La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   Dim 1 Nov - 23:53

Au moins les choses tournaient légèrement mieux que dans les galeries ou avait eut lieu un véritable massacre... Personne d'autre n'avait traversé après eux, des pertes qui ne seraient évidemment pas remplacées, mais n'était-ce pas le prix de la guerre ? Il fallait juste faire en sorte qu'ils ne soient pas morts en vain, ils auraient bien le temps de les pleurer une fois sortis d'affaire, et ça, heureusement que la tok'ra l'avait bien compris, il ne se serait jamais sentit capable de gérer une personne de plus.

Les gardes avaient été neutralisés avec facilité, la surprise offrait toujours cet avantage indéniable comparé au fait de se battre "à la régulière", car beaucoup avaient cet honneur mal placé qui les mènerait à une mort certaine avec tout ceux étant assez stupides pour le suivre. Et dans ce cas là, c'était typiquement la méthode qu'il fallait utiliser, prendre l'adversaire dans le dos et l'abattre avant qu'il ne puisse faire la même chose sur vous. Après tout ce n'était pas comme si le ratio n'était pas inférieur à 1 pour 10000 non ?
La tok'ra lui avait sauvé la vie, s'il lui en était reconnaissant ? Certainement, mais encore, ce genre de choses était normale entre alliés sur le champs de bataille, et elle pouvait être sûre qu'elle aurait le retour d'ascenseur qui allait avec.

Mais ce n'était pas non plus le moment de se reposer, leur comité d'accueil allait être repéré comme mort, ou plutôt manquant alors qu'ils commençaient à faire disparaitre les cadavres. Avec un peu de chance celà retarderait l'alarme générale... Ou pas, car à peine avaient-ils quitté la salle et traversé les premiers couloirs que cette dernière avait retentis avec un baragouinage digne d'un bouillie prémâchée en goauld signifiant qu'il y avait des intrus à bord !

L'état des membres de ce qu'il restait de l'équipe ? Tocquet tenait bon grâce au petit secret qu'elle partageait avec Ivan, au moins son plan pour lui maintenir les pieds sur terre n'avait pas été vain... Le problème restait Vausel qui venait de prendre un vilain coup à voir les Tok'ra tomber comme des mouches à ses côtés, et il venait certainement de découvrir à quoi servait le ramdam que causait les patrouilles goauld quand elles se déplaçaient, une guerre psychologique qui allait de paire avec le fait qu'ils soient des guerriers entrainés depuis leur "tendre" enfance : Les sous-estimer était une erreur.

Ils neutralisèrent en silence les gardes d'une salle de commande, guidés par Rayce, pour que cette dernière puisse accéder aux plans du vaisseau. Il avait profité de ce temps mort pour préparer deux pains de C4 avec des détonateurs pour programmer une explosion, l'épaisseur des cloisons et la distance les empêcheraient certainement de les faire exploser à distance, donc le risque de manquer réellement de temps était à prendre et surtout, il était une ressource dont ils manquaient, et surtout rester plus longtemps au même endroit risquait d'attirer ou de voir passer une nouvelle patrouille un peu trop près d'eux. Mais le choix était fait, sans ces informations ils ne pourraient pas avancer, alors ils bougeraient au dernier moment. C'était maintenant son rôle avec Vausel de gagner du temps !

"Faites le nécessaire." il lui posa également les deux pains de C4 à côté d'elle. "Ce sont des explosifs, en les plaçant sur les points fragiles de leurs systèmes ils les feront exploser en nous laissant un peu de temps." Rapidement il présenta les boutons. "Avec ces boutons vous réglez le temps et vous armez. Une fois à zéro, ca fera un joli feu d'artifice." Il lui montra également comment faire. "Ca sera à vous de les placer pendant que nous vous couvriront, le temps marqué devra nous permettre de trouver le serpent, le tuer et de nous barrer de là avant que le vaisseau ne s'effondre complètement. Et au pire il explosera quand même, je ne veux juste pas que cette information tombe aux mains de l'ennemi, et vous êtes la seule ici ou un serpent ne peut pas être mis dans votre crâne."

Oui, s'il le plaçait lui même, les vilains méchants pas beaux n'avaient qu'à lui mettre un serpent très moche dans le crâne pour accéder directement à ces informations et mettre en péril toute l'opération. Pour la tok'ra, c'était différent : après tout elle en avait déjà un en place pour elle c'était trop tard ! Alors autant jouer sur cet atout stratégique pour au moins sauver les meubles. Et l'avantage des technologies humaines était qu'elles sont simples d'utilisation comparé aux gadgets aliens...

Il s'occupa ensuite rapidement de Tocquet, la plaçant à couvert le temps que les recherches ne se terminent avant de se positionner auprès de Vausel. Ce qu'il comptait faire ? Intercepter toutes les patrouilles possibles sur lesquelles ils pouvaient avoir l'avantage pour obtenir la clé de sésame. Plus particulièrement en les prenant à revers à l'aide des armes silencieuses. Le tout, pour réussir, était que tous gardent leur calme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 29

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   Jeu 5 Nov - 1:12

L’étonnement de Rayce avait été perceptible pendant quelques secondes seulement. Elle s’était demandé comment Ivan pouvait encore lui faire confiance depuis le fiasco de Patriote puisque lui, et le reste des équipes SG, l’avaient considéré comme seule responsable. Mais en fin de compte, Kashan la ramena à une logique plus imparable que n’importe quel jugement : Mis à part Margot, il ne restait plus qu’elle et le Tau’ri Vausel sur qui il pouvait compter.
Le militaire n’avait presque plus d’effectifs de combattants pour se mesurer à un vaisseau mère entier. Sans oublier le fait qu’elle était la seule à pouvoir les guider efficacement.

La jeune femme se contenta donc d’un hochement de tête compréhensif tout en coinçant les deux pains de C4 sous sa combinaison. Elle se retint d’émettre une observation sur la simplicité tout aussi relative que dangereuse de cet élément puis se concentra sur le pupitre de l’ordinateur de bord.
Vausel, à côté, s’était préparé au combat en disposant ses chargeurs à portée de main. Il aurait voulu demander à Ivan s’il comptait vraiment se mesurer à des patrouilles de Jaffas avec deux armes silencieuses et une scientifique HS. Seulement, en notant son air résolu, le militaire opta pour le silence et se promit d’envoyer le plus de serpent en enfer. Une grande part de lui continuait d’hurler, en son for intérieur, à la folie d’une telle stratégie.

La première patrouille ne fût pas très longue à émerger du détour d’un couloir.
Comme le caporal l’avait convenu, ils portèrent l’assaut par surprise, de préférence dans le dos, en cisaillant les quatre premiers Jaffas. Néanmoins, ils n’avaient pas encore touchés le sol que les dix autres s’étaient immédiatement placés à couvert pour répondre de leurs lances. Plusieurs cris retentirent alors que les blasts volaient dans leur direction, un certain nombre traversant la porte par laquelle les échanges se faisaient bon train.
Ivan logea le chef de patrouille en découvrant ses gestes, témoignant d’ordres de déploiement, et le cueilli au moment même où il avait pointé son zat vers eux. L’élément composant son gantelet se voyait depuis sa position mais il était strictement impossible de l’atteindre compte tenu du feu nourri.

Le vent tourna si rapidement que notre militaire n’eût pas le temps de s’adapter. L’alarme résonna d’une manière de plus en plus assourdissante, des patrouilles entières s’entassèrent dans le couloir en envoyant un véritable déluge sur leur position. Impossible d’ordonner le repli, il y en avait partout.


- Chef ! Avait hurlé la voix paniquée de Torchon.

Dans leur dos s’était ouvert un sas dissimulé dans le décor d’où une douzaine de Jaffas les attendaient, les lances pointées sur eux. En guise de réponse immédiate, l’horrible vacarme de la mitrailleuse éclata dans la salle et une cinquantaine de cartouches vola sur cette muraille de fer en émettant une pluie d’étincelles et de fumée. Torchon, emporté par une agressivité sans limite, lâchait toutes ses munitions sur ces serpents dans l’espoir fou de tenir ce nouveau front.
Quelques blasts rappelèrent immédiatement Ivan à son obligation de couverture du couloir tandis qu’il se savait complètement foutu. La dernière chose qu’il entendit fût le « clic » de son arme avant qu’une douleur impressionnante ne le saisisse.
Un éclair bleu dansa sur son corps tandis que chacun de ses muscles se crispaient, le faisant danser au sol comme une poupée de chiffon. Au même instant, la pétarade de la mitrailleuse se tût et on entendit quelqu’un hurler à ses côtés.

Ivan était paralysé.
Un bourdonnement sourd, l’empêchant d’entendre les Goa’ulds se bousculer dans la salle, témoigna de la douleur qui continuait de le harceler. Un pied gainé d’un lourd métal vint le repousser sur le dos, amenant son regard affaibli remonter sur un Jaffa dont le front ornait un emblème doré. Il avait l’air diabolique et ressemblait étonnamment, sur les traits de son visage, à une tête de Goa’uld, les crocs en moins. Sa lance s’ouvrit et pointa son visage à quelques centimètres, le canon frôlant son nez pour venir se jauger en plein milieu de sa vue, jusqu’à ce qu’un jaffa plus classique ne vienne arrêter la mise à mort. Une dispute éclata entre le prima et cet homme puis, étrangement, on le laissa en vie. Deux hommes le soulevèrent comme s’il ne pesait rien et il fût amené dans une cellule où on le déposséda de ses affaires.
Des chaines entravèrent ses poignets et Ivan comprit, à cette nouvelle douleur grandissante, qu’on l’y avait littéralement suspendu au-dessus du sol.
En reprenant ses esprits, il découvrit sur sa droite ses deux équipiers. Torchon avait une épaule en sale état, complétement cramé par un tir de blast, le sang s’écoulant régulièrement le long des débris de son uniforme. Il était inconscient mais un râle d’agonie semblait remonter de sa gorge par intervalle régulier.
Rayce aussi se trouvait là. Elle avait les yeux grands ouverts et ne semblait montrer aucune faiblesse quant au traitement qu’on lui infligeait. On l’aurait cru être devenue une gymnaste visant le record de suspension à barre fixe pour le guiness. Pourtant ces fers faisaient un mal de chien.

On les laissa croupir ici pendant une bonne demi-heure.
Des grades firent leurs entrées. Ils encadraient des esclaves blasés qui poussaient devant chaque captif des tables recouverts d’instruments inquiétants. Puis finalement, le sas s’ouvrit de nouveau sur un homme qu’Ivan ne pouvait reconnaitre physiquement. Il donnait cet air pleinement arrogant commun aux Goa’ulds, portant un gantelet énergétique d’une main et un bâton de torture de l’autre,  tout en s’avançant et examinant chacun d’entre eux.






- Ivan Naughart et Aimé Vausel. Vous m’avez longuement manqué mes amis.

Un sourire carnassier marqua une pause dans son discours.

- Le temps m’a semblé bien long dans cet étrange sommeil. J’y ai eu tout le loisir de songer à ma vengeance.

Le bâton de torture alla s’enfoncer dans la plaie de Torchon et un éclair orangé illumina l’intérieur de son épaule. Un horrible cri ponctua le réveil du soldat alors qu’il gesticulait dans tous les sens puis un long râle remplaça peu à peu la surprise pour une douleur intense.

- N’allez pas manquer le spectacle cher ami. Nous avons tant à nous dire…

Le sadique bifurqua sur Ivan.

- Commençons en douceur voulez-vous ? Combien êtes-vous à bord de mon vaisseau ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   Lun 13 Mar - 0:31


Le plan était certainement mauvais, peut-être même plus que mauvais, mais au point ou ils en étaient les choix étaient plus que limités. Peut-être que la méthode discrète aurait été une option et il aurait voulu compter sur le dédale de couloir pour perdre leurs adversaires comme ils avaient pu plus ou moins le faire sur le vaisseau en ruine infesté de plantes. Mais ils avaient besoin de la clé... Ce fameux sésame qui aurait ouvert toutes les portes et malheureusement son sens stratégique était tout de même limité à certaines opérations qui ne demandaient pas beaucoup de délicatesse. Et c'était la défaite qui allait le lui apprendre avec beaucoup de douleur...

Voilà pourquoi il n'avait jamais voulu monter en grade, voilà pourquoi il n'avait jamais voulu se retrouver à la tête d'un groupe de combat. Faire chier toute la chaine hiérarchique en restant dans les règles était un jeu, mais il ne voulait absolument pas se retrouver dans cette chaine. Enfin, il eut tout le temps d'y penser alors qu'il était suspendu à ces chaines pendant plus d'une demi-heure, le silence qu'il avait conservé brisé par la respiration difficile du soldat blessé à ses côtés et dont il était responsable de l'état.
Non pas que le silence était imposé, mais c'était plutôt qu'il n'avait strictement rien à dire à ses camarades de détention sans compter le risque qu'ils soient écoutés et que leur seule et unique possibilité de sortir de là vivant soit grillée de cette manière même s'il doutait beaucoup de la réussite de cette "bouée de sauvetage".

La charmante compagnie goa'uld ne tarda plus lorsqu'une paire de garde accompagnés d'esclaves et d'outils destinés à la tortures finirent par pénétrer dans la pièce, accompagnés par leur "maitre" qui fit immédiatement prévaloir ses droits sur le soldat blessé.
Ivan fulminait intérieurement, et évidemment une flopée d'insultes aussi diverses et variées auraient volontier fait leur chemin en direction du tortionnaire. Mais celà n'aurait servit à rien mis à part "lui faire plaisir". Non, il fallait procéder autrement, avec plus de finesse même si ce n'était pas vraiment son domaine alors qu'il se tournait vers lui.

"C'est étrange mais... Le plaisir n'est pas vraiment partagé. Enfin avec tout ce que nous avons vécu ensembles, ça aurait été dommage de ne plus nous revoir, même si j'aurais préféré que cela se passe tranquillement autour d'une bouteille de bon Whisky." Il désigna les outils sur la table à l'aide de son menton. "C'est pour le massage après la séance de sport offerte sur chaine ?"

La question qu'il avait posé ? Quelle question ? Ah le nombre qu'ils étaient ? C'était une très bonne question. Mais fallait-il encore qu'il en ait la réponse. Car après tout quel était le meilleur moyen de ne pas répondre à une question ? Et bien... Dire beaucoup... De merde ! Pour l'expliquer dans un langage propre.

"Vous savez, c'est difficile de compter avec les mains attachées. Nous les militaires on n'est pas bien réputé pour notre intelligence hein, sinon on ne se serait pas fait attrapés aussi facilement. Par contre je me demande à quel endroit celà vous place sur l'échelle de l'intelligence vu qu'on vous à déjà botté votre petit derrière une fois déjà. Enfin, si vous me détachiez, je pourrai compter plus facilement, après tout, qu'est-ce que je pourrai faire de plus ? Vous nous avez vaincu. Mais avant quand même je dois savoir, est-ce que je dois compter ceux qui sont dans les têtes des autres au cas ou ? Parce que vous savez, dans ce cas là on sera très nombreux !"

Est-ce qu'il comptait le tuer en le faisant mourir d'ennuis ? Si cela avait déjà marché au moins une fois dans toute l'histoire de la torture, surtout si c'était le tortionnaire qui y passait alors cela devrait apparaitre dans le livre des records les plus farfelus. Sauf si toute l'histoire avait été couverte par le suicide du bourreau qui en avait eut marre d'entendre les élucubrations de sa victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 29

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   Mar 14 Mar - 14:28

Son homologue s’argua d’un grand sourire. Il semblait amusé par le discours d’Ivan.

- Je suis conquis par votre plaidoyer. C’est si...divertissant !!!

Et le bâton de torture s’enfonça dans la peau de Rayce. Un hurlement de douleur qu’on aurait jamais pu soupçonner venant de sa part emplit l’atmosphère.
La jeune respira un bon coup puis redressa la tête, refusant de se montrer faible face à l’ennemi.
Le bourreau s’approcha de la table. Il déposa le bâton de torture pour s’armer d’une dague visiblement très aiguisée et fît les cent pas devant les captifs.
 

- Si mes souvenirs sont bons, vous étiez plus nombreux lors de notre première rencontre. Vous allez me dire où sont les autres si vous tenez à protéger vos amis. Vous tenez à eux n’est-ce pas ?

L’homme plaça doucement le tranchant sous la gorge de Vausel. Le pauvre râlait de douleur, inconscient du nouveau danger. Le poids de son propre corps étirait la blessure du blast qu’il avait à l’épaule et il continuait de perdre du sang.

- Ce jouet-là ne m’est plus d’aucune utilité. Autant s’en débarrasser si vous ne comptez pas collaborer. N’est-ce-pas ?

La lame commença à glisser, entaillant petit à petit la peau de sa gorge. Mais le sillon devenait visiblement de plus en plus profond. Le bourreau comptait vraiment le tuer !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   Mer 15 Mar - 22:22


Hey, qui disait que les vilains serpents n'avaient pas d'humour ? Il pouvait se targuer d'avoir été le premier humain à en avoir fait sourire un d'amusement ! Enfin, pour le moment il ne s'était pas encore agacé de ces remarques stupides et autres images indélicates que l'esprit d'Ivan pouvait mettre au monde. Certains auraient pu dire que son imagination à ce sujet pour rendre fou, ou simplement emmerder son monde pouvait être qualifiée d'arme de destruction massive et qu'il pourrait pousser au suicide une armée entière qui aurait eut le malheur de chercher à le retenir prisonnier.

Bon, d'accord, même s'il avait sourit, le vilain méchant pas beau, n'avait pas vraiment de patience et le montra en se mettant à torturer la Tok'ra qui avait eut le malheur de se retrouver avec eux. Après tout, elle devrait elle aussi le supporter. Mais tant que c'était de la torture, alors celà voudrait dire qu'ils resteraient vivants. Autant se satisfaire de petites choses non ? Enfin, d'autres disaient que c'était plus simple d'y passer que de se faire torturer et que parfois c'était bien pire que la mort. Maaaaais, il n'était pas vraiment de ce point de vue !

"C'est pour ca que parfois... On aime être tranquille et seuls. Vous savez, on se reproduit très vite, c'est normal que nous soyons nombreux, certains plus que d'autres j'ai envie de dire, Un peu comme des lapins... Vous savez les lapins, ces petites bestioles aux longues oreilles et recouvertes de poils, certains s'en servent d'animaux de compagnie, parce que c'est tout doux, et d'autres et bien... Vous avez déjà mangé du civet de lapin ? Vous devriez, c'est excellent ! Avec une petite bouteille de cairanne, ca fait un malheur !"

Ok, bon d'accord, son interlocuteur n'avait plus vraiment de patience. Et là, ce n'était plus drôle du tout. Si bien que le ton changea du "petit fanfaron qui fait chier son monde" au plus grand sérieux possible.

"Ouhlà, ouhlà on se calme. Hein, on va ranger les trucs qui coupent, ca vous va pas bien au teint ! Vous croyez vraiment qu'on serait tous assez de fou pour venir se perdre sur un de vos vaisseaux amiraux sachant comment ca allait certainement se finir ? Ca ne vous ai pas venu à l'idée que l'on était juste l'épine dans votre pied pour attirer votre attention pendant que les autres aillent voir ailleurs si vous y êtes ? On aurait vraiment voulu tout faire péter, non pas que ce soit l'envie qui m'en manque hein, mais on serait venus un tout petit peu plus nombreux que... Vous comptez certainement mieux que moi puisqu'on est tous devant vous, incluant les centaines de petites voix dans ma têtes. Ca augmente le nombre, quoique non, on a pendu le dernier qui semblait un peu plus chiant que les autres. Enfin, vous comprenez." Le ton perdait de son sérieux en avancant dans le flot de mot rapide et continu. Puis un soupir vint interrompre pour reprendre plus sérieusement, ou presque."De toute manière, si on vous dit la vérité on y passe, et si on ne vous la dit pas et bien... On y passe ! Et si on ne vous dit ni l'un, ni l'autre... Bref, j'ai l'impression de me répéter. Je me répète c'est ca ? Alors à quoi ca sert de torturer si on connait déjà l'issue? Promettre une mort plus rapide, nan je ne mange pas de ce pain là ! Franchement, vous n'avez rien d'autre à proposer ? Et si vous le tuez et bien, vous n'obtiendrez strictement rien de plus de nous. Vous savez, on n'attire pas les mouches avec du sel. C'est une métaphore, mais ca ne marche pas quand même."

Ah bah oui, gagner du temps, il était doué. Il espérait d'ailleurs qu'avec ce petit discours il ferait réagir son interlocuteur et pourquoi pas finirait-il par croire qu'ils n'étaient que l'équipe de diversion au grand complet. C'était aussi à se demander... Pouvait-il rester sérieux plus de 15 maudites secondes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayce & Kashan
Tok'ra
avatar

Messages : 485
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 29

Dossier du personnel
Equipe:
Grade / Niveau: 22
Age du personnage:

MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   Sam 18 Mar - 3:57

Le monologue d’Ivan n’eût aucunement l’effet escompté.
Le cruel Goa’uld attendit patiemment le temps du long monologue puis, au beau milieu du discours, planta brutalement son arme dans la poitrine d’Aimé Vausel. Le jeune soldat eut un brusque sursaut suivi d’une plainte qui s’évanouit dans l’air.
Tanith s’arma d’un rictus sadique, vrillant sa lame pour s’assurer de la mort de sa proie puis laissa l’arme dans le torse de celui-ci. il fixa Ivan d’un air mauvais puis déclara en ces termes :


- Excusez-moi, mon cher ami, je ne vous ai pas écouté. Vous disiez ?

Le bourreau avait l’air fier de lui, récupérant son bâton de torture avant de se rendre auprès de Rayce. Celle-ci tourna le visage, trahissant la crainte qu’elle avait d’être la prochaine.  A vrai dire, elle aurait cédé à la panique depuis longtemps sans le soutien de son symbiote. Celui-ci murmurait des paroles encourageante dans son esprit mais elle peinait à dissimuler les tremblements de son corps.

- Où a déménagé le reste de vos compagnons ?

Rayce demeura muette jusqu’à ce que l’objet se pose contre sa gorge. Un nouveau cri d’agonie entremêlé de terreur s’intensifia sur le temps. A la fin, on entendit le symbiote hurler quasiment en même temps que son hôte.

- Et bien ?
- Je...je ne sais pas…
- Ne faites pas l’enfant. Je finirai par vous soutirer cette information.

La jeune Tok’ra secoua négativement la tête. Ses yeux étaient entrouverts et la marque d’une brûlure avait envahi l’épiderme de sa gorge.

- Je ne sais pas…

Tanith répondit de son bâton d’un coup extrêmement violent dans son estomac. L’impact lui coupa le souffle et elle peina à récupérer de l’oxygène.
L’homme alla ensuite tranquillement récupérer sa lame dans le corps de Vausel puis la posa  sur le torse d’Ivan, pile à l’endroit du cœur.


- Si votre vie vous importe peu, peut-être en sera-t-il différent auprès de ce Tau’ri ?

Il pressa davantage. Le militaire sentit la pointe traverser sa veste et entamer sa peau.

- Il m’a été donné d’entendre que vous vous étiez entiché de ces pathétiques aventuriers. Vérifions-le…
- Non ! Attendez…

Le regard mauvais de Tanith se braqua sur elle.

- Oui ?

Rayce baissa la tête.

- Je connais l’adresse. Ne lui faites pas de mal…
- Donnez-la moi ! Tout de suite !
- Relâchez-le sur la planète. Et je vous donnerai l’information.

L’homme se laissa aller à un rire cruel. Il frappa violemment Ivan du pommeau de son arme, manquant de lui fracturer le nez.

- Suis-je si bête ? Vous allez tout de suite me donner le…

Brutalement, la pièce fut plongée dans le noir. Le vrombissement habituel des différents systèmes s'amenuirent progressivement jusqu’à l’extinction. Même l’aération semblait être tombée en panne. Seules quelques lumières de secours semblaient avoir resisté à l’avarie. Et encore, celles-ci grésillaient et faiblissaient progressivement. Les Jaffas de l’escorte passèrent dans le couloir, les lances en avant, prêts à frapper quiconque aurait fait diversion. Mais il n’y eût personne.

- Parfait. Vos pathétiques amis ont répondu à ma charmante invitation il semblerait. Ajouta Tanith d’un air cruel. Et vous serez un appât de choix !

L’instant d’après, le bourreau s’exprima en goa’uld, donnant ses ordres pour une supposée embuscade. Il les quitta en laissant plusieurs jaffas dans la salle de torture puis d’autres dans les couloirs. Le sas qui communiquait entre la chambre de la torture et son couloir demeurait ouvert. Tout ce beau monde se trouvait là, les lances prêtes à faire feu sur l’équipe de sauvetage. Ils étaient concentrés, désireux d’abattre du Tau’ri. Puis, brutalement, la lourde porte s'abattit sans que quelqu’un ne touche aux commandes.

Les quelques soldats s'exprimèrent en goa’uld, deux d’entre eux tentant alors de récupérer le contrôle de la porte. Une brusque décompression débuta dans le couloir, l’atmosphère absorbée au profit d’un vide meurtrier. Les jaffas en faction frappèrent contre les murs et la porte en une longue agonie, surprenant les survivants de la salle des tortures. En comprenant qu’ils allaient être les suivants, ils se placèrent consciencieusement derrière les prisonniers pour s’en servir de bouclier humains. Une lance s’était posée entre les omoplates d’Ivan qui ne voyait plus grand chose.

L’atmosphère regagna le couloir, on l’entendit distinctement par ce sifflement caractéristique, puis la porte d’accès remonta de nouveau. Les lumières grésillaient encore, empêchant quiconque de voir autre chose que tous ces cadavres de jaffas entassés au pied de l’accès.

Un objet lumineux clignota au sol, roulant tranquillement jusqu’à eux. Ivan reconnût une grenade à choc goa’uld que les ennemis repérèrent trop tard. Ce fût ensuite le trou noir pour le militaire. Quand il reprit connaissance, il était aveugle. Il se savait allongé sur le sol, ses bras et épaules meurtris par la suspension qu’il avait subi depuis tout ce temps. Mais il n’y avait plus d’entrave à ses poignets.

Ses mains à la recherche d’un quelconque indice tombèrent sur la tunique de Rayce qui semblait encore inconsciente. Il y avait d’autres personnes dans la salle, il pouvait l’entendre à leurs pas. Mais aucun propos, pas de paroles, rien. Il ne savait même pas s’il était encore dans la chambre de torture. C’est alors que sa vue revint très lentement dix minutes plus tard. Ce qu'il avait prit pour plusieurs personnes se déplaçant dans la salle prit la forme de Margot, évoluant sur d'incessants allers et retours, juste devant un panneau de contrôle surmonté d’un écran affichant toute une série de code en goa’uld. Ils se trouvaient apparemment dans une sorte d’entrepôt et en relative sécurité. Dés qu'elle croisa le regard d'Ivan, la jeune femme s'exprima dans un impressionnant débit de paroles. Elle se parlait surtout à elle-même, fixant le soldat comme s'il était présent et absent à la fois :


- Il était là-bas...et puis plus rien. S’il n’est plus en moi, alors où est-il ? Chez l’un d’entre eux ? Non...non...pas possible. Il en sait trop, il faut le détruire, le tuer…

Ivan ne rêvait pas, c’était bien Margot. La frêle petite scientifique en pleine démence, qui avait visiblement tué tous ces jaffas avant de les libérer, et les tirer jusqu'à cette salle où on ne semblait pas penser à les y trouver.
En pleine divagation, elle continuait de marcher, si ce n'est courir, de long en large tout en visant alternativement le caporal, Rayce, et le cadavre d’Aimé, baignant dans son sang.


- Lui il fait le mort. S'écria-t-elle en le pointant de son arme. Mais c’est pas vrai. C’est un piège ! Comme pour moi, ils m’ont piégés. Et ils veulent encore me piéger. Alors...je vais le faire disparaître, le désintégrer. Trois tirs il paraît. Trois tirs dans le corps et ce sera plus que de la poussière, plus de danger…

Le zat de Margot dévia immédiatement sur Ivan dès qu’il bougea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   Ven 24 Mar - 2:12


C'était un échec cuisant. Les gonfler pour qu'ils retournent son attention sur lui, gagner du temps, ou tout simplement... Il ne savait pas en fait, il n'avait aucun plan, aucune solution pour les sortir de là sauf peut-être s'assurer qu'ils survivent plus longtemps que lui en attirant toute la haine. Mais ca ne marchait pas, non ca n'avait pas marché et il venait directement de perdre tout son sens de l'humour devant ce geste. Si le but était de le rendre fou ? Ca avait marché, car maintenant il était fou de rage. Si le but était de le faire taire ? Ah bah oui, ca avait aussi marché ! Il n'y avait même pas eut une insulte qui avait résonné dans la salle, rien, juste une sorte de grognement imperceptible qui devait bien imager ce qui se bousculer dans l'esprit du soldat.

Mais l'ennemi ne s'arrêtait pas en si bon chemin... Peut-être avait-il compris qu'il ne tirerait rien du soldat terrien, qui avait au final laissé son subordonné mourir pour retenir des informations, surtout maintenant qu'il avait fait ça. Ivan préférait mourir que de révéler ce qu'il savait, et malheureusement pour ses tortionnaires le soldat était une vraie tête de mule, une véritable plaie pour ceux qu'il voulait faire chier, mais également pour lui même car celà lui jouait parfois des tours. Et là... Et bien la mule avait été dopée au naquadah boosté à la haine et brulait d'une énergie quasi infinie.
L'ennemi était donc passé sur la Tok'Ra qui avait certainement plus de chances de céder que le soldat potentiellement fou furieux dans le but de la faire parler.

"Ne lui dites RIEN !" alors qu'elle avait à peine prononcé les premiers mots.

L'ordre se répéta inlassablement à force des réponses de cette dernière, gagnant en intensite et en rage. Il aboyait cet ordre unique sans se lasser : elle devait comprendre qu'elle ne devait pas parler, sous aucun prétexte sinon Vausel était mort pour rien et que de toute manière ils les tueraient tous les deux. Leur ennemi n'était pas assez bête pour les laisser survivre et les voir revenir à la charge encore plus de mauvaise humeur qu'ils ne l'étaient auparavant.

La lame revint à la charge, sur son torse cette fois, prête à lui faire subir le même sort qu'à Vausel. Sauf qu'à la différence d'un être humain normalement constitué avec un tout petit peu d'instinct de conservation, Ivan ne réagit pas comme l'on pouvait l'attendre mais s'approcha de la lame.

"Ne lui dites rien, je préfère encore crever !" aboya-t-il de nouveau à Rayce alors qu'elle commençait à craquer. "Fermez votre..."

Il n'eut pas le temps d'aboyer la suite que la pièce fut plongée dans l'obscurité la plus totale, comme si quelqu'un avait saboté le vaisseau. Ca c'était le boulot de la tête d'ampoule ! Qui disait que la vengeance était un plat qui se mangeait froid ? Il savourait cette vengeance qu'elle leur infligeait à sa place. Éprouver la moindre pitié pour ces pauvres bougres ? C'était à se demander s'il était encore capable d'en éprouver sous le coup des derniers évènements. La question qui ne se posait tout de même pas était surtout comment est-ce qu'elle avait réussit à faire ça toute seule. Non ce n'était absolument pas son problème pour le moment ! Il lui suffisait juste d'attendre patiemment... Enfin. Plutôt au pays des songes.

C'est aveugle qu'il sortit des bras de morphée, temporairement à cause de la grenade à choc Goa'uld qui avait été utilisée pour les sortir de la cellule. De gestes lent il vérifia à taton ce qui pouvait se trouver autour de lui, avec un peu de chance il pourrait repérer une lance serpent pour s'en saisir et l'utiliser une fois que le moment serait venu, mais ce ne fut que Rayce qu'il trouva, sa main remontant doucement le long du vêtement jusqu'à trouver le souffle de cette dernière. Vivante... Au moins une bonne nouvelle dans cette journée infernale.

Le calme avait finit par remplacer la tempête dans son esprit, un calme qui ne voulait rien dire de bon. Il les exterminerait, il les exterminerait tous jusqu'au dernier, et si ce n'était pas possible alors il y passerait en tentant de le faire. Il ne pouvait qu'attendre pour le moment - aveugle il ne serait à rien - puis les ombres en mouvement occupèrent son esprit le temps que sa vue finisse par revenir.

Margot Tocquet, qui ressemblait plus à une folle échappée d'un asile qu'à une scientifique, et après tout ce qui s'était produit il était difficile de lui en vouloir. D'un geste lent il secoua légèrement Rayce qui était à portée de main pour la faire réagir avant de se retourner vers la scientifique qui s'attaquait maintenant à la dépouille de Vausel...

"Non, ce n'est pas un piège." le ton était monocorde, presque las. Il se releva doucement, comme si la menace de l'arme ne l'effrayait pas, ou plutôt comme s'il n'en avait strictement rien à faire. "ce n'est pas un piège." répéta-t-il doucement, continuant à s'approcher d'elle. "Il n'est pas là, nous savons ou il est allé." reprit-il tendant une main vers elle, désignant le corps de Vausel de l'autre. "C'est finit, nous ne pouvons plus rien pour lui... Mais je te promet, nous allons retrouver ce parasite et le tuer."

Il se devait d'être fort, au moins pour elle, au moins le temps de l'envoyer se mettre à l'abris. Après pour le reste, il finirait seul de toute manière. Pour faire ce qu'il avait à faire il ne pouvait en être autrement. Plus de responsabilité, il n'en voulait plus et de toute manière il se devait d'emprunter ce chemin tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission 98 - Alpha 1] Tirs croisés !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Site Alpha-
Sauter vers: