La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Haute Sécurité] Laboratoire d'étude épidémiologique {Libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: [Haute Sécurité] Laboratoire d'étude épidémiologique {Libre}   Sam 17 Déc - 1:42

Le laboratoire d'étude épidémiologique. Un mini CDC français spécialement conçu pour le SGC dans le cas où un virus d'une planète étrangère passerait ici par l'intermédiaire de la porte des étoiles.
Savez-vous qu'à l'époque de la colonisation de ce qui allait devenir l'Amérique, un simple rhume fût à l'origine de la disparition d'une nette proportion des indigènes ?
Et par contradiction, ceux-ci étaient naturellement immunisé contre un mal que les colons n'avaient aucun moyens de guérir.
La biologie des planètes, qu'elles soient connues ou dans l'espace profond, recèle d'autant de merveilles que de graves dangers. Un petit virus de rien, au contact de notre biologie, pourrait parfaitement muter en une maladie incurable et terriblement contagieuse. On pourrait très bien, juste pour une petite négligence, se trouver confronté à une terrible pandémie. Fort heureusement, si les experts s'entendent à dire que les chances d'un tel accident demeurent relatifs, même avec les voyages interstellaires, le SGC quant à lui n'avait pas l'intention de jouer avec le feu.

Ainsi, le laboratoire d'étude épidémiologique venait tout juste d'ouvrir ses portes. Toutes les mesures de sécurité avaient été installé, renforcé, et poussé à l'extrême. Dans ce but, si un élément contagieux s'échappait de la salle de confinement malgré les systèmes différents, tous le labo passait dans les flammes. Rien n'y survivrait, du moins en principe, et encore moins les employés. Pour l'instant, Eric était seul dans le domaine à y être expert. Des cerveaux très impressionnants pouvaient toutefois faire leurs apparitions à en croire les bruits de couloirs. Ça avait été le cas d'un physicien de renom ayant découvert une nouvelle application à un matériau jusque là inconnu.

Ainsi donc, prenant tout juste ses fonctions dans le laboratoire flambant neuf, Éric fût appelé pour sa première mission. Un médecin l'avait contacté, sous l'autorité et l’œil attentif d'un gradé, pour l'étude d'une bactérie qu'un soldat avait attrapé en consommant de l'eau d'une autre planète. Ils étaient pourtant habitué à la traiter avec des pastilles purificatrices, c'est ce qui rendait le cas très intéressant au détriment du malade. La bactérie, malgré le traitement, avait survécu et provoqué la cécité, ainsi que de violentes diarrhées, au patient. Comble de la malchance, les antibiotiques suffisaient juste à empêcher la prolifération de ladite bactérie dans son organisme. Par chance, le protocole obligeait les explorateurs à remettre tout restes de produits consommés sur place aux scientifiques pour analyse. Il y avait donc, bien protégé dans un bac scellé et sous basse température, un échantillon de cette eau.

Jenner enfila sa tenue, un masque, des gants puis sa coiffe avant de pénétrer dans le sas. Un première décontamination eût lieu à l'aide d'un gaz vaporisé puis, après avoir dépassé la porte, un système enclencha la ventilation en circuit fermé. En somme, l'air entrait mais ne sortait plus, à moins d'être traitée par les appareils adéquat. La pièce stérile et sécurisée, l'homme pu se mettre au travail. Il commença par allumer les postes de travail et les outils d'analyse puis approcha d'un grand frigo. Celui-ci n'avait rien à voir avec l'appareil à usage domestique, il ne contenait pas d'aliment mais trois échantillons de l'eau prélevée à des endroits différents de la gourde du soldat.
S'emparant des tubes à essais avec une infinie précaution, il alla s'installer sur un plan de travail puis examina une petite goutte sous microscope. Les premières constatations frappèrent Éric de surprise à la vue de caractéristiques contradictoires.

Pour commencer, elle n'avait aucune forme commune aux trois types terrestres. C'était, en quelque sorte, un croisement entre une coque et une bacille. Les flagelles, qui normalement se trouvaient à l’arrière, semblait en avant et parcourant la bactérie en un réseau inconnu. Enfin, celle ci n'avait pas de couche cellulaire. D'ailleurs, les flagelles s'unissaient justement pour se substituer à cet élément manquant.


Ça alors...Fît Éric en s'écartant du microscope.

L'homme appuya sur un bouton de l'ordinateur d'en face et celui-ci lui renvoya son reflet. Pendant un bref instant, il remarqua les cernes profondes qui avaient marqué sa peau, puis en revint au sujet de ses préoccupations. Il s'enregistra directement et fît part des constatations préliminaires avant de s'emparer du dossier du patient, remis par un médecin. Il découvrit alors que celui-ci avait un surplus de calcium dans le sang. Surplus qu'il n'avait pas avant son départ.
Jenner parcourût longuement toutes les informations et trouva en celle-ci son début d'enquête. Pour commencer, il allait tenter de reproduire l'environnement biologique et chimique du patient avec toutes les spécificités, pour voir ce que la bactérie consommait pour produire le calcium...si tenter soit l'idée que la bactérie en soit la cause...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzanne Rigel
Scientifique
avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG4
Grade / Niveau: Sergent-chef / 181
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Haute Sécurité] Laboratoire d'étude épidémiologique {Libre}   Mar 20 Déc - 2:38

[Hop hop, je m'incruste. Si y'a problème, tu me dis Smile ]

Vêtue de sa blouse blanche qu'elle aimait tant, Suzanne marchait tête baissée dans les couloirs de la base, d'un pas déterminé. Ses yeux parcouraient les lignes du dossier qu'elle avait dans les mains, elle n'avait pas eu le temps d'en lire l'intégralité mais essayait d'en apprendre le maximum avant de le voir de ses propres yeux.
Et pour cause ! Quelques jours auparavant, le docteur Rigel avait entendu parler d'un projet de laboratoire d'étude épidémiologique qui pourrait prendre vie au sein du SGC dans le but de pouvoir étudier et prévenir des possibles épidémies dues aux missions d'exploration à répétition, et d'autant de risques de faire naître des maladies contagieuses sur Terre. Un projet fascinant pour l'immunologue évidemment et ô combien important pour une base militaire tel que le SGC !

Aujourd'hui, Suzanne avait eu écho que les premières études allaient se faire dans le cadre de ce nouveau projet. Il n'en fallut pas davantage pour titiller la curiosité de la jeune femme qui s'était débrouillée alors pour obtenir les informations relatives au cas étudié. Par manque de temps, et elle s'en mordait les doigts d'ailleurs, elle n'avait pas eu le temps de trouver un moment pour rencontrer celui qui était à la tête des recherches, le docteur Jenner.

Suzanne passa devant l'entrée du laboratoire en question sans s'arrêter. Ne faisant pas partie du projet malheureusement, elle ne se risqua pas d'y entrer. Cependant, il existait au SGC, des salles d'observation placées en hauteur, au dessus des laboratoires afin de permettre à des agents extérieurs d'observer ce qui s'y passe et de communiquer si besoin est, avec les scientifiques procédant aux travaux. Que demander de mieux ?! Le docteur Rigel entra donc dans cet espace confiné, il n'y avait personne. Quelques sièges, une table en face d'une large vitre qui donnait sur le laboratoire.
Immédiatement, Suzanne vérifia ce qui s'y passait en contre bas. Elle y aperçut un homme de dos, la tête baissé sur ses tubes à essais. Sûrement le docteur Jenner … Suzanne s'assit donc sur le premier siège à proximité, disposant l'ensemble de son dossier devant elle de manière organisée, ou presque. Elle jeta un coup d’œil au micro disposé au centre de la table qui permettait de rentrer en contact avec ceux et celles dans la pièce en contre bas, mais n'osa rien dire.

Il ne l'avait pas vu, bien trop préoccupé par ce qui se passait sur sa table de laboratoire. Suzanne ne passa pas plus de 2 minutes assise, bien trop loin de la vitre et persuadée qu'elle y raterait quelque chose si elle restait sur son siège, elle s'était levée et s'était collée à la vitre. La table étant au milieu, donc elle essayait tant bien que mal de s'en approcher.
Le scientifique venait d'allumer son ordinateur, enfin de ce que Suzanne pouvait en voir. Il commença à s'enregistrer, et donc à commenter ce qu'il venait d'observer. Au fur et à mesure des notes, la jeune femme étant de plus en plus intriguée, tentait par réflexe de s'approcher encore plus de la vitre. Plissant les yeux, elle bougeait la tête de droite à gauche comme pour essayer de voir de ses propres yeux, ce que le docteur d'en bas annonçait tout haut.
Ce qui devait arriver, arriva. La main posée sur la table, sur laquelle elle se tenait pour se hisser, glissa. Évidemment, le corps de Suzanne suivit ! Elle tomba littéralement sur le bord de la table dans un vacarme incroyable avant de tomber par terre sans pouvoir se rattraper. Deux sièges valsèrent pour aller taper contre le mur d'en face alors que l'ensemble de son dossier lui tomba sur la tête avant que les feuilles ne s'éparpillent tout autour. La tête contre le sol, elle ne put s'empêcher de s'en vouloir à voix haute.

« Oh la cata, je n'y crois pas … »

Elle souffla bruyamment avant de se redresser sur ses genoux et de commencer à récupérer toutes ses feuilles. De là, elle ne voyait plus ce qui se passait dans le laboratoire, elle s'empressa donc de tout ramasser au plus vite. Jusqu'à ce que ses yeux ne tombent sur le petit voyant allumé rouge vif, au dessous du micro. Elle s'immobilisa un instant, fit les gros yeux puis se hissa sur ses jambes lentement jusqu'à apercevoir la vitre, puis le scientifique en contre bas et constater en effet ce à quoi elle venait de penser. En tombant, elle avait mis en marche le micro, rendant audible pour les personnes dans le laboratoire, ce qui se passait dans la petite loge … À commencer par sa chute sûrement.
Immédiatement, Suzanne approcha sa bouche du micro et prit la parole.

« Hum … Excusez moi … Je, … Je n'ai pas fait exprès d'allumer le micro, je ne voulais pas vous déranger, je … je ne parle plus ! »

Elle esquissa un sourire, très mal à l'aise, pensant que cela lui ferait peut être oublier l'incident.

« Enfin, je tenais à vous féliciter quand même pour vos observations ! … Heu je ne parle plus, je ne parle plus, continuez... »

Elle recula d'un bon mètre d'un coup, et leva les mains légèrement comme pour lui indiquer qu'elle ne touchait plus à rien, qu'elle le laissait travailler, après avoir toutefois pris soin de couper le micro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: Re: [Haute Sécurité] Laboratoire d'étude épidémiologique {Libre}   Dim 15 Jan - 1:38

Reproduire l'environnement biologique du patient pour examiner l'infection se réaliser n'est pas de tout repos. Il fallait de la patience et beaucoup d'essai. Le seul problème, c'est qu'on ne peut se permettre de commettre trop d'erreurs. Reproduire l'environnement signifie exposer un échantillon sein du malade pour l'exposer à la bactérie. Là encore, le protocole prévoyait la préservation de prélèvements sains de tous les explorateurs. Ils étaient simplement limités et préservés pour une durée déterminée.
Donc, si Jenner usait de tous les échantillons sans progresser dans son travail, le patient serait foutu. C'est pour cette raison que le travail d'épidémiologiste était parfois très éprouvant. Les études ne se faisaient pas en une ou deux petites heures. Il en fallait un nombre conséquent et l'homme savait pertinemment qu'il ne quitterait pas le labo avant le lendemain matin ou le surlendemain. Seul exception pour les besoins vitaux, comme aller aux toilettes par exemple. Bien entendu, le patient n'était pas à l'article de la mort. Son état avait été stabilisé par les antibiotiques. Mais pour combien de temps ?

Après avoir reproduit l'environnement chimique à l'aide de dépôt de produits spécifiques sur un prélèvement organiques pas plus grand qu'une pièce d'un centime, Jenner plaça le tout sous microscope lié à un grand écran plasma qu'il alluma. Ensuite, avec une grande minutie, il déposa une petite goutte d'eau contaminée et observa très attentivement.
La bactérie s'activa dés qu'elle entra en contact, comme si quelque chose l'avait excité au point de la rendre très rigoureuse et, tandis qu'il examinait l'écran, il remarqua les flagelles faisant office de coque se délier pour plonger et parasiter les cellules.


Intéressant ! Souffla-t-il.

Jenner manœuvra son microscope pour zoomer. La qualité de l'image était discutable mais l'on pouvait remarquer que la bactérie cherchait quelque chose dans le noyau de la cellule. C'était tout aussi inédit qu'inquiétant puisque l'ordre de grandeur était loin d'être la même. Le scientifique avait beau avoir de la ressource, face à cette chose dont le fonctionnement n'avait rien de connu, il se sentait complétement perdu. C'est alors qu'un terrible vacarme le fit sursauté, son regard allant directement sur la baie vitrée de la salle d'observation.
Une jeune femme s'y trouvait et il l'a reconnaissait. Alors qu'elle se confondait en excuse, celui-ci s'approcha de quelques pas, afin de mieux y voir, puis demanda d'une voix claire et neutre :


Vous n'êtes pas blessée ?

Il savait exactement qui était le Dr Riguel pour deux raisons. La première venait du livre qu'il avait étudié durant un temps, ces affirmations apportant des éléments précieux à ses travaux de l'époque. Quant à la seconde, on l'a trouvait sur la pile de dossier que Jenner avait mis des jours à examiner. Parce que tous pouvaient présenter un risque d'être contaminé un jour et parce que l'homme voulait connaître tous ceux avec qui il aurait à travailler un jour, l'étude des dossiers avait été une priorité.

Vous êtes le Docteur Riguel n'est-ce-pas ? vous êtes immunologiste...

Il fixa l'écran.

Je suis sur un cas très atypique. Vos connaissances pourraient m'être précieuses.

Son doigt alla pointer la porte.

Il y a une combinaison à l'intérieur de ce sas. Vous pouvez me rejoindre si vous êtes intéréssée...ce serait même un honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Haute Sécurité] Laboratoire d'étude épidémiologique {Libre}   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Haute Sécurité] Laboratoire d'étude épidémiologique {Libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: SGC :: Niveau 2 :: Laboratoires-
Sauter vers: