La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mission 93] L'Etoile d'Argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 28

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Sam 7 Juil - 5:14

Laurent et Mathilde étaient rodés.
Ils avaient l'habitude des voyages interplanétaire, des explorations et des bagarres en tout genre. Chaque activation de la Porte apportait son petit frisson d'excitation pour la grande aventure. Pourtant, ce jour-là, sous le regard bienveillant du Général, l'équipe observa l'activation des chevrons dans le plus grand silence. Mal installé dans des combinaisons lourdes et très encombrante, les hommes se tenaient prêt à faire le saut. Les techniciens s'affairaient tout autour d'eux comme si l'on s’apprêtait à lancer une fusée expérimentale. Test des micros, contrôle des jauges d'oxygène, liaison des balises de secours, vérification de la connexion avec la MULE modifié. Pendant une bonne vingtaine de minutes, et maintenant encore, SG-6 poireautait affreusement sous ces casques en forme de scaphandre. Le dernier chevron s'enclencha puis la magnifique vague bleutée jaillit soudainement. C'était toujours aussi beau, on ne s'y faisait jamais.
Seulement, Mathilde comme Laurent appréhendait ce départ malgré leurs expérience. Il y avait quelque chose d'anormal et qu'il serait bien incapable de justifier. Comme s'il s'agissait d'une intuition personnelle leur rappelant que cette opération était bien plus qu'importante. Il n'y aurait rien d'ordinaire là-dedans.
On donna le top départ, le Général souhaita bonne chance à tout le monde et SG-6 évolua lentement jusqu'à l'horizon des événements. Une fois de l'autre coté, la fermeture du passage acheva le dernier lien qui subsistait avec la Terre. En échange, ils se trouvèrent devant une terre désolée au point que s'en était perturbant. La vidéo des différentes sondes semblaient même avoir atténué l'effet de cet horrible endroit. D'immenses dunes de sables s'étendaient, innombrables, jusqu'à l'horizon. Celui-ci se trouvait si loin qu'on parvenait à peine à le distinguer. L'image ondulait constamment, comme si l'on aurait regardé au travers d'émanation de gaz. Des craquements et des mouvements de sables s'entendaient aisément, tel un bruit de fond, à peine recouvert par les bourrasques de vent. Le Soleil, quant à lui, n'était pas visible. Une immense couche de sable en suspension, et de poussières, recouvraient le ciel. Il se teintait donc de la même couleur du sable, si ce n'est un peu plus clair. Et pour finir, comme si cela ne suffisait pas, on remarquait en certains endroits la naissance de tornade de sable. Elle était heureusement très éloignée et ne risquait pas d'atteindre cette position avant plusieurs jours.
La radio se mit alors à grésiller avant d'émettre la voix d'une femme. Celle-ci semblait faire des efforts pour modifier son timbre, comme si elle craignait d'être reconnue, mais ne parvenait qu'à se rendre plus indiscrète qu'autre chose.


- Tau'ri, ici la pilote Tok'ra. Je vous ai sur mes capteurs et procéderait à votre suivi. Un mot de votre part et j’atterrirais en cinq minutes. Par ailleurs, mes instruments détectent une importante tempête de surface. Son axe de progression devrait l'éloigner de vous.

Apparemment Rayce ne tenait pas à ce que l'équipe sache qu'elle était leur soutien en cas d'urgence. Peut-être ignorait-elle que le Général avait vendu la mèche lors du briefing, ce qui était plutôt une bonne chose. Toujours est-il qu'après les vérifications d'usage, SG-6 se mit en route avec beaucoup de prudence. Ces cinq kilomètres furent une véritable torture. L'air des bonbonnes d'oxygène se réchauffait à l’intérieur des casques et la température indiquait 65°C, bien plus élevé que l'analyse ayant été faite au SGC. Péniblement mais sûrement, Laurent en tête, le groupe se traîna jusqu'à l'objectif. Étrangement, il n'y eut aucune mauvaise surprise. Pas de sable mouvant non indiqué sur la carte, ni obstacles les ralentissant. Au contraire, en atteignant une plaque de sable particulièrement dure, les explorateurs parvinrent à se déplacer plus facilement.

Un peu plus tard, Mathilde, Laurent et Éric atteignirent l'entrée de la caverne. Un étrange effet naturel provoquait plusieurs vagues de sable s'entrecroisant. Les parois, en réalité, se constituaient de grains en perpétuel mouvement. C'était tout aussi magnifique que le vide des alentours. A l'intérieur, la couleur en était même différente. La même que la bague miroitait et scintillait par intermittence. On aurait, d'ailleurs, pu s'attendre à ce que des joyaux apparaissent...ce qui ne fût pas le cas.
Au centre, trônait l'autel en pierre. Il était visible de là où se trouvaient les équipiers. Taillé dans la roche avec une grande précision, la surface plane témoignait d'une soif de perfection dont les artisans de cette œuvre avaient éprouvés. Aucun outil percutant n'aurait été capable d'offrir un tel rendu. De toute évidence, les créateurs de cette chose avaient usés d'une technologie très avancée pour façonner en supprimant les imperfections.
SG-6 allait-il s'y rendre maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 8 Juil - 21:58

Pas très à l’aise dans sa combinaison, Laurent ne se fatiguait pas à faire des mouvements inutile, il restait fixe en bas de la rampe, face à l’anneau qui les emmènerait vers une bonne mission qui s’annonçait sportive et dure pour les nerfs.

Profitant de l’occasion pour tester les liaisons radios avec ses coéquipiers, il leur annonça la couleur :

« Je passe le premier, vous attendez que je vous donne le feu vert pour me rejoindre un à un à trente secondes d’intervalle, d'abord Jenner puis de l’Argentière avec la mule, une fois sur place vous garderez cet ordre sauf que je passerai en dernière position afin d’être certain qu’on ne perd personne en route, Jenner vous serez donc en charge de mettre les pieds au bon endroit et dans la bonne direction, répondez si vous m’avez bien entendu et compris »

Le para fut donc le premier à voir le triste décor qu’il allait falloir parcourir en suivant scrupuleusement l’itinéraire défini. N’ayant pas de problème avec sa combinaison et n’y ayant pas de mauvaise surprise par rapport aux indications des sondes, il donna le top départ pour les trois autres membres de SG6 tout en se mettant sur le côté pour ne pas les gêner et les leur indiquer de continuer de progresser sur quelques mètres même si comme prévu le militaire n’était pas à la tête de cette file humaine.

De sa position il allait pouvoir avoir un œil sur ses coéquipiers, vérifier la trajectoire et donner les indications sur le tempo que le scientifique de tête devait adopter, comme ça inutile de se retourner constamment dans une combinaison qui n’était pas pratique pour ça, en fait pour pas grand chose à part protéger du monde extérieur.

« Allez, on ne traine pas à s’apitoyer sur notre sort et à commenter ce lieu paradisiaque qui est pire que celui sur la brochure, alors en clair de la vitesse mais pas de la précipitation ! »

Le contact avec leur soit disant ange gardien fut entamé par ce dernier et très vite clôturé par le militaire :

« Ici Campbell, bien reçu, terminé ! »

Voila de quoi faire court pour ne pas relancer à la hausse la tension nerveuse, l’environnement suffisait amplement à avoir une bonne base pour ne pas en ajouter une nouvelle dose.

Les conditions furent très pénibles mais tellement moins que le vécu des précédentes missions que s’en était limite jouissif de n’avoir à luter que contre du sable, de la chaleur et du vent violent. Au moins leur seul adversaire était eux-mêmes et leurs capacités d’endurance et dans ce cas le Para savait encourager ou même couper court aux plaintes de ceux qui s’écouteraient un peu trop, hors de question de faire des pauses non programmées sans quoi ce n’était qu’allonger la durée du supplice.

Les efforts furent récompensés, la caverne était juste devant eux mais les parois semblait n’être fait que de sable virevoltant dans un incessant mouvement alors Laurent qui était venu se placer a côté d’Eric se tourna vers Mathilde pour savoir ce qu’elle aurait à dire car l’inverse était inenvisageable, forcement elle aurait quelque chose à dire d’un point de vu scientifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 10 Juil - 2:09

Une fois tout le monde près, il avait été temps de s'équiper de leur combinaison isotherme. Mathilde était positivement "heureuse" de se balader au milieu de sables mouvants avec une telle saleté qui gênerait ses mouvements, mais elle n'avait pas le choix c'était ça ou finir toastée comme une biscotte dans la demie journée alors s'y était soumise - de mauvaise grâce il va sans dire - essayant parfois de contrôler le travail des techniciens, mais à cause de sa perte e mobilité c'était tout bonnement impossible. ce qu'elle détestait dépendre d'autres personnes...
Finalement ils purent faire le grand saut. Laurent donnait ses consignes et la jeune opina du chef brièvement. si elle avait pu, elle serait même montée sur le rover, mais il n'y avait pas de prise adéquate et son revêtement isolant n'avait pas la robustesse pour encaisser son poids, fut il plume. Le passage de la Porte fut comme d'habitude, désagréable sauf qu'à force on y prêtait quasiment plus attention, par contre dur de faire abstraction du paysage qui l'attendait de l'autre côté. On les avait lâché sur un monde mort et totalement desséché. Le sable volait autour d'eux, masquait partiellement le ciel, pas assez cependant pour bloquer les rayons brûlants du soleil local. Au loin une énorme tornade laissait présager que la température n'était pas la seule menace mortelle du lieu... Chouette!
Pour améliorer son humeur, ils reçurent un message radio de la part de Rayce qui essayait de se faire passer pour une autre les informant qu'elle était à cinq minutes de leur position. Evidemment, Mathilde aurait bien aimé en profiter pour lui balancer quelques piques bien venimeuses histoire de se concentrer sur autre chose que le panorama, mais Campbell avait coupé court avec ses projets de défouloir en lâchant une phrase aussi laconique que neutre. deux choses qui étaient totalement étrangères aux moeurs de la scientifique.


Pressant le pas, la Baronne montrait bien qu'elle avait envie d'en finir au plus vite, mais les mots "sables mouvants" résonnèrent bien vite dans son esprit quand elle eut l'impression à un instant que son pied droit s'était enfoncé plus que de raison, lui faisant lâcher une exclamation de peur et perdre l'équilibre quand elle voulut reculer trop vite, basculant sur le dos en moulinant des bras, tenant vainement retrouver son équilibre pour finir sur le dos à gigoter comme une tortue mise dans cette position par un enfant sadique. Sa fierté blessée lui fit refuser toute aide et basculant sur le côté, se retrouva à quatre pattes avant de pouvoir enfin se relever. C'était décidé, elle détestait déjà cette planète et cette mission, cette journée... Bref, le petit bout de femme était d'une humeur noire et seule la crainte de manquer d'air l'empêchait de rouspéter... enfin, la plupart du temps.
Curieusement, mis à part sa petite chute et sa blessure à l'ego, l'équipe avait atteint sa destination sans mal. Cela avait été long et pénible du fait des conditions pire que les estimations données lors du briefing, mais pour autant, ils étaient entiers. Le temple était une curiosité scientifique, ses parois étaient constituées de vagues stabilisées de sable dont les grains restaient néanmoins mobiles, un peu comme s'ils étaient maintenus dans une sorte de champ d'antigravité. Cela donnait une curieuse impression d'irréalité qui tira un petit sourire à la physicienne. Les reflets verts laissaient que cela devait être dû à ce qu'elle avait pris pour du jade quand il était monté sur sa bague. C'était en tout cas d'une esthétique aussi exotique qu'intéressante et plaisante à regarder. Le problème étant que cela pouvait également cacher un système de défense autonome mortel.


"Je n'ai pas besoin de vous dire de ne toucher à rien je suppose. Je vais faire quelques relevés énergétiques dans le secteur pour voir ce qu'il en est. Jusqu'à présent ce lieu a été plutôt inerte et inoffensif avec ses visiteurs, mais nous ne savons pas comment il va réagir avec l'arrivée de la bague car nous n'avons que la parole de Rayce quand à la nature de cet endroit. Personnellement je n'y mettrai pas ma main au feu, même pas une feuille d'impôt! Restez vigilants pendant que je m'occupe de voir de ce dont il s'agit."

S'approchant de l'autel, la scientifique resta un moment confondue. Elle avait la curieuse - et à ce moment précis désagréable - impression d'avoir déjà vu cet endroit. L'archétype même l'impression de déjà-vu! Pour l'heure, Mathilde garda cette information pour elle, ce n'était peut être dû qu'à la fatigue comme pour la plupart des fois où l'on avait cette impression, ou un petit tour de sa mémoire court terme, il y avait bien plus important à analyser d'abord. Déballant son matériel et le posant soigneusement sur une couverture isolante, la scientifique commença à paramétrer ses capteurs et à lancer les analyses préliminaires. Ensuite elle vérifierait la nature du sable des murs et enfin, elle poserait la bague dans son encoche. Là, elle prenait des photos de l'autel sous tous les angles le temps qu'elle ait les résultats d'analyse.

Après quelques minutes d'attente pour ses deux collègues, quelques bips et autres sons informèrent la physicienne que ses capteurs avaient fini leur travail et c'était maintenant à elle de faire le sien en traduisant ces courbes, ces graphiques et ces nombres en concepts compréhensibles pour le commun des mortels. Par chance, elle partageait son savoir sans problème avec les autres... Même quand ils ne comprenaient rien malgré ses tentatives de vulgarisation scientifique.



"Il y a deux sources d'énergie dans le secteur, la première et la plus évidente provient des... cloisons. Le sable est en suspension dans un flux énergétique auto adaptatif ce qui lui permet de générer ces mouvements. un peu comme une entité vivante si vous préférez, mais la comparaison s'arrête là... Encore que, je ne serai pas vraiment surprise si ce champ d'énergie était plus qu'un champ adaptatif. Le point d'émission est par contre pour le moment indétectable, imaginez ça comme une sorte d'enveloppe contenant un champ énergétique stable, la façon la plus simple de le représenter étant la bouillotte, vous avez de l'eau dans un contenant souple et qui conserve sa chaleur, sauf que dans le cas présent, il n'y a pas de rayon parasite, le champ énergétique est autosuffisant, une belle prouesse je dois dire, je m'y intéresserai sans doute avec plus d'attention si nous n'avions pas plus urgent à faire!
En tout le champ énergétique "manteau de sable" isole de façon très efficace le temple de l'extérieur comme vous avez pu le remarquer. On ne pourra certes pas retirer les combinaisons pour se prendre une bonne bouffée d'air frais, mais au moins je vais pouvoir taper au clavier sans avoir ses fichues moufles au doigts. Pianoter avec deux stylos est vraiment pénible et avec ces gants c'est tout bonnement l'enfer! Il faudra vraiment que je me penche sur un matériau capable de mieux nous isoler de ces fournaises sans pour autant nous transformer en pauvres poupées de foire engoncées dans ces combinaisons ridicules et inconfortables! Comment faire un travail décent avec ça? Tout faire soi-même décidément! enfin, ça ne change pas des bonnes vieilles habitudes du SGC et de l'Armée française... ou de l'armée tout court car ce n'est pas si différent ailleurs, voire totalement identique."


Regard aux autres et voyant qu'ils attendaient, la Baronne en conclut qu'ils étaient suspendus à ses lèvres et reprit donc là où elle était resté.

"Une habitude détestable de toujours demander plus avec moins de moyens pour y parvenir car après tout rien coûte d'essayer, à part la vie de ceux qui essaient sur le terrain évidemment! Et si cela passe, et bien cela devient la nouvelle norme. Au final, travailler pour un gouvernement et son armée revient à avoir les mêmes contraintes que dans le privé, mais sans les avantages que sont les équipements, le salaire, les vacances, les bonus toujours appréciables comme de véritables complémentaires santés, véhicule de fonction qui ne vous fasse pas tellement honte que vous préférez en louer un ou carrément en acheter histoire de vous éviter l'humiliation d'être vue dedans et chose particulièrement intéressante, pouvoir rajouter quelques lignes à la section expérience professionnelle de votre CV et pouvoir parler sur quoi portait vos travaux sans risquer de vous faire kidnapper en pleine nuit et vous retrouver dans une prison secrète en un pays où les Droits de l'Homme sont une bonne plaisanterie entre deux séances de torture... Oh! Oui, la deuxième source d'énergie!" Alléluia! Le train avait raccroché aux rails et repartait sur sa destination originale! Pour combien de temps, ça par contre...

"Oui, donc la deuxième source, comme vous vous en doutez, il s'agit de la pierre que l'on va appeler Autel pour plus de confort. La puissance d'émission est relativement modeste, suffisamment pour dire que la pierre est le cœur d'un dispositif technologique, ce qui n'étonnera personne j'imagine! Nous avons donc une technologie toujours active après plusieurs millénaires ce qui démontre une belle oeuvre. Décidément, ces Eurlings sont très intéressants! Bien plus que ces fichus serpents si vous voulez mon avis. On comprend bien pourquoi ceux ci sont juste de pauvres parasites tout juste capable de piller d'autres civilisations technologiques moins avancées qu'eux pour leur voler le peu de savoir acquis et ainsi modifier ce qu'ils connaissent déjà avec des succès plus que mitigés. Si vous voyiez les déperditions d'énergie des générateurs montés dans les vaisseaux de classes Al'Kesh et Hat'ak, vous feriez une attaque! Ici rien de tout ça! Je pense que je vais tester le système en insérant la bague, tenez vous prêts à toute éventualité bien que je dote que tout nous explose à la figure ou que l'on se rejoue la dernière scène de la Dernière Croisade avec le temple s'effondrant sur nos têtes, nous ensevelissant sous des tonnes de sables, condamnés à une mort par asphyxie aussi longue qu'affreuse nous ne pourrions même pas en finir, incapable de bouger ne serait ce qu'une oreille. Mais ne soyons pas pessimistes et testons!"

Aussitôt dit, aussitôt fait, Mathilde récupéra sa bague et la ficha dans le socle prévu à cet effet. Ses instruments commencèrent à faire le yo-yo signe qu'il y avait de l'activité depuis l'insertion du bijou, chose tout aussi logique qu'attendue, et comme elle s'y attendait, une interface visuelle de type holographique apparut, leur montrant des structures spatiales simples et plus complexes qui si elles n'étaient pas forcément très parlantes pour les autres firent sourirent la physicienne des matériaux. De toute évidence, la petite scientifique se trouvait en terrain connu, chose tout à fait normale quand on connaissait sa spécialité originelle, ses années au SGC n'ayant finalement qu'augmenté son champ de compétence.

"Ce sont des structures atomiques ou pour être plus exacte des structures moléculaire, ici nous avons ce qui manque cruellement à cette planète par exemple, je vous laisse deviner ce qu'il en est. Je vois d'autres composés également, laissez moi un petit moment pour faire l'inventaire de tout ça... C'est que ça en fait des molécules! Ah! Là c'est facile, dioxyde de silicium, ou silice pour vous. Là, c'est de l'aluminium... Oxyde d'aluminium, c'est grâce à cela que l'on peut avoir de l'aluminium pur et que cet aluminium ne rouille pas intégralement comme le fer. En fait c'est assez intéressant car l'alumine forme une couche protectrice autour du métal ce qui va alors empêcher une oxydation en profondeur à cause du dioxygène comme cela serait le cas pour le fer et ce qui est tout aussi intéressant pour moi, cette molécule entre dans la composition des rubis et saphirs entre autres. Ou ce qui vous intéresserait plus dans les briques céramiques ablatives protégeant contre les fortes températures. Sinon qu'avons nous là... Oxyde de Sodium... Moui, à manier avec précaution et loin de l'eau... Maintenant?..."

Plongée dans ses observations, elle négligeait de plus en plus de faire part de ses découvertes à ses deux collègues pour finir par simplement murmurer pour elle même tout en pianotant sur son clavier d'ordinateur, s'interrompant uniquement pour glisser la paille de sa gourde dans l'orifice prévu à cet effet et se désaltérer. Au final elle se gratta la tête ou plutôt essaya vu son "emballage plastique" donnant l'impression de cogiter, marmonnant dans sa barbe et souvent dans une langue qu'ils ne comprenaient pas. Avant de lâcher un une exclamation de joie au moment où son laptop bipa suite à quelques manipulations de sa part.

"Bien, je pense avoir la solution à notre petit rébus. Ces molécules que nous voyons là entrent dans la composition d'un minéral. On peut arriver à cette conclusion rien en regardant leur composition. Ce sont tous des oxydes, ce qui est tout à fait courant sinon la règle si je puis m'exprimer aussi cavalièrement. Bref, nous avons affaire à des composés chimiques assez courant et la différence joue surtout sur le pourcentage de ces différents éléments. L'indice déterminant dans notre affaire est ce qui nous entoure actuellement! Sans cela j'aurai été totalement perdue, mais nos chers amis inconnus avaient pensé à tout, en effet le sable est de façon largement majoritaire issu de l'érosion d'un seul type de roche communément appelé les granites et donc dans ce cas la fourchette de pourcentage de ces différents éléments est bien serrée. Il ne me reste plus donc qu'à communiquer ce qui me semble et qui est sans l'ombre d'un doute la bonne réponse. Espérons seulement qu'ils acceptent les marges d'erreur parce qu'il me sera difficile d'analyser le granite à l'origine du sable ici présent. Et préparez vous à courir si sur leurs mondes leur sable est fait à base de basalte uniquement."

Et c'est là que les choses amusantes allaient commencer. Manipuler les hologrammes pour indiquer la proportion de chaque molécules présentes dans le granite, espérer que la machine de par son origine extraterrestre accepte le résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 28

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mer 11 Juil - 22:14

L'hologramme qui formait un écran devant la scientifique était très étonnant par ses applications. Il répondait au contact de ses doigts pour la laisser entrer les données tandis que cette lumière verte irradiait lentement les environs. Depuis que Mathilde s'était intéressée à la question, ses équipiers avaient été un peu délaissé. Il faut dire que l'équipe avait atteint un niveau qui dépassait de loin les premières informations de Rayce. Lorsque les derniers composants furent choisis et entrés pour former une chaîne moléculaire complète, l'autel eût une réaction bien plus visible qui surpris tout le monde, y comprit la baronne. Les sortes de roses extraterrestres qui se rejoignaient pour supporter la bague n'étaient pas une simple décoration esthétique. Car lorsque l'hologramme s'évapora, les tiges se délièrent et prirent vie soudainement. Ces choses prenaient une consistance un peu moins solide et, en se secouant légèrement, se débarrassaient d'une couche de poussière dure comme s'il avait s'agit d'une peau morte.
Alors que la bague de Mathilde demeurait en suspension dans les airs, à une dizaines de centimètres au-dessus de l'autel, les trois tiges s'allongèrent et s'épanouirent en des roses épineuses très différentes de celles que l'on trouve sur la Terre. Leurs bourgeons s'ouvrirent pour laisser apparaître des pétales de pierre précieuse, en jade, exactement le même matériaux que la bague, mais d'une couleur bien plus magnifique encore. Des ronces en pierre émergèrent des tiges et les plants, terminant leurs croissances, ondulèrent comme des serpents en direction de l'équipe. Leur taille restait raisonnable par rapport à l'ensemble de l'autel mais, de toute évidence, ces choses pouvaient s'allonger et se réduire à volonté.
En quelques secondes, chacune de ces fleurs extraterrestres, dont l'apparence conservait une composition de pierre, pointa un membre de l'équipe, demeurant à hauteur de leurs visages. Elles semblaient vivantes et douées d'une certaine intelligence. Pendant ce temps, les parois en sable mouvant s'étaient entièrement refermés en un dôme parfait. Les issues étaient condamnées et SG-6 aurait eu beaucoup de soucis à se faire si les appareils de Mathilde ne s'était pas lancés en symphonie de « bip » sonore. Température, oxygène, pression atmosphérique, toutes les conditions avaient été réunies pour soutenir la vie humaine. Comme si la bonne réponse de Mathilde, ou ces plantes étranges, avaient activé un système qui rendait les combinaisons inutiles. Les parois avaient beau être toujours aussi mouvante, presque liquide, les équipiers étaient maintenant protégés des éléments extérieurs.

Les trois plantes s'illuminèrent un peu plus. L'environnement sonore se trouvait privé des vents violents et du sable cinglant. A la place, un tintement s'élevait. C'était comme réaliser une mélodie en frappant des verres de cristal avec une infinie douceur. Des signes se dessinèrent ensuite sur les parois, apparaissant doucement et s'estompant avant de changer de forme. Ces hologrammes dansant voguaient sur ces parois ensablées, toujours de la même couleur, en une combinaison qui rendait les lieux vraiment magnifique. Les Eurlings n'étaient pas qu'un simple peuple avancé mais des adeptes d'une culture harmonieuse et esthétique.
La situation, cependant, n'évolua que lorsque les équipiers décidèrent de quitter leurs combinaison protectrice. A cet instant, les roses envoyèrent des lasers, probablement pour les scanner de la tête aux pieds, puis trois écrans holographiques apparurent pour chacun d'eux. De toute évidence, on les mettait à l’épreuve.
Le seul point noir que l'on pouvait relever, en revanche, était le fait que les radios ne parvenaient plus à émettre au-delà du dôme. Il leur serait impossible de contacter le pilote qui s'inquiétait probablement de la disparition des signes de vie de l'équipe.




Citation :
Vous allez tous recevoir un mail contenant l'épreuve s'affichant sur votre hologramme. Lisez-le attentivement.
Vous avez également le droit de faire un tour pour vous concerter sur les événements récents avant d'entrer vos réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Ven 13 Juil - 15:07

Donner l’occasion à Mathilde de parler pour avoir son point de vu scientifique sur le phénomène devant lequel le trio se trouvait était forcement un risque car il était certain qu’elle n’irait pas simplement droit au but et broderait le truc comme à son habitude avec de longues phrases à faire fuir l’attention d’un militaire. Oui, la première partie de son monologue n’était pas encore trop tirée par les cheveux, un simple rappel du bon sens qui est de ne pas touché à ce que l’on ne connait pas pendant qu’elle tentait une analyse, le temps pour Laurent de faire un 380 degrés afin de voir qu’il n’y avait rien à signaler dans les alentours les poussant à accélérer l’étude de ce dôme hors du commun. Certes il en fallait plus pour étonner le Para qui en avait déjà vu des choses bizarres au cours de ses précédentes missions alors c’étaient plus la sécurité du groupe qui le préoccupait que de s’extasier devant l’attraction du jour.

La suite du monologue indiquait la présence de deux sources d’énergies, Laurent arriva à comprendre que l’une d’elles servait pour l’enveloppe spéciale de ce qui un temps était passé pour une caverne, puis ce fut plus confus, son regard se perdit dans les mouvements du sable, perdant ainsi une écoute vraiment attentive, bercé par ce flot de paroles qui paraissaient de plus en plus inutile alors un simple « hum » émit par le militaire la fit revenir à l’essentiel, la seconde source d’énergie. Une nouvelle fois ce qui aurait pu prendre dix secondes pour dire qu’il fallait tester fut multiplié par dix pour se lancer dans des hypothèses ou se faire des films alors quel soulagement de la voir enfin vouloir agir même si ses actes devaient encore être accompagnés du bruit sortant de sa bouche, elle ne pouvait s’en empêcher, ce devait être un moyen pour elle d’évacuer son stress ou alors une passion démesurée pour la science et sortir sa science devant des images holographiques.

Le Para alternait entre l’observation des lieux, de l’interface holographique et l’excitation de Mathilde qui parla d’un rébus, soit il avait manqué cela lors du monologue soporifique, soit elle était dans son trip et omettait de dire à ses coéquipiers ce qu’elle comprenait de l’affichage en face d’elle.

« Quel rébus ? »

Pas sûr que la miss ait capté l’émission sonore de Laurent mais cette fois en écoutant et en triant les paroles qui mettait de la vie dans cet endroit abandonné, il comprit qu’il s’agissait d’un test et qu’il était posé une question au sujet du sable à laquelle il n’aurait sans doute pas su répondre. Impossible de dire si la lumière verte était un bon signe ou pas jusqu’à ce que l’autel réagisse à la réponse donnée par la scientifique. Après un pas en arrière par reflexe pour s’en éloigner un peu, comme si cela aurait pu être salvateur en cas de danger, on pouvait toujours rêver, l’autel cessa sa métamorphose qui consistait en l’élévation du socle portant la bague. Cela aurait pu s’arrêter la mais non, l’hologramme disparu et le socle qui représentait des sortes de fleurs enroulées entre elles prirent vie alors que plus rien ne retenait la bague et pourtant elle ne tombait pas !

« C’est bon ou mauvais signe ça ? »

Comment les deux autres pouvaient-ils le savoir ? C’était plus une question en l’air qui était sortie toute seule, même pas le temps de pouvoir aller chercher un zat que le spectacle était terminé ou presque puisqu’une fleur s’immobilisa devant le visage du Para et il s’aperçu du coin de l’œil qu’il en était de même pour ses coéquipiers. Le stress monta d’un cran quand les engins des scientifiques se mire à biper à tout va :

« Bon, c’est quoi cette fois-ci ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 15 Juil - 4:51

Première mission pour Éric.
L'homme était particulièrement excité à l'idée d'explorer une nouvelle planète, aussi inhospitalière puisse-t-elle être. L'aversion de ses collègues pour sa condition de bleu n'avait pas réellement entamé sa volonté même s'il aurait aimé davantage de respect. Même au SGC, il y avait des bruits de couloir. On disait de la scientifique qu'elle rivalisait aisément avec Einstein sur tout ce qui touchait à la Porte des Étoiles et les technologies extraterrestre. Quand à ce militaire, Laurent Campbell, un excellent combattant qui avait connu de belles aventures malgré certains déboires tenus sous silence. Quel extase, donc, avait ressenti Jenner quand on lui avait appris qu'il était muté dans leur équipe. Même s'il le regrettait à présent, l'homme s'était fait d'eux une certaine image d'importance. La scientifique grande sang, et le militaire sur de lui et protecteur.
Il avait bien vite déchanter devant leur comportement. Tu es nouveau donc tu la ferme et tu observe. Mais quel réaction puérile...

Chassant ces pensées sombres, l'épidémiologiste avait suivi le mouvement dans le plus grand silence. La chaleur fût difficilement supportable et le danger qui rodait l'empêchait de réellement apprécier la découverte de cette nouvelle terre. Au final, lorsqu'il entra dans la caverne avec ses collègues, il nageait dans la sueur et rageait de ne pouvoir s'éponger le crâne. L'effet de ces gouttelettes sur les yeux étaient bien connu : un léger concentré lacrymogène.
Toutefois, la composition du sable mouvant le sidéra. A coté, l'autel était loin de remporter le beau rôle. Cette chose d'apparence si faible et en mouvement se transcendait en une structure bien plus solide qu'on aurait pu le penser.


- Étonnant ! Avait lâché Jenner en approchant sa main du composant.

Mais se rappelant les conseils de la scientifique, l'homme se ravisa et se contenta d'observation préliminaire.


- Si vous ne détectez aucune menace venant de ce sable, j'aimerais vraiment en prélever un échantillon. Hélas, si c'est « vivant », comme vous le dites, ne risque-t-elle pas de se défendre ?

La prudence était de mise.
Quittant son attraction du moment, Jenner s'approcha davantage de la scientifique et la regarda manipuler l'hologramme. Son long monologue, bien que soporifique, l'amusa quelque peu. La dame avait l'air de s'égarer très facilement et, bien qu'il ne le voulait pas, il lança une œillade complice en direction de Laurent. Lorsque l'autel eût une réaction, l'homme sentit son regard étinceler devant le miracle scientifique de cet anneau en suspension. Quand on voyait tout le matériel qu'il aurait fallu sur Terre pour faire tenir, de cette façon bien précise, un anneau au-dessus d'une pierre...
Seulement, le coté un peu paranoïaque reprit le dessus. Alors qu'il demeurait hésitant, sa réflexion faisait un certain chemin, il s'adressa directement à la scientifique en prenant conscience qu'il risquait une belle répartie.


- Ne trouvez-vous pas ça trop facile ? Loin de moi l'idée de dénigrer votre savoir mais un scientifique Goa'uld aurait très bien pu trouver la même composition. Si c'est un test, il me semble bien peu complexe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Lun 16 Juil - 19:32

Avec une exclamation de satisfaction toute juvénile, la petite physicienne avait vu son hypothèse se vérifier. Les Eurlings cherchaient à établir le niveau de connaissance des candidats et elle avait passé avec brio la première épreuve. Et il y en aurait d'autres à n'en pas douter. Il y eut alors un changement de configuration dans l'Autel qui laissa Mathilde sans voix, mais qui ne perdit pas pour autant le réflexe de filmer avec son caméscope numérique. Des fleurs venaient de pousser et elles se dressaient maintenant au niveau des nouveaux venus. A la façon dont tout cela se passa, la scientifique comprit de façon instinctive de quoi il retournait et put répondre à l'interrogation de son coéquipier et calmer ses craintes.

"Il s'agit sans doute d'un module de scanographie. L'ordinateur cherche à savoir ce que nous sommes, rien de plus, donc on reste calme. Nous faisons la même chose après tout ce n'est qu'un juste retour des choses."

L'hologramme avait changé, et ce n'était pas le seul changement détectable. Ses capteurs signalaient une modification de leur environnement pour s'adapter parfaitement à leurs besoins. Le contrôle environnemental de l'Autel était digne de son exotique beauté ça c'était certain!
Brenner voulait récupérer un échantillon de sable, mais pour Mathilde, ce sable n'avait rien de particulier, le champ autocontrôlé et adaptatif était la seule chose notable, la matière sélectionnée était celle qui était à disposition.


"Si vous voulez récupérer du sable, vous pouvez très bien récupérer celui qui est au sol, la matière en elle même n'aura pas d'importance, c'est le champ énergétique qui compte. Si les parois sont faites de sable c'est parce qu'il s'agit de la matière première la plus accessible outre sa malléabilité qui la rend très pratique pour une structure à architecture évolutive. Mais si vous voulez prendre des grains du champ essayez simplement d'attraper des grains avec les doigts, si le champ les retient efficacement, vous ne pourrez pas faire de prélèvement sans que cela soit mal interprété par l'ordinateur. Et pour répondre à votre seconde question, non tout cela n'est pas trop facile. Le premier test est simplement existant pour déterminer notre niveau de connaissance. Ils veulent savoir à quel stade d'avancement technologique et scientifique nous en sommes. Sans doute sont ils comme les asgards prudents quand au savoir qu'ils pourraient transmettre à des races qui ne sont pas suffisamment avancées. Accorder une technologie trop avancée à une population à des populations qui ne sont pas encore prêtes sur plusieurs plans à les intégrer ne peut amener qu'à des catastrophes. Regardez le résultat en Afrique avec la colonisation. Les pays occidentaux ont ruiné les chances d'une évolution normale de milliards d'individus en les confrontant à des technologies qu'ils n'étaient pas près à simplement concevoir! Et maintenant, nous enchaînons, misère, guerres, épidémies... Même partant d'un bon sentiment, ce n'est pas une bonne chose et les Eurlings en ont conscience... ou avaient.
Quand à ce qui concerne le scientifique goa'uld qui aurait envie de s'accaparer le savoir contenu dans la base de donnée, je pense qu'il aurait eu du mal à franchir le second test que nous venons de passer à l'instant. Si les Eurlings savent à quoi s'en tenir avec les goa'ulds, ils auront sans aucun doute prévu une ou plusieurs sécurités pour déjouer leurs tentatives de main basse sur ce savoir. Je ne voudrais pas être à la place d'un serpent au moment du scan ou juste après.
Et maintenant, la troisième épreuve..."


La baronne se désintéressa instantanément d'Eric pour se pencher sur les images affichées par l'écran holographique. Elle avait enlevé son casque pour pouvoir respirer plus librement et économiser l'air de ses bonbonnes. Elle avec tout ça, elle avait oublié de préciser qu'ils pouvaient retirer leur combinaison. Enfin, en partie car ils n'avaient pas le personnel nécessaire pour la réajuster quand ils devraient repartir.
L'hologramme représentait un individu pointant le temple dans lequel ils se trouvaient et suite à cela l'image s'était éloignée jusqu'à montrer l'espace et plus particulièrement leur galaxie. L'individu manipulait alors l'hologramme pour sélectionner une planète particulière et suite à ça l'image revenait à son point de départ, à un "petit" détail près, l'homme était remplacé par une reproduction fidèle de la scientifique de poche de SG6 puis de nouveau on en revenait à une vue spatiale de Voie Lactée.


"Excellente question Campbell! Merci de l'avoir de posée!"

On pouvait sentir une pointe de sarcasme dans la voix de la scientifique qui à voir son visage se creusait les méninges bien plus que cela aurait dû. Mais au moins si elle faisait ce genre de petite pique c'était sans doute que son humeur s'était améliorée et nul doute que le défi posé par l'Autel en était la raison.

"L'hologramme est simple à interpréter, l'ordinateur me demande de retrouver une planète dans la Voie Lactée. Pas vraiment sorcier comme défi, nous connaissons la position du système Solaire et donc de la Terre, quand à la position de cette planète, nous la connaissons grâce à la Porte des Etoiles. Cela fait partie des informations qui sont sur la page que vous ne lisez pas en général. Mon dilemme consiste simplement dans le fait de savoir s'ils veulent savoir d'où nous venons, la Terre donc, ou s'ils veulent savoir si nous sommes savons où se trouve la planète du temple et donc si nous sommes suffisamment avancés pour être spatio-prérégrins ou simplement capable d'étudier les informations données par la Porte des Etoiles. Cela dit je pencherai plus pour la contrée d'origine. Après tout, on aime bien savoir d'où viennent les gens qui viennent en apprendre plus sur nous. Nous voyons ça tous les jours dans les aéroports."

Comme si la question était finalement réglée, Mathilde fourra le caméscope dans les mains de Laurent, lui faisant bien comprendre d'un simple regard qu'il fallait qu'il devienne son cameraman et retourna à l'hologramme en lâchant un petit

"A nous deux!"

Se frottant les mains en guise de préparation avant de commencer la manipulation de la spirale géante et nébuleuse, la tournant dans tous les sens afin de s'habituer à l'interface et localisa le bras d'Orion qui abritait leur cher petit système solaire de par sa forme unique et après se plongea dans ses profondeurs. Là les mathématiques et l'astrophysique prenaient le premier rang de quoi donner des envie de suicide à ceux qui auraient eu la folie de vouloir la suivre dans ses équations.
Trouvant enfin leur système qu'elle permit aux autres de contempler un moment avant de pointer la troisième planète autour de laquelle orbitait un satellite massif et solitaire, Mathilde attendit de voir ce qui se passait. elle était sûre de ses calculs et priait secrètement pour ne pas s'être trompée.


Dernière édition par Mathilde de l'Argentière le Sam 1 Déc - 14:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 17 Juil - 17:24

Mathilde ne comprit pas que Laurent posa la question au sujet du bouquant des ordinateurs et des instruments de mesures, non pas sur ce qu’elle voyait à présent affiché devant elle, en fait le Para aussi avait le droit à un affichage qui semblait lui être destiné puisque différent de celui que la scientifique décrivait de tant de mots.

Voyant qu’elle avait déjà répondu à sa question du fait qu’elle avait oté le masque de sa combinaison et qu’elle se portait bien, Laurent fit de même alors que cela pouvait être risqué si l’ouverture vers l’extérieur réapparaissait car il faudrait très vite le remettre. La tornade asiatique lui avait laissé entre les mains un caméscope pour qu’il la filme, soit, l’hologramme attendrait, après tout la patience était aussi une vertu dont les Eurlings devaient être adeptes en tant que race soit disant supérieure.

« Quand je joue, j’aime bien connaitre les règles afin de savoir à quoi m’attendre en cas d’échec même si je ne pars pas avec l’idée de perdre ! Comment savoir si on ne risque pas de devoir revenir en deuxième semaine dans cette fournaise pour rester champion à leur quizz ?!»

Alors qu’il continuait de filmer en champs large pour ne pas que Mathilde soit hors cadre et qu’on ne voit d’elle que la chevelure, le militaire songeait à ce qui lui avait été présenté avant de dire à haute voix des choses étranges :

« Selon-vous, comment les Eurlings aimaient-ils leur viande ? Saignante ? Ou étaient-ils végétariens !? Mouais ne cherchez pas, j’ai déjà une idée de quoi répondre en espérant que la logique et moi soyons toujours amis… Et deux morts, deux ! »

Autant de l’Argentière s’étalait de trop, Laurent lui faisait plus dans le mystère, peut être pour calmer l’excitation dont elle faisait preuve et qu’elle redescende sur terre ou plutôt sur sable. De toute façon son choix était fait et le Para venait de libérer une main pour la passer sur l’une des trois possibilités, la troisième, celle où dans un combat de ce qui se rapprochaient de gladiateurs au milieu d’une arène bondée, seule scène où la mort n’était pas une échéance car le vainqueur ne tuait pas son adversaire et l’aidait même à se relever pour que les deux finissent par faire une accolade respectueuse. Pour le militaire, cela conduirait les deux combattants à une mort certaine, l’organisateur et le public de ce genre d’affrontements ayant une besoin sordide de voir couler l’hémoglobine alors les deux seraient mortellement punis, l’un pour ne pas avoir procédé à la mise à mort et l’autre pour sa défaite. Evidemment, ce n’était qu’une fin tragique imaginée par Laurent alors qu’à la base cet hologramme devait représenter le courage d’aller contre l’ordre établi pour préserver la vie, mais à quel prix, celui de mourir en ayant défendu ses convictions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 22 Juil - 18:32

Éric fût complètement surpris par la réaction de l'autel. Il s'y intéressa longuement puis, suivant Mathilde du regard, décida de l'imiter sur son propre test.

- On dirait un brin d'ADN mit dans le désordre. Il y a de quoi reconstituer une identité humaine avec ça.

Jenner passa ses doigts et remarqua que l'écran répondait à ses gestes. Il était tactile, et pourtant, l'homme ne sentait aucune texture sous ses doigts.

- C'est fascinant.

Sans en dire davantage, Jenner se plongea dans son travail en se fermant à tout ce qui l'entourait. Il en alla jusqu'à ignorer les paroles de son collègue militaire et s'attela à reformer l'ADN. Il y avait tant de matériel qu'il pouvait faire tout ce qu'il voulait. D'ailleurs, le scientifique alla jusqu'à reproduire avec exactitude son ADN. Il espérait beaucoup de cette mission. L'autel était si avancé que le reste le faisait pratiquement saliver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 28

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 22 Juil - 18:48

Mathilde avait vu juste. En retrouvant sa propre planète sur cette carte galactique et en la sélectionnant, la plante animée se retira lentement. Tel un serpent, en ondulant, elle fît volte-face et émit un éclair vert. C'était du courant continu, de la même couleur, qui frappait l'anneau sans discontinuer. Mais il y avait tout de même quelque chose de différent. Cet éclair n'avait aucune ressemblance avec ceux que l'on trouvait sur terre, cette zébrure soudaine déchirant la voûte céleste avant de s'éteindre. Dans le cas présent, la lueur fusait avec une allure harmonieuse, comme si on y avait retiré tout effet violent au profit de la beauté.
Comme l'avait suggéré Laurent en s'occupant de son énigme, les valeurs des Eurlings primaient. Dans ce cas, on pouvait facilement imaginer que cet autel était l'expression, si ce n'est la définition, de toute l'espèce. Pendant ce temps, les relevés de Mathilde ne cessaient de croître. Une forme d'énergie inconnue mais très puissante jaillissait de la pierre sertie. Le jade que la scientifique avait trouvé si beau, lorsqu'elle s'en était rendue propriétaire, renfermait une source monstrueuse. La puissance déployée par les bombes nucléaires, qui faisaient souvent office de mesure comparative, faisaient pâle figure face à la gemme. Et lorsque le militaire répondit à son test, apparemment avec brio, les valeurs doublèrent au moment même où la seconde plante imita la première. Un deuxième éclair harmonieux et magnifique éclata contre le jade qui se mit à briller par intermittence. Ce qui faisait la lumière dans ce dôme de sable commença à décroître, les plongeant dans une obscurité que seules les signes dansant, toujours de même couleur, parvenaient à chasser.

Tout se passa ensuite très vite. Mathilde ayant repéré quelque chose de louche, une distorsion qu'elle ne parvenait pas encore à identifier, sa concentration fût immédiatement absorbée par l'étude des relevés. Il se passait quelque chose mais était-ce réellement de bonne augure ? Et si les réponses données étaient inexactes ?
Jenner était encore en train d'assembler le dernier brin d'ADN confirmant l'identité du genre humain lorsque Mathilde eût sa réponse. Et les données qu'affichaient son appareil défigurèrent son visage alors que sa voix s'étranglait dans sa gorge. La troisième plante alien se retira pour un éclair vert, accompagné par le hurlement de la scientifique devenue impuissante par le manque de temps. Cette source incroyable d’énergie provoquait une très légère distorsion du temps. Et notre chère Mathilde en connaissait deux origines. La première, la moins probable, était la vitesse de la lumière. Quant à la seconde, il s'agissait d'un trou noir. Celui-ci se matérialisa depuis la pierre de jade sous son regard terrifié, comme s'il avait toujours été enfermé là, puis se déploya rapidement. Un courant très violent se propagea, l'atmosphère aspirée émettant un horrible sifflement, puis ce déplacement faillit les emporter. C'était une véritable tempête et il n'y avait que l'autel qui demeurait insensible.
Avant que quiconque ne puisse réagir ni même comprendre réellement ce qu'il se passait, la force devenue trop grande les attira. Laurent remarqua la Mule passer au-dessus de sa tête et se tordre affreusement. Mathilde aperçut son pied à l'autre bout de la pièce, sa jambe ayant prit un mètre. Puis les équipiers furent absorbés dans la couronne. Leurs hurlement se mélangèrent tandis qu'ils constataient leurs corps s'étendre et rétrécir à mesure des cercles...pour finir dans l’œil...la destruction totale.

Pourtant, la mort s'était désintéressée d'eux. Mathilde fût la première à reprendre conscience. Elle était en pleine forme, n'avait aucun os de brisé, pas la moindre trace de supplice. Sa jambe ne faisait plus un mètre et sa taille demeurait inchangée. Un regard circulaire lui indiqua qu'elle n'était plus du tout au même endroit, loin de là. Bienvenue dans la définition du bizarre.
L'autel trônait au milieu d'une petite place de roche mais il était éteint. Les fleurs aliens rétractées, la bague continuait de flotter mais sa pierre était devenue terne et sans vie. On aurait dit que le bijou était à usage unique et, vu les mesures de l'appareil, plus rien n'émanait d'elle.
La place en pierre, à peine suffisante pour accueillir l'équipe et la Mule, était suspendue au-dessus d'un vide sans fond. On ne distinguait que de la brume à travers des couleurs violettes. Quand à la terre, il n'y en avait pas. La contrée se constituait de rochers volants de différentes tailles dont certains s'entrechoquaient avec une rare violence. Il y en avait au-dessus de leurs têtes et en-dessous. Mais de toute évidence, le plancher des vaches n'existait pas. D'ailleurs, les appareils de Mathilde devinrent complètement dingue. Plus aucune loi physique ne semblait avoir cours. La jeune femme en était au point de se demander comme ils pouvaient tenir en place alors qu'apparemment il n'y avait aucune gravité.
Les radiations crevaient le plafond tout en étant absolument nuls. Il y avait de l'oxygène sans détection possible. Bref, un véritable chaos.
La place de pierre ne tenait qu'à l'aide d'un couloir de roche à peine suffisant pour le passage du Mule. Il était relié à une imposante île où un château immense semblait sombrer comme l'aurait fait le Titanic ou un pétrolier. Affreusement bancal, il s'enfonçait d'un coté et laissait ses fondations visibles de l'autre. Des tours entières s'étaient même désolidarisées pour flotter à coté, maintenue en place par une force invisible. Cette installation semblait être la seule manifestation d'une intervention intelligente. Partout ailleurs, il ne régnait qu'un fouillis incompréhensible. Qu'allait donc faire l'équipe maintenant qu'elle se trouvait perdue au milieu de nulle part ? Avait-elle mal répondu aux questions ? Et cet endroit ? Était-ce une prison ? Ou pire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 31 Juil - 18:42

Pendant que Mathilde fouillait le bras d'Orion pour y trouver le système solaire et la Terre, Laurent s'était adressé à elle. Elle n'avait pas bien saisi le sens de ses paroles, ni qu'il avait lui même tout comme Eric, sa propre épreuve à passer, mais elle lui répondit d'un ton absorbé mais néanmoins piquant - juste ce qu'il fallait, du moins le pensait elle - ce qu'elle pensait de sa petite tirade.

"Mon cher Campbell, si vous aimez tant la sécurité et le confort des certitudes vous devriez vous lancer dans l'élevage d'ours en peluche ou de chatons, les femmes adorent généralement les chatons et ils ne vous menaceront jamais d'une lance serpent, au pire ils vous mordront les orteils sous la couette pour avoir leurs croquettes ou simplement de l'attention. Je vous vois bien en élev... Ah! Je te tiens petite planète bleue!"

Cliquant sur la planète pour la faire ressortir, il y eu un changement. La plante capteur recula et se tourna vers l'autel, y déversant un éclair vert continu sur sa bague. Les capteurs se mirent à chanter la Macarena et la scientifique manquer de défaillir en lisant les relevés, relevés qui changèrent encore quand Laurent valida sa réponse. Finie la Macarena on était dans du Barry White, tous les indicateurs avaient explosé le plafond.

"Arrêtez! Il ne faut plus tou..."

Trop tard... Quand elle avait vu les valeurs affichées par l'écran de son laptop, la jeune femme avait compris qu'il se passait quelque chose de très étrange ici et surtout qu'un phénomène d'une puissance sidérale au sens le plus absolu du terme se préparait. La puissance dépassait tout ce qu'elle avait pu jamais voir auparavant la Porte des Etoiles faisait vraiment pâle figure en matière de puissance générée, et même tout l'arsenal nucléaire terrien donnerait l'impression qu'on allumait une bougie en comparaison. Il fallait taper dans les étoiles, et les plus puissantes pour avoir une valeur pas trop ridicule en regard de ce dont elle était témoin. Fascinée par ce déploiement d'énergie si parfaitement dirigée et contenue, la plus infime déperdition d'énergie étant alors capable de les balayer eux et sans doute la planète entière, Mathilde n'en était pas moins terrifiée par ce qui pouvait arriver car sa curiosité bien que trop développée comme chez tout scientifique avait des limites que venait de franchir allègrement cet autel en faisant tomber en rideau tous les capteurs de matériel après un affichage qui l'avait fait blêmir, ils avaient passé le cap de ce que pouvait lire un appareil spécialement calibré pour justement mesuré ce qu'on ne pouvait généralement pas lire avec un engin aussi petit et voir une série de 999999999 suivi de ERROR c'était tout sauf rassurant quand elle savait que cet appareil fonctionnait parfaitement vu qu'elle l'avait assemblé et vérifié plusieurs fois elle même.
Quelque chose avait du foirer dans leurs manipulations. Elle aurait dû surveiller les deux autres zigotos et maintenant ils allaient mourir et là pas question de revenir, la puissance qu'elle avait vu était suffisante pour créer une petite novae dans ce secteur galactique. Pas de doute, les Eurlings n'aimaient pas qu'on touche à leurs jouets! Toutes ces idées filaient à une vitesse relativiste dans sa tête alors qu'elle cherchait une solution et qu'elle remarqua en voulant s'adresser à Laurent que le son de sa voix avait changé, elle devenait plus grave à chaque demie seconde passé et là, elle comprit. Il se générait un champ à haute énergie qui pesait littéralement sur l'espace-temps et ça c'étaient les prémices de l'évènement le plus redoutable tout l'univers.

Elle cria quelque chose à ses coéquipiers, mais à ce moment là déjà, le son ne leur parvenait plus que comme une sorte de vibration dans les basses fréquences et fut couvert par un craquement sonore si puissant que ses tympans en claquèrent, le tout suivi d'un flash lumineux aveuglant et visible au dessus de l'autel, à la place de la bague un petit, très petit point d'obscurité totale pas plus gros qu'une tête d'épingle et suffisant pour annihiler toute chose dans ce système solaire en quelques mois... et eux dans les prochaines secondes. Radical comme moyen de défense. Même si elle savait qu'il était inutile de se débattre, d'essayer d'échapper à son sort vu la puissance absolument colossale de l'évènement cosmique qui venait de s'ouvrir si près d'eux, elle tenta malgré tout. Elle n'abandonnait pas, même quand c'était futile. Les larmes qui coulaient au ralenti étaient des larmes de rage et de frustration. Il n'y avait plus rien à faire les lois de la physique ne s'appliquaient plus ici et d'ici un temps qu'elle ne pourrait jamais estimer précisément que "trop long" elle fut aspirée comme tout ce qui était dans le temple dans le disque d'accrétion du trou noir, son corps subissant les contraintes de gravité et de vitesse sans qu'elle puisse le ressentir car ils étaient en dehors de tout ce que la physique classique pouvait rêver concevoir. L'expérience fut terrible à plus d'un titre et c'est avec soulagement que la trop curieuse Mathilde accueillit le néant.


Et se réveilla en sursaut "quelque temps" plus tard. Toujours vêtue de sa combinaison, ses joues encore mouillées, chose qu'elle rectifia immédiatement, même morte il fallait avoir une certaine dignité nom de nom!... Enfin morte, apparemment pas. Ou alors ce n'était pas le paradis, ni même le purgatoire car partager son après vie avec les deux zouaves qui l'avaient sans doute envoyée ici... D'ailleurs qu'était ce donc ici? Bouche bée, Mathilde contemplait l'environnement pour le moins surnaturel qui les entourait, par réflexe elle jeta un oeil à sa capteur, mais ce dernier était sans doute toujours plongé en pleine crise d'hystérie car les affichages étaient simplement incohérents. Finalement elle se dirigea vers Laurent et lui donna un petit coup de pied dans les fesses.

"Réveillez vous Campbell, ce n'est pas le moment de faire la sieste! Nous avons une mission à accomplir et je compte bien rentrer à la base une fois qu'elle sera fini!"

Malgré tout, l'implacable et redoutable Baronne de l'Argentière était torturée par cette impression de déjà-vu, ce sentiment de poids sur la poitrine dont elle ne connaissait ni l'origine, ni la raison. Comment diable pourrait elle être déjà venue ici?! Il manquait une pièce au puzzle, juste une, elle le savait, elle en jurerait, mais c'était hors d'atteinte comme ces fichus mots qu'on a sur le bout de la langue. C'était terrifiant et frustrant à la fois car cela impliquait tellement de choses que cela lui donnait le tournis alors que justement, la petite aristocrate était du genre volonté en trinium renforcé.
Elle avait ramassé la bague et repassée à son doigt quand bien même sa pierre s'était ternie à tout jamais. C'était sa bague et même si la pierre était morte à présent, elle l'aimait toujours autant.


"Laurent..."

Sa voix s'était enrouée juste comme si elle était émue ou en tout cas bouleversée, cette trahison de son corps la plongea dans une salvatrice colère dont le pauvre militaire en fit les frais. On faisait avec les moyens du bord pour tenir en un seul morceau le temps de reprendre pied. Jenner aussi en fut quitte pour une salve de gentillesse. Il n'était pas encore arrivé le jour où l'on verrait la Baronne Mathilde de l'Argentière craquer en mission et/ou devant témoins! Et si elle devait maltraiter ses coéquipiers pour empêcher que cela n'arrive, ainsi soit il.

"Campbell, avant que vous ne me posiez la question car c'est votre spécialité, non je ne sais pas où nous sommes, non je ne sais pas si c'est le fonctionnement normal de ce genre de dispositif et oui je sais comment nous sommes venus jusqu'ici. Maintenant si nous pouvions nous concentrer sur l'essentiel et aller nous réfugier dans cette espèce de château avant de nous ramasser une de ces pierres flottantes sur le coin de la figure ou pire avant que vous ne fassiez de l'humour, ce serait bien. Et vous aussi Jenner rendez vous utile, bougez votre gras double plutôt que de bâiller aux corneilles avec la bouche ouverte! Vous n'avez jamais vu de caillou flotter? Pourquoi faut il toujours que je sois entourée d'amateurs?!"

Tout en pestant sur tout mais surtout ses "incapables de coéquipiers" en mode râleuse qui marmonne dans son coin, la nippone ramassa ses affaires qu'elle posa dans la MULE avant de prendre la direction de l'étroit passage, seule porte de sortie possible, se dirigeant vers l'étrange château, seul signe de civilisation de cet endroit psychédélique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mer 1 Aoû - 13:05

Le caractère acidulé de Mathilde amusait un Laurent qui aimait si frotter pour s’y piquer, ce dernier redevenait un peu plus lui-même, ce qu’il vivait actuellement lui faisait oublier par moment sa souffrance intérieure.

A présent les dés étaient jetés, de toute façon le Para n’avait pas vu l’option pour passer son tour ou quitter le petit jeu qui ne devait pas en être un d’où la réponse donnée qui lui paraissait la plus logique sur les faits exposés. Une fois de plus les instruments des scientifiques sonnaient mais à quoi bon en tenir compte puisqu’ils n’apportaient pas de solutions, juste des indications qui freinaient les opérations, il fallait accéder au secret enfermé en ce lieu et c’est bien ce que Laurent tentait de faire.

Un léger recul de la tête pour accueillir l’éclair qui faisait suite à la réponse donnée, en tout cas pas un mauvais signe à première vue sans quoi on pouvait imaginer que le processus se serait arrêté ou bien que c’était le militaire qui se serait faire griller sur place par cette énergie aussi belle que puissante. A son tour Jenner en termina avec sa question, il semblait assez sur de lui ce qui n’empêchait pas Mathilde de faire une sacrée tronche des mauvais jours, pour peu qu’il y en ait des bons avec elle ! Ce devait être sa frustration de ne pas comprendre la situation en s’appuyant sur les relevés de ses engins mais qu’est-ce que des appareils humains pouvaient comprendre de cette technologie qui renvoyait la leur à la préhistoire ? Rien que la paroi extérieure en était la preuve alors pourquoi continuer de vouloir se rassurer avec des objets obsolètes.

« Mathilde, profitez du spectacle au lieu de perdre votre temps sur vos instruments qui ne peuvent rien pour vous expliquer quelque chose qui les dépasse, si on ne voulait pas de nous on le saurait déjà depuis un bout de temps et certainement pas en nous tuant, je suis persuadé que les Eurlings avaient le respect de la vie et puis de toute façon il n’y a rien à faire, on est venu pour ça ! »

Etait-ce de la folie de penser comme ça et sont état mental du moment y était pour quelque chose ou alors c’était juste une analyse logique de la situation ne reposant pas sur les habitudes, quand on avait rencontré des Goa’ulds et des Asgards, on devait apprendre à voir d’autres choses toutes aussi étranges. Il devait y avoir un mélange des deux dans le cas du Para qui observait le phénomène en restant droit debout comme ci cela allait s’arrêter bien tranquillement en leur donnant ce qu’ils étaient venus chercher.

Une zone sombre naissait du centre de la pierre de jade et s’agrandi très rapidement, ne laissant à Laurent l’option de se mettre à plat ventre pour ne pas être emporté pas l’aspiration et en voyant la mule passer dans les airs là où il se tenait debout quelques secondes avant, il se disait qu’il avait eu chaud sans songer un instant que si l’engin de ce poids paraissait aussi léger, il aurait été aspiré bien avant. Tentant d’encrer le bout des chaussures et des gants de sa combinaison dans le sol, Laurent commençait à glisser et à se rapprocher de l’aspirateur géant avant de décoller et de pousser un cri pour se donner du courage comme si c’était lui qui avait décidé d’aller à l’assaut.

Au milieu de la nuit, quelque chose ayant heurté son postérieur vint le faire se mettre sur le côté en se blottissant contre lui-même pour adopter la position du fœtus, arborant un petit rictus sur son visage en preuve du bien être, un sommeil réparateur après de nombreuses mauvaises nuits. Les mots prononcés par la scientifique n’eurent que très peu d’effet puisqu’il ne s’échappa de la bouche du militaire qu’un faible :

« Mmmmm encore dix minutes maman ! »

Le deuxième appel fut plus court mais aussi plus efficace, on était décidé à ne pas le laisser se réveiller en paix alors il ouvrit un œil puis le second pour lutter contre la luminosité avant de subir le coup de grâce de Mathilde qui s’élança dans un nouveau monologue. La regardant et en ayant redressé la partie supérieur de son corps pour aussi mieux voir ce qui les entourait, il lui dit :

« Je ne sais pas si je dois me réjouir de vous entendre, d’un côté cela veut dire que nous sommes toujours en vie mais d’un autre côté cela veut dire que je n’ai pas finit d’avoir mal à la tête… Ah oui tient, des cailloux qui flottent ! »

Prenant le temps de se relever doucement de façon à tester ses membres et ainsi de juger s’il était opérationnel pour suivre la jolie petite route de briques jaunes qui devait mener a la demeure du magicien d’Oz… Légère extrapolation de la réalité qui ne l’empêcha pas de suivre Dorothée, juste le temps de demander au lion de prendre en charge la mule :

« Jenner, tu t’occupes de la mule s’il te plait ! »

Après cette consigne, il suivit Mathilde en se mettant à siffloter l’air du titre " Somewhere over the rainbow" lui qui se voyait comme l'homme de fer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Jeu 2 Aoû - 0:55

Jenner n'en revenait toujours pas. Tout aussi dévoré par la curiosité que l'inquiétude, il observait longuement ces rochers volants en se demandant comment une telle chose pouvait être possible à l'état naturel. Ce qui le surprenait beaucoup plus, en tout cas, était le fait de ne pas voir de partie terrestre. A part ces plaques et ces débris rocheux, il n'y avait rien d'autre que le vide. Le scientifique se posait de nombreuses questions et notait, dans un coin de son esprit, que ses collègues ne s'étaient même pas attardé sur l'étrangeté.
Chose certaine, la découverte n'était pas du goût de la physicienne. Éric, d'ailleurs, la chargea d'un regard lourd de reproches en l'entendant déblatérer sur son physique. Ce à quoi il répondit, d'une voix grave et ferme :


- Quel événement ordinaire que ces roches en suspension, vous avez raison. De même, j'espère intimement que mon excédent graisseux ne brisa pas ce fragile pont qui nous sépare de l'abri. Je regretterais de ne plus avoir l'intense plaisir de travailler avec vous.

Lui tournant le dos, l'homme préféra apporter un peu plus d'attention à Laurent. Il acquiesça puis s'approcha du mule. Étrangement, celui-ci était retombé sur ses roues, comme s'il n'avait pas souffert du voyage. La matière semblait avoir traité aussi doucement qu'eux-même en tant qu'être vivant. Avant de se lancer, l'homme préféra quitter sa tenue. Il l'enferma dans la partie qui avait contenu son sac à dos, maintenant sur ses épaules, et veilla à pouvoir refermer le clapet pour ne pas être gêné.

- Puisque l'atmosphère est viable, je pense qu'il est inutile de vous encombrer de ces dizaines de kilos.

Un peu plus tard, la commande manuelle en main, Jenner fît progresser la MULE sur le pont de pierre, veillant à ce que les chenilles ne dépassent pas dans le vide. Parfois, il interrompait la marche pour aligner l'appareil avec un peu plus de précision. Le passage était si étroit qu'on ne voyait pas grand-chose à part le vide. De quoi connaître le vertige même lorsqu'on n'en avait jamais souffert.
Jenner considéra le néant en serrant la mâchoire tout en se demandant à quoi mènerait un plongeon accidentel. Flotterait-il comme ce rocher ou ferait-il une chute sans fin ?
Dans le but de détourner son attention, Eric se lança dans un monologue. Il l'attribuait davantage à Laurent qui, s'il n'était pas plus agréable qu'avant, avait au moins la décence d'écarter temporairement l'animosité. Du moins, c'est ce qu'il pensait.


- Cet endroit me semble trop tordu pour un peuple avancé comme les Eurlings. Si nous nous sommes trompés sur nos épreuves, peut-être avons-nous été envoyé dans cet endroit comme s'il s'agissait d'une sorte de prison. Mais en ce qui concerne ce château, là, je sèche complètement.

D'ailleurs, en y songeant, le scientifique trouva son caméscope numérique et le mit en marche. Manipulant la télécommande d'une main, et vérifiant que la MULE ne déviait pas, il prit plusieurs plans du château et de l'environnement extérieur.

- Je suis certain que ces images intéresseront bon nombre d'archéologues. Je ne suis pas expert, mais l'architecture de ce château fort ressemble à ceux que l'on trouve sur Terre non ?

Lorsque Eric se trouva sur la plate forme, il se rassura à l'idée de ne plus avoir à aligner ses pas les uns devant les autres et quitta ses collègues pour s'approcher de la paroi. Juste au-dessus de sa tête flottait un morceau de la tour qui s'était détachée. Il y approcha la main, la posa sur le rocher, puis exerça une pression. Le morceau de pierre entama un mouvement de rotation qui ne s'arrêta que deux minutes après.

- On dirait de l'apesanteur...Comment se fait-il qu'on ne flotte pas dans ce cas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 28

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 12 Aoû - 15:55

L'entrée de cet étrange château n'était rien d'autre qu'un musée de la bizarrerie.
Le couloir qui souffrait d'une difformité voyait ses parois et ses murs porteurs s'incliner dangereusement, soumis à une forme de pression ou de force que nul ne pouvait vraiment comprendre. Car à l'évidence, n'importe quel esprit raisonné déduirait que le tout aurait dû s'écrouler depuis bien longtemps. Des piliers, que l'on aurait pensé d'origine solides et droits, s'étaient rejoint pour former des voûtes encastrées. D'énormes failles et fissures parcouraient le tout. Elles étaient bien différentes de ce que l'on aurait cru.
En s'approchant, la scientifique remarqua que l'intérieur de ces entailles étaient colmatées par du sable mouvant. Exactement la même composition visuelle que le dôme ayant protégé l'équipe précédemment. Ici et là, on avait sciemment déposé des cristaux sur des rebords et des recoins afin d'éclairer le couloir. C'était visiblement du bricolage par système D. Les gemmes irradiaient d'une faible lueur à peine suffisante pour apercevoir les obstacles. Car malheureusement, en progressant, l'équipe ne tarda pas à découvrir des pans de murs effondrés, si ce n'est des mouvements de sol ayant soulevé des colonnes de terre au-delà du dallages. La Mule ne pourrait pas aller plus loin.

SG-6 n'avait plus vraiment le choix. Les équipiers emportèrent leur équipement puis abandonnèrent l'engin derrière eux. Ils débouchèrent rapidement dans une plus grande salle dont une bonne portion était recouvert d'éboulis. Les rochers et les fragments de murs avaient été disposé pour former une barricade, c'était une intervention humaine. Là encore, il s'agissait de débrouille. Mais avec un peu de réflexion, cette installation sommaire ressemblait étrangement aux obstacles que l'on rencontrait dans les bunkers de la Grande Guerre, lorsque l'on se préparait à se battre à l'intérieur des couloirs. La défense s'étalait jusqu'au prochain corridor mais il n'était pas orienté dans leur direction. A vrai dire, c'était plutôt l'inverse, comme si les occupants avaient cherché à ralentir de quelconques assaillants venant précisément vers cette salle. Les pieux en bois hérissant le sommet du monticule de roches ne laissaient aucun doute là-dessus. Une ultime défense ?
Le problème, c'est qu'il n'y avait pas d'autre chemin. Il y avait bien un escalier s'élevant jusqu'à l'étage supérieur mais les difformités avaient fait fusionné les parois à son sommet. Concernant la grande salle elle-même, elle était dévastée depuis des années. Des détritus jonchaient le sol, surtout des morceaux de jarres brisées et de couverts rouillés, mais il n'y avait rien d'autre. Les tables, les chaises et tout le mobilier qui se trouvaient ici autrefois s'était volatilisé. On n'en retrouverait que quelques morceaux sur la barricade et sous une bâche, à croire qu'on avait brisé ce bois pour qu'il serve dans un feu pour un avenir proche.

Pourtant, un indice jurait sur l'ensemble. Ladite barricade ne semblait pas avoir souffert d'un assaut. Elle semblait entretenue, probablement en l'attente d'une confrontation qui ne venait pas. Laurent, en passant sur cette position défensive, y trouva les traces d'une installation stratégique. L'emplacement des roches, la façon dont elles avaient été positionnées, et les quelques lances et couteaux qu'il trouva dans un recoin, bien emballés, témoignait d'une intelligence militaire bien rodé. Installé de cette manière, un nombre réduit d'individus pourrait tenir tête efficacement aux assaillants. Il n'y avait pas meilleure méthode que celle qui s'étalait sous ses yeux.

Contraint d'avancer, sans quoi SG-6 ne trouverait aucune réponse, ils traversèrent le corridor avec vigilance. Ils découvrirent bien vite une deuxième barricade, du même type que la précédente, mais portant les stigmates d'un violent combat. Plusieurs pieux de défense s'étaient brisés net, une partie de l'éboulis dégagé à la hâte et d'ancienne marques de sang. Elles étaient énormes et innombrables, teintant le sol d'une couche noirâtre tellement vaste qu'on ne distinguait presque plus le sol. Quoi qu'il se soit passé, le plus important de la bataille eût lieu à cet endroit précis. Et si la toute première barricade n'était pas touchée, cela pouvait faire espérer que les défenseurs étaient encore en vie. Mais qui sait ? Seraient-ils accueillants en voyant débarquer SG-6 ? Et d'ailleurs, est-ce qu'il restait vraiment quelqu'un de bien vivant dans un endroit pareil ?
Les parois portait de nombreuses entailles, on y avait porté des coups de lames et de griffes. Le ménage avait été mal fait puisque l'on trouva bientôt un casque de fortune en cuir et quelques os. Là encore, il s'agissait d'un artisanat de débrouille avec des restes et du n'importe quoi.

Soudain, une violente détonation, comme un coup de feu, envoya les membres de l'équipe valser comme des poupées de chiffon. Un joli vol plané en hauteur qui fût, on ne sait comment, doucement amortit avec un mouvement de ressors. Les membres se trouvèrent couchés les uns sur les autres, s'écrasant de leurs poids alors qu'ils avaient été emprisonnés dans un piège à bascule venant de nulle part. C'était un filet de corde, très solide, qui les avait emporté jusqu'au plafond. Personne ne l'avait remarqué et pour cause, le sable qui le dissimulait parfaitement était en train de se reformer sous leur pieds. Ce piège datait de l'antiquité mais il mêlait, pour son fonctionnement, l'emploi d'une technologie de dissimulation qui n'avait rien d’arriéré. D'ailleurs, s'il y avait eu un affrontement, il aurait dû être enclenché à ce moment-là.
L'explication la plus probable indiquait que quelqu'un, ou quelque chose, avait réarmé ce dispositif. Le plus inquiétant dans cette histoire fût l'impuissance de SG-6 à se dégager tant le filet semblait robuste. Rien à voir avec ce qu'il y avait précédemment.




Citation :
Ceci est une action en deux temps. Vous avez le droit de poster autant de fois que vous le souhaitez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Jeu 16 Aoû - 12:40

Ne pas être un scientifique était un avantage dans un tel décor irrationnel pour le commun des mortels terriens, certes cela n’empêchait pas au militaire de se méfier quand des déformations semblaient trop importantes mais s’ils étaient là, ce n’était pas pour se prendre un pilier sur la tronche, sans quoi il enverrait une réclamation au patron de cette attraction aux effets dépaysant. Afin que les deux zigotos ne se tordent pas les méninges et comme il aurait été dangereux pour sa santé de mettre la Baronne dans le lot, c’est Jenner qui fut destinataire du message puisqu’il avait parlé peu de temps avant :

“Eric, ne cherchez pas une logique terrienne là où il n’y a rien de terrien, et puis qu’on ait pas subit le même sort que les rochers est une bonne chose il me semble”

Avancer en faisant abstraction de l’environnement était primordial sinon l’équipe serait encore au point de départ, impossible de savoir vraiment ce qui avait trotté dans la tête des Eurlings pour créer un endroit pareil, peut être déstabiliser leurs visiteurs devant l’anormal ou alors la machine était détraquée et le réparateur à la retraite depuis fort longtemps. D’ailleurs, la mule ne pouvait aller plus loin alors chacun allait devoir porter ce dont il pensait avoir besoin plus tard, le Para enleva la combinaison et s’équipa du zat, du couteau de combat, de la corde, de la paire de lunette de vision nocturne, de la lampe forte puissance, de sa gourde, d’une ration de combat, de l’Ifak et de deux pains de C4
Dès que tout le monde fut prêt, la progression continua jusqu’à une grande salle où un monticule de gravats et de pieux formait une protection mais contre qui ou quoi ? Impossible d’y répondre mais Laurent perdit sa bonne humeur du moment pour commencer à se demander l’utilité de la chose en déployant son zat au cas où il y aurait de la compagnie, rien ne prouvait que l’équipe soit seule dans ce lieu alors la prudence était de mise pour ce qui ressemblait de plus en plus à un nouveau test car il aurait été décevant que ce soit le lieu de vie jadis ou présent des Eurlings. Grimpant avec précaution pour monter en haut de l’édifice de fortune, le Para constata que ses constructeurs n’avaient rien laissés au hasard, même si les matériaux étaient basics, la conception était minutieuse, digne d’experts en guerre terrestre. Cela ne répondait toujours pas à ses questions, pourquoi et contre qui ? Pour cela il fallait continuer d’avancer dans un long corridor.

« Qu’en pensez-vous ? On n’a pas trop le choix, il n’y a que par là que l’on peut progresser »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Sam 1 Déc - 15:35

Le château semblait antédiluvien et sa configuration "non euclidienne" au premier abord. Jenner avait peut être raison en pensant qu'il n'était pas d'origine Eurling, mais bon, quand on regardait un palais goa'uld de l'extérieur on ne voyait rien d'autre qu'un gros bâtiment datant de l'Antiquité, ce n'était qu'en s’intéressant de plus près aux murs et aux diverses petites commodités technologiques que l'on s'apercevait que l'on était pas paumé dans le passé à Menphis ou Thèbes, mais dans le palais d'un parasite extraterrestre mégalomane et malfaisant dont la taille devait être à l'origine du complexe qui les touchait et les rendait aussi hargneux.

"L'apparence ne veut pas dire grand chose, surtout avec des technologies aussi exotiques que celles dont on nous a fait la démonstration. Il suffit de regarder autour de nous pour s'en persuader."

Au moins la scientifique avait parlé d'un ton égal et sans la moindre pointe de mesquinerie, sans doute trop occupée à essayer d'analyser rationnellement ce qu'elle était en train de voir.
La progression continua, mais il fallait abandonner la MULE, aussi ils s'équipèrent de ce qu'ils pouvaient récupérer et abandonnèrent le reste avec le drone. La jeune femme n'aimait pas abandonner ses prototypes, mais là, à moins de le porter sur le dos - chose impossible vu le poids de la bête - pas moyen de l'emmener. Le château était aussi immense qu'on pouvait s'y attendre, mais en plus en y pénétrant et déambulant dans ses couloirs, son architecture tourmentée par une physique lovecraftienne était plus qu'une impression, une réalité palpable et vraiment déplaisante, vous apprécieriez vous de vous balader dans un couloir avec l'impression qu'un mur va vous tomber sur le coin de la figure? Progressant à pas de loup pour ne pas se laisser avoir par une autre surprise Eurling, le trio tomba sur une palissade de pierre bien construire, pierres, pieux, impression de solidité, armes de réserve, tout pour permettre à des gens en large infériorité numérique d'annuler l'avantage du nombre en plus d'avoir un avantage tactique en termes de position défensive. Il y avait donc eu du grabuge ici ou il y en avait eu et fortuitement cet endroit y avait réchappé.


"Ca vous dit quelque chose le style de ces armes, Campbell? Cela pourrait nous donner des indices sur qui vivait là ou quoi."

Pas trop le temps de s'attarder et il valait mieux éviter de prendre une des armes afin de ne pas se faire remarquer en cas de présence des gens à l'origine de cette fortification. De toute façon il fallait chercher quelque chose de bien plus technologique, une station de travail permettant à Mathilde de chercher la fameuse BDD Eurling et un moyen de rentrer à la maison. Au lieu de cela, ils trouvèrent une nouvelle barricade, mais celle là avait passé un sale quart d'heure. Il y avait eu un violent affrontement et la construction avait souffert... Et pas que la construction si on se référait aux traces de sang séché parfois très étendues, synonymes de blessures graves sinon fatales. On pouvait également voir de l'équipement de fortune contrairement à ce qu'ils avaient pu voir emballé dans la réserve de la première installation.

"Il y a eu du grabuge ici et sans doute des morts. Vous noterez le matériel médiocre contrairement à l'autre endroit. Sans doute le matériel des agresseurs. Par contre les ménagères ont fait un travail qui laisse à désirer. Au moins cela nous donne des indications sur ce qui s'est passé et sur les pers..."

La phrase fut coupée par la déflagration et la physicienne comme ses deux collègues se retrouva catapultée dans les airs. Elle ne comprit ce qui leur arrivait qu'au bout de quelques secondes quand elle sentit le filet lui comprimer le visage. D'ailleurs en parlant de comprimer...

"Jenner, si vous n'enlevez pas vos mains de mes seins immédiatement je vous fais changer d'état civil!"

Nasse ou pas, elle n'appréciait pas qu'on égare accidentellement - ou pas - ses mains sur des parties de son corps qu'elle considérait comme intimes. En fait elle n'aimait pas le contact tout court, les hommes essayant toujours de sexualiser les choses ou se faisant des idées à la moindre accolade. En tout cas, nul doute que le genou droit de la nippone pourrait faire des dommages significatifs non seulement à l'amour propre du scientifique, mais à sa virilité car il n'y avait pas à douter qu'elle était aussi teigneuse physiquement que verbalement, et son regard menaçant aurait pu briller façon goa'uld que le nouveau de SG-6 n'aurait pas été surpris. Le problème était qu'on avait un sandwich soldat - physicienne - biologiste. Le pauvre Laurent se payant sur les épaules le poids de ses deux collègues. Certes avec ses quarante trois kilos la petite scientifiques n'était pas un vrai problème, et même Jenner s'il était bien en chair ne pesait pas deux tonnes - sauf pour Mathilde qu'on sentait respirer avec difficulté à se taper un gars faisant plus de deux fois son poids sur le corps - mais cumuler les deux en étant comprimé au fond de la nasse ne devait pas être une partie de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Sam 1 Déc - 17:10

Le lieu abandonné faisait de plus en plus pensé à une antichambre où une créature attendait son repas constitué de gens de la galaxie un peu trop curieux pour finir par se retrouver coincés ici. Ce qui avait du être un endroit sympathique à l’époque où ses habitants naturels existaient encore n’était que ruine et aussi champs de bataille mais contre qui ou quoi ?

Quand Mathilde lui avait posé la question sur les armes, il n’avait rien répondu verbalement mais avait fait un signe de la tête de façon négative, soit elles lui étaient inconnues, soit il ne voulait pas leur accorder de l’importance pour se concentrer sur la raison d’ériger des barricades. La progression continuait dans le calme, en essayant de ne pas se faire emporter par le tumulte mental des questions sans réponses et aussi les affirmations et constatations des scientifiques.

Sans comprendre ce qu’il se passait, un souffle violent accompagné d’un bruit trop faible pour que ce soit une explosion, fit quitter le sol à Laurent pour valser dans les airs avant d’être mystérieusement freiné au lieu de venir se fracasser contre un mur ou des débris au sol. Pourtant ce n’était pas mieux car la Para se retrouvait coincé entre le cordage d’un filet et sous le poids des corps de ses coéquipiers, impossible de tenter quoique ce soit d’autre que de pousser sur celui ou celle en contact directe et qui lui rendait compliqué la tâche de respirer, si au moins il avait pu attraper son couteau de combat pour se découper une issue. Tant que celui du dessus, Jenner en l’occurrence puisqu’il réalisait que c’était à Mathilde qu’il réalisait un massage dorsale avec ses avants bras, ne se décidait pas à attraper le cordage pour se surprendre après et ne plus peser de tout son poids sur les deux autres, ce petit jeu risquait de durer longtemps.

« Merde… Vous m’écrasez… Jenner, bougez-vous pour vous hissez en haut du filet… Ou au moins coupez un côté pour se dégager… Mais surtout prévenez de ce que vous allez faire que je m’accroche pour… Ne pas me retrouver encore en dessous si on doit tomber plus bas ! »

Légèrement agacé ? Non, plutôt sacrément surtout qu’à chaque mouvement trop brusque de ceux du dessus, c’est lui qui payait, déjà qu’il n’arrivait pas à faire une phrase entière sans devoir lutter pour respirer alors le lourdaud avait intérêt à bouger sa carcasse sinon… Bah sinon rien de physique puisque coincé mais il allait se faire motiver par de sympathiques noms d’oiseaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 2 Déc - 2:57

- Pardonnez-moi d’exister votre altesse ! Avait grogné Jenner en retirant brusquement ses mains de ces parties douces.

Cherchant à se redresser en une position plus confortable, il comprit rapidement que chacun de ces gestes faisaient souffrir le militaire en dessous. Le scientifique s’attela alors à se servir des cordes comme d’une échelle pour lui épargner la désagréable pression de son poids. D’ailleurs, il avait été suffisamment clair à ce sujet. Eric n’ignorait pas qu’un piège de ce genre pouvait tuer des occupants s’écrasant mutuellement par l’asphyxie. Malheureusement, en devenant un peu trop pressé de soulager ses collègues, son pied ripa et termina sa course contre le flanc de Mathilde.

- Navré ! S’empressa-t-il d’annoncer en se rattrapant au plus vite.

Une fois ses pieds dégagés de ses compagnons, il agrippa son couteau de combat et entreprit de découper le filet. Plus il forçait en un mouvement de va et vient, plus il lui semblait que cette corde résistait à son contact. A croire qu’on y avait ajouté des fibres ultrarésistantes.

- Je n’y parviens pas ! Cette corde est extrêmement résistante !

Jenner serra les dents et recommença. Trop occupé par sa tâche, il n’avait pas remarqué cette toute petite forme qui s’était approchée du piège. Ce n’est qu’en tournant la tête vers elle qu’il s’immobilisa, dévoré par la surprise.

- Regardez… Lança Jenner d’une voix étrangement neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/06/2012

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 2 Déc - 12:26

Arya déambulait dans les sous terrains comme chaque jour. D'ailleurs c'était pour elle la routine, ce monde était le sien et même si il devenait de plus en plus dangereux, ça ne changeait pas grand chose pour la petite fille au final, elle était consciente du danger, mais elle ne pouvait rester sage comme on lui demandait l'ennuie était bien trop présent. Mais quelque chose semblait avoir changé aujourd'hui elle le sentait et c'était d'un pas joyeux qu'elle avançait en sautillant dans les long couloirs sans fin lorsque soudain quelque chose attira son attention. Des bruits. Elle ne devrait pas s'approcher de ce remue ménage, des monstres auraient pu réussir à approcher, mais non ce langage lui était familier et quel ne fut pas la surprise de découvrir des gens lui ressemblant dans un des pièges qu'ils avaient posés pour se protéger. A vrai dire son attention se portait sur une femme, plutôt petite mais qui lui ressemblait elle aussi avait les yeux bridés et cette voix la détendait elle savait qui elle était et aussitôt un sourire s'afficha sur son petit visage infantile. Elle sautilla jusqu'à se trouver à quelques pas du piège, levant la tête amusée.

"Nigo !"

Elle leur adressa un petit signe de main avant de poser la main sur le petit bracelet qui entourait son bras, se qui eut pour effet d'ouvrir le piège et de provoquer la chute des agents SG. Rapidement la petite fille se précipita vers Mathilde et à peine fut elle relevée qu'elle lui enserra la taille.

"Lia na, mani oh."

Attrapant la main de Mathilde elle la traina prenant la direction de chez elle d'un pas décidé même si les agents n'auront aucun mal à la suivre, elle imposait la cadence. La petite était un moulin à parole mais se n'était pas compréhensible, visiblement une langue extraterrestre, mais elle restait sympathique difficile de ne pas craquer pour sa petite bouille et ses grands yeux noirs qui vous regardait avec admiration, en particulier Mathilde qui était le centre de son attention.

"Oh Arya, lia na, cafi?"

La petite les guidait avec soin évitant tous les pièges et faisant bien attention qu'aucun membre de l'équipe SG ne s'éloigne pour ne pas risquer d'en voir un se perdre, sinon elle ne serait pas contente que quelqu'un se balade ainsi dans les couloirs. Levant une nouvelle fois la tête vers Mathilde elle posa la tête contre elle murmurant doucement :

"Lia na."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 2 Déc - 16:28

Le poids de Jenner en moins c’était de l’air en plus, il n’y avait plus qu’à aider Mathilde à faire de même en faisant attention de ne pas lui toucher les fesses sinon lui aussi aurait le droit à une prise de tête dont les bruits feraient arriver le vilain dragon ! Enfin dragon ou autre chose, Laurent partait dans son kif personnel pour imaginer la raison de ces défenses et les ossements qui trainaient un peu partout.

Evidemment le petit nouveau de l’équipe n’arrivait pas à couper les cordelettes constituant la nasse, il fallait vraiment tout faire soit même ! Du coup, une fois la petit chose dégagée de lui, on aurait cru qu’allongée elle prenait plus de place que debout, le Para allait pouvoir atteindre son couteau quand un mot fut prononcé ayant pour réplique immédiate :

« Hey ho Mathilde, on ne commence pas à s’insulter ! »

Pour le militaire, cette petite voix était plus celle de Mathilde que celle d’Eric et il était clair qu’elle traitait quelqu’un de nigaud, dans sa position actuelle de tortue sur le dos, il n’avait pas vu la gamine qui était l’auteur de cette courtoisie. C’était en voyant la réaction des autres et en entendant leurs commentaires qu’il tourna la tête presqu’au point de risquer un torticolis.

Une petite fille dans un tel endroit, rien de très naturel qui fleurait bon le piège, genre le fameux dragon pouvait prendre cette apparence pour amadouer ses futures victimes, oui Laurent regardait peut être trop la télé mais cela restait possible. Soudain le filet libéra sa prise, Laurent eu juste le temps de s’accrocher d’un bras à un morceau de corde suffisamment pour se balancer sur le côté et ne pas atterrir là où ses coéquipiers allaient choir. Une galipette plus tard pour amortir le choc, il se releva et se rapprocha de la gamine en la détaillant des pieds à la tête, des fois qu’une écaille dépasse ou qu’un peu de fumée sorte de ses narines, bref il restait sur ses gardes quand aux attention de celle-ci. D’ailleurs elle se précipita sur la scientifique et le Para n’avait plus que son couteau pour attaquer si jamais son imaginaire devenait réalité, son zat s’étant fait la belle lorsque le piège s’était refermé sur le trio de terriens.

« Oh c’est trop mimi, elle voulait un câlin… Tu vois Eric ce qu’il faut être pour avoir le droit de toucher Madame »

Tout cela étant dit gentiment sur le ton de la plaisanterie, il suffisait de voir la tête de la demoiselle pour se rendre compte qu’elle adorait cette étreinte. Puis la fillette tira la main de Mathilde comme pour l’entrainer à la suivre après avoir prononcé des mots incompréhensibles, Laurent en était à se taper le pantalon pour lui faire retrouver une couleur plus naturelle que celle donnée de la poussière, tout en regardant aux alentours s’il voyait son zat. Une fois l’arme retrouvée et désactivée pour voir au moins si elle fonctionnait encore après sa chute sur le sol, il se positionna en dernière position de la file qui suivait le guide, histoire de fermer la marche et de pouvoir surveiller les trois loustics devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 11 Déc - 12:49

L’ouverture soudaine de la nasse déséquilibra Eric. Le vide l’absorba assez rapidement pour qu’on n’entende de lui qu’un cri de surprise et celui qui témoignait d’une réception plutôt douloureuse. D’ailleurs, son kit multi-spectre qui lui permettait de se questionner sans cesse sur les aberrations physiques de cet environnement rendit l’âme en émettant un bruit de verre brisé. Allongé sur le dos, il récupéra l’engin en affichant un air attristé. Sans lui, il allait devoir composer avec le matériel de détection de sa consœur et il ne fallait pas être très malin pour deviner qu’elle n’aurait pas le prêt généreux.
L’homme se redressa après avoir récupéré les quelques morceaux puis se reconcentra sur les environs lorsqu’il entendit la blague de Laurent. Lui avait eu le bon réflexe de rester accroché à la corde, le préservant probablement des tours de reins. L’apparition de cette fillette, néanmoins, le frappa particulièrement. Le scientifique se contenta de l’observer pendant un temps puis profita de sa proximité avec le militaire pour lui souffler :


- Comment une enfant de cet âge aurait pu survivre dans un endroit si hostile ? Suis-je le seul à trouver cela étrange ?

Mais de l’étrange, il y en avait partout, même sur les murs. La fillette semblait les mener pour leur faire éviter tout un tas de pièges qui, comme pour la nasse, semblaient être habilement dissimulés. L’homme aurait bien voulu réaliser plusieurs prélèvements afin d’examiner et établir les relations entre les composantes de l’environnement. Il y a avait beaucoup à apprendre d’un lieu qui échappait à la raison et, du même fait, prendrait probablement des années au meilleur des scientifiques.
Se reportant sur la fillette, Jenner s’étonna de la voir aussi proche de la baronne. Elle aurait pu porter son intérêt pour les autres membres du groupe mais n’avait d’yeux que pour la scientifique. Laurent l’avait décrit comme une « mini-Mathilde ». Il n’avait pas tout à fait tort compte tenu de quelques ressemblances physiologiques. Il s’adressa donc à elle en posant une question, stupide à première vue, mais pas tant que ça…


- Mathilde, connaissez-vous cette fillette ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Sam 15 Déc - 2:17

Au moins la menace de Mathilde avait eu son petit effet et Eric avait piteusement tenté de mettre autant de distance que possible entre la petite nippone et lui, écrasant au passage le pauvre Laurent. Les deux hommes tentaient de découper le cordage et la jeune femme avait tout simplement attendu qu'ils s'en soient occupé en se tenant au filet car viendrait forcément le moment où il en viendraient à bout... Et en fait non, autre chose, impossible à prédire arriva.
Une petite voix attira l'attention de la scientifique, mais pas seulement, Laurent l'avait visiblement entendu lui aussi et l'attribuait à sa vindicative coéquipière encore en train de les insulter. La moutarde monta au nez de la jeune arisotcrate, certes elle n'avait pas sa langue dans sa poche et n'était pas la dernière à vitupérer sur ceux qui la dérangeaient ou l'insupportaient, mais là... Elle n'était pas coupable.


"Je n'ai rien à voir avec cet..."

Et elle aperçut la petite fille en dessous d'eux. Une adorable petite fille à vrai dire lui rappelant sa petite protégée.

"Kawaii!"

Le reste de la phrase s'étrangla dans sa gorge quand le filet s'ouvrit. Par chance, elle était agrippée à sa planche de salut et... elle se laissa tomber tranquillement. Normalement elle aurait dû faire un bel atterrissage, sauf que sa cheville se tordit et la physicienne se ramassa une belle gamelle... Du grand classique pour la Baronne de l'Argentière. Par chance le sol était de sable car dans le cas d'une belle pierre massive comme les murs, on aurait entendu le bruit d'un crâne se brisant sous l'impact. Cela n'aurait été que la troisième fracture du crâne, ou bien la quatrième.
Pas le temps de s'épousseter, à peine sur ses pieds qu'elle se retrouva avec ce petit bout de chou collé à elle et c'était un contact délicieusement agréable. Bon, elle ne comprenait pas un traître mot de ce que lui disait ce petit ange aux trait asiatiques, comme elle, et tout comme elle, la petite inconnue était enjouée et très dynamique. La remarque de Laurent lui valu un coup d'oeil assassin, le genre qui promet une paire de sécateurs rouillés pour les parties intimes du malotru qui avait osé parler ainsi en présence de l'enfant. Le genre de regard que pose une mère poule sur une personne qu'elle ferait bien disparaître à coup de rouleau à pâtisserie. L'enfant d'ailleurs voulait que Mathilde la suive, les autres aussi éventuellement, mais à cet instant, la scientifique ne l'était plus vraiment, maman poule comme elle l'était avec son petit oiseau l'attendant au Japon, totalement.
De toute évidence, elle était une autochtone ou tout du moins vivait ici depuis assez longtemps pour être familière de tous les dangers qui avaient été disposés ça et là. Elle ne répondit aux autres que pas mal de temps plus tard, Elle était toute à son contact, sa main dans celle de la petite inconnue.


"Réfléchissez un peu Jenner! Comment pourrai je connaître cette enfant?! Croyez vous que j'ai l'habitude de venir voir ma famille extraterrestre grâce à Air Eurling ? Certes elle d'origine asiatique, certes elle est également mignonne comme tout et certes, elle semble m'apprécier, mais non je ne la connais pas et n'ai pas de lien de parenté pour répondre à la question que vous vous êtes retenu de poser, mais avez pensé trop fort."

Se désintéressant d'eux, elle s'adressa à la petite d'un ton d'une grande douceur et gentillesse, clairement une toute autre personne que celle que les membres du SGC avaient pu côtoyer/subir. En fait, seule Kuro-chan avait pu voir celle qui était derrière le masque de la scientifique et agent de terrain, derrière le titre de Baronne et le carcan social qui allait avec. Profitant d'une pause câlin qu'elle accepta avec grand plaisir, elle en profita donc.

"Allons, allons, rien ne presse. Liana?" Elle se pointa du doigt en prononçant le mot qui semblait lui être adressé. "Mathilde. Et toi?"

Elle se pointa encore une fois du doigt en pronon_çant son prénom puis la petite en lui demandant son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 18 Déc - 15:53

Marion jetait les cadavres dans le grand vide les uns après les autres. Ils étaient cinquante à ses pieds, plus nombreux que d’habitude, toujours plus. La jeune femme plantait son arme dans la tête de ces choses pour s'assurer de leur mort, fouillait leurs poches, puis les envoyait choir d’un puissant coup de pied. C’était une journée comme une autre, de la routine. Dans son dos se trouvait une énième barricade qu’elle avait du entièrement reconstruire aujourd’hui. Vingt-deux pièges avaient été déclenchés et demandaient son attention pour être réactivé.

Tout en soupirant, Marion observa la vallée de son œil valide. Là-bas se trouvaient ses ennemis et son plus grand échec. Elle avait souvent envie de pleurer mais elle n’avait pas le droit. Pour Arya, il fallait se montrer forte, indéfectible, inébranlable. Alors elle continuait de se conduire comme tel par devoir et dévotion. Un dernier coup de botte et la chose, un trou dans la poitrine, fît un superbe plongeon avant de se désintégrer.

La jeune quitta l’entrée du château puis retourna dans les couloirs, résolue à remettre en place tous les pièges et vérifier que la technologie de dissimulation continuait de faire son travail. Comme d’habitude, avant chaque tâche, elle observait dans une direction bien précise. Mais aujourd’hui, il n’y avait que du vide, ce qui l’a surpris. Apeurée, Marion appela Arya à plusieurs reprises sans avoir de réponses. Sa respiration s’accéléra puis elle entreprit de fouiller les couloirs. Elle la savait parfois très distraite. Et puis elle avait tant besoin de jouer. Il y avait si peu de moyens de la contenter et si peu de place. L’avoir grondé deux fois n’y avait rien changé. Arya avait toujours autant besoin de se dépenser.
Quatre minutes plus tard, Marion entendit des voix. Elle se cacha en activant son gantelet, le sable du mur venant l’entourer pour lui donner la même couleur puis s’approcha. Il y avait plusieurs personnes qu’elle ne connaissait pas et qui n’avait rien, strictement rien à faire ici. Pire, une petite femme s’était agenouillée pour lui demander son nom. Une telle proximité, un tel nombre d’individus autour de la petite, poussa Marion à une violente agressivité qu’elle se connaissait depuis longtemps.

En quittant son camouflage, elle posa son glaive sur l’épaule de ce qui semblait être un homme. La pointe très tranchante de l’arme menaça directement la jugulaire de Laurent. Il suffisait d’un mouvement sec pour lui faire tapisser les murs de son sang comme ce fût le cas pour bon nombre de monstres à l’époque.


- Elle s’appelle Arya et c’est ma sœur ! Déclara Marion d’une voix de glace. Et si vous souhaitez la survie de votre compagnon, je vous interdit de la toucher !

Elle avait beau n’être muni que d’une arme blanche, son glaive n’était pas tout à fait un engin préhistorique. Son gantelet, régulièrement animé par des runes de couleurs vertes, rendait la lame presque fantomatique. On l’y distinguait comme du gaz s’y échappant, faisant onduler l’image comme si nous regardions les émanations d’une gazinière. Mais apparemment, cela rendait la lame particulièrement dangereuse et meurtrière. De même, la posture qu’avait Marion, sa manière très habile de tenir son arme, indiquait qu’elle était très habituée au combat et qu’elle n’avait pas peur d’en tuer un.

- Arya ! Ecarte toi !

Mais à sa plus grande surprise, elle n’en fît rien. Marion comptait se répéter lorsqu’elle fût intriguée par sa sœur, elle qui ne voulait pas lâcher la main de l’inconnue. Alors elle s’intéressa un peu plus à elle en observant ses traits, sa chevelure et l’expression de son visage. Son cœur fît un grand boum lorsqu’elle comprit finalement pourquoi Arya ne se détachait pas d’elle. Marion reconnue également Mathilde et ouvrit la bouche tant la surprise la dévorait. Elle fût incapable de parler, ni même d’articuler le moindre mot. Elle leva la pointe de son arme pour ne plus menacer Laurent et se rapprocha de quelques pas, doucement, se demandant si elle ne rêvait pas.

- Je…je…

Mais rien de plus.
Les équipiers SG, quant à eux, étaient également en plein désarroi. Car la femme qui se tenait devant eux portait un uniforme du SGC. Les couleurs s’étaient vieillies par une utilisation intensive, à croire qu’elle avait vécu là avec ces seuls habits. Sa manche gauche nouée indiquait qu’elle n’avait pas seulement perdu son œil mais également son bras. D’ailleurs, l’écusson du SGC qui s’y trouvait avait été détaché pour être soigneusement recousu en dessous de l’autre, sur la manche d’à coté. En somme, Marion était manchote et borgne, des handicaps qui ne semblaient pas lui faire de complexes pour le moment.
Le pire, néanmoins, fût de découvrir que cette tenue du SGC était très exactement de la même taille que Mathilde et que sa bande patronymique indiquant « De l’Argentière » s’y trouvait également. Les lettres s’étaient quelques peu effacées avec le temps mais on les distinguait sans mal.
Marion avait rangé son arme. Masquant timidement ses tremblements nerveux, elle posa sa main valide sur le bras de Mathilde, juste pour vérifier si c’était bien elle et non un fantôme. Ses doigts exercèrent une pression très douce. Elle ne rêvait pas, ce n’était pas une illusion. Elle croisa le regard d’Arya puis observa de nouveau Mathilde. Les autres équipiers n’existaient pas. Elle se fichait bien de savoir qui ils étaient et d’où ils venaient.
Mathilde était là. Elle était revenue. Et le grand mot fût lâché dans un murmure, presque un souffle, au grand dam de tout le monde :


- Ma…man…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/06/2012

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 18 Déc - 17:29

Arya était ravie, elle trottinait d'un air joyeux, pour une fois dans sa vie, une journée sortait de l’ordinaire elle n'était plus toute seule pour jouer, elle avait trouver du monde pour occuper son quotidien, mais pas n'importe qui, lia na. Elle était ravie, et quel bonheur de voir que les terriens la suivait sans trop râler même si certains emmenaient des réserves, ce n'était pas le cas de la petite femme sur laquelle Arya avait jeté son dévolue. Elle avançait d'un pas sur dans ce dédale qu'elle connaissait par coeur, chantonnant une petite chanson dans une langue totalement inconnue de l'équipe SG. Il faut dire que ça l'avait beaucoup amusé ce petit discours entre les équipiers, même si elle avait protesté lorsque Mathilde avait affirmé qu'elle ne la connaissait pas, ce n'était pas tout à fait vrai tout de même !

La petite pause câlin, Arya ne la refusa pas, bien au contraire, elle s'apprêtait à répondre à la scientifique, ne lâchant toujours pas sa main, visiblement très attachée à cette petite asiatique, mais avant qu'elle ne puisse prononcé le moindre mot, la voix de Marion raisonna dans la grotte. Malgré la lame posée sur le cou de l'un des équipiers de Lia na, Arya ne semblait pas s'inquiéter pour autant, toujours enjouée, elle prit la parole lorsque Marion se rendit compte de la vérité.


"Marion, se Lia na, na cafi oh et tho rica se lia na."

La petite fille sautillait sur place, totalement excitée, et ne semblait pas réellement aussi troublée que Marion, sans doute à cause de son jeune âge, qu'importe, se serrant contre Mathilde, visiblement heureuse comme tout, Arya soupira de bonheur :

"Kalbi lia na"

Puis se souvenant de la question de Mathilde, elle pointa son petit doigt vers Mathilde :


"Lia na."


Puis son petit index sur sa petite poitrine :

"Arya"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 18 Déc - 18:17

La visite guidée se poursuivait, leur petite guide s’étant entiché de la scientifique comme une mouche sur un ruban collant. Rien n’indiquait au Para ce qui allait se produire, de nulle part une ombre surgit pour faire place à une jeune femme asiatique qui pointait à bout portant ce qui devait être une arme sur le cou du militaire. Ce dernier n’avait pas eu le temps de pointer son zat sur la créature qui avait l’air humaine malgré son visage marqué par les traces sur son œil droit qui laissaient penser qu’elle n’en avait plus l’usage. Après avoir sortit quelques sons incompréhensibles du fait de l’effet de surprise, Laurent commençait à reprendre ses marques tout en faisant aller sans cesse son regard du bout de l’arme extraterrestre disparaissant sous son menton à celle qui la tenait. Sa requête fut bien comprise et relayée, on aurait pu se demander pourquoi :

« Heu Mathilde, écartez-vous de la gamine, je ne tiens pas à essayer son machin ! »

Ne cherchant pas à tourner la tête pour voir si la scientifique s’exécutait car pour le moment le Para avait mieux à faire pour ne pas avoir un petit problème vital, il continuait de rester calme et tentait qu’il en soit de même pour celle qui lui faisait face en essayant de la rassurer alors que lui ne l’était pas vraiment :

« Nous ne vous voulons pas de mal, c’est la fillette qui est venu nous libérer d’un piège, si vous pouviez baisser ce que vous tenez dans votre main, vous pourriez peut être nous expliquer ce qu’il se passe ici… Et pourquoi vous portez un uniforme qui ressemble aux nôtres pour ce que je peux en voir ? »

Autant dire que son interlocuteur n’avait rien à faire de ce qu’il pouvait dire, elle semblait focaliser sur la gamine et de plus en plus être troublée au point de ne plus être menaçante, une bonne chose pour Laurent qui se passa la main sur la gorge avant de la regarder pour vérifier qu’il ne saignait pas. Le fait de ne plus être sous la menace directe ne voulait pas dire qu’ils en avaient terminé alors il pointa son zat sur elle à titre préventif car elle s’intéressait à présent au duo qu’on n’arrivait plus à décoller.

Plus le temps passait et plus son intérêt pour Mathilde était criant, son regard n’allait pas vers la fillette mais vers le membre de SG6 et puis elle prononça un mot en deux temps, après une à deux seconde à analyser ce qu’elle voulait dire par ce maman, cela fit tilt dans le cerveau de Laurent et cela ce fit entendre :

« Ah ah ah ah ah… Mathilde maman… Non excusez-moi c’est nerveux… Rassurez-moi, c’est une blague ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission 93] L'Etoile d'Argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: