La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entretien avec Elias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elias "Spades" Forge

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 36
Localisation : SGC

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau:
Age du personnage:

MessageSujet: Entretien avec Elias   Mer 7 Mar - 1:10

=> Depuis Quartiers de Spades

          Oui apparement c'était là, ou tout du moins c'était ce que semblais indiquer la large plaque fixé sur la porte:
Citation :
Docteur Harrais
Psychologue
          D'un air résigné, Elias plia en quatre le plan et le glissa dans la poche arrière de son pantalon de treillis. Il frappa deux coup sec sur la porte puis attendis d'avoir la permission d'entrer ou qu'on vienne lui ouvrir.
          Pendant qu'il attendais, il ne put s'empêcher de songer à un truc: Mais qu'est ce qu'il allait bien pouvoir lui raconter à c'te bonne femme ? Oh puis après tout, elle poserais les questions ! C'est elle la thérapeute...


Dernière édition par Elias "Spades" Forge le Ven 9 Mar - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Entretien avec Elias   Mer 7 Mar - 13:00

En presque deux mois depuis son arrivée, Mee avait abattu pas mal de travail. Il avait d'abord fallu s'occuper des cas les plus urgents et déterminer s'ils étaient aptes à partir en mission malgré des traumatismes divers et variés trop souvent liés aux missions qui venaient justement de se terminer. Quoiqu'il y avait eu aussi les évènements de Noël et quelques soucis personnels de certains membres qui venaient se greffer là-dessus. Ensuite, la psy s'était chargée des entretiens des agents de sécurité, entretiens demandés par leur chef en pesonne. Finalement, après avoir paré au plus pressé, Mee en venait à retrouver un rythme de travail plus normal et ouvrait les dossiers des derniers arrivants au SGC. Une première prise de contact était nécessaire et permettrait un meilleur travail à venir s'il s'avérait que les recrues terminent aussi perturbées que leurs collègues plus anciens.

C'est ainsi qu'Elias reçut dès son arrivée au SGC, une convocation formelle pour un entretien. Le ton était purement administratif, loin du tutoiement et du "amicalement" que son sens de l'optimiste lui avait fait lire. Outre le blabla habituel, il put lire :


Citation :
Dans le cadre de la procédure de suivi psychiatrique de recrutement au SGC, je vous informe que vous êtes convoqué pour un entretien psychiatrique le

25 février 2012 à 14h
Bureau 016 niveau -2

La lettre était signée par le docteur Harais.

A l'heure dite, Mee attendait dans son bureau, ayant déjà fini de lire le dossier du militaire. Il n'y avait rien qui avait particulièrement retenu son attention au point de prévoir une plage horaire plus étendue que pour un entretien de routine. Le dénommé Elias semblait être une recrue de qualité, le genre que l'on engageait logiquement pour un projet comme celui-ci.

Lorsque l'on toqua à la porte, Mee se leva, alla ouvrir, accueillant son nouveau patient avec le sourire :


" Soldat Forge ? Je suis le docteur Harais, entrez et installez-vous, je vous en prie. "

Elle referma la porte derrière lui et se dirigea elle-même vers la partie du cabinet reconvertie en salon. Deux fauteuils et un canapé, une petite table basse. Elle s'assit dans un fauteuil et attendit qu'Elias choisisse une place avant de continuer pour le mettre à l'aise :

" Je vous souhaite la bienvenue au SGC ! J'imagine que vous ne vous attendiez pas forcément à un entretien aussi rapide. Mais étant donné que vous allez être affecté à une équipe de terrain et passer la Porte sous peu, j'ai préféré ne pas risquer de vous voir bloqué ici pour ce genre de formalité. "

Une façon de lui faire comprendre que, non, cet entretien n'était pas une façon de l'agresser ou le surveiller dès son arrivée. Nombre de personnes détestaient l'idée de voir un psy, on ne savait jamais à quoi s'attendre avec les aprioris.

" L'idée de cet entretien est juste de discuter un peu, que je puisse commencer à vous connaitre. Je prendrai quelques notes afin de ne rien oublier, ne vous en formalisez pas. "

Une précision qu'elle faisait toujours sur un ton léger, sachant que nombre de patient se hérissaient en la voyant écrire quelques mots pourtant bien souvent anodins.

" Pour le moment, j'aimerais juste que vous vous présentiez, que vous disiez de quelle manière vous vous êtes retrouvé ici et ce que vous en pensez. "

Sur la première page du carnet était inscrits le nom, prénom et grade du militaire, rien d'autre pour le moment et, de toute manière, la jeune femme n'était pas du genre à fixer ses notes pendant que ses patients parlaient. Elle le regardait donc en face, se demandant comment il allait aborder les questions.
Revenir en haut Aller en bas
Elias "Spades" Forge

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 36
Localisation : SGC

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau:
Age du personnage:

MessageSujet: Re: Entretien avec Elias   Ven 9 Mar - 15:03

          Une jeune femme aux traits asiatiques, plutôt jolie, lui ouvrit la porte. Elias lui décocha un large sourire amical, légèrement charmeur peut-être.
          " Soldat Forge ? Je suis le docteur Harais, entrez et installez-vous, je vous en prie. "
          — Enchanté chère consœur. Je vous prie, appelez moi Elias, répondit-il en tendant une main franche et à la poigne ferme.
          Il accepta son invitation à rentrer, toujours avec le sourire. Arrivé dans la «partie salon», Elias choisit naturellement le plus confortable, à savoir le canapé. Il s'y affala lourdement, avec une nonchalance toute calculée.
          " Je vous souhaite la bienvenue au SGC ! J'imagine que vous ne vous attendiez pas forcément à un entretien aussi rapide. Mais étant donné que vous allez être affecté à une équipe de terrain et passer la Porte sous peu, j'ai préféré ne pas risquer de vous voir bloqué ici pour ce genre de formalité. "
          — Vous êtes la première à me souhaiter la bienvenue depuis mon arrivée ici. On ne peut pas dire que le personnel extérieur à cette "base" (les guillemets se sentant dans le ton de sa voix) soit causant et le personnel de sécurité rencontré jusqu'à présent s'est montré plutôt... froid...
          Sans gêne aucune, il entreprit de détailler la jeune femme (et ses courbes féminines, of course) en face de lui.
          — Je ne sais pas si je doit y voir une forme de bizutage, continua t-il avec un ton et un sourire légèrement ironique.
          Il s'avança dans son canapé, coude posé sur les genoux, mains jointes et doigts croisés soutenant le menton, le regard vrillé dans les yeux de la jeune femme. Comme un rapace gardant un œil sur une proie... ou un danger potentiel...
          " L'idée de cet entretien est juste de discuter un peu, que je puisse commencer à vous connaitre. Je prendrai quelques notes afin de ne rien oublier, ne vous en formalisez pas. "
          — Vous avez parlé de passer la Porte, n'est ce pas ? dit-il avec un demi-sourire. Donc outre l'aspect "rencontre", j'en déduis logiquement que cet entretien à pour but de savoir si j'ai des appréhensions ou des angoisses à ce propos, continua t-il en devinant la question que n'avais pas encore posé la psychologue.
          Il se mit arrière dans le canapé, mains croisés derrière la tête, les yeux scrutant le plafond.
          — Je vais être franc: Absolument pas. Au mieux je suis légèrement curieux, au pire cela m'indiffère complètement. Je n'ai pas vu cette "Porte" et mon comportement doit certainement vous surprendre. Certains doivent être terrifiés, angoissé ou excité comme une puce mais moi... Moi, tout cela me passe largement au-dessus de la tête.
          Et il était sincère. Il avait toujours été comme ça, assez distant avec la plupart des choses qu'il l'entourait. C'était souvent un avantage en mission mais dans ses relations personnelle c'était une tare absolument désastreuse. Comment prouver à quelqu'un qu'il compte pour vous alors que vous êtes incapable de l'exprimer autrement que par des mots ? Il ne releva pas le fait que la psychologue prenne des notes, cela ne le surprenais, ni ne le dérangeais guère.
          " Pour le moment, j'aimerais juste que vous vous présentiez, que vous disiez de quelle manière vous vous êtes retrouvé ici et ce que vous en pensez. "
          Il la regarda, un sourcil légèrement haussé, comme si la phrase lui avait paru incongru.
          — Me présentez ? Est-ce vraiment nécessaire ? J'imagine que vous avez lu de long en large et en travers mon dossier. Pour un peu, vous me connaitriez mieux que je ne me connais moi même, dit-il avec le sourire aux lèvres.
          Il s'allongea dans le canapé, tête sur l'accoudoir, mains croisé sur la poitrine (histoire de respect de le cliché du patient dans un cabinet).
          — Alors voyez-vous docteur, mon enfance fut longue et difficile. Comprenez, mon père alcoolique, ma mère morte quand j'étais jeune... commença t-il d'une voix mélancolique à l'extrême.
          Il s'arrêta, laissa flotter un instant de silence, guettant la réaction de la psychologue. Mais il finit par se trahir de lui-même, un large sourire s'étalant sous son visage.
          — Naon, je rigole. J'ai rien à dire sur mon enfance. Elle est normale j'imagine. Après le lycée, j'ai choisi la médecine. Non pas par volonté grandiloquente de "sauver des vies" (il exagéra volontairement le ton là-dessus). En fait, je ne voulais pas devenir ingénieur, je me voyait mal dans un bureau je crois. Après quoi j'ai choisi l'armée, par patriotisme d'abord, ensuite par intérêt. Être militaire me promettait un métier où j'allais voyager, chose qu'avec mes parents je n'ai fait que très peu. Rejoindre les Forces Spéciales Parachutistes m'a paru la suite logique des choses.
          Il la regarda d'un œil, pour voir ce qu'elle faisait puis continua.
          — Déployé au 4 coins du monde depuis, quoi... 6 ans bientôt j'crois... On peut dire que j'ai vu du pays. Et je m'estime satisfait de ce que je suis devenu.
          Inconsciemment il avait sortis ses plaques personnalisée de sous son Keffieh et passait ses doigts sur les gravures qu'il avait fait lui-même. Un geste réflexe auquel il n'avait jamais réellement prêté attention.
          — J'ai tué, blessé, sauvé des vies, perdu des patients ou des hommes. Et pour autant que je sache, je n'ai guère l'impression que ça m’ait affecté plus que ça, dit-il en sortant de sa poche la paire de dogtag sur lequel il gravait ses "frags", les laissant pendre dans le vide au-dessus de sa tête en les tenant par les chainettes.
          De là où le docteur était, il était facile pour elle de voir les gravures sur les plaquettes métalliques.
          — Le seul point remarquable dans tout ça, fut une erreur qui à manqué de peu de m'ôter la vie, termina t-il en faisant vaguement référence à ses blessures au combat.
          Elias s'arrêta un instant, pour voir si le docteur Harais avait d'autres questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entretien avec Elias   Dim 11 Mar - 0:33

Mee serra la main à son nouveau patient doublé d'un confrère, comme il venait de le souligner lui-même, et commença évidemment ses observations sur le comportement de ce dernier. Enfin, cela, il n'avait pas besoin de le savoir, même s'il s'en doutait probablement... il s'installa d'ailleurs de façon un peu trop nonchalante pour que ce soit parfaitement naturel. Faisant mine de ne rien avoir remarqué, la jeune femme lui souhaita la bienvenue et ne se gêna pas pour soutenir son regard, avant de sourire à nouveau, amusée :

" Du bizutage ? Non, je ne pense pas, même si j'ai été accueillie un peu de la même façon il n'y a pas si longtemps. Laissez juste un peu de temps aux gens pour vous accepter. Il se passe tellement de choses... bizarres, ici ! Je crois que cela prête à la retenue. "

Il y avait de quoi devenir méfiant voir franchement paranoïaque surtout quand il était question d'information confidentielles. Elle avait vite compris que ses patients étaient du genre à aimer que tout soit bien carré afin d'éviter les ennuis. Ensuite, il lui avait suffi de lire quelques dossiers pour en comprendre les raisons. Rien qu'avec les évènements qui s'étaient déroulés au SGC même il y avait de quoi faire plusieurs saisons d'une bonne série de science-fiction.

Mee commença à prendre quelques notes juste après en avoir parlé, écrivant le plus souvent sans réellement regarder son carnet, gardant son attention sur Elias. Elle avait l'impression que lui aussi cherchait à ne pas la perdre de vue, mais pas pour les mêmes raisons qu'elle. Elle aurait eu quelques mots à répondre à sa vision de la Porte, mais pour le moment, elle préférait le laisser amener l'entretien vers ce qui lui passait par la tête et ce n'était pas en le coupant sans cesse qu'elle y parviendrait. Elle se contenta donc de noter, hochant légèrement la tête pour montrer qu'elle écoutait attentivement.

Ouvrant véritablement l'entretien de manière assez vague, elle esquissa un sourire à la réaction d'Elias. Ce qu'elle ne disait pas, c'était qu'elle ne cherchait pas à entendre ce qu'elle savait déjà grâce à son dossier, mais plutôt à savoir par quoi le militaire commencerait. Quels points allait-il aborder en premier et de quelle manière ? Elle apprendrait autant ainsi, voir plus, de cette manière. Le voir s'allonger sur le canapé ne lui tira aucune réaction, si ce n'est qu'elle nota ce fait, curieuse de savoir si c'était spontané, forcé ou... humoristique. A entendre la suite, la dernière option était la bonne. Ce n'avait pas été difficile à deviner, les gens qui avaient une telle enfance ne l'abordaient généralement pas ainsi.


" Dramatique... et ensuite vous avez été élevé par les loups, continua-t-elle avec le même sérieux en entrant dans son jeu.

D'accord, il se protégeait derrière de l'humour, c'était noté. Pas gênant en soi, il n'était pas le premier et ne serait pas le dernier. Et puis, la jeune femme préférait les patients qui plaisantaient que ceux qui se muraient dans un silence hostile ou qui se mettaient plus ou moins à l'agresser. Elle le laissa reprendre son sérieux et hocha à nouveau légèrement la tête lorsqu'il évoqua sa vocation qui n'en était pas réellement une. Il paraissait davantage porté sur le côté militaire de son travail que sur l'aspect médical, un détail qu'un dossier aurait bien eu du mal à révéler.

Elias lui jeta un coup d'oeil, auquel elle répondit par un petit sourire pour lui faire signe de continuer. Même s'il ne la regardait pas, elle continuait à l'observer, autant concentrée sur les mots que sur l'attitude. Enfin sérieux, sincère sans doute, satisfait de lui-même mais sans prétention excessive... du moins en apparence, elle ne le connaissait pas assez pour en juger sans risque qu'erreur. Les plaques éveillèrent l'attention de la psy qui ne fit pourtant aucun commentaire. Tant qu'Elias parlait de lui même, elle attendait de voir où ces mots pouvaient le mener. Qu'il joue ainsi n'était pas plus mal, cela le poussait sans doute à moins faire attention à ce qu'il racontait. Et puis, elle pouvait supposer diverses significations à ces plaques, ce qui permettait encore d'aider à cerner la personnalité du militaire.

Il termina en évoquant une erreur qui avait manqué lui faire perdre la vie et sembla attendre qu'elle reprenne la parole. Deux mots de plus griffonnés rapidement et Mee indiqua les plaques :


" Qu'est-ce qu'elles représentent, si ce n'est pas indiscret ? "

La plupart des gens venaient dans son bureau en étant nerveux, ou au moins tendus, mais même ceux qui ne se sentaient pas mal à l'aise ne commençaient pas à jouer avec tout et n'importe quoi. En règle générale, quand un objet faisait son apparition de manière bien nette, comme ici, c'était qu'il y avait quelque chose à en déduire. Non pas que ce soit forcément passionnant ou extraordinaire, mais c'était le genre de petit détail auxquels Mee aimait bien prêter attention. Bien sûr, elle aurait aussi pu rebondir sur cette histoire d'erreur, mais c'était le genre de piste de travail qu'elle préférait garder pour plus tard, au cas où, justement, il y aurait eu une raison d'envisager d'autres séances. De toute façon, elle essayait encore de le cerner, avant de creuser plus loin.

" Je parle à la fois du dessin et de ce qu'elles représentent pour vous, " précisa-t-elle en détaillant les plaques.

De là où elle était, elle distinguait ce qui devait être un crâne, un as de pique... mais c'était surtout la seconde signification de sa question qui l'intéressait, quoiqu'au fond elle était assez curieuse pour s'intéresser aussi aux dessins.
Revenir en haut Aller en bas
Elias "Spades" Forge

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 05/03/2012
Age : 36
Localisation : SGC

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau:
Age du personnage:

MessageSujet: Re: Entretien avec Elias   Mar 13 Mar - 14:39

          D'un coup d’œil Elias, vit la psychologue griffonner quelque chose sur son carnet puis le regarder en reprenant la parole:
          " Qu'est-ce qu'elles représentent, si ce n'est pas indiscret ? "
          La question du docteur avait quelque chose d'étrange. Non pas d'étrange, singulier en fait. Avec le recul, Elias se demanda s'il se l'était déjà posé à lui-même. En fronçant les sourcils, il se projeta en arrière dans ses souvenirs et garda le silence quelques instants.
          Non, définitivement non. Cette question ne lui était jamais venue à l'esprit. Probablement parce que ça n'a jamais menacé sa propre sécurité, celle de ses coéquipier ou entraver la bonne réussite des missions auquel Elias avait participé. La psychologue rompit le silence, en précisant sa question, orientant Elias du même coup vers une réponse.
          " Je parle à la fois du dessin et de ce qu'elles représentent pour vous, "
          Elias se releva et s'approcha du siège de la psychologue en enlevant de son cou la paire de plaques personnalisées. Il les lui tendit, avec la paire sortie de sa poche comportant les "frags", pour qu'elle les prennent et puisse les examiner de plus près. Il lui adressa un léger sourire puis alla simplement s'assoir dans le canapé.
          — Les deux premières sont celles que j'emporte tout le temps, en mission ou non. Ce sont mes plaques "d'identité", même si le mot n'est pas tout à fait exact. C'est que le 13ème Régiment de Dragons Parachutiste c'est du Renseignement.
          Il fit s'arrêta un instant, choisissant ses mots avec soin.
          — Et le Renseignement impose d'être déployé dans des endroits où l'on est pas censé être. En terrain hostile, on as pas le droit d'emporter nos vraies plaques de service, afin que le gouvernement puisse nier son implication si l'on est tué ou capturé. Alors on compense comme on peut, histoire de pas oublier qui l'on est vraiment et qui sont nos camarades. Celle avec l'As de Pique me représente moi, c'est une description imagé de mon indicatif, "Spades". Ça veut dire "Pique" en anglais. Celle avec le crâne qui éclate et la phrase, représente un événement qui veut la peine que je m'en souvienne partout là où je vais.
          Nouvelle pause, histoire de voir si la psychologue avait des questions. Puis il continua:
          — Quand à l'autre paire, celles avec les barres gravés, c'est un compte de ceux que j'ai tué en mission. Je vais vous épargner le cliché du sniper américain qui énonce d'une voix grave (sa propre voix prit alors une teinte volontairement parodique de Rambo) "Je me souvient de chaque visage qui est passé dans ma lunette".
          Il sourit largement et repris d'une voix normale.
          — Ce n'est pas mon cas et je pense que c'est pas plus mal, au moins je dort bien la nuit. En fait si on compte c'est qu'au 13ème RDP utiliser son arme est synonyme d'échec puisque cela sous-entend qu'on est repéré. Buter quelqu'un est donc quelque chose de suffisamment exceptionnel pour qu'on souhaite en garder une trace.
          Il se rallongea sur la canapé, bras derrière la tête, regardant la psychologue dans les yeux.
          — Alors évidemment on compose selon le milieu: Faire disparaitre un FARC en pleine jungle n'est pas bien dur et plutôt crédible au vu de l'hostilité de l'environnement. En revanche, devoir le faire avec un taliban en pleine montagne afghane va nous conduire au devant de gros problèmes puisqu'il n'a normalement aucune raison de manquer à l'appel.
          Elias garda lors le silence en la regardant, attendant de voir les questions suivantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entretien avec Elias   Ven 16 Mar - 0:00

Elias se mit à réfléchir comme s'il ne s'était pas attendu à cette question, à tel point que la jeune femme précisa sa pensée. Pour sa part, elle ne pensait pas qu'il irait jusqu'à lui donner les plaques, mais elle les accepta, les regardant non sans cesser de l'observer, lui. D'accord, elle était curieuse, mais elle faisait son travail avant tout.

Pour ce qui était des spécificités du Renseignement, elle engrangea les informations dans un coin de sa tête. Ce n'était pas la première fois qu'elle côtoyait des militaires, mais elle était loin de connaitre par coeur les moindres détails de ce qui les concernait. Voilà qui était toujours bon à savoir. Elle nota à nouveau quelque chose et retint deux questions. Pour le moment, il n'y avait pas vraiment de raison de creuser plus en profondeur. S'il avait été là pour des soucis bien ciblés, elle aurait gratté un peu, mais là, elle ne voyait pas de raison de le forcer à lui étaler sa vie en long en large et en travers pour ce premier rendez-vous.

Si elle sourit à nouveau lorsqu'il imita Rambo, elle se remit à prendre quelques notes aussi vite. Il évoquait les difficultés de son métier avec un réalisme tout à fait censé. Jusqu'à présent, il n'y avait vraiment aucune raison d'envisager un suivi plus régulier que celui déjà prévu. Lorsque le militaire se tut à nouveau, Mee enchaina :


" Vous parliez d'ailleurs d'une erreur qui a manqué vous ôter la vie ? "

Elle reprenait ses propres mots, ce qui somme toute n'était pas bien difficile étant donné qu'elle les avait notés au milieu de la page. Le ton était léger, un peu comme si elle sous-entendait qu'il n'était pas obligé de répondre et encore moins d'entrer dans les détails. Elle n'était pas du genre à mettre une pression délirante à ses patients pour qu'ils racontent tout dans les moindres détails, encore moins si le sujet risquait d'être sensible. Peut-être ne l'était-il pas pas tant que cela, Elias en avait d'ailleurs fait mention de lui-même. Mais on ne savait jamais... Evidemment, s'il se bloquait complètement à cette mention elle se poserait des questions et chercherait à creuser tôt ou tard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entretien avec Elias   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entretien avec Elias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: SGC :: Niveau 2 :: Cabinet du psychologue-
Sauter vers: