La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quartier de Rakel Peleonor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: Quartier de Rakel Peleonor   Dim 3 Fév - 19:05



J'aurais cru que les choses se passeraient plus mal, il n'y avait qu'à voir les deux Virgile Dante qui se lorgnaient en chien de faillance. Et à croire que je le faisais exprès mais je ne pu empêcher un petit sourire à Mathieu face à sa remarque. Oui forcément monsieur parfait avait l'air moins parfait ainsi, quoi qu'à mes yeux, si, je n'appréciais pas les hommes sans caractère J'observais un instant les deux hommes me demandant lequel des deux sauterait à la gorge de l'autre en premier. Mais je faisais erreur, ils leur arrivaient de faire preuve de sang froid comme à l'instant, je surpris même Jeff à prendre sur lui pour ne pas agresser Mathieu et se fut avec plaisir que je pus me détendre en évitant de craindre que l'un ou l'autre, voir même les deux, ne finissent avec quelques bleus. Finalement mon époux repartit mine de rien, nous laissant tranquillement et sans faire de petit scène, quoi que c'était sans doute plus mon genre que les siens, mais passons. Refermant la porte, je me retournais vers Mathieu avec un petit sourire.

"Tu lui as fais quoi comme misère aussi? Sincèrement rester enfermer dans une pièce à jouer les grattes papiers, à mon avis, il est comme moi, ça le fait enrager, vois le bon côté à sa place j'aurais sans doute arraché un bras à Féral avant de m'enfuir. D'ailleurs il faut lui reconnaitre ça, il a pas si mal réagit que ça, même si vous aviez l'air de deux pitbulls qui lorgnaient le même morceau de steak, prêt à vous sauter à la gorge. Il a même pas joué les maris jaloux en essayant de te chasser de ma chambre, c'est plutôt pas mal, non?"

J'essayais peut être de prendre la défense de Jeff parce que je n'aurais sans doute pas réagit d'une aussi bonne façon si les situations avaient été inversée, je n'étais pas sûre que j'aurais réagit avec autant de sang froid, après c'était évident que je n'avais pas un caractère facile, et que ma jalousie était maladive. Je lui envoyais une tape sur l'épaule, restant toujours debout à côté du lit, mains sur les hanches, une petite mine boudeuse sur le visage, comme si j'avais quelques choses à lui reprocher, même si il fallait être réaliste, comme à chaque fois que j'avais essayé, il m'était juste impossible de lui faire la tête. Tout ce que j'avais fais pour lui, et tout ce que j'étais capable de faire pour cet homme dépassait presque l'entendement, il n'y avait qu'à se rappeler le pauvre agent d'hégémonie, tué par Mathieu, mais c'est moi qui avait fini de le massacrer avec un couteau. J'étais un chien enragé capable de tout sur ordre de son maitre, c'était assez flippant, mais c'était une relation fusionnelle, ou au final seul l'autre n'avait d'importe, et non pas le sort de cette planète ou tout autre. Il m'avait fallut beaucoup de temps pour accepter que mes sentiments ne seraient jamais réellement partager encore plus pour me forcer à agir comme une soeur à faire attention et m'interdire toute pensée interdite, sans doute que ma relation avec Jean-François m'aidait, même si beaucoup diraient simplement que je compense. Voilà pourquoi je n'aimais pas les psy, ils gachaient tout, tout comme ceux qui jouaient les apprentis psy.

"Et ne t'amuse pas à lui faire des misères pour prouver qu'il n'est pas monsieur parfait, avec moi il l'est toujours, aussi imparfaite et chiante que je peux être regarde il l'a encore prouvé, et du coup je me trouve encore un peu plus imparfaite, mais ce n'est pas comme si ça me dérangeais vraiment... Et de toute façon je ne prendrais pas partie, je vous laisserais vous bouffer le nez en silence NAH ! "

Mon regard était toujours posé sur lui, je ne me lassais pas de l'observer, comme si je craignais que d'un moment ou l'autre il ne disparaisse pour fuir à l'autre bout du monde sans réel raison. Au final je n'étais qu'un animal blessé qui avait besoin qu'on le rassure.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgile Dante
PNJ
PNJ
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 29/12/2010

MessageSujet: Re: Quartier de Rakel Peleonor   Dim 10 Fév - 19:19

Feignant l'indignation, l'agent de renseignement croisa les bras et fronça les sourcils. Une petite caricature de Virgile Dante, ce qui impliquait qu'il avait parfaitement conscience de la façon dont les autres le percevaient. Le fait qu'il s'en amuse cadrait bien avec le personnage.

"Dites donc, fillette! Un instant on se plaint de son homme et après on prend sa défense, corps et âme? Je vais finir par croire que c'est lui que tu préfères auquel cas il me faudra prendre les mesures qui s'imposent... Tu sais, enlèvement nocturne par le service action, transport clandestin dans un pays qui a une notion plus vague des droits de l'homme et abandon dans le désert avec une bouteille d'eau salée percée..." Il fit mine de réfléchir. "Ou mieux! Je fais droguer son repas et une fois dans les vapes je le fais prendre en photo dans les bras d'une call girl, une position très suggestive qui masquerait son état. Tu vois, pas besoin de jouer les pitbulls, il a perdu avant même d'être sorti du chenil..."

A son regard de boudeuse et ses récriminations il laissa échapper un petit sourire, décidément il devait y avoir eu quelque chose de différent durant sa convalescence pour qu'il soit si ostensiblement heureux et surtout démonstratif, lui qui auparavant tenait plus de l'huître mangeuse d'homme... il restait cependant le grand frère qui cédait face à sa petite peste de soeur parce que... Parce que c'était ainsi. Elle le savait, il le savait également, et ça ne changerait sans doute jamais.

"Bon, promis, je ne lui ferai plus de misères comme tu dis. J'avais juste envie de passer un moment avec toi seulement et de ne pas être dérangés par qui que ce soit, lui compris j'avais donc chargé Féral de l'occuper pendant la demie journée avec des rapports, débriefing, bref, tout ce qu'il pourrait trouver. Et cette andouille en a trop fait, de façon trop flagrante. C'est un bon agent ce Féral, mais il n'est pas fait pour le terrain, c'est un analyste hors pair, le genre de vos têtes d'ampoules comme vous les appelez ici. Il faudra que j'aille vérifier qu'il ne me l'a pas saucissonné à son fauteuil et bâillonné avec une chaussette... Au moins il a pas joué le mari jaloux comme tu l'as si bien dit. Tant mieux pour lui de toute façon parce que je ne compte pas arrêter de venir te rendre visite et te proposer d'aller au restaurant ou aller voir un film. Tu vois, le genre de choses que l'on fait avec sa famille en général. Tu pourras même le prendre dans tes affaires parfois!"

Tout en souriant, il lui pinça le nez, vilaine habitude qu'il avait pris! Il l'embrassa sur le front  et la regardant dans les yeux la sermonna un petit coup. Oh, pas bien méchant, le sermon, le frérot était de guimauve face à sa cadette et elle le savait, mais il se faisait toujours du mouron pour elle et comme toutes les petites pestes, elle devait adorer ça....

"Et arrête de tout casser dans ta chambre, de taper les murs et tout le reste. Dis toi chaque fois que tu veux donner un coup de poing dans ce pauvre mur, que c'est moi que tu vas frapper et quand tu casses un verre que c'est moi que tu casses en morceaux. Si avec ça tu continues de balancer tes affaires comme une sauvage, je te déshérite! Viens me voir si ça ne va pas et que tu ne veux pas en parler à Monsieur Parfait, ok?" Petit coup d'oeil à sa montre accompagné d'une moue "enjouée". "Je dois aller voir le général histoire de finaliser le transfert, et me taper la paperasse qui va avec, faire un petit débrief avec Féral, poser mes affaires, m'installer... Pfiou! Demain j'y serai encore! Ce soir je sais même pas si j'aurai le temps d'avaler un sandwich, mais demain nous pourrions aller manger un bout quelque part, à deux... ou à trois si tu veux. Ca t'irait demain ou tu as quelque chose sur le feu?"

A la façon dont il trépignait, il devait sans doute être légèrement à la bourre, mais pour autant, il voulait connaître la réponse de Rakel avant de partir. Qui aurait pu croire que le Croquemitaine était suspendu aux lèvres d'une petite militaire au caractère de cochon? Pas grand monde...


Dernière édition par Virgile Dante le Lun 23 Sep - 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: Quartier de Rakel Peleonor   Mar 13 Aoû - 13:55

J'eus un petit sourire en observant la mine de mon Mathieu, c'était dans ces instants que je me rendais compte à quel point il m'avait manqué, à quel il faisait partie de ma vie que je le veuilles ou non, cette nuit de Noël avait changé ma vie et au final ça me plaisait plutôt pas mal, mon chevalier blanc rien que pour moi. Au final, je me contentais d'une petite moue peu convaincue.

"Tu devrais le savoir pourtant pour retrouver mes affaires je suis plutôt douée, la preuve étant que je t'ai retrouvé malgré les années lumières qui nous séparaient, y'a pas meilleur lignée que moi. Quant à l'idée de la call girl, elle n'est pas mauvaise, mais tu n'aurais pas mauvaise conscience de conduire une pauvre fille perdue à une mort aussi tragique? Devrais-je oublier que monsieur Virgile Dante n'a pas de coeur?"
Je lui tirais la langue de façon amusée. " Et puis tu sais très bien que tu n'as pas t'en faire pour la place que tu tiens dans mon coeur..."

J'étais presque gênée de mes paroles, parce que c'était parfaitement injuste. Jeff avait tout risqué pour moi, il m'avait sauvé la vie plus d'une fois, il avait prouvé qu'il m'aimait en prenant le risque de revenir avec nous malgré la haine que mon chevalier servant avait pour lui. Mais malgré ça, je ne pouvais oublier certaine chose, je ne pouvais plus compter le nombre de fois où je me réveillais en sursaut, en entendant cette voix froide et métallique, celle de Mathieu dans ses mauvais jours, celle qui ne s'appliquait jamais à moi. Les mains de cet homme sur mon corps, et cette douleur qui ne pouvait m'empêcher de crier , cette douleur qui me prenait aux tripes et le regard de Mathieu, ce regard plus douloureux encore que la douleur physique que j'avais ressentie ce jour là. Tous mes réveils en pleure, essayant de cacher tout ça à Jeff, je ne voulais lui imposer cette souffrance, il ne le méritait pas, parce que peu importe qui il était, il était quelqu'un de bien au final, quelqu'un qui comptait énormément pour moi. D'ailleurs il subissait une situation totalement injuste, parce que quoi qu'il arrive il était difficile d'oublier qu'il avait été payé pour me séduire, qu'au final, même si j'avais été sincère dès le premier jour, lui ne l'avais pas été. Malgré tout ceci, je n'arrivais pas à faire la part des choses, peut être parce que notre vie semblait si irréaliste, nous étions marié et pourtant je n'avais que de vagues souvenirs de notre mariage, pire encore j'avais l'impression que ce n'était qu'un vulgaire rêve. Au final, mes cauchemars réguliers semblaient tellement plus réaliste. Le changement de comportement de Dante me faisait presque peur, d'un comportement égoïste, je voulais le garder pour moi, et je ne voulais pas qu'il se montre plus agréable avec d'autres, une jalousie maladive s'emparait de moi, rien qu'avec cet idée. Qu'importe l'idée d'un restau ou d'un ciné avec lui me plaisait énormément, voir plus. C'était presque malsain, mais tout ça, je m'en foutais royalement.


"Ca me plairait énormément, mais pour le moment, je préfère que l'on profite de moments tous les deux, tu m'as tellement manque je ne suis pas prête à te partager pour le moment. Quant à Féral, le pauvre à tellement souffert avec mes petites crises durant ton absence, je crois qu'il se méfie lors de ma présence ou celle de Jeff. D'ailleurs, je me demande toujours comment tu savais que je mettrais mon nez dans tes affaires. Parce que tu ne m'as vraiment pas facilité la vie. Bref laissons ça de côté, il faut réellement choisir une date pour passer une journée rien que nous deux, et pas besoin d'occuper Jeff, jusqu'à preuve du contraire, je suis une grande fille et j'ai le droit de faire ce que je veux."


Être traitée comme une gamine ce n'était pas réellement dans mes habitudes, depuis la mort de ma mère, on m'avait toujours traité en adulte, j'avais sans doute grandis trop vite, mais à vrai dire, venant de sa part j'étais capable de tout accepter.

"D'abord, ce n'est pas de ma faute si tout est si fragile ici, non mais, et d'ailleurs tu sais très bien que mon mauvais caractère, ne changera pas si facilement, d'ailleurs je sais que tu l'aimes mon caractère de merde. Quoi qu'il en soit va pour demain, je devais m'entrainer, mais je vais avancer ça a ce soir, ça va me faire du bien. Aller file, on va m'accuser après si tu es en retard."


Je ne le quittais pas des yeux, profitant des dernières secondes à l'observer.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgile Dante
PNJ
PNJ
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 29/12/2010

MessageSujet: Re: Quartier de Rakel Peleonor   Lun 23 Sep - 2:04

L'agent du BSPC le plus détesté de France et de Navarre écoutait sa petit soeur, soupirant ou levant les yeux au plafond de façon suffisamment théâtrale pour qu'on ne se trompe pas sur le sens, il se moquait joyeusement d'elle et de son tempérament. Mais après tout ce n'était que justice vu qu'elle ne se privait pas de le chambrer.

"Virgile Dante n'a pas de coeur non, et il n'en aura jamais. Par contre Mathieu lui, peut se permettre d'en avoir un, mais pas très gros, il n'a pas besoin de beaucoup de place dedans."

Avec un sourire il lui ébouriffa les cheveux, décidément, il semblait prendre un malin plaisir à la décoiffer. C'était surtout sa façon à lui de détourner l'attention quand il parlait de ses sentiments, chose aussi nouvelle que déstabilisante même s'il avait décidé de s'ouvrir un peu plus.

"Bon, donc demain je te kidnappe à vingt heure pour aller se faire un petit restau et une balade ou un ciné. Bref, profiter un peu du temps sans avoir à se préoccuper du programme, ou de quoique ce soit d'autre sinon nous faire plaisir avec un bon repas et une promenade pour digérer!"

Il hésita une petite seconde avant de poursuivre.

"Et il faudra que j'essaie de discuter avec Co... avec Jeff." Il leva main pour interrompre l'objection qui ne manquerait pas de venir, d'autant plus connaissant le passif entre les deux "jumeaux". "Je n'ai pas envie qu'on se regarde en chien de faïence jusqu'à la fin de nos jours et même si ce n'est pas vraiment le genre de beau frère que j'aurai voulu, comme tu l'as dit, tu es une grande fille, tu l'as choisi et il a risqué gros pour nous ramener à bon port. Je ne dis pas que nous en viendrons à nous taper sur les cuisses en rigolant de nos blagues et que nous irons nous siffler quelques bières entre hommes, mais... faire la paix ou quelque chose comme ça. Je n'ai pas envie que tu te retrouves déchirée entre nous ou te sentes obligée de choisir qui du mari ou du frère tu devrais défendre. Oui je sais tu prendrais l'un pour taper l'autre, mais tu as très bien compris ce que je voulais dire. Mais on verra plus tard. Pour le moment rappelle toi que demain tu es toute à moi après le service et que je ne te ramènerai que juste avant que le carrosse ne se transforme en citrouille! Enfin, si je survis à mon entrevue avec de la Couperay. Il paraît que le vieux singe n'est pas très heureux du retour de son prédécesseur, même à un autre poste. Selon des sources sûres, notre cher général n'aime pas les fouines sanguinaires pour reprendre son expression, moi en somme. Sur ce, je file vraiment soeurette parce que si en plus je lui donne un prétexte!..."

Il se pencha précipitamment pour l'embrasser et manqua de peu de lui coller son bécot sur les lèvres plutôt que la joue, lâchant un petit "oups" comme si cet incident était finalement bénin pour lui et en un battement de cils, il avait quitté la pièce, laissant derrière lui le léger parfum de son eau de toilette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rakel peleonor-cosey
Militaire
avatar

Messages : 2223
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 24 ans

MessageSujet: Re: Quartier de Rakel Peleonor   Mar 11 Fév - 1:30

L'amour est une chose vraiment étrange, j'aurais sans doute arraché la tête de n'importe quelle personne se permettant d'agir ainsi avec moi, y compris mon père, seul parent à continuer à me parler malgré mon terrible caractère. Enfin sans doute parce que c'était de lui que je tenais ce tempérament de fauve enragé capable d'arracher la main d'une personne adoptant un comportement qui ne me plaisait guère. Mais non lui c'était différent. Oh j'aimais également énormément Jean-François, il était un homme parfait, patient, doux et capable de me tenir tête, j'en avais besoin certes, mais je n'étais pas capable de faire preuve d'autant de patience que lui. Même si Mathieu avait également eu le droit d'affronter mon terrible caractère, ce n'était rien par rapport à Jeff, et aujourd'hui encore, je le prouvais. Mon coeur fit un bond dans ma poitrine, rien que le fait qu'il laisse entendre que j'avais ma place dans son coeur, faisait battre le mien plus fort. A vrai dire avec le sale caractère que je me trainais, il fallait mieux que je sois la seule dans son coeur, surtout pour les autres femmes, entre lui et moi, elles vivraient sans doute l'enfer, mais à vrai dire, il me le rendait bien.

"Ca tombe plutôt bien, je prends pas trop de place, par contre je ne partage pas mon territoire."

Il y avait un véritable plaisir à imaginer passer du temps libre avec lui, je crois que c'était une chose qui me plaisait, l'idée d'être loin de tout ceci, loin du SGC. J'avais beau adorer mon travail, depuis que connaissais Mathieu, je me surprenais parfois à vivre une vie normale, même si j'étais réaliste, je m'ennuierais sans doute vite dans une vie civile simple et Mathieu également. Jeff aussi mériterait que je fasse ce choix, mais je doutais également qu'une vie dans la banlieue parisienne avec un chien et des gosses. Pour le moment, je ne me voyais pas agir ainsi mais peut être un jour. Quoi que sincèrement je ne me voyais pas proposer une telle chose pour le moment, j'avais besoin de cette vie, de cette adrénaline, de tout ceci, et depuis le premier jour où j'avais vu la porte, quoi que plus je voyais Jeff et Mathieu, plus je
me disais que c'était d'eux dont j'avais le plus besoin.


"Je te laisse le choix du programme, je ferais en sorte d'être à l'heure et présentable c'est déjà pas mal, non?"


J'appréciais énormément les efforts que ces deux hommes faisaient pour moi, je n'étais pas sûre de les mériter mais qu'importe, je n'allais pas m'en plaindre, même si encore une fois ma relation avec les hommes ne pouvait pas être simple, c'était une chose visiblement impossible dans ma vie. Je le remerciais de ne pas vouloir m'imposer de choix parce que je n'étais pas sûre de pouvoir le faire, assez étrange pour une femme mariée, mais même ce petit détail j'avais du mal à m'y faire. J'étais madame Jean-François Cosey, un homme qui m'avait séduit pour ce qu'il était, trahit puis m'avait prouvé son amour. Dieu que ma vie était compliqué. Rougissant au contact de ses lèvres près des miennes, je le regardais s'éloigner sans un mot, un petit sourire niais sur le visage.

_________________

∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together At skyfall. Where you go I go, what you see I see. I know I'll never be me, without the security are your loving arms. Keeping me from harmPut your hand in my handAnd we'll stand. Let the skyfall, when it crumbles. We will stand tall face it all together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quartier de Rakel Peleonor   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quartier de Rakel Peleonor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: SGC :: Niveau 3 :: Quartiers des membres du SGC-
Sauter vers: