaient pas débiles ils pourraient facilement suivre leur traces car fuir au triple galop dans la forêt était aussi discret que de courir sur la plage en espérant ne pas laisser des traces dans le sable. Le premier pisteur du dimanche pourrait remonter la piste.
Jeremy s'était arrêté près d'un arbre, à la limite de l'asphyxie, sa respiration rauque, la façon dont il inspirait à petite mais rapides goulées, tout cela indiquait qu'il était cuit physiquement, voire pire... Il appuyait son bras droit contre son flanc là où le gilet était plus sombre que le reste. Une zone de faiblesse de la protection, sans plaque de renfort en dessous, une balle avait sans doute traversé le gilet alors qu'ils fuyaient, la chance n'était vraiment pas avec aujourd'hui! Il avait le teint cireux et les cernes prononcées de celui qui a connu des jours meilleurs et risquait de ne plus en connaître beaucoup à compter qu'il passe l'heure. A voir la position de la blessure, il y avait de fortes chances que le foie soit touché, blessure aussi douloureuse que généralement fatale.


"Il... Il faut que tu continues, moi... Moi, c'est la fin du chemin. Je peux au moins t'accorder du temps pour leur échapper. Ecoute... Je ne voulais pas... Ca ne devait pas... Ca ne devait pas se passer comme ça. s'ils m'attrapent ou si je les retiens assez longtemps, tu pourras t'en tirer. Il faut que tu rentres pour prévenir les autres. Maintenant fous le camp!"

Dire ces mots avec énergie semblait lui coûter autant physiquement que moralement. Ses paroles en dehors du fait qu'il voulait lui donner du temps étaient étrange. Ils n'avaient jamais eu l'initiative dans cette mission, et là ils tentaient de survivre à une énième embuscade comme celles qui avait anéanti leur escouade peu à peu. De huit ils n'étaient plus que deux et bientôt il n'y aurait plus qu'elle. Alors pourquoi dire que ça ne devait pas se passer comme ça? Evidemment que ça ne devait pas se passer comme ça! C'est eux qui auraient dû avoir l'effet de surprise. Eux qui auraient dû éliminer les patrouilles et elle qui aurait dû abattre le chef de ces foutus serbes. Là, ils étaient tombés de traquenard en traquenard comme si...
Dans leur dos les bruits de poursuite se rapprochaient, tout au plus avaient ils quelques minutes pour se dire adieu.


_______ Rebecca Guerin _______

Rebecca se débattait comme elle pouvait, entourée par une horde de bambins en pièces détachées, qui avec un bras arraché, qui avec la tête en compote, qui se traînant sur ses bras, les deux jambes vaporisés, sans doute par une mine. Le genre d'horreurs qu'elle avait pu voir et qui revenaient la hanter tous en même temps, La douleur dans le bras était atroce, et le membre pendait mollement comme s'il n'était plus vivant, il n'y avait plus qu'à espérer que la blessure était superficielle chose à laquelle la malheureuse auxsan ne pouvait avoir le luxe de penser. En proie à son illusion, elle ne vit rien arriver mais sentit une violente douleur à la joue droite suivie de la gauche. Elle venait de se prendre une magistrale volée de gifle. Reprenant ses esprits elle constat qu'il n'y avait plus d'enfants autour d'elle, seulement son collègue médic qu'elle avait sauvé juste auparavant. Il la regardait avec ses yeux de chien battu de russe visiblement inquiet.

"Réveillez vous! Ce que vous voyez n'est pas réel!" Il s'assura qu'elle avait bien entendu avant de poursuivre d'un ton plus posé. "Désolé pour la gifle... enfin, les gifles. J'ai essayé de vous secouer mais ça ne fonctionnait pas alors j'ai dû employer la manière forte."

Il se tut un moment comme s'il voulait dire quelque chose mais hésitait se lançant finalement avec la timidité d'un adolescent. il ressemblait plus à Rebecca qu'à ses collègues spetsnaz à bien y réfléchir, il faisait preuve d'une humanité que les soldats n'avaient pas, ou plus.

"Merci... Ce que vous avez fait. Je n'aurai pas tenu longtemps. Ces visions... C'est pire que tout. vous m'avez sauvé deux fois. Donnez moi ce bras, que je vois ça." Avec douceur, ben que ses mains tremblèrent un peu - chose tout à fait compréhensible vu la situation - Rudy examina la plaie, se réfugier dans le travail pour dissiper sa gêne était presque mignon à voir, s'ils n'avaient pas été plongés en plein cauchemar éveillé Son soupir rassura la jeune femme, ce n'était pas grand chose et à bien regarder effectivement, elle s'en tirait à bon compte. "La balle a dévié sur l'os et n'a fait que traverser le muscle. C'est douloureux mais sans gravité. Avec ce bandage vous pourrez rentrer et reprendre le tennis. Evitez de bouger les doigts... voilà, c'est terminé. prenez des anti inflammatoires et... Désolé, vous savez quoi faire."

Avec un petit sourire et une tape sur l'épaule, il se releva et aida Rebecca à faire de même. Elle remarqua alors celui que Mickaëlla avait pris pour second dans cette mission. Il était allongé au sol, inconscient. A voir les douilles autour de lui, il avait fait usage de son arme de façon très prodigue. Gisant, elle put voir en s'approchant qu'il était vivant, sa respiration régulière, il n'avait plus d'arme sur lui. Moins agréable, derrière une maison gisait un des trois russes. A voir son état il avait fait sauté sur une grenade ou quelque chose du genre. tout le côté gauche était en charpies avec des morceaux éparpillés à trois mètres à la ronde. L'odeur de viscères et de sang était tout bonnement atroce. Sobolev n'était plus et il était parti d'une façon particulièrement horrible.
Il y avait dans le village qu'eux trois, pas de bruit alentours autre que le bruit de la brise dans les branches.


_______ Tara'C _______

La mort ne vint pas. Des bruits de pas lourds indiquant que la bête reculait sous le regard appuyé de l'enfant qui faisait face au Jaffa. Ce même enfant qui d'un geste simple lui indiqua de se relever et de le suivre. Ils marchèrent un court moment, le monstre jamais bien loin mais se tenant visiblement à l'écart du gamin avec une obéissance absolue teintée de crainte vis à vis de l'enfant et de haine quand son regard se posait sur l'ancien sujet de Moloch. Arrivés à destinations, ils étaient devant une petite mare à l'eau cristalline qui jaillissait d'une source juste au dessus. Là étaient réunis les enfants vus tout à l'heure et quelques adultes. Parmi eux une jeune femme à la beauté à couper le souffle. Pourtant sans rien pour la rehausser que ce soit sa robe de tissu grossièrement tissé, les quelques décorations primitives dans ses cheveux ou les marques de couleur sur les parties visibles de délicieuse anatomie, il émanait d'elle une sorte d'aura de beauté simple et rassurante, tout comme son sourire avenant et calme.
Le petit guide de Tra'C lui parla dans une langue inconnue et elle opinant brièvement du chef,aussitôt le marmot fila au galop avec sa clique de petits amis en criant joyeusement comme s'ils allaient jouer dans les bois, plusieurs adultes souriant en les regardant. Difficile à croire en les voyant que c'était ce peuple qui effrayait autant les goa'ulds. Cela dit, la présence de l'hideuse créature derrière lui rappelait au guerrier que l'habit ne faisait pas souvent le moine dans l'univers...

"Ainsi tu es un esclave des goa'ulds qui s'est libéré de leur emprise... Ou plus exactement qui tente de recouvrer sa liberté. Car tu portes en toi l'un de ces monstres assoiffés de conquête et de domination. Quel est le nom que t'a donné ton père, guerrier jaffa? Et pourquoi avoir troqué un tyran de maître pour un autre tout aussi monstrueux et avide? Regarde derrière toi. Regarde ce monstre... Voilà ce que sont réellement ceux que tu sers. Des monstres effroyablement laids, autant par l'apparence que par l'âme. Des monstres qui n'hésitent pas à user de la violence la plus meurtrière pour satisfaire leurs désirs les plus bas. Pourquoi donc, guerrier jaffa, toi qui semble faire cas de concepts moraux élémentaires, t'acoquines tu avec eux? De ta réponse dépendra ta survie... Et la leur."

Malgré toute la douceur de sa voix, on ne pouvait ignorer le froid glacial de la lame d'acier qu'elle avait posé sur sa gorge par ces quelques mots. Elle était certes d'une douce et délicate beauté, mais derrière la douceur de ses traits et de son regard, le jaffa pouvait y voir la résolution inébranlable d'un chef qui a réellement le pouvoir dont il vient de parler et qui n'hésitera pas à s'en servir. Cette dichotomie entre son apparence et sa personnalité avait de quoi subjuguer et inquiéter.
Autour de lui, les adultes élatas murmuraient entre eux dans un discret conciliabule auquel ne faisait pas attention celle qui de toute évidence occupait un rôle majeur dans la communauté qu'il avait croisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Guerin
Médecin
avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 29
Localisation : Ile de France

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal / 42
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Dim 27 Nov - 6:30

La terreur m'avait poussée à des retranchements bien vite démolis. J'étais en proie à l'hystérie, ce que je redoutais le plus, jusqu'à ce qu'une violente douleur ne me rappelle à la raison. Lorsque j'ai vu Rudy et que j'ai compris qu'il n'était pas une vision, juste à l'origine de mon retour, je me suis jetée dans ses bras. Pas d'origines qui tiennent, ni de guéguerre de pouvoir ou d'amour propre sur l'appartenance militaire. J'avais eu si peur que je me suis bien foutu de tout ça et que ces bras furent un refuge suffisant pour que je reprenne mes esprits. Tous mes esprits.

- Ils étaient horribles...ils y en avaient partout. Ils m’étouffaient, voulaient me tuer.

Je l'ai laissé me soigner, acquiesçant à ses excuses sans m'arrêter dessus. Un peu plus tard, alors qu'il m'aidait à me relever, nous avons fait un tour de reconnaissance. J'avais espoir de revoir un membre mon groupe, ou tout du moins, seigneur, je voulais plus que tout entendre la voix autoritaire de Mickaëlla. Elle avait beau sembler très imbue de sa personne, c'était la seule en qui je plaçais ma confiance pour les ordres. Car une personne qui donnait l'air d'être aussi buté ne renoncerait pas face à cet obstacle si difficile à combattre.
Hélas, elle n'était pas là. Il y avait des traces de pas difficile à comprendre, puisque je n'étais pas formée pour les suivre, puis des tas de douilles. Rudy et moi n'avons pas tardé à trouver le second dans un état d'inconscience. Il avait apparemment fait une méchante crise et vidé ses chargeurs. Avec l'aide de mon partenaire d'infortune, nous avons vérifié qu'il n'était pas blessé et avons ensuite poursuivit les recherches.
Sobolev avait eu beaucoup moins de chance. Le résultat de l'explosion d'une grenade m'obligea, avec la vue d’horreur, à me plaquer une main sur la bouche alors que j'approchais du cadavre. Agenouillée juste à coté, j'ai récupéré les plaques et les ai donnée au médecin russe qui se tenait non loin. Je ne pouvais pas laisser ce mort ainsi, à la merci de la faune sauvage. C'était encore pire que le cadavre desséché dont les bestioles se moquaient bien. J'ai alors pris mon poncho, l'ai déplié et ai consciencieusement recouvert le mort. Je me suis juste arrêté sur son visage, réfléchissant à tout ce qui s'était passé.
Je n'osais pas regarder Rudy, sous peine de défaillir une fois de plus.


- Pourquoi ils ont fait ça ? Pourquoi avoir tué des enfants sans défense juste pour rester discret ? Et, pourquoi même, avoir voulu en capturer un...

Cette fois-ci, je l'ai regardé droit dans les yeux. Je ne le jugeais pas, ne le rendait pas coupable de ces exactions. Mais si seulement il y avait une explication...

- Où est la logique dans tout ça ? La conscience humaine...

Une bonne minute s'écoula dans le plus grand silence. Je réfléchissais, me demandant comment nous allions pouvoir trouver le reste du groupe. C'est alors que je me suis redressée, bien décidée. Ne pouvant abandonner le second, même si quelque part c'était mieux pour nous deux, je me suis dirigée vers le centre du village tout en fouillant dans l'une de mes poches.

- Écoute...Je sais que ce n'est pas très recommandé avec cette chose dans les parages mais...si Mickaëlla et Tara'c sont encore vie, il faut que je leur signale que nous sommes toujours là, en vie.

Ma main extirpa alors un pistolet assez spécial. Il ne tirait pas des balles mais des fusées éclairantes, et j'en avais deux dans ma poche. En me rappelant de l'entrainement, je choisissais la cartouche verte afin d'indiquer qu'il n'y avait plus de menace immédiate et fît feu après avoir chargé. La lumière verte s'éleva soudainement dans le ciel, dessinant un faible arc de cercle et brillant longtemps. J'étais certaine que mes équipiers étaient encore en vie et espérait qu'avec cette fusée, il saurait me retrouver, ou du moins le chemin qu'ils avaient probablement perdu.
La peur, elle était toujours là.

Malgré la présence de Rudy, j'avais besoin de mes collégues, de mon équipe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara'c

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: ? / 125
Age du personnage: 23 ans (apparence) / 54 ans (jaffa)

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Dim 27 Nov - 16:31

L’instinct du Jaffa lui disait que le peuple de cette planète ne faisait que se défendre avec une puissante magie car les enfants comme la bête étaient sortis de nulle part, par contre cela ne l’empêchait pas d’avoir peur que ce soit ces derniers instants de vie, sans avoir eu la possibilité de dire adieu à la belle Ishta, celle pour qui il éprouvait des sentiments.

Le temps sembla interminable avant que la créature ne bouge, non pas pour en finir mais pour s’éloigner et se tenir à distance respectable, faisant rouvrir les yeux de Tara’c qui pouvait souffler de cette issue positive, prouvant qu’il ne se trompait pas sur la nature des habitants de ce monde. De nouveau son regard alla sur l’enfant qui donnait l’impression d’avoir une forte emprise sur la bête avant de lui faire signe de se lever, ce que fit le Jaffa en douceur pour ne pas envoyer un message négative avec pour conséquence de se faire découper en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire.

Peu après avoir marché sous bonne escorte pour suivre l’enfant, le trio déboucha sur un endroit aussi paisible que beau, un point d’eau autour duquel des enfants et adultes étaient présent. Tara’c regardait un peu partout comme pour se convaincre que cela était bien réel alors qu’il y a peu, il assistait à l’attaque violente et sanguinolente d’une créature monstrueuse sur une coéquipière. Il était trop tard pour changer le passé alors il devait absolument se focaliser sur l’instant présent qui était une ouverture inespérée pour leur faire comprendre leur erreur avant qu’il ne soit trop tard sans savoir si ça ne l’était pas déjà pour les Tau’ris.

Une femme se distinguait de tous par son physique d’une pureté étonnante, faisant oublier ses habits et décorations primaires, elle allait parfaitement avec ce lieu magnifique, comme ayant été créée par cette nature à sa gracieuse image. Pas de quoi non plus faire perdre la tête au tatoué qui restait méfiant car le problème persistait, maintenant que le gamin avait passé la main à cette femme qui devait être la représentante de son peuple, cela allait sans doute évoluer.

Heureusement que son interlocutrice trouva le langage adéquat pour être comprise car jusque la, Tara’c ne comprenait pas ce qu’il se disait. Rien de bien rassurant mais l’inverse aurait été étonnant, c’était au Jaffa de lui donner de bonnes raison d’épargner au moins les personnes avec lesquels il était venu alors dès qu’elle eu terminé, il inclina la tête en signe de respect puis la redressa pour la regarder tout en répondant à ses questions et affirmations :

« Je me nomme Tara’c, si j’accompagne les Tau’ris c’est parce que je vois en eux la volonté de lutter contre les faux dieux et que cela peut m’aider à libérer mes frères de l’emprise de ces êtres méprisables… Malheureusement comme dans tout peuple il y a des bons et des mauvais c’est pourquoi nous sommes venus tenter de réparer les erreurs de ceux que nous appelons Russes et qui semblent vous avoir causé des torts… Ces Russes viennent de la même planète que les Français que j’accompagne mais n’ont pas les mêmes dirigeants et donc les mêmes objectifs, si les uns utilisent le Chapaaï pour voler et tuer, les Français l’utilisent pour négocier de la technologie capable de protéger leur monde, trouver des alliés, commercer ou même parfois mener des attaques contre les Goa’ulds qui les menacent… Je vous en prie, l’équipe du Major Strucker n’est pas responsable des agissements de l’équipe Russe, vous avez déjà tué un membre de son équipe, une petite femme aux yeux étirés, une innocente qui ne vous a rien fait et que vous avez jugé coupable sans qu’elle puisse se défendre… Pourquoi ? »

Ce n’était pas dans l’habitude du Jaffa de faire de long discours pourtant il venait de dire ce qu’il avait sur le cœur, restant droit avec son regard toujours aussi perçant tant il croyait ses paroles justes, espérant ne serait-ce qu’une trêve dans le cauchemar que vivaient ses compagnons afin de faire le tri entre ceux qui devaient payer pour leurs actes et ceux qui n’avaient rien à voir la dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Lun 28 Nov - 14:10

MickaËlla continuait sa course effrénée à travers les bois à la suite de son amour de toujours.De ce qu'elle entendait ils commençaient à mettre de la distance entre eux et leur poursuivants.L'entrainement de MickaËlla lui revenait aussi facilement qu'elle mettait un pieds devant l'autre et elle envisageait déjà toute les possibillitèes pour ce tirer de ce merdier.Certes ils avaient laissés une piste bien fraiche et visible derrière eux mais mettre de la distance était plus important que de se rendre invisible en cette heure.Il fallait trouver une trace de civilisation, une ferme serait le bonheur, pour trouver un véhicule pour au final se fondre dans la masse.Il ne pouvait pas espérer obtenir une extraction ils étaient livrés à eux même et ils devaient faire appel à toute leur ressources et à leur entrainement pour s'en sortir.Mais MickaËlla était loin d'être inquiète.Non seulement elle était un RAPAS, mais elle était avec son fiancé, qui n'était pas moins qu'un commando marine du commando Hubert.Si il y avait deux personnes pouvant se tirer d'un tels guêpier cela ne pouvait être qu'eux.

Jérémy venait de s'arrêter il était adossé à un arbre et immédiatement MickaËlla vu qu'il se tenait le flanc droit.Sans même chercher à en savoir plus elle ouvrit l'Ifak qu'elle portait sur la cuisse gauche et qui était raccroché à son ceinturon.Alors que Jérémy se lançait dans un monologue qui sentait le sapin MickaËlla s'entêtait à panser la plaie de son mieux.De toute manière c'était des mots que MickaËlla ne voulait pas entendre et il était bonnement hors de question pour elle d'abandonner quelqun derrière elle.Alors quand ce quelqun était toute sa vie l'option n'était même pas envisageable surtout qu'elle avait déjà vécu le fait de le perdre une fois et elle ne comptait pas revivre ça.Là elle avait la chance de changer les choses et elle ferait tout pour que cela soit différent.Mais pendant ce temps là MickaËlla avait glissé deux compresses sous le gilet, ainsi que la compresse froide.Le froid de la compresse allait se faire rétracter les vaisseaux sanguins et elle espérait ralentir l'hémorragie de cette manière.Elle termina en prenant une dose de morphine.Elle planta l'aiguille sans ménagement pour être sur qu'elle traverse bien les tissus et que le produit soit injecté correctement.Elle délivra seulement la moitié du produit, elle tenait à ce que Jérémy reste lucide le plus possible et trop de morphine allait émousser ses réflexes et ses capacités cognitives.Ce dernier avait déjà terminer quand MickaËlla se releva pour poser se lèvres contre les siennes avec un douceur qui n'aurait pas pu lui prêter.

"Maintiens bien la compresse.Je t'abandonne pas, je t'ai déjà perdu une fois pas deux.Là j'ai l'opportunité de changer les choses je vais le faire."


De nouveau elle embrassa son amant cette fois avec plus de passion.

"Vivre sans toi ça n'est pas vivre.Alors soit on meurt soit on s'en sort ensemble.Mourir n'est pas dans mes projets alors si il le faut je t'assome et je te porte."


MickaËlla savait pertinemment que Jérémy était mort il y a bien longtemps et qu'elle n'avait pas participer à la mission durant laquelle il avait trouvé la mort.Elle ne connaissait même pas les détails de cette dernière.Savoir que tout son groupe s'était fait décimé aurait du lui mettre un coup au moral.Avant son arrivée au SGC elle n'avait pas effectué une mission sans son binôme.Ils venaient tout les deux de Toulon et ils se connaissaient depuis leur entrée dans l'armée au 1er RCP.Il était son frère son confident le plus intime, l'une des rares personnes en qui elle avait une confiance aveugle.Ce qu'elle était entrain de vivre était un fantasme et elle s'y complaisait elle ne voulait pas en sortir, pas maintenant.

Elle avait posé ses conditions concernant la suite, et elle ne doutait pas qu'ils allaient reprendre leur cavale.En prévision elle se défi de son fusil de précision qu'elle abandonna là comme une branche morte.Elle qui apportait toujours un grand soin à son équipement se moquait bien du sort de ce dernier dans pareil situation.Il était temps de repartir sans quoi ils allaient être réduits à devoir affronter aux bas mots une patrouille.Les serbes leur était tombé dessus comme la peste sur les misérables.Quelqun avait du les informer de leur visite impromptu qui aurait du se solder par la mort des chefs serbes qui étaient maintes fois sortis de la prison dans lesquelles on l'avait collé pour crime de guerre, crime contre l'humanité, trafique d'armes et d'autres joyeusetés.Cet homme avait trop de connexion pour être jugé par un tribunal.Qu'a cela tienne ils avaient reçu pour mission de mettre fin aux affaires de ce déshonnorable homme d'affaire en l'abattant.Mais tout était partis en vrille.A croire que ce dernier connaissait le moindre détails de leur mission de leur point d'insertion, à leur mode opératoire.On les avaient piégés et les coupables en répondraient elle y veillerait.Des gens biens étaient mort aujourd'hui et ce crime ne resterait pas impuni.En entendant il fallait fuir.Fuir pour survivre et se battre demain.

"Viens on doit y aller.Allez matelot du nerf."


Cela peinait de pousser Jérémy à devoir endurer la souffrance pendant un laps de temps qui allait être, à n'en pas douter très long mais les autres alternatives n'étaient pas envisageables.MickaËlla avait dégainé son pistolet et si il le fallait si il n'avait pas le choix et bien elle vendrait chèrement sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Mer 30 Nov - 5:13

_______ Rebecca Guerin _______


Jason était plus ou moins dans le cirage avec la tête qui résonnait comme une cloche qu'on avait tapé comme un sourd ce qui n'était pas loin de la vérité, Rudy lui ayant littéralement cassé une grosse branche sur la tête. A part ça il était en parfaite santé, mis à part le chaos dans sa tête.

Rebecca bien que secouée, avait fini par lui poser une question à laquelle il n'aurait pas aimé répondre, voire tout simplement ne pas entendre. On pouvait comprendre que quelqu'un qui ne soit pas militaire puisse s'interroger sur la raison des actions qu'on pouvait faire en tant que militaire. Après avoir réfléchi pendant un moment, Rudy répondit d'un ton grave et visiblement il n'aimait pas ce qu'il disait.


"Vous n'êtes pas une militaire, vous ne vivez pas sous le même régime disciplinaire que nous, plus particulièrement dans l'armée russe. Vous voulez savoir si je trouve bien ce qui a été fait par mon équipe? Savoir si je ferai la même chose? Non et non. Mais je ne suis pas un soldat des forces spéciales. J'en ai vu des vertes et des pas mûres, mais j'ai la chance de ne pas avoir la cervelle lavée par un entraînement mental qui vous rend insensible et à même de descendre un gamin qui peut représenter une menace à l'accomplissement d'une mission. Je suis médecin, je suis là pour sauver des vies, pas pour en abréger.
Pour un spetsnaz 212 il n'y a pas de logique, de conscience, d'humanité. Il y a l'objectif de mission, les ordres, les menaces. Tout ce qui est susceptible de nuire à l'accomplissement de la mission ou à contrevenir à un ordre c'est une menace. Et une menace se traite rapidement et définitivement.
Mais si vous recrutez, je signe de suite..."


Il haussa un sourcil en voyant la médic récupérer son pistolet à fusée et tirer, il soupira et alla chercher des armes. Signaler leur position était une mauvaise idée selon lui, mais elle avait besoin d'espérer après le traumatisme qu'elle avait vécu. Il tendit le FAMAS de Jason à Rebecca.

"Bon, c'est simple, vous le prenez à deux mains, collez la crosse bien contre l'épaule, vous pointez la cible et vous appuyez la queue de détente, là. Il est en mode coup par coup donc il faudra appuyer à chaque fois pour tirer une balle. Au moins en attendant de voir les autre revenir s'ils reviennent, nous pourrons nous défendre."

Lui même avait récupéré ses armes et se préparait à tenir la position.

_______ Mickaëlla Strucker _______

Jérémy souffrait horriblement, la plaie que Mickaëlla avait pu voir était très mal placée, pile dans le flanc, sous les côtes et droit dans le foie... Le sang relativement épais et noir n'augurait rien de bon. A voir le sang perdu, le pansement serait tout juste bon à réduire l'épanchement vers l'extérieur, mais il ne pourrait rien contre l'hémorragie interne. Le soldat poussa un cri déchirant de douleur quand elle le leva. La plaie saignait abondamment, la souche sur laquelle il s'était appuyé était maculée de sang et même le pantalon de son treillis. Il tenait à peine debout en s'appuyant sur elle et sa respiration était sifflante. La blessure était grave, sans doute fatale, mais ils n'avaient pas le temps de poser un diagnostic. Ils n'avaient peut être même pas le temps de poser un bandage compressif, risque que la tireuse d'élite prenait malgré tout. S'il ne mourrait pas de l'hémorragie, les dommages aux organes internes seraient sans doute suffisants aux vues de leur fuite.
Les cris des soldats étaient plus audibles et ils avaient sans aucun doute entendu celui du militaire blessé.


"Bordel! Mais tu vas me lâcher oui?!"

Il repoussa violemment Mickaëlla et manqua de s'affaler sur un arbre, braquant son pistolet sur elle. Son bras tremblait, en fait tout son corps tremblait sous l'effet combiné de la faiblesse et de la douleur. Il transpirait à grosses goutte malgré le climat plutôt frisquet.

"Je suis foutu, tu vois pas? Et tu sais pourquoi? Parce que c'est moi qui ai lâché le morceau, c'est moi leur taupe! Je leur ait tout donné, effectifs, points d'entrée, objectifs, zones de replis, tout! C'est à cause de moi que tout le monde est mort!" L'aveu était total et le plus atroce et le pire dans tout ça était la lueur de culpabilité dans le regard du moribond.

"Laisse moi au moins te sauver la vie..."


Quoiqu'elle décide, il faudrait le faire vite, déjà des bruits d'armes automatiques se faisaient entendre et des balles fusaient dans le sous bois, bien loin de leur position cependant.

_______ Tara'C _______

La jeune femme semblait sonder le jaffa de son regard qui ne cillait pas et donnait l'impression de lire à livre ouvert en lui. Il faisait un gros effort pour être persuasif et faire en sorte que sa sincérité soit visible. Quand il eut fini, elle hocha la tête comme si elle comprenait sans mal ce qu'il lui avait dit et se détourna en lui faisant signe de l'accompagner dans sa marche. Elle ne dit rien pendant un long moment, visiblement méditative quand à ce qu'elle venait d'entendre. Après tout statuer sur la vie ou la mort d'une dizaine de personnes n'était pas quelque chose de trivial. Les suivants de la dirigeante les suivaient à bonne distance dans un révérencieux silence.

"Mon nom est Kaila et je suis la guide de notre communauté. Mais tu avais déjà abouti à cette conclusion, je me trompe?" Son petit sourire mutin aurait été vraiment craquant si elle n'avait pas dans la vie de ses compagnons entre les mains. "Je comprends donc que vous avez un différent idéologique entre tau'ris. Ces russes dont vous parlez sont venus et après avoir fait mine de s'intéresser à nous ont tenté de nous voler, puis quand ce fut découvert, ont enlevé un de nos enfants et tué un autre. Il fallait retrouver notre enfant et protéger les nôtres de toute tentative de ces russes. Il a été décidé de leur donner la leçon de souffrance que tout être maléfique mérite. Leur chef que tu as rencontré est maintenant tel qu'il devrait apparaître à tous. Et nous l'avons lâché sur ses troupes. Notre... nous l'appellerons maître esprit a de plus perturbé les souvenirs de ces individus pour qu'ils ne puissent rien tirer de leur voyage si d'aventure ils réchappaient à leur destin. Nous avons traité les nouveaux arrivants comme les anciens avant qu'ils agissent comme leurs prédécesseurs. Il s'agissait de vous.
Ton symbiote a rendu ton esprit plus difficile à perturber, cela fait des générations que tes anciens maîtres n'ont envoyé de leurs esclaves pour tenter de nous dominer puis de nous éliminer. Tout comme les russes ils croyaient nous berner et nous soutirer nos secrets. Et tout comme eux, ils en ont payé le prix.
Dis moi, guerrier, pourquoi devrais je avoir foi en ta parole? Tu me dis que les gens de ton équipe sont différents, plus respectables et dignes de confiance, que vous respectez les peuples que vous rencontrez... Soit. Notre peuple n'aime pas la violence et nous recourons à la défense que la mort dans l'âme car nous prévenons toujours que nous ne tolérons le mensonge ou la traitrise. Je te préviens donc, ceux qui cherchent à abuser de notre confiance le regrettent toujours. Si tu confies ton symbiote à notre maître esprit, alors tu auras la chance de sauver tes compagnons et je remettrais ces russes sous l'autorité de ton chef pour qu'ils soient jugés à la hauteur de leur crime. Nous ne tolérons la présence des goa'ulds sous aucun prétexte. Les larves non matures ne font pas exception et elle sera placé dans un réceptacle de confinement. Si tu nous as menti, la larve sera tuée et tu sais ce qu'il adviendra de ta survie."


Ils étaient arrivés devant une série de petites demeures assez curieuses, ont aurait dit que des branches de buissons s'étaient naturellement tressées entre elles pour former des habitations vivantes et naturelles. Des myriades de fleurs et même l'éclairage semblait différent, plus... idéal. Un vrai coin de paradis avec des enfants jouant et dansant, des adultes souriants s'affairant à des tâches diverses. Ils passèrent sous des regards curieux sans pour autant s'arrêter. Kaila rendit quelques saluts, sourit à des bambins et leur tapota la tête gentiment en leur disant quelques mots dans leur langue natale. Nulle trace de tristesse de peur dans cette communauté. Arrivés devant une petite maison, la jeune femme héla une personne qui sortit. Il s'agissait d'une petite fille qui portait un bandeau sur les yeux mais qui se déplaçait sans le moindre problème. elle s'arrêta devant Tara'C et se mit à parler dans sa langue, mais le plus étrange était que le jaffa la comprenait, comme si ce qu'elle disait prenait un sens universel.

"Toi, le deux-esprits, tu dois n'être qu'un. Tu es double, mauvais et bon, sépares toi du mauvais et alors tu pourras faire entendre ta voix."

Elle parlait avec une gravité surprenante pour une gamine qui devait avoir tout au plus dix voire douze ans. Elle tendit alors au guerrier une sorte de vase. Pas besoin de lui faire un dessin, le vase servirait de réceptacle pour son symbiote. Se séparer du symbiote revenait à accepter de mourir à petit feu si on ne le réimplantait pas très vite. Son système immunitaire totalement anéanti par le symbiote ne serait pas en mesure de protéger le jaffa et ses organes internes commenceraient à accumuler les défaillances jusqu'à cesser de fonctionner les uns après les autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: J   Mer 30 Nov - 15:56

Les choses prenaient une tournure que MickaËlla n'aurait jamais imaginé.Jérémy l'a repoussé et lui disait de partir.Mais ça n'est pas tout quelque chose avait changé.Il braquait son pistolet sur elle pour la forcer à partir et ce qu'il était entrain de dire était horrible, inconcevable.Et pourtant il y avait une sincérité qui ne semblait pas feinte.La première question qui aurait du venir à l'esprit de MickaËlla aurait du être pourquoi, mais ce ne fut pas le cas.La possibilité d'une telle trahison était inconcevable.On ne devait pas forces spéciales par hasard et pour l'argent.Leur solde n'était pas différente des militaires du même grade et aucun d'eux ne faisaient ça pour l'argent.Sans parler que pour des gens qui avaient reçu leur formation il y avait des tas de manière de ses faire un joli paquet de fric.Cette trahison n'était pas non plus pour des raisons idéologiques, et cela n'était pas non plus du chantage.Si ils avaient réussi à faire pression sur un membre de ce groupe ils auraient pu sans peine se débarrasser d'eux avant même l'opération.Ce qui finit de convaincre MickaËlla était lorsqu'elle avait eu son premier entretien avec Dante il avait sous entendu que Jérémy était un traître.

Elle n'avait jamais été au serbie avec Jérémy ils n'avaient opéré ensemble qu'en côte d'ivoire et avant qu'ils ne se mettent ensemble.Elle était au SGC maintenant et elle commandait sa propre équipe.Cela allait en contradiction totale avec la situation actuelle.Situation qui bien que on ne peut plus réelle était illogique aux yeux de MickaËlla qui commençait à se demander ou était son binôme et qu'est ce qu'il lui était arrivé.Elle n'aurait jamais abandonné Alex.Durant tout son temps au 1er RCP et au 1er RPIMA ils ne s'étaient jamais quittés.La disparition violente de ce dernier aurait du la choquer mais ce n'était pas le cas.Elle se souvenait d'une mission de sauvetage d'une équipe russe qui tournait au véritable enfer et que l'un des russes lui avaient dit qu'ils allaient être victimes d'hallucination.C'est ce qui était entrain de se passer.On était entrain de la mettre face à ses peurs pour la punir de ce qui était au gamin que les russes avaient flingués.On avait lu dans son esprit pour y trouver la chose qui lui était le plus chère pour lui enlever.Cela l'aurait sans doute détruite si Jérémy n'avait pas avoué cette trahison et qu'il était mort dans ses bras.Autant elle pouvait concevoir qu'on rejoigne hégémonie par idéologie autant elle ne connaissait aucun FS français prêt à trahir pour de l'argent.Son entêtement forcené allait peut être lui coûter chér.

"Qui êtes vous?Vous n'êtes pas Jérémy.Alors qui êtes vous?Et pourquoi vous tenez tant que ça à ce que je m'enfuis?J'ai une mission à accomplir, j'ai des hommes à sauver."


MickaËlla avait de plus en plus l'impression de se retrouver prise entre deux réalités ne sachant pas très bien laquelle était la bonne.Est ce que c'était des serbes qui étaient entrain de la traquer ou ces bêtes monstrueusement forte.A moins bien sur que ça soit le reste de son équipe qui poursuive la chose à laquelle était entrain de parler.Ce qui pourrait expliquer pourquoi ce dernier avait été touché plutôt que elle alors qu'elle était plus près de l'origine des tirs.Tout ce qui gravitait autour d'elle et du futur cadavre devant elle lui semblait aussi inconsistant et inconcevable que cette histoire de Porte des étoiles.Elle n'avait plus du tout un regard tendre envers celui qui avait usurpé l'identité de l'amour de sa vie.C'était là sa seule certitude elle ne parlait pas à Jérémy.Il lui ressemblait parlait de la même manière avait la même dégaine mais ça n'était pas lui.

"Alors qu'est ce qu'on fait?"


MickaËlla avait la main sur la crosse de son pistolet malgré le fait que la personne qui se trouvait elle avait son arme braqué sur elle.Elle avait l'intime conviction que les choses se régleraient ici et que le dénouement était proche.En conséquence elle ne comptait pas fuir quels que soit la menace qu'elle devrait affronter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara'c

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: ? / 125
Age du personnage: 23 ans (apparence) / 54 ans (jaffa)

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Jeu 1 Déc - 13:57

Un nouveau point positif, le Jaffa était invité à suivre celle qui représentait son peuple bien que son silence fut surprenant, laissant un blanc comblé seulement par les bruits des enfants en train de jouer et ceux de la nature les entourant. Etait-elle en train de chercher ses mots pour être le plus clair possible ou cherchait-elle à gagner du temps pour que les Tau’ris aient terminés de s’entretuer ?

S’éloignant des enfants, le silence se fit de plus en plus oppressant, un cortège s’était formé pour suivre la femme et son invité non désiré. Tara’c observait cela de façon détachée, se demandant quand même où elle voulait en venir et quand elle allait se décider à rompre le silence.

Enfin elle parla pour commencer par les présentations avant d’avoir un petit sourire qui ne changea rien à la mine très sérieuse de son interlocuteur qui n’avait pas envie de sourire dans une situation aussi mauvaise, d’autres auraient sans doute rendu le sourire pour s’accorder les bonnes grâces de la dirigeante. Une réponse rapide fut émise :

« Vous ne vous trompez pas Kaila »

Puis elle continua sur la différence entre l’équipe Russe et celle dont faisait partie Tara’c mais ce qu’il y avait à retenir était la mort d’un enfant et l’enlèvement d’un autre, de quoi susciter la haine contre ceux qui passaient le chapaaï sans faire de différences entre les bons et les mauvais. Cela pouvait se comprendre mais à présent qu’elle connaissait la version du Jaffa, elle aurait pu interrompre le processus mais au lieu de cela, la femme commença à le décontenancer en parlant du passé et surtout de sa larve, elle demandait ni plus ni moins qu’il se donne la mort en s’en séparant, ce qui après quelques minutes d’une réflexion entrecoupée par une gamine parlant à la façon d’un adulte, lui fit retrouver la parole :

« Que j’ai cette larve ou pas, les conséquences seront identiques donc en quoi est-ce un gage de sincérité ? Dans les deux cas c’est la mort donc quelqu’un de mauvais pourrait aussi vous abuser en choisissant de se séparer de sa larve à condition que cette dernière le laisse faire… Si je décide de m’en séparer, ce sera uniquement pour respecter vos règles, en revanche j’aimerais vous demandez aussi un geste de votre part pour montrer votre bonne foi, Rebecca Guerin, elle n’est pas une guerrière mais une soigneuse alors faites-la nous rejoindre avant qu’il ne lui arrive malheur »

Quelque soit la réponse à sa requête, Tara’c n’avait pas d’autres choix que de s’exécuter, ainsi il prit le vase puis s’écarta un peu pour enlever ce qui lui restait de vêtements sur le haut du corps, puis il s’assit sur le sol dans la position du tailleur, plaçant le vase ouvert entre ses jambes et commençant par fermer les yeux pour que sa méditation débute et pousse la larve à sortir d’elle-même de la poche symbiotique. C’était la première fois qu’il agissait de la sorte, jamais il n’avait songé qu’il aurait à le faire un jour alors il avait peur mais tentait de le masquer, il savait bien ne pas avoir le choix mais une lente déchéance le terrifiait, mourir comme un chien n’était pas des plus honorables mais c’était la solution de la dernière chance.

Tout se déroula assez rapidement, deux minutes après le début d’une concentration laborieuse, la larve sortait suffisamment pour que le Jaffa l’attrape avant de rouvrir les yeux pour la déposer dans le vase et remettre le couvercle, le regard venant se poser sur Kaila comme pour demander ce qu’elle attendait de lui maintenant.


Dernière édition par Tara'c le Jeu 1 Déc - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Guerin
Médecin
avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 29
Localisation : Ile de France

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal / 42
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Jeu 1 Déc - 18:05

Ce village fantôme me faisait peur.
C'était probablement l'une des raisons pour lesquelles j'avais lâché cette fusée. Mais je dois dire que le fait d'être séparé, de constater à quel point SG-1 venait d'être divisé, me plaçait dans une position d'attente insoutenable.
Mickaëlla était-elle encore en vie ? Où se trouvait Tara'c ? Quant à Mathilde, était-elle réellement morte ? Avait-elle été momifiée par la créature ?

Apparemment, Rudy n'était favorable à ce que je venais de faire.
Lorsqu'il plaça le fusil de Jason entre mes mains, j'ai réalisé que nous n'étions toujours pas sortis de cette terrible situation. Ce n'était, en quelque sorte, qu'un peu de calme avant la nouvelle crise de folie. Il devait penser, d'ailleurs, que ma fusée ferait venir la créature directement ici et je m'en suis voulu de ne pas y avoir songé un peu plus tôt.
Si j'avais déjà tiré avec une telle arme pendant ma formation, les conseils du médecin furent tout de même les bienvenus. Je n'aimais pas utiliser des « outils » aussi imposant. J'étais là pour soigner, pas pour ôter la vie. Mais vu les circonstances, j'imagine que l'on pouvait passer l'éponge sur les rôles de chacun.

Malgré ma blessure, j'ai essayé de tirer Jason jusqu'aux cotés de Sobolev et je les ai recouvert tous les deux de ma couverture de survie. Je ne souhaitais pas qu'ils tombent malades ou attrapent, par leur immobilité, un virus extraterrestre. Par contre, j'imaginais sans mal la réaction de l'un et de l'autre en se réveillant aux cotés d'un Russe ou d'un Français. Je comptais sur Rudy pour calmer Sobolev le moment venu.

L'arme posée sur l'épaule, en bandoulière, j'ai enfin pris le temps de m'occuper de moi-même. Bien que je ne sois pas d'un naturel narcissique, il fallait que j'enlève tout ce sang de mon visage et de mes mains. J'ai donc sorti ma trousse de toilette et ai veillé à faire ça rapidement. M'arranger un peu les cheveux et me passer un bon coup d'eau sur le visage m'ont fait un bien fou. J'ai pu respirer un peu, faire le point, et m'attarder sur la réaction que j'avais eu face à l'attaque de l'alien.
A part la peur réticente quant à cette vision d'horreur, j'ai pris conscience du poids que j'avais été. Sans le calmant de Rudy, j'aurais peut-être été une sérieuse menace pour l'intégrité du groupe. Une partie de ce que m'avait dit Mickaëlla me revint en mémoire et je me suis senti honteuse, c'était un échec pour moi.
Je me suis alors fait la promesse, dans le cas où je m'en sortirais, d'aller lui parler et de lui demander pardon pour mon mauvais comportement. Seulement, serais-je capable de résister à pareille horreur à l'avenir ?
J'étais sûre que non.

Alors que Rudy tenait la position, je l'ai observé en me demandant pourquoi il n'avait pas peur. Ou alors, pourquoi il ne la montrait pas. Lui avait perdu plus de la moitié de son équipe, aussi tordu et vicieux qu'ils avaient été. Dans la poursuite de ma réflexion, je me suis souvenue qu'ils avaient été bloqué ici particulièrement longtemps. Il devait avoir faim. Et je me sentais affaiblie par ma crise de nerf passée.
Malgré mes hésitations, j'ai sortis ma ration militaire et ai fait cuire une conserve. Heureusement, les boites de rations contenaient de quoi faire chauffer un repas sans avoir besoin de faire un feu. Une petite plaque en métal repliable servait de support et l'on faisait bruler une sorte de pastille blanche, suffisante pour la cuisson. Le pain en revanche, sous forme de biscuits salés à l'odeur désagréable, avait fort besoin d'un accompagnement pour être avalé.

En cinq minutes, la conserve était chaude. Je ne savais même pas ce que c'était, aucune inscription ne figurant sur le métal. Avec les couverts en kit et ces quelques biscuits dans les mains, je me suis approchée du médecin russe sans vraiment oser franchir le pas. J'imaginais Mickaëlla faire des bonds, souligner la dangerosité de ce type de copinage. Mais Rudy s'était bien occupé de moi lorsque j'étais sous l'effet du calmant. Et à présent, c'était un peu ma façon de lui renvoyer l'ascenseur.


Je...J'imagine que tu n'as pas fait de vrai repas depuis un certains temps...

Et sans en dire plus, je lui ai tendu la ration.
Les barres énergétiques n'étaient qu'une solution temporaire. Un soldat, quel qu'il soit, ne pouvait pas faire de ces trucs là un repas complet. Mais ça me gênais, j'avais l'affreuse sensation de trahir les miens, de préparer le repas pendant que les autres risquaient leurs vies, quelques part où on ne les trouvaient pas.
Mais il y avait Jason et Sobolev. Je ne pouvais pas les abandonner à la merci du prédateur...

J'ai préféré regarder mes chaussures et retourner directement au chevet des deux dormeurs, mes pensées toujours tournées vers le reste de SG-1.
A dire vrai, je crois qu'ils me manquaient cruellement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Ven 2 Déc - 4:35

_______ Tara'C _______

Le jaffa privé de sa larve se sentit étrangement... vide. L'enfant récupéra le pot et alla le ranger dans sa petite maison avant de ressortir et de donner la main à Kaila et prendre celle du Jaffa pour leur demander de la suivre. elle les accompagna jusqu'à un petit tertre voisin de sa demeure au sommet duquel trônait un arbre sauf qu'il n'était pas fait de bois, mais de métal argenté avec des nervures dorées. Son feuillage argenté tintait comme un carillon géant. Délaissant les deux adultes, la maître esprit grimpa sur le tumulus et s'approcha du majestueux occupant. Elle sortit une sorte de poinçon qu'elle enfonça sans mal dans l'écorce métallique et tourna l'outil trois tours complets.
Pendant ce temps, la guide du village élatas n'avait pas prononcé un mot, pas même pour répondre au guerrier. Elle arborait son petit sourire naturel. Quand la maître esprit se retourna et hocha de la tête comme pour dire qu'elle avait fait ce qui devait être fait, la jeune s'adressa alors à son "invité" d'un ton bien plus affable qu'il n'aurait pu imaginer.

"Tu m'as demandé en quoi serait ce différent. Et bien c'est une chose que de savoir que l'on va périr, c'en est une autre que de se donner soi-même la mort, d'autant plus si celle ci est lente, douloureuse, débilitante avant l'issue finale. Tu aurais pu choisir d'attaquer notre maître esprit. Tu en as les capacités physiques et la formation. La tuer aurait peut être sauvé tes compagnons. Tu as été testé depuis ton arrivé, je m'en excuse, mais cela était nécessaire. Si Lailaka s'est laissée approché après que tu ais retiré ta larve, je n'ai aucune raison de douter de ta sincérité aussi nous allons trouver tes compagnons et vous ramener au Chapa'ai comme tu le nommes.
Nous ne voulons que vivre paisiblement dans nos forêts, pas faire souffrir tes semblables. L'expérience de la violence et de la mort est une chose qui nous fait horreur.
Viens, tu as des amis à récupérer. Ils ne sont plus sous l'influence de l'abresprit mais ils peuvent toujours prendre les mauvaises décisions."


Elle lui prit la main avec un petit sourire et ce contact fut étonnamment vivifiant pour Tara'C qui sentait cruellement sa dépendance à cette larve honnie. A croire que Kaila lui donnait la force qui lui faisait défaut à ce moment là. Elle passa dans le village et héla tout le monde lançant quelques mots à la cantonade et tous y répondirent par un seul cri d'un ton joyeux et s'éloignèrent dans la forêt.
Suivant un sentier que lui ne ne voyait pas, le jaffa et l'élatas courraient dans les bois. Elle semblait sauter comme une biche aussi preste et gracieuse, lui plus taillé comme un félin. elle ne lui lâchait pas la main et il avait l'impression qu'ils pourrait courir ainsi pendant des jours si besoin. Léger, rapide, le jaffa avait l'impression d'être libre comme l'air.
Finalement, ils arrivèrent au sommet d'une dépression. Au fond de celle-ci se trouvaient deux femmes dans un triste état. L'une d'elle avait un bras en écharpe, des hématomes au visage et était couverte de boue séchée. Elle avait dû faire une mauvaise chute, l'autre plus jeune se tenait à se côtés et tentait de lui faire boire le contenu de sa gourde.


"Voici les femmes qui ont attisé la convoitise du monstre qui dirigeait leur groupe. La plus âgée craignait de partir dans l'au delà sans avoir fait une découverte qui l'aurait placé dans le panthéon des gens de science de votre monde. L'avidité sous une autre forme, avide d'attention, de célébrité. Sa vanité a pesé lourdement dans la suite des évènements. Sa progéniture est quand à elle surtout loyale par filiation, mais sa nature n'est au final pas bien différente. Voyez vous, à l'instant où je vous parle elle pense à ce que sera son avenir avec la mort de sa génitrice, son ascension sociale, le fait de ne plus être dans son ombre, de devenir une personne courtisée pour sa science. Veux tu les ramener avec toi? Ce sont des gens de ta nouvelle planète, ils sont donc sous ta responsabilité et tu peux en disposer comme tu le souhaites, c'est mon présent pour ta sincérité."

Charmant cadeau s'il en était! Au moins, on ne pouvait pas dire qu'elle maniait la langue de bois. Tara'C savait exactement de quoi il retournait.

_______ Rebecca Guerin _______

Le russe regarda faire la médic de l'équipe SG du coin de l'oeil. Cette activité ne semblait pas trouver grâce à ses yeux sans doute parce que la situation ne se prêtait pas à du camping, mais pour autant il resta silencieux, concentré sur les bruits environnants, sur tout mouvement suspect.
Quand Rebecca lui tendit de quoi manger il lui sourit et accepta avec un signe de tête en guise de remerciement. La ration de combat fut mangée avec appétit, et de suite après, l'aux san russe recouvrit le tout de terre comme un chien le ferait avec un os... Sans doute pour des raisons voisines.


"Merci. A vrai dire la dernière fois que j'ai bien mangé c'était lors d'un voyage à Salon de Provence. Un petit restaurant qui servait une poêlée de poissons frais avec du riz complet. Un vrai délice! Il faudra que je retourne en France un de ces jours... Ca vous dirait... Ca te dirait de me servir de guide?"

Il avait hésité à la tutoyer comme elle l'avait fait et sans doute aussi à cause de sa proposition... Son sourire s'effaça une fraction de seconde plus tard et son arme se braqua vers un buisson alors que la jeune femme n'avait rien entendu. De ce buisson en sortit le supérieur de Rudy, son énorme coutelas à la main et se précipitant sur Rebecca, les yeux injectés de sang, l'écume aux lèvres. Il courut vers elle avec la visible intention de la tuer... Il n'en eut pas le temps sa cervelle jaillissant par l'arrière de son crâne fracassé par la courte rafale de son subordonné. Le résultat était à même de faire dégobiller la plupart des gens, Rudy alla juste s'assurer que sa cible était bel et bien morte... Sans doute une habitude car il n'y avait vraiment de doute à avoir quand à l'état de santé du sergent.

"Il a son compte." Se rapprochant de Rebecca il vérifia du regard si elle n'avait rien avant de continuer. "C'est ce qui se passe quand ces hallucinations vous brisent. Vous perdez la tête et vous ne vivez plus que dans votre fantasme. Dieu seul sait ce qu'ils pensait en nous voyant... Ou plutôt en vous voyant. S'il m'avait remarqué il m'aurait éliminé en premier, j'étais la menace la plus réelle."

Ils restèrent ainsi pendant une demie heure, seuls avec pour toute compagnie les petits animaux qui avaient repris une activité normale. Etrangement depuis un bon moment ils ne ressentaient plus la pression mentale qui leur pesait dessus et les obligeait à se concentrer pour effectuer la moindre petite tâche. Au bout de la demie heure des bruits de pas et alors que le soldat se raidissait prêt à livre une autre combat, un petit garçon sortit de derrière une hutte. Vêtu d'une tunique grossièrement tissée en toile végétale et portant une étrange collier, il correspondait à la description des élatas. Le premier regard de Rudy fut alors pour Rebecca, sans doute pour s'assurer qu'ils voyaient bien la même chose. Son arme s'était abaissée, mais il restait visiblement méfiant devant le bambin qui leur fit signe de les suivre avec un grand sourire.

"Que faisons nous?"

Bien que circonspect, Rudy ne voyait pas l'enfant comme une menace et sa question semblait montrer son désappointement.

_______ Mickaëlla Strucker _______

Jérémy regardait sa compagne avec un étonnement mêlé d'inquiétude et ce, malgré son état déplorable. Il ne comprenait absolument de quoi elle parlait et ne s'en cachait pas.

"Mais... Mais ils sont tous mort, Micka."

Il allait dire quelque chose de plus quand une balle l'atteignit en plein front, tapissant l'arbre derrière lui de matière cervicale, le corps sans vie s'effondrant pathétiquement. Malgré ses pensées cohérentes le voir mourir sous ses yeux était un choc, mais ce ne fut pas le seul. Une balle toucha la militaire en plein plexus ce qui lui coupa le souffle, une autre traversa sa cuisse droite de part en part et une troisième le biceps droit. La douleur était bien réelle, la sensation du sang coulant le long de ses membres blessés aussi. C'était bien trop vrai pour être un mensonge ou alors c'était largement au dessus de son entendement. Le problème était que là, vu sa situation elle n'était plus maîtresse de rien. Entourée de miliciens serbes, seulement armée d'un couteau qu'elle n'aurait sans doute jamais le temps d'atteindre, son pistolet ayant volé dans les buissons quand elle avait été si durement touchée, l'heure n'était pas aux réjouissances.
Déjà on se précipitait sur elle pour la neutraliser et la moindre tentative de résistance se solda par de rudes coups de crosse simplement voire juste par anticipation de ses tentatives de rébellion. Entravée, blessée, le destin qui s'augurait était tout sauf rose. Et il devint pire lorsqu'elle vit la tête de l'homme qui arrivait. Vêtu d'un uniforme des milices de droite serbes tchecnik elle reconnaissait un des gars qu'elle avait en théorie aidé à envoyer derrière les barreaux.
Il s'adressa à ses hommes en serbo croate et se penchant vers elle il lui dit d'un ton aussi carnassier que son sourire.


"On va ramener dans campement. toi aimer ce que faire à ton cul français!"

Malmenée pendant une éternité elle tomba à la renverse et malgré ses efforts, perdit connaissance.
Au réveil, les zozios chantaient et une espèce de petit rongeur était en train de lui renifler le visage sa petite truffe froide lui chatouillant les joues. Il détala comme un lièvre au premier mouvement qu'elle fit. Groggy, la para mis un moment à comprendre ce qui lui arrivait. elle était allongée au sol, mains non liées, pas la moindre blessure et une sérieuse gueule de bois. Elle avait tous ses doigts, ses orteils et son matériel était celui qu'elle avait pris au SGC avant de partir pour cette mission au goût amer.


Ce n'est que quand elle bougea que Mickaëlla la remarqua. Il y avait une jeune fille vêtue d'une petite robe de couleur brune et verte et dont le filage était assez primitif. On aurait pu l'imaginer évadée d'un documentaire sur les vêtements de l'antiquité si ce n'était le collier qu'elle portait et qui tranchait vivement avec le reste de sa tenue. Dédiant un grand sourire amical à la militaire, l'inconnue attendit qu'elle se relève et lui fit signe de la suivre, l'encourageant de petits phrases à laquelle évidemment son interlocutrice ne comprenait rien tout comme elle ne savait pas où voulait l'emmener ce qui était sans doute une élata.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Guerin
Médecin
avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 29
Localisation : Ile de France

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal / 42
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Sam 3 Déc - 18:03

D'accord, d'accord, la situation pouvait prêter à confusion.
Mais entendons nous bien, je ne fricotais pas avec Rudy. Surtout pas avec le cadavre cinq mètres à coté et notre cendrillon. Pendant qu'il mangeait, j'ai fais l'inventaire de ce qu'il me restait dans les poches afin de vérifier ce que j'avais pu perdre en chemin. La civière que je portais en sac à dos avait disparue depuis longtemps. Du moins, aussi loin que remontent mes souvenirs faussés par la drogue. Lorsque Rudy recouvra les restes de terre, je fus incapable de m'empêcher de froncer les sourcils. Nous avions, sur Terre, la sale habitude de polluer notre sol. Ici aussi ?
Bon, je ne me voyais pas intervenir et lui tendre un sac poubelle en lui faisant un discours de morale. Mais cette réaction m'avait fait légèrement tiqué. C'est là qu'il me prit par surprise.


"Merci. A vrai dire la dernière fois que j'ai bien mangé c'était lors d'un voyage à Salon de Provence. Un petit restaurant qui servait une poêlée de poissons frais avec du riz complet. Un vrai délice! Il faudra que je retourne en France un de ces jours... Ca vous dirait... Ca te dirait de me servir de guide?"

Pendant quelques secondes qui me parurent une éternité, je fus incapable de prononcer le moindre mots. Néanmoins flatée, j'ai lentement secoué la tête en disant :

J'aurais dit "pourquoi pas". Mais je ne suis pas certaine que nos organisations respectives nous laisseront nous retrouver dans un restaurant gastronomique. Cela leur paraitra louche, tu ne crois pas ?

Mais c'est un horrible hurlement qui remplaça sa réponse lorsqu'un membre du groupe russe émergea du bois proche. La lame de son énorme poignard brilla et, l'espace d'un instant, je l'ai vu dans ma gorge. Rudy avait toutefois été plus rapide et lui avait collé une balle dans la tête avant que je ne sois...trouée.

"C'est ce qui se passe quand ces hallucinations vous brisent. Vous perdez la tête et vous ne vivez plus que dans votre fantasme. Dieu seul sait ce qu'ils pensait en nous voyant... Ou plutôt en vous voyant. S'il m'avait remarqué il m'aurait éliminé en premier, j'étais la menace la plus réelle."

Il me vouvoyait à nouveau. Les réserves que je venais d'énoncer avait peut-être cassé l'ambiance au point qu'il fasse marche arrière. Pourtant, j'avais raison. Ni le SGC, ni l'organisation russe n'aurait accepté que deux soldats se rencontrent. Trop de risques d'échanges d'informations, que ce soit d'une part ou d'une autre. Je ne pouvais pas lui dire merci d'avoir tuer cet homme. Mais je lui ai tout de même exprimer ma reconnaissance d'une signe de tête.
Un peu plus tard, un enfant apparût. Sa description correspondait à celui d'un élatas et je me demandais si nous devions craindre quelque chose. Mais de toute évidence, s'il se montrait, c'est qu'il souhaitait être vu. Il nous invitait même à le suivre.


"Que faisons nous?"

Je vais y aller...

Mon regard croisa le sien.

On ne peut pas laisser Jason ici, sans protection. Alors...

Je me suis séparée du pistolet mitrailleur que j'ai remis à Rudy. J'ai ensuite défait mon holster de cuisse pour me désarmer complétement.

Vu ce qu'il s'est passé, je vais éviter de garder ça sur moi. Avec un peu de chance, cet enfant me conduira au reste de SG-1, ou au pire à son peuple pour que je fasse cesser cette folie.

L'inquiétude se lisait sur mon visage. Peut-être le sien également.

Et puis...si j'ai un problème, je tirerais ma dernière fusée éclairante.

Léger silence. J'ai pressé légèrement son épaule tout en lui disant bonne chance. Car avec le monstre qui se baladait dans les bois, si l'enfant ne me protégeait pas, il n'y aurait pas de prochaine fois. Je suis ensuite allée à la rencontre de l'élata dont j'ai pris la main. Alors qu'il me guidait, je me suis retourné une dernière fois en criant :

Prends bien soin de lui !


EDIT : Sobolev est l'homme qui s'est tué à la grenade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara'c

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: ? / 125
Age du personnage: 23 ans (apparence) / 54 ans (jaffa)

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Sam 3 Déc - 23:14

Etranges sensations ou plutôt désagréables petits troubles qui se faisaient ressentir, à peine la larve sortie de son incubateur vivant que Tara’c en subissait déjà les effets, rien de bien méchant pour le moment mais ça n’avait pas tardé alors autant dire que les défaillances de son corps allaient vite empirer, pourvu qu’on le lui rende rapidement la créature dont il était dépendant.
Des maux qu’il ne connaissait pas vraiment, rien de visible comme une blessure mais une douleur naissant au sein de ses entrailles, provoquant un début de transpiration sur son front sans doute plus dû à un début de stress qu’à une attaque de son système immunitaire déficient puisque la larve faisait tout à sa place alors microbes et bactéries allaient pouvoir s’en donner à cœur joie.

L’enfant s'en alla dans sa case avec le vase contenant le seul moyen de permettre au Jaffa de vivre et quad elle revint les mains vides, c’était pour lui en tendre une. Tournant le regard vers Kaila d’un air désabusé, il finit par se relever lentement sans chercher à remettre ce qui restait du tee-shirt en lambeaux puis il donna sa main à ce maitre esprit comme le guide des Elatas l’avait appelée. Ainsi Tara’c avança jusqu’à une petite colline en haut de laquelle était planté ce qui ressemblait à un arbre sans en être un vu sa couleur qui faisait penser à du métal, confirmation étant faite en entendant le bruit du feuillage s’agitant.

Restant en retrait avec Kaila, il était spectateur de ce que faisait la gamine tout en ayant de plus en plus mal et du mal à se tenir droit avec les deux avant-bras sur l’estomac tout en transpirant toujours plus fort que l’instant précédent, il était clair qu’il commençait à en baver et luttait pour ne pas devoir se rassoir. Les paroles de la jeune femme vinent résonner dans sa tête, comprenant encore ce qu’elle lui disait mais lui, ça lui faisait une belle jambe alors il se contenta de quelques mots en réponse :

« Tuer une innocente, qu’elle soit qu’un enfant ou un maitre esprit n’aurait rien changé au sort de mes compagnons, la créature se serait occupée de moi juste après cet acte criminel, vous êtes bien naïve pour croire que quelqu’un de mauvais n’aurait pas fait comme moi pour vous leurrer étant donné que c’était la seul solution pour survivre… Je ne dis pas cela parce que je cherche absolument à mourir mais pour vous mettre en garde contre des personnes moins bien attentionnées que moi »

Cela avait été dit d’une voix franche mais saccadée du fait de la douleur le crispant par moment, une mise en garde sans arrière pensée prouvant sans doute plus que l’épreuve qu’il venait de subir que le Jaffa était sincère. Malgré cela, elle lui prit la main et ce fut un énorme soulagement pour Tara’c qui depuis ce contact physique se sentait de nouveau en pleine forme alors qu’à aucun moment on ne lui avait réintroduit sa larve. Cette magie était d’un bien être extraordinaire, passer de la souffrance à un état normal en si peu de temps devait être vécu pour être expliqué tant les mots étaient si faibles à côtés du ressenti.

La suite fut tout aussi étonnante, il n’avait plus l’impression de se déplacer comme il l’avait toujours fait, son aisance était plus féline, plus aérienne, plus fluide et avant tout agréable au plus haut point, de quoi se demander s’il n’était pas en train d’halluciner mais c’était tellement bon qu’il voulait voir jusqu’où cela pouvait aller car à la finale il n’y avait rien de délictueux. Cette folle course s’arrêta au bord d’un enfoncement en forme de cuvette, deux femmes s’y trouvaient, elles étaient difficilement reconnaissables du fait de la crasse qui les recouvrait quand ce n’était pas la peau qui avait changé de couleur par des chocs ou blessures. Avec les commentaires de Kaila, Tara’c devina qu’il s’agissait des deux scientifiques de l’expédition russe et qu’elle lui demandait s’il voulait les ramener chez les Tau’ris alors il prit quelques secondes en regardant en contrebas de sa position, juste la où se trouvaient les deux femmes avant de répondre :

« Si cela peut vous arranger, autant que ces âmes torturées retournent d’où elles viennent donc je vais me charger de les ramener… Encore faut-il que vous m’en donniez les moyens car sans vous ou malheureusement la larve, je n’irai pas loin »

Le Jaffa était tributaire d’une aide, sans l’un ou l’autre il était condamné à une mort certaine dans des douleurs atroces dont il n’avait eu qu’un avant goût déjà assez déplaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Lun 5 Déc - 17:36

Les choses venaient de prendre une drôle de tournure.Jérémy ne semblait pas comprendre ce qu'elle disait et juste après lui avoir asséné la terrible vérité comme quoi tout le reste de l'équipe était morte une balle vint toucher ce dernier en pleine tête.Malgré le faites qu'elle pensait que cela n'était pas le véritable Jérémy elle ne put s'empêcher de rester quelques secondes par l'horreur du spectacle.Non pas qu'elle ait vu rien de plus horrible mais là c'était la personne qui lui était le plus chèr au mon monde qui venait de répandre bien involontairement ses neurones par terre.Elle se retourna pour faire face aux agresseurs mais avant qu'elle ait pu ajuster son tir un balle vint la frapper en plein sternum et l'autre de la cuisse.Elle sentit son arme lui échapper des mains.Elle ne savait pas ou était cette dernière mais ce qu'elle savait c'est que ce qui venait de se passer était bien réel.Ce qui voulait dire que cette histoire de SGC n'était qu'une affabulation et son hésitation n'avait fait que précipité sa chute.Il était même possible que se soit elle qui est causé la perte de son unité et que Jérémy s'apercevant de son état mental avait essayé de la protéger jusqu'au bout.Tout prenait un sens.

La balle qui l'avait touché à la cuisse avait traversé cette dernière de part en part et elle pouvait sentir le sang couler.Celle qui l'avait frappé au sternum n'avait pas du pénétrer le gilet pare-balle sans quoi la force cinétique de cette dernière aurait fait bien plus que lui couper le souffle.Et c'était bien dommage.Elle était une femme commando tireur d'élite en mission pour capturer l'une des pires espèces de pourritures qu'on pouvait trouver sur terre.La mort était préférable à tomber dans leur griffe.Aussi rapidement qu'elle le put sa main glissa vers le fourreau ou se trouver son couteau de combat.Alors qu'elle sortait cette dernière du fourreau elle put sentir qu'on la saisissait pas le gilet tactique.Il était trop tard pour venir à bout des poursuivants elle dirigea donc la lame à hauteur de son visage pour se trancher la gorge.Mais avant même que la lame soit mi chemin on lui avait saisi le bras et grâce à une clé on l'avait obligé à lâcher son arme.Avant qu'elle ait eu le temps de comprendre qui avait ait ça elle s'était retrouvé à genoux.Elle avait senti des coups derrière les genoux et dans le creux des reins.Elle commençait à doucement reprendre son souffle et ses capacités cognitives revenaient elle aussi à la normale.C'est alors qu'un homme qui semblait être le chef et habillé comme les para militaires des milices serbes vint lui parler.Elle avait reconnu sans peine cet homme.Goran Hadzic.Son groupe l'avait capturé pour qu'il soit traduit devant un tribunal pour être jugé pour crime de guerre.Et là elle le retrouvait libre comme l'air devant elle.Cet enfoiré avait payé pour avoir son groupe comme trophée.Mais cela ne pouvait pas venir de Jérémy cela remontait forcément plus et prenait des chemins détournés.Goran avait certainement du se présenter comme d'une importance stratégique essentielle pour que les hautes sphères dècisionelles les sacrifient.Quand l'homme eut terminé de lui promettre les pires sévices ce dont elle se doutait sans peine, de toute les forces qui lui restaient elle essaya de lui sauter à la gorge.Elle comptait bien planter ses dents dans l'une des carotides de cet enfoiré de serbe pour si possible la lui arracher.Malheureusement elle avait décolé du sol de quelques centimètres qu'elle sentit la crosse d'une arme lui carressait le dos avec vigueur l'obligeant à se soumettre à la gravité.La seconde d'après elle sentit un douleur violente au visage.On venait de la frapper avec un coup de poing américain au niveau de la pommette.Elle avait senti les os se fracturer sous la violence du choc.Pour lui faire passer toute velléité les homme de Goran commencèrent à la rouer de coups.MickaËlla encaissa du mieux qu'elle pouvait de toute manière il n'y avait rien de mieux à faire que d'attendre une meilleure opportunité.

A demi consciente elle fut plus trainé que porté jusqu'au campement de base des serbes.Là les choses devinrent plus dur.Fort heureusement MickaËlla avait déjà telment ramassé avant d'arriver que son corps et son esprit avait commençait à s'habituer à la douleur.Mais cela n'avait rien de commun avait ce qu'elle avait subis jusque là.Elle serra jusqu'à sentir l'émail craquer sous la pression.Elle ne leur ferait pas la joie de crier, se supplier quoi qu'on puisse lui faire subir.Son refus de montrer qu'elle subissait les sévices de ces tortionnaires lui valut de recevoir des volées de coups des scarifications avec des lames chauffés à blanc.MickaËlla s'efforçait de ne laisser s'échapper qu'un mince filet de souffrance de son corps quand elle perdit connaissance.C'était finalement ce qui pouvait lui arriver de mieux.Elle pourrait reprendre des forces.

A son réveil MickaËlla sentit une forte pression là ou elle avait reçu le premier coups de poing.Elle entendait le bruit des oiseaux qui chantaient et en ouvrant les yeux elle vit un drôle de petit animal qui été venu voire si elle était en vie s'éloigner.Etrange habitude de la part de ce genre d'animal qui serait parti à brides abattu en temps normal.Elle sentait que son corps était engourdis mais elle ne ressentait plus aucune douleur du à ses blessures ou ses mauvais traitements.Ses membres réagissaient à ses sollicitations.Elle avait l'impression que son corps reprenait vie peu à peu.Elle souleva péniblement la tête, et elle eut l'impression d'avoir fait un duel avec un bus.Duel qu'elle avait du lamentablement perdre.Alors qu'elle tournait la tête pour observer son environnement elle put voire que désormais elle était de retour dans ce qui semblait être la réalité.Elle pouvait l'écusson SG1 fixé sur son épaule droite.Et puis il y avait ce qu'elle identifiait sans mal comme une indigène qui attendait qu'elle reprenne connaissance.La gamine la gratifia d'un sourire auxquels MickaËlla répondit.

"Bonjour."

La gamine ne semblait pas comprendre ce qu'elle disait et alors que MickaËlla se relevait et avait l'impression d'avoir pris 20 ans en moins d'une heure.Une fois qu'elle fut debout la gamine se leva également et lui fit signe de la suivre tout en l'incitant en prononçant des mots qui bien évidemment n'avait aucun sens pour MickaËlla.Dans le doute MickaËlla se dit qu'il valait mieux suivre la gamine.Si les elatas avaient voulus la tuer cela serait déjà fait qui plus est la petite allait peut l'amener à auprès des gens de son peuple avec qui elle pourrait négocier leur libération.Et puis de toute manière vu de quoi ces derniers étaient capable il valait mieux se montrer poli et conciliant.Les russes avaient essayés leur méthode habituel qui n'avait rien à envier aux américains et cela ne leur avait pas très bien réussi.MickaËlla s'assura tout de même qu'elle avait bien tout son équipement et que la sécurité sur ses armes étaient bien mises.Il était également temps d'aller aux nouvelles concernant l'état des troupes.

//A tous d'unité rapport de situation.//


MickaËlla espérait qu'il y aurait du monde qui allait répondre à son appel.Parce qu'elle se voyait bien la dernière survivante ayant pour rôle de jouer les messagers et de signifier que revenir sur cette planète n'était pas une bonne idée mais alors pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Mar 6 Déc - 1:48

Tara'C n'avait plus sa radio, mais Rebecca avait encore la sienne. Jason entendait bien du bruit dans son oreillette, mais sans doute était ce les cloches de Notre Dame ou Big Ben qui résonnaient dans son crâne...

_______ Mickaëlla Strucker _______

L'enfant marchait à un rythme assez soutenu pour une petite pousse de son âge, on voyait bien l'habitude de personnes acclimatés à cette forêt. Le plus étonnant était quand même l'impression que même les buissons les plus touffus s'écartaient pour lui faire de la place et ne pas le gêner et au final le soldat d'élite devait presser le pas pour se maintenir juste derrière son petit guide.
En chemin, Mickaëlla fut rejointe par le russe qui les avait quitté en hurlant, lui aussi était accompagné d'un enfant, pas plus de six ans. Il avait le regard légèrement hagard de celui qui se demande s'il est vraiment sorti de son cauchemar, mais sans doute qu'elle même devait afficher cette expression. Fedorov lui adressa un petit signe de tête et se rapprochant d'elle lui demanda en murmurant comme si leurs deux petits guides étaient susceptibles d'être dangereux.


"Vous savez où ils nous conduisent? Je me suis réveillé en pleine forêt. Un instant je me battais avec un ouzbek, la seconde d'après j'étais en train de poignarder un tronc d'arbre pourri au sol. Et il y avait ce gosse... Il m'a fait signe de le suivre."

A part son poignard glissé dans sa gaine à présent, le spetsnaz n'avait plus d'arme, pas même son gilet. Il était en débardeur et pantalon de treillis. Dieu seul savait ce qu'il était advenu de son équipement. La marche leur prit pas moins d'une heure. Fedorov donnait l'impression de vouloir parler, mais semblait attendre une invitation. On aurait tous envie de parler après une telle expérience...

_______ Rebecca Guérin _______

Avec beaucoup d'hésitation Rudy laissa sa nouvelle meilleure amie l'abandonner avec un cadavre en pièces détachées et une belle aux bois dormant pas forcément dans de bonnes dispositions quand elle se réveillerait. Malgré tout il trouva la force de lui sourire et de hocher la tête comme si c'était une broutille. Rester seul, en territoire hostile, avec un monstre terrifiant et immunisé aux armes qu'il avait sous la main. Il alla se remettre en position et très vite, la médic le perdit de vue. Bien qu'au début 'enfant marcha bien vite, limite trop vite, Rebecca s'aperçut que son petit guide avait ralenti pour lui permettre de le suivre. Il la regardait souvent, lui souriant à chaque fois. Le genre de petit bambin adorable que toute tante ou mère rêve d'avoir en somme.
L'enfant eu l'air étonné en entendant la radio de la jeune femme crachoter. son oreillette était défectueuse suite à sa petite lutte avec Rudy, mais le talkie lui-même fonctionnait bien. Mickaëlla battait le rappel, sa supérieure était donc vivante et d'après le ton de sa voix, en assez bonne santé pour reprendre son rôle de soldat imperturbable. Première bonne nouvelle.


_______ Tara'C _______

Kaila posa une main douce sur la joue du jaffa et lui sourit gentiment, un peu comme une mère attentive le ferait à son enfant. Le contact était d'ailleurs tout aussi réconfortant et doux et charriait avec lui des souvenirs d'un bien lointain passé.

"Tu as la force d'agir par ta seule volonté, Tara'C. Jusqu'à ce que tu passes le Portail, tu seras pour la première fois de ta vie, libre de toute servitude. Je ne peux t'offrir plus car cela serait contrevenir à nos lois et nuirait à ta quête de véritable liberté ce qui serait bien pire. Je t'offre cet avant goût de ce que tu pourras vivre un jour si ta foi en la liberté est toujours ce qui t'anime." Elle garda le silence pendant un moment, la pression de sa main dans celle du guerrier se faisant sensiblement plus forte et le contact plus chaud. Puis le lâchant, elle ajouta en s'éloignant déjà. "Il nous faut nous rendre à présent au Portail. Vas donc retrouver ces deux égarées et ramenons les là d'où elle n'auraient jamais dû partir."

La main du jaffa était bien vide et froide à présent, mais pour autant il se sentait en pleine possession de ses moyens. A vrai dire, au mieux de sa forme même. Envolées pour de bon, douleurs et fatigue. la guide spirituelle des elatas ne lui avait pas menti, il était véritablement libre... Du moins tant qu'il serait sur cette planète.
Quand elles le virent arriver, les deux scientifiques glapirent comme des rongeurs effarouchés se recroquevillant sur elle même comme à essayer de se faire les plus petites possible voire de disparaître complètement à ses yeux. Elles étaient traumatisées par leur expérience sur cette planète et cela se lisait dans leur regard. Les cheveux en bataille, de la boue et du sang séché maculait leurs visages rehaussé de nombres coupures sans doutes faites lors d'une course éperdue dans les sous bois, fouettées par les branches souples et parfois coupantes des buissons et arbrisseaux.
quand il fut près, la fille Raducek bégaya quelques mots en russe, mais pour Tara'C cela aurait pu être du Chinois ou Bantou que cela serait revenu au même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara'c

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: ? / 125
Age du personnage: 23 ans (apparence) / 54 ans (jaffa)

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Mar 6 Déc - 14:34

La jeune femme ne s’offusquait pas des mots de Tara’c, dans un sens c’était tant mieux car il n’avait pas à subir ses foudres, dans un autre c’était dommage car le drame risquait de se reproduire dans le futur. Il émanait de sa personne une telle quiétude et gentillesse que le Jaffa se laissa caresser la joue non sans en être étonné lui qui n’avait pas l’habitude de cela, se prenant plutôt des coups que des gestes doux. Pourtant c’était agréable et Tara’c remonta le temps dans ses pensées pour une période lointaine où il n’était encore qu’un enfant et que sa mère encore vivante lui faisait ce genre de tendresses, court retour dans le passé car les paroles de Kaila le firent revenir au présent.

Selon les dires du guide, il avait la possibilité de ne plus être dépendant de la larve de Goa’uld jusqu’à ce qu’il traverse le chapaaï mais c’était déjà ce qu’elle lui permettait de vivre depuis qu’elle lui avait prit la main alors ce serait une liberté mais toujours en ayant besoin de quelqu’un pour le maintenir en vie, bref une contrainte avant tout mais toujours mieux que rien pour l’instant. Il sentit la main de la jeune femme serrer plus fort la sienne et par conséquence la chaleur de ce contact augmenter jusqu’au moment où Kaila chercha à la retirer, le Jaffa lui n’en avait pas envie car pour lui cette séparation était synonyme de souffrances alors que ce contact était trop bon. Elle finit par réussir sans mal à récupérer son membre, Tara’c ne pouvait pas la forcer, restant crispé de devoir retrouvé son état de faiblesse alors que celle qui était son salut s’éloignait en lui demandant d’aller chercher les deux russes, était-ce une blague ? Il n’arriverait sans doute pas à remonter tout seul de ce trou car son corps allait encore défaillir !

Contrairement à ce qu’il pensait, il se sentait toujours bien, même très bien, pas de symptômes de la dégradation de son état comme lors du retrait du symbiote immature, quelque chose avait changé et maintenant les paroles de Kaila prenaient un vrai sens. Voila le vrai cadeau, pouvoir vivre, certes temporairement, vraiment seul, sans la souillure qui avait fait de lui un esclave d’un faux dieu. Il ne manqua pas de hocher lentement la tête en direction de sa bienfaitrice, en général un signe de remerciement ou d'accord.

Il était donc temps de goûté à ce don en descendant au fond de la dépression où les deux scientifiques étaient profondément apeurées par un Jaffa ne pouvant venir que pour leur faire du mal. Tara’c s’accroupit face à elles et leur parla en français et ce serait ensuite en Goa’Uld si elles ne comprenaient pas :

« Je suis Tara’c, je ne vous veux pas de mal, j’accompagne une équipe de Tau’ris de France venue vous chercher, levez-vous, nous devons rejoindre le chapaaï »

Puisqu’il le pouvait, le tatoué était prêt à aider mais encore fallait-il qu’elles aient compris sa demande sinon il allait devoir jouer le méchant Jaffa, histoire de les faire bouger rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rebecca Guerin
Médecin
avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 29
Localisation : Ile de France

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Caporal / 42
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Ven 9 Déc - 3:45

Quelque part dans la forêt...


Lorsque ma radio émit un grésillement, j'ai d’abord pensé au monstre qui avait emporté Mathilde. J'étais certaine qu'il allait se montrer à nouveau et m'emporter, ainsi que l'enfant, dans un trou des plus sordide. Mais lorsque la voix de Mickaëlla se fît entendre, un immense soulagement déferla en moi. Des frissons me parcourérent l'échine et j'ai agrippé l'appareil en répétant un frénétique et haletant « Allo ? ».
Puis en reprenant une conduite un peu moins personnel, me rappelant de ce que l'on m'avait appris pendant le formation, j'ai attendu un instant pour choisir judicieusement mes mots. Je ne voyais pas comment les formuler pourtant.


//Mickaëlla ? C'est Rebecca. Je vais bien...enfin...mieux maintenant. Jason a été blessé à la tête mais il est vivant. J'ai dû le laisser sous la surveillance de Rudy, je suis actuellement en compagnie d'un enfant élatas qui me guide à travers les bois.//

Léger silence.

//Il y autre chose...Sobolev...il est mort. Ainsi qu'un autre militaire russe.//

Mon cœur battait fort. Qu'allait dire Mickaëlla ?
Et surtout concernant Jason que j'avais laissé derrière moi sans vraiment réfléchir ?


//Mickaëlla ? Mickaëlla, tu es là ?//

Mon regard rencontra celui de l'enfant. Il avait l'air perturbé par ce que je faisais...

- N'aie pas peur. Ce n'est pas une arme...tout va bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1265
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 34

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Lun 12 Déc - 20:47

La gamine ne perdit pas une seule seconde pour se mettre en marche et il lui semblait bien peu important que MickaËlla ait des choses à faire ou non.Certainement parce que ce qui l'attendait été plus important.Sans attendre MickaËlla emboita le pas de la gamine car celle ci ne semblait pas prête à l'attendre.D'ailleurs contrairement à ce qu'elle avait cru elle fut obligée de forcer l'allure pour ne pas perdre l'enfant de vue.Cette dernière semblait se faufiler entre les buissons tel un courant d'air.MickaËlla aurait pu en être jalouse si l'expérience qu'elle venait de vivre ne l'avait pas sévèrement remuée.C'est alors que la voix de Rebecca se fit entendre dans son oreillette.Rebecca était encore en vie et elle allait bien.Jason quand à lui avait été blessé à la tête.De ce qu'elle en comprenait ses jours ne semblaient pas en danger.Elle l'avait laissé sous la surveillance du sergent Rudy l'auxiliaire sanitaire des russes parce qu'à l'heure actuelle elle suivait un enfant dans les bois.C'était la meilleure décision.Certes Rebecca n'était pas équipée, ni entrainé pour le combat mais en même temps individuellement aucun d'eux ne faisaient le poids contre la créature qui rodait dans les bois.Et si les russes n'avaient pas menti cette fois, Rebecca était bien plus en sécurité avec un enfant elatas.Et de cette manière ils éviteraient un incident de plus.Alors qu'elle allait répondre à Rebecca cette dernière lui annonça que Sobolev était mort et qu'il y avait un autre militaire russe qui était mort.Qu'est ce que ça voulait dire un autre militaire?Est ce qu'il s'agissait d'un soldat qu'elle ne reconnaissait parce que son visage n'était dans aucun des dossiers qu'on leur avait fournis.Ou bien est ce que ce dernier était méconnaissable à cause de son état.

MickaËlla allait lui répondre quand elle vit Federov se pointer en lui faisant un petit signe de tête.Il était lui aussi accompagné d'un enfant du même cru qui ne parlait pas plus que la gamine qui lui servait de guide.Federov avait lui aussi droit à des hallucinations et aux vues de sa propre expérience, et la tête du russe cela avait sans nulle doute quelque chose de personnel.Il en avait gros sur la patate et il avait décidé de prendre sur lui de prendre les responsabilités pour son équipe.Inutile de lui en remettre une couche en lui faisant savoir que deux autres de ses camarades étaient morts.Les spetnatzs étaient disciplinés, et réputés pour être toujours sous contrôle.Mais la discipline de fer qui leur était imposée mélangée au stress de cette mission qui n'avait rien de commun, pouvait vous faire péter les plombs.Les russes avaient subi cela depuis trop longtemps pour ne pas être sur le point de déjanter.Rebecca revint à la charge, inquiète parce qu'elle n'avait pas encore répondu.D'ailleurs Ralph et Tara'c n'avait pas répondu.Pour Tara'c il fallait se faire une raison ce dernier avait peut être subi les hallucinations plus tôt à cause de son symbiote.

//C'est bleu de mon côté.Je suis avec Federov et nous aussi on a des enfants qui nous servent de guide.On devrait pas tarder à se croiser.//


Dans l'esprit de MickaËlla les enfants allaient les mener à un chef ou un truc du genre auprès duquel ils allaient devoir s'expliquer sur ce qui s'était passé.Les jeux n'étaient pas encore faits et ils pouvaient tous encore y passer.Et puis même si ils arrivaient à négocier leur libération il y avait des points que MickaËlla se devait d'aborder entre autre Mathilde, le capitaine russe et le rapatriement des corps de ceux tombés au champs d'honneur si on pouvait appeler cela ainsi.Mais pour l'heure elle marchait avec un Federov qui était à cran et elle se demandait de plus en plus sérieusement si il n'allait pas lui claquer un boulon.

"C'était votre première hallucination due à des extra-terrestres Federov?Vous vous y ferez jamais.Mais celle là était particulièrement dure et personnelle.Vous en faites pas sergent ça va aller."


MickaËlla n'était pas très douée pour faire la causette avec les gens mais si c'était pour éviter qu'un soldat d'élite russe craque un boulon en pleine négociation cela faisait partie de son travail.Surtout depuis que ces derniers s'était mis sous son commandement.Cette mission n'avait rien d'une mission classique même pour le SGC.La mission RESCO avait pris des allures de débandades et il allait falloir la jouer serrée pour que cela ne tourne pas au fiasco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Mar 13 Déc - 18:12

_______ Tara'C _______

Les deux scientifiques se calmèrent en voyant que le nouveau venu ne semblait pas dangereux. Elles se consultèrent du regard un instant et échangèrent quelques mots en russe puis la mère s'adressa au jaffa en essayant de se comporter dignement malgré son apparence négligée, ses yeux bouffis de larmes, sa voix rauque et ses membres tremblants tant sous l'effet du stress que de la fatigue. Elle parlait un français absolument sans accent comme l'avait souligné leur défunte scientifique.

"Dieu merci! Je pensais que personne ne viendrait jamais nous récupérer. Combien de temps cela fait il que nous sommes là? Je ne sais même pas si ce que nous avons vécu s'est vraiment passé ou si c'était une simple hallucination." Les deux Raducek se levèrent et s’appuyèrent sur leur bon samaritain avec un tel désespoir qu'on pouvait se douter qu'elles en avaient bavé et pas qu'un peu. "Nous croyions que vous n'étiez pas réel, mais comme vous êtes visible pour nous deux... Faites attention, il y a un monstre qui rôde, et les élatas ne sont pas ce qu'ils paraissent être. Ils sont aimables et souriants, mais en réalité ce sont des monstres au sang froid! On pourrait facilement les comparer aux goa'ulds en matière de sournoiserie et de malice. Si nous en croisons un, vous devrez agir rapidement sinon il vous fera perdre la raison... Arrachez lui son collier, c'est la dedans que réside leur pouvoir de suggestion. Je ne sais pas quel genre d'ondes ils emploient mais cela stimule sans aucun doute nos fonctions oniriques et l'on se met à rêver éveillé, sauf que le stress généré par la situation fait tout tourner au cauchemar... Si vous saviez... C'était horrible!"

La mère et la fille semblèrent sur le point de défaillir, la première ne pouvant retenir des sanglots nerveux stoppant net ce qu'elle expliquait au jaffa. La fille murée dans le silence chancelait et s'accrochait au bras de son sauveteur avec tant de force qu'il pouvait sentir les ongles s'enfoncer dans sa peau au moins bruit lui paraissant inquiétant, autant dire toutes les deux ou trois secondes. A ce rythme, elle ferait une attaque avant la tombée du jour.

_______ Mickaëlla Strucker _______

Chose étonnante, le soldat sourit à sa consoeur, le genre de sourire maladroit et dépité.

"Je dois vraiment donner une bien piètre image pour que vous fassiez tant d'efforts pour me rassurer. Ne vous inquiétez pas Major, je tiendrais le temps qu'il faudra et si ce n'est pas le cas je ferai le nécessaire pour ne pas être un obstacle à votre retour sur Terre. Et pour vous répondre, c'est la première fois que des extraterrestres s'amusent avec mon cerveau, oui. L'on nous a déjà fait expérimenter tout le panel des drogues que l'on pourrait employer sur nous afin de nous casser et nous faire parler... Vous savez ce que c'est. LSD, scopolamine, héroïne, etc. C'était vraiment pas comparable. On est à des années lumière derrière ces sauvages. Enfin, ces gens là, parce que j'ai la nette impression qu'ils ont de sauvage que l'apparence."

Parler lui éclaircissait les idées et lui permettait de ne pas repenser à ce qu'il avait vécu. tous deux étaient passé par un enfer intime qu'ils n'avaient pas envie d'évoquer, par pudeur et par peur que cela se reste en mémoire. Plus vite ce serait oublié mieux ils se porteraient. C'était du moins ce que pensait le sous officier russe.

"Je suis content de voir que votre équipe a finalement survécu à ce carnage. Au moins un des deux chefs d'expédition n'aura pas failli au devoir envers ses subordonnés."

Alors que la supposée mentalité des ruses face aux pertes était l'indifférence, cela semblait ne pas être le cas pour Fedorov. Chose compréhensible car vivre en petit comité, partager les mêmes épreuves, se soutenir en cas de coup dur, tout ces éléments forgeaient un esprit de corps très fort, pas forcément partagé par la haute hiérarchie, mais sur le terrain, les soldats tenaient les uns aux autres.

_______ Rebecca Guérin _______

Le petit sourit à Rebecca et opina du chef comme s'il avait compris ce qu'elle lui disait et notant qu'elle peinait à le suivre lui prit carrément la main pour la guider entre les buissons et non pas au travers. Sa petite main dans celle de la médic était étonnamment chaude et avait un effet rassurant des plus surprenants. L'autre fait surprenant fut grâce à sa proximité avec le gamin de voir que les buissons écartaient effectivement leurs branches et feuilles sur le passage du jeune élata pour leur faciliter le passage, reprenant leur place après eux le tout de façon discrète. C'était à n'en pas croire ses yeux.

Une autre radio grésilla sur la fréquence et la voix de Rudy fut perceptible altérée par un souffle haché par un effort important.


"Ici le Caporal Kamiliev, j'ai récupéré la radio de votre subordonné, Major Strucker. Des élatas sont venus, l'un d'eux m'a fait signe de prendre votre homme avec moi, eux ont récupéré le corps de mon coéquipier. Je me dirige approximativement en suivant le même itinéraire que Rebecca... Je veux dire le Docteur Guérin. Ils sont avec moi et portent Sobolev dans une sorte de linceul qui ressemble à une bâche argentée. Je vous recontacte si j'ai du changement de mon côté."

_______ Tout le monde _______

Après une marche qui parut interminable Mickaëlla, Rebecca et Tara'C furent réunis dans une clairière au sommet d'une colline et de là l'on pouvait apercevoir la Porte des Etoiles, distante d'un petit kilomètre tout au plus. Des cailloux de la taille d'un ballon de handball étaient plantés dans le sol et formaient un motif complexe tout en arabesques, partant du centre et s'étirant en circonvolutions jusqu'à des mégalithes à la lisère de la zone déboisée qui était presque parfaitement circulaire.
Sur place se trouvaient une dizaine d'élatas en plus des guides de chacun et Kaila. Cette dernière tenait dans sa main droite un bâton qui semblait naturel si ce n'était sa couleur argentée, rappelant au jaffa le grand arbre qu'il avait vu auparavant. La fourche naturelle qui tenait lieu d’extrémité supérieure enchâssait un cristal de roche non taillé comme une main crochue, le cristal émettant une faible lueur bleutée, sans doute à cause de l'éclairage.

Au centre étaient posés ce qui devait être les corps des terriens, enveloppés dans les fameux linceuls argentés. Certains de ses linceuls de par la forme et la taille laissaient deviner l'état des dépouilles et ne donnaient pas du tout envie d'ouvrir pour se faire une idée plus précise. On comptait douze sacs mortuaires ce qui correspondait aux huit membres de l'autre équipe russe restés à garder la Porte, aux trois russes morts dans l'équipe du capitaine Chabanenko et à la scientifique de l'équipe de Strucker. Le bilan était très lourd et aurait pu être bien pire. Certains des survivants devaient sans doute penser qu'il pouvait toujours s'aggraver, notamment les deux scientifiques dont les regards effrayés n'osaient pas se porter sur les élatas, préférant garder les yeux pieusement rivés sur leurs brodequins.
La maître esprit s'approcha de Tara'C et lui tendit le petit pot dans lequel était emprisonné Junior, lui adressant un sourire contrit comme si elle lui faisait un cadeau empoisonné puis revint se placer près de Kaila. Cette dernière pris alors la parole, solennelle, grave.


"Vous, terriens, êtes venus par le Portail à des fins différentes. Tous avez payé pour l'avidité et les crimes de certains. En cela nous, peuple de la forêt ancestrale d'Ilkajim nous demandons votre pardon. Aux autres, aux âmes souillées par la malice et par la cruauté, nous offrons la vie sauve." Les deux Raducek soupirèrent de façon ostensible, signe qu'elles ne se comptaient naturellement dans les personnes sans taches. Kaila les regarda avec une intensité qui aurait mis mal à l'aise le plus confiant des sociopathes et poursuivit. "Pour autant vous devrez vivre avec les crimes que vous avez commis. La vie au prix de la conscience, en priant qu'un jour vous puissiez vous repentir en toute sincérité et œuvrer pour le bien des autres."

Elle fit alors signe aux deux chefs d'équipe de s'approcher pour se tenir en face d'elle à un distance qui pour es militaires aussi entraînés était plus suffisante pour leur permettre de la liquider en deux petites secondes... en prenant son temps. Soit la guide des élatas était d'une confiance qui confinait à l'inconscience, soit elle était d'une naïveté touchante et suicidaire, soit elle se savait pertinemment hors d'atteinte des terriens.
elle tapa trois fois du bâton sur la pierre centrale du motif et l'écho sembla se transmettre de pierre en pierre jusqu'à résonner dans les menhirs tels des diapasons géants. Une sorte de plainte grave qui résonnait jusque dans la moelle des os. Y répondit alors un hurlement bestial, un hurlement terrible de souffrance, et trente secondes plus tard tout au plus, le monstre qui les avait décimés et terrorisé apparaissait à la lisière de la clairière. Il avait perdu de sa superbe. Sa peau dure comme l'acier pelait, révélant des muscles difformes, là où elle ne pelait pas, des furoncles de la taille d'une balle de golf étaient apparus et ceux qui étaient percés suppuraient d'une substance jaunâtre dont l'odeur atroce leur parvenait depuis leur place. Il émettait des petites plaintes pathétiques et semblait peiner à tenir debout, s'appuyant sur un arbre pour ne pas s'effondrer. Ses yeux n'étaient plus que des globes laiteux et de sa gueule à moitié édentée, pendaient des tentacules rabougris et quand il avait des spasmes, d'énormes glaires visqueuse. Le terrible prédateur était de toute évidence mourant.

"Nous vous restituons le précédent chef de la tribu des russes. Cette apparence lui convient parfaitement pour décrire l'individu qu'il est réellement. Il n'y a pas de remède à son état et son supplice durera tant qu'il n'aura pas accepté le jugement des élatas. Il ne pourra vous faire de mal, toute idée d'action mauvaise étant récompensée comme il se doit. En vos qualités de chefs des deux groupes venus dans la forêt ancestrale d'Ilkajim, avez vous quelque chose à dire? Vos semblables auraient ils quelque chose à dire?"

Le sergent Fédorov parut sur le point de dire quelque chose puis se tut un moment avant de finalement dire d'un ton humble.

"Nous acceptons votre jugement."

Et il se mura dans le silence qui semblait être sa marque de fabrique non sans lancer un regard dur et dissuasif aux deux scientifiques qui pour le coup furent douchées dans leur envie d'émettre quelque remarque que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara'c

avatar

Messages : 163
Date d'inscription : 21/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: ? / 125
Age du personnage: 23 ans (apparence) / 54 ans (jaffa)

MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   Mar 13 Déc - 23:26

Les deux femmes n’opposaient pas de résistance à suivre le Jaffa, preuve qu’elles n’étaient pas que blessées extérieurement, agir ainsi comme des moutons avec un tatoué pouvait laisser penser qu’elle n’attendait plus rien de bon dans leur état psychologique non loin du point de rupture. Tara’c les aida autant qu’il le pouvait alors qu’une des deux se fatiguer pour parler et dire des inepties prouvant qu’elle n’avait rien comprit à ce qui c’était passé ou alors c’est qu’elle se voilait la face. Evidemment que Tara’c aurait pu la remettre à sa place en lui donnant sa vision des Elatas mais il fallait avancer sans perdre de temps dans des tergiversations alors il se tut comme il savait le faire à la perfection.

La plus jeune s’agrippait à son bras comme s’il avait la possibilité de la protéger à lui seul alors que le Jaffa tout entier ne pourrait rien contre la créature, si elle savait… Elle ferait sans doute un arrêt cardiaque alors la encore il la laissa faire mais cette fois lui dit avec peu de chance d’être entendu vu son état :

« Si vous continuez ainsi, vous ne tarderez pas à arriver à l’os… Si vous pouviez éviter de… »

Vraiment peine perdue car elle ne cessait pas mais au moins elle et sa mère avançaient, tout du moins pendant un petit moment car à un certain moment Tara’c s’arrêta, il venait d’entendre un bruit de mouvement au loin que son détecteur accroché à son bras confirmait par une nouvelle séance d’acuponcture puis il avança pour pénétrer dans une clairière après avoir reconnu les personnes et ainsi leur faire connaître sa présence. Entre autre il y avait le major Strucker et la soigneuse de l’équipe.

« Content de vous revoir, Rebecca Guérin, si vous pouviez vous en occuper ! »

Ses yeux allaient d’une scientifique à l’autre dont il avait hâte de se libérer.

« Mesdames, nous allons faire une petite pause, elle c'est Rebecca et elle est soigneuse. Elle a aussi un bras auquel vous pourrez vous agripper si vous permettez que je récupère le mien… »

Prenant congé de ses deux boulets, le Jaffa se dirigea lentement vers le leader du groupe Alpha, il savait qu’elle pouvait lui en vouloir d’être parti comme il l’avait fait plus tôt, ne respectant pas ses ordres.

« Major Strucker, veuillez me pardonner ma conduite, je n’avais d’autre choix que de m’éloigner des Russes afin de ne plus être considéré comme une menace pour les Elatas… J’espérais que ce que je suis et le fait d’être désarmé soit un signe, ce fut le cas, j’ai rencontré ce peuple et selon moi ils sont pacifistes, ils ne font que rendre leur justice contre de mauvaises âmes »

En avançant vers son chef d’équipe, Tara’c avait bien vu que le chapaaï n’était plus loin et qu’on les y attendait dans un décor insolite par ses dessins fait d’éléments naturels mais pour le moment il attendait surtout une réponse de la militaire et ensuite ses directives pour rejoindre leur seule issue. Pendant le trajet, si elle le lui demandait, il raconterait ce qu’il avait vécu sans quoi il le garderait pour lui, pensant n’ayant rien fait d’extraordinaire.

Arrivé face aux Elatas, le Jaffa toujours torse nu avec l’entaille en forme de croix bien visible fut le premier à avoir un contact avec la fille ayant le titre de maître esprit, cette dernière lui apportait le vase qui devait contenir sa larve, posant un genou au sol en répondant par un hochement de tête et un air embêté à la mimique de la gamine qui parlait plus que des mots.
Se relevant avec le précieux contenant, il observa et écouta Kaila expliquer le pourquoi du comment sans tristesse avant de demander au Major et a celui qui avait prit le relai pour commander les survivants Russes, de se rapprocher d’elle. S’en suivit le spectacle de la créature venant quasiment crever à quelques pas de la, il s’agissait en fait de celui qu’ils étaient venu chercher, difficile à croire mais après tout ce qui se passait sur cette planète, cela était finalement possible. N’ayant rien à dire quand la représentante des Elatas leur en offrit l’occasion, il garda le silence, le major étant la, c’était à elle de s’exprimer au nom du groupe Alpha auquel il manquait un membre dont la mort semblait inéluctable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission 86 - Héros.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission 86 - Héros.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: