La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mission 93] L'Etoile d'Argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Marion

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Jeu 7 Fév - 1:59

Marion dégaina doucement son glaive et l’activa tandis que Laurent la questionnait sur une hypothétique faiblesse de Cragh. Elle hocha la tête et lui présenta sa lame fantomatique. Comme lors de leur première rencontre, la forme de celle-ci ondulait comme si elle émettait du gaz.

- Ceci est une arme que j’ai fabriquée de toutes pièces. Pour des dégâts maximum, j’ai reproduis par le biais de notre technologie le principe de la scission paradoxale au niveau atomique. Cette lame peut fendre n’importe qu’elle matière organique ou synthétique. En somme, lorsque je l’abats sur mon ennemi, sa chair se désolidarise et son sang…explose.

Désactivant l’effet destructeur de son glaive, Marion abaissa sa main et poursuivit son explication.

- C’est le moyen le plus efficace de percer la carapace naturelle de Cragh. Je l’ai blessé à de très nombreuses reprises. Mais il est si massif et puissant qu’il m’a toujours tenu en respect et cicatrise rapidement. Depuis la perte de mon bras…je n’ai plus jamais chercher à l’affronter, je…m’excuse.

Une étrange culpabilité l’assaillit. Après tout, si Marion avait insisté et réussi à tuer cette créature, les rôdeurs auraient cessé de s’en prendre à elles et l’artefact aurait pu être récupéré. Mais en croisant le regard de Mathilde qui tendait à lui rappeler qu’une De L’Argentière ne demandait pas si facilement le pardon, si ce n’est jamais, elle répondit rapidement aux autres questions.

- La relique est très solide, elle ne craint aucun impact physique. Son revêtement protecteur se sert de la puissance de la destruction pour la contrer elle-même. J’aurais beaucoup de peine à vous expliquer son processus précis, d’autant plus que je tiens ces informations des quelques données que je conservais de Mère. Par le passé, j’ai toujours été tenue à l’écart de la relique et de sa fonction précise…jusqu’à ce que Père me la donne lors de l’assaut.

Elle fit une pause, regardant ses interlocuteurs, avant de reprendre.

- Toutefois, l’objet peut être manipulé manuellement. Entre de mauvaises mains, la puissance qu’il recèle pourrait se dégager soudainement. L’énergie que contient la relique est comparable à ce que vous appelez, dans vos termes, une Supernova. Il m’est inutile de vous décrire les risques que nous courrons à le laisser à quelqu’un de malintentionné.

Marion en était encore à comprendre que sa requête à ne pas être séparé d’Arya, tout comme celle de se receuillir sur la tombe d’Erel, n’avait pas trouvé d’oreilles attentives, lorsque Mathilde posa une question sensible. Sous le coup de la surprise, Marion écarquilla les yeux et recula d’un pas. Les mots restèrent bloqués dans sa gorge.

- Je…

Elle fixa chacun des intervenants, comme si elle craignait d’être prise pour un monstre et, s’assurant qu’Arya n’entendrait pas, déclara d’une voix blanche.

- Les rôdeurs…

Marion aurait pu leur expliquer que toutes les cultures de Mathilde et Erel avait disparu dans l’incendie, que les provisions que transportaient les rôdeurs qui les attaquaient étaient empoissonnées et qu’il fallait bien survivre. Mais quel que puisse être les raisons et les excuses, le cannibalisme était contre-nature, même dans l’Entre-Deux Mondes. Il était clair que Marion avait caché la nature du ravitaillement à Arya. Et la jeune femme était tellement troublée d’avoir dû faire cette révélation qu’elle s’écarta et alla trouver refuge auprès de sa petite sœur. Peut-être qu’elle aurait dû rester, parler, s’expliquer. Mais la difficulté même de cet acte faisait ressurgir toute l’horreur qu’elle avait vécue. En profitant d’un câlin si généreusement offert par le petit ange, Marion serra les dents et mobilisa ses forces pour s’empêcher de pleurer. Elle maudissait sa faiblesse, se haïssait pour tous les sentiments qui tempêtaient en elle, incapable de comprendre pourquoi, après la joie de retrouver sa mère, elle ne cessait d'avoir envie de craquer.

Mais une De L'argentière ne s'avoue pas vaincue. Il fallait être forte et inébranlable. Non plus seulement pour Arya, mais également pour ne pas être renié par la seule personne qu'elle adulait plus que tout : Mathilde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Ven 8 Fév - 12:50

Laurent ne comptant pas s’éterniser, la question de la nourriture était le dernier de ses soucis, chaque chose en son temps car vaincre l’ennemi pour récupérer leur billet de retour lui semblait la première chose sur laquelle se concentrer pour réussir du premier coup, ensuite il espérait bien que le duo des de L’argentière fasse des merveilles.

Les révélations de Marion sur leur régime alimentaire ne gêna pas le militaire, il se doutait que lorsqu’il n’y avait pas le choix, il fallait faire avec les moyens du bord même s’il n’avait pas l’envie d’y venir aussi alors cela passait par la réussite de l’opération dont les éléments s’assemblaient mentalement. L’artefact étant indispensable pour partir d’ici et n’étant pas sensible aux déflagrations ou décharges d’énergie, cela permettait au Para de mettre un plan en place mais le nombre des rôdeurs ne permettait pas de se passer de Jenner. Et puis le don d’Arya pouvait leur permettre de passer les lignes ennemis pour aller droit au but et jouer sur l’effet de surprise alors pour lui, il valait mieux qu’elle soit du voyage, certes très dangereux, plutôt que de devoir finir ses jours en ayant pour seule compagnie celle de Eric.

« Mathilde, si les dires de Marions sont exacts, Arya est notre meilleure chance de parvenir à notre objectif sans attirer l’attention et on aura aussi besoin de Jenner car je vous vois mal tenir tête à des dizaines de rôdeurs pendant que je suis occupé avec Cragh… Vous pensez que c’est le mieux pour elle de perdre sa sœur et celle qu’elle prend pour sa mère pour ensuite être à la merci d’attaques, les rôdeurs ont passés les pièges avant alors ils peuvent le refaire et je ne crois pas qu’Eric puisse aussi bien leur résister que Marion… Qui sait ce qu’ils leur feront… »

Voila de quoi faire réfléchir la scientifique sur sa position ferme de ne pas vouloir faire participer la petite, si Laurent pouvait, bien sûr qu’il ne ferait pas appel à elle mais quelque soit les choix, la fin risquait d’être la même donc autant mettre le maximum de chance dès le départ. Pour lui laisser le temps de comprendre le cœur pouvait faire prendre des décisions hâtives sans en mesurer le résultat, il continua pour peaufiner son plan :

« Marion, vous ne m’avez pas répondu pour la façon dont vous vous êtes rendue invisible… Concernant votre arme, est-ce que vous en avez d’autres ? Mon plan est qu’on puisse coller sur le dos de l’ennemi public numéro un, une bonne grosse charge de C4 afin de le mettre en miettes ou au moins de suffisamment l’affaiblir pour que Marion puisse revenir et se fasse plaisir en le découpant en rondelles, qui sait le cragh au barbecue est peut être très bon ! »

Une légère note d’humour pour dédramatiser l’instant puis il n’y avait plus qu’à écouter Mathilde et Marion sur les différents points exposés. Nul doute qu’il serait compliqué de convaincre la scientifique mais se passer de quelqu’un pouvant se battre n’était pas envisageable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Ven 8 Fév - 23:55

L'aveu de Marion quand à la façon dont elles avait survécu jusqu'à présent et sa honte surprirent Mathilde. Elle avait pensé que grâce à la technologie eurling elles avaient pu avoir de quoi se sustenter, la réalité était moins glamour et sa fille en concevait une honte si forte qu'elle battit en retraite auprès de sa cadette afin de garder pied. La physicienne après un petit instant de silence se rapprocha d'elle et d'une voix ferme l’interpella.

"Tu as fait ce que tu avais à faire pour survivre et pour ta soeur. Ce choix était le tien et nous n'avons pas à le juger, nous n'étions pas à ta place. Maintenant à toi de l'assumer et de garder la tête haute, je n'attends pas de ma descendance qu'elle aille se cacher dans un coin parce qu'elle rougit des moyens employés pour protéger les siens. Si tu peux serrer Arya dans tes bras c'est grâce à ce choix alors tires en de la force plutôt que de la honte et si un donneur de leçon vient trouver à redire il te reste ta langue pour le remettre à sa place et ta lame s'il fait la sourde oreille. Nous avons besoin de toi pour établir un plan alors tu vas me faire le plaisir de revenir et d'aider Campbell du mieux que tu peux. Les états d'âmes, les crises de larme et de nerf tu auras tout le temps quand nous serons revenues avec la relique de ton père. Me suis je assez bien fait comprendre où dois je te le répéter?"

La petite nippone avait son regard de sergent Hartman et son ton n'invitait pas à la discussion. La mère remontait les bretelles à la fille et à la voir on aurait pu penser qu'elle faisait ça depuis longtemps, pas que c'était sa première fois. Encore que... Quand on voyait la façon dont elle mettait à l'amende les pauvres techniciens et laborantins, on pouvait se dire qu'elle avait une expérience conséquente. Pour autant ce n'était pas seulement un sermon totalement négatif. Marion pouvait en comprendre que sa mère était fière de ce qu'elle avait fait pour sa soeur, mais qu'elle ne tolérait pas son petit accès de scrupule. Une de l'Argentière qui manifestait de la honte, en public... Argh! Sachant qu'elle même préférerait être fouettée plutôt que de reconnaître ses torts et que si elle devait avoir honte de quelque chose elle ne l'évoquerait jamais. Elle était très, très contrariée que sa descendante, fut elle d'une de ses doubles dimensionnelles aille se cacher sous un caillou après avoir dit quelque chose qui pourrait choquer les bonnes gens.
C'est donc presque en tirant son aînée par l'oreille qu'elle la ramena à Laurent pour continuer à élaborer le plan qui scellerait le destin des rôdeurs et permettrait à tout le monde de rentrer au SGC.


Mais son chef d'équipe avait une petite fléchette bien dérangeante et de toute évidence la Baronne était en proie à un conflit, cela se voyait à sa façon de réajuster sans cesse ses cheveux, de triturer son porte bonheur et de presque prendre la parole avant de se raviser. Elle n'aimait visiblement pas ça et la voir hésiter avait de quoi surprendre... Mais le vil Campbell avait soulevé un fait, les dons d'Arya pour repérer les rôdeurs seraient utiles. Sauf qu'un instinct assez nouveau la travaillait et ça bein, la raison elle pesait pas lourd en face. Elle lança un regard noir à Laurent dans lequel on voyait bien qu'elle s'avouait vaincue, qu'elle détestait ce qu'elle allait dire et qu'il ne l'emporterait pas au paradis.

"Je... Certes, Arya pourrait être utile pour nous permettre de nous approcher au plus près de ce qui sert de campement aux rôdeurs tout en évitant les traînards et ceux qui feraient le guet. Mais je n'aime pas cette idée!"

Doux euphémisme à voir la façon dont elle avait combattu intérieurement et les éclairs de colère contenue dans son regard, aveux de son impuissance face à une situation qu'elle détestait et une décision qui lui déchirait le coeur.

"Et puis je vous signalerai mon cher qu'en six ans de programme je ne suis morte qu'une fois et c'était face à bien plus redoutable que ce qu'on croisera à n'en pas douter, j'ai mon lot de jaffas au compteur, même si évidemment je ne vous arrive pas à la cheville sur le plan martial. Je sais me servir d'une arme, suffisamment pour expédier ad patres tous les inconscients qui viendront tester mes compétences! Et je ne compte pas re mourir ici, ou ailleurs en fait. Par contre je vous trouve bien optimiste pour Jenner. C'est un agent inexpérimenté scientifique de formation et à la façon dont... bref, je doute qu'il soit d'une aide quelconque si ce n'est fournir une cible supplémentaire. Cela fera une arme de plus, mais..."

Son silence en disait long, suffisamment pour comprendre qu'elle craignait qu'il finisse déchiqueté avant qu'on ait eu le temps d'épeler le prénom du biologiste. Et ce n'était pas une réaction de mépris face à un nouveau, juste un constat que tout vétéran faisait face à un agent qu'il n'estimait pas préparer à affronter ce qu'il aurait sous peu dans sa ligne de mire. Et elle n'avait pas envie de laisser un autre membre d'équipe derrière elle. Même si Ewan avait été finalement retrouvé, l'avoir laissé pour mort sur le croiseur, la hantait encore parfois et elle avait du mal à le regarder en face parce que pour elle, même si cela était la faute de la tok'ra, elle avait laissé un équipier derrière, elle l'avait abandonné à un destin affreux et ce n'était que fortuitement que l'on avait pu le retrouver et le sauver.

"Il nous faudrait une estimation du nombre de rôdeurs dans leur antre également, quelque chose pour en attirer vers nous, à savoir Jenner et moi même ce qui vous permettrait à vous deux de prendre soin de ce Crague machin chose. Il faudrait que je fasse un inventaire de ce que nous avons, et je pourrais éventuellement préparer une pâte collante pour vos explosifs, vous n'auriez qu'à jeter l'un d'eux ou plusieurs sur cet affreux et tout faire sauter, s'il n'est pas mort à cause de la déflagration cela devrait le sonner ou le déséquilibrer ce qui vous donnerait le temps de l'achever. Avec Jenner nous pourrions tenir un couloir, nous gardant d'une attaque en surnombre grâce à mon artéfact et à la configuration des lieux. avec un peu de chance ils fileront dès que leur leader sera en pièces détachées... Et votre humour est déplorable."

Elle avait prononcé sa dernière phrase avec un petit sourire, notant la tentative du militaire pour dédramatiser l'aveu de Marion sur leur régime alimentaire et elle lui savait gré, le manifestant à sa façon. Bon, elle l'écorcherait vif une fois de retour sur Terre pour avoir risqué la vie d'Arya, mais elle appréciait le geste. Les militaires avec de l'empathie c'était suffisamment rare pour ne pas les encourager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mer 13 Fév - 11:09

Quatre ans peut paraitre plus long qu'on ne le pense.
Durant tout ce temps, Marion avait pratiquement oublié les réactions de sa mère, jusqu'à s'étonner de retrouver cette sévérité. Mais après tout, n'était-ce pas ce qu'elle avait attendu si longtemps ?
Son bras valide entourant toujours sa cadette, Marion ressentit une certaine rancœur en constatant que sa mère comptait bien plus sur l'apparence que son état réel. Elle se surprit à lui en vouloir de ce reproche alors qu'elle ne semblait avoir manqué de rien en retournant dans son monde, ignorante de ce que ses enfants, ou ceux de son double, vivaient ici. Cela aurait été presque trop facile pour elle...

Mais dans le fond, Mathilde ne serait pas Mathilde si elle l'avait laissé faire. Marion soutint son regard, reproduisant exactement sa manière de montrer son désaccord, et se contenta de répondre d'une voix très simple et dénuée d'émotions :


- C'est enregistré, mère.

Puis la jeune femme quitta Arya pour revenir auprès du groupe, feignant l'indifférence totale quant à son sentiment d'avoir été ramené de force par la peau des fesses. Elle changea rapidement de sujet et se rappela que la question de ce militaire était resté sans réponse.

- Il est possible de manipuler les éléments extérieurs. Seulement, les contraintes sont importantes. Vouloir influer sur la matière et la masse en-dehors du bastion consomme une quantité beaucoup plus importante d'énergie. En revanche, au sein du bastion, le sable et les autres matières sont plus facile d’accès puisque conditionnés pour répondre à notre technologie.

Une fois fait, Marion se contenta d'écouter la stratégie établie par les diverses parties. En son for intérieur, elle doutait qu'un explosif suffirait à mettre à terre le mastodonte. Mais puisqu'elle ne connaissait pas le nature de cet outil, ni la puissance qu'il pouvait libérer, elle demeura silencieuse. Parfois, son regard se détournait vers Mathilde. Elle appréciait ses traits et ses expressions, perdant peu à peu le fil de la conversation, et se questionna sur son propre avenir. Accepterait-elle qu'elles restent ensemble ?

La réponse attendra.
Une brusque déflagration faillit lui faire perdre l'équilibre et la pierre des parois, et du sol, vibrèrent au point d'envoyer tout le monde mordre la poussière. La seconde d'après, mue par une réaction réflexe, Marion s'approcha du mur le plus proche et y posa sa main. Son gantelet s'activa de la même façon habituelle et le sable dessina la vue d'un endroit précis. Un énorme trou avait été percé dans une paroi à l'opposé des barricades. Les rôdeurs s'y infiltrait par dizaine et tombait dans des pièges à répétition. Des pans de murs se détachaient pour venir les écraser. Des lances jaillissaient du sable, dans tous les sens, pour cueillir les plus malins. Hélas, ces entraves les ralentissaient à peine, d'autres rôdeurs en nombre venait s'ajouter, les survivants des pièges constituant une menace de plus en plus grande.


- Arya, tu restes avec maman !

Marion avait déjà l'arme en main, son regard se teintant d'un éclat meurtrier. Si l'on pouvait le comparer avec celui de Mathilde dans ses jours de plus grosses colères, il était évident que celle de Marion dépasserait les mots.

- Je ne serais pas longue. Déclara-t-elle avec la ferme intention de faire un massacre.

Les équipiers SG auraient peut-être souhaité la suivre. Mais à l'évidence, l'intrusion des rôdeurs avaient amené Marion à une telle fureur qu'elle se moquait bien de savoir si elle serait seule ou non. L'objectif était plutôt simple : aucun rôdeur ne devait traverser sa ligne de défense, personne ne devait atteindre Mathilde. Et encore moins Arya.

La jeune traversa le couloir et trouva ses adversaires dans celui d'en face. Ils avaient progressé très rapidement. Ils lui firent face, leurs armes de fortune en main, émettant en chœur des cris stridents. C'était de la nargue, de la provocation. Marion le ressentait de cette manière et répondait à une haine viscérale, inconditionnelle, envers ces choses. Elle cueilli les trois premiers qui se jetèrent sur elle par un enchainement de lames, tranchant aussi bien leurs chairs que leurs armes. Bien souvent, elle n'hésitait pas à leur sectionner une bonne moitié du visage, la lame fantomatique scindant la matière bien plus violemment qu'un laser. Chaque coup s'accompagna d'une petite explosion sanguine, tâchant les murs et le visage de Marion sans qu'elle ne s'en préoccupe. Ses trois premiers adversaires furent battus si rapidement que les autres eurent un temps d'arrêt.
Marion était devenue la haine, la colère-même. Et elle avait prit l'habitude de se battre de cette manière. Laurent lui-même aurait pu la comparer aux traumatisés de guerre qui ne trouvaient le répit qu'en lançant une vendetta sanglante. Marion semblait avoir prit le même chemin. Ou tout du moins, elle haïssait ces choses d'une telle force que cela ne l'en rendait que plus impressionnante encore. Sa main se resserra sur son arme et, pivotant de manière latérale, Marion leur hurla :


- Approchez ! Pourriture !

Et les rôdeurs chargèrent brutalement.
D'un point de vue extérieur, c'était une pure folie. Mais en réalité, la masse ennemie alla se briser sur les défense de Marion sans qu'elle ne leur cède un seul pouce de terrain. Malgré la pression, elle ne recula pas d'un pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Lun 18 Fév - 13:14

Avec les avantages de la technologie au sein de cet abri précaire, il était dommage que ce ne soit pas Cragh qui vienne à eux, d’autant que ce dernier aurait été sans doute moins à l’aise avec tous ces murs pour le ralentir ou le gêner dans ses attaques. Pourquoi viendrait-il ? Ce sale type avait l’artefact tant convoité mais ne devait pas encore être parvenu à l’utiliser sans quoi ils ne seraient pas en train d’en parler.

Changement de plan soudain, après quelques pas dans tous les sens pour se stabiliser suite aux vibrations provenant d’une onde de choc ressemblant à une explosion, le sable d’un des murs de la pièce dévoila le souci après manipulation de Marion. Des rôdeurs avaient provoqués une ouverture dans un épais mur et s’infiltraient en grand nombre même si des pièges en éliminaient certains. Le grand affreux avait du avoir les oreilles qui sifflaient ou alors avait eu vent que Mathilde était soit disant de retour et elle devait être sa cible car il devait avoir besoin d’elle pour lui permettre d’utiliser l’artefact.

Après les quelques mots de la combattante au grand courage, Laurent y alla des siens :

« Elle a raison, Mathilde vous restez là avec la petite, je compte sur vous pour nous aider d’ici, Jenner vous les protégez »

Pas le temps de s’étaler sur ce que ses coéquipiers devaient faire pour respecter les consignes, ils étaient assez grand pour se débrouiller par eux même d'autant que Marion partait sans attendre et dans ce lieu bourré de pièges, il valait mieux la garder en visuel afin de prendre exactement la même trajectoire et tenter de mettre les pieds aux mêmes endroits. Quand il la rattrapa parce qu’elle était face à l’ennemi, il constata son efficacité de ninja des temps moderne sur trois 3 de ces créatures. Un spectacle assez étrange du fait des réactions dues aux effets de la lame de la demoiselle sur des chairs vivantes et cela ne l’avait pas calmée, toujours dans une sorte de transe vengeresse, elle ne semblait pas tenir compte de la présence du militaire un peu en retrait derrière elle.

Laurent n’était pas fou et ne voulait pas la coller du fait de l’espace nécessaire pour accomplir les mouvements de son bras armé alors il ne pouvait tirer au zat sans quelle ne soit sur la trajectoire, du coup il était spectateur et ne pourrai agir que si elle ne parvenait pas à tenir sa position ou le rythme des vagues d’assauts. Au moins il couvrait les arrières de la jeune femme si jamais des rôdeurs arrivaient d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Lun 4 Mar - 17:30

Evidemment, se faire remonter les bretelles ne plaisait pas à Marion et même si elle obéissait, elle ne cachait pas ce qu'elle pensait de la façon dont Mathilde l'avait mise au pas. Eut elle agit autrement que la scientifique aurait été déçue, mais bon, elle l'écoutait et pour le moment c'était le principal, tout le monde devait être briefé et avoir le plus d'informations utiles à employer pour se tirer de ce mauvais pas. Dommage, Murphy avait d'autres plans pour la petite troupe... A peine Marion avait entamé son explication sur la façon dont fonctionnait la technologie qu'elle employait que tout le monde fut déséquilibré par une très forte détonation puis ce fut la marée de rôdeurs... au sens littéral. Les pièges avaient beau les déchiqueter par dizaines, il en arriver toujours plus et c'est là que l'aînée de ses enfants décida d'aller, fonçant dans le tas pour débiter en parts inégales ces affreuses créatures, ordonnant à Arya de rester avec la physicienne qui pour le coup se retrouva bouche bée devant la réaction de la furie. Dans d'autres circonstances, elle ne se serait pas embarrassée de scrupules et l'aurait zatée sans sommation entre les omoplates, mais là, c'était simplement la condamner à une mort plus rapide que celle à laquelle elle se destinait aussi, en serrant les dents de colère elle préféra rediriger son courroux vers ces sales bestioles tout en gardant sa petite près d'elle. Mission principale se protéger, son artéfact lui serait très utile, elle rendit le sol autour d'elles deux aussi meuble que des sables mouvants et tous rôdeurs qui s'approchaient goûtaient à la technologie goa'uld. Si elle en avait eu le loisir, elle se serait sans doute demandé pourquoi ces monstres attaquaient ils maintenant, et si elle n'avait pas eu la vie de deux enfants potentiels, elle se la serait sans posée malgré tout, mais là... Même pour elle il y avait des choses qui passaient avant la curiosité.
Laurent se porta au secours de sa tête de linotte de fille en lui enjoignant de leur donner un coup de main si possible et Jenner avait pour mission de les protéger elles deux. Un bleu bite scientifique de surcroît qui devaient les protéger... Au moins eut elle la retenue de ne pas avoir un rictus qui en aurait dit long quand à ce qu'elle pensait de cette idée.
Quand ce serait fini, Marion goûterait à ce que sa mère avait de plus de lourd dans son artillerie, pour l'heure, il s'agissait de rester en vie et de faire en sorte que les deux en avant garde le restent aussi.


"Jenner, occupez vous de ceux qui arrivent! Arya préviens nous si certains arrivent par derrière!"

Les ordres fusaient rapidement en claquant comme des coups de fouet, la forme attendrait que la situation soit apaisée. Pour aider sa fille et son coéquipier il fallait empêcher les rôdeurs de les attaquer dans leur angle mort et ne pas s'épuiser aussi opta t elle pour une approche passive, faisant jaillir des stalagmites de sable pour bloquer les rôdeurs dans leurs mouvements et les rendre vulnérable à une contre-attaque. Elle ne voulait pas s'aventurer à lancer des attaques car dans ce genre de mêlée, la moindre bévue aurait des conséquences fatales. Si elle avait une plus grande expérience de cette technologie et avait une formation militaire plus poussée, les choses auraient pu être toutes autres, mais elle n'était pas du genre à s'encombrer l'esprit avec des "si" surtout dans des moments pareils, Mathilde faisait avec les moyens du bord et si elle devait s'épuiser à bloquer les rôdeurs, eh bien soit, elle finirait sur les rotules. Elle espérait que Laurent arriverait à ramener Marion à la raison et qu'ils se replieraient vers eux.


Dernière édition par Mathilde de l'Argentière le Jeu 25 Juil - 8:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Sam 9 Mar - 5:18

Laurent devait probablement découvrir le revers de la médaille concernant une De l’Argentière bloquée depuis trop longtemps dans un monde aussi dangereux. Quels que fussent les raisons de sa colère, la vengeance de son père décédé, ou de quoi que ce soit d’autre, elle apparaissait sous une telle haine qu’elle en devenait, de par ses actions, plus dangereuses pour le groupe que pour l’ennemi.

Néanmoins, le soldat ne pouvait lui retirer le fait que malgré ses handicaps, qu’à la seule force de son bras et de son épée, Marion provoquait une hécatombe dans les rangs ennemis. Mais il y avait quelque chose de néfaste, de mauvais, dans ses réactions. Cela, le militaire le découvrit d’autant plus lorsque la jeune femme prit le temps de brandir sa lame bien haut au-dessus de sa tête, visant un rôdeur qui venait de perdre sa jambe, avant de lui fendre le crâne en deux parts égales. Le cou de la créature restait la seule attache de ces deux parties qui explosèrent en un bruit répugnant. L’écran que faisait Marion dans le couloir fût la seule protection qui lui évita de recevoir un flot de cervelle broyée.

Une demi-douzaine de rôdeurs hésita. La hargne de la combattante et la violence avec laquelle elle les surpassaient semblait les faire reculer de quelques pas. Mais poussé par la provocation de la demoiselle, ils chargèrent ensemble et, une fois de plus, ne parvinrent même pas à la faire reculer d’un pas. Cependant, et aussi douée que pouvait être Marion, une masse jaillit du lot et lui fendit la pommette. Dans l’élan, elle se cogna contre le mur d’à côté et fît un rebond, reprenant le combat comme si le coup ne l’avait pas atteint. Le sang qui commença à couler sur sa joue ne la gêna pas plus et elle poursuivit, aidée par les stalagmites qui émergèrent du sol.

Peut-être parce que Mathilde était soucieuse ou qu’elle en avait besoin pour manier la technologie Eurling, un écran de sable s’était dressé afin qu’elle puisse être témoin du combat qui se déroulait juste à côté. Ainsi, l’égarement de Marion sur une haine aussi malsaine ne pût lui échapper, et encore moins à Arya qui prit peur en se cramponnant encore plus fort contre la jambe de sa mère.

Mais plus que tout, ce que l’écran de sable montrait, était deux rôdeurs qui grimpait au plafond pour surpasser Marion et se jeter droit sur Laurent. Allait-il pouvoir les repousser ? Serait-il capable de les vaincre avec le peu d’espace que lui laissait la jeune femme ?

Pour le moment, Mathilde et Arya étaient en sécurité. Les ennemis ne semblaient pas pouvoir atteindre l’endroit où elles se trouvaient. Mais les actions de ces deux combattants suffiraient-ils à maintenir cette sécurité relative ?
Le doute persistait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 10 Mar - 15:44

Laurent savait ce que c’était que d’avoir la haine, cette aversion qui pouvait rendre une personne méconnaissable, la jeune femme s’était transformer en une créature assoiffée des souffrances et de l’hémoglobine de ces saloperies de rôdeurs.

Elle n’en était que plus redoutable et si cela freinait l’assaut par moment, l’ennemi ne semblait pas changer d’avis ce qui laissait imaginer que si ce n’était pas Marion qui les tuait, ce serait Cragh leur chef qui s’en chargerait pour avoir battu en retraite. Dès lors, les assaillants cherchaient tous les moyens de passer et le plafond en était un.

« Attention Marion, je vais faire descendre ces sales cafards de leur perchoir, continuez de vous occuper de ceux au sol ! »

Voila les indications hurlées pour qu’elles aient une chance d’être entendues.

Le zat allait enfin servir mais pas n’importe comment car en faire tomber un sur son alliée ne serait pas très bon alors il fallait soit tirer avant que la cible soit au dessus de la position de la miss, soit après si leur objectif était de passer à tout prix sans prendre le temps d’éliminer le point de blocage afin de permettre à leurs potes de les rejoindre plus facilement. C’était cette seconde hypothèse qui devenait réalité, les spider-men n’avaient que faire de Marion, tant mieux pour elle qui avait déjà fort à faire, non c’était bien le Para qui les intéressait, du coup Laurent visa et tira deux salves rapprochées en direction du premier de ses clients qui tomberait entre la jeune femme et lui.

Ces deux tirs allaient servir de test afin de savoir comment les rôdeurs réagissaient à cette arme qui tuait la cible en temps ordinaire. Si tel était le cas, alors il n’y avait plus qu’à continuer de canarder en visant au plus juste que le zat le permettait. Si ce n’était pas le cas, alors ils étaient dans le caca car son couteau de combat ne serait pas aussi efficace que l’épée de Marion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Ven 19 Juil - 16:23

[...]

Bien qu'elle ne le reconnaitrait jamais, (comme n'importe laquelle De L'argentière pouvant exister) Marion se sentait déstabilisée par le précédent assaut. Tout au long de ces quelques années durant lesquelles elle s'était farouchement battue, jamais les rôdeurs n'avaient su utiliser les cristaux comme source d'énergie.
Et encore moins pour en créer de la matière détonante.

La jeune devait le reconnaitre, l'appui du militaire lui avait été d'un précieux secours. Plus violente aurait été la pression exercée, ainsi que le danger d'y laisser la vie, si elle avait été seule. Mais, encore une fois, Marion ne l'avait pas reconnu, s'étant contenté d'un bref hochement de tête lorsque le dernier des assaillants venait de tomber sous le coup de sa puissante arme.
Pendant un court instant, quelques secondes tout au plus, elle s'était enquit de l'arme que tenait le militaire. Son visage s'était renfrogné, comme si elle cherchait une explication aux éclairs meurtriers qui en sortaient, puis reprit son allure normale après avoir validé sa meilleure hypothèse.

Néanmoins, l'évènement de l'explosion revenait souvent au premier plan dans son esprit. Multitâche, elle accueillit la gaieté enfantine d'Arya dés son retour et s'assura que sa mère allait bien. Mais dans un coin de son esprit se poursuivait l'analyse de la situation.
Et elle ne tarda pas à en faire profiter tout le monde :


- J'ai une mauvaise nouvelle. Ils ont fait une percée à un endroit stratégique. Irréparable. Mes barricades ont perdu leur valeur défensive, nous sommes dangereusement exposés.

Il fallait donc quitter l'endroit dés que possible...Irrémédiablement. L'idée d'abandonner le bastion avait de quoi lui piquer le cœur, surtout après toutes ces années à avoir entretenus ces foutus pièges et repousser toutes ces attaques. Cette simple explosion venait d'anéantir tout une époque de résistance ultime. C'était si soudain, si stupide.
Par chance, il y avait là des gens sur qui Marion pouvait maintenant compter. Mathilde, notamment, qui lui avait promis de ne pas les laisser ici plus longtemps.

De ce fait, Marion se tourna vers elle. Mathilde représentait à ses yeux la seule autorité pouvant valider ou infirmer ses propositions, même si les autres compagnons avaient leurs mots à dire.


- Mère, nous devrions partir. La deuxième vague se prépare. Je vais récupérer tout le matériel critique et nous nous rendront jusqu'à notre ancienne demeure. Nous y serons temporairement à l'abri...

Il ne restait plus qu'à attendre le signal : un simple signe approbateur pour que la chambre des hologrammes s'éteigne définitivement et que les sacs soient sur le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Jeu 25 Juil - 8:28

Au moins son intervention aidait les deux combattants engagés au corps à corps avec la marée de rôdeurs. Elle se sentait en assez bonne forme malgré l'emploi de l'artéfact, mais bon il faut dire qu'avec les rafales de zat de son d'équipe et sa déchiqueteuse industrielle de fille, les bestioles passaient un sale quart d'heure. Mathilde retint son souffle quand Marion prit une attaque de plein fouet qui l'envoya valser contre un mur... soupirant de soulagement quand la furie rebondit comme une bille de flipper et en bonne chrétienne rendit au centuple ce qu'elle avait subi. Ses sables mouvants avaient aussi causé la perte de petits malins qui avaient cru pouvoir les contourner. Une fois embourbés, ils avaient fini criblés de balles et électrisés, une petite satisfaction sadique qu'appréciait la physicienne à sa juste valeur. Le nombre des monstres diminuaient, on en voyait enfin le bout comme disait l'autre.

Finalement ils avaient eu la peau de tous leurs assaillants et ils pouvaient faire le point.La scientifique jeta un oeil à son aînée sans dire mot, examinant sa blessure, son état. Pas de jugement ou autre, juste un examen tout ce qu'il y avait de plus détaché, ils auraient le temps pour parler de ce qui s'était passé plus tard, si jamais plus tard il devait y avoir car les choses s'annonçaient fort mal. Marion leur annonçait la destruction de leurs défenses et la chute prochaine de leur position. Par chance il restait une position de repli. Mais le repli était il une option?


"Ne serait il pas l'occasion d'aller débusquer leur chef et de le soulager du poids de sa tête afin de récupérer l'artéfact de ton père et rentrer sur Terre?" La meilleure défense s'était l'attaque et puis l'avantage serait la surprise. Bon, l'inconvénient étant de trouver leur chef. "A moins que cette demeure nous permette de le débusquer. Pas besoin d'être un stratège pour savoir que le temps nous est compté. nous ne tiendrons pas éternellement face à des assauts de ce genre."

C'était une évidence. Eux chargeaient sans réfléchir, ne redoutant pas la mort. Les humains eux se fatiguaient, accumulaient les blessures et finiraient par faire une erreur fatale. Pas question que cela arrive, elle avait eu plus que son lot de morts et perdre ses deux petites alors qu'elles les avait trouvé... impensable, tout simplement. Elle ferait tout son possible pour que tout le monde, elle y compris, rentre à la maison. Elle avait tellement de choses à faire avec sa nouvelle famille, tellement de choses à se dire. La Faucheuse allait devoir attendre et un bon moment!


Dernière édition par Mathilde de l'Argentière le Jeu 25 Juil - 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 28 Juil - 0:03

S'emparant de l'ancien sac de Mathilde, Marion y rangea ses effets personnels non sans ressentir une certaine gêne quant aux regards qu'elle pouvait avoir dans le dos. On y découvrait, en autre, qu'elle avait taillé une pierre à l'effigie de sa mère, mais peu comparable. Lorsque Mathilde s'exprima, Marion laissa un sourire presque malsain apparaitre sur son visage.

- Certes. Déclara-t-elle d'une voix à faire froid dans le dos. Il se trouve que j'ai un compte à régler avec cette horreur. Mais je tiens à passer par notre ancienne demeure. Il y a peut-être encore certaine de nos affaires. Et, surtout, des réponses à des questions dont je ne saurais répondre.

La jeune fille attendit que tout le monde soit prés à partir.
Elle guida tout le petit monde en-dehors de l'étrange château qui composait le bastion, veillant à garder sa petite sœur toujours près d'elle, comme s'il s'agissait plus d'un instinct que d'une habitude, puis s'engagea dans une vaste plaine des horreurs. Là, le paysage se composait très exactement des termes que Marion avait employé : la poubelle de la réalité.
On y trouvait un peu de tout : de fausses maisons greffées par des torrents éternels, des monuments extraterrestre à moitié fondu, des choses informes à la matière très étrange. Ce qui ressemblait le plus à ce qui approchait les connaissances de Mathilde était ce vaisseau mère Goa'uld crashé en forme d'œuf de poule.

Seul un fou aurait aimé vivre dans cet endroit. Il y avait tant d'éléments contre-nature, dont l'origine échappait à la raison, que l'environnement en devenait très rapidement inconfortable.

Marion pressa le pas, veillant toujours à ce que tout le monde suive. Une main sur son arme, elle restait aux aguets et ne faiblissait pas un seul instant. Elle préféra effectuer de larges détours pour rester aussi souvent que possible sous le couvert des étrangetés qui composaient la plaine.
Pendant plusieurs heures, l'équipe progressa lentement, s'arrêtant parfois lorsque Marion pensait avoir entendu un bruit. Mais toujours, lorsqu'elle portait le regard sur sa petite sœur et que celle-ci secouait négativement la tête, il avait s'agit d'une fausse alerte.
Bientôt, il fallu franchir une rivière à la composition gélatineuse. Elle s'écoulait lentement, comme une mare de boue, jusqu'au bord d'un précipice sans fond où la matière disparaissait. Serrant solidement Arya dans son bras valide, la jeune fille sauta d'un rocher à l'autre, le poids de sa sœur n'ayant visiblement aucune incidence.


- Soyez prudents ! Cette matière a le même effet que l'acide. Vous perdrez tout ce que vous y mettrez en contact...

Puis, de nouveau, une heure s'écoula.
L'équipe atteignit un surplomb rocheux à l'image d'une chose croisée entre le singe et l'éléphant puis, soudainement, Marion se figea. En tendant l'oreille, on distinguait toute une série de sifflement identique aux créatures qui avaient assaillis le bastion.


- Voilà. C'est fini. Déclara-t-elle avec un profond regret.

Son regard se posa sur les autres membres de l'équipe qui ne comprendrait probablement pas. Mais cela n'avait que peu d'importance. Marion, elle, savait pertinemment ce que cela signifiait et elle ne souhaitait pas en faire part. Ses trois ans dans le bastion l'avait habitué à une forme de routine réconfortante. Maintenant, c'était celui des créatures.

- Nous ne sommes plus très loin. Continuons.

Finalement, l'environnement désertique et désaxé qui les entouraient s'estompa brutalement pour un grand carré de verdure. Des palmiers, des arbres et des fleurs redonnaient une image très accueillante à la grisaille et à la roche. Tel le cliché d'un film terrien sur une île paradisiaque. Il y avait une grande cascade qui plongeait jusqu'à une rivière. On y devinait des enclos abandonnés ainsi que des jardins autour d'une grande propriété en partie calcinée.
En somme, l'endroit représentait une sorte d'oasis de vie au milieu d'un désert de néant.

Marion eût beaucoup de mal à cacher ses émotions. Même Arya quitta son attitude d'enfant modèle pour aller courir prés des fleurs qui se trouvaient à cinq mètres de là. C'était l'endroit où elles avaient grandi avant l'assaut des monstres. Même trois ans après, et la destruction d'une bonne part des installations, le paysage était toujours magnifique, comme figé dans le temps.

Sur le chemin qui serpentait le long d'une pelouse à l'allure entretenue, des cristaux de diverses formes lévitaient à cinq mètres au-dessus du sol. Ils s'allumèrent au passage de Mathilde, affichant encore et toujours les signes extraterrestres holographiques. Quelques animaux, bien que défiguré par la condition de l'Entre-Deux Mondes, vivaient ici en paix. Arya se mit à poursuivre une libellule greffée d'une longue queue de renard mais resta bien en vue de l'équipe.

Marion, partagée entre la douceur de sa nostalgie et ses souvenirs d'enfance, masquait néanmoins une certaine tension.


- J'espère qu'il est toujours là... Avait-elle murmuré

Elle s'enfonça dans un petit bosquet de palmiers qui produisaient le coté "plage" de la propriété. Au milieu de cet endroit légèrement reculé se trouvait un grand rocher noir. Il semblait avoir été installé là avant d'être taillé de manière très élégante. Et ce qu'il représentait, à coup sûr, aurait probablement arraché un nouveau sourire à Laurent.

Seul un grand artiste, ou une excellente technologie, aurait pu produire un rendu aussi beau. D'un seul bloc unique, on y découvrait le cliché parfait de la demande en mariage Parisienne. Un homme, le genou à terre, tendait une main vers une Mathilde de pierre au visage renfermé. Seule l'intéressée pourrait comprendre ou deviner les sentiments qui l'avaient assailli à ce moment-là.

La scientifique, si elle était présente, aurait alors découvert pour la première fois les traits de son soi-disant compagnon Eurlings. La main tendue semblait tenir quelque chose mais l'emplacement était vide, comme si un objet manquait.
Accompagnée d'Arya, Marion donna l'air d'oublier ce qui l'entourait et déblaya le sable qui avait envahi la base de l'œuvre d'art. Des morceaux de crânes, d'os fracturé et d'armes en débris indiquaient qu'une bagarre avait eu lieu ici autrefois. La jeune fille, aidé de sa sœur, nettoya brièvement la base de la pierre comme s'il eût s'agit d'une tombe. Ce qui était le cas.


- Un jour, Père m'a fait très peur. Il m'avait fait juré de l'enterrer ici s'il perdait la vie. Après l'attaque, je n'ai retrouvé que quelques morceaux de lui pour honorer ma parole. Il repose ici à présent.

Marion posa un genou à terre. Malgré son handicap, elle fouilla rapidement dans son sac et en sortit quelques cristaux et babioles sensés servir d'offrandes. Arya, d'ailleurs, pris un dessin qu'elle posa délicatement à coté des objets.

Les filles ne semblaient pas effondrées. Elles avaient eu trois ans pour faire leur deuil. Pouvoir finalement rendre hommage grâce à la présence de l'équipe SG semblait les avoir libérer d'un poids énorme, surtout en ce qui concernait l'ainée.


- Père a construit cette œuvre le jour de votre union. Mais je n'ai jamais vraiment compris le sens exact. Tu m'avais dit que je l'apprendrais lorsque je serais plus grande. Mais cela m'échappe toujours. Pourquoi s'abaisser ? Se serait-il plié à ta volonté mère ? Serait-ce une forme de soumission ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mer 12 Fév - 21:44

Cette bataille était victorieuse mais d’autres s’annonçaient et il n’en serait peut être pas de même, déjà parce que la fatigue se ressentait et surtout que les munitions n’étaient pas illimitées. L’endroit avait des avantages par sa configuration mais son état et le fait que l’ennemi savait où trouver l’équipe revenait à devoir soutenir un siège alors Laurent ne pouvait aller que dans le sens de Marion et Mathilde, dans la nature ils seraient moins facile à trouver et pourraient agir par des actions ciblées sur des troupes isolées.

« Je suis d’accord pour partir au plus vite, par contre si on va à l’endroit indiqué par Marion il faudra se méfier car si ces choses connaissent le lieu, ils iront sans doute là-bas voir si on ne s’y cache pas. Vous avez dix minutes pour prendre ce qui pourra nous servir et on y va »

Tout le monde s’emblait impatient à l’idée de quitter le château délabré si on s’en tenait à la réactivité de chacun pour être prêt dans le temps imparti, Laurent laissa ses équipiers et les deux filles de l’Argentière passer devant lui, il se plaçait en dernière position afin d’avoir tout le monde en visuel et pour assurer les arrières si jamais on les suivait.

La visite guidée commença par un mélange entre casse et décharge à ciel ouvert, rien que de l’étrange mais le militaire restait vigilant sur le vrai danger, le tourisme se serait a un autre moment et sur une autre planète où il comptait bien revenir.

Déjà un premier gros risque au programme, franchir ce qui pouvait ressembler à une rivière en sautant de pierre en pierre tout en sachant que faire trempette involontairement serait mortel. L’entraide physique et morale fit que personne ne décida de mourir tout de suite alors l’expédition pouvait reprendre sa marche en avant jusqu’à ce que le comportement de la petite guerrière mit Laurent en alerte pour pas grand-chose au final.

« Comment ça c’est fini ? »

Il ne s’agissait pas de l’excursion car Marion annonça la proximité de la maison familiale donc par déduction elle devait regarder en arrière et parler du château, de toute façon l’issue de cette édifice était inévitable alors il fallait ne penser qu’à l’avenir.

Passant d’une zone désertique à une très verdoyante, c’était le jour après la nuit, un vestige de la civilisation en terme d’organisation et sans doute d’irrigation. Mais aussi un endroit où des créatures pouvaient vivre donc le zat était d’autant plus près à servir. En voyant la petite sœur partir vers les fleurs, le para dit :

« Hey ! Restez à distance des fourrés, il ne manquerait plus que des gorilles nous tombent dessus pour nous mettre en esclavage ! »

Tout était possible dans ce monde sans queue ni tête, y compris se faire un remake de la planète des singes. Il n’y avait que Laurent pour penser à ce genre de scénario hollywoodien bien que ce soit un peu gros, la réalité ne manqua pas d’être surprenante mais heureusement sans danger : une sculpture représentant Mathilde et son Don Juan dans une position sans équivoque. Enfin, la suite fut moins joyeuse, puisque l’objet imposant servait de sépulture et que la scientifique allait devoir expliquer ce qu’elle représentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/06/2012

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Ven 25 Avr - 13:25

La tristesse de sa soeur touchait profondément la petite fille qui restait incroyablement calme, contrairement à ce qu'elle avait pu montrer jusque là. Elle obéissait à sa soeur aveuglement, se laissant transporter comme un petit paquet pour lui permettre une plus grande facilité de mouvement. Depuis toujours elle avait comprit que sa meilleure chance de survie était d'obéir aveuglément à sa soeur, en particulier depuis la mort de leur père, donc autant dire depuis toujours. Alors que leur domaine tombait aux mains de leurs ennemis, Arya caressait doucement le bras de sa soeur :

" Aou y miou y lia na se tigo Marion, fove nou case."

Continuant à marcher à côté de sa soeur, Arya essayait de calquer son pas sur celui des adultes, mais ce n'était pas du plus facile avec ses petites jambes d'enfant. Ce ne fut qu'une fois que l'herbe remplaça le sol désertique sous leurs pieds que la petite fille se permit de s'éloigner allant courir dans l'herbe, jouant à se rouler par terre, prenant le temps de sentir le doux parfum des fleurs, et même de courir derrière une petite libellule qui s'était approché un peu trop près d'elle, captivant son attention.

Puis détournant son attention du petit animal, Arya se mit à courir en direction de la statue, sautant devant en riant :


"Lia na y Lio no."

Éclatant de rire, elle se jeta une nouvelle fois dans les jambes de Mathilde, s'accrochant à la taille de cette dernière pour un petit câlin avant de repartir aussi vite qu'elle était arrivée, reprenant ses petites activités tranquilles, jouant à ramasser des petites fleurs pour en former un joli bouquet. Puis revenant sur ses pas, elle posa le petit bouquet au pied de la statue, avant de se mettre à aider sa soeur pour le reste du nettoyage afin que seul les fleurs restent au pied de leur père qui les avaient protégé au prix de sa vie avant que Marion y ajoute ses présents. visiblement Arya n'était plus satisfaite et fouilla dans le sac de sa soeur pour y ajouter un dessin, voilà qui était mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Sam 26 Avr - 14:34

Après l'accalmie il avait fallu mettre les voiles. Les rôdeurs reviendraient sans doute et avec des forces plus importantes encore. Sans les pièges pour en drainer la plupart, le groupe serait vite submergé et réduit en charpies. Hors de question. Mathilde avait aidé à emballer et emporter ce qui pouvait l'être et tous avaient suivi sa fille vers une destination mystérieuse. La petite phrase lâchée par la jeune fille avait alarmé Laurent - chose logique - et la nippone n'avait pas le coeur de lui expliquer ce qui était révolu. Avec l'invasion de leur dernier refuge, les deux soeurs n'avaient plus de foyer ici bas. D'abord leur maison, maintenant leur bastion. Les rôdeurs avaient conquis tout ce qui avait été leur dans le passé et ils ne s'arrêteraient sans doute que lorsqu'ils rongeraient les os des humains, perspective tout simplement inenvisageable, qui avait envie de finir en entrecôte saignante pour monstre stupide?

Le chemin s'était révélé peu commode et il s'en fallu de peu que les problèmes de la scientifique se dissolvent tout comme sa carcasse quand elle manqua de peu de basculer dans l'espèce de limon non euclidien qui s'épanchait quasiment sous leurs pieds, peut être Laurent regretterait il plus tard de lui avoir évité ce destin funeste, pour l'heure il pourrait se satisfaire d'un merci empreint de reconnaissance de la part de sa peste de coéquipière.
Une fois arrivés, la physicienne compris que c'était ici que la famille avait vécu. Cela avait dû être un bel endroit où vivre... Maintenant il ne restait que des vestiges de cette vie et par chance, Arya était trop enjouée pour être touchée par la mélancolie. Marion, elle, était trop occupée par ses propres objectifs pour se laisser distraire. Elle leur montra la sépulture de feu son père, Erel. L'idée qu'elle fut mariée à quelqu'un était toujours troublant.


*En plus il fallait que ce soit un extraterrestre. Ma petite Mathilde il faut que tu fasses toujours tout de façon différente des autres...*

Malgré toute la rancoeur qu'elle pouvait avoir envers quelqu'un qui l'aurait kidnappé pour avoir un peu de compagnie, elle ne pouvait pas lui en vouloir. Cet homme avait fait le sacrifice ultime pour protéger ses enfants... leurs enfants. Quelqu'un agissant ainsi ne pouvait pas être mauvais... Et en plus sa représentation laissait à penser qu'il était plutôt bel homme...

"WAKE UP! Pas le temps de t'égarer ma grande!*

Souriant malgré elle de voir la petite fille, sa petite fille jouer comme si de rien était à courir derrière une créature tout droit échappée du folklore fantasmagorique japonais et après de la voir honorer la dernière demeure de son père avec sa grande soeur. En parlant de dernière demeure, celle ci semblait incomplète. Erel offrait quelque chose à sa représentation d'onyx, et il n'y avait pas trente six possibilités.

"La bague!"

L'exclamation avait fusé sans crier gare alors que l'idée fusait également à traverse ses synapses surchauffés et dans son empressement, la baronne manqua de s'arracher la peau de l'annulaire et la posant dans le creux de sa main, la contempla un moment avant de prendre une inspiration et d'un air décidé de placer le bijou dans la main de la doublure de pierre de son kidnappeur de mari, extraterrestre et ex dernier représentant de son espèce. Son coeur battait la chamade comme à chaque fois qu'elle se préparait à lancer une expérience d'autant plus que les enjeux étaient autrement plus important qu'à l'accoutumé, "juste" la survie de son équipe et de ses enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 29

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mer 30 Avr - 15:53

Mathilde se figea brusquement au moment même où la bague entra en contact avec la stèle. Par l’intermédiaire de son bijou, qu’elle tenait encore du bout des doigts, une inondation de sentiments déferla en elle avec une telle violence qu’elle fût incapable de les déterminer avec précision. La scientifique aurait pu détruire ce pont dans un réflexe d’autoconservation, consciente qu’elle pourrait se perdre dans la contemplation de ces émotions, mais quelque chose au fond d’elle lui rappela combien c’était important.
Au sein de cet océan invisible, la jeune femme retrouva instinctivement les sentiments contradictoires qui l’avaient unie à Erel, ainsi que la raison pour laquelle ils s’étaient mariés selon les préceptes terrestre.  Comme s’il eût s’agit d’un chemin à arpenter, la scientifique trouva la douleur de deux accouchements difficiles puis l’intense bonheur qui suivit l’arrivée des nouveau-nés.

Par le contact de cette bague, Mathilde accédait à l’enregistrement d’une quarantaine d’années d’émotions, de son arrivée jusqu’à son départ : tout ce qu’elle n’avait pu enregistrer dans un PDA. Il s’agissait d’un journal intime judicieusement dissimulée dans cette stèle, la bague faisant office de clé. La scientifique se sentait libre de rechercher la moindre information de sa vie oubliée, qu’il puisse s’agir de sa famille ou d’informations concernant l’artefact.

Seulement, Mathilde ressentait un profond malaise.
Si elle était bien à l’origine de cette vie alternative et des souvenirs qui s’y trouvaient, n’allait-elle pas de nouveau souffrir de l’atteinte qui l’avait poussé à tout abandonner ?
Au fur et à mesure qu’elle demeurait dans cette posture stoïque, les doigts toujours au contact de cette bague, son environnement semblait s’assombrir peu à peu jusqu’à ce que son équipe disparaisse. En quelques minutes, il ne restait plus qu’elle et la stèle, entourée d’un voile opaque. La seule lumière provenait d’en haut, d’une manière tout à fait inconnue.
Il y avait quelque chose d’important contenu dans son bijou, la scientifique le ressentait. En plus de ces enregistrements, il y avait un élément très particulier qu’il fallait qu’elle atteigne rapidement. Et lorsque ce fût chose faite, la jeune femme n’eût aucun besoin de maintenir ses doigts sur le bijou. Le son, l’environnement, tout avait disparu. En un mot : Mathilde était complétement déconnectée de la réalité de l’Entre-Deux Mondes.

Quelques secondes s’écoulèrent puis un homme émergea des ténèbres. Il s’agissait d’Erel.
En s’approchant de Mathilde, il exprimait une forme de joie détachée, un état mélangeant la fatalité avec une profonde nostalgie.


- Mathilde…mon épouse… Murmura-t-il d’une voix quasi-fantomatique.

Pendant ce temps, le reste de l’équipe s’inquiétait de voir la scientifique sans la moindre réaction, les pupilles complétement dilatées. Laurent s’apprêtait probablement à faire interrompre cette expérience mais des sifflements se faisaient entendre tout autour d’eux. Le militaire entendait ces bruits rapidement estompés pour un silence malfaisant.
Les rôdeurs étaient ici, c’était une évidence.

Il chercha longuement l’emplacement potentiel de ses ennemis en se demandant comment ils étaient parvenus à les suivre aussi discrètement. Puis il prit brutalement conscience d’un indice qui lui avait échappé : l’environnement restait figé dans le temps.
Comme pour lui répondre par l’affirmative, une demi-douzaine de rôdeurs surgirent de trous consciencieusement dissimulés sous la pelouse et le sable. Puisque l’Entre-Deux Mondes n’avait permis aucune dégradation au fil du temps, les couvertures de ces monstres étaient d’une efficacité redoutable. L’œil exercé du militaire n’avait pas suffi et l’embuscade le prenait rapidement au dépourvu.
Alors qu’une défense commençait à peine à se former de leurs côtés, une ligne de rôdeurs armés d’arbalètes de fortune se dessina brutalement depuis les ruines de la maison familiale.

Ils tirèrent une volée de carreaux qui s’éparpilla avec la distance, ne blessant personne. Hélas, les choses commençaient déjà à recharger tandis qu’une petite troupe supplémentaire descendait depuis le chemin sur leurs positions, brandissant des lances tordues mais néanmoins dangereuses.
Après la chute du bastion, celui qui dirigeait les Sans Visages avait parfaitement déduit la destination de l’équipe. Et l’attaque portait immédiatement avec un handicap majeur pour les défenseurs : Mathilde était complétement absente de son environnement.
L’arracher de cette emprise semblait tout aussi tentant qu’extrêmement risqué pour sa santé.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mer 30 Avr - 17:49

Les filles se mettaient au ménage pour dégager la statue de la végétation le recouvrant, ce devait encore être un choc pour Mathilde qui avait devant elle l’image de celui qui était censé être feu son époux.

Le silence de la scientifique était inquiétant, il ne manquait plus qu’elle craque car se prendre dans la tronche en si peu de temps cette autre vie de mère et épouse, et le pire de tout, avoir oublié ses enfants livrés à eux-mêmes. Ce ne devait pas être simple à digérer, voila pourquoi Laurent préférait la laisser se recueillir devant le monument pendant que lui regardait les alentours pour prévenir d’une attaque des poursuivants.

Ce ne fut que les deux mots prononcés par la baronne qui brisèrent le calme relatif de l’endroit.

« Quoi la bague ? »

Aucune réponse de celle qui était absorbée par la statue.

« Vous êtes sûr que c’est une bonne idée ? »

Pas plus de réponse, mais un comportement inquiétant, son état n’était pas naturel, rien que son visage en attestait, une impression de vide comme si son esprit était ailleurs et seules ses fonctions vitales fonctionnaient.

« De l’Argentière, vous m’entendez ?! »

Jamais deux sans trois, toujours pas d’abonné au bout du fil mais quoi faire ou ne pas faire… Après deux secondes de réflexion, le Para décida de ne rien tenter tant que Mathilde ne donnait pas de signe de souffrance, après tout elle faisait face à quelque chose qu’elle pouvait avoir construit ou bien son compagnon d’une autre vie, donc ce n’était pas censé être dangereux pour elle à moins qu’elle cache bien son côté masochiste. Une source de plus d’inquiétude, comme s’il y avait besoin de ça.

« Eric, ton avis sur son état ? »

Peut être que l’autre scientifique du groupe pourrait dire quelque chose de rassurant car Mathilde restait figée et ça ne semblait pas vouloir changer. Ce qui changeait par contre c’était l’ennemi qui était proche, il fallait craindre une attaque imminente alors sans attendre plus, pire que ça les rôdeurs sortaient de nulle part, cette fois c’était sûr, Laurent destestait cette endroit non conventionnel et dû donner au plus vite un plan de défense :

« De l’Argentière il faut bouger ! Ouais c’est ça, faites celle qui n’entend rien… Il faut encadrer Mathilde, Marion à sa gauche de Mathilde, Eric dans son dos et moi je prends le côté droit, Marion dites à votre sœur de rester le plus proche possible de votre mère ! »

Formidable de devoir se défendre à découvert, le groupe faisait une belle cible mais tant qu’il n’y avait pas d’ennemis avec des armes de tir à distance ça pouvait aller… Espoir qui ne dura pas, quelques secondes après des arbalétriers se pointèrent alors que le militaire en finissait d’électriser mortellement les premiers assaillants qu’il avait en face de lui et de son zat.

« Attention flèches ! »

Il fallu faire vite et heureusement que Mathilde ne fut pas consciente car Laurent venait de se coller à elle pour la protéger de la demie douzaine de projectiles qui allaient s’abattre on ne pouvait savoir où.

« Ca m’arrangerait que vous reveniez avec nous ! »

Pas de douleur vive alors que les carreaux devaient avoir atterrit, enfin une bonne nouvelle pour lui, il se retourna vers les deux autre participants à ces festivités pour s’apercevoir que eux aussi avaient échappé à la première salve. Inutile d’attendre la deuxième car la chance ne serait peut être pas au rendez-vous une nouvelle fois et en plus des lanciers voulaient profiter de la situation pour venir en découdre, au prochain tir ces derniers allait en profiter pour charger alors il fouilla dans sa poche pour en sortir un morceau d’un demi kilo de C4, récupérant bien vite le détonateur avant de faire trois pas pour balancer au plus juste l’explosif sur la position des archers avant de revenir au plus vite servir de bouclier humain à la scientifique.

« Explosion ! »

Pas très académique tout ça mais la situation l’exigeait, le C4 devait proche du sol et derrière la cible quand Laurent appuya sur le bouton magique synonyme d’une aide précieuse contre les lanceurs de cure-dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éric Jenner
Scientifique
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 25/11/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 46 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Lun 5 Mai - 18:32

Le scientifique s’était tenu silencieux depuis le départ.
Il s’était beaucoup inquiété de l’impact que pouvaient avoir toutes ces découvertes sur Mathilde. Bien qu’il ne la connaissait pas particulièrement, il était néanmoins au courant de sa notoriété au sein de la communauté scientifique du SGC et, bien plus encore, de son incroyable répartie.  Le peu qui adulaient ses talents, au lieu de les jalouser, se mettaient au défi de la comparer à Einstein.
Mais à vrai dire, ce pauvre héros de la science faisait pâle figure si Mathilde était bien à l’origine de la construction de ces appareils Eurlings.
Il était logique que cette jeune femme s’investisse auprès de ses filles hypothétiques à la recherche de la vérité. Mais cela avait pour effet pervers de la détourner de ses obligations.
Prélèvements, photographie, analyse. C’était la première fois qu’une équipe d’exploration approchait d’une technologie susceptible de rivaliser avec celle des Goa’ulds : une technologie accessible sur l’instant et moins dangereuse à l’étude préliminaire.
Si Mathilde revenait avec ses filles hypothétiques sans le moindre support concernant ses découvertes, si ce n’est ce bracelet qu’elle portait au poignet, Jenner doutait de la compréhension qu’aurait le SGC à son égard. Il était donc tout aussi logique que Jenner prennent le relais.

Aussi, pour combler l’absence d’intérêt de la jeune femme pour ces examens, tout à fait justifié au vu de la situation, Eric s’en chargea le plus discrètement possible. Après avoir remplacé la batterie de son caméscope, il filma toute la progression de l’équipe SG en veillant à prendre de nombreux angles. Des clichés photographiques des rochers volants et des prélèvements faits en toute hâte au cours de la marche, veillant à ne ralentir personne au prix d’un empressement mal assuré.

Néanmoins, Jenner se figea lorsqu’il découvrit la stèle.
C’était tout aussi magnifique qu’inquiétant. Il fallait reconnaitre que Mathilde avait une sacrée volonté pour ne pas  céder face à tous ces éléments particuliers. Ou, en tout cas, une sacrée volonté pour ne rien laisser paraitre. Jenner avait entendu beaucoup d’histoires concernant les explorations, du vécu qui détruisait le sens que l’on avait de notre dimension naturelle, mais cette mission prendrait surement la place au podium.
Éric  hésita tout de même, pour le bien de cette collègue qu’il ne connaissait pas, à prendre le monument en photo.
Ce n’est qu’après quelques minutes de réflexion et  plusieurs prélèvements de plantes locales, fourrant les sachets dans son gilet tactique sans avoir renseigné les étiquettes, qu’il se décida d’en prendre quelques clichés.
Il allait remettre son caméscope en route lorsque Laurent l’interpella sur l’état de Mathilde.


- Elle a l’air complétement absente. Déclara-t-il après avoir passé sa main devant le regard vide de la dame. Aucune réaction…Peut-être que…

Puis survint l’attaque des créatures.
Laurent, en militaire rodé, donna immédiatement ses ordres. Mais le scientifique était bien plus un intellect qu’un combattant. Et le temps qu’il réagisse suffisamment pour se placer devant Mathilde, l’un de ces monstres était sur lui. Trop tard pour lever le zat, Jenner sentit un choc violent le renverser sur le côté.
Il ouvrit les yeux après avoir observé rapidement les trente-six chandelles puis il découvrit son arme d’un côté, hors de portée, et la masse qui lui arrivait droit sur le crâne. L’homme esquiva sans vraiment comprendre comment il avait fait, son esprit empêtrée dans la surprise et la peur, puis lorsque l’arme revint sur lui, il donna un coup de pied de toutes ses forces pour rejeter l’adversaire.

Cela lui donna le temps d’apercevoir son collègue aux prises avec les embusqués puis de se redresser sur les genoux. Hélas, son ennemi recommençait déjà l’attaque.
Jenner agrippa le manche de la masse avant que le coup ne soit porté et un duel de force brute débuta. La créature tirait furieusement pour récupérer son arme tandis que le scientifique s’y agrippait de toutes ses forces, persuadé qu’il ne lui arriverait rien tant qu’il tenait bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 27/06/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Lun 5 Mai - 19:34

C’était très particulier que la petite Arya soit capable de comprendre parfaitement le Français mais ne puisse le parler. Père avait toujours dit qu’elle était la porteuse de son héritage, ce qui en était une preuve concrète. Pourtant, ni lui, ni sa mère n’avait privilégié l’une des sœurs. Marion se souvenait avoir été aimé de la même manière qu’Arya. Et elle partageait entre elles un lien intimement fusionnel.
Avec le temps, et malgré le fait qu’elle ne pouvait saisir toute la complexité de la langue Eurling, Marion parvenait à comprendre sa petite sœur, parfois même d’un regard. Et ce qu’elle avait dit avant d’arriver devant la stèle lui raisonnait encore dans la tête. Cela l’encourageait davantage.

Marion luttait contre un tas de sentiments contradictoire qui l’assaillait aléatoirement. Elle se posait beaucoup de questions, tentait parfois d’y répondre elle-même, mais peinait à trouver la solution. Elle avait tant de temps à rattraper avec sa mère.
Un léger sourire étira ses lèvres lorsqu’elle se rendit compte qu’elle avait instantanément trouvé la réponse à l’énigme de la stèle. Marion y avait passé des années sans même comprendre. Peut-être que cette posture de soumission était à mettre en lien avec le fait qu’ils se soient « mariés » autrefois au même endroit.
Quoi qu’il en soit, la jeune femme restait silencieuse et observait l’état de sa mère. Elle avait le sentiment qu’il ne lui arrivait rien de très dangereux, d’autant plus qu’il s’agissait d’une technologie qu’elle avait manipulé par le passé : sa technologie.

Mais lorsqu’une embuscade eût lieu, l’expression de curiosité qu’elle laissait paraitre se mua en une haine rancunière sans limite. Elle écouta les ordres qui furent donnés par l’homme sans vraiment comprendre pourquoi il réagissait de cette manière, encore peu familière de la notion de leader, mais elle préféra obéir alors qu’elle empoignait son glaive.
Elle embrocha violement la première créature qui vint sur elle et la rejeta comme une vulgaire loque. Puis après s’être tourné vers Arya, elle la poussa doucement du bout de sa main valide, en tenant toujours son arme, et pressa la petite à rejoindre Mère.


- Arya…arya… Fit-elle d’un ton moins colérique. Tu te rappelles ce que tu faisais lorsque les méchants nous attaquaient ? Eh bien c'est pareil mais avec maman. Tu veux bien faire ça pour moi ?

En réalité, Marion ne lui laissa pas le temps de répondre. Elle lui déposa une bise sur le front avant de s’éclipser et de se jeter contre le nouvel assaillant qui s’approchait d’un peu trop prés.
La chose lui donna un peu plus de fil à retordre, Cragh avait surement dû miser sur des éléments plus costauds que la masse qu’il avait envoyée sur le bastion. Et alors qu’elle tentait d’aller chercher  son cœur du bout de son glaive, elle remarqua que le vieil homme, ce Jenner, était vulnérable.
Réactive, elle repoussa d’un violent coup de tête son adversaire, leva son glaive, et l’envoya de toutes ses forces. La lame tournoya et alla se planter dans le flanc de la créature en produisant l’explosion de sang caractéristique.
A ce moment-là, quelques carreaux parsemaient le sol et l’ennemi de Marion commençait à se relever. Un second sauta par-dessus lui et fonça sur elle en levant un pic fait d’ossements.
La jeune femme esquiva la première attaque et s’approcha au plus près du rôdeur pour l’empêcher de profiter des atouts de son arme.

Marion ne pensait qu’à une chose, le tuer. Elle avait passé tant de temps à abattre ces ordures qu’un simple combat l’obnubilait sur l’objectif. Et en y perdant tout discernement, abattant le rôdeur sur sa propre arme après lui avoir tordu le bras, elle ne remarqua pas son tout premier ennemi qui s’était armé d’un carreau.
Marion sentit une main griffue s’enfoncer dans son épaule et, l’instant d’après, une très violente douleur irradier dans son dos.  Surprise, un puissant cri lui échappa. Elle sentit la pointe du carreau s’enfoncer dans ses chairs et la tige de bois se briser lorsqu’elle pivota sur elle-même.
Dans un sursaut de haine, Marion réussit à mettre son ennemi à terre. Et sans son glaive, elle alla jusqu’à utiliser ses dents pour arracher la gorge de la chose, le sang ne manquant pas d’inonder son visage. Puisqu’il bougeait encore, elle replongea une fois de plus dans la plaie béante qu’elle venait de créer et arracha tout ce qu’elle put attraper dans sa mâchoire.
C’était horrible. Y avait-il une réelle différence entre elle et les rôdeurs finalement ?

Puis brusquement, comme pour clôturer ce spectacle sordide, une violente détonation s’éleva…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 6 Mai - 14:08

Elle dérivait d'une certaine façon dans un espace non déterminé, entourée d'images ou plutôt revivant des scènes d'un passé oublié. La jeune femme se voyait se battre contre Erel ou plutôt lui jouant la fille de l'air alors qu'elle voulait lui faire goûter aux plaisirs du zat'nik'tel ce qui ne manqua pas de lui arracher un petit rictus mesquin, elle eut l'impression de se faire lacérer le dos pour de bon lors de leur première rencontre avec les rôdeurs et fut touchée de la façon dont l'eurling s'été occupé d'elle. Toutes ces fois où il s'était moqué d'elle et de ses bévues et la "délicieuse" façon dont elle s'était vengée... systématiquement. Quand ils s'étaient compris ils s'étaient acceptés bien vite et Marion avait été la concrétisation de cette union. Et Arya ensuite qui venait agrandir cette petite famille de Robinson Crusoé au QI stratosphérique. Comment ne pas soupirer devant le comportement dictatorial de sa doublure du passé, reproduisant en partie ce qu'elle s'était juré de ne pas faire... Comment ne pas le faire d'ailleurs vu que c'était ce qui avait fait de la nippone ce qu'elle était à présent et qu'elle trouvait fort appréciable, Erel aussi d'ailleurs bien qu'il n'appréciait que très moyennement la rigueur et la sévérité de sa chère et tendre quand il s'agissait de sa petite fille chérie. On pouvait être le représentant d'une race avancée dans tous les domaines et se retrouver être un papa gâteau navrant et attendrissant à la fois.
Avide de ce passé qui lui avait échappé, Mathilde repassait chaque scène de sa vie, revivait en temps réel chaque évènement. Pas question de rater encore une fois ce qui était important. En fait elle serait bien resté là à contempler, revivre cette petite éternité, chacune de ces tranches de vie, de SA vie, cette vie dont on l'avait dépossédé...
Mais pourtant un malaise grandissait en elle. Sa dépression, ses crises de colère allaient elles aussi revenir et s'installer? Elle avait besoin de se souvenir et là dilemme si elle se souvenait, peut être ne serait elle plus en état de rien faire et étant la seule à maîtriser la technologie et à avoir les connaissances scientifiques d'un niveau suffisant il lui fallait faire un choix déchirant.


*Le passé est derrière moi, ce qui compte c'est maintenant et demain. Fichu Erel, tout est ta faute!*

Comme d'habitude, elle était injuste dans la souffrance. Certes elle lui en voulait de ne pas pouvoir se rappeler, de n'avoir eu que droit qu'à des moments volés de ce passé qui lui avait été retiré même si c'était pour son bien. Elle chassa mentalement une larme de colère et se concentra sur ses recherches ou plutôt le souvenir de ses recherches. Si elle voulait que tout le monde rentre à la maison, la physicienne avait besoin de se rappeler de la technologie eurling, de la maîtriser au même niveau que celui qui avait été le sien avant qu'elle ne parte. Elle pria juste de toute ses forces pour ne pas oublier ces moments de la vie ici qui avaient eu tant d'importance pour elle.

Pendant ce temps là, le monde tournait au chaos sanglant, la baronne de l'Argentière restait telle une statue de marbre totalement déconnectée de ce qui se passait autour. Devant elle se tenait le responsable de son bonheur - aussi fugace fut il - et de son malheur.


"Toi! Si tu..." Elle pointait sur feu son mari un doigt accusateur tremblant de toutes ces émotions vécues par procuration. "Je sais que tu as fait tout cela pour me protéger et les protéger, mais maintenant nous risquons toutes les trois de mourir parce que je ne me souviens pas! Tu m'as privé de mon passé, de mes filles et je pourrai les perdre à nouveau! Alors si tu es autre chose qu'un de mes délires ou une projection de pensée ectoplasmique, tu vas faire ton devoir sinon je te promets que j'irai te traquer dans les limbes et te ferai regretter chaque seconde de ton éternité de m'avoir un jour ramenée ici!"

L'amnésie avait chassé les sentiments qui avait pu l'attacher à cet homme et si de voir ces souvenirs avait éveillé chez la jeune femme une compréhension logique de leur union, elle ne pouvait pas réagir comme une épouse aimante aussi eut il droit au regard De l'Argentière qui pouvait liquéfier de l'azote. Si elle ne se sentait pas épouse, elle n'en était pas moins femme et quand on avait deux personnes à charges on sortait les griffes. De plus, elle n'oubliait pas ses deux collègues. Hors de question de laisser un autre coéquipier derrière. Erel avait donc la lourde, très lourde responsabilité de devoir faire face à Mathilde pour se justifier de tout cela et surtout de corriger le tir et il était bien connu que la petite teigne nippone soit du genre TRÈS exigeante. Evidemment, elle aurait pu jouer sur la corde sensible et se servir des sentiments d'Erel pour elle et ses enfants pour l'inciter à l'aider, mais ça ce n'était pas Mathilde de l'Argentière dans l'intimité qui si elle pouvait être extrêmement polie et diplomate avec les étranger, se révélait être un vrai petit dictateur avec sa famille. Pas de chance pour le défunt, il cumulait les défauts, proche, mais étranger en même temps et dans une situation pour laquelle elle le tenait responsable. Sans doute eut il été plus confortable de se retrouver sur un chevalet de torture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/06/2012

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Ven 9 Mai - 13:34

Arya semblait amuser, elle tournait autour de sa mère qui avait cessé de bouger. Contrairement à sa soeur qui avait prit beaucoup du côté terrien de leur mère, Arya tenait énormément des Eurlings, elle possédait leur capacité et comprenait leur technologie. D'ailleurs elle fit en sorte que personne ne brise le lien qui venait de se créer entre sa mère et la statue, bougonnant dans sa langue inconnu lorsque Laurent demandait à Marion de lui dire de rester à côté de sa mère, non mais elle n'était pas stupide et encore moins sourde non mais !

Cependant après ça, la petite fille du assister de manière totalement impuissante au combat qui se déroulait entre les terriens, sa soeur et ses créatures de l'enfer qui avait toujours envahit sa vie. Restant immobile près de sa mère, Arya semblait ne plus réagir pendant quelques instants suite au baiser de sa soeur, comme toujours elle avait peur pour elle, après tout même si elle était ravie d'avoir retrouvé leur mère, Marion était la seule personne avec qui elle avait toujours vécu, elle avait toujours agit comme une mère pour elle, et s'était difficile de la voir prendre des risques même lorsque c'était une nécessité, surtout que les terriens ne savaient pas comment s'y prendre contre les créatures de ce monde.

Quoi qu'il en soit, Arya avait comprit sa mission, elle devait protéger sa mère, et elle connaissait le meilleur moyen pour ça. S'approchant du sable, elle posait doucement son poignet dans le sable, et donc le bracelet qui l'entourait, provoquant un étrange phénomène, une sorte de bouclier l'entourait elle et sa mère, lui offrant donc la possibilité de pouvoir continuer à chercher dans ses souvenirs la solution pour résoudre cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 29

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Dim 11 Mai - 2:31

Le C4 n'a jamais été un excellent explosif antipersonnel. Il excellait pour sa capacité à démolir tous types de structures et à préparer d'excellentes embuscades. Mais un demi kilo n'allait pas régler aussi facilement la question du danger qui exposait les membres SG à d'éventuelles blessures.
Cela, Laurent devait probablement en être conscient lors de sa tentative. Tout comme il devait prendre conscience que d'envoyer son projectile détonant à portée de bras aurait de sérieuses conséquences dés qu'il appuierait sur le bouton.

En résumant, le militaire comptait vaporiser les arbalétriers tout en s'éloignant de la zone d'effet et en espérant protéger Mathilde du souffle de l'explosion. Cette technique lui demanda un timing particulièrement stressant qu'il eût beaucoup de mal à respecter. En se rapprochant de ses coéquipiers, il découvrit bien rapidement que son scientifique était sous un cadavre embroché par l'épée volante de Marion et qu'elle-même dévorait la gorge de son dernier assaillant.
Et tandis qu'il allait prendre la mesure de la protection que la petite Arya levait sur sa mère, la puissante détonation le souffla avec une telle violence qu'il fût arraché du sol avec une étonnante facilité. L'homme crut qu'un semi-remorque l'avait renversé alors qu'il voyait le sol et le grand vide s'alterner avec une inquiétante vitesse. Laurent, d'ailleurs, n'eut aucunement le loisir de comprendre ce qui lui arrivait. Son souffle se coupa brusquement sous la violence d'un nouvel impact et il sentit un mur de sable contre son visage et son torse. C'était quelque chose d'incroyablement solide qui pouvait fortement ressembler à un mur de béton.
Des morceaux de chairs et de membres hachés s'envolèrent dans tous les sens en produisant un bruit écœurant, arrosant l'équipe d'une fine pluie écarlate ne tardant pas à teindre leurs cheveux et visages d'une mince pellicule d’hémoglobine.

Laurent, tout comme Eric et Marion, se retrouvèrent donc à terre en se tenant les oreilles, assourdis et atteint par l'onde de choc. Mais Mathilde et la petite Arya résistèrent merveilleusement bien grâce au bouclier de sable. L'écran avait sacrément souffert, quelques éclats encore fichés dedans et plusieurs parties de cet arc déformé par le souffle. Mais ni Mathilde, ni la fillette, ne subirent les effets du souffle.
Quelques fins éclats des armes et décorations tribales des arbalétriers retombaient encore sur le champs de bataille tandis qu'on récupérait à peine de la stratégie du leader.
En effet, cela priva l'équipe SG de la mauvaise opportunité de leurs ennemis.

Mais soudainement, Laurent sentit un nouvel impact sur son abdomen qui lui arracha un cri mêlant la surprise et la douleur. L'écarquillement démesuré de ses yeux l'empêcha de constater clairement la pointe de la lance en os qui disparaissait au centre de sa poitrine. L'extrémité d'un fragile bâton en bois s'enfonçait entre les deux mains solide d'un rôdeur surexcité, persiflant comme s'il venait de gagner le scalp du siècle.
Mais le jeune Major récupéra dans l'urgence une forme de lucidité professionnelle. Il s'étonna de ressentir une douleur bien différente aux entailles et blessures de guerre qu'il avait déjà subi par le passé. Non, c'était comme si on lui avait posé une enclume sur la poitrine via une simple pointe à peine tranchante. Et alors que ses mains tentaient à peine de rejeter la pression de l'arme de l'adversaire, sa déduction le renvoya rapidement à un fait bien moins alarmant : la pointe de l'arme s'était brisée à l'impact et le gilet tactique avait fait le travail. Le Sans-Visage n'avait même pas traversé le kevlar, il ne faisait qu’opprimer péniblement la respiration de notre ami.

Marion, néanmoins, eût un peu moins de chance que lui.
Alors qu'elle se relevait, beaucoup plus atteinte par l'effet stupéfiant de l'explosion qui avait eu lieu, elle leva le visage vers le flanc d'une masse qui la cueilli avec une violence inouïe. Le bruit sec et rude de l'impact raisonna dans le cœur de chaque membre de l'équipe et la jeune femme fût renversée, un inquiétant filet de sang se dégageant dans la rotation de sa chute.
La majorité des rôdeurs se moquaient pas mal de Laurent et de Jenner, tout comme ils ignorèrent superbement la petite Arya et une Mathilde toujours absente.
Marion fût trainée sans ménagement vers le centre des quelques survivants qui optaient pour une position moins agressive. Et si elle parvint à écarter l'un de ses adversaire d'un puissant coup de genou, néanmoins moins vivace qu'à l'accoutumée, un bandeau en cuir vint lui entourer la gorge et la priver d'oxygène.
Dans un râle de semi-agonie, sa faiblesse et son handicap l'ayant rendu complétement impuissante, elle eût le temps d’apercevoir sa mère et sa petite sœur avant qu'un sac ne lui recouvre le visage. Des bras enserrent chacun de ses membres et elle fût très rapidement emportée.
A ce moment là, il ne restait plus que cinq rôdeurs pour s'occuper de l'équipe. L'un d'eux tira un vieux couteau émoussé de sous sa ceinture et s'approcha d'Eric avec une lenteur fataliste. Il profitait que l'homme soit encore coincé sous le cadavre d'un rôdeur pour profiter pleinement de l'effet théâtral que lui procurait son succès prochain. Les quatre autres, voyant en Laurent un danger plus important que les autres membres, décidèrent de l'entourer petit à petit, ne comptant lui laisser aucune chance de s'en sortir. Mais Campbell ne devait pas se laisser faire. Le Zat de Jenner se trouvait juste à coté de lui, il était si prés, à portée de main. L'arme était déjà ouverte et prête à l'utilisation, elle n'appelait que lui.
L'homme ne devait pas échouer. Il venait tout juste de perdre Marion, emprisonnée dans la masse qui disparaissait déjà au loin, Mathilde et la petite seront les suivantes s'il ne faisait rien.

Pendant ce temps, en-dehors de ce désastre que le militaire avait tenté de limiter au mieux, Mathilde conversait avec son époux oublié. La transition des souvenirs avait un petit effet pervers qui lui rappelait les sentiments oubliés à chaque fois qu'elle pensait à cet homme, comme si les émotions sauvegardées tentaient de retrouver leurs place. Il s'agissait là d'un piège dans lequel Mathilde ne devait surtout pas s'abandonner, la sincérité et la pureté du sentiment renforçant la difficulté à y résister. Son temps était compté, la scientifique prenait conscience que son esprit, aussi solide soit-il, commençait à devenir trop réceptif à l'énorme masse de données stockées dans cet endroit.
Mais il lui restait tout de même un peu de temps.


- Je suis si heureux de pouvoir te revoir, ne serait-ce que quelques instants. Prononça Erel avec un léger sourire. Tu m'as tant manqué.  

La remarque de la scientifique s'ensuivant de sa menace amusa son interlocuteur. L'expression de son visage démontra combien il ressentait un soulagement quant à la bonne santé de son amour. C'était comme ramener un être cher à la maison après que celui-ci ait frôlé la mort, la puissance du lien n'en était que décuplé. Pourtant, l'homme prit conscience de ce dont Mathilde parlait et reprit un air beaucoup plus sérieux. Bien qu'issu d'un peuple particulièrement avancé, il n'en restait pas moins un être humain avec des qualités et des défauts. Il tenta alors de synthétiser le plus rapidement possible les réponses qu'elle souhaitait de sa part.

- L'expression de notre union, cet anneau, est au centre de tout. Cela a toujours été ainsi depuis notre mariage. Il s'agit de la clé ultime. De l'accès au pouvoir de la relique et de la Porte que tu as construite dans l'espoir de retourner en ces lieux.
La relique représente une garantie, la sauvegarde de toutes vies contre un ennemi destructeur et implacable. Elle doit être protégée des esprits mal intentionnés, des convoitises et des curiosités suicidaires. Il faut la conserver en lieu sûr, à l'abri des jeunes races, en attendant la venue du monstre que j'espère éloignée. C'était mon fardeau. Et il est devenu le tien.


Une image s'était dessinée dans l'environnement fantomatique les entourant. On y voyait très clairement l'interprétation géométrique d'une magnifique étoile argentée de la taille d'un disque, chacune des branches ciselées par des roses alien dont les pointes se terminaient par des bourgeons d'une étonnante complexité. Le centre de l'étoile s'ouvrait sur un vide, une sorte de bulle invisible où tournoyait lentement l'image d'une supernova composé d'un anneau.

Spoiler:
 

Mathilde sentit son sang ne faire qu'un tour en obtenant la certitude, aussi fou que cela puisse paraitre, que cet artefact emprisonnait et miniaturisait bien une véritable supernova. Cet élément incroyable tournoyait avec une lenteur hypnotisante, rappelant à la scientifique combien l'objet avait de quoi être dangereux.


- Je devrais fondre en regrets. Pour tout ce que vous subissez par ma faute. Murmura Erel. Mais je ne peux pas. Tu m'as donné ce dont mes pairs m'ont privé. Tu as levé ma malédiction en m'offrant ton amour et deux magnifiques enfants.

Erel s'approcha doucement, comme s'il préparait une action qui nécessitait une prudence et une douceur infinie pour s'accomplir. Il continua d'un ton plus doux, sans minauder, mais d'un charme que la scientifique se surprit à relever malgré son détachement.

- La Porte nécessite une source d'énergie considérable pour s'ouvrir. Ton anneau ne contenait qu'une charge et elle s'est épuisée lors de ta venue. Retrouve l'artefact, il te permettra de recharger la clé et te permettre de quitter cet enfer. Arya détient l'ultime héritage de la race. Elle sait où repérer l'artefact, elle t'y mènera sans mal.

Erel posa alors délicatement sa main sur la joue de la scientifique. Ses yeux perçaient les siens d'une émotion sincère et puissante. Mathilde aurait pu réagir comme lorsqu'elle sentait des inconscients s'aventurer un peu trop, elle aurait dû. Mais, contre toute attente, une surprenante tentation l'immobilisa pendant quelques secondes. Quelque chose au fond de son être l'en empêchait, une petite voix qui lui suggérait que, peut-être, il s'agissait probablement du dernier geste, de la toute dernière intimité, avec un homme qu'elle était supposée avoir aimé.
C'était une forme d'étrange dilemme où Mathilde, ordinairement, aurait fait un choix instantané. Mais était-elle certaine de vouloir réagir ainsi alors qu'elle était à l'abri de tous les regards ? Se permettrait-elle un élan qui ne correspondait pas à l'image qu'elle donnait d'elle ?


- Je suis désormais emprisonné en ces lieux jusqu'à ce que l'énergie de cette stèle me fasse défaut. Je suis définitivement condamné. Expliqua-t-il doucement. Mon amour, tu as le moyen de fuir avec nos enfants, tes magnifiques petites filles. Elles seront bien plus en sécurité avec toi qu'elles ne l'ont jamais été sous ma garde.
Femme forte de volonté que tu es, tu ne feras pas le deuil d'un être oublié. Je le sais...je le préfère. L'empreinte de ton oubli est irréversible. Tu ne souffriras pas de mon absence. Ton bonheur et ta survie, ainsi que ceux de nos enfants, demeurent mon unique priorité...Cela a toujours été...


Mathilde sentait l'accès se refermer. Elle avait, semble-t-il, reçu toutes les réponses à ses questions. La main d'Erel était redescendue sur son menton, son pouce et son index resserrant lentement la prise afin d'y amener ses lèvres. Il s’apprêtait à l'enlacer et l'embrasser juste avant que le passage ne se ferme définitivement et ne la renvoie dans l'Entre-Deux Mondes. La réaction qu'elle déciderait d'adopter, dans un cas comme dans l'autre, conclurait l'unique entretien qu'elle aurait eu avec feu son mari. La pénombre commençait à reculer face à une nouvelle lumière envahissante. La jeune femme ressentait sa doublure en position statique et la bras tendu sur l'anneau. Sa sortie ne dépendait plus que de sa volonté. Il ne suffisait que d'un souhait.

- Je t'aimerais toujours Mathilde...A tout jamais...

Et tout droit tiré du meilleur roman sentimentaliste, Erel était en passe d'achever son mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Mar 13 Mai - 15:07

Le C4 n’était peut être pas un explosif antipersonnel mais en l’absence d’autre chose permettant d’éliminer les tireurs à distance, il avait fallu faire avec tout en étant conscient que le souffle de la déflagration serait aussi ressenti par l’équipe SG et ses deux invitées mais ce serait moins pire que de se faire percer sans réagir. Le risque était quand même calculé, en tout cas la balance du pour et du contre pesait du côté de cette tentative qui fit grand bruit.

Jenner n’aurait pas de mal à se protéger, le cadavre d’un ennemi le plaquait au sol et lui servirait un peu de bouclier, Marion n’en démordait pas au sens réel, juste le temps de lui faire signe de se baisser avant de vouloir se mettre contre Mathilde pour se retrouver plaqué contre un champ de force ce qui retarda de deux secondes la mise à feu du C4 qui devait être tombé au sol où il fallait mais pas question de perdre plus de temps et qu’un ennemi retourne le cadeau à l’expéditeur alors Laurent appuya sur le bouton magique.

Tout se passa très vite ensuite, il s’attendait à battre le record de saut en longueur et il ne fut pas déçu, heureusement l’entrainement de pilote de chasse qu’il suivait depuis son arrivée au SGC l’avait habitué aux fortes poussées mais ça restait éprouvant surtout sans l’équipement adéquate. Les deux seules choses à faire étaient d’espérer que personne de l’équipe ne soit gravement blessé et de se préparer à la chute pour ne rien se casser. Après un beau roulé-boulé, le Para finit par s’arrêter, allongé sur le sable en essayant de reprendre ses esprits, il vit dans un premier temps des débris et une pluie sanglante retomber alors que son ouïe déformaient les sons en les mêlant à un léger sifflement.

Il fallait se relever au plus vite afin de pouvoir juger la situation et de répondre si l’ennemi avait été plus résistant que prévu, à peine le militaire venait-il de se mettre sur le dos qu’une violente douleur au niveau de l’abdomen le plia en deux et le fit hurler. Dans cette position il était difficile de voir le bout de la lance alors tout laissait penser qu’il venait de se faire embrocher. Néanmoins il fallait réagir pour ne pas se laisser zigouiller sur place, les mains sur la lance comme pour empêcher le rôdeur d’enfoncer plus on arme ou de la tourner pour que la pointe fasse des dégâts mortels, Laurent finit par se rendre compte que la douleur n’était pas celle d’une blessure grave alors il décida de se dégager de cette fâcheuse position en se mettant rapidement sur le côté par un violent déhanché afin que la lance ripe et vienne se ficher dans le sable, ainsi dégagé il mit au sol son adversaire après lui avoir infligé un coup de pied latéral dans le tibia droit. Récupérant le bout de bois en se relevant avec un peu de mal, il frappa avec le rôdeur en pleine tête, celui là avait son compte mais ses copains plus ou moins en mauvais état voulaient continuer le combat et entouraient le militaire, ce dernier regardant autours de lui par intermittence afin de repérer ses coéquipiers.

Le gros problème était Marion qui était entre les mains de l’ennemi et que personne ne pouvait aller l’aider, le militaire devait déjà se débarrasser de quatre individus armés avec un long bâton, en étant réduit à contrer les attaques alors que la prétendu fille de la scientifique était emmenée, s’en était rageant de devoir attendre que chaque adversaire commette une erreur pour donner une chance au Para de l’éliminer. Non, le meilleur moyen était de pouvoir mettre la main sur le zat non loin de là, alors il tentait de déplacer la zone de son combat dans cette direction et quand il parvint assez près, il se baissa rapidement pour saisir de la main gauche une grosse poignée de sable pour l’envoyer de façon circulaire aux visages de ses opposants, cette diversion faite, Laurent se jeta sur l’arme à énergie et les arrosa de gerbes bleutés jusqu’à ce qu’ils soient tous au sol. Si Jenner ne s’en était pas sorti tout seul, le militaire irait l’aider.

« Bon sang Mathilde, merci pour le coup de main ! »

La rage parlait, furieux que Marion ait été enlevée pendant que de l’Argentière continuait son concours d’immobilisme, si elle descendait de son petit nuage elle allait se mordre les doigts de n’avoir pas réagi à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 809
Date d'inscription : 23/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 32/35

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Lun 19 Mai - 6:10

Les souvenirs affluaient dans sa mémoire, un peu comme des évènements qui apparaissaient ex nihilo dans sa vie passé, il y en avait tant que cela était déstabilisant. Mathilde devait essayer de faire le tri dans ce qui lui était vital, mais comment laisser de côté ces moments si précieux qu’étaient la vie d'une famille unie et heureuse. Erel était là lui parlant alors que ses émotions s'embrouillaient, elle ne le connaissait pas et pourtant c'était comme si elle avait passé une vie avec lui... avait il une idée de ce qu'il avait fait? Sans doute et c'était une raison de sa présence, de son ton, de ses excuses. Elle détestait ne pas arriver à lui en vouloir autant qu'elle aurait dû et de moins en moins en moins à chaque instant passé dans cette "réalité".

L'eurling lui expliqua l'essence de la clé pour leur retour, sa bague. Bonne chose qu'elle l'ait gardé malgré l'absence d'énergie, l’artéfact que son mari protégeait servirait à la recharger et ils pourraient rentrer à la maison! L'ennemi dont il parlait et la responsabilité de garder l'artéfact, tout cela passait au second plan face à l'urgence ultime à laquelle l'aristocrate qui zatait plus que son ombre, ses filles et son équipe faisaient face.


"Je vais nous tirer de ce mauvais pas. Ce ce que font toutes les De l'Argentière, c'est pour cela que tu as succombé à mon charme."

Si elle était certain de cette perspective, son coeur battait la chamade et elle ne savait plus vraiment à quel saint se vouer concernant la présence fantomatique devant elle. Son contact l’émouvait comme jamais elle n'avait ressenti cela pour quiconque. Elle essayait de donner le change avec sa répartie, mais elle savait que celui qui avait partagé sa vie tant d'année ne serait pas dupe... Mais elle était ainsi, exprimer ses émotions intimes, relâcher la bride n'était pas dans sa nature, surtout étant donné le chaos qui habitait son âme et son coeur, ça aussi il le savait sans aucun doute et elle savait.
Elle savait également qu'il disait vrai, il n'était plus que la trace de l'homme qui l'avait aimé et qui lui avait donné deux adorables filles - bien que l'aînée eut un caractère de cochon et une propension à démembrer son prochain avec moult giclées d'hémoglobines - la scientifique ne savait pas combien de temps durerait la batterie de la stèle, mais dans sa tête tournait déjà des idées. Mais tout d'abord elle devait retourner dans le monde réel, suivre sa cadette et récupérer l'artéfact des pattes raides et froides du cadavre de l'assassin de son cher et tendre.
La baronne sourit en retour à son époux, le petit sourire de la nippone qui a une idée derrière la tête et elle se laissa embrasser en pensant très fort à ne jamais oublier ce moment, profitant d'une petite éternité contre lui espérant que son baiser lui dirait.
"Je me souviens de toi, tu ne seras pas oublié." Elle ne voulait pas oublier celui qui lui avait offert une vie à nulle autre pareille. Exotique certes, mais faite de tout ce dont elle aurait pu rêver. Famille, science, amour, que demanderait elle de plus? Elle comptait bien se souvenir de lui, de leurs moments... Et peut être même faire un peu plus que ce souvenir, mais ça elle devrait attendre.

Et elle était de retour. Mathilde back online!  Ok, un peu déboussolée par une vie de souvenirs cherchant leur place - bon, ok, pas une vie mais pas mal de temps - et heureusement l'urgence de la situation lui évita de trop se concentrer sur ses petits soucis neurologiques potentiels. Des tirs de zat'nik'tel, bruit qu'elle reconnaissait entre tous vu que c'était son meilleur ami en mission.


*Bon, sauf quand il est entre les mains de serpents, mais là il n'y pas de serpents donc... c'est l'un d'entre nous qui s'en sert!*

Se retournant rapidement, elle vit le dôme de protection qu'Arya avait fait, mais surtout Laurent qui se démenait comme un beau diable face à plusieurs adversaires et un rôdeur solitaire qui avançait vers Jenner visiblement bloqué sous un cadavre, le tout au milieu d'un charnier de rôdeurs dont bonne part semblaient réduits en pièces détachées. De toute évidence il s'était écoulé du temps depuis qu'elle avait placé la bague et les choses avaient mal tourné ici. Marion avait dû créer le bouclier pour les protéger toutes les deux avant de se lancer dans son hobby de démembrement de rôdeur.

*Il faudra vraiment que je parle à Marion de son habitude de hacher menu ce qui lui passe à portée de main...*

Et dans la seconde se concentrer sur son bracelet pour créer une pointe pour frapper le rôdeur qui croyait avoir une proie facile. L'animal allait en être pour s'il pensait pouvoir inopinément s'attaquer à un de ses coéquipiers! Laurent pouvait s'en tirer, c'était un militaire surentraîné, Eric Jenner était non seulement un nouveau du programme, mais en plus un novice ET un civil, une partie de son esprit se réprimandant de penser comme un militaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Campbell
Militaire
avatar

Messages : 514
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 42

Dossier du personnel
Equipe: SG6/ Leader
Grade / Niveau: Major/439
Age du personnage: 25 ans

MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   Ven 23 Mai - 10:39

Alors que le militaire voyait ses adversaires gigoter sur le sol après qu'ils aient reçu chacun une décharge de zat, en voulant aller vers la position de Jenner, il pût se rendre compte que la baronne avait daigné faire son retour aux affaires courantes, trop tard pour Marion mais pas encore pour le calineur de rôdeur.

Du coup le Para resta avec les quatres ennemis à qui il tenta de faire comprendre de se regrouper et de ne plus bouger sans quoi une nouvelle décharge mortelle viendrait frapper les volontaires pour rejoindre les enfers.

Seulement après que Mathilde ait éliminé le dernier rôdeur encore debout et décidé à s'occuper du gros pato de scientifique, Laurent annonça la très mauvaise nouvelle :

"Marion a été capturée, si vous n'avez plus rien à faire ici on devrait se mettre en route pour ne pas leur laisser trop d'avance, le problème est qu'on risque de tomber dans une embuscade"

Il se sentait coupable de ne rien avoir pu faire pour la supposé fille de Mathilde mais en rien responsable d'une situation intenable à deux et demi contre une armé alors la scientifique n'avait pas intérêt à monter sur ses grands chevaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission 93] L'Etoile d'Argent   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission 93] L'Etoile d'Argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: